Les herbes de la Saint Jean

 

Il y a encore peu de temps, la cueillette des herbes de la Saint Jean était une pratique courante en France. Cueillies très tôt le 24 juin, avant le lever du soleil afin que les plantes gardent la rosée déposée sur les feuilles et les pétales, les simples du solstice d’été revêtent un caractère magique : elles seront utilisées pour réaliser des potions, des philtres et des charmes.

Leurs vertus sont alors à leur apogée et chaque herbe a sa fonction particulière : protéger les hommes et les animaux contre les maladies, augmenter la virilité, faciliter les accouchements, éloigner les incendies, le mauvais-œil.

herbes-de-la-saint-jean

 Quant à la précieuse rosée, outre sa qualité d’allonger la vie, elle aurait le pouvoir de chasser les démons et d’annihiler le pouvoir maléfique des plantes vénéneuses. La main qui cueille se doit d’être pure et d’ailleurs il est conseillé d’aller à la cueillette pieds nus et de marcher à reculons vers la plante avec un couteau d’or si possible. C’est à cause de ces pieds nus que certains cueilleurs, marchant sur une étrange herbe, perdent la mémoire (ainsi que le rapportent certains contes traditionnels). D’autres contes rapportent qu’une certaine Herbe Bleue qui chante a le pouvoir magique de briser le fer (Il existe notamment en Italie une herbe que les vieilles femmes appelles « spacca pietre » car elles poussent sur les pierres et les fissures. Cette herbe très amère guérit de la jaunisse).

Plantes et planètes.

Notons que ces plantes entrent désormais dans la pharmacopée reconnue

La fête de la Saint Jean est jour de pleine lune. On pensait que les planètes avaient une grande influence sur les propriétés des plantes,  aussi la cueillette s’effectue en relation avec la position des astres, notamment la lune et le soleil. Chaque planète régit des herbes particulières : le soleil pour l’angélique, la lune la mandragore et l’iris…

Les herbes de la Saint Jean poussent à l’état sauvage dans les prairies, grâce à elles, nos anciens pouvaient parer aux petits maux de tous les jours. Tout est utilisé : fleurs, feuilles, tiges ou racines, à tour de rôle séchées, infusées, réduites en poudre, laissées macérer, sous forme d’huile ou en tisane… nos anciens connaissaient les bienfaits de chacune de ces herbes et les préparaient pour passer une année à l’abri des maladies.

Pour les Celtes le soleil était avant tout, une source de lumière, de chaleur et de vie.

Au solstice d’été, le 21 juin, le soleil atteint le point le plus septentrional le long de l’horizon et part pour un long voyage vers le sud jusqu’au solstice d’hiver à la mi-décembre. C’est le jour le plus long de l’année et l’événement est fêté par tous, en allumant des feux de joie purificateurs et régénérateurs. On allumait des feux de joie pour célébrer le soleil au sommet de sa puissance. Les feux donnaient aussi d’une manière rituelle de la force au soleil pour faire mûrir les fruits, les grains et protégeaient les hommes et le bétail des maladies.

De nos jours la fête a lieu le 24 juin pour la Saint Jean Baptiste et on attend comme par le passé, le lever du soleil pour lui souhaiter la bienvenue. C’est aussi le temps du ramassage des herbes médicinales couvertes de rosée, juste avant le lever du soleil, moment de l’année où elles sont à leur apogée de leur pouvoir. (rite de la cueillette: marcher pieds nus et à reculant, cueillir les herbes de la main gauche.) Pour les cueillir, il vous faudra avoir le cœur aussi frais et léger que vos mains.

Se soigner avec les plantes, c’est un mode de vie!

Les 7 plantes sacrées de la Saint Jean:

l’achillé millefeuille

donne force et tonus et soigne les parasites intestinaux.

L’armoise

armoise

Dite Artémise ou couronne de Saint Jean, soigne les troubles féminins et fortifie l’appareil digestif.

la joubarbe

dite Artichaut des murailles ou Barbe de Jupiter, soigne les problèmes de peau : dartres, cors, gerçures, piqûres et elle protège les maisons de la foudre.

le lierre terrestre

dit Courroie de Saint Jean, soigne les rhumes, bronchites et protège des esprits mauvais (cf. La danse des fées, conte celtique) 

La marguerite sauvage

marguerite-sauvage

Soigne les conjonctivites et aide à la cicatrisation des plaies.

le millepertuis

Dit Chasse-diable, soigne les brûlures et les douleurs rhumatismales.

millepertuis

 

La sauge

Aide à la digestion.

D’autres herbes viennent compléter ces plantes magiques. Selon les régions on cueille : angéliques, aubépines, bourraches, chélidoines, gentianes, iris des marais, lavandes, marjolaines, mauves, mélisses, menthes, myrtes, pimprenelles, plantains, reines des prés, romarins, rue, salsifis, serpolet, thym, verveine. Certaines comme la marjolaine, le thym et la verveine, entraient dans la composition de philtres d’Amour….

Aucune obligation de les collecter, ni en variétés ni en quantités. Mais les sept énumérées ci-dessus permettent de faire face aux petits maux de tous les jours. Auxquelles il faudra rajouter pour atteindre les vingt-sept herbes de la Saint Jean, vingt autres herbes cousines estivales.

Lire : Aux Herbes de la Saint Jean : carnet de notes d’une herboriste Tisanes pour enfants et adultes

livre

AUTEUR : de Pascale Maasdam

née à Lyon dans le quartier St Jean à deux pas de la cathédrale. D’abord institutrice, sa rencontre avec Simone Chavassieu, herboriste diplômée exerçant place St Jean, va bouleverser sa vie. Devenue son élève puis son assistante, son travail pendant plus de vingt ans au sein de l’herboristerie lui a donné l’envie de faire partager son savoir et son expérience au service des adultes et des enfants dont elle s’est toujours sentie très proche.

Présentation de l’éditeur

Tout le monde s’accorde à reconnaître aujourd’hui qu’infusions ou décoctions de plantes peuvent venir en aide pour les déséquilibres fonctionnels que sont les états dépressifs, le manque de sommeil, les problèmes hépatiques etc. La plante contient un ensemble de composants merveilleusement équilibrés dont l’action conjointe permet d’éviter tous troubles ou effets secondaires mal contrôlés. C’est une manière plus douce d’aborder la maladie, plus respectueuse des vibrations de l’individu. Broché – 14 x 22,5 – 128 pages

pascale

Extrait – Avant-propos  du livre:

Ceci est un livre d’aventures. Pas de celles qui se situent dans les contrées lointaines, ou sur les océans ! C’est l’aventure spontanée et fortuite d’une phase de ma vie. Elle a démarré en tant qu’institutrice, par amour et au service des enfants. Un métier que j’ai adoré car les enfants sont la joie, la spontanéité, l’innocence même. Je les ai aidés à faire leurs premiers pas dans leur vie sociale, le respect et l’écoute des autres. Je les ai consolés quand ils étaient tristes, soulagés quand ils avaient mal, aimés en toutes circonstances. Puis mon époux m’a emmené dans son pays nordique où j’ai passé près de dix ans et où j’ai mis au monde deux enfants magnifiques. Ensuite les circonstances de la vie m’ont fait revenir à Lyon. Et là, j’ai rencontré une personne qui allait donner un autre tournant à ma vie. Il s’agit de Simone Chavassieu, herboriste diplômée exerçant Place Saint-Jean à Lyon.

Tous ceux qui l’ont connue pourront vous le dire : c’était une femme exceptionnelle, d’une grande personnalité, autoritaire pour certains mais compétente pour tous. Au-delà de l’enseignement qu’elle m’a donné sur les plantes médicinales, j’ai rencontré une amie ; une femme qui m’a appris beaucoup de choses sur la nature, la santé, la psychologie et la diplomatie… sur la vraie vie en somme ! Elle était très exigeante au point de me faire pleurer, attendrissante et drôle aussi. Elle avait le sens de la répartie, l’aplomb et l’expérience de son âge. Elle pouvait dire plus de choses aux gens, bien en face et parfois assez crûment. Elle m’a laissé un savoir considérable sur les plantes médicinales, et sur ses mélanges de plantes que j’aimerais partager avec vous. Parallèlement, j’ai complété mes connaissances par deux années d’études de botanique et je suis devenue conseillère agréée en fleurs de Bach. Cela me permet d’avoir une approche de la personne sur un plan émotionnel. Cette démarche complète efficacement l’aide apportée par les plantes médicinales. J’ai écrit ce recueil pour que ce savoir ne se perde pas et pour que le souvenir de Simone Chavassieu ne s’efface pas.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s