Histoire d’amour entre plantes et humains

 

L’amour ne concerne pas que les humains (ou les animaux). Il est aussi une valeur importante pour certaines plantes. La mélisse citronnelle, par exemple, apprécie que les créatures coopèrent entre elles. Le pissenlit, lui, entoure les exclus. C’est sans doute là une notion difficile à appréhender pour nous qui avons tendance à croire que l’Amour, le Partage, la Paix, l’Honneur, l’Entraide… sont des valeurs purement humaines.

Les voir chez l’animal demande déjà de notre part un effort, une réflexion, une part d’acceptation. Alors les voir chez la plante…. Cependant la plante cherche à assurer votre survie parce que vous lui êtes nécessaire. On peut fort bien imaginer en effet que la plante soigne l’animal qui participe à la propagation de ses graines. Et donc, à nouveau, qu’en assurant votre survie, la plante cherche d’abord à s’aider, elle. Et là, je ne peux m’empêcher de penser que tout dépend de la manière dont on perçoit le monde.

Oui, on peut communiquer avec l’esprit des plantes. Oui, on peut recevoir leur enseignement. Oui, on peut les assister dans leur mission spirituelle en joignant à elles notre prière humaine, le pouvoir de notre visualisation. Oui, encore, les plantes nous soignent. Et nous les aidons également. Physiquement, d’abord, en les arrosant, en les dégageant de ce qui les étouffe dans leur croissance, voire même en leur prodiguant des soins énergétiques. Mais également spirituellement, en joignant nos pensées aux leurs. En nous connectant à elles, simplement.

Il ne s’agit pas de chercher comment elles peuvent nous aider. En tout cas, pas seulement. Il s’agit également de se demander comment, avec elles, en coopérant avec elles, en travaillant avec elles, en nous joignant à elles, nous participons à l’évolution de cette conscience planétaire à laquelle nous appartenons. Et cela, je pense, c’est un travail spirituel pour toute une vie. Sur cette conclusion, je vous souhaite une agréable et verte journée.

Dans son livre, « The Book of Seidr », Runic John propose un exercice intéressant permettant d’harmoniser nos centres d’énergie. Beaucoup connaissent la notion de chakra, ces roues énergétiques disséminés à travers le corps. La plupart du temps, nous leur associons une couleur, qui va du rouge au violet, lorsque nous passons du chakra racine situé au niveau du pubis, jusqu’au chakra couronne qui coiffe notre tête.

runes

L’exercice se réalise debout. On commence par imaginer, loin en-dessous de nous, dans les profondeurs de la Terre, une sphère de couleur noire. Celle-ci envoie un rayon de lumière noire qui s’éclaircit de plus en plus jusqu’à devenir brune, de la couleur de l’humus. Elle touche un centre d’énergie situé au niveau de nos pieds et dénommé « Fot ». Il correspond à notre corps physique, à notre enracinement et est marqué de la Rue « Ur », la rune du taureau. Il est lié à l’élément « terre » et à notre conscience physique, terrestre, à nos énergies les plus denses. Il est la manifestation en nous du monde de l’Helheim, un des mondes sous-terrains.

Ensuite, on visualise une sphère d’un blanc très pur, très lumineux, situé dans le ciel. Elle correspond à l’élément « air » et nous envoie un rayon de lumière blanche qui touche un autre centre d’énergie situé tout autour de notre tête et dénommé « Hafela ».  Ce centre d’énergie représente notre plus haut niveau de conscience, notre divinité. Il est la manifestation en nous du monde des Ases, Asgard. Il est marqué de la rune « As », la rune de la parole, et est relié à nos énergies les plus subtiles, à notre sagesse, à notre compréhension spirituelle du monde.

Ces deux centres d’énergie expriment une première forme d’équilibre, une sorte de couple constitué d’énergies opposées qui s’attirent et se repoussent en même temps.

Ayant pris conscience de leur présence, on ramène la conscience sur la sphère brune qui palpite à nos pieds. Celle-ci envoie un rayon de lumière qui remonte jusqu’à nos parties génitales. De brune, cette lueur se bleuit pour nimber le centre d’énergie qui s’y trouve d’un bleu profond, qui évoque la profondeur des océans. Ce centre énergétique est dénommé « Hype ». Il correspond à l’élément « eau ». Là se manifeste en nous le monde du Svartalfheim où s’exprime le pouvoir créatif des nains. Il se relie à nos énergies sexuelles et créatives, à l’eau des fontaines et des sources, à l’émergence. La rune qui le marque est « Othal ».

Ensuite, on reconduit la conscience sur la sphère blanche et lumineuse qui entoure notre tête. Celle-ci envoie un rayon de lumière vers la région de notre coeur. Ce faisant, elle devient de plus en plus rouge. Le centre d’énergie situé au niveau du coeur se nomme « Heorte ». Il est relié à l’élément « feu » et au monde du « Ljossalfheim » où séjournent les âmes qui ont choisi de ne pas rejoindre le monde des Ases mais de venir en aide à ceux qui vivent dans le Midgard. Il est relié à l’amour, à la bienveillance, à la compassion. Il est marqué par la rune « Eh », la rune du cheval.

Un autre couple d’énergies opposées et complémentaires se manifeste ici, le feu et l’eau.

A ce moment, on imagine le flux d’énergie aquatique remonter de nos parties génitales pour atteindre un point situé juste en dessous du nombril. Ce point est le lieu où nous naissons, où se trouve notre nombril, notre matrice. Il est relié au Midgard, à notre égo et est marqué de la rune « Is« , la rune des glaces. Au fur et à mesure que l’énergie de l’eau remonte vers lui, elle se transforme et devient glace, qui est un autre aspect de l’eau.

On visualise alors un flux d’énergie de feu qui descend de la région du coeur pour se diriger, lui aussi, vers le nombril. Cette lumière, frappant la glace qui s’y trouve, y allume un puissant arc-en-ciel. Le centre d’énergie situé au niveau du nombril rayonne alors de toutes les couleurs exprimées en ce monde. C’est le moment de prononcer ces mots : « je suis le monde », comme différentes facettes des royaumes qui peuplent l’arbre-monde Yggdrasil se manifestent en nous à travers tous ces centres d’énergie.

On laisse quelques instants rayonner ensemble ces centres énergétiques avant de laisser le rayon noir et le rayon blanc se retirer vers leurs sources. Ce faisant, nous ne conservons que l’énergie terrestre et céleste dont nous avons besoin. C’est le moment de remercier les dieux et les déesses pour leur aide. Je vous propose un blog à visiter : http://sentierdesfaunes.canalblog.com/

Produits de la terre chez francesca

La majorité des animaux sont capables de se déplacer dans leur milieu à la recherche de leur partenaire sexuel pour se reproduire. Mais les plantes caractérisées par un mode de vie fixé sont incapables de se mouvoir dans leur milieu. Certaines plantes utilisent alors des animaux pour la réalisation de leur reproduction.

Conclusion Le mode de vie fixé des plantes a contraint la sélection lors de l’évolution des caractéristiques particulières des plantes permettant leur reproduction sexuée et la colonisation de nouveaux milieux. Des animaux participent à la reproduction sexuée des plantes à fleurs lors de la pollinisation et la dissémination des graines. La coopération entre les plantes à fleurs et les animaux est donc le résultat d’une évolution conjointe entre les plantes à fleurs et les animaux. Depuis plus d’une dizaine d’années, un déclin des populations d’insectes pollinisateurs est observé dans plusieurs pays, en particulier en Europe. Ce déclin, s’il n’est pas enrayé, pourrait avoir de graves conséquences sur de nombreuses plantes à fleurs, y compris certaines utilisées en agriculture pour l’alimentation humaine.

Il ne s’agit pas de chercher comment les plantes peuvent nous aider. En tout cas, pas seulement. Il s’agit également de se demander comment, avec elles, en coopérant avec elles, en travaillant avec elles, en nous joignant à elles, nous participons à l’évolution de cette conscience planétaire à laquelle nous appartenons. Et cela, je pense, c’est un travail spirituel pour toute une vie.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

Surveiller la santé de votre côlon régulièrement

La santé de l’intestin est d’une importance capitale pour que votre corps fonctionne bien. Comme le veut le dicton : « La régularité est gage de santé ». Il faut évacuer efficacement les matières fécales de votre système ; autrement, un résidu toxique d’excréments incrustés, s’accumulant en plusieurs années, s’agglutine pour former une surface durcie le long des muqueuses intestinales. Lorsque les excréments s’accumulent dans les intestins, toutes sortes de problèmes physiques surviennent.

Les intestins doivent être capables d’absorber les nutriments provenant de la nourriture digérée dans l’estomac. La prochaine fois que vous prendrez un bain, regardez votre abdomen et vérifiez s’il est distendu. Une irrigation du côlon deux fois par an, préférablement au printemps et à l’automne, aura des effets miraculeux sur votre santé et votre vitalité.

infusion

La nourriture peut facilement s’incruster dans le côlon du fait d’une alimentation médiocre constituée d’aliments trop cuits ou industriels, d’une carence en eau et d’un mode de vie sédentaire. Des combinaisons d’aliments mal assortis provoquent des fermentations et de la putréfaction dans les intestins, qui deviennent ainsi un site toxique dans l’organisme.  Les viandes rouges sont indigestes  elles stagnent dans l’organisme plus longtemps car celui-ci doit travailler plus fort pour digérer ces aliments lourds. Par conséquent, quand vous mangez des aliments riches, vous avez moins d’énergie et vous vous sentez plus fatigué. Vos émotions sont aussi un facteur qui influe sur l’assimilation de la nourriture, même la meilleure. Il est nocif de manger lorsque vous êtes en colère, car les aliments ne seront pas digérés. La colère est une énergie contrôlante, constrictive, qui empêche la digestion et l’assimilation ; donc, lorsque vous êtes en colère, ou que vous vous sentez contrôlant ou contracté, il vaut mieux absorber des quantités d’eau et des tisanes, et attendre d’être mieux équilibré sur le plan émotif pour manger.

Voici une boisson efficace pour nettoyer le côlon :

  • Mélangez 170 grammes de jus de fruits biologiques (pas d’agrumes) et une quantité égale d’eau pure, saine, non florée, pour obtenir 360 ml au total.
  • Versez le liquide dans un récipient et ajouter une cuillerée à soupe de chacun des ingrédients suivants : chlorophylle liquide, jus d’aloès concentré, bentonite hydratée et psyllium.
  • Couvrez le récipient, agitez bien
  • Avalez la concoction en quelques minutes.

Si la solution n’est pas ingérée avant dix minutes, elle épaissira et prendra la consistance d’un pudding, ce qu’elle aurait dû faire dans vos voies intestinales. Cette boisson servant à purifier l’intestin doit être prise à jeun, au moins une demi-heure avant le petit déjeuner.

Ne touchez pas au café car c’est une boisson trop dure pour l’organisme, et buvez au moins dix verres d’eau chaque jour pour permettre au côlon de se nettoyer. Vous pouvez prendre un laxatif végétal doux avant le coucher pour accélérer le transit.

Si vous prenez la boisson décrite plus haut sur une période de dix jours  à quatre semaines, vous serez surpris de ce que vous évacuerez. Une fois que le côlon se met à se purifier, néanmoins, vous éliminez aussi de la flore bactérienne valable ; il faut donc la reconstituer chaque soir en prenant un probiotique, des bactéries lactiques dans les yaourts vivants ou des acidophilus. Absorber une quantité d’aliments crus, riches en enzymes, améliorera le processus de purification interne et développera, renforcera et réparera les tissus ; si vous n’êtes pas en mesure de vous livrer à une désintoxication du côlon s’étendant sur douze jours, instituez alors un « jour léger » par semaine ou au moins une fois par mois, où vous ne mangerez que de la pastèque et des pommes biologiques, qui sont tous deux des nettoyants intestinaux efficaces.

L’infestation par des parasites est un problème beaucoup plus important que la plupart des gens ne le croient ; il est donc suggéré d’effectuer un nettoyage des parasites après avoir désintoxiqué le côlon. Plusieurs médecins holistiques connaissent l’ampleur épidémique des infestations parasitiques, que la médecine traditionnelle méconnaît et ignore. Encore récemment, on se livrait à une cure vermifuge régulière en avalant une potion d’hui de ricin chaque mois. Un mode de vie sédentaire associé à un régime alimentaire malsain contribue à la stagnation des résidus dans l’intestin, favorisant un environnement où pulluleront les parasites. Ceux-ci épuisent particulièrement votre énergie et peuvent causer de nombreux problèmes de santé : éruptions cutanées, démangeaisons chroniques, troubles digestifs, trubles des articulations, mauvais haleine. En outre, ils se nichent dans les tumeurs. Les parasites s’emparent les premiers de la nourriture riche, polluant votre sang de leurs déjections. Ces bestioles tenaces adorent les milieux acides, et leur activité s’intensifie à la pleine lune et à la nouvelle lune. Prêtez davantage d’attention à l’état de votre corps lors des divers cycles lunaires.

colon

Des potions consistant en un mélange de plantes comme le clou de girofle, l’armoise, le brou de noix et le fenouil sont vendues dans les magasins et peuvent être prises pour éliminer les parasites ; l’huile de ricin, les figues, les graines de citrouille, l’ail frais et le poivre de Cayenne sont couramment employés pour purger les parasites.

Le brou de noix verte peut supprimer les parasites et les vers. Des millénaires durant, la noix de Grenoble fut considérée comme un aliment aux propriétés spéciales parce que sa forme est similaire au cerveau et aux intestins. Ces aliments, si vous les absorbez régulièrement, renforceront votre organisme ; sachez aussi que les parasites abhorrent un environnement alcalin. Quelques appareils électroniques ont également fait leurs preuves. Sur le plan affectif, le fait d’être infesté de parasites évoque des difficultés avec les frontières personnelles : qui vous utilise, qui épuise votre énergie et quels problèmes psychologiques esquivez-vous ?

Sur le plan spirituel, les parasites sont liés à une dénégation du corps. En raison d’une méfiance ou d ‘une aversion envers votre corps, il est possible de le déserter, ce qui, à son tour, permet à divers êtres désincarnés de pénétrer et d’occuper l’espace que vous refusez.  Comme la nature élève l’humeur, il faut passer plus de temps à l’extérieur à respirer de l’air frais. La marche et l’exercice diminuent l’anxiété et soulagent la dépression. Le trampoline fait bouger les fluides dans votre corps et stimule votre cerveau afin qu’il produise vos euphorisants naturels qui stabilisent l’humeur.

Si vous équilibrez l’énergie de votre corps, vous aurez l’esprit clair et paisible !

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

Extrait du livre de Barbara Marciniak http://bibliothequecder.unblog.fr/2014/12/23/sagesse-des-pleiades/  pour un Monde en chaos aux Editions Ariane 2006

Guérir grâce aux essences vivantes

 

Votre corps a été conçu à l’origine pour se régénérer complètement de lui-même.  

Lorsque que nous parlons d’Essences Vivante, nous ne parlons pas de choses qui étaient vivantes auparavant, mais qui sont vivantes maintenant – certaines d’entre elles provenant directement du corps humain, qui sont améliorées et que l’on vous redonne. Quelques-unes sont anciennes, et vous sont redonnées. La recommandation que nous vous faisons à l’égard de ces remèdes à base d’essence vivante est que vous devez les accueillir, leur parler et leur donner la permission d’entrer dans votre corps.

goutte-eauL’énergie du cosmos est constante et uniforme, et lorsqu’elle est utilisée dans un autre endroit, elle diminue dans la zone d’où elle a été puisée. Il s’ensuit que, bien que vous disposiez sur la planète en ce moment d’une biologie qui est conçue pour se rajeunir complètement d’elle-même, elle ne peut le faire à 100 % sur une longue période de temps. La raison en est que la faiblesse de l’énergie cosmique ne le permet pas. Ce n’est pas une erreur de l’Esprit si cette baisse de l’énergie existe car cela rend possible l’interruption de la vie et le changement. Du fait de cette situation, vous avez pu ainsi, vie après vie, travailler à épurer votre karma et connaître des changements vibratoires.

Il n’y a aucune guérison qui soit trop difficile pour l’Esprit ! Les remèdes à base d’essence vivante sont ceux qui rajoutent de l’énergie dans votre corps pour réaliser l’équilibre à 100 %. Ils doivent être vivants, car leur vie est de l’énergie ; les remèdes faits d’essence vivante dont nous parlons se concentrent directement dans le thymus. Ils vont permettre que cette glande fonctionne aussi parfaitement qu’à votre naissance. C’est véritablement du rajeunissement de la biologie humaine dont il s’agit ici. A 100 %….

Permettez-moi d’abord de préciser ce que j’entends par les essences vivantes (EV)

 En fait, il s’agit d’un processus utilisant des substances qui possèdent (ou possédaient) une énergie vitale ; au lieu de produits chimiques inertes, il est ici question de quelque chose de vivant ou qui le fut, mais doté d’une très grande énergie vitale. Plusieurs exemples de ces substances existent déjà, et beaucoup d’autres seront découvertes. Peu importe la technique que vous utilisez avec les EV, ces substances sont toutes efficaces. Certaines se contentent de faire passer leur énergie dans l’être humain, d’autres sont ingérées par l’organisme. Cependant, des EV produisent des effets qui dépassent de loin es réactions produites par les herbes et les plantes que vous connaissez. De nombreuses EV sont d’origine tout à fait inattendue et sont capables de fournir une énergie vitale qui cocréera la guérison dans votre corps, en accord avec vous. Certaines EV sont contenues dans des rochers et possèdent une énergie vitale de plusieurs milliers d’années, lorsque l’énergie de la Terre était plus grande qu’aujourd’hui. D’autres se présentent sous des formes de vie extrêmement petites, prêtes à être récoltées, mais ont dissimulé jusqu’à présent leur grande valeur pour votre organisme. Et enfin, quelques-unes proviennent du domaine animal (les animaux sont ici pour vous servir) et vous seront d’une aide précieuse.

LA VIE DEVANT SOI - x

 Voici quelques conseils sur ce que vous devez rechercher : 

  1. Soyez attentifs aux remèdes développés actuellement dans votre société et connus sous le nom d’essences vivantes. Ce n’est pas par hasard que cette appellation a été introduite. De nombreux guérisseurs ont déjà reçu le message et ont ainsi nommé ces substances.
  2. Si vous utilisez les EV, recherchez de nouvelles façons de les employer et attendez-vous à des résultats remarquables. Une partie des nouveaux dons de l’Esprit augmente la prise de conscience des moyens qui permettent le développement de méthodes efficaces de régulation de l’organisme (ce que font les remèdes à base d’essences vivantes).
  3. Choisissez les systèmes qui ont recours aux EV et qui sont plus élaborés qu’un simple mariage avec d’autres techniques connues utilisant le son et les couleurs. Le guérisseur sera un individu qui retiendra des méthodes très diversifiées en combinant diverses techniques de rééquilibrage. Comme nous l’avons déjà dit, il est temps que vous compreniez la façon dont vos diverses approches de guérisons alternatives peuvent s’associer afin de créer des systèmes qui deviendront de plus en plus puissants et efficaces.

 Ces nouvelles techniques de guérison apporteront aux humains équilibre et bien-être, et les préserveront de la maladie. Loin de se limiter à soigner les individus malades, ces EV peuvent devenir le moyen reconnu et accepté par tous de rappeler la notion de bien-être au corps humain, en le maintenant en contact avec sa mémoire cellulaire. Elles peuvent permettre d’apporter au corps les nutriments indispensables et de créer un équilibre qui permettra de lutter efficacement contre les nouveaux virus résistants qui font leur apparition.

Nous parlons bien ici d’outils qui sont cosmiques. Nous parlons de mécanismes que nous possédons maintenant qui attendent d’être utilisés et que nous les prenions et sachions qu’ils existent. Je m’adresse aux gens qui travaillent avec l’énergie, autant ceux qui ont reçu une formation classique ce ceux qui n’en ont pas reçue. Vous avez appris à faire circuler l’énergie. C’est ainsi que vous équilibrez un être humain. La souffrance disparaît. Les choses changent. La santé s’améliore. Vous savez donc de quelle façon l’énergie fonctionne. Vous savez aussi intuitivement qu’elle passe d’un endroit à un autre. Vous disposez maintenant d’un nouveau don, grâce auquel la transmission des propriétés d’une plante médicinale que vous tenez dans votre maint peut être transférée à l’humain, en plus de l’énergie que vous transmettez déjà. L’herbe médicinale n’a donc pas à être ingérée, et ainsi elle n’en souffre pas tandis qu’elle est utilisée. La plante médicinale scellée dans une fiole est toujours fraîche.

Il en est ainsi parce que c’est notre travail avec l’énergie qui produit l’effet recherché. Il n’est donc pas nécessaire de drainer de l’énergie de la plante utilisée. Seuls l’attribut et les propriétés curatives de l’herbe médicinale se juxtaposent à l’énergie que vous transférer au patient. Certains diront que c’est de la magie. D’autres diront qu’il s’agit d’un nouveau don. Alors quelle herbe médicinale devriez-vous utiliser… peut-être est-il temps de consulter un herboriste ? C’est la fusion. C’est le nouvel outil. Il nous appartient et il n’appartient qu’à nous d’en mesurer les résultats.

Notre biologie est polarisée, car notre corps possède des propriétés magnétiques ; autrement nous ne serions nullement influencés par le réseau magnétique. Nous sommes influencés par les champs magnétiques de la planète. Le corps humain a une capacité d’adaptation exceptionnelle au changement magnétique.

Les processus de guérison ne représentent réellement que la moitié du problème. Aucun d’entre vous, même ceux qui prescrivent des plantes médicinale et qui en connaissent parfaitement les effets sur l’organisme, ne parviendront à obtenir une guérison mesurable si la personne demandant à être guérie se refuse à donner la permission qu’il en soit ainsi. Le processus, aussi intéressant puisse-t-il être est que tous les guérisseurs sont des « neutralisateurs ».

Exprimer le désir d’une transformation, c’est demander à aller de l’avant dans la nouvelle énergie. C’est un puissant catalyseur d’auto-guérison. Personne ne peut s’en remettre à quelqu’un d’autre et lui demander de tout faire à sa place. Elle doit se rendre compte qu’il lui faut changer et donner à son corps la permission de recevoir l’influx d’énergie. Elle doit permettre que la plante médicinale produise son effet. Telle est la tâche de l’humain qui vient vous rendre visite pour être guéri. Il faut être deux pour que ça marche.

Extraits  repris dans la série des Livres de Kryeon, canalisé par Lee Carroll

 Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

L’infusion et la décoction des plantes

 

Il est possible de faire infuser les plantes fraîches et sèches.

Si la plante est sèche, le dosage est de 1 cuillère à café pour une tasse (25 cl environ). Si la plante est fraîche, le dosage sera supérieur. En effet, la plante sèche débarrassée de son eau, a un poids moindre.

 Il y a donc des équivalences à faire entre 1 cuillère de plante sèche et son équivalent frais. La dose peut également être augmentée pour la plante sèche si l’infusion doit servir à un usage médicinal. Dans ce cas, il est conseillé de se référer à des spécialistes de la question (homéopathes, phytothérapeutes et médecins généralistes sensibles à la guérison par les plantes).

infusion décoction

Il existe trois méthodes pour infuser les plantes :

  1. a) infusion chaude sur base eau froide On met les plantes dans un récipient à chauffer avec de l’eau froide. Dès que l’eau frémit, on éteint, on couvre et on laisse infuser.
  2. b) infusion chaude sur base eau bouillante On fait bouillir l’eau, et on verse sur les plantes, on couvre et on laisse infuser.
  3. c) infusion froide sur base eau froide On met les plantes dans de l’eau fraîche, on couvre et on laisse la plante diffuser son parfum et ses actifs dans l’eau.

Pour les deux premières méthodes, il est conseillé de laisser infuser 5 à 10 minutes, sauf pour les plantes riches en huiles essentielles (lavande, thym), dans ce cas, l’infusion ne devrait pas dépasser les 3 minutes.

Pour la dernière méthode, on peut mettre 1 ou 2 branches de menthe dans une bouteille d’eau et laisser reposer. En été, cela permet de servir une eau fraîche et désaltérante, agréablement parfumée.

Pour sucrer les infusions, il est préférable d’utiliser du miel ou du sirop d’agave. Il est également possible de rajouter un trait de citron pour contrebalancer l’amertume. Il est également possible d’utiliser l’infusion en usage externe, par exemple pour un bain relaxant (plantes sèches) :

* 100g de houblon

* 100g de lavande

* 100g de tilleul

* 100g de pétales de fleurs d’orangers

Faire infuser dans 2 litres d’eau, filtrer et mettre dans l’eau du bain.

La décoction des plantes

Méthode utilisée pour les racines et les semences.

La dose est de 1 cuillère à café par tasse. Mettre dans de l’eau froide et faire bouillir 3 minutes, puis baisser le feu, laisser frémir quelques secondes et enfin, éteindre le feu, couvrir et laisser reposer environ 10 minutes.

Attention au mélange feuilles-racines, car les modes de préparation et les temps de repos sont différents. Il est toutefois possible de faire une décoction et de rajouter les feuilles après, durant le temps de repos pour ne pas trop agresser la plante.

En usage externe, il est possible d’utiliser la décoction pour faire des compresses. Dans ce cas, il faut tremper du linge dans la décoction et l’appliquer sur les endroits à soulager. Pour les yeux, on  fait une décoction de bleuet et on rajoute un peu de sel pour se rapprocher du sérum physiologique. Puis on plonge des disques de coton et on applique sur les yeux pour dégonfler et soulager.

La macération

Comme l’infusion, la macération peut être réalisée de trois façons : à froid ou sur base eau tiède ou bien dans l’huile

  1. a) macération à froid Cette méthode concerne les plantes à mucilage (rose trémière, mauve, guimauve, etc). Il s’agit de rechercher un breuvage qui va apporter de la douceur à la gorge ou aux intestins par exemple. On met la plante dans de l’eau froide, on laisse macérer pendant 1 heure et on récupère le dépôt qui se fait à la surface.
  2. b) macération dans de l’eau tiède Cette méthode peut servir pour extraire certains principes actifs, comme la vitamine C du cynorhodon. Il est également possible de l’utiliser sur la reine des prés qui contient des principes actifs similaires à l’aspirine.
  3. c) macération huileuse C’est un mode intéressant pour faire des huiles de massage ou soulager des problèmes de peau. Il faut mettre la plante dans une bouteille d’huile de première pression à froid, en verre et la mettre au soleil durant 3 semaines.

On filtre et on conserve le macérat à l’abri de la lumière par la suite. Il peut être conservé 12 à 18 mois.

Quelques exemples de macérats :

* pâquerette (pouvoir tensif)

* calendula (irritations de la peau)

* millepertuis (brûlures et douleurs articulaires) Attention, le millepertuis est réputé photosensibilisant.

Ne pas s’exposer au soleil après.

remède livre

Références bibliographiques : – 250 remèdes naturels à faire soi-même

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

Confection de sachets magiques

 

Les sachets sont en effet trop souvent méconnus ou méprisés, car peut-être moins spectaculaires qu’un rituel à proprement parler. C’est pourtant une solution sur laquelle on peut compter dans de nombreux cas et qui possède de nombreux avantages : la simplicité quant à leur confection, la faible débauche d’énergie, et une bonne efficacité compte tenu du peu de moyens employés, etc. Les sachets magiques, comme vous pouvez l’imaginer, se présentent sous la forme de pochettes ficelées, renfermant des plantes et/ou des cristaux, et que l’on portera sur soi, ou que l’on placera chez soi, dans sa voiture, à son bureau, ou ailleurs encore selon l’objectif ciblé. Il est bien sûr très courant également, et très bénéfique, de les offrir à une personne que l’on souhaite protéger, aider ou séduire. Il existe vraisemblablement autant de méthodes pour confectionner des sachets magiques qu’il y a de pratiquants, mais puisque c’est moi-même qui écris cet article, je vous ferai part de ma propre méthode. À vous si vous le souhaitez de l’adapter et/ou de la modifier selon vos besoins, ce serait même l’idéal.

Sachets magiques

3 tutoriels

Il sera question ici, pour ce premier volet, de sachets concernant l’amour, l’amitié, et le relationnel en général. Deux autres tutoriels suivront lors des prochains numéros : le second sur la chance, l’argent et la vie professionnelle, le troisième et dernier sur la protection

Le matériel : L’un des nombreux avantages des sachets réside dans le peu de matériel que cela demande : il vous faudra donc un sachet (ou une pièce de tissu carrée que vous nouerez ensuite en sachet, c’est ce que je fais le plus souvent), de la ficelle (personnellement j’utilise du raphia, c’est naturel, bon marché, et ça marche bien, on peut trouver ça dans n’importe quelle jardinerie, ou même en grande surface), quelques plantes, et un ou deux cristaux.

Le sachet : Comme je l’évoquais plus haut, on peut tout aussi bien utiliser un sachet tout fait, qu’une pièce de tissu carrée que l’on rassemblera et nouera après y avoir mis les ingrédients. L’important réside plutôt dans la couleur. Pour ce qui nous préoccupe ici il faudra retenir les couleurs suivantes :

 – Amour : Rouge ou Rose, sachant qu’on aura plutôt tendance à utiliser le rouge pour un amour «passionné» et «charnel», et le rose pour quelque chose de plus «romantique». Si comme moi vous n’aimez pas faire la distinction entre les deux, choisissez indifféremment l’une des deux couleurs selon ce que vous aurez sous la main.

Amitié : Le Rose est également une excellente couleur pour des sachets d’amitié, mais le Jaune, voire le Bleu, feront aussi très bon emploi, avec tout de même entre les trois une préférence pour le Jaune (c’est mon avis).

Relations humaines en général : De ce côté là, le Jaune fait aussi des merveilles, mais le Bleu et l’Indigo sont également d’excellents choix (je mets encore mon grain de sel, j’ai une légère préférence pour le Bleu).

Les plantes : On rentre dans le vif du sujet. En effet, une fois que vous avez décidé du contenant, il vous faudra choisir le contenu. En règle générale, vous mettrez entre deux et quatre plantes différentes dans votre sachet (trois c’est pas mal, voire quatre).

 Voici les plantes que vous utiliserez pour les objectifs qui nous préoccupent. Bien entendu, ces plantes devront être chargées au préalable :

Amour : Rose, Lavande, Soucis (pour un amour romantique) ou Patchouli, Gingembre, Vanille, Cannelle (pour quelque chose de plus charnel). J’ajoute que le Jasmin et l’ylang-ylang font merveille dans les deux cas. On peut également citer le bois de Cèdre, le Cumin, le Ginseng, la Violette, la Verveine, le Basilic, la Pomme, le Romarin, le Poivre, le Piment, etc. le but n’est pas ici de faire une liste exhaustive.

Amitié : Vanille, Lavande, Tournesol, Orange, Citron (et tous les agrumes en général), Acacia, etc.

Relations humaines en général : Acacia, Jonquille, Verveine, Thym, Menthe, Bouleau, Tournesol, etc. Vous pouvez utiliser des plantes sous n’importe quelle forme : fraîches, séchées, broyées, etc.

Évidemment, l’idéal sera de disposer d’un jardin, ou de quelques pots dans lesquels on pourra prélever des plantes que l’on aura cultivées soi-même, mais tout le monde n’a pas cette chance, et des plantes achetées dans le commerce font largement l’affaire. Vous choisirez donc deux à quatre plantes différentes, préalablement chargées, que vous placerez dans votre sachet avant de passer à l’étape suivante.

Concernant les dosages, il est difficile pour moi de vous donner une indication ici étant donné que ça dépend en majeure partie du mélange choisi. Ceci dit, dans le doute, vous pouvez mettre une part de chaque plante, cela conviendra dans beaucoup de cas. Une autre solution consiste à mettre dans vos mélanges des parts plus importantes de la(les) plante(s) que vous considérez comme la(les) plus importante(s).

Les pierres :

Une fois que vous avez votre sachet en main et que vos plantes sont à l’intérieur, il ne vous reste plus qu’à y ajouter un petit cristal qui devra bien entendu être préalablement purifié et rechargé.

Voici une liste de quelques cristaux afin que vous choisissiez celui à ajouter à votre sachet (je n’en mets toujours qu’un seul). Sachez également qu’un petit quartz remplacera aisément n’importe quel cristal dans n’importe quel type de sachet, il aura en effet la faculté de démultiplier le pouvoir de vos plantes.

Mais si vous voulez quelque chose de plus orienté, voici une liste, bien entendu non exhaustive :

– Amour : Quartz rose, Tourmaline rose, Rhodochrosite (pour quelque chose de romantique toujours…), Hématite, Rubis, Grenat, Jaspe rouge (pour une orientation plus «physique»), etc. – Amitié : Quartz rose, Agate, Topaze, Turquoise, Émeraude, Lapis-lazuli, etc.

– Relations humaines en général : Topaze, Lapislazuli, Saphir, Citrine, Cornaline, etc.

Note 1 : Je ne suis pas véritablement convaincu quant à la division entre amour «romantique» et «charnel», mais j’ai tout de même fait cette division à titre indicatif. Vous pouvez cependant faire comme moi et faire votre «sauce» entre les deux, pour quelque chose de plus harmonieux.

Note 2 : Je rappelle que selon moi, n’importe laquelle des pierres citées plus haut peut-être remplacée par un quartz (j’entends quartz incolore/ blanc/translucide), tant que la pierre a été purifiée et rechargée, et que je ne mets jamais plus d’un cristal dans un sachet.

Finalisation du sachet : Eh bien voilà, vous avez vos plantes et votre pierre, il ne vous reste plus qu’à mettre tout ceci dans votre sachet/tissu et à le refermer avec la ficelle. Rien ne vous empêche pendant toute la préparation de brûler un encens en adéquation avec votre but, et de visualiser pendant la confection de votre sachet l’objectif que vous visez.

Utilisation : Pour les objectifs qui nous préoccupent ici, l’emploi du sachet variera principalement selon les buts à atteindre :

 – Pour un sachet visant à obtenir l’amour et/ou à susciter le désir chez une personne en particulier, il sera préférable de le lui offrir, ou si ce n’est pas possible pour des raisons évidentes, de le dissimuler chez elle ou à proximité. Idem pour l’amitié d’ailleurs, mais là il y aura sûrement moins de raison de se cacher.

– En revanche, pour stimuler, ou entretenir le désir, la passion ou même les sentiments au sein d’un couple déjà existant, le sachet pourra être placé dans la chambre à coucher, sous le lit ou sous l’oreiller.

 – Quant à un sachet visant à renforcer nos relations avec notre entourage, à augmenter notre charisme, ou tout autre but agissant sur le relationnel ou la sociabilisation en général, il sera préférable de le porter sur soi. J’ajoute qu’il faudra, selon moi, changer les plantes et purifier et recharger la pierre à nouveau tous les trois mois environ pour une efficacité optimale. Après, tout dépend de l’utilisation, mais trois mois me semblent être une moyenne raisonnable.

Une dernière chose, vous pouvez tout à fait (mais ce n’est pas du tout indispensable), invoquer certaines divinités lors de la création de votre sachet. Bien entendu, vous choisirez une divinité en rapport avec l’objectif souhaité :

– Ainsi, pour un sachet d’amour vous pourrez éventuellement invoquer Vénus, Aphrodite, Héra, Freya, Isis, Astarté, Habondia, Eros, Shiva et bien d’autres encore selon votre panthéon de prédilection. – Pour un sachet d’amitié, il y a Apollon, Aphrodite, Artémis, Freya, Vénus, etc.

 – Pour la communication et les relations humaines en général, les divinités à appeler sont approximativement les mêmes (je fais simple, il ne m’est pas possible ici de tout développer), mais ne vous fiez pas nécessairement à ma liste plus que légère, il en existe une foule que je n’ai pas cité, fiez vous davantage à vos croyances.

magie

Enfin, vous pouvez également, afin d’augmenter la puissance de votre sachet, le confectionner à un moment bien précis, vous choisirez pour cela un jour et une heure planétaire qui correspondent à l’objectif visé :

– Si vous désirez confectionner un sachet d’amour, un vendredi à l’heure de Vénus me semble l’idéal. – Pour un sachet d’amitié, vous pouvez également rester sur un vendredi à l’heure de vénus (ça me parait être le mieux), le mercredi et le dimanche, et l’heure de mercure et du soleil peuvent être envisagés.

– Pour renforcer la communication et les relations humaines en général, on préférera le mercredi ou le dimanche, et l’heure de mercure ou du soleil. J’ai rajouté après coup quelques indications sur les divinités éventuelles que l’on peut invoquer, et les correspondances possibles quant au jour et à l’heure les mieux adaptés à la création du sachet, mais sachez que ces deux derniers éléments ne sont pas du tout indispensables. Je vous les ai soumis à titre indicatif, mais l’on peut tout à fait réaliser des sachets très efficaces n’importe quel jour de la semaine, et sans nécessairement faire appel à un dieu ou à une déesse en particulier.

 Ce tutoriel touche à sa fin, je souhaiterais simplement vous rappeler ici qu’il s’agit de ma propre méthode de confection des sachets magiques, et que nombre de personnes procèdent autrement, ceci dit, ça a plutôt bien marché jusqu’à présent dans mon cas. Je ne peux cependant que vous encourager à développer vous-même tout ceci selon vos besoins.

Sur les bons conseils de Shaël – Magazine Lune Bleue

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

Faire des  Bains de guérison

Mélanger à une belle poignée de gros sel, une cuillère à soupe de sauge séchée et une cuillère à café de fleurs de lavande. Faire bouillir de l’eau que l’on viendra verser dans un chaudron (ou un autre récipient) sur le sel et les plantes. Laisser infuser jusqu’à ce que le liquide soit tiède puis y plonger une poupée représentant la personne à guérir ou une photo de celle-ci. L’immersion de la poupée se fait un soir de pleine lune quand celle-ci est encore croissante pour apporter la guérison. Dès qu’elle se met à décroître, jeter l’eau pour se débarrasser des problèmes de santé.

Attention tout de même ! Un rituel de guérison ne remplace jamais une consultation médicale et un traitement adapté, il les accompagne et agit de manière complémentaire à un autre niveau.

Sauge officinale

LA SAUGE officinale

Ses propriétés sont un peu différentes de sa cousine la sauge blanche (salvia apiana), si cette dernière est une excellente plante pour la purification, j’ai plutôt tendance à utiliser la sauge officinale pour mes rituels de guérison. Elle peut néanmoins être mélangée à du benjoin pour créer un encens de nettoyage de l’espace. La sauge officinale est également un ingrédient récurrent des mélanges à brûler pour favoriser la divination et l’intuition.

La sauge qui est “la plante sacrée” pour les Amérindiens est utilisée depuis bien longtemps et dans bien des pays et par bien des peuples. À l’époque, on s’en servait pour guérir presque tous les mots du corps et de l’esprit, d’ailleurs, sauge vient du mot latin “salvia” qui signifie guérir, soigner.

Les Amérindiens considèrent la sauge blanche comme la plus puissante de toute pour la purification, d’un lieu, de l’aura, du corps, de l’esprit, d’un objet… car elle éloigne les mauvais esprits et neutralise les énergies négatives. Elle est très utilisée lors des cérémonies chamaniques, religieuses ou pour des rituels de guérisons ainsi que pour la méditation. Elle est utilisé pour des problèmes physiques, comme, la congestion, les maux d’estomac, une transpiration abondante. On brûle les feuilles préalablement séchées pour purifier un lieu ou autre. On peut faire des infusions de sauge blanche, des bains aussi en jetant des feuilles dans l’eau du bain.

La sauge officinale favorise la sagesse, elle protège contre les entités négatives, elle aide à la concentration, éclairci les pensée, elle favorise la méditation.

Elle est préconisée en cas de digestion difficile, en cas de bouffé de chaleur lors de la ménaupose, en cas de règle douloureuse, et de transpiration excessive. Elle est un excellent désinfectant, anti-douleur, elle est tonifiante, cicatrisante, elle est préconisée aussi pour les piqûres d’insectes,

On utilise la feuille, on en fait des infusions, des gargarismes, on frotte les feuilles fraiches sur une plaie, sur une piqûre, elle est utilisée aussi en huiles essentielles, mais il faut faire attention toutefois, à ne pas l’utiliser à forte d’ose, ou sur du long terme pour se soigner, car elle contient de la thuyone qui est toxique sur du long terme, à la différence de la sauge blanche et de la sclarée qui n’en on pas

Et puis, les pharaons la connaissaient déjà. Dans la Rome Antique et la Grèce, la sauge représentait une plante sacrée. Ses propriétés souveraines pour favoriser la digestion et traiter les infections des muqueuses étaient déjà connues des Grecs de l’Antiquité. Il est dit que c’est « la plante qui sauve » et aussi le dicton suivant : « Qui a de la sauge dans son jardin, n’a pas besoin de médecin » !

SAUGE

Comment purifier votre maison avec de la sauge

  1. Achetez un bâton de sauge à brûler (le mien était en sauge blanche et lavande, et je l’ai eu dans un magasin d’aliments naturels) et cherchez un récipient pour le poser dessus (traditionnellement, on utilise une coquille d’ormeau). Prévoyez également une tasse d’eau pour l’éteindre après le rituel.
  2. Ouvrez toutes les portes et fenêtres de votre maison, et allumez vos ventilateurs si vous en avez.
  3. Allumez le bâton, et quand il prend feu, soufflez dessus et laissez les braises commencer à fumer (comme si vous vouliez allumer de l’encens).
  4. Définissez votre intention dans chaque pièce. Dites une prière de purification. Laurie Sue a suggéré, « Je purifie cette pièce de toutes les impuretés, de la négativité, ou de tout ce qui ne convient pas ou ne soutient pas les gens qui vivent ici. »
  5. Marchez dans la pièce, en agitant le bâton de sauge pour que sa fumée aille dans les coins, le long des murs, autour des fenêtres, et le long du plafond. Quand vous le faites, imaginez que la fumée absorbe la négativité, les problèmes de ceux qui étaient là avant vous, la toxicité, et tout ce que vous voulez voir partir. Regardez la fumée se dissiper et flotter au-dessus des fenêtres, et imaginez que la mauvaise énergie sorte de votre espace, laissant de la place pour une nouvelle énergie positive.
  6. Après avoir béni chaque pièce, « lavez-vous » avec la sauge. Couvrez vos mains de fumée et « lavez » votre visage avec elle, puis agitez-la sur tout votre corps comme si vous preniez une vraie douche. Visualisez toute la négativité résiduelle sortir de votre corps, de votre maison, et partir dans l’oubli.
  7. Éteignez le bâton dans la tasse ou, si votre bâton était très petit ou presque terminé, jetez-le dans les toilettes.

Pour vous protéger, il vous suffit de vous imaginer entouré d’une grande « bulle de lumière », une lumière blanche, étincelante, brillante à souhait et magnifique. Vous pouvez d’ailleurs aussi faire ça avec votre maison, vous l’entourez d’un dôme de lumière lumière blanche.

Pensez à demander un peu d’aide à vos guides en particulier. Pas besoin de longs discours, une simple petite demande suffit, avec vos mots à vous, ceux que vous employez d’ordinaire. Pas besoin de compliquer trop, juste être courtois… (Ils vous connaissent bien… N’oubliez pas un petit « s’il vous plait, et merci » qui ne mange pas de pain… C’est de plus la seule monnaie d’échange qui nous sera demandée ! N’hésitez pas à faire appel à eux pour vous purifier et vous nettoyer en profondeur de toutes les mauvaises énergies, certains sont assignés à ça !

Demandez à l’univers entier, ils se chargeront de trouver quelqu’un de compétent pour s’occuper de vous si vos guides ne sont pas spécialistes et pour savoir si votre demande a été entendue, vous pouvez mettre une bougie à côté de vous et observer à la fin de votre demande les réactions de la flamme…

Bon partage à vous !

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

LES BIENFAITS DE L’ARMOISE

 

L’armoise est associée à la pleine lune, à tous les mystères féminins et à l’élément eau. Dans la tradition d’Avalon, l’armoise est l’herbe de Rhiannon. Elle est aussi celle de Diane et Artémis. Ce sont toutes des déesses très féminines et associées à la pleine lune.

usages de l'armoise chez francescaLes principaux usages médicinaux de l’armoise sont l’action antipyrétique, qui fait baisser la fièvre, et emménagogue, qui aide les règles difficiles et les troubles associés à la ménopause.

Saviez-vous qu’avant l’introduction du houblon, l’armoise servait à parfumer la bière? Les feuilles en infusion, ou simplement suspendues attireraient les mouches. Les tiges bouillies donnent une teinture jaune. Elle trouve sa place dans les aménagements paysagers, car son feuillage gris argenté et parfumé est très agréable. L’armoise se consomme en infusion, généralement 10 gr par litre d’eau pour une prise de 2 tasses par jour. Il n’est pas conseillé d’en prendre sur une période prolongée en raison de la thuyone contenue dans la plante. De la même façon, elle est déconseillée aux femmes enceintes.

Une herbe associée à la mère pour la célébration de la fertilité et du printemps. Cela semble approprié. Une herbe célébrée pour ses pouvoirs magiques, utilisés durant les pleines lunes : l’Armoise, artemisia vulgaris L.

magie de l'armoise chez francescaL’utilisation magique la plus courante de nos jours est pour travailler avec les rêves et visions. La confection d’un oreiller de rêve avec de l’Armoise vous aidera à vous souvenir de ceux-ci au réveil. Cela augmenterait leurs qualités prophétiques et mystiques. Fabriquer un oreiller de rêve : coudre ensemble deux carrés de tissus en laissant 5 cm d’ouverture. Remplir la pochette d’armoise et fermer. Placez sous votre oreiller et ayez un carnet proche pour noter vos rêves au réveil! Si vos talents à l’aiguille laissent à désirer, vous pouvez utiliser du feutre et de la colle chaude, ça fonctionne très bien.

L’huile essentielle serait excellente pour consacrer et protéger vos outils de divination : boule de cristal, pendule, tarots.

Vous pouvez brûler la plante sur un charbon pour vous assister lors de vos séances de divination. L’élixir floral d’armoise est associé au principe féminin et au développement des facultés médiumniques et de la télépathie. Il aide à entrer en état alpha. Il libère des frustrations excessives et des obsessions qui amènent à se sentir victime. Si vous avez la chance de cueillir vous-même votre herbe, le meilleur moment est lors de la pleine lune, avant le lever du soleil et penché vers le nord.

Vous pourrez ensuite la faire sécher en bouquet pour utiliser dans la fabrication de votre oreiller ou la faire brûler en encens. Vous pouvez l’utiliser fraiche pour fabriquer une teinture dans du vin rouge :

60 gr de plantes fraiches dans 1 litre de vin rouge. Laisser macérer 3 semaines à l’abri de la lumière. Filtrer et embouteiller. Vous pouvez l’utiliser comme vin rituel lors de vos esbats.

Cette herbe bien répandue au Québec gagne à être découverte et utilisée dans tous les aspects de votre vie. Que sa protection vous accompagne et puissiez-vous toujours retrouver votre chemin, même au plus creux de l’hiver lorsqu’Ostara est à nos portes!

sur les conseils de Caroline Morin www.memoiresdavalon.org

En raison de leur feuillage argenté, souvent odorant, plusieurs espèces et variétés d’armoises sont prisées des amateurs de jardinage.

Une des plus populaires, l’armoise argentée, Artemisa schmidtiana «Silver Mound» possède des feuilles extrêmement délicates qui ne sont pas sans rappeler des plumeaux d’environ 30 cm de hauteur. Elle peut servir de couvre-sol. L’armoise de Steller, Artemisia stelleriana, jouit aussi d’une grande popularité en raison cette fois de son feuillage découpé et argenté, presque blanc. Elle est parfois échappée de culture au Québec.

On compte autour de 300 espèces d’armoises dans le monde. Elles poussent souvent dans les prairies en milieu relativement sec. Plusieurs sont toujours utilisées en médecines naturelles et parfois à des fins culinaires.

l'armoise

Une plante en demande

Au Québec, on en retrouve une douzaine d’espèces et quatre ou cinq d’entre elles sont originaires d’Europe dont la mythique Artemisia absinthium, celle à l’origine de la fameuse absinthe. On la retrouve parfois dans les champs et les pâturages de l’est du Québec. Le grainetier Patrice Fortier, propriétaire de la Société des plantes (www.lasocietedesplantes.com), une petite maison de Kamouraska, en voit à l’occasion à l’état sauvage dans son patelin. Mais les semences de l’armoise absinthe ou grande absinthe qu’il offre à sa clientèle viennent de plants cultivés chez lui.

Curieusement, même si elle n’a pas la beauté de ses cousines, plusieurs lecteurs demandent chaque année où trouver des graines de grande absinthe. D’ailleurs à la Société des plantes, les ventes de semences d’absinthe sont constantes, une popularité attribuable vraisemblablement à certaines propriétés médicinales et insectifuges de la plante. Tout le mystère qui entoure encore la fameuse liqueur, chantée jadis par plusieurs poètes et écrivains célèbres comme Baudelaire ou Zola, n’est pas étranger non plus au phénomène.

Vivace en zone 4, Artemisia absinthium atteint environ 1 m. Son feuillage argenté est particulièrement aromatique et sa floraison survient au cours de l’été. «Les fleurs jaunes sont jolies et l’aspect du feuillage blanchâtre est spectaculaire sous la pleine lune», indique Patrice Fortier. La plante se multiplie facilement à partir de semis et peut même devenir envahissante si on ne prend pas la précaution de couper les fleurs quand la floraison achève, dit-il. D’ailleurs, il conseille de rabattre le plant pour lui donner une forme arrondie et de conserver feuilles, fleurs et tiges dans le but d’en faire des décoctions.

«La plante a un effet stimulant sur la vésicule biliaire, fait-il valoir. Une petite dose d’une liqueur résultant d’une macération à base d’alcool d’absinthe, de mélisse et autres plantes me permet de digérer beaucoup mieux certaines viandes. Mais ce breuvage est très amer. Je me souviens d’avoir lu par ailleurs dans des bouquins européens des recettes de dindes farcies dans lesquelles on retrouvait des feuilles d’absinthe, probablement pour le goût, mais aussi pour faciliter la digestion.»

Patrice Fortier se sert aussi de la plante séchée et réduite en miettes pour éloigner les vers gris de ses potagers. Il suffit de répandre la poussière d’absinthe dans les rangs.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/