Le thé possède de nombreuses vertus pour la santé

 

Connaissez-vous celles-ci, rapportées lors du 5ème Symposium sur le thé et la santé qui s’est tenu le 19 septembre 2012 à Washington ?

champ de thé

Apparu en Chine vers l’an 600 et bu depuis des millénaires, le thé est devenu une boisson très populaire. Sa richesse en antioxydants est bien connue mais il possède d’autres vertus. Un symposium a été consacré au thé le 19 septembre 2012 à Washington (DC). En voici les principales conclusions.

Tous les thés, qu’ils soient blanc, vert, noir, oolong viennent d’une plante appelée Camellia Sinensis.

Les différences tiennent au degré de fermentation (oxydation enzymatique) des feuilles : dans le thé noir ce processus est totalement accompli, alors qu’il est interrompu très tôt dans le thé vert, en exposant les feuilles à la chaleur. Les thés blanc et oolong correspondent à des états intermédiaires. Tous les thés sont cependant riches en flavonoïdes, des composés appartenant à la grande famille des polyphénols. «

Le the est très riche en flavonoïdes

Les flavonoïdes représentent un tiers du poids de la feuille de thé, ce qui est très élevé, quand on considère que le thé n’amène pratiquement pas de calories,  » déclarait lors du symposium le Pr Jeffrey Blumberg (Tufts University, Boston). Pour les intervenants qui se sont succédé, la teneur en flavonoïdes et donc les bénéfices qui lui sont associés, varie considérablement selon les régions de production, les variétés, le traitement des feuilles et la manière dont le thé est infusé. Malgré tout, le thé peut être considéré comme une boisson favorable à la santé même s’il ne faut pas en attendre des miracles.

Il est favorable à la santé cardio vasculaire

Il contribue à la souplesse des artères et à la fluidité du sang. Les études épidémiologiques montrent que par rapport aux non buveurs, les buveurs de thé ont moins d’hypertension ; leur risque d’accident vasculaire est réduit. Dans une étude contrôlée en double aveugle, des volontaires souffrant d’hypertension ont bu une tasse de thé noir par jour ; leurs pressions diastolique et systolique s’est abaissée.

Ces bénéfices ont été maintenus, même en présence d’aliments gras et sucrés qui ont tendance à faire se contracter les vaisseaux sanguins. L’étude était conduite par le Dr Claudio Ferri (université de l’Aquila, Italie).

Il est bon pour la santé osseuse

Plusieurs études ont observé le lien entre la densité minérale osseuse (un marqueur de la santé de nos os) et la consommation de thé. En 2007 des chercheurs rapportaient que les femmes ménopausées qui boivent régulièrement du thé semblent conserver des os en bonne santé pendant plus longtemps.

Une étude beaucoup plus récente a suivi un groupe de 171 femmes ménopausées souffrant d’ostéopénie (qui précède l’ostéoporose) qui ont été assignées en double-aveugle et de manière aléatoire soit à prendre 500 mg de polyphénols de thé vert soit à effectuer 3 séances d’une heure par semaine de Tai Chi soit les deux en même temps soit à prendre un placebo, tout ceci pendant 6 mois. Au terme de l’étude les femmes qui ont pris le thé vert et/ou qui ont fait du Tai Chi ont vu leur densité minérale osseuse et leur force musculaire augmenter, deux paramètres qui pourraient protéger des fractures.

Le thé agirait en réduisant le stress oxydant et l’inflammation, à l’origine d’une perte de masse osseuse et de masse musculaire.

Après l’eau, c’est la boisson la plus consommée : plus de 10 000 tasses sont savourées chaque seconde dans le monde ! Ce précieux breuvage, dont les Anglo-Saxons raffolent plus particulièrement, a le goût du Soleil levant. L’Inde, la Chine, le Sri Lanka, le Japon, le Viêt Nam et l’Indonésie en sont les principaux producteurs, loin devant l’Amérique du Sud et l’Afrique de l’Est.

fleur de thé

Il y en a pour tous les goûts et de toutes les couleurs : blanc, jaune, rouge, noir, vert, fumé, parfumé, Oolongs… Des variations qui ne dépendent pas d’une diversité végétale mais bien d’un savoir-faire ancestral. Car le thé ne provient que d’un seul arbre : le Camellia sinensis. Originaire d’Extrême-Orient, ce membre des théacées se développe sous des climats chauds et humides. A l’état sauvage, il peut atteindre jusqu’à 15 mètres de haut. Mais à l’image de la vigne, l’homme le taille en arbuste afin d’en faciliter la cueillette. Une récolte qui s’effectue à la main, trois à quatre fois par an, car plus les feuilles sont jeunes, plus la boisson promet d’être raffinée.

Enjeu économique oblige, la fabrication des thés est jalousement tenue secrète. Le Gyokuro Asahi, le Lapsang Souchong, le Darjeeling d’Inde ou le Ceylan du Sri Lanka font des envieux et nombre de potions postulent au label alors qu’elles ne contiennent pas de thé. En France, par exemple, le thé d’Aubrac, cultivé dans les montagnes de Lozère et de l’Aveyron, est en réalité une infusion de calament. En général, le thé est subtilement amélioré par des additifs : des essences, des épices et surtout des fleurs. Grand rival du Earl-Grey à la bergamote, le thé au jasmin est le plus populaire et le plus ancien des thés parfumés. Le lys, la rose, l’œillet, le chrysanthème ou la fleur de souci participent aussi à ce mariage unique des saveurs, des odeurs et des couleurs.

Ainsi est née la fleur de thé, petite merveille de feuilles séchées qui va éclore au contact de l’eau frémissante. Si l’engouement des Occidentaux pour ce procédé est relativement récent, c’est un trésor qui a traversé les âges et qui invite à l’exception. Après un tri drastique des meilleurs ingrédients, la fleur de thé est confectionnée à la main selon des règles quasi militaires. C’est sans doute pour cela que les légendes chinoises la destinaient aux soldats les plus fidèles et qu’aujourd’hui encore, elle est considérée comme un élixir d’immortalité.

Trois questions à François-Xavier Delmas, globe-trotteur et président fondateur du Palais des thés

Il est devenu un nom incontournable dans le monde du thé. François-Xavier Delmas, le président fondateur du Palais des thés, est aussi un infatigable voyageur qui parcourt le monde depuis plus de 20 ans à la recherche des meilleurs crus. Entre une séance de dégustation à Taïwan et la visite d’une plantation au Sri Lanka, il a accepté de répondre à nos questions.

Le Mag de Flora : Au fil de vos voyages, le monde du thé a-t-il évolué ?
François-Xavier Delmas : Du monde du thé je ne vois que le meilleur, du fait que mes voyages me mènent exclusivement dans les plantations de thé qui produisent les thés les plus fins du monde. C’est un monde tourné à la fois vers la tradition et vers l’excellence. Il évolue peu. Parfois, on arrive à mettre au point un nouveau théier, mais cela ne constitue pas une rupture. Certes, les dérèglements climatiques perturbent les cultures. En revanche, les hommes et les femmes sont les mêmes. Ils ne changent pas. Et ceux qui rejoignent ce métier agissent en prenant exemple sur leurs aînés.

Sur quels critères sélectionnez-vous un thé ?
En ce qui concerne ma famille de thé favorite, à savoir les thés Rares et Ephémères, je choisis les lots selon mes coups de cœur. Bien sûr il y a des familles incontournables : les Darjeeling de Printemps, les thés verts Primeurs de Chine, les Ichibancha japonais, les magnifiques thés du Népal. Ou encore les incroyables Pu Er. En réalité, tout est affaire d’équilibre et d’harmonie. Entre la saveur d’un thé, sa texture et les parfums qu’il développe, il faut que l’on vive une expérience intense sur un plan gastronomique. Cela demande une grande exigence, car dans une même journée je peux goûter plus de 100 thés différents. Il faut rester vigilant, à l’écoute de l’excellence. Et de ne retenir que les thés qui offrent une expérience de plénitude.

travailler le thé

Ce métier me mène dans des contrées lointaines, j’en ramène plein de souvenirs et aussi de belles photos. J’essaye de partager cela au travers de mon blog : http://www.chercheurdethe.com.

Parmi les thés parfumés avec des fleurs, lequel a votre préférence ?
Parmi les thés fleuris, le Thé des Moines est sans conteste mon préféré. Son parfum me fait voyager. Lorsque je le déguste, je suis transporté quelque part dans l’Himalaya. Au pays des temples et des encens, des drapeaux de prières qui se balancent au gré du vent et des moines en robe rouge qui marchent en silence. Il m’apaise.

Le Palais des Thés nous ouvre ses portes

Fondé en 1986, le Palais des thés est une maison spécialisée dans la commercialisation de thés haut de gamme. L’enseigne est aujourd’hui présente dans les plus grandes villes de France ainsi qu’en Belgique, en Irlande, en Norvège, en Slovénie, mais aussi en Israël et au Japon. Pour le Mag de Flora, le Palais accepte aujourd’hui d’ouvrir ses portes.

Le Mag de Flora : Comment les meilleurs thés sont-ils sélectionnés ?
Le Palais des Thés : Chaque année, François-Xavier Delmas et les équipes du Palais des Thés parcourent les plantations de thé, asiatiques essentiellement. Le fait de voyager beaucoup, d’acheter et de déguster sur place nous offre la possibilité de découvrir des crus rares en sortant des circuits d’approvisionnements traditionnels, de goûter et de faire partager les récoltes de petites plantations, souvent confidentielles. Le Palais des Thés a ainsi pu développer une connaissance approfondie des jardins et des plantations, des terroirs et des techniques et surtout de celles et ceux qui quotidiennement dédient leur travail à la production des grands crus de thé. Ce savoir inestimable, acquis sur le terrain, s’illustre particulièrement à travers la sélection de Thés Rares et Ephémères proposés dans les boutiques du Palais des Thés. Ces thés ont des caractéristiques gustatives exceptionnelles : fraîcheur, richesse aromatique, texture, équilibre, longueur en bouche…

Votre enseigne s’inscrit dans une démarche éco-responsable ?
Soucieux de réduire l’impact de son activité sur l’environnement, Le Palais des Thés s’est engagé en 2008 dans une démarche générale éco-responsable. Cette approche globale amène à évaluer toutes les actions de l’entreprise, qu’elles concernent les pratiques de ses collaborateurs, le choix de ses fournisseurs ou les habitudes de ses clients. Le chantier est vaste, les projets nombreux. Quelques-uns de nos axes de travail sont une véritable éthique d’achat, une compensation des émissions de gaz à effet de serre pour le fret aérien et des thés bios certifiés.

saveur du thé

Quels thés parfumés avec des fleurs proposez-vous ?
Aromatiser un thé, riche de son propre parfum avec des fleurs, des fruits ou des huiles essentielles est une pratique exigeante qui demande talent et inspiration. Le Palais des Thés propose ainsi de nombreux thés parfumés agrémentés de fleurs. En voici une sélection :

– Le Thé du Hammam (sur base de thé vert ou de thé noir) : ce thé, qui évoque les aromates du Hammam (pulpe de datte verte, rose, fruits rouges) est agrémenté de pétales de rose, de tournesol et de mauve.

– Blue of London (sur base de thé noir) et Green of London (sur base de thé vert) : agrémentés de fleurs de mauve et de bleuet, ces deux thés mélangent avec finesse un très grand thé vert ou thé noir de Chine avec de la bergamote fraîche et délicate.

– Thé des Sources : ce thé vert à la menthe, rehaussé d’une pointe de bergamote, est agrémenté de pétales de rose et de bleuet.

– Thé des Moines : inspiré d’une recette ancestrale élaborée dans un monastère tibétain, le Thé des Moines est un mélange rare, dont la saveur fleurie est unique. Il est agrémenté de pétales de souci.

– Le Thé des Vahinés, sur base de thé vert ou de thé noir : mélange chaleureux sur base de thé vert ou de thé noir, ce thé marie les parfums gourmands de la vanille et de l’amande. Il est agrémenté de boutons de rose et de pétales de souci.

Attention toutefois à la fluorose

Le thé est une source importante de fluor. Une consommation trop importante est possible si vous êtes un amateur de thé, en particulier en conjonction avec les autres sources de fluor (dentifrices, eau du robinet, etc.). L’intoxication au fluor s’appelle la fluorose. Lorsque celle-ci touche le squelette, peuvent apparaître des douleurs articulaires et des fractures malgré une densité minérale osseuse élevée. Surveillez donc vos apports en fluor.

Plus d’informations sur palaisdesthes.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

ALGUES, un TRESOR de SANTE

Extrêmement riches en minéraux et en vitamines, légères et savoureuses, les algues méritent vraiment de figurer à vos menus régulièrement, comme le font surtout les Asiatiques. Sur les plus de 20000 variétés existant, seulement une cinquantaine sont agréables à consommer ! Cultivées ou cueillies sauvages dans la mer, elles ont le goût d’iode, mais aussi, selon la variété, de champignon, de caramel, d’herbe, de coquillage…

Saupoudrées sur une salade, en papillote autour d’un poisson, en tartare ou frites en chips pour l’apéritif, les enfants s’en régalent. Véridique !

algues

Le point de vue de la médecine chinoise

Les algues sont de nature froid et de saveur salé, parfois amer.

Leurs propriétés les plus courantes sont de :

– ramollir les indurations,
– dégager les accumulations,
– rafraîchir la chaleur interne,
– réduire le goitre.

Elles sont indiquées dans les cas de : œdème, obésité, hypertension, goitre, hyperthyroïdie, constipation, mucosités-chaleur…

Précaution : La consommation d’algues ne doit pas être prolongée trop longtemps car elle risquerait d’introduire trop de « froid pervers » dans le corps.

Les algues selon la vision occidentale

Composition

Celle-ci dépend bien sûr du type d’algue. Très pauvres en calories, elles sont très riches en glucides. Les rouges ont en particulier une forte teneur en protéines (30 à 40%, comme le soja) ; la fameuse algue bleue des Andes, la spiruline, en contient 70% ! Elles contiennent aussi beaucoup de fibres. Les algues brunes ou rouges sont un peu plus riches en minéraux que les vertes. Mais elles contiennent toutes beaucoup d’iode, et de calcium. Et puis aussi du magnésium, du potassium, du phosphore, du fer, du zinc, du cuivre, du sélénium…

Du point de vue des vitamines, elles sont les seuls végétaux à contenir de la B12 (essentielle au bon métabolisme des tissus nerveux), ce qui les indique particulièrement dans le cadre d’un régime végétarien. Les brunes sont riches en C et E, les rouges en provitamine A, les vertes en C.

Propriétés

Les algues procurent de l’énergie, facilitent l’élimination, et sont un excellent coupe-faim. Elle sont recommandées aux femmes enceintes ou allaitantes aux personnes âgées et aux enfants pour leur teneur en calcium. Certaines sont considérées en Asie comme de véritables panacées (notamment le kombu). On dit qu’elles aident à prévenir l’hypertension, la constipation, l’hyperthyroïdie, les tumeurs, qu’elles sont antibactériennes et vermifuges.

Utilisation des algues

Il faut de toutes façons les laver pour enlever les éventuels grains de sable… On trouve souvent les algues séchées, en sachets. Il suffit de les réhydrater cinq à dix minutes dans de l’eau froide, avant de les utiliser, crues ou cuites. On peut aussi les acheter fraîches en saumure (dans du sel), il faut alors beaucoup les rincer.

Parfois aussi, elles entrent dans la composition de pâtes (à la spiruline), de purées prêtes à tartiner (tartare d’algues), de pâtés… On peut les utiliser comme des fines herbes (choisir des algues sous forme de paillettes), saupoudrées sur une salade verte ou des champignons crus arrosés d’un filet de crème de soja, ou encore mêlées à de la chapelure sur des tomates à la poêle.

Une feuille glissée dans un court-bouillon ou une soupe lui donnera un parfum très léger et surtout beaucoup d’éléments nutritifs. Les chips de kombu (tout simplement réhydraté, séché et frit) ou les morceaux de feuille de nori grillée sur la flamme du gaz sont délicieux pour l’apéritif…

algues variétés

LES PRINCIPALES VARIETES D’ALGUES

La laitue de mer

C’est une sorte de feuille verte qui, comme son nom l’indique, ressemble un peu à de la salade. Et c’est là (sur les salades) qu’elle fait le meilleur effet.

Le kombu

Le kombu (riche en iode, calcium, fer, potassium). Breton ou royal, c’est une sorte de grosse lanière marron et épaisse, qui accommode parfaitement les soupes et les bouillons. C’est le composant de base du bouillon japonais, le dashi. Le kombu ramollit les fibres des céréales complètes avec lesquelles on le fait cuire. Frit, il forme un bâtonnet craquant pour l’apéritif ou l’accompagnement original d’une soupe ou d’un poisson…

Le haricot de mer

il ressemble à des tagliatelles brun-vert. A la fois iodée et sucrée, c’est sans doute l’algue la plus facile à adopter. Froid en salade, ou revenu à la poêle pour accompagner un poisson ou une céréale, il surprendra agréablement tous vos convives.

Le wakamé

pour parfumer soupes et bouillons, attendrir les céréales et légumineuses. Elle peut être mangée crue, en salade, ou cuite.

La dulse

La dulse (riche en fer): rouge, ou plutôt violette, la dulse a une saveur très douce légèrement iodée qui se marie fort bien avec des crudités. On peut aussi la cuire dans toutes sortes de préparations (omelettes, quiches, poissons, potages…)

La nori

(Riche en vitamine A) : Cette algue violette au parfum délicat est cultivée au Japon, et se vend principalement sous forme de feuilles pour enrouler les sushis. Au Japon, on les fait aussi griller avant de les émietter dans les salades, les soupes, le pain, avec du tofu ou des légumes…

L’hijiki

L’hijiki (riche en fer, calcium, potassium): de petites brindilles cylindriques brunes qui augmentent cinq fois leur volume quand elles sont réhydratées ! Son goût est assez prononcé, elle doit être cuite au moins une vingtaine de minutes à la vapeur avant d’être sautée avec des légumes, ou mijotée .

La spiruline

La spiruline : c’est une algue minuscule qui pousse dans des lacs, en particulier au Mexique, dans les Andes, au Tchad. Elle existerait depuis trois milliards d’années. De très haute valeur nutritive, elle est incorporée dans certaines préparations (pâtes) mais sa couleur bleu-vert est déroutante… On la trouve plus souvent sous forme de comprimés ou dans des capsules. Parmi les nombreux nutriments qu’elle renferme, citons l’acide gamma-linoléique, présent uniquement dans le lait maternel ! On la dit très revitalisante.

Lire la recette de la soupe complète aux algues et des papillotes de poisson aux légumes

Voir aussi en lien le site THALADO http://www.thalado.fr/  , centre de découvertes des algues

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

La libération des organes internes

 

Les praticiens doivent être capables de reconnaître, de comprendre et de valider les stratégies de leurs clients les empêchant de guérir. Les praticiens doivent pouvoir guider leurs clients à travers les résistances qui les empêchent et les protègent de se sentir mal. (Gilles Marin)

Combien d’entre nous sont vraiment éduqués au senti ou se permettent de sentir? Les émotions nous informent si nous les expérimentons. Mais peu d’entre nous acceptent de ressentir les émotions et résistent à les vivre, d’où des charges émotionnelles se logent dans le corps et deviennent des mécanismes de protection. Demeurant non résolues, elles sont expérimentées comme des symptômes émotifs, mentaux ou physiques.

organes internes

Le ressenti est le plus important, c’est comme le signal d’alarme à tous les niveaux. Le premier niveau est de ressentir l’émotion directement et la transformer pour empêcher qu’elle se loge à l’intérieur du corps. Si les émotions ne sont pas bien digérées, le processus d’enfouissement et de camouflage des émotions dans le corps se met en branle. Les émotions sans conscience sont reliées à « l’inconscient ». La première étape est la localisation de l’émotion dans un organe correspondant à cette émotion; la seconde étape est la descente dans les entrailles associés à l’organe; la troisième étape est le manque de circulation dans les canaux l’énergie associés aux organes. Ces camouflages dans la matière bloquent la circulation de l’énergie et entraînent des douleurs, indices des blocages, précurseurs des symptômes.

Le Chi Kung des mains guérissantes augmente le pouvoir des mains et aide à transmettre dans le corps l’énergie nécessaire pour délier les tensions et les douleurs. Ce chi Kung aide à recharger les mains et les organes internes avec l’énergie Yin de la terre et l’énergie Yang du ciel.

Le massage abdominal ou le Chi Nei Tsang ce qui se traduit par Chi = énergie; Nei = interne; Tsang = Organes, et qui signifie « travailler avec l’énergie des organes internes » ou « la transformation du Chi des organes internes » ou le massage profond des organes internes est un massage utilisé par les moines taoïstes chinois pour désintoxiquer, raffermir et raffiner leur corps pour atteindre des niveaux élevés de pratiques spirituelles. En 1970, Maître Chia a commencé à enseigner ces pratiques secrètes aux étudiants du « Healing Tao » devenu l’ « Universal Tao ». (www.universal-tao.com )

Le massage Chi Nei Tsang exerce les organes internes plutôt que d’exercer les membres qui ne sont que le reflet du bien-être et de la force des organes internes. Les gens consacrent beaucoup de temps à faire plusieurs exercices externes dans les gymnases ou à l’extérieur, mais oublient l’importance des organes internes. Les organes internes contiennent nos secrets les plus intimes et sont la source de la vie et de la mort, d’où l’importance de leur consacrer du temps à les libérer des émotions enfouies.

Les praticiens de massage Chi Nei Tsang travaillent sur et dans l’abdomen avec des pressions profondes, délicates et douces pour stimuler les organes internes et augmenter leur métabolisme.

Les manipulations effectuées avec ce massage enlève les stagnations, augmente l’élimination, stimule les systèmes lymphatique et sanguin, renforce le système immunitaire et la résistance aux maladies. Les pratiques de massage de l’abdomen consistent à ouvrir les aines; dégager les intestins; ouvrir la porte des vents; défaire les nœuds de l’embryon au nombril; recharger les points autour du nombril pour recharger et équilibrer les organes et les entrailles qui prennent source au nombril. Le massage des organes et des entrailles pour déloger les tensions, les amas utilise les sons de la santé et les points d’énergie différents pour chaque organe et aider ainsi à les libérer et à augmenter leur énergie et leur fréquence vibratoire. Pendant ce massage des organes, la pratique de la méditation avec les sons et la connexion avec les énergies terrestres et célestes amplifie l’énergie de guérison. Ces pratiques nous mettent en contact intime avec soi-même et nous amènent sur la voie de la guérison. Le Chi Nei Tsang peut être effectué sur soi-même, c’est une voie royale pour se maintenir en santé. Vous pouvez apprendre une routine personnelle d’automassage conserver les organes internes et l’abdomen propres, clairs et actifs.

Dans les pratiques plus avancées, nous pouvons en désintoxiquant et en déliant les nœuds de tension dans les organes internes et l’abdomen apprendre à enlever les crampes menstruelles, la constipation, les douleurs aux épaules, les pierres à la vésicule, à la vessie ou aux reins, aider la digestion, etc.

émotions

Le langage des émotions et des organes

Le choix des mots dans le langage populaire pour signifier ce que nous ressentons fait parfois état des liens et des correspondances établis par les taoïstes entre les organes et les émotions. Malgré cela peu de gens connaissent la relation entre une émotion et son organe de mise en « storage ». Par exemple, nous disons ou entendons dire de quelqu’un qu’il est « vert de jalousie et acide » , ce qui réfère au foie; que notre cœur est rempli de joie, ou que nous avons le cœur brisé ou le cœur froid (l’énergie négative du cœur); que notre estomac est nouée, que nous avons une sensation viscérale, que les soucis nous rendent malade, ce qui est en lien avec la rate; que nous sommes gelés de peur ou tournés en statue de sel, ce qui fait référence aux reins.

En libérant les organes internes des émotions négatives enfouies depuis longtemps par le massage Chi Nei Tsang et les sons de la santé ou de guérison, nous permettons aux organes internes d’être équilibrés et en santé et par le fait même de vibrer à des fréquences plus élevées qui sont celles des émotions et des vertus positives :

la joie, l’amour, l’enthousiasme, la patience et le respect du cœur;
le courage, la bravoure et l’optimisme des poumons;
la bonté, la tendresse, la délicatesse du foie;
l’ouverture et l’équilibre de la rate;
la douceur, le calme, la sécurité et la souplesse des reins.

Ces qualités et ces vertus sont présentes dans nos organes respectifs et sont le reflet de ce que nous sommes vraiment. Le massage Chi Nei Tsang en transformant et en délogeant les blocages mentaux et émotionnels provoqués par l’accumulation d’émotions négatives dans le corps, restaure le courant d’énergie vitale et nous pouvons retrouver notre soi véritable et être notre soi vertueux.

La digestion et la transformation des émotions

Les charges émotionnelles intenses et brutales comme les chocs traumatiques sont plus difficiles et lentes à digérer et parfois laissent des traces dans le corps vu la longue durée d’assimilation et de transit. Même si c’est un fait peu connu, les émotions suivent la voie digestive comme les aliments et une pauvre digestion émotionnelle entraîne généralement la maladie. Le corps est toujours en train d’exprimer à travers sa structure, son métabolisme, sa respiration et ses mouvements quelle issue émotionnelle est la plus importante en ce moment donné. Et comme le corps émotionnel n’a pas de temps ni d’espace, les charges émotionnelles du passé sont toujours présentes dans notre corps jusqu’à ce que nous entrions en contact et en relation avec elles.

Les émotions même si elles sont hors du temps et de l’espace et irrationnelles demandent à être validées. Cette validation des émotions peut se faire en contactant consciemment leur charge et en les laissant sortir d’où elles sont cachées pour les transformer. Le but du Chi Nei Tsang est d’aider les gens à grandir et à changer à partir de leur corps, en les déliant et non en les fixant.

Par une attitude de curiosité compatissante, le masseur joue le rôle d’intermédiaire, mettant le client en lien avec lui-même, car « la guérison vient seulement de l’intérieur de soi ». Quand les sensations se manifestent et émergent durant une session, le client n’est pas amené à essayer de comprendre ce qui se passe, mais est guidé et amené à être conscient de comment il se sent en entrant dans la sensation et dans les divers aspects des sensations pour « être dans ce qui est » et laisser aller.

Les organes du pardon

MantakSelon maître Mantak Chia tant que tous les organes internes ne sont pas libérées des tensions, toxines, émotions et pensées négatives qui les habitent il est presque impossible de pardonner. Le refus ou l’incapacité de pardonner et d’oublier rend impossible l’amour de soi-même et des autres et affecte tous nos organes internes, perturbant leur chimie et empêchant leur collaboration et leur équilibre. Les charges conservées dans les cellules activent les toxines.

Les traumas s’installent dans les courants d’énergie et entraînent dans le cœur des blocages des tendances à l’amour et à la compassion et graduellement le retrait. Les traumas peuvent être atténués et se dissoudre avec la patience et la douceur envers soi-même. Lorsque le flot interne d’énergie coulera librement en nous, il pourra aussi couler vers les autres.

Le Chi Nei Tsang facilite la clarification de notre vie notre vie émotive en nous déliant des blocages et en nous permettant de nous connaître nous-mêmes, de pardonner et d’évoluer dans la voie de notre soi véritable. Quand nous allons dans la direction où notre esprit nous guide nous accomplissons notre but dans la vie, et c’est la santé.

Le massage du ventre et les autres pratiques
Le Chi Nei Tsang peut être intégré avec un effet bénéfique à l’acupuncture, à l’acupressure, la chiropractie, le cranio-sacral, le drainage lymphatique, le massage (tuina, shiatshu, trager, rolfing…) le reiki et la médecine occidentale.

Ecrit par  Nicole Tremblay, SOURCE / http://www.taodelasante.com/

L’accompagnement de l’Auto-Guérison

 

Notre alimentation : la meilleure des médecines, nous sommes ce que nous mangeons !

Qu’est-ce que la Naturopathie ?

Une des origines du mot ”naturopathie“ vient de deux mots anglais “nature » et « path » qui signifient « chemin » et « nature ». Pour être en bonne santé, il suffit de suivre le chemin de la nature. En effet, lorsque nous prenons le temps d’observer la nature, nous remarquons qu’il existe un rythme particulier ainsi que des lois spécifiques qui régulent l’ensemble de notre planète. Le monde animal, le monde végétal et le monde minéral suivent tous ce rythme et ces lois. Ils sont en complète harmonie avec la Vie, entièrement connectés et à l’écoute de cette mélodie universelle. Chacun a son rôle à jouer dans cette grande symphonie et si l’on entend et suit le rythme, alors on arrive à être en harmonie avec soi, les autres et l’ensemble de son environnement.

AUTO-guérison

Prenons l’exemple des oiseaux migrateurs : au début de l’automne, beaucoup d’oiseaux migrent sur de longues distances, principalement depuis les zones tempérées, vers le sud, puis reviennent vers le nord au cours du printemps. Les oiseaux doivent savoir quand migrer, en éprouver le besoin et doivent également savoir comment s’orienter et où aller. Depuis la nuit des temps, ils suivent ce chemin et chaque oisillon vient au monde avec cette capacité innée qu’il utilisera le moment venu.
Cet exemple illustre cette connexion au rythme et aux lois naturelles et l’être humain, issu de la nature, obéit également aux mêmes lois.

Hélas, nos modes de vie actuels nous coupent de ce rythme, de cette symphonie qui nous relie au Tout. Nous ne savons plus dans quelle direction aller car nous avons perdu la capacité d’être à l’écoute de la nature qui est pourtant en nous. La Naturopathie nous permet de renouer avec ces lois afin de reprendre notre place dans cette symphonie planétaire.

L’O.M.S (l’Organisation Mondiale de la Santé) considère la Naturopathie comme la 3e médecine traditionnelle après la médecine ayurvédique et la médecine traditionnelle chinoise. Elle la définit comme « un ensemble de méthodes de soins visant à renforcer les défenses de l’organisme par des moyens considérés comme naturels et biologiques ».

Quant à la FENAHMAN (la Fédération Française de Naturopathie), elle nous donne la définition suivante : « Fondée sur le principe d’énergie vitale de l’organisme, la Naturopathie rassemble les pratiques issues de la tradition occidentale et repose sur les 10 agents naturels de santé (alimentation, psychologie, hydrologie, techniques respiratoires, magnétisme, exercices physiques, relaxation, techniques manuelles, physiologie et réflexologie). Elle vise à préserver et à optimiser la santé globale de l’individu, sa qualité de vie, ainsi qu’à permettre à l’organisme de s’auto-régénérer par des moyens naturels. »

Fondements de la Naturopathie moderne
Héritier de la Pensée Hippocratique, le naturopathe respecte les fondements de la Naturopathie moderne :

Le Vitalisme :

La Naturopathie considère qu’il existe une force vitale qu’Hippocrate appelait « Vis medicatrix nature » ou médecin intérieur. De par le monde, cette force vitale est bien connue et prend différentes appellations : Qi en Chine et au Japon, Prâna en Inde, Mana en Polynésie…  Elle est en nous tout le long de notre vie et anime notre corps jusqu’à la mort. C’est elle que nous devons harmoniser à travers une alimentation saine et adaptée à notre physiologie, des exercices physiques réguliers, un sommeil suffisant et réparateur, de la méditation, des relations aux autres saines, franches et tolérantes et un contact régulier avec la nature.
L’Humorisme :

Il fait référence à la notion de milieu intérieur constitué par les différents liquides de l’organisme comme le sang, la lymphe, le liquide céphalo-rachidien…
L’un des rôles du Naturopathe est de veiller au bon équilibre de ces liquides afin qu’ils puissent correctement nourrir nos cellules et évacuer nos toxines hors du corps.

CAUSALISME
Le Causalisme :

C’est l’approche méthodologique qui va donner la possibilité ? de trouver et comprendre la cause de la maladie plutôt que de focaliser sur le symptôme.
Hippocrate l’exprimait de cette façon :
– Si tu veux être un bon médecin, cherche la cause et traites là.
– Si tu veux être un meilleur médecin, cherche la cause de la cause et traites là.
– Si tu veux être un excellent médecin, cherche la cause de la cause de la cause et…
traites-là.
C’est pour cela que le Naturopathe emploie une approche holistique en cherchant la cause dans le plan physique, émotionnel et spirituel.

L’Hygiénisme :

C’est la partie qui s’inspire des techniques naturelles afin de ré-harmoniser notre organisme.

Le Holisme :

Il vient du terme « halos » qui veut dire « le tout » et il correspond à la capacité du Naturopathe de prendre en compte l’être humain dans sa totalité (physique, énergétique, émotionnel, mental, spirituel, socioculturel et planétaire). La Naturopathie repose sur des techniques d’éducation, de prévention et de soins afin de maintenir, retrouver et optimiser la santé de l’individu en lui apprenant à gérer correctement ses habitudes de vie. Elle propose ainsi un accompagnement de santé global intégré dans l’hygiène de vie au quotidien.

Les rôles du Naturopathe

La prévention active

Le Naturopathe agit en amont de la maladie en instaurant une hygiène de vie optimale et individualisée. L’objectif étant de réduire les maladies de civilisation et ainsi de réduire le déficit de la sécurité sociale.

Enseigner pour prévenir

Grâce aux conférences, passage radio ou télévisés, présence sur des salons, information dans les écoles et pendant les consultations, le Naturopathe a un rôle d’éducateur de santé. Cela vise à responsabiliser l’individu afin qu’il devienne acteur de sa santé.

La complémentarité d’action

Il est important de noter que la Naturopathie agit en complémentarité à la médecine conventionnelle mais ne s’y substitue en aucun cas.
Le Naturopathe travaille en complémentarité avec les autres médecines (allopathique, acupuncture, ostéopathie…). Il est en effet capable d’orienter son consultant vers des médecins adaptés s’il ne relève pas de son champ de pratique.

Accompagner l’auto-guérison

Le Naturopathe ne « soigne » pas mais fait appel au « médecin intérieur » présent en chacun de nous. Ce « médecin intérieur » ou force vitale est activé grâce à une réforme des habitudes de vie au cours de cures adaptées.

Accompagner le développement sur tous les plans

accompagnement chez francesca

Le thérapeute est « celui qui prend soin de l’Être », c’est-à-dire sur les plans physiques, émotionnels, énergétiques et spirituels. Ainsi, le rôle du Naturopathe consiste avant tout à éduquer et à donner des clés à utiliser au quotidien pour améliorer la vitalité et la santé.
Ces clés vont concerner l’alimentation, l’activité physique adaptée, la gestion correcte du stress et des émotions (sophrologie, relaxation…) ainsi que des techniques complémentaires comme les exercices respiratoires, les techniques manuelles comme le massage bien-être, l’hydrologie (bains de siège, bains de pieds chauds…), l’usage des plantes et des huiles essentielles ou encore des techniques réflexes (réflexologie, auriculothérapie…)

La consultation de Naturopathie

La première visite dure entre 1h30 et 2h00. Elle permet au Naturopathe de réaliser un profil personnel complet grâce à un dialogue approfondi qui explore vos attentes, votre mode de vie, vos antécédents personnels et familiaux, votre alimentation, votre sommeil, votre rythme de vie… Il passe en revue tous les différents systèmes de l’organisme (le système digestif, le système nerveux, le système cutané, le système hormonal…) grâce à une anamnèse regroupant un ensemble de questions précises.

A cela s’ajoute une observation de votre pouls (basée sur la Médecine Traditionnelle Chinoise), un bilan d’iridologie (l’observation de l’iris) et un bilan de votre morphologie (la forme générale du corps), qui vont apporter des informations sur votre constitution (innée), votre tempérament (acquis) et votre diathèse (où vous en êtes le jour de la consultation). Cela permet d’obtenir une vision globale et individualisée de votre fonctionnement et de votre cheminement. Grâce à cette première consultation, le Naturopathe pourra réaliser votre Programme d’Hygiène Vital individualisé. Ce dernier consiste à regrouper les différents conseils adaptés à votre demande et à votre bilan vital que vous pourrez appliquer au quotidien afin d’activer votre force vitale et de retrouver l’homéostasie naturelle.

Le Naturopathe a pour objectif de vous accompagner sur la voie de l’autonomie afin que vous deveniez acteur de votre santé en réapprenant à vous écouter et à écouter les conseils de la nature.

La Naturopathie, pour qui ?

Pour tous ! La Naturopathie s’adresse à tous car c’est une approche favorisant la prévention. Ainsi, tout le monde peut en bénéficier (enfants, adolescents, adultes, personnes âgées, sportifs…). Elle accompagne également des moments de vie particuliers comme la grossesse, la ménopause, les périodes d’examen ou autres situations stressantes. En suivant le programme d’Hygiène Vitale proposé par votre Naturopathe, vous pourrez notamment observer : un regain d’énergie, une meilleure digestion, moins de fatigue, une réduction de vos troubles fonctionnels (allergies, problèmes de sommeil, de stress…) et la sensation de vivre plus en harmonie avec vos proches et votre environnement.

Quand consulter ?

Le Naturopathe a comme objectif principal de vous enseigner comment favoriser le maintien d’une santé optimale et des moyens pour y parvenir, donc vous pouvez le consulter à tout moment.

En effet, les techniques naturopathiques sont tout d’abord préventives et visent à harmoniser le corps et l’esprit, à augmenter le tonus et la vitalité, à restaurer les défenses immunitaires et à activer les mécanismes naturels d’auto-guérison.

Être en pleine forme est aujourd’hui, plus que jamais, la conséquence d’un art de vivre reposant sur la connaissance, la compréhension et l’application de règles d’hygiènes alimentaires, corporelles, psychologiques propres à chacun. Le rôle du Naturopathe est de vous accompagner sur ce chemin du mieux-être afin de mener une vie harmonieuse et équilibrée.

Quelques questions fréquentes

Quelle est la formation d’un Naturopathe ?

La formation professionnelle en Naturopathie se fait dans des écoles privées. Les écoles affiliées à la FENAHMAN (Fédération Française de Naturopathie) proposent un programme de formation de 1 200 heures au minimum réparties sur 4 années, qui comprend les matières spécifiques à la naturopathie, des cours en anatomie, pathologie et relation d’aide. Elle couvre l’apprentissage des techniques naturopathiques de soin et des stages cliniques.

Les frais de consultation sont-ils remboursables ?

Le régime de la sécurité sociale ne prend en charge aucun frais lié aux médecines alternatives. Cependant, de nombreuses Mutuelles remboursent les consultations effectuées chez un Naturopathe diplômé et certifié.

Pourquoi consulter un Naturopathe en plus de mon médecin ?

La Naturopathie est complémentaire à la médecine conventionnelle.
Le rôle du médecin consiste à s’occuper de la maladie, son diagnostic et son traitement. Moins pressé par le temps, le Naturopathe vous explique et vous enseigne les méthodes à mettre en œuvre pour conserver la santé. Il vous conseille de façon à équilibrer vos habitudes de vie et aller vers un mieux-être tout en vous responsabilisant. Lors de désordres fonctionnels chroniques, la Naturopathie propose des traitements et des soins dépourvus d’effets secondaires en complémentarité des traitements médicaux. Concernant les maladies dégénératives, la Naturopathie offre un accompagnement et plus de confort.

4 francesca

Quels sont les principaux motifs de consultation ?

La Naturopathie agit autant en prévention que pour traiter des désordres fonctionnels :
– migraine
– troubles digestifs
– allergies, asthme, eczéma
– troubles hormonaux (SPM, ménopause, …)
– troubles du sommeil
– arthrose
– infections à répétition
– fatigue…

Maïa Rey Naturopathe, Charavines (Isère) 

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, si vous ne le modifiez pas et que vous citiez la source : www.energie-sante.net

Guérir sa vue grâce au Verbe

Nous sommes des êtres d’énergie, et l’énergie est dirigée par notre esprit. Dans l’absolu, nous avons la capacité de choisir la direction du flux d’énergie suivant la situation, choisir de ne pas se laisser manœuvrer par des scénarios d’action ou de perception issus du passé. Au contraire, nous pouvons décider de transformer ces perceptions que nous savons aussi peu justes que bonnes, avec la volonté de voir les choses telles qu’elles sont plutôt qu’au travers d’un filtre déformant.

martin

On peut modifier la circulation de l’énergie entre l’intérieur et l’extérieur de la bulle, de même que la nature de la bulle elle-même, qui est en fait le « filtre » » de notre perception de l’environnement. Un « filtre » figé nous prédispose à des scénarios d’interaction et de perception définis. Il agit comme un cristallin sélectif qui ne laisse passer que les perceptions en accord avec les croyances de base que nous avons choisies ou acceptées, en ignorant ou écartant les autres. Comme nous agissons en fonction des informations qui nous parviennent à travers ce filtre, nous sommes alors prédisposés à répondre à notre environnement selon des comportements fixés d’avance. Pourtant, la sélection du cristallin n’est pas le problème : c’est la distorsion du filtre émotionnel qui doit être supprimée.

Quand nous sommes clairs et centrés, la bulle est claire, ainsi que nos faits et gestes. Quand nous sommes pris dans une forte émotion, nous ne sommes plus centrés et nos perceptions changent. Les situations paraissent différentes et nous y répondons différemment. La bulle est déformée par les courants émotionnels. Quand des émotions fortes, comme la colère, la peur, la honte, etc., sont réprimées, comme c’est le cas chez les gens qui ont des problèmes de vision, la bulle est également déformée sans que cette déformation soit reconnue en tant que telle. La personne s’identifie avec sa vision déformée ; elle croit que sa vision représente la réalité, ainsi que sa personnalité réelle. En fait, ce n’est pas sa personnalité réelle mais celle qu’elle semble avoir, compte tenu de sa vision déformée. Il est possible de se libérer de la déformation du cristallin et des perceptions, et de retrouver son soi authentique et clair.

Les myopes peuvent diriger leur énergie vers l’extérieur en s’appliquant à vouloir de plus en plus être visibles, confiants que tout ira bien. Dans une situation ou action donnée, ils peuvent se voir comme les autres les voient, en un sens se voir à travers les yeux des autres, si bien qu’ils n’ont plus seulement le point de vue de celui qui regarde de l’intérieur vers l’extérieur, mais aussi de celui qui regarde de l’extérieur vers l’intérieur. Cela leur donne l’occasion de sortir d’eux-mêmes et de voir les choses d’un autre point de vue et, grâce aux informations complémentaires ainsi obtenues, d’optimiser leurs relations.

VIDEO https://www.youtube.com/watch?v=YLSneGesWto

Pour le myope, il est aussi important de traiter l’autre comme on voudrait être traité soi-même si l’on était à sa place. Le myope n’a pas besoin d’être d’accord avec la façon dont l’autre le perçoit, mais juste de désirer voir comment on le voit, et voir que la vision de l’autre est aussi importante pour lui que la sienne l’est pour lui-même. En fait, la vision de l’autre peut même se révéler très utile à connaître.

Il n’est pas question de se sentir menacé ou intimidé par son environnement, mais plutôt de mieux se focaliser sur la nécessité de se laisser être soi-même, et d’être certain que, quand on fait ce que l’on veut réellement faire en s’autorisant à être authentique, il arrive quelque chose de merveilleux. Et puisqu’il s’agit d’un processus important pour soi-même, il s’agit de reconnaître que ce processus est important pour l’entourage, c’est-à-dire que tout le monde se porte de mieux en mieux quand on s’autorise à être soi-même.

Du point de vue des myopes, « NOUS » peut tout à fait inclure le « TU » avec la même valeur que le « JE », en fait comme un autre « JE », aussi important.

Les hypermétropes peuvent diriger leur énergie vers l’intérieur en s’accordant la même attention qu’ils accordent aux autres. Il ne s’agit pas de ne plus tenir compte des autres mais de tenir compte aussi de soi-même. Cela peut passer par un processus conscient où l’hypermétrope s’autorise à recevoir sans culpabiliser – pas à prendre mais à recevoir – et à exprimer ses désirs et ses sentiments. Il ne doit pas avoir besoin de rendre la pareille quand il reçoit quelque chose, ni de refuser, mais simplement de dire « merci » et d’accepter sans condition. Il doit se focaliser sur l’acceptation, non seulement de choses, mais aussi d’idées. L’hypermétrope doit prendre conscience de la façon dont il a écarté les choses, les idées ou les gens, et leur permettre de s’approcher.

ere-multid

Il lui est utile de mieux se concentrer sur ce qu’il est réellement, en plus de son image. L’image de soi est importante, mais il ne faut pas pour autant négliger l’essence de l’être. L’apparence extérieure n’est pas plus importante que l’authenticité des sentiments ; les gens apprécient vraiment l’honnêteté dans les sentiments. L’hypermétrope doit étendre à lui-même l’attention qu’il porte aux autres. Le fait d’exprimer de l’affection à quelqu’un n’implique pas de se sacrifier. Il n’est pas nécessaire de sacrifier son propre espace pour être aimé et respecté. Il peut être amusant de jouer un rôle, mais sans oublier l’être qui joue ce rôle, la personne qui se trouve à l’intérieur. Du point de vue de l’hypermétrope, « NOUS » peut donner à « JE » une place égale à « TU », et « JE » peut être considéré comme un autre « TU », en même temps que distinct et porteur de sa propre importance.

Les astigmates feront bien de se demander de temps en temps, au cours de la journée: « Qu’est-ce que je veux vraiment maintenant ? Qu’est-ce que je ressens vraiment maintenant ? Qu’est-ce qui est vrai pour moi ? Qu’est-ce qui est réel pour moi ? Si j’arrête de vouloir être ce que je ne suis pas, qui serai-je ? Si j’arrête de vivre suivant les critères des autres, qui serai-je ? Si j’arrête de faire semblant d’être le personnage que j’ai joué, que ferai-je de différent ? »

À l’origine, il peut y avoir la sensation que la véritable personnalité de la personne ne sera pas acceptée dans l’environnement, par l’environnement dans laquelle elle se trouve. Pour en sortir, il faut découvrir si cette impression correspond à la réalité, en arrêtant de jouer un rôle et en étant soi-même. On découvre ainsi, soit qu’il s’agissait d’une fausse impression et que ce rôle était inutile, soit qu’il s’agissait d’une impression juste. dans ce dernier cas, on devient alors capable de partir vers un autre environnement, où l’on pourra être soi-même, et accepté en tant que tel. Dans les deux cas, on se sentira de plus en plus à l’aise en étant soi-même.

image animée

Utilisation de la puissance du Verbe

  • Affirmations que vous pouvez utiliser (en choisir une chaque jour et se la répéter. Lire la liste de temps en temps) :
  • Ma vision s’améliore maintenant.
  • Je choisis la clarté.
  • Je sais ce qu’est la clarté, et j’en fais l’expérience de plus en plus chaque jour.
  • Je me souviens de la clarté et je retourne à cette clarté.
  • Je remarque que je vois plus clair chaque jour.
  • Je sais que je peux voir clairement maintenant.
  • Je sais que mes expériences me conduisent à la vision claire.
  • J’accepte de nouvelles manières de penser et de voir, qui sont plus claires pour moi.
  • L’acceptation et l’amour me guident vers la clarté.
  • J’accepte ce que je vois et je vois plus clair.
  • Il est de plus en plus facile de voir clair.
  • Je me laisse être authentique et j’observe l’amélioration de ma vue.
  • Il est de plus en plus confortable d’être moi-même et de voir clair.
  • Mon esprit cherche et me montre toutes les informations dont j’ai besoin pour bien voir.
  • Je peux voir clair aujourd’hui.
  • Chaque jour, sur tous les plans, je vais de mieux en mieux.
  • Je vois plus clair quand je suis détendu et centré.
  • Je vois plus clair quand je suis ici et maintenant.
  • La clarté existe ici et maintenant.
  • La clarté est mon état naturel.
  • La clarté est ce qui est vrai pour moi.
  • Je me réjouis de bien voir.
  • Je vois que tout va parfaitement bien.
  • J’aime quand je vois clair.
  • La clarté, c’est être libre et authentique.
  • Je vois mieux maintenant.
  • Je vois mieux qu’avant.
  • Aujourd’hui, je choisis de voir l’amour.
  • Quand je fais ce que je veux vraiment faire, il arrive toujours quelque chose de merveilleux.
  • J’ai confiance dans la justesse d’être moi-même, et je vois clair.
  • Je vois venir la clarté.
  • Aujourd’hui, je remarque que je vois clair.
  • De la même façon que je vois plus clair dans ma vie, ma vision s’éclaircit.
  • Ma vision s’éclaircit en ce moment.
  • Je suis libre !
  • Ma vue continue à s’améliorer au fur et à mesure que je m’habitue à mon nouvel état de conscience.
  • Je vois comment les choses peuvent réussir.
  • Apprendre à voir clair est plus facile que je ne le pensais.
  • Je sais que je peux voir clair sans lunettes.
  • Je suis d’accord avec ces affirmations.
  • Ces affirmations réussissent toujours !

Extrait du site de Martin Brofman, Ph.D. www.healer.ch

Élimination des calculs biliaires

Depuis quelques mois, je sentais une douleur (comme une pointe qui s’aggravait quand je me courbais) sur le côté droit sous les côtes, à l’endroit du foie. Je me doutais bien que des calculs s’étaient encore accumulés dans mon foie et ma vésiculaire depuis que j’avais fait ce nettoyage il y a de cela trois ou quatre ans. À ce moment-là, j’avais passé entre 1500 et 2000 calculs souples (verdâtres) et beaucoup de cristaux et petits calculs de couleur fauve (cholestérol). Après ce nettoyage, je m’étais sentie pleine d’énergie et la douleur avait disparu. J’avais refait un deuxième nettoyage pour voir si tout était bien sorti et seulement quelques bribes de calculs étaient sortis.

calculs

Depuis ces derniers mois donc, cette douleur était revenue et je savais qu’il fallait que je refasse un nettoyage du foie. Donc, dimanche soir passé, le 2 décembre, je me suis dit que c’était le moment. Cette fois-ci, je n’ai pas passé de calculs verdâtres, mais deux gros calculs durs (plus dangereux car ce sont eux qui font plus mal car ils ont de la difficulté à passer dans le canal cholédoque) et marrons (voir photo ci-dessus).

Comme je ressens encore une légère douleur, je pense que certains calculs ne sont pas sortis. Je vais donc refaire le nettoyage une autre fois sous peu. Il faut dire que je n’ai presque pas dormi la nuit du nettoyage et que cela a peut-être eu un impact sur les résultats.

La raison pour laquelle je vous donne cette recette, c’est pour vous éviter l’opération souvent prématurée et inutile de la vésicule biliaire. C’est aussi pour vous donner un moyen sécuritaire de vous nettoyer le foie et la vésicule, en ayant recours à des aliments naturels (huile d’olive et jus de pamplemousse) et à du sulfate de magnésium, qui n’est pas nocif. Notez que ce nettoyage redonne beaucoup d’énergie. Imaginez un peu que le lendemain matin, après une nuit quasiment blanche, j’ai pelleté la neige ( 50 cm )  de mes escaliers et de l’entrée pendant une heure!!

C’est aussi le bon moment pour vous la donner puisque, Noël arrivant, c’est la saison des abus et que ces symptômes pourraient apparaître après.

Ingrédients nécessaires:

  • 4 cuillerées à table (à soupe) de sel d’espsom (ça se trouve en pharmacie)
  • 1/2 tasse ( 10 dl ) d’huile d’olive
  • 2/3 tasse ( 15 dl ) ou plus de jus de pamplemousse rose (il en faut 2 ou 3 environ, dépendant s’ils sont gros ou petits).
  • Bocal de verre qui se ferme hermétiquement qui servira de shaker.
  • Bocal de verre ou de plastique qui se ferme pour mettre la solution de sel d’espsom au frigo

echographie

Déroulement du nettoyage

14 h 00 : Ne pas manger ni boire après 14 heures. Si vous le faites, vous pourriez vous sentir très mal plus tard. Prenez le sel d’epsom et mélangez-le à 3 tasses d’eau (env. 3/4 de litre) dans un bocal de verre. Fermez et secouez. Mettez au frigo (quand elle est froide, cette solution passe mieux).

18 h 00 : Buvez un quart de la solution de sel d’espsom. Buvez une petite gorgée d’eau après pour enlever le mauvais goût amer. Sortez les pamplemousses du frigo s’ils y sont pour les laisser se réchauffer.

20 h 00 : Buvez un autre quart de la solution de sel d’espom. Même si vous n’avez pas mangé depuis 14 heures, vous n’aurez pas faim. Il est possible que vous commenciez à vous vider les intestins.

21 h 45 : Préparez-vous pour aller au lit (brossage de dents, miction, etc.). Vous devriez déjà être allé à la selle une ou plusieurs fois (besoin pressant!). Vous pouvez tarder un peu, mais pas plus tard que 15 minutes, pour aller vous coucher (22 h). Vous passeriez moins de calculs. Vous ne devez rien avoir à faire une fois que vous aurez bu le mélange huile d’olive-pamplemousse.  Mettez l’huile d’olive dans le bocal. Pressez le ou les pamplemousses à la main. Enlevez la pulpe et ajoutez le jus de pamplemousse à l’huile d’olive. Fermez bien le bocal.

22 h 00 : Allez vous asseoir au bord du lit. Remuez fortement (comme un shaker) le mélange huile d’olive-pamplemousse jusqu’à ce qu’il soit aqueux (ceci se produit seulement avec des pamplemousses frais). Buvez le mélange huile d’olive-pamplemousse d’un trait ou presque (maximum 5 minutes et 15 minutes pour les personnes faibles et âgées). Vous pouvez prendre un peu d’ornithine (4 à 8 capsules) ou un produit qui détend et permet de dormir (valériane et passiflore)  pour être assuré de dormir.

Allongez-vous immédiatement après avoir bu ce mélange. Si vous ne le faites pas, il se peut que vous ne passiez pas de calculs. Plus vous vous allongez rapidement après avoir bu, plus nombreux seront les calculs que vous passerez. Vous devez vous allonger à plat dos sur votre lit, la tête étant posée sur un oreiller. Essayez de sentir ce qui se passe dans votre foie. Restez immobile pendant au moins 20 minutes. Vous sentirez peut-être une enfilade de calculs passer le long du canal cholédoque, un peu comme s’il s’agissait de billes, comme un tremblement. Vous ne ressentirez aucune douleur du fait que ce canal est ouvert (merci sel d’espsom!). Assurez-vous de dormir. Si vous ne dormez pas, vous pourriez ne pas passer de calculs.

Lendemain matin : En vous réveillant, prenez le troisième quart de solution de sel d’espsom. Si vous avez la nausée ou un sentiment d’indigestion, attendez que cela passe pour boire. Vous pouvez continuez à dormir si vous le désirez. Ne prenez pas cette solution avant 6 h.

2 heures plus tard : Buvez le dernier quart de la solution de sel d’epsom. Vous pouvez encore retourner vous coucher si vous le désirez.

2 heures plus tard encore : Vous pouvez vous alimenter. Commencez avec un jus de fruit. Puis, une heure plus tard, mangez un fruit. Encore une heure plus tard, vous pouvez manger normalement mais léger. Le soir, vous devriez vous sentir être revenu à la normale.

calculs biliaires

Attendez-vous à de la diarrhée le matin. Servez-vous d’une lampe de poche pour voir les calculs qui sont tombés dans la cuvette quand vous vous êtes soulagé. Cherchez surtout des boules verdâtres car elles sont la preuve qu’il s’agit de véritables calculs, pas de résidus alimentaires. Il n’y a que la bile pour être verte. Les calculs flottent du fait qu’ils contiennent du cholestérol. Vous pouvez les compter à peu près. Vous aurez besoin de passer un total de 2000 calculs avant d’être assuré que votre foie sera bien nettoyé, que vos allergies, vos bursites et vos maux de dos (dorsales) disparaissent. Le premier nettoyage vous débarrassera des calculs de première ligne, pour ainsi dire. Ce faisant, les calculs se trouvant plus loin dans le foie descendront vers la vésicule biliaire. Les symptômes réapparaîtront (mal sur le côté droit comme une pointe). Il vous faudra répéter le nettoyage deux semaines plus tard. Ne faites jamais ce nettoyage quand vous êtes très malade.

Parfois, le canal cholédoque est plein de cristaux de cholestérol qui ne se sont pas agglomérés pour former des calculs. Ils flottent à la surface de l’eau et ont une apparence de fibres (son). De couleur fauve, ils peuvent se compter par milliers. Il est aussi important de se débarrasser de ces fibres de cholestérol que des calculs verts.

Ce nettoyage est très sécuritaire, mais il peut par contre vous affaiblir beaucoup pendant un ou deux jours. Mais vous vous sentirez plein d’énergie après. Dans mon cas, la première fois que je l’ai fait, je suis allée marcher trois heures la même journée (avec quelques arrêts derrière des rochers de temps en temps!). Et j’ai aussi passé environ 1500-2000 calculs souples. Je n’en croyais pas mes yeux.

Note : ces calculs proviennent du foie, pas de la vésicule biliaire. Quand ils sont calcifiés (durcis), ils restent coincés dans la vésicule et font très mal. D’où l’intérêt de faire ce nettoyage afin de s’éviter l’ablation de la vésicule biliaire.

 Annie

Annie Ollivier  Site web : http://www.chikungminceur.com

 Les alicaments à bien doser

 

Une alimentation mal équilibrée peut être à l’origine d’une maladie puisqu’elle causera des déséquilibres dans le corps. En Médecine traditionnelle chinoise (MTC), ce n’est pas tant le manque d’éléments nutritifs qui causera un déséquilibre dans le corps que les types d’aliments que nous consommons trop ou pas assez. Par exemple, un excès de sel peut causer un déséquilibre dans les Reins, qui se traduira par de l’hypertension, de l’œdème et des maux de tête. Trop de sucreries créera de l’humidité dans la Rate, qui se traduira par une mauvaise digestion, une irrégularité de l’élimination fécale et de l’œdème.

alicaments

En Médecine Traditionnelle Chinoise, les aliments peuvent servir de médicaments. En fait, en MTC, la différence entre aliments et herbes médicinales est mince. Shen Nung, qui est considéré comme le père de la médecine chinoise, est l’auteur du premier traité chinois sur les plantes médicinales, traité intitulé Shen Nung Ben Cao. Il y a plus de 5 400 ans, il a divisé les plantes en trois catégories : deux d’entre elles comportent des «plantes médicinales» alors que la troisième comporte des «plantes alimentaires», qui font partie de l’alimentation quotidienne et sont consommées pour acquérir des forces, prévenir les maladies et se sustenter.

Les plantes et extraits médicinaux
La pratique de la médecine par les extraits médicinaux, qui fait intégralement partie de la MTC, fait appel à tout un éventail d’extraits de plantes, d’animaux et de minéraux provenant du monde naturel. Les effets thérapeutiques des extraits médicinaux chinois sont de nature énergétique et biochimique. Autrement dit, la plante ou l’extrait utilisé entre en résonance énergétique avec l’organe diagnostiqué et à être traité, et a un effet biochimique sur lui. Cette résonance et cet effet amènent l’énergie à circuler plus librement dans l’organe, ce qui a aussi une influence sur les autres organes.

alicaments

En général, les praticiens en MTC combinent les extraits pour préparer des médicaments précisément conçus en fonction des besoins uniques d’un patient, tant sur le plan de sa constitution, de ses émotions, de sa santé physique que de son milieu ambiant. Cette méthode diffère grandement de la démarche médicale occidentale qui prescrit le même médicament à tout le monde pour le même problème, suite à des recherches démontrant que ce médicament s’est révélé suffisamment efficace sur un certain nombre de patients. En MTC, il pourrait y avoir cinquante patients avec la même maladie, mais avec des constitutions et des déséquilibres très différents. Et le médecin prescrirait donc cinquante combinaisons d’extraits médicinaux au lieu d’un seul médicament.

Par contre, il existe également en MTC des médicaments brevetés qui sont vendus sous forme de pilules en tant que remèdes classiques sous forme de formules. En Chine, on permet aux fabricants répondant aux normes strictes du gouvernement de créer leurs propres médicaments. L’inconvénient avec les pilules déjà prêtes, c’est qu’elles ne sont pas préparées pour répondre aux besoins précis d’un déséquilibre individuel. Leur grand avantage est leur bas prix et leur facilité d’emploi. En effet, la préparation des médicaments prend du temps et leur ingestion est désagréable en raison de leur goût bizarre et particulier. Par ailleurs, les pilules conditionnées permettent d’avoir facilement accès au pouvoir thérapeutique des plantes et des divers extraits.

Les plantes alimentaires
Le Nei Jing dit que «si aucun aliment n’est ingéré pendant 12 heures, le Qi s’affaiblit. Si aucun aliment n’est ingéré pendant 24 heures, le Qi s’épuise». Les aliments que nous ingérons sont donc de la plus haute importance en ce qui concerne le maintien du Qi et de la santé. En Chine, l’alimentation sert à maintenir la santé et à contrer les maladies depuis plus de 5 000 ans. En général, nous devrions manger de petites quantités d’aliments à des heures régulières, en fonction de notre faim et de notre soif. Et les aliments possèdent des caractéristiques qui peuvent instaurer ou dissiper les déséquilibres.

plantes alimentaires

Une des façons de classifier les aliments est par les saveurs. Chaque aliment possède une saveur spécifique qui entre en résonance avec un organe précis (Poumons, piquant; Reins, salé; Foie, acide; Cœur, amer; Rate, sucré ou neutre). On qualifie cette résonance d’«affinité», qui permet aux propriétés naturelles des aliments d’agir comme agents de guérison pour un organe particulier. Par exemple, les aliments acides, comme le vinaigre et les agrumes, sont associés au Foie. Les aliments salés, comme le céleri et les algues, sont associés aux Reins. Les aliments amers, comme les légumes à grandes feuilles vert foncé et le melon amer, sont associés au Cœur. Les aliments sucrés, comme le yam et le thon, sont associés à la Rate. Et les aliments piquants, comme l’ail et l’oignon, sont associés aux Poumons. Le tofu est aussi associé aux Poumons à cause de sa couleur blanche et à la Rate à cause de sa saveur neutre. Dans mes ateliers de chi kung amaigrissant, je fais toujours des recommandations d’ordre alimentaire. Si une personne a le Foie faible, par exemple, je lui recommande de consommer davantage d’aliments acides, comme le citron.

En plus de pouvoir être classés par saveur, les aliments peuvent aussi être classés par température : chaud, tiède, neutre, frais ou froid. Cette classification ne renvoie pas à la température thermique, mais à leur qualité énergétique intrinsèque. Ainsi, l’orge, la laitue, la tomate et le canard sont froid ou frais de nature, alors que la citrouille, le gingembre, les oignons et le poulet sont chauds ou tièdes. Si nous sommes en santé et fort, nous sommes plus à même de supporter les aliments chauds et froids. Mais si nous sommes malade ou faible, les aliments tièdes ou frais nous conviennent mieux, entre autres la soupe au poulet ou le jus d’orange. Si une des personnes qui me consulte a une forte fièvre, je lui recommande de ne pas manger d’aliments chauds ou épicés, comme les clous de girofle ou le poivre de Cayenne, qui ne feraient qu’aggraver ses symptômes. Par contre, si elle a froid, je lui suggère de consommer davantage d’aliments épicés.

Une autre chose à considérer pour maintenir l’équilibre dans l’alimentation, c’est le climat. Les aliments frais, comme les fruits et les légumes crus, le tofu et le riz peuvent être consommés quand il fait chaud pour éliminer la chaleur. Les aliments chauds, comme les légumes-racines, l’agneau, ainsi que le beurre et la crème peuvent être consommés quand il fait froid.

En Chine, les paysans chinois modifient naturellement leur alimentation selon les saisons et leur niveau d’activité. Ces paysans ne consultent généralement pas de médecin à cause de la distance qui les sépare de l’hôpital et du prix des traitements. Ils se contentent de mettre en pratique les mesures de soins personnels mises de l’avant par la MTC. Ils régulent leur alimentation sur leurs activités : quand ils entrent en période de plantation ou de récolte et qu’ils savent qu’ils ont besoin d’énergie pour accomplir une journée de travail ardu, ils mangent davantage. En général, pendant ces périodes, ils égorgent un cochon et le salent pour conserver la viande durant les semaines à venir. Ensuite, pendant les saisons où les champs demandent moins de travail, ils réduisent leur consommation alimentaire. Ils ingèrent alors du congee (porridge de riz) pour le petit-déjeuner, accompagné de quelques légumes marinés, au lieu de prendre du riz frit au porc et aux œufs, plus consistant.

SAISONS

La saison dans l’année, les déséquilibres sous-jacents à nos symptômes et à notre constitution sont autant de facteurs qui déterminent les aliments thérapeutiques à consommer. Quand nous comprenons l’alimentation sous cet angle, nous pouvons inclure ou exclure des aliments de notre alimentation afin de prévenir la maladie et maintenir la santé. Cependant, pour déterminer les aliments qui sont bons pour nous, il faut qu’un praticien en MTC établisse un diagnostic et nous recommande des aliments selon l’état de fonctionnement de nos complexes d’organes, chose que je fais dans tous mes ateliers de chi kung amaigrissant grâce au Test de caractérologie 40 (TC 40) et à la prise des pouls. La transition entre alimentation déséquilibrée et alimentation équilibrée doit se faire de façon graduelle. La médecine chinoise ne recommande pas une série de régimes qui disent ce que nous pouvons manger ou pas. Elle cherche avant tout à rétablir l’équilibre dans le corps afin que nous puissions consommer en modération toute une variété d’aliments, et ce en fonction de notre propre constitution, de notre santé dans le moment et des facteurs climatiques.

Sur le blog de Francesca https://medecinehistorique.wordpress.com/