LE SUCRE RAFFINÉ et notre Santé

Le docteur Martin a classé le sucre raffiné dans la catégorie des poisons parce qu’on l’a dépourvu de ses forces vitales, de ses vitamines de ses minéraux. Ce qui reste se compose de glucides raffinés, purs.

Le corps ne peut utiliser cet amidon et ce glucide raffinés que si les protéines, les vitamines et les minéraux qui ont été supprimés sont présents. La nature apporte ces éléments en quantité suffisante dans chaque plante pour métaboliser le glucide de chacune de ces plantes particulières. Il n’y a aucun excédent dans des glucides supplémentaires.

Un métabolisme incomplet du glucide provoque la formation de métabolite toxique comme l’acide pyruvique et de sucres anormaux possédant cinq atomes de carbone. L’acide pyruvique s’accumule dans le cerveau et le système nerveux et les sucres anormaux s’accumulent dans les globules rouges. Ces métabolites, toxiques entravent la respiration des cellules. Elles ne peuvent pas obtenir suffisamment d’oxygène pour survivre et fonctionner normalement. A la longue, certaines cellules meurent. Ceci entrave le fonctionnement d’une partie du corps et c’est le début d’une maladie dégénérative.

sucre chez francesca

Le sucre raffiné est mortel pour les êtres humains qui l’ingèrent parce que les seules choses qu’i apporte sont ce que les nutritionnistes décrivent comme des calories « vides » ou « dépouillées ». Il lui manque les minéraux naturels qui sont présents dans la betterave à sucre ou la canne à sucre. De plus, prendre du sucre est pire que de ne rien prendre, parce que le sucre vide et prive le corps de vitamines et de minéraux précieux, en raison des exigences que sa digestion, sa désintoxication et son élimination imposent à notre système tout entier.

L’équilibre est si important pour notre corps que nous avons plusieurs façons de compenser le choc soudain d’une importante absorption de sucre. Des minéraux tels que le sodium (issu du sel), le potassium et le magnésium (issus des légumes), et le calcium (issu des os) sont mobilisés et utilisés lors de la transmutation chimique ; on produit des acides neutres qui tentent de ramener le facteur d’équilibre entre les liquides acides et alcalins du sang à un niveau plus normal.

La consommation quotidienne de sucre produit un excès permanent d’acidité, et il est nécessaire de puiser de plus en plus de minéraux au plus profond du corps pour tenter de corriger ce déséquilibre. En fin de compte, afin de protéger le sang, tant de calcium est puisé dans le sors et les dents que ceux-ci se détériorent.

Un excès de sucre finit par affecter chaque organe du corps. Au départ, il est emmagasiné dans le foie sous forme de glucose. La capacité du foie étant limitée, une consommation quotidienne de sucre raffiné fait bientôt gonfler le foie comme un ballon. Lorsque le foie est plein au maximum de sa capacité, l’excès de glycogène retourne dans le sang sous forme d’acides gras. Ceux-ci sont emmenés dans chaque partie du corps et emmagasinés dans les zones les plus inactives : le ventre, les fesses, les seins et les cuisses.

Lorsque ces endroits relativement inoffensifs sont complètement pleins, les acides gras sont alors répartis parmi les organes actifs, comme le cœur et les reins. Ceux-ci commencent à fonctionner au ralenti ; leurs tissus finissent par dégénérer et par se transformer en graisse. Le corps tout entier souffre de la diminution de leur capacité et une tension artérielle anormale apparaît. Le système nerveux parasympathique est affecté ; et les organes qu’il gouverne, comme le cervelet, deviennent inactifs ou se paralysent. Les systèmes circulatoires et lymphatiques sont envahis, et la qualité des globules rouges commence à changer. Il se produit une surabondance de globules blancs, et la création de tissus se ralentit.

La capacité de tolérance et d’immunisation de notre corps devient plus limitée, par conséquent nous ne pouvons pas réagir correctement face à des attaques sévères, que ce soit le froid, la chaleur, les moustiques ou les microbes. Un excès de sucre a un effet très nocif sur le fonctionnement du cerveau. La clé d’une fonction cérébrale bien réglée est l’acide glutamique, composé vital que l’on trouve dans de nombreux légumes. Les vitamines B jouent un rôle majeur dans la décomposition de l’acide glutamique en composés antigoniste complémentaires qui et provoquent une réaction de « continuation » ou de «contrôle » dans le cerveau. Les vitamines B sont aussi fabriquées par des bactéries symbiotiques qui vivent dans nos intestins. Lorsque l’on consomme du sucre raffiné tous les jours, ces bactéries s’affaiblissent et meurent, et notre réserve en vitamines B descend très bas. Trop de sucre nous rend somnolents ; nous perdons nos facultés de calcul et de mémoire.

sucre chez francesca

LE SUCRE EST NOCIF POUR LES ETRES HUMAINS ET AUSSI POUR LES ANIMAUX

 Les marins naufragés qui n’ont mangé et bu que du sucre et du rhum pendant neuf jours par exemple ont sûrement souffert de certains aspects de ce traumatisme ; les récits qu’ils ont dû faire ont créé un gros problème de relations publiques pour les vendeurs de sucre.

L’incident s’est produit lorsqu’un vaisseau transportant une cargaison de sucre a fait naufrage en 1793. Les cinq marins survivants ont fini par être secourus après s’être sentis abandonnés pendant neuf jours. Ils étaient décharnés parce qu’ils ne s’étaient pas alimentés, n’ayant rien consommé d’autre que du sucre et du rhum. Cet incident a incité l’éminent physiologiste français F. Magendie à réaliser une série d’expériences sur des animaux, dont il a publié les résultats en 1816. Lors de ces expériences, il a fait suivre aux chiens un régime alimentaire fait de sucre ou d’huile d’olive et d’eau. Tous les chiens ont dépéri et sont morts.

Les marins naufragés et  les chiens des expériences du physiologiste français ont prouvé la même chose. Comme aliment régulier, prendre du sucre est pire que de ne rien prendre. De l’eau pure peut vous maintenir en vie pendant quelque temps. Du sucre et de l’eau peuvent vous tuer. Les êtres humains et les animaux sont incapables de subsister en ne se nourrissant que de sucre. A partir de ce jour et jusqu’à aujourd’hui, l’industrie du sucre a investi des millions de dollars pour subventionner discrètement la science. On a engagé les plus grands noms de la science que l’argent pouvait acheter, dans l’espoir qu’ils pourraient un jour proposer quelque chose d’au moins pseudoscientifique pour redorer l’image du sucre.

On a prouvé cependant, que le sucre est un facteur majeur de détérioration des dents ; le sucre dans l’alimentation d’une personne provoque réellement un excès de poids ; la suppression de sucre dans des régimes a guéri certains symptômes de maladies sucreuniverselles qui laissaient les patients très diminués, comme le diabète, le cancer et les maladies cardiaques.

L’article sur le sucre est tiré du livre stupéfiant (maintenant épuisé) appelé Le Blues du sucre

. « Il n’y a pas grand-chose qui m’étonne ces temps-ci, mais ce livre m’a bel et bien étonné et il m’étonne encore ! » Il existe depuis des années, il est très difficile à obtenir, et il va profondément vous choquer ! Si vous voyez un jour ce livre dans une librairie d’occasion ou un endroit de ce genre, achetez-le immédiatement !

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

 

Notre peau reflète notre état intérieur

 

La peau ne participe pas seulement à notre apparence. Reflet de nos émotions, elle en dit également long sur notre état de santé.

Prendre soin de sa peau est un plaisir délicieux et qui fait du bien. Et même si cela peut sembler parfois contraignant de devoir se passer des crèmes sur le corps alors qu’on est déjà en retard pour aller au travail, avouez qu’on se sent bien dans une peau nourrie et hydratée. Plus de sensation de tiraillement, pas de peau de crocodile, enfin on se sent bien dans sa peau.

Le secret d’une belle peau réside dans l’hydratation de celle-ci. Il faut donc régulièrement l’hydrater, en buvant de l’eau, mais aussi en s’appliquant de l’huile essentielle. Un rituel qui prend soin de votre peau et ce pour longtemps.

Toutes les peaux ont besoin d’eau au quotidien. Cette eau est fournie par les boissons, les fruits, les légumes et les crèmes hydratantes que nous appliquons chaque jour pour protéger l’épiderme du dessèchement. Une peau qui épuise ses ressources en eau est déshydratée : elle tiraille et devient inconfortable par moments (après la douche avec l’agression de l’eau et du calcaire, en cas de froid, de vent, de pollution). Notre peau, comme l’ensemble de notre corps, est constituée en grande partie d’eau. Un mauvais régime alimentaire, des agressions extérieures, une trop faible consommation d’eau et voilà notre peau assoiffée.

peau

Les crèmes hydratantes ont pour but de protéger la peau des agressions climatiques et de la pollution. Le film hydratant constitué de corps gras permet de retenir l’humidité de l’épiderme en surface qui ainsi ne peut plus s’évaporer.

La peau est la partie de notre corps la plus exposée aux agressions extérieures. Elle vieillit plus ou moins rapidement selon notre mode de vie et les soins qu’on lui apporte. Ce vieillissement pouvant parfois favoriser la survenue d’une maladie, une démarche de prévention est absolument nécessaire. 

La dimension spirituelle de la peau

Extrait du livre :

livre de sylvieDepuis la nuit des temps, l’homme a cherché à se relier aux forces qui le dépassent et il a utilisé pour cela tout ce qui est à sa portée. Concernant son corps, le premier organe visible, c’est la peau. Elle est magique cette peau qui se répare d’elle-même quand une branche l’a entaillée. Elle est en contact avec la terre-mère, l’eau, les vents et elle se réchauffe sous la flamme du feu. Il comprend très vite qu’il y a un dedans et un dehors, comme pour les bêtes qu’il chasse, qu’il découpe et dont il s’approprie la peau pour couvrir la sienne….

Au contraire des peintures corporelles et du tatouage, la scarification s’accompagne, dans sa genèse, d’une effusion de sang, plus ou moins importante, mais toujours symboliquement féconde. La scarification devient, par là même, dimension sacrificielle pour libérer le nouveau-né de l’ancêtre qu’il incarne, offrande de sang comme gage de fertilité de la femme et de fécondité de la terre ou signature trempée dans le sang du pacte scellé avec les esprits….

Au terme de ce petit voyage « vestimentaire » peut-on dire où réside le sacré ? Dans la nudité, la pudeur ou l’étoffe recouvrant le corps ? Et si c’était dans ce mouvement incessant du voilé-dévoilé que se glisse l’indicible, l’invisible…

Y a-t- il une couleur de peau qui serait la marque du Divin, une teinte, une vibration universellement reconnue pour représenter l’enveloppe visible de la déité ? Certes non. Et, au travers du monde et des âges, la peau des dieux, telle que l’homme l’a conçue et figurée, puise en un arc-en-ciel infini…

Ainsi la Vierge noire nous prend par la main et nous conduit sur une voie plus secrète, plus cachée, plus intérieure et plus ésotérique. Elle nous dit que les ténèbres précèdent le jaillissement de la lumière. Elle nous invite à ce patient chantier de fouilles qu’est la connaissance de soi, pilier de toutes les traditions initiatiques. Elle nous conduit en notre crypte pour que l’étincelle nous apparaisse, scintille puis grandisse, et que la lumière soit. Elle est, par sa noirceur même, véritable chemin de Lumière…

Au fil du temps, les hommes se sont éloignés du divin. Ils ont posé la raison pure comme vérité exclusive et la science comme seule voie de connaissance. Ils ont jeté aux orties l’eau du ciel et les dieux qu’elle contenait, les rites et les croyances anciennes. Ils ont transformé le cosmos animé, berceau de toute forme de vie et qui faisait rêver l’homme depuis la nuit des temps, en un réservoir de ressources à exploiter sans mesure. Ils ont assujetti leur bonheur à la matière, au consumérisme et confié leur destin au pur développement technologique. Ils ont peu à peu oublié « l’être » pour glisser subrepticement vers « l’avoir » et « le paraître »…

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

Chaque guérisseur a sa légende personnelle

Une sentence zen dit que, pour atteindre l’éveil, il faut une grande foi, un grand doute et une grande détermination. Pour guérir, il faut croire en sa guérison, sentir qu’elle est possible et que l’on peut guérir de beaucoup de choses !

AmourPour guérir, il faut également douter de nos croyances limitantes, des schémas de pensée imprimés dès l’enfance, et aussi de certains discours, les nôtres comme ceux des autres. Enfin, pour guérir, il faut une grande détermination, une juste discipline et une constance.

La meilleure approche est de choisir un exercice simple qui vous intéresse. Faites-le tous les jours pendant une semaine, car si certains procurent un soulagement immédiat, d’autres donnent leurs résultats sur le long terme. Au bout d’une semaine, demandez-vous sincèrement si cet exercice vous apporte quelque chose. Conservez-le si c’est le cas, et passez à un autre exercice. Au bout de quelques mois, vous connaîtrez les techniques qui vous conviennent le mieux, vous les aurez combinées ou adaptées et vous aurez pris l’habitude de les pratiquer dans diverses conditions : un trajet en voiture ou en transport en commun, la queue au supermarché, une réunion ennuyeuse…

Ce que je vous propose, c’est de prendre votre santé et votre bien-être en main, de retrouver votre pouvoir intérieur, d’apprendre à connaître votre corps et son fonctionnement pour savoir identifier les déséquilibres et y remédier. Car si tout est énergie, nous ne pouvons que devenir conscients de l’impact de notre mode de vie, de nos pensées, de nos actions et de nos paroles.

Je vous propose de lire le livre suivant :

guerir

Nathalie Julien raconte son parcours personnel Et donne des Outils, techniques et exercices de magnétisme et de méditation pour retrouver l’équilibre intérieur

La première partie de l’ouvrage est magistrale dans son exposition précise et didactique des fondements scientifiques et humains du concept d’énergie. Il emporte la conviction et à lui seul vaut l’achat de l’ouvrage. Il repose, rassure, tranquillise par la cohérence qu’il met en exergue. La suite du texte en devient lisible intellectuellement, pour ne pas dire « audible », acceptable philosophiquement. C’est la force de l’écriture concise de Nathalie Julien qui rend le propos aussi neutre et non prosélyte.

Mais c’est sans doute aussi parce que son intérêt pour la question est né de sa propre aventure de vie où la maladie fut une parenthèse interpellante et bouleversante. Comme bien souvent, la rencontre de l’épreuve et de ce que l’individu en fait conduit à des métamorphoses et à des réveils de l’âme incroyables. Et c’est manifestement ce que l’auteur a vécu.

étoileLe magnétisme est une thérapeutique énergétique ancestrale qui soulage et qui guérit. Longtemps cantonnée au cercle ésotérique, elle sort de l’ombre en tant que méthode de soin alternatif de plus en plus reconnue. Le guérisseur, par l’action de ses mains (mais aussi avec l’aide du souffle, de la pensée, du regard et surtout de son intention), stimule l’ensemble du système énergétique du receveur afin qu’il retrouve son énergie intérieure. Faisant la synthèse des différentes traditions (chamanique, chinoise, indienne…), ce guide présente les techniques à mettre en oeuvre au quotidien, seul ou à deux, grâce à de nombreuses propositions de massage, de méditation et de visualisation.

Bonne lecture et belle découverte à vous tous !!

 

Un antioxydant très efficace

 

 

La figue est très riche en antioxydants, des composés phénoliques de la famille des flavonoïdes qui permettent de neutraliser les radicaux libres du corps jouant ainsi un rôle de prévention contre les maladies cardiovasculaires et certains cancers.

figueC’est dans la peau de la figue que se trouve concentrée la majorité des antioxydants. Les figues fraîches ont un pouvoir antioxydant beaucoup plus important que les figues sèches.

On retrouve également dans la figue des caroténoïdes qui possèdent également des propriétés antioxydantes dont le bêta-carotène, la lutéine et le lycopène.

Des fibres en abondance
Avec 18,3 g/100 g de fibre, la figue joue un rôle majeur sur le transit intestinal mais pour faciliter le transit intestinal. La figue ne contient ni lipides, ni sodium et ni cholestérol, il est conseillé aux personnes souhaitant perdre du poids.

Une source de vitamines et de minéraux non négligeables de la FIGUE pour notre système immunitaire.

Elle n’est pas plus calorique que la pomme ou la prune car une figue apporte 25 kcal, sachant qu’un fruit pèse environ 45 g à l’inverse de la figue séchée, qui elle l’est bien davantage avec 193 kcal/100 g. La figue est composée de 87,55 g/100 g d’eau.

Nous le savons, manger des fruits et des légumes diminuent les risques de maladies cardiovasculaires et de certains cancers. La figue est riche en flavonoïdes qui permettent de réduire certains risques de cancers.

Les propriétés antioxydantes des flavonoïdes permettent de lutter contre les radicaux libres et prévenir de certaines maladies cardiovasculaires. Facilitant la multiplication des globules rouges, ils sont un atout contre l’anémie.
La source importante de fibres contenue dans la figue, facilite le transit intestinal et prévient des risques de cancer du colon.

figue

Quelques applications de l’utilisation de la figue fraîche

Pour calmer les maux de ventre
La tisane de feuilles de figuier, cette tisane agit sur la circulation sanguine, la diarrhée et les règles douloureuses. Elle calme également la toux.
Lavez quelques feuilles de figues fraîches et faites-les sécher. Laissez-les infuser deux à trois minutes dans une tasse d’eau bouillante. Au dernier moment, ajoutez un peu de sucre et buvez la préparation avant de vous coucher.

Favorise le transit intestinal
Chauffez 1/4 d’heure environ avec l’équivalent d’un bol de lait et une petite poignée de raisins secs et buvez.

Calme les angoisses
Préparez un macérât de figuier. Placez dans un verre stérile des feuilles et/ou des fruits de figuier à moitié. Recouvrez le tout d’une huile végétale de votre choix. Fermez ce verre hermétiquement et réservez-le à la chaleur pendant un mois, en l’agitant régulièrement. Puis filtrez à l’aide d’un filtre à café le macérât obtenu en le versant dans un autre récipient stérile. Notez que ce procédé peut durer quelques heures et que le macérât se conserve six mois.
Vous pouvez ensuite l’appliquer sur votre peau en massant délicatement d’un mouvement circulaire.

Pour faire disparaître les verrues
Pilez quelques feuilles ou fruits de figuier pour en extraire le jus puis appliquez ce jus sur la verrue, laissez agir 20 minutes et essuyez. Renouvelez l’opération deux fois par jour jusqu’à disparition totale de la verrue.

Pour supprimer les panaris, furoncles et abcès
Préparez un bouillon de lait auquel vous ajouterez une figue sèche. Laissez cuire quelques minutes et faites tiédir le tout. Appliquez la préparation sur le panaris et renouvelez le traitement plusieurs fois par jour.
Elle est utilisée pour éliminer les infections de la bouche, et les gingivites.

Utilisée comme masque sur le visage, la pulpe de figue est calmante et antioxydante et convient à tous types de peau. On peut également l’utiliser comme gommage corporel.

La petite histoire de la figue

figueLa figue est connue depuis les temps les plus anciens et tient une place importante dans la mythologie de tout le bassin méditerranéen. Comme l’olivier, le palmier dattier, la vigne et le grenadier le figuier est l’un des 5 arbres fruitiers de la terre promise.

On retrouve des traces de la figue dans les textes bibliques, comme la Genèse (grecs, romains, phéniciens et égyptiens). Les Grecs considéraient le figuier comme un don de la déesse Démeter, déesse des Moissons et des produits de la Terre. Il était dédié à Dionysos comme la vigne et le lierre. Pour protéger cette ressource de l’Attique  » plus précieuse que l’or », les Grecs en interdirent l’exportation. Une poignée de figues fraîches ou sèches avec des galettes ou du lait caillé au suc de figuier pouvait constituer un repas très nourrissant.

Déjà à cette époque on lui reconnaissait des vertus thérapeutiques, pour Platon c’était la nourriture des athlètes par excellence, tant lui-même raffolait des figues. Pline l’Ancien vers -100 av. JC, botaniste romain bien connu mentionnait l’existence de la culture de vingt-neuf variétés de figues. Il écrit à propos de Tacape, l’actuelle Gabès : « À l’ombre du fier palmier pousse l’olivier, sous l’olivier, le figuier, sous le figuier le grenadier, sous ce dernier la vigne, sous la vigne le blé, puis les légumineuses, enfin les salades et toutes ces plantes sont nourries à l’ombre des autres.«  Les voyageurs de l’époque en emportaient toujours avec eux que ce soit crue ou séchée et les Grecs et les romains engraissaient leurs oies avec les figues.

Ce serait l’un des fruits les plus anciens à avoir été domestiqué par l’homme. En effet en 2006 lors de fouilles dans la vallée du Jourdain en Palestine on a découvert 9 figues dites parthénocarpiques, c’est-à-dire des figues qui se reproduisent sans fécondation d’ovules et ne produisant pas de graines. La main de l’homme était indispensable pour la production par le biais de bouture. On date ces figues d’à peu près 9400 à 9200 avant J.-C.

Ce sont les romains qui l’introduiront dans le reste de l’Europe et au VIIIe siècle Charlemagne fera cultiver le figuier dans ses vergers.

On retrouve même de recettes dans le fameux Ménagier livre qui traite d’économie domestique et morale, écrit entre juin 1392 et septembre 1394, notamment des figues « rosties avec des feuilles de Loiret par-dessus » lors d’un banquet servi par l’abbé de Lagny en 1379. Le Viandier de Taillevent donne la recette d’une sorte de pudding, le « tailliz de Karesme » à base de gaufre émiettée de figues, de raisins et de dattes hachées. Il est avec le Viandier de Taillevent une référence intéressante pour les cuisiniers d’aujourd’hui.

Les conquistadores introduiront le figuier au Mexique au XVIe siècle.
Plus près de nous, Louis XIV était très friand de ce petit fruit et le jardinier La Quintinie planta plus de sept cents figuiers de variétés diverses dans le potager royal au Château de Versailles. Je me demande s’il en reste encore aujourd’hui.

En Italie notamment en Toscane où le climat était également propice à la culture du figuier.

FIGUIER

Légendes

Selon la légende : Cléopâtre se serait fait livrer secrètement un panier garni de figues avec un aspic dissimulé sous des feuilles (selon Plutarque), au Mausolée. Et, ce, suite au suicide de son amant Marc Antoine. Sa décision fut de préférer se suicider en apprenant ce drame, et suite également à l’arrivée d’Octave à Alexandrie. Elle l’avait ordonné ainsi afin que l’animal l’attaquât sans qu’elle le sût. Mais en enlevant des figues elle vit l’aspic, se dénuda le bras et le lui offrit à la morsure.

L’expression, mi-figue, mi-raisin encore bien employée de nos jours fait référence aux marchands de la ville de Corinthe qui mélangeaient des morceaux figues sèches plus lourdes aux raisins secs pour les vendre aux Vénitiens et histoire de les faire payer plus cher. Mais on dit aussi que seuls les fruits secs, les raisins et les figues pouvaient être consommés durant le Carême.

N’oublions pas également pas que dans la tradition provençale, la figue sèche fait partie des treize desserts présentés à la fin du dîner de Noël.

Principales sources de cet article :

Site web : www.jackiecuisine.com

Maladies et responsabilité

 

intérieurBien des gens pensent que les maladies surviennent au hasard. Pour eux, elles sont quelque chose d’extérieur qui existe en soi. Lorsqu’elles pénètrent en nous, elles nous font « tomber malades ». Le malade est alors considéré comme quelqu’un qui n’a pas eu de chance. Il a été atteint injustement, puisqu’il aurait récolté quelque chose (la maladie) sans avoir semé en conséquence. Il est donc une victime.

En réalité, les maladies résultent de causes engendrées par les malades eux-mêmes. Pour s’en rendre compte, il faut considérer ce que sont les maladies du point de vue de la médecine naturelle.

La santé du corps dépend du « terrain ». Ce dernier est constitué de l’ensemble des liquides qui irriguent et entourent les cellules. Il s’agit du sang, de la lymphe et des sérums intra- et extracellulaires. Il existe une composition idéale de ces liquides qui garantit le bon fonctionnement des cellules et, par conséquent, des organes et du corps. Dans une telle situation, les cellules sont bien oxygénées et bien pourvues en nutriments. C’est l’état de santé. Toute modification de la composition du terrain aura logiquement pour conséquence une perturbation de l’activité cellulaire et l’apparition de la maladie.

choix chez francesca

La cause principale de cette modification est l’accumulation de toxines dans le terrain et, dans une moindre mesure, des carences en nutriments. Mais pour simplifier, limitons-nous à l’intoxication. La présence de toxines a plusieurs causes : mauvaise alimentation, suralimentation, sédentarité, stress, prise d’excitants (tabac, alcool…), manque de sommeil et élimination insuffisante des toxines par les reins, les intestins, la peau… En s’accumulant dans le corps, les toxines épaississent le sang, se déposent sur les parois des vaisseaux, gênent le coeur et la circulation, congestionnent les organes, les agressent, les enflamment, les sclérosent, déclenchent des mutations cancérigènes et rendent l’organisme réceptif aux infections microbiennes. La présence de toxines dans le terrain est modérée dans les maladies aiguës, importante dans les maladies chroniques et très forte dans les troubles dégénératifs.

L’accumulation de toxines dans le terrain est progressive. En cas de mauvaise hygiène de vie, celles-ci s’y déposent jour après jour pendant des mois ou des années. L’accumulation est invisible de l’extérieur, ce qui donne faussement à penser que lorsque des maladies surgissent, elles ne font que débuter. En réalité, elles se sont préparées depuis longtemps par l’amoncellement de toxines, mais n’apparaissant au grand jour qu’au moment où le seuil de tolérance du corps est dépassé. La maladie n’est donc pas quelque chose d’extérieur et de déjà formé qui entre dans le corps, mais elle se développe à l’intérieur du corps, comme conséquence de la dégradation du terrain. Or, cette dégradation résulte des choix effectués par le malade lui-même. C’est en effet ce dernier qui décide de trop et mal manger, d’être sédentaire, de s’empoisonner avec des excitants ou des drogues, de ne pas dormir assez, etc.

Ainsi, les maladies ne surviennent pas au hasard : le malade « sème » de nombreuses toxines dans son corps, avant d’en récolter les conséquences. Mais aussi tardive est  l’apparition des maladies et variées leurs manifestations, elles ont toutes pour point de départ le malade lui-même

Ce qui précède concerne tous les cas où les causes déclenchantes et leurs conséquences se manifestent dans une même vie.

Mais qu’en est-il de toutes les maladies qui sont dues à des faiblesses organiques héritées et auxquelles l’esprit devient soumis dès qu’il s’incarne dans le corps physique? Ce corps n’ayant pas été formé par l’individu  lui-même, mais par ses parents, le malade apparaît au premier abord comme une victime. Or, comme nous l’avons déjà vu, l’esprit de l’enfant a déjà vécu plusieurs incarnations. Au cours de celles-ci, il peut avoir semé différentes choses qui font que pour évoluer, il a maintenant besoin de s’incarner dans un corps faible ou malade.

Les expériences vécues qu’il fera en étant confronté à sa maladie lui donneront l’occasion d’apprendre certaines choses nécessaires à son évolution.

Il n’est donc pas responsable de la maladie du corps mais, par ses semailles passées, du fait qu’il s’incarne dans celui-ci. Il n’y a donc, ici non plus, ni arbitraire ni injustice: le corps et la maladie que l’esprit hérite sont des récoltes de ses semailles antérieures.

Extrait du livre : Les Lois de la vie de Christopher Vasey

bibliothèque

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

Petites histoires de Prestidigitation Médicale  

 

ACela se passe en 1813. Un certain Bertrand, chimiste français, fait une démonstration publique. Il tient une fiole qui contient 5 g de trioxyde d’arsenic (1 cuillère à thé comble), de quoi tuer 150 hommes. Il lève le bras et porte le breuvage à ses lèvres. Les effets inexorables de cette drogue : nausée, vomissement, diarrhée, brûlure intense de la bouche et de la gorge, crampes atroces dans le ventre, déshydratation rapide et mort. Devant les yeux médusés et horrifiés de la foule, Bertrand vaque tranquillement à ses affaires et ne présente aucun trouble.

En 1831, un pharmacien de Montpellier nommé Touéry, effectue le même tour mais, cette fois, devant l’Académie française de médecine. Il avale 1 g de strychnine (10 fois la dose mortelle). Ce poison foudroie un homme en 10 minutes dans des convulsions incontrôlables et un arrêt respiratoire au milieu d’un rire nerveux effrayant, dont le spectacle ne s’oublie jamais. Pourtant, Touéry reste calme et détendu et n’a aucun trouble, à la stupéfaction totale des professeurs.

Le secret ? Bertrand et Touéry avaient tous deux étudié l’action du charbon végétal sur les poisons, en particulier avec des rats – et tous deux ont voulu démontrer qu’ils avaient découvert l’antidote universel. Ce qui a pu être vérifié par la suite. En ce qui concerne Touéry, celui-ci a rapporté qu’il avait préalablement enrobé la strychnine dans 15 g de poudre fine de charbon végétal. Il continua ses travaux de recherche jusqu’en 1940. Patience et longueur de temps – et ce n’est qu’en 1984 que le JAMA (Journal of the American Medical Association) publia deux articles sur l’usage du charbon activé contre l’empoisonnement à la théophylline (broncho-dilatateur) et au phénobarbital.

Anti-poison et détoxiquant

Aujourd’hui, le charbon de bois est utilisé pour se protéger des émanations toxiques dans l’industrie et dans les salles d’opération, ainsi que pour assainir l’eau de boisson. En tant que remède, il est réputé depuis l’Antiquité. Il existe des preuves scientifiques de son action efficace pour absorber les poisons et les toxines bactériennes de l’intestin.

Le charbon de bois naturel est un minéral puissant, très utile dans de nombreux cas pour purifier le système digestif et détoxifier l’organisme.

Un déferlement de confirmations à travers l’histoire

  • Le papyrus d’Ebers 1550 avant J.-C. mentionne déjà la poudre de charbon.
  • Hippocrate (400 avant J.-C.) et Pline (50 avant J.-C.) recommandent le charbon de bois dans le traitement de l’épilepsie, du vertige, de la chlorose et de la « maladie du charbon » contractée par les tanneurs.
  • En 1793, D.M. Kehls conseille dans son mémoire l’usage du charbon pour éliminer les odeurs de la gangrène, purifier l’haleine, les fièvres putrides et tous les états bilieux.
  • En 1773, Scheele explique le phénomène d’absorption des gaz par le charbon.
  • En 1785, Lowitz montre que le charbon est capable de décolorer de nombreux liquides.
  • En 1865, Hunter découvre les performances du charbon de noix de coco pour absorber les gaz.
  • En 1862, Stenhouse est le précurseur des masques à gaz (au charbon) qui furent utilisés pendant la guerre 14-18.
  • En 1846, Garrod publie en Angleterre, un rapport sur la neutralisation de la strychnine administrée à des chiens, des chats et des lapins, expérimente ensuite la neutralisation de l’opium, de la morphine, de l’aconitine, de l’ipéca, de l’émétine, de la vératrine, la cantharidine, la ciguë, la stramoine, le delphinium, le bichlorure mercurique, le nitrate d’argent et les sels de plomb.
  • En 1848, Rond reprend les expériences de Garrod sur les humains. Il existe plus de 40 exposés sur le sujet, établis entre la fin du 19ième siècle et le début du 20ième siècle.

SECRET

Les applications récentes

  • En milieu hospitalier, les salles d’opération sont assainies par des filtres à charbon pour neutraliser les gaz anesthésiques (halothane, éther, cyclopropane, métoxyflurane, propanidide, protoxyde d’azote).
  • Les produits d’assainissement de l’eau : chlore, ozone, permanganate, bioxyde de chlore… tous toxiques, peuvent être éliminés facilement par des filtres à charbon. On notera que le charbon végétal est insoluble dans l’eau. Depuis 10 ans, plus de 500 articles médicaux (uniquement en anglais !) ont offert plus de 10.000 références scientifiques sur le sujet.
  • Enfin, d’autres chercheurs ont découvert l’utilité du charbon en cas d’insuffisance rénale sévère.

Le charbon est probablement l’agent de décontamination le plus simple, le plus valable et le moins cher que nous connaissions. Mais le public et les malades, et même beaucoup de médecins, ne le savent pas.

Secrets de fabrication du charbon activé

Il est obtenu en deux étapes :

  • La carbonisation – On calcine du bois en le chauffant à une température variant entre 600 et 900° C en l’absence d’air. Généralement il s’agit de coques de noix de coco ou du bambou.
  • L’activation – Le bois est recalciné aux mêmes températures, mais cette fois, en présence de vapeur d’eau, d’air ou de gaz oxydants. Ceci permet le développement d’un réseau de micropores qui seront de véritables pièges à molécules indésirables. L’extrudation de la poussière de charbon développe une surface de contact phénoménale : 1 cm3 de charbon pulvérisé présente une surface totale de 1 km2 et 500 g de charbon contiennent 50.000 millions de pores.

Ceci explique ses performances : il peut absorber 97 fois son volume de gaz carbonique, 165 fois son volume d’anhydride sulfureux (dioxyde de soufre, SO²) et 178 fois son volume d’ammoniac…

Le travail dans l’intestin

L’intestin étant une paroi poreuse, il s’y effectue un travail de dialyse par le principe de l’osmose. Ceci veut dire qu’il se produit un équilibre entre les concentrations de produits solubilisés de part et d’autre de la paroi. Donc, si l’intestin est encombré, les réseaux lymphatiques ne peuvent dégorger dans celui-ci. Le charbon, en libérant l’intestin, active la désintoxication de la lymphe et du sang par le biais du pompage osmotique.

Le Dr Denis Burkitt, après avoir observé les « besoins » de milliers d’Africains et d’Anglais, a tiré des conclusions étonnantes. L’Africain rural élimine 80 % du bol alimentaire en 32 heures en moyenne, le jeune Anglais en 72 heures, le vieil Anglais en 360 heures  (15 jours !). Pourquoi ?

L’Africain mange essentiellement des aliments à fibres complètes et ses selles pèsent entre 300 et 500g. L’Anglais au régime raffiné, a des selles journalières de 110 g. Plus un individu est carnivore et lactivore, plus ses selles diminuent (jusqu’à 50 g par jour).

L’Africain aux selles abondantes ne connaît pas l’obésité, l’appendicite, les calculs biliaires, les diverticules, la hernie hiatale, les varices, les hémorroïdes, le cancer du côlon, du rectum, la thrombose, le diabète, l’hypoglycémie. Il faut néanmoins considérer qu’il faut normalement 5 jours pour éliminer 100 % des résidus – ce qui fait que des sécrétions allergiques peuvent mettre jusqu’à 6 jours pour cesser, suite à une seule prise d’allergène.

Une pompe à poison quasi universelle

La liste est longue. Elle concerne :

Les stupéfiants, les médicaments dangereux, les alcaloïdes, les additifs alimentaires, les produits chimiques agricoles, les métaux lourds, les gaz toxiques, les détergents, les solvants organiques, la chimiothérapie.

Sont aussi concernés :
Les staphylocoques, la salmonelle, les virus de la variole, de la fièvre aphteuse, les toxines bactériennes telles que celles de la diphtérie, du tétanos, du botulisme, du perfringens, les amines toxiques de décomposition.

Mais il y a encore :
Les venins de serpent, d’abeille, de guêpe, de frelon, de taon, de scorpion, d’araignée, d’anémone de mer, de physalie, d’histamine du thon, de coquillages, des mycotoxines que l’on trouve dans les aliments à cause des antibiotiques, et des redoutables aflatoxines.

Comment utiliser le charbon végétal activé ?

Le charbon végétal activé est conditionné sous forme de poudre qui n’a pas de goût. Il est conseillé de boire abondamment car le charbon activé est avide d’eau et de liquides, ce qui a tendance à dessécher l’intestin.

En cas d’intoxication sévère
La dose préconisée est de 50g pour un adulte, de 1g/kg pour un enfant. Répéter les prises de 20 à 50g de charbon toutes les 4 à 6 heures pendant 1 ou 2 jours selon la sévérité de l’intoxication.

CHARBON

La quantité théorique de charbon végétal activé doit être au minimum égale à 8 fois le poids de toxique ingéré. La marge de 10 fois est souhaitable. Toutefois, dans les intoxications suicidaires, et chez les sujets comateux, la quantité du toxique est impossible à connaître. On administre alors entre 100 et 120 g de charbon d’office.

Le charbon en poudre, le plus efficace

La poudre est la forme la plus économique et la plus efficace du charbon activé.
Il existe du charbon en capsules mais il contient de l’aspartame, un édulcorant artificiel superflu puisque le charbon n’a pas de goût désagréable à masquer.

On trouve aussi des gélules où le charbon est mélangé à de l’argile fine, un ajout totalement inutile car celle-ci colmate les micropores du charbon, ce qui le rend inefficace.

De plus, le conditionnement en gélules n’est pas recommandé pour plusieurs raisons : les quantités qu’elles contiennent sont insuffisantes ; elles augmentent le prix du produit ; la matière qui compose les gélules quand elles sont d’origine végétale est traitée avec des produits chimiques qui sont nocifs pour la muqueuse de l’estomac.

Le charbon en poudre est donc le remède le plus naturel, le moins cher et le plus performant.

Les multiples indications du charbon végétal activé

  • Alcoolisme : il est intéressant de savoir que 1g de charbon (1/2 cuillère à café) neutralise 60ml de whisky. À creuser pour les cures de désintoxication…
  • Blanchiment des dents, en complément du dentifrice, pour blanchir les dents
  • Champignons vénéneux (voir intoxications sévères). La carbothérapie ne dispense pas de contacter un centre antipoison.
  • Cholestérol et triglycérides – Travaux du Dr Friedmann.
  • Cirrhose.
  • Colostomie (anus artificiel) – Travaux des Dr Cappeler Rüffenach, Müller et Halter de Bern.
  • Diarrhées nerveuses – Travaux des Dr Riese et Damran.
  • Encéphalopathie hépatique.
  • Filtrer l’eau – On trouve le charbon végétal activé dans tous les filtres à eau, de ménage, de type Brita.
  • Flatulences – Travaux du Dr Hall (U.S.A.).
  • Haleine fétide (halitose) – Travaux du Dr Guinney – Los Angeles.
  • Hoquet chronique.
  • Insuffisance rénale : complications – Travaux du Dr Kopp.
  • Intestinaux : tous troubles – Travaux du Dr Chevreul – Paris.
  • Jaunisse et bilirubine des nouveau-nés – 4,5 g de charbon actif par jour – Travaux de Kuenger, Schenck, Vahlenkamp, Kuegking, Kuenzer, Ulstrom, Eisenklam, Davis, Yeary, Lee.
  • Lyme (maladie de) : neutralise les toxines des Borrelia.
  • ORL : affections et hygiène dentaire.
  • Prurit généralisé – Travaux de Pederon Matter – Czerwingski – Llach.
  • Selles nauséabondes.
  • Sels biliaires en excès – Travaux de Needle Krasopoulos et De Bari.
  • Tourista (diarrhée des pays chauds).
  • Toxicomanies (tabac – drogues).

À savoir qu’une cuillère à soupe contient en moyenne 5g de charbon.
Le Dr Yatzidis de l’Université d’Athènes, a signalé en 1961 que 1 g de charbon peut capter : 9 mg de créatinine endogène, 8 mg d’acide urique, 1,75 mg de phénols, 0,30 mg d’indican, 1 mg de guanidine, 35 mg d’urée, 0,35 mg d’acides organiques.
Entre 4 et 20 mois de traitement en continu avec des prises de 20 à 50 g par jour n’ont entraîné aucun inconvénient.

CURE

Cure de drainage

Les posologies sont évidemment modulables en fonction de chaque cas.
Danièle Starenkyj recommande de commencer par : 1 cuillère à soupe aux 3 repas pendant 15 jours pour un adulte – soit 15 g par jour, (personnellement je trouve que c’est beaucoup), puis continuer à raison de 1 cuillère à soupe par jour pendant le mois qui suit, si l’on veut obtenir un drainage cellulaire profond.
Pour un enfant, remplacer les cuillères à soupe par des cuillères à café, et s’en tenir à 15 jours en tout pour des cas courants.

Y a-t-il des inconvénients à un usage prolongé de charbon végétal activé ?

Le charbon peut avoir un effet constipant, ce qui est normal vu qu’il absorbe l’eau et a donc un effet desséchant dans l’intestin. Chacun peut compenser le cas échéant avec un laxatif doux en fonction de ses réactions.

De multiples expérimentations ont été réalisées sur des rats, des moutons, et autres pour voir si le charbon absorbait les nutriments et provoquait des carences à la longue. Pas du tout, leur sang conservait toujours le taux adéquat de calcium, cuivre, zinc, fer, magnésium, phosphore, vitamines… et le pH de l’urine reste constant. Sur des humains, entre 4 et 20 mois de traitement en continu avec des prises de 20 à 50 g par jour n’ont entraîné aucun inconvénient.

Il faut savoir que le charbon peut neutraliser des médicaments chimiques qu’il absorbe tels des poisons – en particulier penser aux contraceptifs oraux !!!
Mais le charbon peut être pris pendant la grossesse.
Références : Mon petit docteur de Danièle Starenkyj (auteur du best-seller : Le Mal du sucre), Édition Orion.

Précautions

Attention ! Le charbon activé chélate les métaux et minéraux, donc nous recommandons une utilisation ponctuelle, par exemple 7 jours maximum pour ne pas risquer de se déminéraliser. Lorsqu’on est sous traitement, le charbon végétal neutralise l’action de tous les médicaments et les remèdes, y compris la pilule… Il faut donc le prendre à distance. Par exemple, si vous prenez vos médicaments au petit-déjeuner, absorbez-le à l’heure du déjeuner.

Michel Dogna – Journaliste, écrivain, naturothérapeute Site web : www.micheldogna.fr

Exemples d’applications au charbon végétal activé  Charbon végétal activé en poudre, pour ventre plat

Utilisation de la poudre de Charbon Végétal Nature SFB – Carbo 1000 : – 1 cuillère à soupe à prendre le matin à jeun ou loin des repas, en soirée. Toujours avec un verre d’eau. En cas de besoin, doubler cette dose en deux prises Espacer de 2 à 3 heures de toute prise médicamenteuse.

Complément Alimentaire. Ne pas utiliser au cours de la grossesse ni de l’allaitement. Ne peut être substitué à un régime alimentaire varié. A prendre dans le cadre d’un mode de vie sain. Tenir hors de portée des enfants.

Poudre de Blanchissement des Dents

APoudre de charbon végétal activé, blanchissant naturel pour des dents plus blanches.

Riche de poudre de la carbone active de coco, de la bentonite naturelles, de l’extrait de menthe organique et de l’extrait de l’écorce d’orange, pouvant enlever validement les taches des dents et la mauvaise haleine .

Pour blanchir les dents complètement et naturellement. Surtout pour les personnes qui ont des dents noires et des dents jaunes causées par le tabagisme, la boisson au thé, le café et le vin.

Pour aller plus loin  1 livre

Mon petit docteur de Danièle Starenkyj  – Édition Orion

Connu depuis l’Antiquité, redécouvert au milieu du XXe siècle, indispensable au 3e millénaire. Le charbon végétal est l’adsorbant naturel le plus puissant que l’on connaisse. Il est capable de fixer, de capter, de pomper, de piéger les substances étrangères ou toxiques (salmonelle, staphylocoque, pesticides, additifs, nicotine, plomb, mercure, etc.) qui se trouvent dans l’air, dans l’eau, dans nos aliments ou dans notre corps. Ce livre saisissant vous fera découvrir ce  » petit  » docteur aux capacités phénoménales et… accessible à tous.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

LA LUNE INFLUENCE NOTRE VIE ET NOTRE SANTE

luneDepuis la nuit des temps, la Lune nous fascine. Les Incas priaient déjà Quilla, l’épouse du Soleil, la reine de la nuit qui s’assurait du bon déroulement du temps. Aujourd’hui, la Lune est pour certains l’astre des loups-garous et pour d’autres l’amie des sorcières. Mais de nombreuses personnes pensent que le satellite de la Terre a de réels effets sur notre bien-être. Parmi eux, le docteur Henry Puget, qui propose une explication audacieuse des effets de la Lune sur notre santé dans son livre Lune et santé mode d’emploi. Si bon nombre de ses théories sont difficiles à confirmer, elles gardent une part de mystère séduisant dont nous vous laissons vous imprégner.

Il n’y a pas que sur la marée et sur les légumes du jardin que la Lune a une influence. De nombreux éléments nous permettent de penser que le satellite de la Terre agit aussi sur l’être humain. Et certains professionnels de la santé en sont eux aussi convaincus. D’ailleurs, ce n’est sans doute pas sans raison que beaucoup de chirurgiens redoutent d’opérer les jours de pleine lune. Un pic d’hémorragies serait, dit-on, observé ce jour précis.

« C’est la Lune, docteur ? »

 Le docteur Henry Puget est certain que la Lune agit sur notre santé physique et mentale. Dans son livre, il explique qu’au fil de ses trente ans de carrière il a constaté les mêmes symptômes sur de multiples patients les jours de pleine lune : troubles respiratoires, troubles du sommeil et de la nervosité, problèmes de transit.

Le médecin a confronté son avis à celui de nombreux confrères sages-femmes, psychiatres, physiciens, biologistes ou encore biophysiciens. Tous ne s’accordent pas à dire que la Lune est responsable, mais reconnaissent du moins qu’il existe un grand faisceau de concordances : certains phénomènes médicaux semblent concomitants avec les différents cycles lunaires.

À l’étranger, la Lune est d’ailleurs exploitée dans un cadre médical. En Inde, la médecine ayurvédique est intimement liée à la Lune. Et la médecine chinoise se fonde quant à elle sur un calendrier défini en partie en fonction de la Lune. Dans cette tradition, le cycle de la Lune a une importance primordiale comme cela est expliqué dans le plus ancien ouvrage de médecine chinoise traditionnelle : « Quand la Lune est pleine, la santé de l’homme est florissante, le sang est abondant, les fonctions biologiques ont leur pleine activité, les muscles sont forts et la peau est ferme. […] Par contre, quand la Lune est vieille, c’est l’inverse. »

LUNE CHEZ FRANCESCA

Des traditions vieilles comme la Lune

 N’avez-vous jamais entendu dire qu’il faut purger ses intestins les soirs de pleine lune ? Et ne l’avez-vous jamais fait ? Certaines croyances, comme celle-ci, font partie de notre capital culturel. Vous avez également sans doute déjà entendu dire que la fertilité ou le nombre d’accouchements sont à leur apogée les soirs de pleine lune. En l’état actuel des études, rien ne permet de l’affirmer, malgré une croyance bien répandue, y compris chez les professionnels de santé et personnels des maternités.

Pourquoi la Lune agirait-elle sur nous ? Et si elle n’agit pas, pourquoi en restons-nous persuadés ? L’explication la plus admise est celle d’un phénomène psychosomatique. Dans son livre, le docteur Puget explique que certaines croyances font partie de notre capital culturel. Elles sont, à ce titre, inscrites dans notre cerveau. Elles pourraient donc avoir une influence sur notre santé, par le biais des mécanismes psychosomatiques.

Influence gravitationnelle sur le corps

 Au-delà de cela, des explications plus scientifiques ont été avancées, même si, admettons-le, très peu d’études ont à ce jour confirmé ces théories.

La gravité de la Lune aurait une influence sur le corps humain. Celui-ci est composé de 60 % à 80 % d’eau, et, de même que la Lune agit sur la mer, elle agirait sur notre sang. Ainsi, nos cellules connaîtraient un phénomène de « micro-marées intérieures ». À la pleine lune, une marée intérieure se déclencherait en nous, le débit de tous les vaisseaux serait augmenté et le corps fonctionnerait mieux, plus vite. D’où le pic d’hémorragie.

Le champ électromagnétique de la Lune aurait également une influence sur nous. La Lune agit sur les électrons : l’orbite lunaire ressemblerait à un circuit électrique avec un pôle positif et un pôle négatif. Or, nous avons des électrons dans notre corps ; donc leur énergie serait influencée par la Lune. Son rayonnement électrique agirait donc sur le cerveau et les hormones à travers le système endocrinien.

En outre, les polarités lunaires seraient différentes selon les phases de la lune. Elles seraient magnétiques et négatives pendant le dernier quartier ; et électriques et positives pendant la pleine lune. Conséquence : nous sommes « remontés à bloc » au moment de la pleine lune (serait-ce pour cela que nous avons du mal à dormir à ce moment ?) tandis que nous sommes plus à plat pendant le dernier quartier. De la même manière, les soirs de pleine lune correspondant à ceux de « marée humaine », nous serions plus électriques et notre libido serait à ce moment plus élevée.

Bien évidemment, tout cela relève de croyances et vous avez le droit de penser que le docteur Puget tente de vous faire voir la Lune en plein midi. Mais s’il conçoit que la Lune ne peut résoudre aucun problème de santé grave, il vous propose tout de même de découvrir concrètement comment l’astre agit sur votre bien-être afin de vous aider à compenser ou accompagner ses effets.

Lune et problèmes intimes

 La Lune serait impliquée dans nos petits problèmes intimes. D’après les travaux de la biophysicienne Jeanne Rousseau, le pH de l’organisme diminue en période de nouvelle lune et augmente en période de pleine lune. Or, l’acidité du pH crée un terrain favorable aux mycoses et champignons ; tandis qu’un pH alcalin est plus propice aux virus et microbes pathogènes, ce qui peut entraîner des infections urinaires.

Il y aurait donc des pics de cystites et de mycoses pendant les 3 jours qui précèdent et qui suivent la pleine lune, avec un point culminant le soir de la pleine lune. Alors, pour éviter d’être une victime de la Lune, il faudrait, pour prévenir une cystite, acidifier ses urines en mangeant par exemple de la viande, du poisson, des œufs, des fromages fermentés, du chocolat, ou encore du pain. Et pour, au contraire, prévenir une mycose, il faudrait préférer une alimentation alcalinisante avec des légumes verts et colorés, des fruits et des fruits secs et boire beaucoup d’eau minérale riche en calcium et en magnésium.

Lune, arthrose et arthrite

 La Lune aurait une influence sur notre circulation sanguine : l’orbite ralentit l’irrigation lorsqu’elle est en phase décroissante et la favorise en phase croissante. En période décroissante, le flux sanguin est donc moins important, voire insuffisant ; les muscles, les tendons et les articulations sont moins oxygénés et des douleurs articulaires peuvent s’installer. Votre arthrose sera alors plus douloureuse. Pensez donc à vous soulager avec des petits massages à l’huile camphrée et à l’ail pilé pendant la nouvelle lune et la lune décroissante.

Et ce n’est pas tout ! Nous vous avons indiqué que la Lune agit sur le pH de l’organisme. Or, l’arthrite peut avoir pour origine un excès d’acidité dans le liquide synovial. Les inflammations sont donc plus fréquentes lorsque la Lune est décroissante. Alors, pour atténuer ce phénomène, alcalinisez votre organisme pendant cette période pour que la douleur soit moins prononcée.

LUNE CHEZ FRANCESCA

Lune et pousse des cheveux

 Le sang apporte à la papille du cheveu acides aminés, vitamines et sels minéraux. Une bonne irrigation entraîne donc une meilleure santé du cheveu. Donc, si la force d’attraction lunaire agit sur la circulation du sang dans le cuir chevelu, vos cheveux seront en meilleure santé lorsque la Lune est en phase ascendante.

Pour avoir des cheveux vigoureux et qui repoussent plus vite, il faudrait donc les couper pendant la pleine lune et en lune croissante. Au contraire, pour que les cheveux repoussent moins vite et épaississent, il est conseillé de les couper en période de lune décroissante. Plus qu’à convaincre votre coiffeur d’ouvrir toute la nuit les soirs de pleine lune !

Lune et performances sportives

Selon la tradition chinoise, la préparation des sportifs olympique doit se faire en fonction du calendrier lunaire. La Lune aurait en effet une influence sur les performances sportives puisque les ondes électromagnétiques qu’elle émet ne sont pas les mêmes selon la période de son cycle ; tout comme son influence sur la production d’hormone et sur le pH de l’organisme.

Lorsque la Lune est descendante et surtout au moment de la nouvelle lune, ce ne serait pas le moment de chercher à surpasser vos performances. En effet, naturellement, un effort physique continu et répété fabrique de l’acide lactique qui reste dans les muscles et dans les articulations ce qui entraîne des courbatures, des crampes et des articulations raides. Or, à cette période, le pH de l’organisme est plus acide donc faire du sport va renforcer l’action acidifiante de l’effort musculaire. À cela s’ajoute l’effet « piles à plat », cette baisse d’énergie due au rayonnement magnétique négatif lors de la nouvelle lune.

Profitez donc de cette période pour maintenir votre niveau, mais éviter de vous surpasser.

Lune et poids

La Lune jouerait aussi un rôle dans la prise de poids. En effet, la lune croissante est vécue par l’organisme comme une phase de stockage : le foie travaille plus que les reins à cette période ; et la lune décroissante correspond à une période de déstockage et de dépense d’énergie.

Il faudrait donc éviter de trop manger en période de stockage et profiter de la période de déstockage pour éliminer. Entre les deux, la pleine lune serait favorable à un nettoyage et à un drainage du foie. Vous pourriez donc faire une journée de jeûne à ce moment.

LUNE CHEZ FRANCESCA

Lune et stress

 Aujourd’hui, de nombreux professionnels de la santé mentale pensent que le cycle de la Lune a un effet sur notre comportement. Le rayonnement électromagnétique de la Lune nous rendrait plus nerveux, donc plus irritables au moment de la pleine lune. D’où le mot « lunatique » qui désigne quelqu’un qui change d’humeur sans raison et dont l’intensité des émotions s’accroît en période de pleine lune.

Petite anecdote, dans l’Angleterre du XIXe siècle, les avocats utilisaient la défense « coupable en raison de la pleine lune » pour défendre leurs clients « lunatiques ». Ceux-ci ne pouvaient pas être responsables d’agir sous l’influence de la Lune.

Pour en savoir plus :  Lune et santé mode d’emploi, de Henry Puget, éd. Minerva, 2009

En aucun cas les informations et conseils proposés sur le site Alternative Santé ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé