Guérir, c’est retrouver la beauté dans sa relation au monde 

Plantes  & Santé Magazine Interview Frederika Van Ingen

 Quelle signification a le mot santé chez les peuples premiers ?

Frederika Van Ingen. Pour ces peuples, que l’on nomme peuples premiers ou peuples racines, la santé est un baromètre. C’est le synonyme de l’équilibre. Quand les personnes sont en bonne santé, c’est que globalement elles sont en équilibre dans les relations qu’elles nouent avec tout ce qui les entoure et dans leur relation avec elles-mêmes. C’est-à-dire que l’on est à peu près à sa place, que l’on contribue à une communauté de façon ­harmonieuse. Mais la santé, c’est aussi le baromètre du déséquilibre. à partir du moment où une maladie émerge, elle ne va pas être regardée comme le problème particulier d’une personne, mais comme le problème d’une communauté qui n’est plus en lien, soit dans son fonctionnement interne, soit dans les relations qu’elle entretient avec le monde.

long mED

P & S Le monde est actuellement confronté au coronavirus. De quel déséquilibre est-il le reflet pour ces sociétés ?

F.V. I. Effectivement, pour ces sociétés, lorsque l’on introduit des déséquilibres, un jour ou l’autre un rééquilibrage doit se faire, et c’est probablement ce qui est en cours actuellement. La vision des peuples racines les amène à concevoir les choses au niveau de la prévention. Cette préservation des équilibres passe par beaucoup de choses. Par exemple, tout ce qui vient de la terre sera utilisé de façon à ­laisser à une ressource la possibilité de se ­renouveler. Pour l’alimentation, il s’agit de ­passer la saison ­hivernale, non pas de stocker en vue de s’enrichir, ou pour spéculer. Ils vont être dans l’observation de la nature pour pouvoir anticiper ce dont ils ont besoin, mais pas plus.

P & S Cette notion d’équilibre fait donc sans cesse référence à leur environnement naturel ?

F.V. I. Oui, car dans leur vision, ils font partie de ce que le philosophe David Abram appelle, un ­système « plus qu’humain », c’est-à-dire que l’homme évolue dans un système vivant, dont il n’est qu’une partie. Il n’est pas au-dessus de ce système vivant, et ce système vivant n’est pas qu’une ressource, c’est un système qui fonctionne en tant que tel, comme un corps. Et donc la nature qui nous entoure est faite d’équilibres visibles et ­invisibles, elle est ­l’expression d’une forme ­d’intelligence qui régit tout le vivant, qui a ses propres lois. D’où l’importance de l’observer et d’être toujours en relation harmonieuse avec elle, car dès que l’on commence à agir sur un milieu on ne capte plus très bien comment fonctionne le vivant.

D’ailleurs, j’ai parlé de prévention, car ces peuples travaillent aussi sur l’harmonisation ­intérieure des ­émotions. Parce que justement l’expression des émotions guide le lien que l’on va avoir avec le monde. C’est évident que, quand on a peur ou qu’on est en colère, on n’a pas la même relation au monde que lorsque l’on est apaisé, joyeux… C’est un travail qui est fait tout au long de leur vie, depuis l’enfance, à travers certains rituels visant à l’harmonie.

P & S : Ces visions symboliques sont éloignées de notre monde matérialiste. Pensez-vous ­toutefois que l’on puisse réintroduire, dans notre société, certaines de ces approches visant à l’équilibre ?

F.V. I. Bien sûr, dans ces cultures, le symbole est ­partout. Si on prend l’exemple des Kogi en ­Colombie, qui vivent encore complètement dans leur environnement naturel pour certains, le réel que nous considérons comme matériel, n’est fait que de signes porteurs de messages. Mais cette notion de symbole est profondément archaïque. Nous l’avons tous en nous, probablement traitée par une zone archaïque de notre cerveau. Nous aussi, quand nous retrouvons des espaces naturels, il y a quelque chose qui s’active, il y a un lien.

Les Lakota disent que le monde est déposé en nous. Bien sûr, le but n’est pas de devenir des Kogi ou des ­Lakota. Mais de façon plus basique, on constate qu’aller se promener dans la nature réveille notre présence, notre attention. cela apaise aussi. Nous avons l’esprit plus tranquille et nous pouvons mieux rentrer en relation avec ce qui nous entoure. D’ailleurs, il y a de plus en plus de pratiques qui permettent de se reconnecter à la nature.

lakota

P & S  : De la même façon, est-ce que vous diriez qu’il serait bon de réenraciner notre médecine. Est-ce que les peuples racines ont aussi des choses à nous dire de ce point de vue là ?

F.V. I. : Avec l’épidémie du Covid-19 nous sommes dans une situation d’urgence, mais il est tout de même intéressant de noter que, même avec le niveau poussé de notre médecine, on peut se retrouver dans la situation d’une médecine de terrain qui fait avec ce qu’elle a à disposition.

Le débat sur la chloroquine reflète cela. Mais, après avoir exploré la position des peuples racines sur la santé, je me dis aussi que l’on pourrait réancrer notre médecine dans une vision plus globale. Certes, le regard de la médecine technique qui est la nôtre est tout à fait valide. D’ailleurs, les passeurs des ­différentes sociétés racines que j’ai ­rencontrées, disent que des maux tels le ­cancer, créés par nos modes de vie, ne peuvent être soignés que par notre médecine.

covid mathieu2

Il n’empêche, les peuples ­premiers pointent d’autres ­déséquilibres à rétablir, notamment dans la dimension énergétique et ­spirituelle, afin de s’assurer que les traitements qui vont être mis en œuvre vont fonctionner et perdurer. Sans oublier d’autres réservoirs de savoirs comme la connaissance des plantes. C’est sans doute une des leçons qu’ils peuvent aussi nous apporter. Cessons d’opposer et essayons de conjuguer différentes approches.

P & S  : Sur quelles thématiques les peuples ­premiers ­pourraient-ils nous aussi nous inspirer, alors que cette crise sanitaire traduit les limites de notre ­système ?FV. I. : Ce qui est intéressant chez ces peuples, c’est la notion que chaque être est là pour contribuer au système du vivant. Que ce soit un humain, un oiseau, tout être naît avec quelque chose qui est de l’ordre du talent. Le trouver, le développer, c’est ­contribuer au monde dans lequel on est. C’est donc un ­mouvement qui vient de soi. Mais dans ces sociétés-là, cela part aussi de l’idée de créer des communautés qui soient suffisamment bienveillantes et accueillantes pour permettre aux personnes de trouver ce fameux talent. Cet aspect-là doit être réveillé chez nous. Les Yanomami du ­Brésil nous appellent le peuple de la marchandise.

Cela doit nous interroger. Si cette pandémie est quelque chose comme un rituel de passage collectif, il est destiné à nous faire voir l’intérêt de ­constituer des collectifs humains qui soient au service de l’équilibre, et non pas juste au profit de certains ou d’une économie qui ­s’approprient des ressources. Demandons-nous comment nos collectifs pourraient nous aider, non pas à devenir des consommateurs, mais à trouver l’espace dans lequel on va pouvoir ­contribuer à l’harmonie du système vivant, ne serait-ce que celle du groupe. Ce grand coup sur la tête peut nous amener à nous poser les bonnes questions.

C’est quoi le sens de la vie ?

Bien sûr, nous avons nos sagesses, mais contrairement aux peuples ­premiers, nous les avons oubliées. Et avec elles, le fait qu’elles étaient garantes de l’équilibre du vivant. Les ­Navajo disent que guérir consiste à retrouver la beauté dans la relation au monde. Et ça, c’est une autre vision du sens de la vie…

frédérika

Frederika Van Ingen – Lakota d’Amérique du Nord, Kogi de Colombie, Yanomami du Brésil… Journaliste et auteure, Frederika Van Ingen étudie depuis plusieurs années la conception qu’ont les peuples racines de la santé. Son dernier ouvrage explore les points communs de cette conscience élargie du soin. Alors que nous traversons une crise sanitaire sans précédent, ces approches, bien qu’éloignées de nos cultures pourraient nous inspirer pour définir de nouveaux leviers d’action. En 2020 elle Publie : Ce que les peuples racines ont à nous dire. aux éditions LLL.

Ne faites rien contre votre conscience

 

Comme disait Einstein :

« Ne faites rien contre votre conscience, même si l’État vous le demande ».

Ainsi les personnes travaillant dans de grandes entreprises pharmaceutiques ou autres, dans des administrations, dans des forces publiques, dans des agences de renseignements, qui voient passer sous leurs yeux des activités pourtant atteinte la liberté ou à la santé (physique et psychique) des individus, doivent impérativement le signaler haut et fort, par voie de presse, internet ou autres. Sinon, elles sont aussi coupables que les décideurs.

CD KRYEON 3

Nous pourrions dire schématiquement qu’il convient d’être prêt à :

– S’opposer à l’installation de la 5G qui ne présente aucun intérêt pour nous mais ouvrent la porte à beaucoup de dangers.

– Refuser les tests sérologiques qui, à ce jour, ne sont pas fiables car ils présentent de nombreux faux-positifs et faux-négatifs.

 – Refuser le vaccin et encore davantage toute obligation vaccinale du moins jusqu’à ce que nous sachions précisément ce qu’il contient. Il convient plutôt de booster notre immunité individuelle.

 – Refuser les applications sur les portables qui sont de véritables flicages de notre vie privée qui ouvrent la porte à toutes les dérives.

– Refuser l’injection de puce dans notre corps pour les mêmes raisons.

– Diffuser les informations afin que le plus grand nombre soit au courant de ce qui se trame dans l’ombre.

Car il est évident qu’il faut faire quelque chose, notamment lorsque nous considérons que des décisions sont injustifiées ou qu’elles portent atteinte à notre liberté individuelle. Les médecins (et tout le personnel soignant) doivent aussi réagir contre les mesures gouvernementales (voire aussi de l’Ordre des médecins) les empêchant de soigner leurs patients avec tous les moyens à leur disposition (comme l’Hydroxychloroquine) conformément au serment d’Hippocrate qu’ils ont prêté. Ils doivent aussi refuser d’effectuer les tests biologiques non fiables et de participer – de près ou de loin – à toute surveillance de la population.

Bien sûr, les gouvernements en place ont à leur disposition des forces armées, des capacités de surveillance, des moyens de propagande, sans parler des armes de l’ombre (comme nous l’avons évoqué), rendant ainsi toute opposition difficile. Difficile peut-être (quoi que) mais pas impossible. Car il est important d’agir avant que ces mesures ne soient mises en place… car après il sera trop tard.

Il faut savoir que l’humanité possède deux alliés de poids :

  1. L’élévation du niveau vibratoire de la Terre fournit aux êtres humains des capacités psychiques jusque-là inconnues. Notre élévation de conscience s’accompagne d’un développement phénoménal de notre puissance mentale. Or, cette élévation vibratoire planétaire est inéluctable et les forces de l’ombre ne peuvent l’empêcher parce qu’il s’agit d’un mouvement universel.
  1. La puissance de notre être n’a jamais été aussi forte qu’aujourd’hui. Nous avons des possibilités qu’il est temps d’utiliser. Les forces négatives le savent bien et mettent tout en œuvre pour nous placer dans la peur, pour nous monter les uns contre les autres, pour nous abrutir (avec des substances chimiques et des-rayonnements) et pour nous contrôler… dans le but de nous empêcher d’élever notre vibration.

Mais tout cela peut être détruit facilement si nous nous mettons à croire à nous-mêmes et que nous utilisons nos capacités psychiques.

1 detente

La première chose à prendre en considération est, comme l’expliquait Einstein : « On ne résout pas les problèmes avec les modes de pensées qui les ont engendrés ». Il faut nous placer sur un autre plan en commençant par sortir de la peur et de la matérialité. Il convient d’élever notre conscience pour suivre le grand mouvement vibratoire qui se déroule actuellement sur la Terre. Tout cela nous placera en dehors de des contingences terrestres, IT, ET et autres…

LUC BODIN propose ICI un « manuel de (sur)vie » exposant 10 clés, simples à mettre en place au niveau individuel et qui ne vous placent pas dans un processus guerrier face au système actuel. Car comme vous le savez, combattre un système ne fait que le nourrir et le renforcer. Il convient d’en développer un autre à côté, et si ce dernier est valable, il prendra la place du précédent sans heurt ni violence.

Pour ma part, je considère que ce programme en 10 clés est la voie du salut pour tous les êtres humains.  https://p8.storage.canalblog.com/88/03/815539/126878213.pdf

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site de Francesca :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

Une méthode de guérison essénienne

 

Guilhem Cayzac pratique l’art de vivre essénien depuis presque 30 ans dont il a participé activement au renouveau. Il est en effet l’un des co-fondateur de la Nation Essénienne, une organisation internationale permettant à cette grande famille d’âme de se réunir et vivre selon ses principes. Avec plus d’un million de vue, sa chaîne Youtube est devenue LA référence. Vidéos, conférences, stages, écriture… Guilhem multiplie les activités afin de permettre au plus grand nombre de découvrir les richesses de sa tradition. Rencontre avec un homme occupé.

Livre francesca

 L’Essentiel : Comment a commencé votre parcours d’Essénien ?

 Guilhem Cayzac : J’ai rencontré Olivier Manitara en 1991, lors de son premier séminaire. Ce fut des retrouvailles d’âmes. Nous n’avons cessé, depuis, de travailler ensemble à réorganiser notre tradition, retrouver les âmes esséniennes incarnées un peu partout et leur donner les moyens de vivre en accord avec leurs valeurs profondes.

L’Essentiel : Quelles sont ces moyens ? Et ces valeurs ?

 Guilhem Cayzac : Dieu est la valeur absolue ; toutes les belles choses – l’amour, la paix, le bonheur, l’abondance- découle de Sa présence. Dieu est la Vie naturelle, vraie, universelle, simple. Notre monde moderne nous a tant complexifié que nous avons bien souvent perdu la capacité de percevoir le Réel. Afin de se reconstruire sur une nouvelle base saine, il existe des méthodes pratiques ainsi qu’un savoir qui éclaire.

L’Essentiel : Dans vos vidéos, vous parlez souvent de la Roue-Médecine des Esséniens…

 Guilhem Cayzac: La Roue-Médecine permet de représenter plusieurs dimensions de l’être subtil, de nos mondes collectifs, mais aussi du temps et de l’espace. C’est à la fois une représentation de l’humain et du Divin, de la Création entière et de notre vie individuelle. Je l’ai développé comme outil pédagogique international : quelle que soit notre culture, nous pouvons comprendre, faire des liens.

BLOG FRAN

L’Essentiel : Vous êtes aussi naturopathe. Faites-vous des soins esséniens ?

Guilhem Cayzac : Prendre soin du Divin en tout, c’est invoquer la puissance thérapeutique en tout ce que l’on fait, en tous ceux que l’on rencontre. Les soins esséniens ne sont pas une techniques particulière de magnétisme. C’est un état de conscience, une attitude, une qualité d’énergie qui augmente le potentiel de guérison de toutes les formes de thérapie. On peut être énergéticien, chirurgien, réflexologue ou sophrologue et faire des soins esséniens. C’est ce que j’enseigne dans mes stages. Plusieurs médecins conventionnels, pharmaciens, orthophonistes, psy… m’ont fait des témoignages incroyables sur l’apport que le savoir essénien a constitué dans leur pratique. Sans modifier leur technique, ils en ont amélioré l’efficacité.

En tant que naturopathe, j’applique une méthode standard. Mais ma façon de faire et ma qualité de présence fait toute la différence …et mes patients le sentent. Je n’ai pas besoin de leur dire que je suis Esséniens : ils me trouvent différents et l’apprécient beaucoup !

La suite dans le n°45, en vente ici en version ebook

soleil-00033A LIRE EGALEMENT :

 L’enfant : sa place dans la société

Il faut 75 maladies pour l’immunité d’un enfant 

La thérapie animale qui s’adresse aux enfants

 

 

La santé ne s’achète pas, elle se mérite

 

À cette fin, il faut utiliser les facteurs de santé reconnus depuis toujours : alimen­tation, exercice, air, eau, soleil, repos, hygiène et pensée positive. À cette liste, vient se greffer la réflexologie. L’objectif de cette discipline est de rétablir l’équilibre de l’énergie vitale Santé 7-1dans le corps par ces « boutons magiques » que sont les points réflexes. Cette approche douce, préventive et holistique, est un moyen simple, rapide et efficace de soulager nos maux et d’améliorer la santé de nos systèmes nerveux, cardiovasculaire, respiratoire, etc., en complément de la médecine traditionnelle.

Cette technique mérite donc vraiment de retenir l’attention de tous ceux et celles qui sont désireux de conserver ou d’améliorer leur capital santé.

Les scientifiques réussissent à prouver de plus en plus la justesse des croyances solidement ancrées depuis des siècles, chez les Orientaux. C’est ainsi que les Russes, avec les photographies du couple Kirlian, se sont lancés sur de nou­velles voies de recherches révolutionnant la biologie et la patho­logie. En effet, en 1939, le couple Kirlian est parvenu à visualiser, grâce à la photographie à haute fréquence, un halo lumineux autour d’objets ou d’êtres vivants.

S’il a été avancé depuis que l’obtention de telles auras lumineuses est liée à l’effet corona (nom donné à un phénomène de décharge électrique partielle provoquée par l’ionisation d’un milieu qui entoure un conduc­teur), de telles photographies viennent prouver selon nous le concept chinois d’une énergie vitale circulant à travers le corps, sur des parcours bien définis appelés méridiens.

Cette énergie vitale fait surface sur la peau en plus de sept cent points différents. Le docteur Mikhail Kuzmich Gaikin, un chirurgien de Saint-Pétersbourg, croit fermement qu’il y a une relation entre les canaux de lumière (voies par lesquelles « sort » l’énergie lumineuse sur les photographies) des photographies du couple Kirlian et les méridiens distributeurs de l’énergie vitale, décrits par les anciens Chinois.

S’il n’existe aucun consensus sur la notion d’énergie vitale, celle-ci pouvant être, selon les praticiens, aussi bien terrestre, divine, qu’électroma­gnétique, nous assistons aujourd’hui à un grand foisonnement de pratiques à caractère thérapeutique recourant à une telle notion (le reiki, la lithothérapie, la magnétothérapie, etc.), ce qui tend là aussi à appuyer l’ancienne sagesse chinoise.

santé mentale 2

De tous les étranges phénomènes révélés par les Kirlian, la possibilité de prévenir la maladie s’est avérée très importante. Car, à l’instar des réflexologues, les acupuncteurs tentent aussi de prévenir la maladie en rééquilibrant l’énergie vitale du corps. Dans l’ancienne Chine, les gens payaient le médecin acupunc­teur pour se garder en bonne santé ; s’ils devenaient malades, c’était le médecin qui payait.

Qu’est-ce que la réflexologie ?

La réflexologie est le massage de points bien précis situés sur votre corps. Ces boutons magiques attendent patiemment que vous les pressiez afin de vous donner de l’énergie physique en abondance, une santé radieuse, un corps exempt de douleur et une jeunesse se continuant très longtemps, comme le veut le plan du Créateur.

La réflexologie, qui est à la fois un savoir et une pratique, vise donc, en stimulant certains points réflexes de votre corps, à mieux distribuer l’énergie qui le parcourt et, ce faisant, à rééquilibrer les organes correspondants. Ainsi, en vous permettant de presser des boutons réflexes situés principalement sur vos pieds, vos mains et votre visage, la réflexologie agit sur la distribution d’énergie vitale à toutes vos glandes, vos organes et à votre système nerveux. Cette méthode permet, comme l’acupuncture, de prévenir les problèmes, car, longtemps avant que la douleur irradie d’un organe précis, les terminaisons nerveuses, correspondant à cet organe, sont douloureuses. De plus, cette méthode consistant à ramener le corps vers l’équilibre ne coûte rien, n’implique pas l’usage de médicaments chimiques et n’exige pas d’équipement spécial (1. NBP : La pratique de la réflexologie est complémentaire à la médecine générale et ne saurait se substituer à la consultation d’un médecin pour tout problème de santé.).

Santé numérique

Cette simple technique du massage des zones réflexes peut s’appliquer n’importe quand et pratiquement n’importe où. En plus de prévenir l’aggravation des problèmes physiques, elle permet de diminuer ou soigner, voire éliminer complètement des douleurs aiguës, relaxer la tension nerveuse et améliorer la circulation de votre corps.

Par Madeleine Turgeon –  L’art de la réflexologie – EXTRAIT de l’article du magazine ESSENTIEL : – Quand et comment appliquer la réflexologie ?La suite dans le n°45, en vente ici en version ebook   –   https://magazine-essentiel.com/produit/magazine-essentiel-n45-ebook-pdf/

Fleches-7A LIRE EGALEMENT :

L’adolescence dans toute sa splendeur

Prendre soin de l’Être avant sa naissance

Dons et talents… réminiscences de vies antérieures

Votre Famille d’Âmes… sur la Terre comme au Ciel

 

 

 

 

 

 

Le changement Dimensionnel avait déjà été prédit

 

Channelling présenté à San José, Californie, USA, en Janv.2017

Cette information est gratuite, vous pouvez la copier et la distribuer. Cependant, les droits d’auteur, le copyright, interdit sa vente sous quelque forme que ce soit. Ce texte est adapté au lectorat, car l’ambiance ou l’énergie d’une canalisation en direct est différente. [JM – Ceci est une interprétation.]

LE CHANGEMENT

Salutations, chers Êtres Humains, je suis Kryeon du Service Magnétique.

D’habitude, nos messages vous informent sur des choses ou des événements que vous avez besoin de savoir. Aujourd’hui, notre message est un peu différent. Le sujet se rapporte à la condition humaine, et aussi à ce que vous faites pour l’évolution de cette planète.

Chers Êtres Humains, je vais tenter de créer l’harmonie et la cohérence de la pensée. Regardons votre situation. Pour certains d’entre vous, le changement se réalise trop lentement, et pour d’autres, c’est le contraire. En outre, chacun de vous le vit à sa manière, puisque vous êtes uniques. Cependant, vous êtes tous confrontés à un changement. C’est le changement qui avait été annoncé par les anciens. Il est ici. C’est la raison pour laquelle je suis ici.

1 CHANGEMENT

Je vous ai déjà dit que de nombreux « channellers » ont commencé autour de 1989, afin de vous préparer pour le grand changement dans lequel vous êtes. Nous avons dit qu’il sera attrayant, mais que vous ne pourrez peut-être pas le comprendre tout de suite. La raison est que vous avez tendance à tout compartimenter, à tout placer dans des boîtes différentes. Ce sont les boîtes du soi, là où, tout ce que vous voyez, c’est vous. Maintenant, nous demandons quelque chose de plus.

Vous, les âmes habituées aux difficultés, les âmes aguerries, vous devez vous équilibrer, afin que les Êtres Humains de votre entourage voient l’opportunité de changer, si tel est leur choix. Ils peuvent changer plus gracieusement, parce que votre sagesse les incitera peut-être à vous imiter, non pas à vous suivre comme des fanatiques. Ils vont agir selon leur individualité. Il n’y a aucune raison d’avoir peur de ce grand changement. Toute la population de votre Terre-mère baigne dans ce changement. Il se peut que les choses qui vous sont chères soient modifiées.

Elles se modifieront d’elles-mêmes.

Il peut y avoir des changements dans votre biologie, dans vos réajustements et dans vos relations, dans vos affaires, dans votre vocation, dans votre vocabulaire, dans tout ce que vous aimez et n’aimez pas. Avec cette nouvelle énergie, vos émotions peuvent « vivre des hauts et des bas » plus grands que la normale. Vous serez peut-être portés à vérifier si les autres vivent la même chose. Vous pourrez aussi dire : « Qu’est-ce qui ne va pas avec moi ? J’ai l’impression d’être à part des autres ! Pourquoi moi ? » La profondeur de ce changement implique tout !

Soyez patients, car vous serez plus équilibrés que jamais auparavant.

Les changements ne sont pas toujours mauvais. Plusieurs vont apporter de la bienveillance, là où il n’y en avait pas, et parfois ils apporteront des solutions. Chers Êtres Humains, pourquoi ne pas changer la peur des changements par la confiance en un avenir prometteur ? Dernièrement, chacun de vous a vécu de beaux changements, même si vous ne l’aviez pas prévu. Ils font partie de la vie en incarnation. Qu’avez-vous à perdre, en faisant confiance à l’avenir ? Évidemment, vous réalisez que votre conscience change, et c’est relativement nouveau.

Est-ce que ce changement vous a traumatisé ? Est-ce qu’il vous a permis d’avoir une vision plus globale de ce qui se passe sur terre – par hasard ? Si je vous dis que ce changement vous permet de prendre conscience des nouvelles vérités ou réalités, me croirez-vous ? Vous devenez plus compatissants. Si je pouvais envisager quoi que ce soit pour vous, ce serait un sourire sur votre visage, une joie profonde dans votre cœur et une compréhension qui va au-delà de la réalité à laquelle vous êtes habitués.

transfigure

Quelques attributs du changement

La cohérence de l’uniformité. Disons que vous êtes cohérent avec la vie, car elle ne change pas. C’est toujours la même chose. Par conséquent, il existe une cohérence qui vous permet de rester comme vous êtes. C’est bon, parce que vous l’avez compris. Tout va, car vous pensez que vous savez ce qui vous attend, et que vous êtes plus joyeux dans ces situations de croyance cohérente, mais voilà que quelque chose change.

Vous avez peut-être un cercle d’amis qui a toujours été le même, et tout à coup ils apportent quelqu’un de nouveau. Maintenant, le cercle est différent. En fait, il interrompt le fonctionnement habituel, au point que vous voulez quitter. La cohérence que vous aviez en tant que groupe a changé. C’est une métaphore qui représente ce que vit l’humanité de votre planète – actuellement. Des choses habituelles commencent à bouger, à changer, et l’humanité n’aime pas ça.

C’est comme si la nouvelle personne dans le groupe avait changé l’attitude, la conscience et la joie d’un cercle. Que va-t-elle faire ? La nature humaine dit de quitter ce cercle. Elle en a assez. Elle va peut-être se battre, afin de maintenir le cercle tel qu’il était. Chers Êtres Humains, est-ce que les Âmes aguerries vont agir de même ?

Parlons de ce qui pourrait être appelé « le grand mensonge ». Ce dicton populaire qui dit que le futur sera la continuité de ce qui s’est passé. Donc, il est facile à prévoir. Vous avez aussi un autre dicton ou adage populaire qui dit que « plus ça change plus c’est pareil ». Permettez-moi de vous dire que ces dictons font maintenant partie de l’ancienne énergie.

Nous répétons que – maintenant – l’avenir peut être plein de choses que vous n’avez jamais vues. Il se peut qu’il soit plus bienveillant que d’habitude. Imaginons que vous « tombez » malade et qu’en plus, vous avez des problèmes que ne vous n’avez jamais eus auparavant. Quelle est la première réaction ? « Oh, j’ai toujours eu une cohérence de la santé. Pourquoi a-t-elle changé ? Qu’est-ce qui ne va pas avec moi ? J’ai peut-être mal agi ! »

C’est l’effet du « grand mensonge ». Chaque fois qu’il y a un changement comme celui-ci, ce sont de mauvaises nouvelles. Vous dites : – « Regardez simplement le passé, regardez ce qui s’est passé avec Joe. Cela ne peut pas être bon. » Ensuite, vous tentez de vous créer une armure. Si je vous disais que, la plupart du temps, la maladie a pour but de recalibrer vos cellules, afin qu’elles soient bien adaptées à ce grand changement, me croiriez-vous ?

Que dire de l’anxiété ? L’anxiété raccourcit la vie d’un Être Humain. Si vous voyez le changement comme étant une chose à craindre, vous vivrez dans l’anxiété. Par contre, si vous restez neutres et confiants, vous serez plus perspicaces et moins stressés. Vous, les Âmes aguerries, vous avez souvent vécu le « grand mensonge », au cours de vos multiples vies dites antérieures, mais vous avez aussi accumulé de la sagesse. Depuis l’an 2012, avez-vous agi ou réagi ?

Dans l’histoire de Michael Thomas (livre Le Retour), les sept anges lui ont dit : – « Michael, ici, les apparences sont souvent trompeuses. N’essaie pas de déterminer ce qui va se passer. Procède pas-à-pas. » Toute cette histoire parle d’un Être Humain qui a eu la surprise de sa vie. Une chose tout à fait imprévue et jamais survenue auparavant, s’est réalisée. Pourtant, il croyait avoir prévu ce qui allait se passer, mais c’était totalement différent. C’est l’histoire de sa polarité, de l’obscurité et de la lumière dans sa conscience. Les changements en cours – sur cette planète – ont la même histoire.

Vous avez accumulé beaucoup de connaissances, mais vous devez admettre que votre limitation humaine vous empêche de voir certaines choses. Le changement dans lequel vous êtes, n’est pas une répétition modifiée de l’histoire du passé. Beaucoup d’événements seront du « jamais vu », autant du point de vue personnel que planétaire. Il y aura de l’intégrité et de la compassion, à un niveau qui n’a jamais eu lieu auparavant. Les apparences vont montrer de la turbulence parmi la population, mais vous savez à quoi vous en tenir, n’est-ce pas ?

Plusieurs Êtres Humains pensent qu’ils savent ce qui va se passer. Cependant, les Âmes aguerries commencent à comprendre la situation actuelle, et elles agissent en conséquence. Elles font taire leur mental. Elles sont comme un tableau d’ardoise où rien n’est écrit. Tout s’écrit au fur et à mesure. Les problèmes créés par le changement se règlent un par un, et avec bienveillance.

Vous allez continuer à vivre des changements que vous n’aviez pas prévus, car le réajustement planétaire n’est pas terminé. Comment agirez-vous ? Les Âmes aguerries vont les regarder comme un programme de télévision. Ensuite, elles vont aller se coucher après le programme et dormir comme un bébé.

Pourquoi ? C’est parce qu’elles savent qu’elles font partie du changement et que le changement fait partie du recalibrage de la planète. Ces âmes agissent avec le changement, au lieu de réagir. Êtes-vous d’accord avec ça ? Il se doit d’en être ainsi.

Un cadeau imprévu. Pouvez-vous imaginer un moment où, toutes les choses qui vous inquiètent actuellement, soient réglées. Elles se sont transformées en connaissances. Quel beau cadeau ! Vous allez peut-être dire : « J’ai dû faire des choses que je n’avais jamais faites auparavant. J’ai été placé dans des situations que je n’avais jamais vécues ni imaginées, mais ce ne fut pas peine perdue ! Maintenant je suis en paix, et je suis avec des personnes que j’aime, au lieu de vivre des drames avec un entourage qui est dans la tourmente. » Voilà la beauté et la sagesse d’une Âme aguerrie !

Être capable de voir un cadeau – en pleine agitation – est un attribut de la sagesse. C’est une grande prise de conscience. Vous pouvez voir un problème qui sera résolu sans aucun drame. Lorsque vous n’êtes pas sous tension, votre intelligence fonctionne merveilleusement. Si non, c’est le mental qui prend le contrôle. Bref, vous méritez ce qu’il y a de mieux, mais il se peut que vous ayez de la difficulté à vraiment le comprendre et le croire, sans le moindre doute.

chemin d'éveil

Ce changement est celui dont les sociologues parleront à l’avenir. Ils parleront d’un moment où la nature humaine elle-même a commencé à évoluer au-delà de tout ce qu’elle avait été dans l’histoire. Nous en avons parlé plusieurs fois. Ceux d’entre vous qui m’écoutent souvent sont fatigués de l’entendre. Permettez-moi de vous dire que vous devriez l’entendre encore et encore.

Chers Êtres Humains, ne vous fatiguez jamais d’avoir de bonnes nouvelles !

Plus vous l’entendrez plus vous en prendrez connaissance, et plus vous le vivrez plus vous le croirez. Je représente la Source créative en ce moment, et vous entendez la vérité. Vous allez passer à travers ce changement ! Pouvez-vous vous détendre avec la vérité ? Vous l’atteindrez. C’est un beau message.

Parlons d’une énergie magnifique. L’énergie de l’achèvement, de la compassion, de l’équilibre, de la compréhension et de la bonne nuit de sommeil. Vous rendez-vous compte de la façon dont vous dormez, quand tout va bien dans votre vie ? Si vous pensez que rien ne va bien dans votre vie, je vous dirai que c’est de la polarisation. Si vous portiez autant d’attention à tout ce qui va bien et tout ce qui peut être amélioré ou équilibré, votre seriez agréablement surpris. Vous êtes dans le plus grand changement qui a jamais existé pour l’humanité. Vous commencez à aller dans la direction qui finira par créer un scénario magnifique, sur une planète où il n’y aura plus jamais de guerre. Il faudra peut-être une génération ou plus, pour compléter ce grand changement, mais le processus est en cours.

Regardons ce qui s’est passé avec les Israélites. Nous en avons déjà parlé. Lorsqu’ils eurent sorti de l’esclavage, ils étaient encore dans cette énergie obscure et asservissante, même les enfants étaient affectés par cette calamité de l’esclavage. Cette énergie a créé de l’horreur et elle a raccourci leurs vies pendant longtemps. La libération de l’esclavage aurait dû être un événement très joyeux et célébré, mais ce ne fut pas vraiment le cas. Il y avait des plaintes et des divisions parmi eux. Puis ils ont marché en cercle dans le désert, pendant 40 ans. Vous ne pouvez pas prendre un peuple qui a la conscience de l’esclavage, et l’amener immédiatement sur la terre promise. Il a fallu presque deux générations.

Même les dirigeants sont décédés avant d’y arriver. Voyez-vous à quel point les énergies du passé peuvent brimer votre avenir ? Voyez-vous pourquoi nous parlons souvent de recalibrage, de rééquilibrage, de lâcher prise, et ainsi de suite ?

la carte

https://fr.wikipedia.org/wiki/Exode_hors_d%27%C3%89gypte

Vous ne pouvez pas prendre une conscience de l’ancienne énergie et la reprogrammer en une nuit. Je vous parle de l’ABC de ce changement. C’est la raison pour laquelle je suis avec vous, depuis toutes ces années. Je vais encore vous parler de ce changement, en vous présentant des parties de son ABC, afin que vous puissiez mieux le comprendre. Vous n’aurez pas besoin de transiter et de revenir. En fait, la planète a besoin de vous, chères Âmes aguerries, pour la bonne gestion de cette grande transformation. Si tel est votre choix, vous pouvez vivre plus longtemps.

Portez attention aux mots que vous prononcez, car vous avez encore l’habitude de dire des choses qui peuvent réduire votre durée de vie en incarnation.

Dites-vous qu’il y a une « grande oreille invisible » qui écoute tout ce que vous dites, et qu’elle livrera ce que vous commandez, consciemment ou non. Arrêtez et révisez ce que vous dites aux autres. Si la base de votre langage est bienveillante et compatissante, que va vous livrer cette grande oreille invisible ? Les affirmations sont la clé et nous l’avons déjà dit. Faites vos propres affirmations et dites-les à haute voix. Votre corps physique entendra et il vous apportera la commande, comme au restaurant.

oreille pour entendre

Prendre le temps de prendre le temps. Vous dites peut-être : « Quand ? Quand cela se produira-t-il ? Pas assez tôt ! » Il y a un apprentissage et un recalibrage à effectuer. Vous venez d’arriver dans cette énergie. Des Êtres Humains vont transiter et revenir, afin de continuer l’apprentissage. Lorsqu’ils reviendront sur Terre, ils seront conscients de ce qui s’est passé. Ils n’auront plus besoin d’apprendre, au sujet de Qui et de Ce qu’ils sont. Leurs Archives akashiques leur diront pourquoi ils sont revenus. Ne vous attendez pas à ce que vos médias commencent à en parler tout de suite. Cependant, vous commencez à voir la manifestation de ces choses, dans vos vies personnelles.

Vous n’avez pas besoin d’avoir un système de croyance, pour que ce grand changement se réalise. Les grandes religions de votre planète enseignent la compassion. Elles vont commencer à se transformer et se voir différemment. Elles vont réaliser que – finalement – elles parlent toutes de la même Source créatrice. Voilà où vous en êtes, chères Âmes aguerries !

Et c’est ainsi.   Kryeon

**********************************

Vous pouvez diffuser librement cette interprétation/traduction, à condition que ce qui suit soit inclus et que la présentation ne soit pas modifiée. Interprétation et traduction de : JM – Site : http://kryeon.forumactif.com/forum.htm

Affectueusement,  Jean-Marie

 

 

Notre corps peut s’auto-guérir tout comme il peut s’auto-détruire

 

Origine : Publié le 6 Mai 2020 – par Reynaud Alain Jean

du site http://enseignant-medecine-de-l-ame.com/

Notre corps peut s’auto-guérir comme s’auto-détruire, il en a toutes les possibilités, car il est vibrant dans l’intention de sa conscience, dans une autre conscience qui vous dépasse. Mais ses entités énergétiques qui l’habitent dans ses organes sont toutes liées entre elles et si leurs vibrations descendent elles enclenchent en chaîne une obtention générale sur tout le corps de vibrer dans la souffrance, ce qui risque d’engendrer des non-retour à la source d’un corps saint, à cause de votre état d’être envers lui.

Naturel banc

Tout cela vous dépasse, mais cette réalité est le corps qui vous le fait vivre sous des formes pas souvent heureuses, car il vous montre que vous le négligez pour une conscience obtuse à sa réalisation de vie d’être, de conscience. Vous voyez, c’est subtil, mais votre corps est à l’image de ce que vous lui envoyez, de ce que vous lui donnez à vivre dans toutes ses expériences. Votre corps est vivant, vibrant dans une autre sphère de vie vibratoire énergétique, une conscience réalisée qui peut intervenir sur différents plans intérieurs d’organes, pour les faire réagir à s’auto-guérir.

Tout est à la transformation que vous donne à vivre votre corps dans ce grand passage dimensionnel qui est en route, vous ouvre la conscience réalisée de vos deux plans, intérieur et extérieur, de qui vous êtes en tant que créateur actif de votre corps et de votre vie active. Vous devez faire encore plus attention à votre corps, à ses occupations qui sont des souffrances qui vous indiquent que quelque chose est en train de se produire pour se mettre en place, pour grandir dans une autre réalisation être, changer d’intensité vibratoire pour votre bien-être. La transmutation vibratoire de vos corps physique et subtils, est en mouvement pour préparer votre corps aux nouvelles énergies dimensionnelles pour votre Résurrection d’être divin.

Tout est lié au changement que vous donne à vivre votre âme, car votre âme contribue à tous ces changements d’intensité vibratoire qui se passent dans votre conscience et votre corps. Les deux sont liés pour vous faire grandir dans une autre réalisation d’être d’un corps de lumière. Votre conscience et votre corps sont en transmutation sur des plans d’intensité énergétique supérieurs qui vont vous donner un éveil sur votre nouvelle vie de soi. Que l’amour du coeur vous donne à vibrer au-delà de la matière, dans l’amour inconditionnel de ce que vous êtes en réalité, un être de lumière.

Naturel champs

Le corps est autodidacte dans son intensité vibratoire énergétique

 Tout retrouve en soi sa résidence être que le corps vous donne à vivre sur d’autres consciences plus subtiles, où la réalisation d’un corps se fait par votre imaginaire d’être divin, qui conçoit votre corps de lumière à l’intérieur de vous. Vous remplacez l’ancien corps graphite, un corps carbone qui a pris forme humaine pour son intégration matière, par un corps unifié en sa partie réelle du monde de soi, de qui vous êtes en réalité, une entité divine. Vous voyez, le changement se façonne quand vous rentrez dans un nouvel hémisphère de vie à être, sur une planète, dans un monde où « un corps » peut être de différentes formes d’ascension en rapport à la planète, à l’énergie où vous vous trouvez… Vous fusionnez l’énergie des lieux où se trouve votre ascension temporelle. Vous comprendrez que tout cela est nouveau en vous, de savoir que votre « corps de lumière » s’adapte à sa nouvelle réalisation d’être, sur d’autres plans plus subtils et avenants pour l’âme. Vous allez découvrir que votre corps est en perpétuel changement en rapport à votre conscience et au changement vibratoire qui arrive sur terre.

Maintenant, l’âme agit sur la conscience humaine pour l’aider à la transition planétaire dans ces nouveaux plans de vie, qui lui sont donnés par la source créatrice, par l’intermédiaire de l’Esprit. Le mental reste dans l’ancien monde pour ceux qui voudront continuer à y évoluer. Le supramental remplacera le mental, sera la conscience du coeur pour la renaissance du nouvel homme, dans la Jérusalem céleste. Vous rentrez maintenant dans la nouvelle sphère de vie que vous propose votre corps de lumière.

Le corps est en mouvement perpétuel à chaque ascension de vous, change ses composants intérieurs et s’adapte aux nouvelles instructions que lui donne à vivre l’âme. Eh oui, l’âme est la transmutation qui est vivante dans un corps matière, car elle peut agir pour faire ascensionner une forme humain, en changeant ses composants actifs et en lui permettant de muter sur des hautes fréquences vibratoires. Le corps est composé de carbone qui peut être modifié dans certains paramètres que lui donne l’énergie pour transmuter sur d’autres fréquences vibratoires. En cela le corps transmute des énergies qui lui donnent à s’épurer naturellement par ses propres fonctions vitales.

1 -guérison (FB)

Mais l’âme, elle, peut changer certains paramètres qui se trouvent dans le corps pour lui donner une autre résistance de vie à être, qui agit sur la conscience humaine pour l’aider elle aussi à transmuter dans d’autres régions qui sont à l’intérieur d’un corps, comme : votre feu intérieur, votre conscience dimensionnelle, votre âme, votre moi divin, votre Esprit… Le corps est constitué de beaucoup d’atouts qui peuvent l’aider à transmuter des maladies, car le corps s’auto-génère lui-même dans la vibration qui lui est donnée à vivre par la lumière. Il peut s’auto-immuniser lui-même par ses propres entités qui le composent en : ses organes, ses cellules, ses atomes, son ADN qui change… qui sont vibrants dans l’intention agissante propre à eux-mêmes, ils sont autonomes dans l’énergie transformatrice que lui donne à vivre, à vibrer le corps de lumière. Tous les organes d’un corps sont des entités qui appartiennent à la forme humaine, qui se sont constitués pour avoir un corps humain complet et entier.

Cela se fait par des atomes qui produisent des effets conceptuels pour renouveler un corps abîmé, par certaines formes étrangères à lui qui sont vibrationnelles dans la forme supérieure vibratoire de l’auto-gérance de ses immunités intérieures et supérieures. Il peut s’autogérer sans apports substantiels qui ne lui appartiennent pas, qui sont extérieurs à sa composition de vie vibrationnelle. Le corps est une conscience de vie à part entière qui est capable de s’auto-gérer quand on lui en donne la possibilité, dans votre lâcher-prise mental intellectuel de vos raisonnements inférieurs statiques, sans consistance vibratoire énergétique.

La conscience humaine forme le corps en correspondance à son état d’esprit, à sa résonance vibratoire que lui donne à vivre l’ego. Le corps est vibrant dans son authenticité de conscience à gérer les paramètres qui lui sont donnés à vivre, mais ne peut survivre dans la division qu’occasionne le monde mental, à sa réussite d’une vie comblée en accord avec la conscience humaine unifiée en l’âme. Votre corps matière change sa correspondance vibratoire interne, pour vivre dans l’unicité que lui donne à vivre, à vibrer  le corps de lumière.)

La remise en question sur votre rapport avec votre corps

La découverte de tout cela va vous donner à vous remettre en question sur vous-même, de comment vous traitez votre corps et avec quoi vous le nourrissez au niveau nourriture terrestre et au niveau vibratoire céleste. Vous voyez, le corps est une ressource noble vivante et agissante en lui-même pour s’auto-guérir.

 Il peut s’auto-générer mais aussi peut s’autodétruire par des maladies pour montrer que vous n’êtes pas à la hauteur de sa noblesse de vie qu’il vous donne à vivre. Il est conscient de qui vous êtes, et son intervention peut vous aider à changer votre état d’être, votre façon de le considérer en vous envoyant des informations pour vous faire réagir dans l’intérêt des deux mondes actifs qui vous relient en une seule et même entité de vie, votre personnalité et la conscience du corps.

FB_IMG_1567431251599

Tout peut être mis en place par lui, pour vous aider à changer votre façon d’être, de le considérer et de l’appréhender sous une autre forme de réaction interne divine. Il vous soumet des idées, des actions pour que vous l’aidiez à changer et communier ensemble dans une fraternité incomparable.

Ses paramètres de compréhension sont des maladies bénignes pour vous faire réagir dans son sens, pour l’aider à transiter une cause, une ascension vibratoire, des énergies supérieures… et non dans un sens de culpabilité mentale ou de quelque chose qui ne vous appartient pas, qui est extérieur à vous-même.

Vous voyez, le corps émane ce que vous êtes, c’est une porte de conscience qui peut vous aider à changer votre façon d’être, d’émettre votre vie en rapport à ce que vous captez et lui donnez à vivre, à se nourrir.

SOURCE : Alain Jean et ma famille Céleste  http://enseignant-medecine-de-l-ame.com/

 

Les plantes des druides

 : symbolisme, pouvoirs magiques et recettes de la tradition celtique

 À l’écoute des enseignements et des secrets du monde végétal, les druides antiques entretenaient un lien très étroit avec la nature, les arbres et les plantes, les considérant comme des êtres vivants, dotés d’un esprit, et dont la simple énergie pouvait guérir ou transformer l’être humain. Au cours des siècles, l’homme s’est petit à petit éloigné de ces croyances. Aujourd’hui, il ressent de nouveau le besoin de se reconnecter à la nature et de retrouver ce savoir druidique.

Mais comment faire ? Ce livre vous propose de renouer avec ces connaissances ancestrales, adaptées aux exigences de notre époque moderne, avec une véritable plongée dans l’univers druidique, ses rituels et les différentes utilisations des plantes. L’auteur vous présente les 21 plantes guérisseuses les plus emblématiques de la tradition druidique sous forme de fiches descriptives détaillées : symbolique, loi des signatures, propriétés médicinales, recettes druidiques…

NATURE1

Dans son avant-propos, l’auteur Florence Laporte écrit :

« Ce livre s’adresse à tous ceux qui souhaitent mieux connaître les plantes, leur histoire, les mythes qui leur sont associés et leur nature profonde. À ceux qui, comme moi, sont à la recherche de l’essence même de la philosophie druidique, qui nous parle d’une autre approche, nous invite à nous mettre humblement à l’écoute des enseignements et des secrets du monde végétal.

« On sait que les druides antiques entretenaient un amour profond pour la nature, les arbres et les plantes ; c’était l’essentiel de leur culture. La forêt était leur lieu de vie, leur temple, une cathédrale de verdure où ils pratiquaient leurs cérémonies et leurs célébrations, et ils en étaient partie intégrante. Aujourd’hui, la Terre est porteuse de cette mémoire et il ne tient qu’à nous de faire ressurgir ces anciennes traditions, de les adapter aux exigences de notre époque moderne, pour retrouver ce lien de sagesse et cette connaissance sacrée que les anciens possédaient.

« Cet écrit n’a pas pour objet d’être un ouvrage de médecine, il ne contient pas de recettes de guérisons miraculeuses, mais se situe dans un contexte traditionnel, empirique et ancestral. Il n’a pas d’autre prétention que celle de toucher le cœur et l’imaginaire de chacun, à la rencontre du petit druide qui sommeille en nous, dans nos mémoires celtiques collectives, et de nous mettre de nouveau en symbiose avec le monde de la nature, pour guérir notre cœur et notre planète. »

Nature 3

Florence Laporte est une passionnée des plantes, des arbres et des traditions celtiques. Formée en naturopathie et phytothérapie, elle transmet depuis de nombreuses années son expérience à travers des animations et des stages sur les plantes sauvages médicinales et comestibles et les arbres maîtres. Guide nature et membre de l’OBOD (Ordre des Bardes Ovates et Druides), elle propose des stages en immersion, en pleine nature.

INFORMATIONS PRATIQUES :
Les plantes des druides : symbolisme, pouvoirs magiques et recettes de la tradition celtique, par Florence Laporte. Éditions Rustica.
144 pages. Format 16 x 22 cm. 17,95 euros.
ISBN : 978-2-815310208. Paru en mai 2017

article écrit (par Florence Laporte)

RETROUVEZ UN ARTICLE COMPLET SUR LE SUJET – Forum de Francesca :

La Vie Devant Soi ICI : http://devantsoi.forumgratuit.org/t475-arbres-veneres-par-les-druides#3417

livre Druides

 Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

Petit traité de naturopathie

Ce texte est extrait du livre  » Petit traité de NATUROPATHIE « 

à l’usage des malades qui veulent retrouver la santé et des bien-portants qui veulent le rester  

Qu’est-ce qu’une maladie?   L’importance du terrain

Il est rare qu’un malade se demande : pour quelle raison suis-je malade ? Que se passe-t-il réellement dans mon corps ? Au contraire, toute son attention – et celle de son entourage – est concentrée sur les symptômes criants, désagréables ou douloureux de sa maladie. D’ailleurs, tous les moyens mis en œuvre visent en priorité à faire disparaître ces symptômes le plus vite possible.

Il semble aller de soi que la réaction normale soit de riposter vigoureusement à l’agression représentée par la maladie. Et on agit en général comme si la maladie était une entité extérieure et indépendante du sujet qui, en pénétrant en lui, le rendrait soudainement malade. Ce point de vue nous amène à considérer le malade comme une victime innocente qu’il faut aider car, par « malchance », il a subi une agression morbide.

maladie fièvre

Les expressions utilisées pour parler de la maladie traduisent bien cette vision. Nous disons que nous « tombons » malade, que nous sommes « frappés » par ou que nous « attrapons » une maladie…

D’après cette conception, enseignée par la médecine allopathique, chaque « agresseur » détermine des troubles différents qui en sont caractéristiques. Il y a donc autant de maladies que d’agresseurs ; c’est ce qu’on appelle la pluralité morbide .

En naturopathie au contraire, toutes les maladies sont considérées comme des manifestations différentes d’un seul et même trouble. Ce dénominateur commun, ce mal profond dont résultent tous les autres, réside au niveau du terrain . Le terrain est l’ensemble des liquides organiques dans lesquels baignent les cellules , le sang, la lymphe, le liquide céphalo-rachidien, etc.

Les liquides intra- et extracellulaires représentent 70 % du poids du corps. Ils revêtent une importance capitale puisqu’ils constituent l’environnement de nos cellules.

Celles-ci dépendent entièrement de ces liquides, qui assurent les apports nutritifs, les éliminations des toxines résultant de leurs activités et la transmission de messages d’une cellule à une autre, transmission qui garantit leur action coordonnée et harmonieuse.

Tout comme l’environnement de l’être humain peut favoriser sa santé ou le rendre malade, suivant qu’il est pollué ou non, l’environnement des cellules est déterminant pour leur état de santé. Si les cellules baignent dans un milieu carencé en oxygène et surchargé de déchets, elle ne pourront pas faire correctement leur travail.

Notre organisme est constitué de cellules. Si elles ne fonctionnent pas normalement, c’est le corps dans son entier qui fonctionnera mal et que l’on dira malade.

Il existe une composition précise et idéale du milieu intérieur qui permet le bon fonctionnement de l’organisme, c’est-à-dire le travail normal des cellules. Tout changement quantitatif ou qualitatif trop important de ces liquides conduit à la maladie . Pour cette raison, les forces vitales de l’organisme luttent constamment afin de maintenir le terrain en équilibre parfait.

Il s’agit principalement de neutraliser et de rejeter vers l’extérieur tous les déchets et toxines issus des métabolismes. Cette épuration s’effectue par les organes « filtres et éliminateurs », les émonctoires : le foie, les intestins, les reins, la peau et les poumons.

La localisation des troubles de « surface » dépend des faiblesses organiques individuelles. Tous les organes baignent dans les liquides surchargés de déchets. Ils sont tous irrités et agressés de manière semblable par les dépôts toxiniques. Les premiers à céder, les premiers à ne plus supporter leur environnement sont évidemment les plus faibles héréditairement ou les plus sollicités : par exemple la gorge pour ceux qui parlent beaucoup dans leur profession, les nerfs pour les gens stressés, les voies respiratoires pour ceux qui respirent beaucoup de poussière ou de gaz nocifs sur leur lieu de travail (mineurs, peintres, etc.). La maladie est une, mais elle se manifeste différemment chez chacun.

médecin francesca

C’est à Hippocrate, le père de la médecine, que nous devons la conception de l’unicité morbide. Cinq siècles avant J.-C., il écrivait : « La nature de toutes les maladies est la même. Elles diffèrent seulement par leur siège. Je pense qu’elles ne se montrent sous tant de formes diverses qu’à cause de la grande diversité des parties où le mal est placé. En effet, leur essence est une ; la cause qui les produit est pareillement une. »

Vingt-cinq siècles plus tard, Alexis Carrel, Prix Nobel de médecine en 1912, déclarait : « Le corps est malade tout entier. Aucune maladie ne reste strictement confinée à un seul organe. »

Comment tombe-t-on malade ?

 Le rôle des toxines et des carences

Comprendre que le terrain peut se dégrader, c’est se rendre compte qu’il dépend entièrement des apports extérieurs pour se constituer et se renouveler. Les substances nutritives contenues dans les aliments servent à l’élaboration des cellules et des liquides organiques, de plus, notre corps fonctionne grâce à elles.

Les toxines

Si les apports alimentaires sont supérieurs aux besoins de l’organisme, ce dernier se trouve en présence de substances qu’il ne peut utiliser. Obligé de les stocker, il les accumule dans ses tissus. Les aliments peuvent également contenir des substances chimiques ou synthétiques (colorant, conservateurs, etc.). Comme rien n’est prévu par la nature pour leur utilisation, ces substances plus ou moins toxiques stagnent dans les tissus et modifient le terrain d’après leurs caractéristiques.

Même lorsque l’alimentation est adéquate, des déchets peuvent s’accumuler dans le corps. Cela se produit chaque fois que les soucis, les peurs, le stress, etc. perturbent les métabolismes. La digestion s’effectue alors mal et les aliments donnent naissance à une multitude de déchets, que l’on désigne par le terme général de toxines. En naturopathie, on distingue deux sortes principales de toxines : les cristaux issus des métabolismes des protéines et des acides, et les colles provenant des métabolismes des amidons et des graisses.

Toutes ces substances, toxiques ou non , qui se trouvent en excès dans l’organisme, empêchent ce dernier de fonctionner correctement et sont considérées comme la cause principale de la dégradation du terrain, et donc de l’éclosion des maladies.

mère toxique

Les carences

 Il existe une autre grande cause de dégradation du terrain, amenée non pas par un excès dans l’organisme, mais par un manque.

Les carences sont des manques en substances nutritives indispensables pour la construction et le fonctionnement de l’organisme. Ces substances nutritives ou nutriments sont les protéines, glucides, lipides, sels minéraux, vitamines et oligo-éléments. La composition du milieu intérieur ne se maintient que si les éléments nécessaires lui sont apportés. Si l’un d’eux est fourni en quantité insuffisante, le fonctionnement organique ralentit immédiatement. Lorsque cet élément vient à manquer complètement, les fonctions qui en dépendent ne sont plus assurées. Si cet état de carence se prolonge, il peut entraîner la mort.

Dans notre société d’abondance, il paraît difficile de tomber malade à cause de carences alimentaires, mais en réalité, c’est tout à fait possible et même très facile. Les aliments d’aujourd’hui nous fournissent de moins en moins ce dont notre organisme a besoin car ils sont eux-mêmes carencés, à cause des méthodes de culture et d’élevage ainsi que des multiples procédés de raffinage qu’ils subissent (raffinage des céréales, des huiles, du sucre, etc.).

Comment guérit-on ?

 Les forces curatives du corps

 Chacun d’entre nous l’a déjà vécu : on peut guérir d’une maladie sans prendre de remèdes. Et pourtant, lorsque quelqu’un est malade, la préoccupation principale est toujours de lui procurer des médicaments. Ce besoin d’un remède à tout prix s’inscrit jusque dans notre conception de la guérison car il est couramment admis que « sans médicaments, pas de guérison ».

Les médicaments sont censés contenir toutes les forces curatives nécessaires pour ramener un corps malade à la santé. Et pourtant, combien de malades guérissent sans médicaments parce que soit ils n’en ont pas à disposition, soit ils ne veulent pas en prendre ! Et comment les animaux peuvent-ils se guérir, eux qui ne disposent d’aucun médicament ? Existerait-il autre chose ?

La médecine naturelle parle de « nature médicatrice » ou « force vitale de l’organisme ». Elle ne peut être identifiée à un organe de notre corps, son existence ne se révèle que par les effets de son action. Hippocrate disait que « la force vitale de l’organisme est la plus puissante force de cohésion et d’action de tout ce qui existe. Cependant, elle est invisible à l’œil ; seul le raisonnement peut la concevoir ».

Nature 2020

Dans l’état de santé, la force vitale organise, orchestre et harmonise toutes les fonctions organiques. Elle travaille constamment à maintenir l’organisme dans l’équilibre de santé le plus parfait.

Les crises de nettoyage Face à la montée des surcharges et à l’encrassement des tissus, la force vitale ne reste donc pas une spectatrice passive. Elle réagit activement pour ramener l’ordre dans l’organisme, afin de lui permettre de continuer à fonctionner normalement. Tous ses efforts visent à rétablir la pureté du terrain, en neutralisant les toxines et en les rejetant à l’extérieur par les différents émonctoires. Ces expulsions de toxines peuvent prendre des formes très spectaculaires. Ce sont des crises de désintoxication , encore appelées crises de nettoyage ou crises curatives.

Les éliminations se font par les mêmes émonctoires qu’en temps normal, mais avec une force plus grande. Par les voies respiratoires, des déchets colloïdaux sont crachés ou expectorés ; par les voies urinaires, les urines chargées, acides, conduiront les déchets vers l’extérieur. La peau les élimine par des sudations, des boutons ou eczémas divers. Le tube digestif participe également par des diarrhées libératrices ou d’abondantes sécrétions biliaires.

Les émonctoires sollicités dépendent de la nature des déchets et de la force respective des différents organes, d’où d’importantes variations d’un individu à un autre et de multiples possibilités de localisation des troubles. Ces troubles locaux sont les manifestations visibles des réactions défensives de la force vitale qui cherche à corriger le mal profond : l’encrassement du terrain.

Texte écrit par Christopher Vasey

Fleches-7A LIRE EGALEMENT

Les enfants et la nature

Famille : Eveilleurs de Conscience

La terre est votre mère et le ciel est votre père

 

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

 

Les cellules qui éveillent l’Immortalité

 

A notre époque, les plus grandes firmes du monde à la pointe de la technologie, se sont emparées du mot « immortalité ». Ainsi annoncent-elles la venue d’un homme rendu immortel dans son corps physique par d’innombrables manipulations génétiques et technologiques et par l’intelligence artificielle. Cet homme immortel, cet « homme augmenté », ce «  trans-humain » dont ils ont fait leur rêve, leur leitmotiv est au cœur de leur discours et s’affiche sur tous les médias.

vieillir

Pourtant, un tel homme sera-t-il encore capable d’évoluer véritablement ? De se relier à son âme ? De vivre avec les mondes supérieurs ? Que veulent-ils rendre immortel si ce n’est la mort elle-même ?

En revanche, l’Immortalité dont nous parle la tradition divine primordiale depuis l’aube des temps est une immortalité du cœur, de l’âme, qui éveille le souvenir de l’Être véritable que nous sommes de toute éternité. Elle puise sa source dans le grand réservoir de la Vie universelle et ouvre pour chacun le chemin de la floraison.

À l’origine, Dieu le Père avait décidé de manifester un homme de Lumière immortel et impersonnel qui devait vivre dans un corps sans frontières, dans l’unité de sa double origine terrestre et divine.

En raison d’une involution dans l’histoire de l’humanité, les Anges, les Archanges et les Dieux se sont retirés de la direction de la terre et l’homme fut laissé à lui-même. On parle ainsi d’une chute de l’humanité, qui s’est éloignée de plus en plus des mondes supérieurs pour chuter dans la matière. L’homme a alors voulu utiliser son potentiel divin dans le but de devenir immortel dans le monde de la mort. Il n’a pas compris que ce potentiel lui était donné pour la création d’un monde supérieur et pour retrouver sa source originelle, sa nature immortelle au-delà du corps, du temps et de l’espace.

Trois grands courants ont alors existé : l’un cherchant à maîtriser la matière ; un autre, l’esprit et les mondes spirituels ; et celui de l’équilibre entre la maîtrise de la matière et la maîtrise de l’esprit, appelé la tradition divine primordiale.

Les buts de la Tradition

La tradition divine primordiale cherche à retrouver le chemin fidèle à la volonté originelle du Père de mettre au monde l’homme de Lumière immortel et impersonnel. Elle soutient l’évolution harmonieuse des mondes et préserve la lumière divine dans la création. Elle enseigne à l’homme à voir au-delà des limites du corps et de la mort, elle indique le chemin de la plénitude, du bonheur, de la vie intense, belle, harmonieuse.

vieillisement

Elle ouvre le chemin de la sagesse, de l’amour, de la droiture, de la guérison.

Aujourd’hui la Nation Essénienne s’inscrit dans cette tradition comme le nouveau porteur du flambeau de l’alliance avec les mondes supérieurs et la nouvelle pousse sur l’arbre de la tradition primordiale. Elle vient raviver en l’homme la conscience de sa nature divine, de sa source originelle et réveiller en lui les cellules qui lui parlent d’éternité et d’immortalité.

Nous vivons aujourd’hui une époque déterminante pour l’évolution future de la terre et de l’humanité. La Nation Essénienne, par sa présence dans le monde, préserve la culture de la Lumière. Elle ravive l’enseignement de la tradition divine primordiale et permet à l’homme de retrouver le chemin de son âme immortelle. Accomplissant des œuvres et des réalisations concrètes guidées par les mondes supérieurs, elle est aussi la garante de la reconstitution du corps de Dieu sur la terre.

ECRIT Par Olivier Manitara EXTRAIT de l’article du magazine ESSENTIEL : – Entendre l’appel de l’Invisible sacré… La suite dans le n°45, en vente ici en version ebook

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site de Francesca  :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

 

 

Au théâtre de la guérison

Si je change en moi la constellation que représente ma famille, alors je change ma famille ; mais si je veux changer ma famille, alors je m’arc-boute sur ce qui ne dépend pas de moi… 

L’œuf ou la poule ?

Parmi les croyances inquestionnées de l’occidental contemporain, l’individualisme trône certainement en pole position. Avant d’être cette philosophie décomplexée qui affirme ouvertement que l’individu prime sur son entourage, l’individualisme philosophique consiste simplement à affirmer qu’il existe un individu AVANT qu’il y ait une relation. Il s’agit ici d’un postulat ontologique, métaphysique, un peu comme une pétition de principe, qui affirmerait que l’œuf est fondamentalement antérieur à la poule. Pas de relation sans individu, pas de molécule sans atomes. L’individu, celui qui est indivisible, est donc l’atome (en grec : ce que l’on ne peut pas couper) de la molécule relationnelle.

poule

Contre cette pétition de principe, les années 70 ont vu naître une myriade de conceptions systémiques : c’est-à-dire considérant que l’individu n’existe pas en dehors du système complexe de relations dans lesquelles il s’inscrit. Nous sommes « enfant de », puis « frère ou sœur de », à moins que nous soyons « enfant unique », nous définissant alors par le manque de cette relation de fratrie qui constitue bien souvent une famille. Notre individualité est, bien avant notre naissance – peut-être avant même notre conception – teintée de cette longue lignée généalogique qu’est notre héritage génétique et culturel. L’individu n’existe que par le fait d’une multitude de relations : c’est la poule AVANT l’œuf.

S’il apparaît évident aujourd’hui que ni l’œuf ni la poule ne s’expliquent l’un l’autre (véritable casse-tête chinois pour l’intellect), toujours est-il que nous devons bien prendre le problème relationnel par un bout ou par l’autre. Alors que certains courants psychologiques considèrent que tout travail thérapeutique doit partir de l’individu, les constellations familiales et systémiques, comme leur nom l’indique, partent du postulat inverse : il faut partir de la relation pour mieux comprendre la place que peut prendre un individu dans son système familial, professionnel, sociétal.

Partons donc de la famille, pour exemple, et voyons où cela peut bien nous mener…

La famille est une constellation…

Dans les années 1970, Stanislav Grof montre expérimentalement qu’un individu peut être porteur, bien qu’inconsciemment, de problématiques transgénérationnelles, qui dépassent de loin son histoire personnelle. Lors d’expériences de respiration holotropique, des individus découvrent que leurs problématiques actuelles sont un héritage de leur lignée familiale, ethnique, ou encore culturelle. Les ramifications semblent s’étendre bien plus loin que ce que l’imagination peut concevoir : Grof appellera « constellations » ces systèmes composés de planètes et de satellites gravitant autour d’un noyau central, le cœur de la problématique de l’individu. Grof est résolument pragmatique : peu importe que ses patients aient réellement vécu des vies antérieures ou des rencontres avec leurs aïeux. La seule chose qui importe est la libération émotionnelle qui accompagne ces séances, et qui modifie de manière profonde et durable la vie des personnes. Grof va multiplier les expériences durant 45 ans.

A peu près à la même époque, un ancien prêtre, Anton Hellinger, dit « Bert Hellinger » (diminutif de « Suitbert », son nom de religion), aboutit aux mêmes découvertes psychogénéalogiques en mettant en place une forme de psychodrame familial. Il s’agit de demander à une personne de choisir, dans le groupe de thérapie dont elle fait partie, des représentants pour « jouer » son personnage, celui de sa mère, son père, etc. En réalité il ne s’agit pas vraiment de jouer, au sens théâtral, mais de simplement se laisser traverser par la sensation d’être le personnage, sans chercher à comprendre ou à intellectualiser. Et de manière surprenante, les scènes qui se jouent dans ces groupes produisent les mêmes libérations émotionnelles, accompagnées des mêmes changements comportementaux que ceux vécus en état modifié de conscience. Des tensions familiales éclatent subitement, des lignées entières de problématiques identiques apparaissent en pleine lumière. Bert Hellinger affirme qu’il n’est pas utile que la famille « réelle » soit présente pour résoudre ces problématiques – ils pourraient même tous être morts – car il suffit que la relation se modifie dans cet espace-temps bien à part, pour que tout le système familial se recompose comme par « magie ».

De la magie, c’est bien la première critique que l’on fera à l’inventeur des constellations familiales. Rien ne nous assure que les informations sensorielles recueillies lors des séances correspondent à la réalité, ni que le constelleur ne fasse pas tout simplement de la suggestion, un peu comme en hypnothérapie. Les phrases qu’il prononce, pour ré-informer le corps ou la relation, ressemblent d’ailleurs à s’y méprendre aux phrases scandées en hypnose, dans le ton et dans le rythme. Il y aurait donc un risque d’ascendant du constelleur sur le groupe, voire un risque de dérive manipulatoire.

jodoroskyJodorowsky et le théâtre de la guérison

Toujours à la même époque, un artiste autodidacte et polyvalent franco-chilien, Alejandro Jodorowsky, surnommé « Jodo », commence à mettre en pratique ses expériences théâtrales, spirituelles et artistiques, pour créer un « théâtre de la guérison ». Dans ces constellations qui dépassent bien souvent le cadre de la famille, le constelleur laisse un grande place au « hasard » et à l’intuition du groupe. Les cartes de Tarot, que Jodo aime tant qu’il a créé son propre jeu (accompagné de tout un livre explicatif) sont utilisées pour aider au choix des personnes, et chaque représentant à la liberté d’exprimer tout ce qu’il ressent sans être censuré, pourvu qu’il ne passe pas à l’acte.eric

Reprise et développée par Eric Laudière (psychothérapeute français) dans les années 2000, cette manière de consteller les problématiques relationnelles place le constelleur en position de chef d’orchestre plutôt que de directeur : la constellation se joue devant lui, et il la scande pour mettre en lumière les lignes de force et les tensions qui pourraient passer inaperçues sinon. Le Verbe n’est plus le seul outil pour ré-informer les corps (cela peut être le tambour, ou d’autres instruments à portée rituelle) et le groupe joue un rôle central, que l’on soit représentant ou partie du public.

atomes

Il faut que l’histoire qui se joue soit vue, entendue, criée haut et fort, devant ses témoins de l’humanité que sont les personnes présentes. Le risque de suggestion s’efface devant la spontanéité d’un groupe qui se forme et se déforme, s’aime et se hait, assuré de la présence bienveillante et sécurisante du constelleur. Ce risque est toujours là certes, pour celui qui décide de prendre pour argent comptant tout ce qu’il entend ou ressent dans une constellation  ; mais Eric Laudière précise toujours que les informations reçues dans les constellations ne sont pas à prendre comme des vérités : elles sont plutôt des catalyseurs qui provoquent une réaction en chaîne dans le groupe, faisant bouger tout le système dans le sens d’une résolution de la tension initiale. Libre à chacun d’y voir une coïncidence totalement fortuite ou une synchronicité remarquable : à chacun ses croyances !

Et si l’atome était lui aussi une constellation  ?

La force d’Eric Laudière, après Jodorowsky, aura été d’utiliser la méthode des constellations familiales pour faire apparaître ces tensions familiales et ces lignes de force au sein même de l’individu, ce prétendu atome. Déjà Richard Schwarz, un psychothérapeute américain, avait découvert dans les années 2000 l’existence de multiples parts en chaque individu, sans qu’il soit pour autant atteint de schizophrénie. Alors qu’une partie de moi peut développer un courage proche de la témérité, presque inconscient, une autre part peut sans cesse réclamer des assurances avant d’agir, et parfois bloquer l’action par excès de prudence. Je ne suis ni l’une ni l’autre de ses parts : je suis le patchwork constitué d’elles. Schwarz avait appelé ce système interne IFS : « Internal Familial System ». Une véritable petite tribu intérieure, avec des désaccords, des blocages, des complexes de loyauté et des gardiens un peu trop oppressants…

Consteller son propre système familial interne, en faisant sortir les différentes parts de soi pour les mettre dans l’espace d’une pièce et les faire dialoguer, c’est toute la force de cette méthode qu’Eric Laudière a appelé RER : « Reconnaître, Embrasser, Relâcher ». Plus besoin de faire appel à des représentants extérieurs (même s’il est tout à fait possible de faire une constellation des différentes parts de soi en utilisant la force d’un groupe de représentants), il suffit de reconnaître l’énergie et la place que prend chacun de nos parts, de rendre hommage à la fonction qu’elle a servi  ; enfin de voir si cette fonction est encore utile aujourd’hui, ou bien si on peut accorder à cette part de soi quelques vacances bien méritées…

 

VIDEO

https://youtu.be/sbAp8OiAbf8

Conclusion : quand la poule mange l’œuf ?

En guise de conclusion, il convient de remarquer deux points importants, que nous offrent les différentes méthodes de constellations familiales et systémiques.

  • En premier lieu, un individu n’est jamais un atome, indépendant et insécable. Jamais indépendant, car il dépend, dans son existence même, de toute une série de relations qui étaient là bien avant sa naissance : il s’inscrit dans ces relations plutôt qu’il ne les crée. Imaginer l’individu comme un îlot isolé au beau milieu de la mer, c’est le fantasme fou de l’arbre qui ne voudrait pas voir ses racines. Certainement pas insécable ensuite, puisqu’il peut lui-même être représenté comme un constellation à part entière, constituée de nombreuses planètes tournant autour d’un noyau que l’on pourrait appeler le « Self », pour reprendre l’expression de Schwarz. Un individu est donc une relation, noyée dans des relations, de manière tout à fait fractale (des poupées russes, si l’on préfère…).
  • En second lieu, une tension relationnelle n’est jamais résolue ailleurs que dans un individu. Au lieu de vouloir changer tel ou tel membre de sa famille, telle ou telle relation, telle ou telle part de soi, mieux vaut commencer par investir réellement son individualité, ou encore son « Self », cette partie de soi qui joue au chef d’orchestre dans sa propre constellation. « Changer le monde commence par se changer soi-même », a dit Keny Arkana (une chanteuse marseillaise), à la suite de son maître Gandhi. Si je change en moi la constellation que représente ma famille, alors je change ma famille. Mais si je veux changer ma famille, alors je m’arc-boute sur ce qui ne dépend pas de moi, et je ne vois pas ce que je pourrais changer en moi. Tout part de moi, et tout reviendra à moi, au bout du chemin. Paradoxe ultime et jouissif à la fois.

Car lorsque je comprends ces deux parts d’une même réalité, alors je reprends toute la responsabilité de mes actes, et je réinvestis mon pouvoir personnel dans son entièreté. A tout moment, je peux tout changer.
En commençant par moi.
Toujours. 

Patrick Sorrel et Sophie AucourtSophie : Accordeuse familiale et systémique – Grenoble (Isère) France – Site web : www.sophieaucourt.com

Pour en savoir plusLa constellation familiale est un je
livre familled’Eric Laudière, – aux Éditions Quintessence

Rapides mais atypiques, pertinentes mais peu conventionnelles, les constellations émerveillent, les constellations surprennent, les constellations dérangent… S’appuyant sur le cerveau droit, sensoriel, intuitif et spatial, cette technique d’une grande simplicité est intrigante à plus d’un point de vue, ce qui s’y passe bouscule notre esprit rationnel. Les constellations systémiques complètent les outils traditionnels de diagnostic et de résolution de problèmes, qu’ils soient psychologiques ou organisationnels, ses résultats thérapeutiques sont en tout cas extrêmement prometteurs, de récentes études allemandes tendent à prouver son extraordinaire efficacité. La psychogénéalogie nous apprend que la mémoire de nos ancêtres forme une structure vivante qui habite chacun de nous. Cette structure est inconsciente et nous conditionne. Les constellations familiales ajoutent la dimension spatiale à cette dimension temporelle, nous apprenant que cette structure forme aussi des  » champs  » dans l’espace (en dehors de nous ?). Elles nous permettent de comprendre comment notre arbre généalogique structure notre psychisme.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/