PARLER AVEC NOS ORGANES

A notre stade actuel de conscience, il est parfois nécessaire de se fait ôter un organe, même si par la suite nous devrons nous adonner à une conversation à ce sujet avec l’organe concerné afin d’éviter cela, et avec notre corps. Ils pourraient se sentir trahis par nous. En fait, sans guérison INTERIEURE, ils le seront sans doute.

A l’avenir, nous apprendrons à corriger la maladie par la pensée, et ce ne sera pas un problème.

Dans un état de clame méditatif, excusez-vous à l’organe et au corps. Si possible, faites-le avant de commencer l’opération chirurgicale. Remerciez l’organe pour ce qu’il a apporté à votre vie, et envoyez-lui de la gratitude pour ce qu’il a fait. Vouez et sentez votre gratitude et votre amour se rendre à l’organe et à votre corps. Ce faisant, vous découvrirez que votre organe acceptera sans doute votre décision. Ecoutez l’avis de votre organe ou de votre corps – désire-t-il l’opération ou quelque autre traitement ?? et respectez ses volontés le mieux possible ; après l’opération, voyez que l’organe est guéri et en santé sur le plan éthérique, afin que cette blessure physique n’affecte pas le schéma éthérique de vote cops dans une autre vie.

Nous devons à tout pris retrouver nos liens avec les cellules et les organes réels de notre corps physique. Les souvenirs et traumatismes de vies passées et présentes depuis le début des temps y sont enregistrés.

Le temps historique n’a aucune importance pour cela. On peut se guérir en cette’ vie ou corriger d’anciens schémas par le pardon. PARDONNER tout ce que nous ou les autres avons fait pour léser nos corps. C’est la solution concernant non seulement les blessures de vies passées, mais aussi celles de notre vie présente. LE PARDON dénoue le schéma dans le temps et sur tous les plans de l’existence. Dans ce cas, le schéma éthérique est guéri et l’esprit de notre corps, ainsi que la maladie dans un corps futur.

A notre stade de conscience, la science traditionnelle du collectif humain nie ces possibilités, mais de nouvelles sciences montantes soutiennent cette croyance émergeante et remplaceront ultérieurement le paradigme collectif existant.

Beaucoup d’entre-nous croient encore que toute maladie et toute faiblesse de notre corps n’ont que des causes physique. Si c’est le cas pour vous alors vous êtes enclin à ne chercher que des solutions physiques, telles que des médicaments sous ordonnance, des aliments différents, la réparation ou l’ablation d’un organe atteint. Alors que la solution la plus efficace  consiste à examiner comment nos pensées et nos sentiments pourraient causer le problème, et comment, en modifiant nos pensées et nos sentiments, on peut se guérir soi-même.

Certaines conditions physiques peuvent avoir des liens génétiques avec notre famille, parce que les pensées et les sentiments sources de la maladie ont commencé de leur côté. Peut-être pas du côté de la mère ou du père, mais plutôt de nos ancêtres plus lointains. En se guérissant, on efface la cause première et on guéri la structure éhérique des membres d’une famille, à la fois dans le passé et dans l’avenir.

Nous cherchons une panacée facile, en noir et blanc. Mais des problèmes physiques peuvent avoir de nombreuses causes, et toutes peuvent convenir. Il est recommandé de parler à notre corps et à nos divers organes en leur demandant pourquoi ils ne fonctionnement pas correctement, et de ne pas rester fixée sur une seule raison. Mettre en pratique ce que notre corps recommande pour guérir et, si la maladie persiste, lui demander pourquoi nous avons encore ce problème.  Avec le temps, nous en découvrirons les réelles raisons. A mesure de ces nouvelles pratiques les solutions recommandées par notre corps, on effacera la cause à un niveau cellulaire.

C’est toutefois une bonne idée que d’aller consulter un médecin disponible ; de cette façon nous recevrons une autre opinion, un diagnostique avisé, ainsi que quelques possibilités de rétablissement. Ces gestes sont nécessaires. Mais rien n’empêche de découvrir les raisons de la maladie et de corriger les pensées et les sentiments qui l’on causés !

Guérir est un processus physique, émotionnel, mental et spirituel, et la situation de chaque personne est unique. Etre à l’écoute de son propre corps afin de guérir et parfois même s’il ne guérit pas, nous devront nous détacher du sentiment que quelque chose ne tourne pas rond chez nous et que l’on ne sait pas comment se guérir.

ICI JE VAIS DONNER UN EXEMPLE ……….. (maladies avec les YEUX issu du livre cité ci-dessous)

Nous savons qu’il faut un cinquième de seconde pour que ce que nous voyons visuellement circule le long des nerfs optiques et se rende au cerveau pour y être traité et compris. Cela veut dire que nous ne vivons pas vraiment dans le présent, mais dans le passé. Il y a un décalage. Ce décalage est un cadeau qui crée une pause intégrée qui nous permet d’observer nos pensées, de changer notre interprétation de ce que nous voyons arriver et de revoir la situation d‘une nouvelle façon dégagée des vielles habitudes, blessures et de vieux programmes.

LA CORNEE de notre œil se charge des 2 tiers de la focalisation. Si nous avons des problèmes de cornée, demandons-nous si nous nous concentrons sur les mauvaises choses à ce moment de notre vie. Lorsque nous découvrons ce que c’est nous pouvons décider de changer notre point de mire.

LE GLAUCOME provient d’une augmentation de la pression sur le nerf optique de notre œil et la DEGENERATION MACULAIRE provient d’une augmentation de la pression sur la rétine. Alors, demandons-nous « Quelles pressions ai-je dans ma vie actuelle » ? et « comment est-ce que je les réduis ou les élimine » ? ou encore, « suis-je la cause de mes propres pressions à être perfectionniste, à m’attacher à une façon d ‘être ancienne ou à une blessure subie dans le passé  » ? Ce ne sont là que des idées afin de stimuler nos propres questions. Lorsque nous déterminerons quelles pressions nous nous donnons, la solution se trouvera souvent dans notre pouvoir de les éliminer. Cela peut impliquer de pardonner à quelqu’un ou de changer quelque chose dans notre vie que nous considérons comme la cause du problème.

Le problème oculaire le plus courant à mesure que l’on vieillit, ce sont les CATARACTES. D’après les médecins, cela peut provenir d’un stress oxydatif qui endommage les gras et les protéines dans le cristallin, ce qui le rend trouble. Des études ont démontré qu’il est tuile de manger plus de fruit set de légumes pour prévenir ou retarder l’arrivée de cataractes. De plus vous pouvez rester flexible en faisant des choses différemment et en accueillant l’avenir au lieu de la craindre. L’opération de la cataracte est une procédure simple qui restaurera votre vison. N’écartez pas la chirurgie pour résoudre des problèmes physiques. Cependant, considérez la chirurgie comme une seule option après avoir identifié la cause sous-jacente de votre problème et avoir corrigé toutes les pensées erronées qui ont pu le causer.

[…]

Sujet abordé dans le livre de TANIS HELLIWELLE intitulé : CONVERSATION AVEC L’ESPRIT DU CORPS HUMAIN – Traverser la nuit obscure de l’âme individuelle et collective aux Editions ARIANE 2021!

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s