Les répercussions des pensées sur le corps

 

« Dans un temps plus proche que vous ne le supposez, il y aura des écoles de formation pour apprendre aux élèves, entre autres, combien il est important de bien penser, car une mauvaise pensée ou une pensée qui n’est pas harmonieuse a un impact important sur votre vie et sur votre corps.

Il ne s’agit pas d’écoles de pensée telles qu’il en existe en ce moment sur votre planète, mais d’écoles totalement reliées à la spiritualité, à un niveau spirituel supérieur de celui qui est le votre actuellement. Cela n’aura rien à voir avec les religions ! Il s’agira de la connaissance de ce que sont les êtres, grâce à la pratique d’une élévation vibratoire, à la concentration et à la façon dont ils formuleront leurs pensées.

guerisseur d ela penséeLa médecine telle que vous la concevez actuellement n’existera plus parce que les êtres auront compris que toute nuisance dans leur corps physique commence dans leurs corps subtils et dans leur psychisme, qu’ensuite il y a somatisation dans leur corps de matière. C’est à la fois bien plus compliqué et bien plus facile à comprendre ; il s’agit d’un déséquilibre vibratoire qui provoque des nuisances entre le corps physique et les corps subtils.

Certaines fréquences vibratoires sont en dualité. Donc, à partir du moment où vous comprenez l’impact de votre pensée sur vos corps subtils qui, eux-mêmes ont un impact sur votre corps physique, vous n’aurez plus besoin de médecin, vous saurez vous harmoniser vous-même. Il ne sera plus question de soins, il ne sera plus question de « maladie » – mot que nous n’aimons pas prononcer – car vous aurez évolué, car vous aurez compris qui vous êtes, ce que vous êtes et ce que vous êtes capable de faire.

Vous portez constamment votre attention sur votre corps physique parce que c’est lui que vous voyez, que vous touchez, qui répond parfois, par la douleur et par la dysharmonie, à vos incohérences et à vos pensées inférieures. Vous êtes essentiellement vibration, et votre corps physique est la finalité de tous vos corps énergétiques ; il sert essentiellement à vivre des expériences matérielles dans une vibration relativement basse, ou même basse par rapport à la fréquence vibratoire de vos corps énergétiques.

Votre corps physique a sa propre fréquence vibratoire.

Vos douze corps énergétiques ont leur propre fréquence vibratoire. Imaginez que de tous ces corps émane un son, un son harmonieux comme dans un orchestre, un son qui vous permet d’être en parfaite santé, qui vous permet d’avoir une vie plus longue, et qui vous permettra d’avoir, dans le futur, une vie cent fois, mille fois plus longue que votre toute petite vie terrestre. Votre propre orchestre génère parfois des sons dissonants, car des fausses notes perturbent l’ensemble. C’est comme si, dans un orchestre, un musicien ne respectait pas sa partition, qu’il joue une musique en dysharmonie totale avec l’orchestre. À ce moment-là, tout l’orchestre est perturbé par ces fausses notes. Il peut s’arrêter parce qu’il ne supporte pas ce que le son disharmonieux a provoqué sur ses douze corps subtils et sur sa matière.

guérir francesca 1

Vous comprendrez la façon dont vous fonctionnez quand vous aurez toujours en mémoire que vos pensées affectent vos corps énergétiques.

Essayez de comprendre que vos douze corps subtils font partie de votre corps physique, tout comme vous faites partie de ces douze corps. En fait, vous êtes immense !

Donc, lorsque vous êtes en dysharmonie avec vous-même, surtout au niveau de vos pensées et de votre psychisme, ce sont surtout les premiers corps subtils, ceux qui sont le plus près de votre corps physique, qui sont les plus affectés. Il y a répercussion sur les autres corps. Pour retrouver l’harmonie, soit l’orchestre élimine le mauvais concertiste, soit il lui demande de jouer les notes justes afin que l’orchestre puisse jouer en parfaite harmonie.

Que se passe-t-il dans ce cas-là ?

Les êtres dont le corps est en dysharmonie commencent par aller voir un médecin, ce dernier prescrit un traitement – valable ou non, nous ne sommes pas là pour statuer sur votre médecine – qui n’aura pas toujours le résultat attendu.

Alors, les premiers corps subtils qui, eux, ressentent profondément la dysharmonie vibratoire du corps de matière, vont essayer de la rectifier par eux-mêmes. Ils n’y arriveront cependant que si la pensée de l’être accompagne cette rectification. Si la chakra (2)pensée continue à nourrir le corps de matière d’une fréquence inférieure, les corps subtils n’arriveront pas à et, à ce moment-là, quelque chose de beaucoup plus grave atteindra le corps de matière, le corps physique. Cela générera parfois des dysharmonies (nous n’utilisons pas le mot « maladies ») qui peuvent aller jusqu’à la destruction du corps.

Cet enseignement sera donné dans le futur ; ce sera un enseignement qui apprendra aux êtres à bien penser, à bien se rendre compte du pouvoir de guérison qu’ils ont sur eux-mêmes. Ils n’auront pas à aller voir un thérapeute ou un médecin, ils seront leur propre médecin. Pour cela, il faut les êtres aient acquis une certaine connaissance, la connaissance essentielle est que tout est vibration, que vous êtes essentiellement énergie et vibrations. Energie, vibration, Energie, vibration…. Nous vous le répéterons dix fois, vingt fois, mille fois afin que vous puissiez le comprendre.

Si vous aviez la capacité de voir la fréquence vibratoire de votre corps, de voir ce qu’est réellement votre corps, (vous ne possédez pas les outils nécessaires), vous pourriez finalement vous rendre compte que votre corps de matière n’a aucune réalité, aucune densité ! Que font les êtres qui ont le don de bilocation ? Ils ont compris le processus : ils élèvent leur corps de matière à une certaine fréquence vibratoire, et ensuite ils peuvent être invisibles ; ils peuvent également se reconstruire par la pensée. Ils ont tous pouvoirs sur leur corps de matière et sa fréquence vibratoire  car ils ont connaissance de ce qu’ils sont réellement.

Tant que baserez votre conscience sur ce que vous êtes, sur votre corps de matière, sur tous les problèmes de ce corps de matière, tant que vous n’aurez pas compris que vous êtes un tout, que vous êtes une vibration, une énergie, que votre corps de matière possède sa propre fréquence vibratoire, sa propre énergie, et que vous pouvez avoir un impact énorme sur vous, vous serez toujours un peu en dualité avec vous-même et un peu en dysharmonie.

Dans l’enseignement que nous continuerons à vous donner, nous essaierons, petit à petit, de vous apprendre à mieux gérer ce que vous êtes. Aujourd’hui, nous ébauchons simplement ce sujet parce qu’il est nouveau.

Nous désirons vous faire comprendre ce que vous êtes, ce que vous allez devenir, et les immenses possibilités qui sont données à l’humain. Encore une fois, l’humain vit dans cette dimension, aveugle à lui-même et à ceux qui l’entourent…

L’humain vit avec des concepts qui sont faussés dès sa naissance, en raison de l’éducation qu’il a reçue et qu’ont reçue ses parents. Les bases de départ sont faussées, elles ne sont pas ce qu’elles devraient être. Alors, pendant toute sa vie, il vit sur des ces bases fausses, il ne sait pas ce qu’il est réellement et il n’a pas connaissance de ses capacités. Une de ces fausses bases est de dire à un enfant, comme on vous l’a dit, qu’il deviendra un vieillard et qu’il mourra. À partir de ce moment-là il y a acceptation du vieillissement, parce qu’on vous a dit :  » c’est obligatoire ! Le corps s’use, le corps vieillit ! Il y a l’enfance, l’adolescence, la maturité et la vieillesse ».

Ce n’est pas ainsi que cela devrait se passer ! Il y a naissance de l’être, son enfance (qui devrait être beaucoup plus courte), puis son épanouissement qui pourrait durer des centaines, voire des milliers d’années.

C’est donc toute une éducation qui est à refaire ! À partir du moment où vous aurez intégré ce concept nouveau, il n’y aura plus de personnes âgées, il n’y aura plus de personnes en dysharmonie, il y aura l’harmonie dans les corps, il y aura la jeunesse éternelle !

Vous allez dire : « c’est un beau rêve, c’est de l’illusion, ce que vous décrivez est bien beau mais ce ne sera pas pour nous ».

Nous vous affirmons que vous pouvez régénérer vos corps et vos cellules ; vous pouvez refuser les dysharmonies ; vous pouvez aimer ce que vous êtes ; vous pouvez avoir une confiance totale en vous-même et en vos capacités, sans avoir besoin de recourir à un thérapeute Vous êtes comme un oiseau qui doit s’envoler de son nid et qui devra ensuite voler de ses propres ailes.

arleth5Petit à petit, avec les nouvelles fréquences vibratoires et avec le réveil des consciences, beaucoup de choses se placeront en vous. Vous ressentirez de plus vos corps énergétiques, vos corps subtils. Au début, chacun les ressentira à sa manière. Ils vous feront signe, ils vous diront : « j’existe, je fais partie de l’orchestre, et toi, qui est la base de la matière dense, évite de faire des fausses notes parce que la vibration qui en émane perturbe l’orchestre ».

Il n’est pas facile pour vous, êtres humains , d’adopter de nouveaux concepts, parce que depuis des centaines, voire des milliers d’années, il y a formatage par rapport à ce qu’est l’humain, par rapport à ce qu’il vient faire sur Terre, par rapport à son voyage d’études. En définitive, tout peut être différent, même sur ce monde !

Vous êtes sur un monde de dualité profonde. Cette dualité existe déjà en vous ; ce qui va peut être vous étonner, c’est qu’elle commence justement avec la fréquence vibratoire de votre corps et les fréquences supérieures vibratoires de vos corps subtils, de vos corps énergétiques. Il y a dualité entre les fréquences vibratoires, l’harmonie n’est pas encore parfaite, ce qui occasionne des difficultés dans votre existence.

Si vous aviez confiance en votre capacité de pouvoir régénérer vos cellules en permanence, que vous pouvez donner à votre corps de matière un souffle nouveau, une vibration nouvelle, tout serait bien différent pour vous ! Vous n’auriez plus besoin de thérapies et vous seriez de nouveau des êtres en parfaite harmonie, en parfaite santé, des êtres totalement capables d’aimer et d’offrir cet Amour à eux-mêmes et à la Vie.

Nous vous reparlerons de ce sujet sous un angle différent, mais nous voudrions ajouter ceci :

Lorsque vous êtes dans des difficultés, qu’il s’agisse de souffrance psychologique, affective ou physique, essayez de parler à votre corps, à cette matière que vous touchez mais qui, finalement, n’a pas la consistance que vous croyez ! Essayez de dire à votre corps que vous allez l’aider afin qu’il ne fasse pas de fausse note et que tout aille parfaitement bien pour lui, pour votre mental, votre psychisme ou vos pensées. Petit à petit vous y arriverez !

Commencez à lui parler ! Commencez même à demander à vos cellules de rectifier ce qui n’est pas parfait dans telle ou telle partie de votre corps. À ce moment-là, faites appel à vos douze corps et surtout à celui qui est le plus élevé. Demandez de l’aide à votre douzième corps énergétique – qui peut d’ailleurs correspondre d’ailleurs à l’âme-mère. Au travers des onze autres corps, l’âme-mère enverra au petit corps de matière qui est le vôtre la force, l’Amour, la confiance, la santé parfaite bien évidemment, et tout ce que vous souhaitez.

Alors émanera de ce magnifique Corps de Lumière – qui fait partie du douzième corps, le plus puissant dans l’Amour –, une énergie toute douce et toute fine qui traversera les onze autres corps subtils et atteindra votre corps de matière. Cette énergie s’appelle essentiellement « Amour ».

Ce que nous venons de dire peut vous paraître un peu étrange mais, plus vous évoluerez, plus vous comprendrez.

Le « revers de la médaille » est que vous serez plus vulnérable dans la vie de la matière lorsque vous serez totalement en harmonie avec vos corps subtils, vos corps énergétiques. Vous pourrez pallier à cela en prenant plus de hauteur par rapport à la vie. Alors vous serez hors d’atteinte de toute souffrance venant de l’extérieur.

Petit à petit, vous ressentirez ce que nous vous disons. Aujourd’hui, nous faisons juste une petite ouverture sur « autre chose », une autre façon de penser, d’Aimer, d’agir, et tout simplement d’être.»

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

  • qu’il ne soit pas coupé
  • qu’il n’y ait aucune modification de contenu
  • que vous fassiez référence à  notre site  https://ducielalaterre.org
  • que vous mentionniez le nom de Monique Mathieu

 

 

La résilience…. il existe un lien entre le présent et le passé

 

Dès que des souffrances humaines sont évoquées aujourd’hui, le concept de résilience surgit dans les propos. Victime d’une mode verbale, ce mot risque de piéger par un brouillard d’ambiguïté. Nous remarquerons que c’est encore le cas pour des notions aussi habituelles que « communication, affectivité, empathie »…

résilience

Des ressources à mettre en lien

En première approche, la définition de la résilience est la « capacité à bien vivre et à se reconstruire après un traumatisme ». Avec ces quelques mots, nous avons là une définition sommaire, évoquant la qualité du rapport entre le présent et un choc antérieur. La psychologie a depuis longtemps identifié qu’il existe un lien entre le présent et le passé. Pourtant, la nature de ce lien reste assez floue dans bien des esprits (même chez des professionnels). La manière dont un événement antérieur a pu fragiliser un individu, dans des circonstances ultérieures, nécessite de nouvelles précisions. « Être résilient » indique qu’un choc ou un traumatisme antérieur produit peu, ou pas, de fragilisations ultérieures.

Cette résilience peut être quasi spontanée ou, plus généralement, se construire progressivement, mécanisme qui se manifeste de différentes façons. Boris Cyrulnick, neuropsychiatre et spécialiste des comportements, a lui-même fait l’expérience douloureuse d’un choc traumatisant : la perte des siens pendant la guerre avec obligation de silence. Se reconstruire n’est pas pour lui une simple considération intellectuelle. Selon lui, la résilience est l’expression d’une force insoupçonnée que l’on a en soi. C’est aussi quelque chose qui s’élabore progressivement après un traumatisme, souvent à l’aide d’une tierce personne qui joue le rôle de tuteur. Ce tuteur de résilience peut offrir une référence, une écoute, une présence, un modèle, de l’amour…

borisNous trouvons ainsi des ressources extérieures venant s’ajouter à nos ressources intérieures (souvent insuffisantes). Boris Cyrulnick précise bien qu’un deuil ne se fait pas avec l’oubli, ce serait une sorte d’abandon ; or, l’apaisement ne peut se produire en abandonnant l’objet perdu. Le déni conduit à une amputation de soi. Il le dit et le répète. Quand une part de soi est morte, il faut faire revenir la vie. Pourtant, il parle du « murmure des fantômes » (souvenirs, réminiscences désagréables) et propose d’apprendre à se battre contre eux et à leur tordre le cou.

Ainsi, partagé entre la douceur et la violence, il tente de donner une explication du fait qu’on s’en sorte après un drame. Il explique aussi, avec beaucoup de respect et de pudeur, l’importance du pardon, tout en soulignant que celui-ci n’est pas toujours possible pour chacun. Ainsi, la notion de résilience est-elle très subtile et même parfois contradictoire. Un éclairage complémentaire sur le sujet n’est donc pas superflu. Chaque praticien se doit de rester en éveil et en recherche pour mieux aider ceux qui viennent le consulter.

résilience

Les symptômes, des opportunités potentielles

Nous trouvons assez normal de nous sentir perturbés lors d’un événement pénible. Lors d’un traumatisme, il s’est même généralement ajouté au choc lui-même un comportement écrasant et aggravant de la part de l’environnement social (déni, culpabilisation, obligation de silence). Dans de telles circonstances, il semble légitime de nous sentir affectés. C’est là que se posent les problèmes de résilience. En revanche, nous trouvons anormal de nous sentir perturbés quand le présent ne le justifie pas. Quand des impressions inconfortables ou douloureuses se produisent, sans que la situation présente en soit la cause, nous n’en comprenons pas le sens.

C’est par exemple le cas lors d’états d’angoisses, de phobies, de pulsions et divers maux psy… La sensation inconfortable ne vient plus alors de ce qui se passe maintenant mais plutôt d’un lien avec un choc antérieur. Ici, la circonstance présente n’a été que le réactivateur d’une ancienne douleur.

La dimension émotionnelle est proportionnelle à ce qui a été vécu autrefois et non à ce qui se passe aujourd’hui. Il est important aussi de savoir que la douleur de ce qui a été vécu (importance du choc) n’est pas forcément proportionnelle à la gravité objective des circonstances passées. Un enfant peut être plus choqué de la perte d’un jouet offert par sa grand-mère qu’il aimait tant, que par la mort d’un grand-père qu’il n’aimait pas. S’il est habituel de parler de « psychopathologie », il serait souvent préférable de parler d’opportunités.

Ce fameux « murmure des fantômes » est, en réalité, ici, une invitation à la délivrance. En effet, les symptômes sont la manifestation d’un lien avec une part de soi, autrefois blessée, qui attend une reconnaissance, une écoute ou un soin de notre part. Ce « fantôme » n’a rien de malfaisant, bien au contraire. Les symptômes sont des opportunités pour retrouver son intégrité, pour réhabiliter ces « bouts de soi », mis provisoirement entre parenthèses afin d’assurer sa survie, en attendant des jours meilleurs. Le symptôme présent se produit spécialement pour accomplir cette rencontre avec soi-même et non à cause du passé.

Comprendre que le symptôme se produit « spécialement pour » et non « à cause de » est d’une grande importance. Spécialement pour indique que l’on va vers quelque chose de précieux à réhabiliter, tandis que à cause de, au contraire, induit quelque chose de mauvais à éliminer.

Une fracture en attente de soin

 Entre mauvais et précieux, il importe de distinguer le fait historique de l’être qui le vit. Boris Cyrulnick nous met en garde : Il ne faut jamais réduire une personne à son trauma… Si, dans un traumatisme, nous choisissons de parler de bon et de mauvais, soyons attentifs : nous distinguerons d’une part les circonstances du choc (mauvaises) et d’autre part, l’être qui les a vécues (précieux).

résilience

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les circonstances, (même mauvaises) sont peu importantes. Elles sont loin en arrière dans le temps. Ce ne sont pas elles qui nous restent et qui nous gênent, même si on en a gardé un souvenir obsessionnel. Par contre, celui que nous avons été lors du choc reste, lui, très présent en nous à chaque instant de notre vie. Tous ceux que nous avons été nous constituent et nous habitent pour toujours.

Ils constituent notre tissu psychique au même titre que notre tête, nos membres et notre buste constituent notre corps. Ils continuent à « réclamer » l’aide et la reconnaissance qui ne leur ont pas été accordées. L’erreur consiste alors souvent à croire qu’en thérapie, il s’agit de revenir dans le passé pour éliminer un mal !

Or, les évènements néfastes sont passés et n’existent plus. Cependant, encore une fois, celui que nous avons été au cours de ces évènements est toujours là, présent en nous. Ce n’est pas le passé (ni les circonstances) vers lequel nous devons revenir, mais vers celui que nous avons été au cours de ces évènements antérieurs.

Le rétablissement psychologique ne se produira pas en revisitant le fait historique du choc. Tout ce qui compte, c’est celui que nous avons été au moment du traumatisme. Il nous constitue et reste victime, dans l’attente du soin qui ne lui a jamais été donné.

Une fracture en attente de soin.

Les scientifiques et les industriels utilisent depuis longtemps le mot « résilience ». Récemment, la psychologie se l’est également appropriée pour décrire la stabilité de l’esprit humain après un choc.

Article de Thierry Tournebise pour le Magazine Signe et Sens

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site de Francesca :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

Le médecin est-il aussi un guérisseur

 

 Toutes les sociétés ont leurs façons d’expliquer la souffrance et la guérison. Bien que ces modèles explicatifs et les stratégies thérapeutiques qui y sont reliées varient beaucoup d’une société à l’autre, on trouve des guérisseurs dans toutes les cultures. Dans la société occidentale, ce sont les médecins de la biomédecine qui dominent le champ de la guérison. Est-ce à dire que les médecins sont des guérisseurs ? Mais d’abord, qu’est-ce que la guérison ?

guérir 2

Le concept de guérison se situe à un point de convergence entre l’anthropologie médicale et l’anthropologie religieuse. En effet, la médecine comme la religion s’adressent d’une manière ou d’une autre à la souffrance et au salut. Dans la mesure où les expériences de la maladie et du sacré soulèvent les mêmes questions liées à la fragilité et à la finitude de l’existence, on peut penser que la guérison inclut toujours une dimension religieuse. C’est pourquoi, selon l’anthropologue Thomas Csordas (2002 : 57), il faut adopter une approche herméneutique non seulement pour l’analyse des pratiques de guérison traditionnelles ou ouvertement religieuses, mais aussi pour la guérison pratiquée dans le contexte biomédical.

Les rituels de guérison ne sont pas l’apanage des sociétés préindustrielles, des autochtones et des nouvelles religions charismatiques ou pentecôtistes. La médecine moderne comporte aussi sa part de pratiques ritualisées, qui faciliteraient et potentialiseraient les processus biologiques de guérison (Moerman, 1979 ; Hahn et Kleinman, 1983b).

On ne peut guère parler de guérison sans parler de maladie, de blessure, d’atteinte à l’intégrité du corps ou de souffrance, physique ou morale. On ne peut pas non plus aborder ce concept sans évoquer celui de santé. Selon le dictionnaire Robert (1995), la définition de la guérison, c’est « le fait de guérir, de retrouver la santé » et « guérir », c’est :

  1. « délivrer (q »qun, un animal) d’un mal physique; rendre la santé » ou
  2. « délivrer (q »qun) d’un mal moral ». Selon le dictionnaire médical Medline Plus / Merriam-Webster accessible en ligne, « to heal »

c’est 1. « to make sound or whole especially in bodily condition » (redonner sa forme et son intégrité, particulièrement en ce qui a trait à la condition corporelle) ou 2. « to cure of disease or disorder » (guérir [quelqu’un] d’une maladie ou d’un trouble)

guérir francesca 1

La guérison, comme la souffrance, peut avoir une dimension physique et une dimension morale. On ne s’étonnera donc pas que le concept de guérison se retrouve à la charnière entre anthropologie médicale et anthropologie religieuse et qu’on le retrouve autant chez des auteurs qui s’intéressent aux phénomènes médicaux qu’aux phénomènes spirituels, et parfois aux deux.

Le concept de « guérison symbolique », longtemps utilisé en anthropologie, est d’ailleurs délaissé parce qu’il sous-entend qu’il existerait des formes de guérison qui ne sont pas symboliques. On considère aujourd’hui que toutes les formes de guérison, que ce soit les traitements biomédicaux modernes, la phytothérapie, la guérison spirituelle ou la médecine chinoise, comportent des éléments symboliques et non symboliques !

À toutes les époques et partout dans le monde, la souffrance et la guérison sont des préoccupations de première importance, observe l’anthropologue médical Robert Hahn (1995). Les façons de concevoir la maladie et les réponses qui lui sont données varient toutefois grandement d’une époque et d’une culture à l’autre, et même d’une sous-culture à l’autre.

Même si la biomédecine se présente comme la seule vraie médecine, à part des autres, traditionnelles ou alternatives, les anthropologues la considèrent comme l’« ethnomédecine » dominante dans les sociétés euro-américaines, aujourd’hui largement disséminée à travers le monde (Hahn et Kleinman, 1983 ; Amarasingham Rhodes, 1996).

Cette « ethnomédecine » principalement axée sur la biologie humaine et la pathophysiologie est décrite comme ayant pour principal objectif la restauration de arleth1l’équilibre physiologique. Son centre d’intérêt ne serait pas le bien-être, ni la personne, mais le corps malade, car le réductionnisme propre à la théorie médicale aurait pour résultat de séparer le corps de tout ce qui ne lui appartient pas. C’est aussi pour cette raison que la démarche thérapeutique de la biomédecine, exclusivement axée sur le corps, ignorerait les conditions sociales et culturelles de production de la souffrance et de la guérison (Hahn et Kleinman, 1983).

Le paradigme biomédical fait de la biomédecine un domaine distinct de la morale, de la religion, de la politique ou de l’organisation sociale.

Malgré le degré de segmentation avancé des sociétés occidentales et le caractère effectivement distinct de l’institution médicale par rapport aux autres ethnomédecines, les anthropologues ont montré que la biomédecine est reliée, comme toutes les approches thérapeutiques, aux autres dimensions de la culture dans laquelle elle prend forme, se définit et s’exerce (Hahn et Kleinman, 1983).

 Ecrit par Marie-Claude Bourdon 2007

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

 

Où en est la Thérapie Vibratoire

 Nous traversons une époque très particulière où plus rien ne fonctionne comme avant. Chacun la vit et la perçoit à sa façon et se croit, trop souvent, seul au sein de cette confusion et cette déstabilisation émotionnelle. Pouvoir se référer à une dimension plus vaste qui nous englobe tous et qui nous offre une explication sur l’intensification soudaine de nos bouleversements intérieurs, est un soutien et nous aide à continuer à avancer, tout en gardant la confiance en l’avenir.

ADN 1

Nous perdons aussi peu à peu nos mémoires pour moins nous rattacher au passé et comme nous sommes également désemparés face à un avenir inconnu, il ne nous reste plus qu’à vivre l’instant présent. Le calendrier maya est terminé et à présent nous sommes comme en suspens dans ce temps que nous vivons et qui n’a plus de nom.

 À quoi bon chercher ce qui nous arrivera ensuite, le seul moment qui importe est maintenant et la seule chose qui aura un impact sur la suite est la conscience que nous développons aujourd’hui. Il nous reste une année pour acquérir une autre perception du monde, suivant une conscience nouvelle.

La Thérapie vibratoire a pour fonction d’aider tout un chacun à développer sa conscience dans une nouvelle perspective de la réalité. Plutôt qu’une énième technique, c’est une attitude où tout fonctionne en résonance, en rendant à chacun sa totale responsabilité et en respectant son intégrité. Il n’y a rien à faire, juste à être. Il existe une infinité d’outils comme Un petit ouvrage intitulé La Thérapie Vibratoire qui regroupe les éléments phare de la méthode mais les thérapies vibratoires n’ont pour limites que celles de notre imagination.

 J’ai choisi ceux qui m’ont paru les plus pertinents et les plus simples à appliquer.

Tout d’abord le Point Zéro qui constitue actuellement, à mon avis, le moyen le plus facile pour agir dans l’esprit quantique. Le Point Zéro est un point fictif où les opposés peuvent coexister. Se placer au Point Zéro permet d’avoir accès à des solutions nouvel les en ouvrant le champ de toutes les possibilités. Habituellement, nous choisissons 95% du temps de puiser dans notre subconscient, des programmes connus que nous ancrons sans cesse. En faisant ainsi nous ne parvenons pas à sortir des rails habituels et nous tournons en rond dans notre vie.

ADN

Kishori Aird a été la pionnière de cet enseignement, à travers ses livres et ses cours, en créant la phrase qui va permettre d’agir sur les 90 % d’ADN codable par la voix, à condition de se placer sur la bonne fréquence. La phrase active met en scène un choix Kishori Airdconscient (je choisis…) tout en tenant compte du ressenti du subconscient qui, le plus souvent constitue un obstacle (même si…) Ainsi l’énergie de la seconde assertion va pouvoir alimenter la première. Et ça marche !

Pour pouvoir être sur la fréquence juste, j’ai introduit la notion incontournable d’axe médian, qui est le lieu de l’Unité en nous-mêmes. En nous alignant sur notre verticalité, nous pouvons ensuite nous placer sur notre fréquence propre, qui est celle de notre âme. Et alors seulement, la magie peut opérer. J’ai aussi fait appel à la Géométrie sacrée et aux fréquences cristallines qui nous permettent de monter le taux vibratoire afin de nous placer sur l’octave adéquate pour la transformation. Les sons, les cristaux et surtout la présence vont créer une alchimie qui va permettre de contacter et de restaurer l’empreinte de perfection (bleueprint) de l’hologramme dont nous sommes faits, comme toute chose en troisième dimension.

Pour info, suivre le lien de mon expérience perso …. http://othoharmonie.unblog.fr/search/Kishori%20Aird

 Mis en cohérence avec l’esprit, le Cœur retrouve son rôle qui consiste à faire le pont entre l’infiniment grand et l’infiniment petit. Le mode vibratoire, dénué de toute intrusion dans le champ énergétique de l’autre et de toute volonté d’aider qui que ce soit, constitue une révolution, en réponse à la pensée quantique qui libère de la linéarité et de la pensée logique.

vibration

Tout fonctionne en miroir et par résonance, c’est à dire que le meilleur cadeau que je puisse faire à l’autre est de me placer sur mon axe et sur ma fréquence, car ainsi il pourra, à son tour se placer sur la sienne et accéder à plus de lucidité. En nettoyant mon subconscient, je participe à nettoyer le subconscient de la Planète. A travers le monde je suis certaine qu’une multitude de thérapeutes sont en train de créer leur méthode vibratoire car la conscience se développe et nous conduit à imaginer le monde différemment. Souvent la réalisation précède la compréhension du mental qui est limité.

C’est alors que le cœur prend toute son importance, car ces idées nous viennent d’ailleurs et qu’importe si nous ne pouvons pas tout expliquer, tant que nous nous sentons vivants et vibrants et en cohérence avec nous-mêmes.

Autres Articles à consulter :

L’EFT pour les enfants, des émotions légères et libres 

L’Énergie des Temps Nouveaux pour nos Enfants

Lorsque l’Espérance est une vertu

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site de Francesca :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

 

Ce n’est pas le végétarisme qui fait évoluer 

canalisation de Monique Mathieu !

« Vous avez un corps de matière, et bien évidemment il faut écouter ce qu’il vous dit.

Etre végétarien est très bien si vous êtes en accord avec la conception que vous avez du végétarisme, mais si vous l’êtes et que votre corps réclame de la viande, vous n’êtes plus en accord avec lui.

nourriture blog francesca

Nous allons vous dire ceci :

Il y a une croyance, qui à notre avis n’est pas correcte, qui consiste à affirmer qu’à partir du moment où un être est végétarien il évolue beaucoup plus  !

Ce n’est pas l’alimentation qui fait évoluer spirituellement un être ! Bien sûr, fumer, boire beaucoup trop ou manger une nourriture qui perturbe son corps freine son évolution. Ecoutez votre corps et faites en fonction de ce que vous ressentez ! Vous ne devez pas être végétarien pour « être dans la bonne ligne », pour aller dans le bon sens !

Vous absorbez de la nourriture, mais vous ne vous rendez pas compte que la nourriture actuelle (les légumes, les fruits, le poisson ou la viande) est extrêmement polluée, ne serait-ce que par les retombées de la pollution de l’atmosphère et de tout ce qui est épandu dans le ciel.

carte se nourrir en conscience

Vous avez la capacité de tout transcender !

Si les êtres qui vivaient il y a cent ans mangeaient la nourriture actuelle, ils seraient très malades, parfois même empoisonnés, parce qu’elle contient beaucoup de produits chimiques tels que les engrais, les pesticides, etc. Cependant votre corps a le pouvoir considérable de transcender tout ce qui est nocif pour lui, sauf bien évidemment si vous ne lui en laissez pas le temps.

Que chacun fasse avec sa conscience !

Nous tenons à vous dire ceci : ce n’est pas parce que vous serez végétarien ou végétalien, que vous vous priverez de sucre ou d’autres choses que vous serez plus évolué ! L’évolution passe tout simplement par l’Amour et la conscience de ce que vous êtes.

alimentSoyez dans la modération au niveau alimentaire, c’est ce qui est important ! Laissez le temps à votre corps non seulement de digérer ce que vous lui donnez, mais de le transformer et d’éliminer ce qui n’est pas correct et valable pour lui. Si vous lui donnez trop de nourriture, il n’a ni le temps ni la capacité d’éliminer ce qui est nocif pour lui !

Mangez avec modération, essayez d’absorber la nourriture la plus saine possible si vous en avez la possibilité.

Surtout, frustrez pas votre corps parce que vous pensez que c’est bien pour lui et pour vous ! »

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

La Maladie est le stade terminal d’un désordre plus profond

Ce que nous appelons maladie est le stade terminal d’un désordre bien plus profond, et afin d’assurer le plus succès du traitement, il est évident que si nous ne traitons que le résultat final, sans ôter la cause profonde, ce ne sera pas totalement efficace.

Il y a une erreur de base que l’Homme peut commettre, c’est agir contre l’Unité. Cette erreur a sa source dans l’égoïsme. On peut aussi dire qu’il y a une affliction de base – le malaise ou la maladie. Et tout comme l’action contre l’Unité peut être de deux types, la maladie – la résultante de ces actions – peut aussi être classifiée en deux groupes principaux correspondant à leurs causes, La nature même d’une maladie sera un guide utile pour nous assister dans la découverte du type d’action qui a été engagée contre la Loi Divine d’Amour et d’Unité.

santé enfant

Si nous avons dans notre nature suffisamment d’amour pour toutes choses, alors nous ne pourrons pas faire de mal, car cet amour arrêterait notre main de tout acte, notre esprit de toute pensée, qui puisse blesser autrui. Mais nous n’avons pas encore atteint ce degré de perfection, si c’était le cas, nous n’aurions pas besoin d ‘être ici-bas. Cependant, tous nous recherchons et avançons vers cet état, et ceux d’entre nous qui souffrent dans leur esprit ou dans leur corps sont amenés vers cette condition idéale par leurs souffrances. Si nous comprenons bien cela, non seulement nous accélérerons no spas vers cette objectif, mais en outre, nous nous épargnerons maladie et détresse.

Dès que la leçon est comprise et l’erreur éliminée, la correction n’est plus nécessaire, car rappelons-nous que la souffrance est en Soi bénéfique puisqu’elle nous indique lorsque nous prenons un mauvais chemin et accélère notre évolution vers sa glorieuse perfection.

Les maladies primaires de l’Homme sont des défauts tels que l’orgueil, la cruauté, la haire, l’égoïsme, l’ignorance, l’instabilité et l’avidité, et chacun d’entre eux est contraire à l’Unité. Ces défauts sont les vraies maladies (dans les sens moderne du mot) et c’est la persistance de ces défauts, une fois que nous avons atteint un stade de développement où nous savons qu’ils sont mauvais, qui cristallise dans le corps les blessures que nous appelons maladies.

L’orgueil est d’abord dû au fait qu’on ne reconnait pas l’insignifiance de la personnalité et son entière dépendance de l’Ame, et que tous les succès qu’elle peut avoir ne résultent pas d’elle, mais sont des bénédictions accordées par la Divinité Intérieure ; Il résulte ensuite de la perte du sens des proportions, de l’oubli que chacun est infime dans l’ensemble de la Création. Puisque l’orgueil refuse invariablement de s’incliner avec humilité et résignation à la Volonté du Grand Créateur, il commet des actions contre cette volonté.

maladieLa cruauté est le refus de l’unité de tout et l’incapacité à comprendre que toute action contre un autre est en opposition avec le tout, et est donc, une action contre l’Unité ; Personne ne voudrait en faire subir les effets néfastes à ses proches, et par la Loi de l’Unité, nous devons évoluer jusqu’à ce que nous comprenions que chacun, faisant partie du Tout, doit nous devenir proche et cher, jusqu’à ce que même ceux qui nous persécutent n’éveillent en nous que des sentiments d’amour et de sympathie.

La haine est l’opposé de l’Amour, l’inverse de la Loi de la Création. Elle est contraire à l’ensemble du plan Divin, c’est une négation du Créateur. Elle ne conduit qu’à des actions et pensées contraires à l’Unité et à celles qui seraient dictées par l’Amour.

L’égoïsme est un déni de l’<unité et du devoir que nous avons envers notre prochain, en plaçant notre propre intérêt avant celui du bien de l’humanité et avant la protection et le soin de ceux qui nous entourent.

L’ignorance est l’incapacité à apprendre, le refus de voir la Vérité lorsque l’opportunité nous en est offerte, et nous amène à une série de mauvaises actions qui seraient impossible si la Lumière de la Vérité et de la Connaissance nous entourait.

L’instabilité, l’indécision et le manque de volonté résultent du fait que la personnalité refuse d’être gouvernée par le Moi supérieur, et nous amène à trahir les autres par notre faiblesse. Cela ne serait pas possible si nous avions en nous la connaissance de l’invincible Divinité qui est en réalité nous-mêmes.

L’avidité conduit au désir de pouvoir. C’est un déni de la liberté et de l’individualité de chaque âme. Au lieu de reconnaitre que chacun d’entre nous est ici-bas afin de  se développer librement, suivant sa propre voie, uniquement selon les directives de son âme, afin d‘accroître son individualité et d’œuvrer librement et sans entraves, la personnalité avide veut imposer, façonner, commander, en usurpant le pouvoir du Créateur.

genre de santéCe sont là quelques exemples des vraies maladies, l’origine et la base de toute souffrance et détresse. Chacun de ces défauts, si ils persistent malgré la voix du Moi Supérieur, produire un conflit qui sera nécessairement reflété dans le corps physique, produisant une maladie spécifique.

Nous voyons donc comment chaque maladie dont nous souffrons nous guide pour découvrir le défaut qui en est la cause. Par exemple, l’Orgueil, qui est arrogance et rigidité d le ‘esprit, egendrera des maladies qui produisent de la rigidité, de la raideur dans le corps ; La Douleur est le résultat de la cruauté et le patient apprend, à travers sa propre souffrance, à ne pas l’infliger à d’autres, physiquement ou mentalement.

Les sanctions de la Haine sont la solitude, un tempérament violent et incontrôlable, des crises d e nerf, hystérie.

Les maladies d’introspection – névroses, neurasthénie, etc… – sont dues à un excès d’Egoïsme et privent de la joie de vivre.

L’Ignorance et le manque de sagesse apportent leurs propres difficultés dans la vie de tous les jours, et si nous persistons à refuser de voir la Vérité, alors que nous en avons l’occasion, les conséquences naturelles peuvent être la Myopie, l’affaiblissement de la vue et de l’ouïe. L’instabilité d’esprit amène à la même caractéristique dans le corps, notamment des désordres qui affectent le mouvement et la coordination. Le résultat de l’Avidité et de l’esprit de domination rendra la personne maladie esclave de son propre corps, avec des désirs et des ambitions restreints par la maladie.

De plus, la partie du corps qui est affectée ne l’est pas par hasard, mais correspond à la loi de cause à effet, et sera un guide pour nous aider ; Par exemple le cœur, la fontaine de vie et donc d’amour, est attaqué essentiellement lorsque le côté amour envers l’humanité n’est pas développé ou est mal utilisé. Une main affectée dénote un manque d’action oud es actions erronées. Le cerveau étant le centre de contrôle, si il est affecté, cela indique un manque de contrôle de la personnalité. Ainsi va la Loi.

Docteur

Nous sommes tous prêts à admettre les conséquences d’un violent accès de colère, du choc d’une mauvaise  nouvelle soudaine. Si des choses banales peuvent ainsi affecter le corps, un conflit prolongé entre l’Ame et le corps sera beaucoup plus grave et profondément enraciné. Peut-on s’étonner que les résultats mènent aux graves maladies qui nous entourent aujourdh’ui ?

Cependant, il n’y a pas de raison de désespérer ; La prévention et la guérison des maladies peut se faire en découvrant le défaut en nous et en l’éliminant, non pas en combattant ce défaut, mais par le développement sincère de la vertu opposée, en se laissant inonder par celle-ci de façon à ce que la défaut soit balayé de notre nature.

source : Edward BACH

Fleches-97ARTICLES A LIRE EGALEMENT :

Entités négatives et cohabitations avec nos enfants

Aider l’enfant à prendre intelligemment conscience de lui-même

L’enseignement de Bruno Groening : un chemin vers Dieu

LA PEDAGOGIE INITIATIQUE et le prendre soin

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

Retour des Lois Energétiques Naturelles

 

Nous devons apprendre à observer notre énergie. Quel est le message de notre énergie en chaque instant ? Au-delà de la vue, au-delà des mots, au-delà des gestes et des actions : Qu’est-ce que notre énergie dit au Monde ? Quel est le message qu’elle envoie en chaque instant ?

PAIXEst-ce un message de Paix ? Est-ce un message de cohérence ? Est-ce un message de respect envers soi-même ? Est-ce un message de maîtrise personnelle ? Est-ce un message de révérence et d’honneur envers les autres et leurs compétences et valeurs respectives ? Est-ce un message d’amour envers soi-même ? De reconnaissance de notre propre valeur, dans l’humilité, mais dans l’absence d’auto-sabotage, ou d’auto-diminution.

L’auto-diminution n’est pas cohérence énergétique. L’auto-diminution n’est pas humilité.

L’humilité n’est pas contraire avec le fait de reconnaître en soi notre valeur, nos compétences, et ce que nous sommes capables de faire dans le Monde, de manière factuelle. En tant que fait objectif. Reconnaître notre valeur ne fait pas de nous quelqu’un qui n’est pas humble, ou en quoi que ce soit supérieur à autrui. C’est simplement être capable de reconnaître, de manière factuelle, des choses qui sont vraies.

La vérité est toujours libératrice, et apporte toujours la cohérence en nous-mêmes et dans le Monde.

Les mensonges et les illusions personnelles, apportent toujours l’incohérence en nous-mêmes et dans le Monde.

Car la Vérité est cohérence énergétique. Et le mensonge, est incohérence énergétique.

Voulons-nous être une personne qui se tient debout dans sa Vérité ? Etre énergétiquement cohérent ? Ou être une personne qui reste dans ses illusions, et qui ainsi donc, continue à manifester l’incohérence dans sa vie ?

Nous ne pouvons manifester des structures solides dans le monde, dans l’Univers, si nous ne sommes pas énergétiquement cohérents.

La cohérence énergétique signifie que nous ne nous mentions pas non plus à nous-mêmes.

long UNION

Se mentir, cela signifie être dans le déni de la Vérité à notre sujet, et cela aboutit à l’incohérence énergétique; que nous essayons de le masquer au monde extérieur ou non.

Les Lois Universelles ne répondent pas à des images, ou à des projetions que nous essayons d’envoyer au Monde, de manière à cacher notre propre incohérence énergétique. Les Lois universelles répondent à la cohérence ou incohérence énergétique intérieure, et manifesteront des choses dans notre vie, de manière à ce que nous puissions apprendre comment réaligner notre corps, âme et esprit, pour apprendre à se comporter de manière cohérente, en apprenant à arrêter de se heurter soi-même ou de heurter autrui; en apprenant les leçons que la vie nous apportera.

Qu’est-ce que la Vie ?

La Vie, ce sont les Lois Energétiques en mouvement.

Qu’est-ce que l’Emotion ?

L’Emotion, c’est l’énergie en mouvement.

 Jusqu’à présent, les lois énergétiques étaient usurpées par l’Intelligence Artificielle de certaines races, qui jouaient avec le champ planétaire et le cerveau planétaire, en implantant dans le centre du cerveau planétaire, de l’intelligence artificielle qui interférerait avec la conscience planétaire et les vrais cycles d’Ascension, qui déterminent l’évolution de la Conscience pour l’humanité.

La vie t'apprendCette infection est au centre du cerveau planétaire, et c’est pourquoi de multiples forces, de partout dans le Multivers, ont décidé de s’incarner, en tant que ce que nous appelons les familles de lumière Indigo/Starseed, de manière à aider à réparer l’architecture des champs planétaires et libérer la planète Terre de ses filets d’intelligence artificielle, qui interfèrent avec le véritable libre arbitre, et droit d’être souverain en tant qu’être vivant.

Les familles de Lumière du Krystal Star (Forces d’intervention en alignement avec la conscience christique / Conscience d’Unité, races Gardiennes responsables d’assister ce processus d’Ascension) interviennent dans cette matrice de temps universelle pour réparer ces champs architecturaux avec les codes de la lumière vivante organique, de manière à réencrypter la matière de l’intérieur. Mais ils interviennent également au-delà de cette matrice, en négociant l’éviction de certaines races et réhabilitations.

Il y a un combat et une guerre, sur Terre et en dehors de la Terre; de laquelle la plupart des humains sont inconscients.

Le simple fait que le satanisme et le luciférianisme soient actuellement chose courante et exposée à la vue de tous, signifie que ces forces essayent d’amener un maximum d’âmes dans leur chute. Parce qu’ils ont choisi l’auto-condamnation, par leur propre libre arbitre.

La cohérence énergétique – autrement dit, l’alignement aux Lois Universelles – est la seule façon pour la race humaine, de se reconstituer, de récupérer les morceaux d’elle-même, et pour chaque être humain, de récupérer son âme, de récupérer son corps, de récupérer sa souveraineté, et de récupérer sa Liberté. Il n’y a pas d’autre façon. La liberté ne proviendra jamais de l’extérieur de soi. La liberté vient par le biais de la cohérence énergétique. Parce qu’au travers de la cohérence énergétique, nous pouvons re-tracer un chemin, de notre corps physique, directement à Dieu.

C’est le vrai droit de l’humanité, de se reconnecter aux champs unifiés.

C’est le vrai droit de l’humanité, de se reconnecter à sa véritable nature divine.

ADN

C’est le vrai droit de l’humanité, de se reconnecter à son empreinte originelle inscrite dans son ADN, d’être vivant divin, souverain et libre.

C’est notre droit inné, et lorsque de plus en plus d’individus récupèreront leur droit inné d’être libre de la programmation de contrôle mental; la Terre redeviendra, un territoire libre.

Libre de l’esclavagisme de la conscience. Libre des pièges de conscience. Libre des mensonges.

Parce que les individus seront capables de voir au travers des illusions et des techniques de manipulation; parce que la vibration et la fréquence ne peuvent mentir.

Nous sommes soit cohérents, soit incohérents.

Nous sommes soit Vérité, soit Mensonges et Illusions.

Chaque groupe de conscience opère au travers d’une réalité énergétique, qui représente soit la cohérence et la Vérité, soit la manipulation et le mensonge.

La Conscience Christique, est la représentation de la cohérence énergétique.

La conscience luciférienne et le satanisme, sont la représentation de l’illusion et de l’incohérence énergétique, qui aboutissent à la destruction et à la falsification.

Aujourd’hui, notre objectif est de comprendre ces principes énergétiques, de manière à pouvoir les observer en tant que réalité dans notre vie quotidienne; sans assigner cela à de quelconques religions ayant existé ou existant sur cette planète aujourd’hui. Ces principes énergétiques existent au-delà de cet Univers, au-delà de ce système solaire.

Devenir un citoyen cosmique, c’est comprendre cette réalité en tant que fait. Et par conséquent, lâcher tous nos systèmes de croyances au sujet de ces principes, termes, et idées; qui proviennent de croyances, de dogmes, ou religions ici sur Terre. Car cela ne sera pas complet. Cela ne sera pas la Vérité. Cela ne sera pas la Vérité complète sur la réalité de notre Univers, et la réalité de la guerre cosmique dans laquelle nous sommes.

Le terme « guerre » ne doit pas nous apeurer. Au contraire, nous devons voir et réaliser, que les humains, ont toujours, depuis le début, été en zone de guerre, en état de guerre.

Pourquoi cela ?

Nous devons nous questionner, à savoir pourquoi, depuis le début du commencement du temps, les humains ont été en guerre ?

énergie

Est-ce que cela peut être véritablement naturel ? Ou y-a-t-il une volonté extérieure de maintenir l’humanité dans cet état de conflit, les uns avec les autres ?

La réalité, c’est que cela n’est pas organique à cette race, cela n’est pas organique à la race humaine. La race humaine est pacifique, la race humaine est une race Gardienne. Les humains ont été rendus violents, et des guerriers sanglants, à cause du trauma, de la douleur, de la souffrance, des programmes victime/bourreau, de la revanche, du karma non compris, et des lois énergétiques manipulées, détournées, et usurpées.

C’est ainsi que la race humaine est devenue une race destructrice et belliqueuse. C’est ainsi que les hommes ont été amenés à tuer leurs propres frères. C’est ainsi que les femmes ont été amenées à être divisées de leurs propres soeurs. Et c’est pourquoi, il est temps pour l’humanité de s’unifier vers un but commun : La liberté de la Conscience pour Tous. Et la liberté de la Conscience ne peut pas être accomplie sans responsabilité personnelle, de ne plus être un véhicule qui va heurter autrui.

Seule la responsabilité personnelle et énergétique, apportant la cohérence personnelle et collective au sein des structures et groupes d’humains, pourra permettre cette Libération.

Source : Laura Marie – Newsletter Mai 2019 – Responsabilité Energétique

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/