ANIMAUX ET VIBRATION, SOURCE D’EXEMPLE POUR L’HOMME

Nous émettons tous une vibration, une fréquence vibratoire, un taux vibratoire (humains, animaux, plantes et mêmes objets). Tout ce qui existe a une vibration et peut être mesuré (en ce que l’on appelle « unités de Bovis »). Plus notre vibration est élevée, plus nous sommes dans les émotions dites « positives » (joie, gratitude, enthousiasme, amour…). Plus notre vibration est basse, plus nous sommes dans les émotions dites « négatives » (tristesse, impuissance, colère, frustration…). Nous comprenons donc bien que la chose la plus importante est d’avoir une vibration élevée, et cela doit être une volonté consciente et quotidienne que de travailler sur sa vibration en faisant les choix de vie et de pensée qui nous « élèvent » le plus.

L’Animal, lui, est très souvent dans une vibration élevée par nature (sauf dans le cas où encore une fois il a trop fréquenté l’Homme à vibration négative, cela peut l’atteindre car il absorbe les émotions). Il y a également des variations de taux vibratoire selon les espèces car eux aussi sont à des stades d’évolution qui leur sont propres. Mais les chiens et les chats ont une vibration très élevée. Avoir un animal de compagnie c’est donc véritablement détenir une énorme boule d’énergie positive chez soi qui nous déverse ses ondes positives en permanence. Bon nombre d’humains considèrent leurs animaux de compagnie comme quelque chose certes d’agréable, mais n’ont pas conscience de l’effet que ces boules d’énergie ont sur eux, sur leur corps, leur santé, et donc sur toute leur vie entière. Puisque nous créons notre réalité extérieure en fonction de notre réalité intérieure et plus précisément de notre vibration intérieure, alors un animal de compagnie peut véritablement impacter la vie entière d’un humain. Un animal peut véritablement transformer un humain. Et cela se produit des millions de fois chaque année. Ils sont là pour ça. Ils entrent dans nos vies, et notre vie n’est plus jamais la même, sans qu’ils n’aient jamais eu besoin de prononcer un seul mot.

La plupart des « alliances » entre animaux et humains ont été prévues d’avance, avant l’incarnation. Parfois certaines rencontres sont tellement bouleversantes que l’on sent bien que « cela devait se faire ». Le lien est tellement fort. Est-ce un hasard que vous ayez tel ou tel chat, ou tel ou tel chien ? Bien sûr que non. Nous avons l’animal qui nous correspond et l’animal qu’il nous fallait pour apprendre les leçons que nous devions apprendre et expérimenter les sentiments que nous devions expérimenter.

Chiens versus Chats

Souvent, nous constatons des ressemblances entre certains animaux et leurs maîtres. Que ce soit physique ou au niveau de la personnalité. C’est tout simplement parce que l’animal absorbe les émotions et la personnalité de l’Homme. Du fait de leur vibration extrêmement élevée, ils sont capables souvent d’absorber une grande quantité d’émotions négatives de leur maître pour les soulager (ils peuvent ainsi même les sauver de maladies). Quand le maître est triste, le chien le sent, et vient immédiatement se mettre contre son maître pour absorber sa tristesse et lui donner son énergie positive. L’humain se met soudainement à sourire, à se sentir mieux, par la vibration de l’amour qui le transperce encore une fois même sans un mot.

Le chat, lui, n’agit pas de la même manière, mais émet une vibration extrêmement forte également (au même titre que les dauphins, baleines, éléphants…). Le chat est un animal tellement en alignement avec lui-même (beaucoup plus que le chien qui est tout de même très dépendant de son maître), qu’il émane une vibration très puissante, vibration qui soit est un véritable bonheur divin pour ceux qui ressentent justement cette vibration extrêmement haute (en particulier quand le chat ronronne), soit rebute.

Celui qui aime les chats a compris l’enseignement du chat : s’aimer (personnellement j’aime regarder cet acte d’amour pour soi que de prendre le temps de se laver tout le corps chaque jour avec sa petite langue), dormir quand il en a envie, aller chercher des câlins quand lui en a envie. C’est une véritable leçon que de comprendre ce que c’est que de s’aimer suffisamment au point de n’attendre après personne pour satisfaire nos propres besoins et de prendre l’entière responsabilité de notre vie. Le chat ne compte sur personne. Par contre si on lui offre de l’amour il sait le rendre et le montrer aussi. Mais il n’est pas dépendant de nous et c’est ça le véritable enseignement que nous devrions en retirer (ne pas être dépendant des autres dans nos propres relations, pour déterminer notre bonheur).

L’humain qui n’aime pas les chats est un humain qui a du mal avec les personnes s’autorisant à être en alignement avec elles-mêmes avant toute chose. C’est souvent une personne qui ne s’autorise pas par exemple de s’écouter et qui fait sa vie en fonction des autres (le chat lui, faisant tout l’inverse, est un puissant miroir qu’il va donc rejeter), ou qui pense que les gens sont trop égoïstes en général et donc le chat est la représentation de tout ce qu’il déteste (et il adore en général les chiens à l’inverse car il peut s’y reconnaître ou retrouver les qualités qu’il souhaiterait plus trouver chez les humains). Cela peut être aussi le reflet de son propre égoïsme qu’il ne supporte pas chez les autres… 

Mais celui qui n’aime pas les chats devrait plutôt se demander : qu’y a-t-il chez le chat qui reflète en moi quelque chose sur quoi je dois travailler ?

Le chien, lui, nous enseigne le don de soi, à l’inverse pour les personnes qui sont trop dans la restriction et l’amour conditionnel, ils sont de profonds enseignants sur ce que c’est que de donner sans rien n’attendre en retour, et sans conditions, et d’aimer tout le monde, ainsi que d’être dans l’enthousiasme, la joie, et le bonheur de toutes petites choses (une baballe envoyée, une sortie avec son maître, une friandise…).

Bien sûr, il y a tellement d’autres espèces extraordinaires d’enseignement pour l’Homme, mais je ne peux pas toutes les citer, l’article serait trop long, j’ai donc évoqué les deux principaux animaux de compagnie de l’Homme à l’heure actuelle. Chaque animal a sa particularité et chaque animal est une profonde source d’enseignements pour l’Homme. Certains hommes l’ont compris mais encore beaucoup ne considèrent l’animal que comme un objet sans conscience, et incapable de ressentir, mais le jour où l’Homme réalisera ces joyaux que sont les animaux, pour la Terre (ils envoient en permanence leurs hautes vibrations sur la Terre pour contrebalancer l’énergie négative envoyée par les Humains), et pour eux-mêmes, la leçon sera très dure… Nous réaliserons tout ce que nous leur avons fait subir et cela sera très dur pour la conscience. En attendant, si vous lisez cet article, il y a de fortes chances pour que justement vous ayez conscience de ces merveilles que sont les animaux, et à quel point nous devons les honorer, les respecter et les chérir, nous qui avons justement la capacité de développer des outils, des refuges, des moyens de soigner, ce n’est pas pour détruire mais pour protéger.

Comme le disait Gandhi « Toute âme qui s’élève, élève le Monde »… et c’est véritablement à cela que l’animal contribue chaque jour, en côtoyant l’Humain. Il l’aide à élever sa vibration, pour qu’à son tour l’Humain soit une force positive pour le reste de la planète…

SOURCE Laura Marie Site web : www.lauramarietv.com

LA TERRE EST UNE PLANÈTE «ÉCOLE» DE GUÉRISON

Ce qu’il faut comprendre, c’est que la Terre est une planète « école », et qu’au même titre que les humains sont ici pour apprendre, évoluer et expérimenter, il en est de même également pour toutes les autres espèces (animales et végétales), qui elles aussi sont ici pour vivre et expérimenter. Certaines espèces animales sont plus proches de l’Homme et ont un rôle précis envers l’Homme, alors que d’autres vivent plus éloignées de l’Homme, ce qui ne veut pas dire qu’elles n’ont pas non plus un impact énergétique sur lui ni sur le reste de la planète.

Nous provenons tous (Humains, Animaux, Végétaux, Minéraux) du même souffle de vie, de la même conscience universelle créatrice, raison pour laquelle nous ne pouvons véritablement nous considérer comme séparés les uns des autres. Ceux qui ressentent ce lien, ressentent qu’ils ne font qu’un avec les animaux et avec la Terre, et que chaque arbre coupé les coupe aussi, et que chaque animal maltraité est une partie d’eux-mêmes que l’on arrache et que l’on fait souffrir aussi. Pour les personnes empathiques, il y a de quoi devenir fou, dans un monde qui bafoue et massacre autant l’Animal. L’Homme tue près de 470 milliards d’Animaux par an, c’est plus qu’un génocide, c’est un massacre à la chaîne qui se produit chaque jour sous nos yeux et que la plupart des humains laissent faire, soit ne se sentant pas concernés, soit se sentant impuissants, ignorant leur propre pouvoir de dire NON.

L’article d’aujourd’hui est plus particulièrement sur nos animaux de compagnie, qui eux ont la chance, en général, d’être mieux traités que le reste des animaux peuplant notre planète (en comparaison par exemple avec ceux que l’Homme a décidé de manger ou d’utiliser pour les tests sur animaux, ou leur fourrure). Pourtant, un cochon par exemple est encore plus « intelligent » qu’un chien, y compris au niveau de ses émotions.

Le rôle spirituel de nos animaux de compagnie

Si chaque espèce s’incarne dans le but d’expérimenter une certaine perspective sur la vie, les animaux de « compagnie » tels que le chien et le chat par exemple, s’incarnent, eux, dans le but de partager une expérience avec l’Homme. Ils sont là pour apporter quelque chose à l’Humain et pour vivre cette expérience du lien avec l’Humain (cela sert les deux perspectives).

La raison pour laquelle il est si facile d’aimer les animaux, c’est qu’ils sont naturellement en alignement avec eux-mêmes (sauf dans le cas d’animaux qui ont trop été influencés et contrôlés par l’Homme, par exemple un chien maltraité qui vivra dans la peur d’être lui-même et s’alignera sur la volonté de son maître en s’oubliant lui-même).

Ce que nous appelons vulgairement « l’instinct », est un en fait un haut état d’alignement avec soi-même. Que veut dire être aligné avec soi-même ? Cela veut dire être aligné avec qui nous sommes réellement et ce que nous désirons et ne désirons pas à chaque instant. Cela veut dire être parfaitement aligné à nos émotions. Cela veut dire avoir suffisamment d’amour pour soi pour ne pas avoir besoin d’être sans cesse à la recherche de reconnaissance et d’amour de la part des autres, comme c’est le cas pour l’Humain.

L’humain, incapable d’écouter ses émotions, d’être lui-même, de s’aimer (car la société lui a fait croire que c’était « égocentrique » et « égoïste » de s’aimer), aura donc toute sa vie des difficultés à aimer les autres, en rejetant toujours la faute sur les autres au lieu de se demander si son incapacité à aimer ne vient pas de lui-même.

Pourquoi les animaux sont-ils capables d’aimer « inconditionnellement » ?

L’amour inconditionnel c’est l’amour qui s’exerce sans conditions. L’amour inconditionnel c’est l’amour qui se donne sans rien n’attendre en retour si sans exiger que la personne fasse, dise ou soit quelque chose de différent de ce qu’elle est sur le moment présent. Jamais un animal ne se dit « J’aimerai que mon maître soit plus jeune / plus riche / moins ci ou ça… qu’on habite dans une maison plus grande / qu’on habite dans un autre pays… » ou alors faire la tête car il a trop donné d’amour comparé à ce qu’il a reçu… se vexer car il n’aura pas reçu en retour la caresse qu’il aura donné… L’Animal est toujours en parfait accord avec « ce qui est ». Il ne cherche jamais à changer les choses, comme le fait l’humain, ou à toujours vouloir que les choses soient différentes et se plaindre.

Certains diront que c’est justement la preuve qu’ils ne sont pas intelligents. Mais de l’autre côté les plus grands enseignements spirituels prônent la même chose : le plus haut état d’avancement spirituel est la capacité de vivre dans le moment présent et d’accepter tout ce qui est. Alors, qui fait preuve du plus haut état d’alignement et d’avancement spirituel ? L’animal qui lorsqu’il n’est pas avec l’Homme ne se développe pas de maladies, qui est en parfait alignement avec lui-même et qui vit dans le moment présent sans jamais se soucier du futur, en étant dans le lâcher prise et dans la confiance en ses propres capacités (même malgré des conditions de vie souvent bien pires que celles de l’Homme) ?

Ou alors, l’humain (supposé « plus intelligent »), qui ne vit jamais dans le moment présent, qui vit dans un état de manque, de stress, d’inquiétude, de colère, de frustration, d’attente, d’autodestruction, et souvent de désir également de nuire aux autres ? Lequel des deux est le plus « avancé » et a à apprendre de l’autre ?

Les animaux sont un reflet très puissant de ce que l’Homme est loin d’arriver à faire et à être. Pourtant, c’est véritablement ce qui sauverait l’humanité et nous permettrait de nous reconnecter à notre vraie nature : consciente, connectée à nous-mêmes, à nos émotions, à nos désirs, à nos besoins, et capables de nous aimer, afin de pouvoir être capable de donner sans rien n’attendre en retour (étant « pleins » d’amour pour nous-mêmes, le reste étant du « surplus » que nous pourrions donner sans mesurer).

Un animal ne se regardera jamais dans la glace en se disant : « Mais qu’est ce que tu es moche, regardes tes cuisses, regardes ton gros nez, regardes tes poils, regardes la couleur que tu as ».
Encore une fois, est-ce un signe de bêtise ou au contraire de profonde intelligence ?
Est-ce une preuve d’intelligence de la part de l’être humain que de se détester à ce point ? Combien d’êtres humains sur Terre s’aiment tels qu’ils sont ?

Un animal se compare-t-il aux autres de son espèce ? Se compare-t-il aux autres espèces ? Un singe se demande-t-il pourquoi lui, il n’a pas une trompe comme l’éléphant ? Le chat se demande-t-il pourquoi lui, il doit se laver alors que les chiens non, passant ses journées à ruminer sur le fait que la vie n’est pas juste ? Se demande-t-il pourquoi le chat du voisin a plus de nourriture, ou plus de câlins, ou un panier plus douillet ?

Pourtant l’humain, lui, passe sa vie à se comparer aux autres, à son voisin, aux autres races, aux autres pays, se détruisant intérieurement en pensant à ce qu’il estime « juste » ou « pas juste » (selon ses propres critères bien souvent en plus erronés car incapable de voir « le plus grand plan » des choses, et ne jugeant bien souvent que par rapport à sa propre petite personne), au lieu de tout simplement vivre sa vie avec les moyens qu’il a et ce qu’il est et en devenir la meilleure version.

C’est donc cela que les animaux de compagnie, qui ont décidé de venir s’incarner pour aider les humains, viennent nous apporter et nous enseigner : l’Amour de soi et des autres, l’amour inconditionnel, le lâcher prise, la confiance en la vie et en ses propres capacités.

Le chat ou le chien ne se demandent pas, quand vous leur servez à manger, s’ils auront à manger demain. Ils mangent leur repas, et vont jouer ou dormir. Ils ne passent pas la nuit à se dire « Mais imagines si demain en partant au bureau mon maître a un accident ? et qu’il ne peut pas rentrer me donner à manger ? Qu’est ce que je vais devenir ? Je vais mourir de faim ! Oh non… vite, des antidépresseurs, un verre d’alcool, ou une cigarette pour me calmer ». L’animal a une parfaite confiance en la vie, et en ses aptitudes à faire face aux circonstances extérieures si jamais il en avait besoin, autrement dit en ses propres capacités.

L’animal ne va pas s’inquiéter en avance du fait de manquer de nourriture ou de quoi que ce soit dans le futur, il vit au jour le jour. Par contre, si jamais un jour il manque de nourriture, il aura encore une fois parfaitement confiance en ses propres aptitudes à trouver de la nourriture, et à se sortir de ce pétrin, jusqu’à la prochaine étape de sa vie. Et bien sûr, tout cela, sans ne jamais avoir à blâmer qui que ce soit, ni la vie, ni les humains, ni les autres chiens, ni les autres espèces, ni le gouvernement ! Il sera toujours en alignement avec lui-même et continuera simplement sa vie chaque jour, dans la joie de découvrir ce que chaque journée va lui apporter et lui faire vivre. Également, l’animal, recevant une caresse de son maître, ne va jamais se demander « Et si un jour il ne m’aime plus ? et si un jour il aime un autre animal ? » Il profite simplement du moment présent et du bonheur de recevoir de l’amour à ce moment-là, sans exiger que cela dure toute la vie, ou que cela soit fait de telle manière ou telle manière plutôt qu’une autre.

Autrement dit, l’Animal, au contraire de l’Homme, ne se place JAMAIS en tant que victime. Il est le créateur de sa réalité et ne blâmera jamais les autres de ce qu’il a ou n’a pas, il prend l’entière responsabilité de sa vie, et ça, n’est-ce pas le plus haut degré d’avancement spirituel ? N’est ce pas tout ce que tous les livres d’enseignants de développement personnel ou spirituel tentent de transmettre ?

SOURCE Laura Marie Site web : www.lauramarietv.com

Douleur et Souffrance ne sont pas synonymes

Lorsque vous êtes malade ou ressentez un malaise quelconque, il y a douleur. Dès ‘instant où vous commencez à résister à cette douleur, à refuser qu’elle soit, elle se transforme en souffrance. La douleur est partie intégrante de l’expérience humaine, elle constitue pour ainsi dire l’un des termes du marché conclu au moment de notre naissance.

Le fait même d’être né implique que nous fassions de temps à autre l’expérience de la douleur. « La souffrance, c’est autre chose. Elle n’est pas inévitable, elle est fonction de notre conditionnement. Car qu’est-ce que la souffrance sinon notre façon de réagir à la douleur ? Plus nous réagissons à la douleur, plus nous nous entons malades et surtout perdus, identifiés à la maladie.

Fuir la douleur, se rétracter à son approche engendre la souffrance ; l’accueillir et la regarder pour ce qu’elle est constitue le début de la vraie compassion et de la guérison, sinon corporelle – encore que cela y contribue grandement – en tout cas spirituelle.

C’est d’abord dans son cœur que l’on guérit. La guérison n’est peut-être qu’une volonté d’accueillir ce que nous n’avons jusque-là cessé de fuir. Allons-nous nous ferme, nous crisper comme on nous a conditionnés à le faire ? Ou au contraire nous ouvrir ? C’est là que tout se joue.

Pour beaucoup d’entre-nous, pour nous réveiller, il a fallu la maladie. Tout comme il a fallu la guerre pour les secouer de leur torpeur, alors que la guerre est une bonne chose, si horrible soit-elle par ailleurs. La guerre est déclarée, ils descendent dans la rue pour protester et dénoncer cet engrenage ; mais une fois la guerre finie, je crains que la guerre ne retombe et que l’individu de rendorme…

Bien souvent, le ferveur spirituelle est uniquement fonction des circonstances. La menace de mort disparue, les gens sont retombés dans  leurs vieux mécanismes.

Ce processus, nous pouvons le voir à l’oeuvre en nous tous. Quelque chose nous réveille, puis nous nous rendormons. Certaines maladies ont ceci de particulier que leur évolution suit un cours en dents de scie ; lorsque vous êtes plutôt malades, vous vous passionnez pour la métaphysique, la méditation et les moyens de faire face à la souffrance. Dès que vous allez mieux, la spiritualité devient simplement quelque chose d’intéressant, un « truc »  à approfondir ; et si vous retombez malade, vous ressortez vos bouquins sur le bouddhisme !

En vérité, tout le monde se trouve dans cette situation, c’est tout le pathétique de la condition humaine la plupart du temps, il nous faut subir des traumatismes pour seulement commencer à entrouvrir les yeux. Ne serait-ce pas merveilleux de chercher à s’éveiller sans avoir besoin d‘essuyer des secousses sismiques ?

Plus on résiste, plus on se ferme, plus la vie doit frapper fort dans l’espoir de nous ranimer. Mais il en va tout autrement si nous tirons les leçons de l’épreuve et à la convertir, tout change ! Prenez votre colère, votre douleur, votre irritation face à la stupidité ambiante, prenez tout et faites-en votre miel pour l’éveil. En définitive, que nous soyons malade ou bien portant ne change rien : de toute façon, il nous faut poursuivre le travail intérieur, car en vérité que faire d’autres ?

Extrait du livre de Gilles Farcet : L’HOMME SE LEVE A L’OUEST aux Editions Albin Michel p.156_159

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

LA NOURRITURE ASTRALE MULTIDIMENSIONNELLE

 L’ART MATÉRIEL OU SPIRITUEL

L’alimentation multidimensionnelle en lien avec la nourriture que nous avons besoin de recevoir est non pas uniquement dans notre corps physique, mais dans chacune des dimensions fondamentales de notre Être.

Soit, donc 7 grandes catégories : la nourriture physique (l’activité), la nourriture éthérique (la vitalité ou la sexualité), la nourriture astrale (l’émotivité), la nourriture mentale (la pensée), la nourriture causale (la volonté ou la créativité), la nourriture psychique (l’amour) et la nourriture atmique (l’intuition).

ICI donc, nous parleront de la Nourriture Astrale  – (L’art Matériel ou Spirituel)

L’art est un moyen d’expression de nos émotions. L’art exprime aussi nos autres dimensions de vie: la sexualité, la pensée, la volonté, l’amour et l’intelligence universelle. Mais actuellement dans notre société, l’art exprime en grande partie nos émotions. Ainsi, pratiquer une forme d’art ou admirer une forme d’art nourrit notre corps d’émotions, notre corps astral.

Plus l’art est harmonieux et intelligent, plus il nourrira sainement notre corps d’émotions et nous allégera, plus l’art est dysharmonieux et ignorant, plus il polluera notre corps d’émotions et alourdira nos vibrations. Observez l’effet que produit en vous l’écoute de certaines musiques, certains films, certains spectacles… et vous découvrirez la qualité des émotions qui nourrissent votre corps.

Observez comment vous vous sentez en faisant certains dessins, certaines peintures ou sculptures, certaines photos ou certains vidéos et vous découvrirez comment votre art vous nourrit.

Observez ce que vous ressentez en chantant, en écrivant un roman, un poème, un journal personnel, et vous découvrirez à nouveau la nourriture qui vous remplit ou vous appauvrit.

En résumé, l’art de type plus matériel attire notre conscience vers une admiration des dimensions les plus denses : corporelle, sexuelle et émotionnelle. L’art plus spirituel attire notre conscience vers une admiration des dimensions les plus subtiles : intellectuelle, créative, amoureuse et intuitive. Les deux types d’art ont leur place et nous font nous découvrir dans des facettes plus denses ou plus subtiles de nous-mêmes. L’art peut nous élever vers le ciel ou nous rapprocher des enfers. Il est puissant, comme un cheval volant, et c’est à nous d’embarquer ou non sur ce cheval, pour prendre telle ou telle autre direction…

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source de Francesca : A l’ère de la Multidimensionnalité

Libérez vos souffrances

S’il y a une confrontation avec les énergies de l’ombre et de la Lumière à l’extérieur de vous, il y a la même confrontation à l’intérieur de vous-même, parce que vous êtes dans la grande période du grand, très grand nettoyage de la dimension actuelle, et que la souffrance qui peut venir de votre plus petite enfance, de votre adolescence ou de votre âge adulte remonte. Cette souffrance vient des états vibratoires enfermés dans votre centre émotionnel, et il faut les libérer.

Vous avez beaucoup de possibilités pour la libérer, par exemple au travers d’un petit problème de santé qui n’en est pas réellement un, au travers de vos rêves, etc.
Vous avez également la possibilité de vous libérer tout ce que vous avez vécu de difficile dans cette existence en vous pardonnant à vous-même, en mettant de la Lumière sur vous-même, en envoyant de la Lumière à tous les êtres qui vous ont blessé au courant de votre vie.

Le petit travail à faire est de voir si tout est en ordre en vous et si vous n’avez pas encore à vous pardonner et à pardonner aux autres. Vous allez constater à quel point l’être humain peut être très grandement perturbé. Vous subissez des vagues d’énergies considérables qui viennent sur votre monde, nous vous l’avons dit maintes et maintes fois, ce qui accentue énormément le processus de libération.

Processus de libération de la 3e dimension

Ce processus de libération vient de l’extérieur, des plans de Lumière, de vos Guides, des Êtres de Lumière, etc., et il vous donne la possibilité d’éradiquer le plus vite possible les coins d’ombre qui sont encore en vous.

Jusqu’à la transition, il y aura toujours quelques petits coins d’ombre, vous ne pourrez pas être dans la perfection de la Lumière. Ce n’est pas dans cette dimension, ni même dans la quatrième, que vous pourrez être dans cette perfection ! Donc vous aurez encore est petites imperfections, et vous emmènerez, au tout début du temps intermédiaire des petites scories, des petites vibrations inférieures. Ce ne sera pas très grave parce que dans ce monde intermédiaire il y aura une telle aide que cet état ne durera pas très longtemps.

Nous désirons essentiellement vous parler de ce qui vous arrive actuellement. Vous êtes brassés, perturbés, non seulement par ces immenses vagues d’énergies de Lumière et d’Amour, mais vous êtes également bouleversés, bousculés par d’immenses vibrations inférieures qui sont créées par les peurs.

La vibration de peur

Tous les êtres humains projettent la vibration de peur autour d’eux, et vous pouvez être en résonnance avec cette vibration qui peut vous affecter, même si vous ne vous en rendez pas compte. En ce moment votre monde est traversé par des fils de Lumière, comme des lasers de toutes sortes, qui se croisent et s’entrecroisent ; c’est une immense énergie de transformation pour les humains et également pour les divers règnes.

Cependant il y a la dualité entre les énergies émises, pas forcément par les humains, mais par ceux qui les dirigent, ceux qui, pour l’instant, détiennent le pouvoir et qui veulent absolument perturber et freiner au maximum le réveil de l’humanité.

A partir du moment où les êtres resteront centrés en eux-mêmes, à partir du moment où les êtres ne seront plus vulnérables à la vibration de la peur, à partir du moment où les êtres auront confiance en leur destin et en l’aide considérable que tous les cœurs purs peuvent avoir des plans de Lumière, ils ne risqueront plus rien parce qu’ils créeront autour d’eux une sorte de coque d’énergie (qui pourra être très blanche ou blanche avec des scintillements dorés) qui sera une protection contre ces ondes perturbantes qui les traversent et qui les traverseront également en permanence.

Vous vivez des moments terribles ; vous ne voyez pas réellement tout ce qui se passe et toute la souffrance parce que vous avez ouvert votre conscience. Vous vous êtes déjà protégés des perturbations, mais puisqu’il y a encore des coins d’ombre en vous, la protection n’est pas totale et la transformation ajoutera donc à cette mutation.

La mutation et la vibration d’Amour

Vous êtes en train de muer, vous êtes en train de commencer à aborder vos nouvelles fréquences vibratoires, votre nouvelle conscience. Vous évoluez, vous muez même dans votre matière, et c’est pour cela que vous ressentez de grandes fatigues.

Que ce soit dans la vibration ou dans la matière, tout est en train de bouger, d’avancer vers un autre état d’être. Comme le papillon qui naît de la chrysalide, vous allez renaître à vous-même.

Vivre une renaissance, quelle qu’elle soit, humaine ou spirituelle, présente toujours un moment de difficulté. Vous vivez ce moment de mutation, de mue, ce moment de difficultés où par moment vous êtes tellement ballotés par tout ce qui se passe en vous et autour de vous que vous n’arrivez plus à trouver votre ancrage.

Vous arriverez de plus en plus à le trouver à partir du moment où vous ferez appel à l’Amour qui est en vous, à la Vibration Amour qui est tout autour de vous, cette Vibration Amour qui vient des plans de Lumière et que vous ne devez pas ignorer. C’est une aide considérable pour tous les Travailleurs de Lumière, pour tous les Chercheurs de Vérité, pour tous ceux qui sont portés chaque jour davantage vers l’évolution, vers cette nouvelle conscience, vers cette nouvelle dimension de l’être.

Message reçu des Frères Galactiques par Monique Mathieu

Site web : www.ducielalaterre.org

Le corps, gardien des mémoires cellulaires

Notre corps serait le fidèle gardien des souvenirs enfouis qui ont balisé notre existence, notre naissance, voire des expériences de nos parents et de nos ancêtres. « À notre insu, le corps porte dans nos cellules notre mémoire, qui va résonner avec régularité au fil du temps », a pu observer la psychothérapeute Myriam Brousse, pétillante octogénaire soutenant l’existence d’une mémoire corporelle inconsciente, dite « cellulaire ». Sous l’influence de stimuli subtils (des stress ou des événements en lien avec le choc initial), ces mémoires « réactivées » entraînent des comportements inadaptés et parfois des pathologies, comme des maux de dos, des migraines épouvantables, ou de profondes dépressions.


Cette découverte a pour origine la déclaration d’un cancer des ovaires, à l’aube de ses quarante ans, qui va bouleverser sa vie. C’est à l’issue d’un voyage au bout de son corps jusqu’aux confins de la souffrance et de plusieurs rencontres qu’une nouvelle compréhension émerge, éclairée par les travaux de Mère et de Sri Aurobindo. Il y a tout d’abord celle d’un maître tibétain, puis d’une mathématicienne, artiste peintre, pianiste et pionnière des réflexions sur la mémoire cellulaire, et enfin d’un maître indien, philosophe et adepte du yoga intégral. Selon eux, pour se libérer, il faut descendre dans le corps, lui redonner la parole, l’écouter, même si c’est souvent éprouvant…

Il s’agit de recontacter la blessure originelle pour l’accepter et la transformer, dans un choix conscient, grâce à des outils spécifiques de la méthode, comme la grille de vie et la biorésonance cellulaire. Ainsi, nous pouvons nous libérer des répétitions et tracer en conscience notre chemin de vie. Avec bienveillance, assurance et une profonde douceur, Myriam Brousse nous convie à un long voyage intérieur qui va nous demander courage et détermination, pour accéder enfin à notre projet-sens, celui de notre âme.

Votre approche est fondée sur l’existence des mémoires du corps. Et si nous retournions au point de départ : quelle a été l’origine de vos recherches ?


C’est à l’issue d’une très grave maladie, vers 39-40 ans, que j’ai pu entamer un chemin de guérison par un travail précisément dans le corps. J’ai été guidée par mon maître tibétain, pionnier à l’époque des travaux sur la mémoire cellulaire, pour aller plus loin dans le corps, là où était la partie souffrante, la programmation du cancer. Il tirait son enseignement des travaux de Sri Aurobindo et de Mère. Bien avant les découvertes sur l’ADN, Mère, Mirra Alfassa de son vrai nom (Paris 1878 – Inde 1973) s’interrogeait déjà sur cette mémoire cellulaire vibratoire qui garde l’empreinte de toutes nos expériences passées. L’une de ses phrases a toujours guidé mes propres recherches : « Le passage est dans le corps ! »

Comment définiriez-vous cette notion de mémoire cellulaire ?


La mémoire cellulaire contient les informations qui sont inscrites dans la cellule du corps, à l’insu du mental, qui lui n’y a pas accès. Notre corps engramme tout ; en lui sont contenues toutes nos pensées, nos empreintes de l’âme. Il nous livre avec exactitude notre histoire biologique et terrestre. C’est notre bibliothèque, comme l’affirmait Mère. C’est-à-dire qu’il garde en mémoire également les histoires de nos parents, et celles de nos ancêtres. Du point de vue cellulaire, le corps est cet incroyable réceptacle.

Ainsi, vous remontez même aux mémoires intra-utérines. Qu’est-ce que le corps mémorise ?


Pour commencer, la mémoire du corps contient ce que j’appelle « la descente en incarnation », qui tient compte du père et de la mère. Le ventre de la mère, qui accueille l’enfant, contient la mémoire de l’acte sexuel des parents lors de la conception. Comment cet acte sexuel a-t-il été produit ? Est-ce qu’il a été plein d’amour, subi, dans le plaisir, ou violent ? Et l’enfant, l’être est marqué par cette empreinte. Elle est précisément ce qu’il est venu travailler…


C’est la fameuse empreinte fœtale ?


Tout à fait ! À laquelle vont s’ajouter les différents événements qui auront lieu pendant les neuf mois de la gestation. Toute notre vie fœtale est inscrite dans nos cellules. Et puis après, il y a la naissance, ce passage. Là aussi, son déroulement laisse une empreinte. Une naissance longue, les forceps, le cordon autour du cou, une césarienne, ou une naissance naturelle et facile. Tout s’imprime dans le corps, dans la matière du corps.

Extrait du Magazine INEXPLORE 2021

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

FAIRE LE PREMIER PAS VERS SA GUÉRISON

 Vivre sa vie,
Ce n’est pas remettre tout en cause.
Ce n’est pas couper, trancher, se séparer. Ce n’est pas réclamer, vouloir à tout prix.

C’est surtout et avant tout revenir à l’essentiel, SOI, vivre ce qui EST dans l’instant et définir ce que nous souhaitons vivre.

L’expérience que nous vivons tous, sous l’enjeu de « vivre ou mourir », nous a ramenés et nous ramène encore et encore à cela : revenir à SOI, vivre l’instant tel qu’il est. Nous avons tous été sommés de vivre dans l’instant, sans possibilité de fuite : impossible de courir à droite ou à gauche pour ne pas être avec soi, impossible de se quitter en faisant à tout prix, impossible de se déplacer pour être libre. Et, pour certains, cela a même été jusqu’à ne pas pouvoir quitter l’autre pour être libre.

Certains s’en sont sentis coincés, eux avec eux, D’autres se sont fait peur, tout seul, seul eux avec eux,

D’autres encore se sont réfugiés dans tout ce qui pouvait les faire s’oublier : le ménage, le rangement, la déco, le sport, etc… pendant un temps, et puis …

Certains ont commencé à se rendre compte de certaines choses pour eux, se sont même surpris à être malgré tout en paix, plutôt sereins, malgré tout ce qui se passait autour, ce qui se disait aux informations, entre voisins ou amis, dans leur famille, et à voir le monde, la vie, leur vie, sous un autre angle et les questionnements sont arrivés : « Mais qu’est-ce qu’on veut ? Qu’est-ce que j’ai envie de vivre moi ? Je veux vivre où, dans quel type de monde ? J’ai envie de quoi, moi pour moi, pour mon mari et moi, pour ma femme et moi, pour mes enfants et moi, pour nous tous ? ».

Plusieurs phases, plusieurs mouvements. Des plongeons puis des moments de grâce, ou l’inverse, ou les 2 mélangés.

Et il y a eu aussi, et il y a encore, ceux qui n’ont pas pu s’arrêter, obligés de jouer le rôle qu’ils ont choisi : aider l’autre, soigner l’autre, etc… pas le temps de souffler mais en même temps sereins, en risque majeur et sereins, crevés et sereins, ou baignés dans les peurs et les angoisses continuellement mais, quelque part, sereins.

Pour réinventer sa vie, créer sa vie, reprendre son pouvoir personnel, il est important de faire la part des choses entre ce qui s’est réellement passé pour nous, ce que nous avons réellement constaté pour nous et … le reste ! Nul besoin d’en arriver à un « ça suffit, j’en peux plus, je n’en veux plus », il y aussi eu des « c’était pas si mal que ça », « ça me plait bien ça ! ». Bref, nous ne sommes pas obligés de plonger au fond de la piscine pour changer des choses pour nous.

C’est l’erreur que nous faisons quasiment tous : croire que le changement est forcément énorme, monstrueux, gigantesque, du tout au tout, et que la décision est difficile, lourde, dangereuse, que ce n’est pas une simple et petite décision mais forcément une décision qui casse tout, qui embarque tout, qui détruit tout pour reconstruire après.

Réinventer sa vie, créer sa vie, c’est avant tout faire des constats et identifier, en re- gardant autrement notre quotidien, notre vie, nos expériences de vie, ce qui nous porte, nous transcende, nous fait plaisir, nous met en joie. C’est constater que nous n’avons pas besoin de remplir nos vies pour être heureux, que nous avons plutôt besoin de définir nos intentions de vie pour les installer ensuite dans notre quotidien, tranquillement, un pas après l’autre.

Nul besoin de S’EVEILLER ou de SE REVEILLER, nous le SOMMES tous déjà. C’est déjà là. Nous l’avons oublié, c’est tout.

Un des moyens de lever cet oubli, c’est de se rappeler qui nous sommes vraiment, c’est se souvenir de nos purs moments de joie et de bonheur, nous avec nous, soi avec soi. Un autre moyen, c’est toucher, imaginer, rêver ce qui nous plait, ce dont nous avons en- vie, c’est s’autoriser à vivre ce que nous souhaitons vivre, vraiment, au fond de nous, ce dont nous avons profondément envie, c’est s’offrir cette liberté, ce souffle nouveau, au quotidien, dans notre quotidien.

C’est ça ré-inventer sa vie.

Aucune lutte, aucun combat, juste se laisser vivre ce qui est déjà là, se laisser se souvenir de ce qui est déjà là, puis placer les pas, un pas à la fois, un simple et tout petit pas, comme celui que nous faisons le matin au réveil lorsque nous nous levons, sauf que là nous le faisons en conscience, en pleine conscience de ce que nous souhaitons vivre, nous avec nous-mêmes.

Pas plus pas moins : un simple et magnifique petit pas dans notre simple et si magnifique quotidien.

Alors, ce serait quoi votre premier pas à vous et pour vous ?

Véronique, Cécile et Stéphan :  veronique.alonso@gahia.com
cecile.boucher@gahia.com
stephan.zacharie@gahia.com

www.gahia.com

Retrouvez-nous sur Facebook
Retrouvez-nous sur LinkedIn
Suivez-nous sur Instagram

Déclaration d’activité de prestataire de formation enregistrée sous le numéro 75470130847 auprès du préfet de région Nouvelle-Aquitaine.

JE RESTE A L’ECOUTE des BESOINS DE MON CORPS

« Je suis un créateur. Je suis ici pour créer une vie abondante et sûre.

Par la vibration et la fréquence, je choisis d’être en santé, productif et sage. Je suis reconnaissant de savoir que mes pensées produisent des fréquences et je suis en mesure d’en créer une qui engendrera un univers probable sûr que j’habiterai en orientant mon énergie vers ce que je désire vivre. J’évolue dans la vie avec l’intention claire et consciente de tisser mon énergie, comme la trame d’une merveilleuse tapisserie, partout dans le monde qui m’entoure. Je conçois pleinement qu’une multitude de probabilités et de systèmes de valeurs existent parallèlement au mien. Au sein de mes croyances, je suis en sûreté, je suis guidé.

J’aime mon corps et je me fie à lui ; je sais que mes cellules sont télépathiques et que je suis co-créateur du monde. Je sais que je suis un être de valeur. Je sais que je capterai des pulsions, des présages, des signaux ainsi que l’orientation dont j’aurai besoin pour toujours être au bon endroit au bon moment, pour mon bien suprême et celui de tous ceux qui m’entourent. Tout cela, je le sais, et j’en suis sincèrement reconnaissant ». 

Accepter la responsabilité de votre destinée est le geste le plus essentiel lorsque vous retrouvez votre pouvoir. Il n’est pas possible de grandir en lucidité si vous posez des conditions et si vous calculez pourquoi vous ne pourrez pas obtenir ce que vous souhaitez.

Adopter une attitude responsabilité personnelle permettra de guérir les vieilles blessures et les énergies qui entravent les progrès de l’évolution humaine. Il existe plusieurs manières de percevoir la vie, et votre manière d’interpréter le monde dépend naturellement de ce que vous choisissez de croire.

A mesure que se dévoilent de nouvelles vérités, posez des questions. Votre tâcheconsiste à activer le mental supérieur, à vous affranchir de la tyrannie de la peur, à accorder une valeur à vos facultés humaines et à les comprendre. Si tout le monde regarde dans la même direction, retournez-vous pour voir ce qui se passe ailleurs.

Utiliser vos capacités pour créer unmonde probable, voilà l’essentiel….

Toutes les réalités ont cours. La destruction ou la régénération, voilà le choix. Vous pouvez obtenir tout ce que vous désirez. Vos pensées, vos rêves et vos intentions altèrent la structure de la réalité. Quel programme choisirez-vous de concevoir ?

Quoi qu’il en soi : Rêvez le plus haut et le plus pur qui soit !

Nous sommes venus ici-bas pour nous délecter de ce que la vie a à offrir, pour apporter au monde la contribution de nos idées uniques et pour exprimer l’excellence personnelle. La civilisation se fonde sur un consensus, et à l’époque actuelle où l’on franchit le pont d’un univers à l’autre, on nous demande d’offrir au monde notre vision d’harmonie et de coopération. Aspirer à des valeurs nobles et vivre animé d’intentions honorables. Le pouvoir trempe invariablement le caractère ; retrouver notre pouvoir en questionnant. Montrons-nous responsable et assumons la responsabilité de notre destinée car il s’agit là de la contribution la plus valable que nous puissions faire à notre civilisation.

Votre réaction à n’importe quelle situation ou événement en détermine l’issue ; Il faut nous accorder le luxe de nous aimer, en ouvrant notre cœur et en éprouvant une gratitude pour tout ce que nous avons créé. En un sens, nous devons apprécier nos dons et apercevoir les indices signalant la transformation de notre conscience.

Nous avons apprendre à vivre avec l’poque, à nous adapter et à ajuster notre attitude en déterminant résolument notre voie, puis e l’empruntant avec assurance et en toute confiance. Il faut identifier la pensée destructrice, puis la modifier. La peur anéantit l’imagination et paralyse le corps.

Vous sommes venus ici pour établir la paix et la dignité au sein de la race humaine, et il faut donc valoriser notre fougue en appréciant notre réalité extérieure et intérieure. Le véritable sentiment de sécurité découle de la confiance et de l’assurance, ainsi que d’une solide résolution intime basée sur la compréhension psychologique et spirituelle de la vie. Notre sûreté intérieure correspond à notre sûreté dans le monde extérieur.

Adopter une position calme, confiante et détendue permet de trouver des solutions ; Lorsque votre vibration électromagnétique est dépourvue d’angoisse et de tension, vous pouvez franchir aisément n’importe quelle crise. S’accrocher à la tension, c’est un peu comme d’ériger une forteresse autour de votre esprit, et lorsque vous provoquez des blocages, vous restreignez vos possibilités de mouvement sur plusieurs niveaux de réalité. Les énergies solaires vivifiantes et la force vitale des radiations cosmiques ne se relieront pas à vos centres de  communication intérieurs si vous  vous fermez ou si vous démolissez votre champ énergétique par la peur.

La beauté, le parfum des fleurs, le bourdonnement des abeilles et le gazouillis des oiseaux ajusteront les fréquences de vos ondes cérébrales et équilibreront les hémisphères droit et gauche pour qu’ainsi vous soyez synchronisé au mental cosmique. La nature ne sera pas rendue  désuète par un fanatisme scientifique visant à capturer l’âme et l’esprit des gens et à les transformer en automates électroniques. Une réalité qui repose sur l’usage mal avisé de l’énergie n’est pas viable. Les civilisations évoluent et se développent à partir des idées dont on les nourrit. Vous êtes des êtres hautement créatifs, libre d’échafauder à votre guise n’importe quelle version du monde.

La seule solution, c’est la paix, mais celles-ci commence en vous. Pour qu’elle règne dans le monde, les peuples doivent le souhaiter vraiment et être disposés à produire les vibrations qui l’engendreront. Une minorité domine peut-être le plus grand nombre ; néanmoins, il faudra plus qu’une minorité pour influencer les masses.

Vos pensées et vos intentions sont fortement amplifiées lorsqu’elles s’allient à celles des Autres. Pour avoir un impact sur votre pays et sur votre communauté, un impact qui apportera la paix dans le monde dès maintenant, joignez-vous, à chaque NOUVELLE LUNE, le moment traditionnel pour semer et ensemencer la réalité, à un groupe de personnes avec qui vous partager des affinités. Elaborez vos rituels  et concentrez votre énergie et vos intentions sur la paix dès maintenant. https://devantsoi.forumgratuit.org/search?search_keywords=rituel

Autrefois, les gens ressentaient une affinité avec la nature et se livraient à une magie naturelle de leur cru ; la télépathie et le rêve étaient leurs instruments principaux. Vous devez désormais respecter le pouvoir de vos intentions quand il s’agit de conditionner et de façonner en une réalité concrète l’espace qui vous entoure. Il faut nous éveiller à l’exquise valeur de la vie.

 Seul un petit nombre d’individus cherchent à tuer, obsédés par l’anéantissement des peuples de la Terre. Mais il y a beaucoup plus de gens qui souhaitent voir la Terre, ses populations et ses créatures vivre et s’épanouir. Un monde sans danger exige aussi un investissement d’énergie et d’intention.

Chaque personne fait son choix. Regarder les autres faire le leur, en sachant ce que vous savez, sera l’un des passages les plus difficiles de la transformation. Nous sommes ici pour participer et aussi pour constater et être témoin des événements. La manière dont nous traitons nos émotions ainsi que la qualité des symphonies que nous exécutons sur notre piano intérieur détermineront les codes que nous serons en mesure de dégager lorsque nous nous accorderons aux énergies entrantes.

On nous demande de reconnaître notre place au sein du grand schème de la création, en développant notre lucidité et en explorant les occasions insolites et sans fin qui marquent l’époque. Nos contributions s’avèrent indispensables.

Créateur ou victime ? A vous de choisir.

Un esprit intégré et bien équilibré vibre à une fréquence protégée des influences négatives. Les vecteurs de la tyrannie jouent un rôle notoire dans le scénario. Ils ébranlent profondément notre réalité et nous offrent un retentissant appel à l’éveil. En menaçant notre sécurité et notre survie, l’empire du jour sert de stimulus nous incitant à produire de nouvelles fréquences permettant l’acquisition de pouvoir personnel.

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, à condition que vous en respectiez l’intégralité et de citer l’Auteur-Source Francesca : http://devantsoi.forumgratuit.org/

Cessons de lutter contre les maladies

Lorsque nous observons les visages autour de nous dans la rue, voyons comme ils sont pour la plupart, tristes, rongés par les soucis et plutôt mal en point, repliés sur eux-mêmes, distants et parfois névrosés, sans un sourire. Vous êtes-vous demandé pourquoi ?

Je pense que ce qui nous détruit, ce sont ces efforts, ces luttes qui occupent quasiment chaque instant de notre vie. Si vous observez autour de vous, vous verrez que pour la plupart, l’existence est une succession de batailles contre eux-mêmes, contre leur mari ou leur femme, contre leurs voisins, contre la société ; et ils dissipent leur énergie dans ces affrontements perpétuels. Un Homme qui est joyeux, vraiment heureux, n’est pas esclave de l’effort ; et l’absence d’efforts n’est pas synonyme de stagnation, de bêtise, de stupidité. Au contraire, seuls les sages, ceux qui sont doués d’une intelligence exceptionnelle, sont réellement libres de tout effort, de toute lutte.

Souvent, lorsque nous entendons parler d’absence d’effort, nous envions cette situation, nous voulons parvenir à un état sans conflit ni lutte, nous en faisons donc un but, un idéal, que nous nous efforçons d’atteindre – et ce faisant, nous perdons notre joie de vivre nous aussi. Nous sommes pris de nouveau dans l’étau de l’effort, de la lutte.

L’objet de cette lutte varie, mais toutes les luttes se ressemblent. On peut lutter pour mettre en place des réformes sociales, pour trouver Dieu, pour instaurer de meilleurs relations entre soi-même et son conjoint ou son voisin ; on peut s’asseoir au bord du Gange, faire ses dévotions aux pieds d’un gourou, et j’en passe… Tout cela n’est que lutte et effort. Ce qui compte, ce n’est donc pas  l’objet de la lutte, c’est de comprendre la lutte elle-même.

Notre problème, c’est que l’esprit se sent inférieur, c’est pourquoi il lutte pour être ou devenir quelque chose, ou pour surmonter les contradictions opposant ses divers désirs. Mais ne donnons pas d’explications quant aux raisons pour lesquelles l’esprit est en proie à ces luttes. Tout Homme capable de réflexion connaît la raison de ces luttes intérieures et extérieures ; notre envie, notre avidité, notre ambition, notre soif de compétition conduisant à une efficacité sans merci – tels sont les facteurs qui nous poussent à la lutte, que ce soit dans le monde ici ou dans le monde à venir. Nous n’avons donc pas besoin d’étudier les ouvrages de psychologie pour savoir pourquoi nous nous battons ; l’important, c’est bien sûr de découvrir si l’esprit peut être totalement libéré de toute forme de lutte.

En définitive, quand nous luttons, le conflit se situe entre ce que nous sommes et ce que nous devrions ou voudrions être. Sans avancer d’explications, demandons-nous s’il est possible de comprendre l’ensemble de ce processus de lutte, de sorte qu’il prenne fin. L’esprit peut-il s’abstenir de lutter, comme ce bateau qui se laissait porter sans effort par le vent ? La question, c’est celle-ci, bien sûr, ce n’est pas de savoir comment atteindre un état exempt de toute lutte ; l’effort même pour parvenir à un tel état est en soi un processus de lutte, cet état n’est par conséquent jamais atteint.

Mais si vous observez d’instant en instant comment l’esprit se laisse piéger dans les luttes sans fin, si vous vous contentez d’observer le fait sans vouloir le modifier – sans imposer à l’esprit un certain état que vous appelez la paix – vous constaterez alors que l’esprit cesse spontanément de lutter ; et dans cet état c’est là qu’il peut apprendre énormément.

Apprendre ne se limite plus alors à une collecte d’informations ; c’est la découverte de l’extraordinaire gisement de richesses qui s’étend au-delà du champ de vision de l’esprit ; et pour l’esprit qui fait cette découverte, la joie est là.

Cessons de lutter du matin au soir car notre énergie se perd dans les luttes. Soyons vigilent et dans cet état de vigilance, toute notion de supérieur et d’inférieur s’effacera, il n’y plus de grand homme ni de petit d’homme, il n’y plus de gourou.

Toutes ces absurdités cessent parce que l’esprit est pleinement éveillé ; et un esprit pleinement éveillé est inconditionnellement joyeux.

Pourquoi les gens, à mesure qu’ils vieillissent semblent-ils perdre toute joie de vivre ?

Pourquoi sommes-nous si nombreux, une fois entrés dans la soi-disant maturité, à devenir ternes, insensibles à la joie, à la beauté, à l’immensité des cieux et aux merveilles de la terre ?

Lorsqu’on se pose ces questions, de nombreuses explications viennent à l’esprit. Nous sommes tellement préoccupés à nous-mêmes – c‘est une explication. Nous luttons pour devenir quelqu’un, pour réussir et pour maintenir une certaine situation ; nous avons des enfants ainsi que d’autres responsabilités, et nous devons gagner de l’argent. Tous ces paramètres extérieurs deviennent très vite pesants, ce qui nous amène à perdre notre joie de vivre.

Francesca – Conclusion, suite à ma lecture du Sens du Bonheur de Krishnamurti

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, à condition que vous en respectiez l’intégralité et de citer l’Auteur-Source Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

Ne pas confondre les Modes de GUERISON

Aujourd’hui, dans cet actuel cycle d’Ascension, nous sommes dans le processus de faire le pont entre deux réalités, ce qui signifie que la Terre dans son état actuel, dans cette partie de l’Univers, va progressivement changer sa fréquence, afin d’ascensionner au travers de portails variés dans l’Univers, de manière à fusionner avec sa contrepartie supérieure sur Andromède. 

Ce processus prend un très long moment, alors nous ne devrions pas s’attendre à le voir dans cette vie ; mais dans cette vie, nous pouvons tous nous libérer du contrôle mental, si nous le décidons. C’est notre Droit de Naissance de nous réunir avec nos véritables parents cosmiques, et notre véritable identité cosmique dans cette vie, et cela est pleinement soutenu par les mêmes races avancées qui ont créé l’Arche d’Alliance.

Les Conseils Interdimensionnels des Mondes Libres, qui sont comme un gigantesque Tribunal, qui s’assure que des portions organiques de la Création, ne chutent pas dans des trous noirs, ou matrices fantômes ; qui sont la maison de beaucoup d’entités hostiles inorganiques dans l’Univers, qui ont involué leurs génétiques au point où elles sont principalement artificielles, autrement dit, principalement faites d’intelligence artificielle. 

Parce qu’elles se sont développées technologiquement et non spirituellement, elles n’ont pas de corps émotionnels, de corps spirituels ; elles n’ont que des corps physiques, qui sont hybridés et assimilés avec de l’intelligence artificielle.

Ces mêmes entités qui ont involué leurs génétiques dans des matrices fantômes, sont venues sur Terre il y a très longtemps, afin de posséder ce territoire comme le leur, et de complètement tuer ou esclavagiser les êtres humains angéliques natifs, qui résidaient sur la version originelle de la Terre, qui était appelée Tara.

Beaucoup d’entre nous vont être en mesure de ressentir beaucoup de tristesse dans ces Temps actuels, parce que des souvenirs d’être ciblés en tant que race entière, pourront faire surface, des précédents génocides par lesquels l’humanité est déjà passée, et cela inclut d’autres planètes ou systèmes dans l’Univers.

La race humaine originelle angélique provient de la Lyre, et les mêmes races qui sont actuellement sur la planète, esclavagisant la race humaine, ont fait leur première grande attaque, sur la Lyre, il y a des millions d’années, où ils ont créé des destructions massives, et des traumas sur la race humaine.

C’est la racine de l’invasion, et de la peur et du trauma que nous portons tous. 

Et c’est la raison pour laquelle la plupart des individus sur cette planète, réagissent très négativement ou avec peur, lorsqu’on leur parle de la possible existence des entités étant présentes sur cette planète, ou contrôlant cette planète.

La plus commune des réactions est le déni, le ridicule ou la peur, parce que c’est un acte de protection de la structure de l’ego, qui est profondément apeuré, à un niveau très profond ; et afin de se défendre de même considérer cette Vérité, il échappe à cette réalité en trouvant des moyens de l’éviter.

Agenda Transhumaniste, Mages Atlantes

L’humanité a une grande opportunité maintenant, de s’éveiller à ce qui nous a été fait, depuis très longtemps maintenant. Nous affrontons une situation difficile actuellement, avec l’épidémie qui a été envoyée à la race humaine intentionnellement, afin d’apporter les vaccins qui porteraient le véritable agenda derrière tout cela, qui est d’injecter de la toxicité et des substances très dangereuses dans le sang humain, afin que le génome humain se transforme en quelque chose qui n’est pas organique à sa véritable nature.  C’est un agenda pleinement trans-humaniste, auquel nous devons nous éveiller maintenant. Parce que nous ne pouvons croire que les vaccins sont fabriqués et promus par des personnes au grand coeur, qui aiment sincèrement l’humanité et qui veulent la protéger.

Afin de pouvoir discerner l’agenda, et le résultat final derrière quoi que ce soit qui existe sur cette planète, nous devons toujours revenir à la source, regarder la source de qui et quoi créé cette chose. Identifier les qualités de ce qui est exprimé par cette source, car cela nous donnera la véritable intention de ce produit, de cette structure ou de cet agenda, afin de pouvoir identifier et discerner ses véritables résultats sur nous, positifs ou négatifs.

Si nous regardons qui construit ces injections dans la chair humaine, ceux-ci sont les individus les plus criminels ou non-qualifiés en matière de Santé, de la planète. Et lorsque nous parlons de Santé, nous parlons de Santé Multidimensionnelle, de Santé Mentale, de Santé Emotionnelle, et de Santé Spirituelle. Mais à la place, ces individus sont profondément impliqués dans le trafic humain, les abus rituels sataniques, le contrôle mental, la manipulation émotionnelle, les tactiques de manipulation mentale au travers de la peur, et des complexes hero-sauveur ou syndrômes de Stockholm ; et il est Temps pour nous de nous éveiller à ces Vérités difficiles, que ceux qui gouvernent les principaux piliers de contrôle de la Société, ne le font pas à partir du coeur et de la véritable bienveillance envers la race humaine, mais qu’ils travaillent pour un plan très machiavélique de totalement esclavagiser et capturer les âmes humaines ; et afin de capturer leurs âmes, ils ont besoin d’accéder à leurs corps, d’une façon ou d’une autre. 

Et intentionnellement créer une pandémie, comme ils l’ont déjà fait de multiples fois dans l’Histoire humaine, est une excellente stratégie pour eux pour implémenter ce qu’ils souhaitent ensuite, qui est d’accéder aux corps humains.

Il est Temps pour nous de véritablement commencer à comprendre comment ce Monde fonctionne, qui le gouverne, et quels sont les véritables agendas derrière chaque évènement majeur qui se produit. Parce que rien n’est hasard dans un Monde contrôlé par des Magiciens.

Cette réalité a été contrôlée par des Mages de la Timeline Atlante, qui poursuivent leurs agendas identiques de domination et de contrôle des âmes humaines pour moisson, trafic humain, hybridation, vol d’ADN, modification d’ADN ; et les agendas sont très sinistres, et sataniques de nature, ce qui signifie qu’il n’y a absolument aucune considération pour l’être humain, ou l’âme humaine. Ceci est juste considéré comme du bétail, tout comme la façon dont nous traitons le bétail dans nos usines.

Et en Vérité, cette façon de traiter les animaux comme nous le faisons sur cette planète, provient de ce cerveau reptilien psychopathe prédateur d’esprit de ruche. Et tant que nous ne nous libérons pas de ce cerveau reptilien, qui est la structure de l’ego, nous ne pouvons construire aucune Société qui est durable et favorable pour les êtres qui y participent. Cela aboutira automatiquement à la destruction. 

Et c’est ce qui se produit à un niveau macrocosmique. Les différentes races avancées de la Guardian Alliance au travers de cette matrice de Temps, sont revenues dans cette densité, afin d’aider l’humanité à ne pas chuter et être aspirée dans des matrices fantômes, dû aux niveaux de déséquilibres qui existent sur cette planète.

En d’autres termes, il y a trop de technologie, comparé au niveau d’avancement spirituel. Un être humain moyen n’a aucune idée qu’il a même une âme. Par conséquent, ces êtres donnent leur corps physique au système médical, ignorant qu’ils ont une âme, pour que leur soit injecté un vaccin dans leurs veines, sans savoir ce que cela fait sur leur Moi Eternel. Parce que l’intelligence artificielle a le pouvoir de maintenir notre âme asservie dans des matrices fantômes, une fois que nous mourrons, que nous voulions le croire ou non.

Quels sont les véritables agendas de ces races hostiles variées que nous appelons des Résistances et tous les autres hybrides au travers de l’Univers, qui rejoignent ces forces « lucifériennes » ?

C’est d’aspirer cette bibliothèque de lumière vivante dans leurs matrices fantômes, et de remplacer chaque être humain sur cette planète, par un cyborg.

Et nous pouvons voir l’agenda transhumaniste se dérouler à une vitesse très grande.

EXTRAIT SOURCE de cet Article : https://harmonicuniverse.academy