La voie initiatique du labyrinthe

 

 Le parcours dans la structure labyrinthique transforme l’adepte. Les vécus oniriques, les expériences initiatiques et l’enseignement du mythe crétois offrent l’opportunité d’ouvrir la conscience à l’Être intérieur que C.G Jung nommait le Soi et son état ultime, le Numineux. Cheminer dans le labyrinthe, c’est rencontrer les cinq personnages du mythe : Thésée, Dédale, Minos, Ariane et le Minotaure, pour s’y reconnaître dans le jeu interactif des effets miroirs. La figure centrale du Minotaure apparaît de l’extérieur comme un monstre qui s’avère être une projection de fantasmes. Il est avant tout une représentation de l’âme – mi-divine, mi-humaine -, double état d’être qu’il convient de réunifier dans toutes les dimensions de l’existence.

je propose ICI de rejoindre mon Autre BLOG pour retrouver l’historique : https://divinations938228816.wordpress.com/category/tarot-mythique/

Cet essai, ce partage, est l’expression de ma relation avec le mystère du labyrinthe. Ma rencontre singulière a émergé en conscience suite à une immersion dans les profondeurs sans aucune préméditation.

LABYRINTHE

Dominique Aucher raconte : « J’ai été choisi par le labyrinthe dans ses formes les plus subtiles. Il m’a d’abord accompagné sans se montrer ni se dévoiler pendant de nombreuses années. Il était présent dans ma vie intérieure et se manifestait sans que je le voie. J’étais aveugle de ne pas distinguer ce qui m’était donné à voir. En somme, comme le dit la Tradition, j’étais le parfait ignorant.

Lors d’une quête personnelle de fin de formation pour devenir thérapeute, le labyrinthe s’est imposé à ma conscience par l’intermédiaire d’une petite voix douce et puissante à la fois.

Les liens intérieurs se sont révélés telle la pelote de Thésée, pour conduire jusqu’au centre du labyrinthe, rencontrer sa vraie nature, sa relation avec son âme dans son parcours sur le chemin de la spiritualité.

À ce titre, les cinq principaux acteurs du mythe (Thésée, Ariane, Minos, Dédale et Minotaure) sont des figures vivantes des archétypes majeurs et universels de l’âme humaine. C’est pourquoi comme tout personnage, leurs noms sont évoqués sans qu’ils soient précédés par un article (leduau…) qui pourrait induire chez le lecteur une qualification, une fonction, une abstraction, une distance ou un « hors de Soi ». Cette remarque vaut particulièrement pour Minotaure qui personnifie un paradoxe permanent.

Les « racines » du labyrinthe

Le labyrinthe est présent sous diverses formes, à tous les âges, sur tous les continents, et dans de nombreuses cultures de l’humanité.

Sa présence est plus évidente à saisir dans les civilisations qui laissent des traces écrites et architecturales. Traditionnelles et de transmission orale, elles attribuent à cette structure une valeur symbolique et universelle. Le labyrinthe est un archétype planétaire qui sert de support à des expériences initiatiques concrètes de lâcher-prise et d’enseignements.

Les déambulations au sein du labyrinthe sont des expérimentations de « se laisser agir », avec la résonance intérieure. L’étymologie de « labyrinthe » relie le royaume des profondeurs, l’âme et l’expérience spirituelle. La source préhellénique nous signale que le labyrinthe est issu de « labrys » qui signifierait à l’origine « caverne », « mine à galerie et à couloirs multiples ».

laboratoire

D’autres langues enrichissent cette idée majeure. En allemand, « labyrinthe » s’écrit « Irrgarten » et se compose de deux aspects : « irren » : errer dans le sens de faire erreur, fausse route, se tromper, et « garten » : jardin. Littéralement le mot allemand signifie donc « jardin de l’errance ». Dans cette langue, les mots « caverne » et « enfer » ont la même origine, « Hölle ».

« En chinois, le labyrinthe est désigné de deux mots, mi et kung, qui renvoient l’un à s’égarer, être perdu et l’autre à temple, palais ou utérus. »

EXTRAIT de l’article du magazine ESSENTIEL  __ Un chemin vers soi… 

La suite dans le n°45, en vente ici en version ebook   –    https://magazine-essentiel.com/produit/magazine-essentiel-n45-ebook-pdf/

Fleches-7A LIRE EGALEMENT

Nos enfants sont une voie initiatique pour les Adultes

Tutoiement et vouvoiement entre générations

Famille : les Porteurs de l’Aube

 

L’effet Placebo versus l’effet Nocebo

 

L’effet placebo est bien connu et certains effets positifs de la substitution de médicaments actifs font partie des données médicales, mais l’effet nocebo est beaucoup moins connu.

L’effet Placebo

Les industries pharmaceutiques connaissent depuis longtemps ce pouvoir quasi illimité de l’autosuggestion à la fois du patient et du soignant puisque les essais scientifiques comparatifs sont réalisés avec des flacons de produits codés afin d’éliminer toute influence psychique lors des expériences sur le vivant. Au niveau des tests statistiques sur les malades-cobayes, l’on parle d’essais en double aveugle ou d’essais « randomisés ». Ceci veut dire que ni le soigné ni le soignant ne savent s’il s’agit d’un vrai remède ou d’un leurre.

placebo nocebo

Et, de fait, on note toujours un pourcentage de malades qui connaissent des améliorations ou carrément des guérisons avec des cachets d’amidon ou des ampoules d’eau distillée. Ceci implique qu’avec des produits inefficaces – voire toxiques – des personnes, grâce à leur foi totale dans leur médecin et dans le remède, guérissent contre toute logique, et comme le clamait Molière, « surmontent à la fois la maladie et le médicament ».

Il en va de même en chirurgie et pratiquement tous les chirurgiens ont à raconter des histoires de personnes opérées qui ont guéri d’une façon inexplicable après une « opération blanche », (c’est-à-dire ouvrir et refermer sans rien faire de spécial, vu l’état des lieux…).

En l’occurrence, voici une histoire racontée par feu Marcel Violet (inventeur de l’eau dynamisée à la cire d’abeille). Un jour, un homme lui téléphone, lui disant qu’il était en phase 5 d’un cancer de l’intestin, et lui demandant s’il connaissait un très bon chirurgien susceptible de le sauver. Marcel Violet lui répondit qu’il avait un ami chirurgien en qui il aurait une totale confiance s’il avait à être opéré. Cette réponse ayant satisfait l’homme, le rendez-vous fut pris. Marcel Violet fut invité à assister à l’opération. Une fois les tripes à l’air, devant le tableau, le chirurgien fit une grimace sans rien dire et demanda à l’assistante de refermer. On dit au malade que l’opération s’était bien déroulée et il fut rapidement renvoyé chez lui.

Deux ou trois mois après, Marcel Violet reçu un coup de téléphone :

Bonjour, je suis l’homme qui a été opéré par votre ami…
– Glouppps ! (il n’est pas mort ?!?)
– Eh bien, il n’y a plus de trace de cancer au contrôle qu’on vient de me faire – Pourriez-vous me donner l’adresse de votre ami chirurgien pour que je lui envoie un cadeau…

Conclusion : Ne jamais détruire une croyance positive d’un malade !

nocebo

 Mais il y a aussi l’effet Nocebo

Ici, c’est l’inverse du placebo. On est dans la croyance négative. De la part du malade, ce peut être parce qu’il n’a pas confiance dans le soignant, ou parce qu’il ne croit pas au remède, ou parce que sa croyance est dans une fatalité morbide, ou encore parce que son intérêt réel ne réside pas dans la guérison, ou enfin parce que son chemin d’évolution passe par une épreuve de souffrance choisie par son Maître Intérieur.

Du côté du soignant, il est évident que si celui-ci voit son patient déjà mort, ou du moins dans une impasse sans issue classée dans les maladies dites inguérissables (il y en a même qui le disent sans ménagement), il devient l’exécuteur d’un « homicide par nocebo » (le plus cocasse, dans ce cas, c’est qu’il est rémunéré par sa propre victime !).

En tout état de cause, il faut bien admettre que, lorsque dans le couple soigneur-soigné, l’un fait du placebo pendant que l’autre fait du nocebo, c’est une sorte de partie de bras de fer psychique – et… que le meilleur gagne !

L’effet placebo sur les animaux

La plupart des thérapeutes ont pu observer qu’il est souvent plus facile de soigner des animaux que des humains. Les chats, les chiens, les chevaux sont très sensibles et captent très fort les messages psychiques des humains, et il est remarquable de voir comment les animaux, même sauvages, sont reconnaissants lorsqu’on leur a prodigué des soins, même élémentaires.

plante placebo

L’imagerie mentale et placebo avec les plantes

Beaucoup croient que l’effet placebo sur une betterave est débile. Et pourtant… des tas d’histoires relatent comment des arbres fruitiers se sont décidés à donner des fruits après avoir été menacés d’être supprimés. Nous avons nous-mêmes expérimenté avec un appareil de mesure électrique sensible comment on peut stresser des plantes simplement avec une mauvaise intention (la brûler, la blesser).

Voici, en particulier, une vieille expérience réalisée dans les jardins de Findehorn (Écosse). Deux fleurs identiques sont plantées l’une près de l’autre avec tous les paramètres identiques. Deux arrosoirs sont préparés chaque jour pour qu’un dénommé Marcel arrose les deux fleurs. La fleur de gauche est arrosée avec l’arrosoir bleu marqué « eau ». La fleur de droite est arrosée avec l’arrosoir rouge marqué « eau + activateur ». Marcel effectue son travail scrupuleusement et… la fleur de droite (eau + activateur) pousse deux fois plus vite. Normal !

Eh non, pas normal : l’arrosoir eau + activateur, c’est de l’eau. Et Marcel, qui est loin d’être un initié, c’est lui qui a fait le miracle, avec sa croyance !

Vous pouvez difficilement imaginer ce que l’on peut faire avec des croyances.

imagerie

L’imagerie mentale : clé des miracles

Tous les cours de développement personnel, que ce soit dans le domaine de la réussite professionnelle, des sports de haut niveau, de l’auto-guérison, de l’amour ou de la prospérité en général, convergent sur un théorème de base :

L’imagerie mentale est déterminante dans tout processus de concrétisation.

Même les enseignements religieux sont en accord avec ce principe lorsqu’ils rapportent les paroles de Jésus, telles que : « Ce que vous demanderez en mon nom, considérez que vous l’avez déjà ». Remarquons en outre la finesse de cette proposition qui « filtre » en quelque sorte les prétentions déraisonnables, pour autant qu’elles passent par le Maître Jésus. Car justement, là est la question : jusqu’où se situe la légitimité de notre désir ?

La réponse est la suivante :

  1. Le désir doit être avouable devant Dieu et les hommes.
  2. Nous devons avoir l’impression de mériter d’avoir accès à la demande.
  3. La projection mentale dans l’avenir, en supposant le désir exaucé, ne doit pas susciter un léger malaise ou une légère inquiétude, mais au contraire une grande joie intérieure.

Souvent, nous obtenons l’inverse de ce que nous recherchons. La raison est très simple. Nous programmons instinctivement, dans notre imagerie mentale, la scène de notre peur, de notre doute, de notre rejet, de notre échec. Notre ordinateur interne prend cela pour un ordre et… le réalise.

Exemple : Je souhaite bien dormir, mais je redoute le bruit parce que je me suis fabriqué un programme comme quoi le moindre bruit me réveille. Et ça marche. Il me suffit de corriger mon programme et de commander à mon ordinateur interne d’effacer les bruits éventuels en affirmant que je suis insensible aux bruits quand je dors.
Il suffit d’essayer pour être convaincu.

Guérir dans sa tête

Lorsque j’ai organisé mon premier stage de guérison en 1983, j’ai reçu une femme qui avait eu un accident de voiture et qui était passée à travers le pare-brise. L’une de ses mains était paralysée en raison de la section du nerf radial qui s’était rétracté de 17 cm. Ceci avait été jugé inopérable par les chirurgiens. Cette femme, nommée Mireille A., institutrice, effectua pendant 6 mois, matin et soir, un exercice de visualisation qu’elle avait appris lors du stage.

Celui-ci consistait à imaginer pendant 5 minutes, les deux morceaux du nerf qui se rejoignaient lentement, telles des racines de lumière, à l’intérieur du bras.

La repousse fut suivie à la radio et la suture se fit au bout des 6 mois. Elle reprit un an plus tard son sport favori… la varappe ! Ce type d’exploit est à la portée de chacun. Ce n’est pas un problème de volonté, mais de persévérance. Il s’agit simplement d’un exercice de visualisation la plus nette possible, à refaire chaque matin et soir. Lorsqu’il s’agit d’une tumeur, d’un kyste, ou toute excroissance à supprimer, l’imagerie mentale peut agir avec la même efficacité :

Il suffit d’imaginer un solvant puissant qui dissout sélectivement les tissus atypiques. Il faut minutieusement distiller ce solvant à l’aide d’un compte-gouttes à la surface de la formation tumorale. Celle-ci va fondre à la manière d’un morceau de sucre dans le café.

énergie

À la fin de l’exercice, on doit visualiser très clairement les tissus parfaitement nets et débarrassés de l’excroissance. Bien sûr, cet exercice, d’une durée d’une ou deux minutes environ, doit être réitéré 2 fois par jour jusqu’à obtention de résultat.

Afin d’atteindre une efficacité maximum, il convient d’effectuer au préalable un exercice simple de mise en état sophronique alfa. Pour cela, on peut, en fermant les yeux, essayer de fixer un point au-dessus de la racine du nez pendant 2 minutes (au chrono). Il faut en fait regarder en l’air en louchant. Ceci est une botte secrète pour mettre rapidement le cerveau en onde alpha, état particulier qui donne accès au pouvoir intérieur par l’intermédiaire des ganglions para-vertébraux. Une mise en condition réflexe peut même être déclenchée par la suite, en accompagnant l’exercice d’un fond musical spécialement choisi, ou d’un parfum spécifique pour la circonstance (essence ou encens).

Enfin, lorsqu’il s’agit d’un problème interne, on a tout intérêt à consulter un bon atlas anatomique afin de bien se représenter l’image du site physiologique d’intervention.

Rappelez-vous que le taux vibratoire de la planète augmente sans cesse et de plus en plus vite. Ce qui marchait déjà bien dans le passé marche d’autant mieux maintenant.

À vous de jouer…

Ecrit par Michel Dogna Journaliste, écrivain, naturothérapeute du Site web : www.micheldogna.fr pour le Magazine https://energie-sante.net/

Pour aller plus loin : 27 remèdes majeurs actuels ignorés ou boycottés de Michel Dogna et Anne-Françoise L’Hôte – Guy Trédaniel éditeur

Livre remèdesIl s’est dit par certaines voix autorisées que parmi 9000 médicaments sur le marché, seuls 250 sont vraiment utiles. Les médecines alternatives et traditionnelles comprennent au départ une douzaine de grandes spécialités offrant chacune, entre des centaines et des milliers de remèdes. Chacune de ces rubriques demande des années de formation, et laisse les pratiquants de santé naturelle un peu désemparés devant cette complexité et cette abondance toujours croissante de petits et grands remèdes ; ainsi il n’est pas rare de trouver dans les banques de données naturopathiques par maladie, entre 10 et 30 propositions de produits – Choisir est un vrai problème !

Il est bien connu que « trop d’infos tue l’info ».
Un flux incessant de nouveautés nous inonder dans tous les domaines, et les médecines alternatives n’y échappent pas. Une qualité actuelle indispensable est de savoir aller à l’essentiel ! Dans cet essentiel, il y a des valeurs sûres, immuables, immuables, toujours d’actualité parce que jamais dépassées, et quelques innovations majeures qui, comme dans le domaine de la musique, replacent largement au-dessus d’une abondance de produits ordinaires sans génie.

Voilà le point de vue qu’il était urgent de faire pour simplifieriez le travail de ceux qui ont choisi l’autonomie de santé, leur évitant de perdre du temps de déboire en déboire. Cet ouvrage est purement pratique et à exploitation directe, face à une grande quantité de troubles et de maladies.

Les informations fournies sur cette page sont destinées à améliorer, compléter, et non à remplacer la relation entre le patient (ou visiteur du site) et les professionnels de santé.

L’Animal messager : Le RENARD

 

L’humanité avait besoin d’être brassée pour dé-cristalliser les vieilles pensées et les vieilles façons de faire. Et c’est exactement ce qui s’est passé.

Pour ceux d’entre vous qui avez été assez sages et rusés pour profiter des nombreux sauts quantiques des énergies du Kangourou, vous en avez certes bénéficiés ! Avez-vous réussi à vous ancrer dans le mouvement ? Avez-vous réussi à créer votre nouvelle trinité basée sur la joie, la connexion et la confiance ? Avez-vous su trouver un sentiment de communauté ou d’appartenance avec autrui, à un moment où tout vous incite à être individualiste ?

Voilà quelques-uns des nombreux défis qui vous ont été lancés par M. Kangourou. Avec, évidemment, toutes les énergies pour vous supporter… Nous du peuple animal apportons toujours notre lot de cadeaux et de défis. Sachez, d’emblée, que mon approche sera plus subtile mais, n’en doutez point, bien efficace si vous le voulez.

renard

Que vous ayez accompli ceci ou non, vous pouvez revenir à l’éternel présent, là où tout est possible, là où le temps n’existe plus, là d’où nous sommes tous issu . Nous, du peuple des Renards, sommes des maîtres à cet effet et les nouvelles clés, les nouvelles énergies chamaniques que nous vous lègueront, vous permettrons de mieux voir dans le noir, laisser aller ce qui est illusion et créer, planétairement, de nouvelles réalités. Voici donc, amis humains, ces fameux attributs chamaniques que nous aimerions partager, question que vous vous puissiez vous sentir joyeusement accompagnés :

  • L’Observateur en tant que point de vue

Le 1er et non le moindre… Il est grand temps, amis humains, que vous quittiez la position de celui qui réagit pour mieux vous situer dans celui qui observe. Cela est une évidence pour nous et nous aimerions tant vous faire goûter à l’incroyable paix et le sentiment de force qui existe lorsque vous êtes au centre de vous-même, en interaction avec le monde du point de vue de l’observateur. C’est là que vous recevrez, sans effort, toutes les inspirations et la guidance qui vous permettrons d’agir (ou non !), de façon juste et harmonieuse. Nous, du peuple des renards, faisons tout avec cette grâce, cette justesse car nous passons notre temps à observer notre entourage, les animaux et les humains ainsi que notre monde intérieur si riche.

Comme plusieurs autres frères animaliers, nous vivons dans des terriers. Cela est toujours signe d’une grande capacité à s’intérioriser et à puiser, en soi, tout ce dont nous avons besoin. Il est important pour vous de créer cet espace intérieur, ce terrier, où vous pourrez vous réfugier et par où vous pourrez observer. Pour les humains, ce sanctuaire se situe dans votre espace du cœur, porte d’ouverture des autres dimensions et de votre esprit. Pour nous du peuple des renards, notre centre trouve racine dans le lieu appelé le ‘Hara’ (2e chakra) car nous sommes régis par les énergies telluriques (la terre, la nature), avant tout. Nous vous suggérons de vous ancrer à la terre par cet espace nommé hara pour ensuite concentrer votre attention dans l’espace du cœur.

L’Évitement de la confrontation et la créativité dans les recherches de solutions .

Amis humains, l’année qui s’annonce ne sera pas dépourvu de difficultés et d’événements qui vont vous choquer mais… Il vous faudra développer de nouvelles habitudes et en premier, celles d’éviter et de vous retirer. Pas parce que vous êtes sans courage mais bien plutôt parce que vous êtes sages ! Telle que mentionné, en étant bien centré dans l’observateur, vous saurez ce qui se dessine à l’horizon, y compris ce qui pourrait potentiellement vous blesser. Nous suggérons ici une nouvelle compréhension de ce qu’est ‘un problème’ car, amis humains, tant que vous serez dans le monde de la matérialité, vous y serez confronté ! La danse des problèmes, est une partie intégrante de la dualité. Les problèmes portent en leur seins, le germe même de leur résolution et n’oubliez point que ce qui est problématique pour certains est une bénédiction pour d’autres. N’est-ce pas là que se situe la danse ?

renard1Nous, du peuple des Renards, avons bien saisi l’importance de ne pas confronter directement car cela n’est que bien rarement à notre avantage. Nous ne sommes pas configurés physiquement pour la bataille ; nous sommes rusés, sages et intelligents. Nous préférons observer ce qui nous dérange, nous fait peur ou ce qui nous appelle, dans la quiétude et le silence de la nuit. La nuit est l’opportunité pour nous de voyager dans l’univers du grand vide qui est plein de noirceur lumineuse. La nuit est un moment d’éveil de l’énergie féminine et en cela, c’est une possibilité d’accéder à notre potentiel créateur. Nous y sommes très à l’aise.

Pour vous, amis humains, il vous est suggéré de prendre du temps, une fois la nuit venue ou de simplement fermer les yeux pour observer ou méditer en vous laissant bercer par le rythme de votre respiration. Les réponses que vous recevrez et les actions qui vous seront dictées seront novatrices et iront dans le sens du bien commun…et vous ravirons par leur ingéniosité. D’ailleurs, la communauté, petite ou grande, devra être créé si ce n’est pas déjà fait car vous devez vous retrouvez avec des êtres qui partagent votre vision, votre vibration et par qui vous vous sentez supportés. Cette nourriture sera bien nécessaire et c’est par ces petits et grands regroupements que vous pourrez faire rayonner, l’embryon de nouvelles pensées et les pistes de solutions que vous aurez reçu, dans le calme et le vide du monde de la créativité.

  • Développer son intuition et apprendre à lui faire confiance

(https://divinations938228816.wordpress.com/ )

Jeux fran

Savez-vous ce qu’est réellement l’intuition ? L’intuition est une communication avec le Grand Tout, votre Soi, ou ce que vous appelez ‘vos guides’. Dès que nous arrivons dans des corps, alors que nous sommes de tous petits Renardeaux, nous apprenons à nous fier à nos sens intérieurs.

Nous arrivons au monde aveugles et sourds alors cet apprentissage est plus que nécessaire ! Le développement de notre acuité intuitive, de notre capacité à sentir les subtilités des énergies qui nous entourent, est une question de survie. Lorsque cet apprentissage est maîtrisé, nous avons accès à une vue et une ouïe, très efficaces. Les humains n’ont pas cette chance et ils grandissent en se fiant d’abord sur leurs sens extérieurs.

S’il vous sied, nous aimerions vous suggérer d’y remédier, d’appeler à vous notre présence énergétique afin de vous aider, de la façon qui vous conviendra, à développer cette capacité. L’intuition est votre meilleure guide. Ne vous y tromper point, vous avez, en vous, tout ce qu’il faut pour se faire ! Vous n’avez qu’à reconscientiser cette faculté et, par la pratique et la présence, et surtout, développer votre confiance en vous. L’intuition est, par définition, votre boussole intérieure. Laissez aller la dépendance liée à vos yeux et vos oreilles car sachez-le, amis humains, ils ne sont que des capteurs d’images et de sons qui vous renvoient la réalité que vous avez projetés.

De ceci, il a souvent été question dans le passé, alors que d’autres frères animaliers ont partagé leur message : Le monde qui vous entoure, de prêt ou de loin, est toujours une projection de ce que vous croyez et percevez. Voilà pourquoi nous nous permettons d’insister : Soyez au centre de votre être, pour observer et apprenez à faire confiance à ce qui s’y passe et aux messages télépathiques que vous y recevez.

Mais maître renard, est-ce vraiment possible de vivre ainsi, vous me demanderez ? Et la réponse est oui. Et c’est pour cette raison que nos énergies sont ici, à la fois présentes et discrètes, attendant simplement que vous y fassiez appel.

Comment vous y arrivez est un cheminement personnel car il y a plusieurs façons et cela en soi, pourrait-être votre premier exercice intuitif : Demandez à être guidé puis, soyez à l’écoute des signes. La joie, l’enthousiasme, le magnétisme, la lumière, la fluidité, l’harmonie, sont autant de pistes qui vous indiquent le chemin à suivre dans un monde ou la peur et ses déclinaisons semblent être partout.

Ultimement, sachez que la peur est une illusion qui vous cachent la vérité et c’est en développant votre intuition que vous saurez comment y remédier.

Comme nous, soyez les agents secrets du changement, celui qui se passe d’abord en vous, dans le silence de votre être, pour mieux ensuite rayonner sur le monde qui vous entoure… Nous vous prions d’accepter cette mission et de partir à la découverte de l’expression de l’intuition dans toute sa beauté, sa douceur et sa folle efficacité !

Maîtrise du champ énergétique – L’Aube et le coucher du Soleil : l’ouverture des portails et la danse dimensionnelle .

Êtes-vous au courant, amis humains, que vous avez une enveloppe lumineuse autour de vous, un large champ d’énergie en constant mouvement ? La plupart des humains que nous avons observés ne semblent pas s’en préoccuper. Pourtant, il y réside une grande puissance et il y va de votre santé. La conscientisation et la maîtrise de votre champ d’énergie, vos corps subtils, vous aiderait grandement. Il en est de même pour tous les êtres vivants et nous sommes passé maître dans l’art d’harmoniser, nettoyer et replacer notre champ d’énergie.

Renardeau

Sachez que nous le faisons quotidiennement. Un peu comme cette habitude d’utiliser l’eau pour vous laver, nous prenons des douches de lumière. Le meilleur temps pour se faire ? À l’aube et au coucher du soleil, évidemment !

Nous voulons que vous sachiez que ces deux périodes de la journée sont particulièrement bien alignées pour tout travail d’ouverture, de nettoyage ou de voyage interdimensionnel que vous pourriez effectuer.

EXERCICE

Voici nos suggestions, amis humains, pour bien en profiter :

  • Commencer par déterminer si vous préférez l’aube ou le coucher du soleil. Laissez-vous guider naturellement vers votre moment préféré. Pour les plus zélés, vous pouvez, en toute tranquillité, choisir les deux.
  • Choisissez un endroit isolé ou vous pourrez confortablement vous installez, sans être dérangé. Ouvrez vos chakras.
  • Assis ou debout, comme vous le ressentez, respirez* ainsi autant de fois que désiré :

1) Inspirez par le nez 4 temps

2) Retenez votre souffle 8 temps

3) Expirez par la bouche 10 temps

(*Sachez amis humains que nous ne pratiquons par cette respiration mais que nous vous la suggérons car pour vous, elle est adaptée)

  • Visualisez votre corps et l’enveloppe d’énergie qui l’entoure. Il est important que vous imaginiez cette enveloppe comme un œuf qui vous entoure, sans faille et sans impuretés car telle est la nature de votre champ d’énergie, en vérité.
  • Visualisez un rayon de lumière blanche venant vers vous du haut et entrant en vous, par le chakra couronne. Cette lumière rempli votre corps et rempli l’espace de votre enveloppe d’énergie. Dans ceci, laissez-vous baigner…
  • Doucement, la lumière blanche se transforme en lumière bleue, baignant votre corps physique et votre champ d’énergie, de cette vibration de guérison et de manifestation, on ne peut plus élevée.
  • À partir d’ici, pour ceux qui le désirent, il vous est fortement recommandé de méditer ou de visualiser, ce que vous désirez… L’approche importe peu, du moment qu’elle vous sied.

Mais, vous pouvez aussi vous lever, votre session de nettoyage et d’harmonisation étant terminée.

N’oubliez pas de fermer vos centres d’énergies, vos chakras qui ont, eux-aussi, été nettoyés.

Ceci, bien sûre, n’est qu’une suggestion. Nous désirons vous aider à expérimenter plus aisément, un état de bien être et de centration, possible lorsque vous n’êtes plus parasités. Votre monde, créé et recréé par vous, est facilement source de mal être parce que vous oubliez qu’il est une projection de vos pensées. La maîtrise du champ d’énergie et l’utilisation des portails de l’aube et du coucher du soleil sont des outils que nous utilisons pour notre bien-être et pour communiquer avec notre source ainsi que ce que vous appelez, le monde des Fées. Que de chose à découvrir, si vous prenez le temps de nous inviter comme partenaire cette année !

Le raffinement de la douceur comme base absolue de votre relation à vous-même, à autrui.

La douceur, amis humains, est notre plus bel attribut et ce que nous souhaitons le plus ardemment, vous partager. Bien au-delà de notre fourrure, si vous l’acceptez, vous trouverez le raffinement d’une relation à soi, à la vie, à la nature, emprunte de douceur, de beauté et de légèreté. Bien sûre, nous sommes, par moment, régi par certaines lois de la dualité, miroir de l’homme, où nous ne vous apparaîtrons certes pas comme des êtres apaisés… Mais à la base, c’est ce que nous sommes.

À l’intérieur de cette précieuse communication, nous désirons donc attirer votre attention sur un phénomène particulier. En effet, nous du peuple des renards, sommes souvent cités comme étant dangereux car nous sommes parfois porteurs d’une terrible maladie, l’envers même de ce que nous aimerions vous léguer : La rage. Sachez, amis humains, que ce que nous portons, au niveau physique, est l’expression de votre propre noirceur, plus ou moins conscientisée. L’expression de la rage n’existe pas dans le monde animalier. Agressivité, violence, souvent par survie, oui. Mais la « rage » comme telle est un phénomène humain, issus d’un profond déni de la réalité. De quelle réalité ? La seule qui est vrai, si vous me permettez.

Renards

Nous ne sommes point séparés ! Et pourtant, bien souvent, c’est ce que vous ressentez. La sensation d’être isolé, seul et séparé de votre Source crée toutes vos expériences de manque et d’impuissance. L’expérience du manque amène l’humain à ressentir, et parfois agir, l’énergie nommée ‘rage’. Sachez ceci, amis humain, le peuple des renards a longtemps transporté la rage pour vous afin de vous acheter du temps et aider votre processus de transmutation de cette énergie, d’une grande intensité. Depuis quelques années, tous les animaux ainsi que la mère terre, ont graduellement cessé de transporter/transmuter les projections de noirceur humaines (lire : tout ce qui est jugé, projeté).

Le seul but ici étant de servir l’éveil de tous par une plus grande conscientisation et responsabilisation de ce qui est transporté par chacun. Évidemment, plusieurs d’entre nous ont perdus la vie, affligés par cette ‘maladie’, miroir ultime de l’intensité de cette énergie, si vivement niée par l’humanité.

Quelle est donc le véritable antidote à la rage ? C’est justement l’attribut qui permet de réouvrir la porte de l’unité du soi, de la lumière et l’Amour de l’être : La douceur, j’ai nommé ! La douceur dans tout son raffinement, dans son attention au détail, ramène l’être au présent et lui permet de se fondre rapidement dans CE QUI EST. La douceur amène la relaxation, le lâcher prise et l’ouverture, conditions nécessaires pour ressentir votre connexion.

Nous vous invitons donc à cultiver, émaner, recevoir et privilégier la douceur d’abord dans votre relation avec vous-même, en commençant par vos multiples pensées qui partent dans toutes les directions comme des brebis égarées. L’humain est bien souvent centré dans son corps mental mais, comme ce dernier est sur-stimulé, il y a grande perte de précision dans ce qui est créé. Visualiser que vos pensées sont bercées doucement, même vos pensées les plus entêtés. En utilisant la douceur comme panacée, vous verrez votre regard sur la vie complètement transformé. Et souvenez-vous, amis humains, que ce n’est guère la vie qui change mais bien le regard que vous y apposez. Voilà le véritable miracle. Faites de la douceur votre plus précieux allié. Ensuite, il vous sera de plus en plus facile d’offrir ceci à autrui pour ainsi déjouer toutes les formes de ‘négativités’… Vous êtes ce que vous donnez, en vérité.

Amis humains, à la douceur, rien ne peut résister… Suffit d’être patient et présent, dans son émanation, envers vous comme envers autrui. Nous vous invitons à l’essayer, sans douter de son incroyable efficacité. Durant toute cette année, nous du peuple des Renards vous observerons, vous invitant bien évidemment, à être vous-même l’Observateur, pour votre plus grand bien et celui de l’humanité !

 => Canalisation – Reçu par Caroline Leroux – Le Message de l’Animal Totem 2019

– Le Renard

SOURCE / Communicatrice Animale www.communication-animal.net

 

 

Lâchez vos peurs du Coronavirus 

 

COVID CORONA GrenouilleMes Amis, il est important que Vous preniez conscience que vous n’avez plus à être dans l’inconsidération de Vous-mêmes, et qu’en cela il Vous faut accepter de croire en Vous, d’être Vous, en Vous, et de ne plus jouer aucuns jeux de peurs qui Vous amènent à vivre dans la non-perception d’une réalité que Nous Vous dévoilons, et surtout dans la non-perception du changement que Vous pouvez Vous-mêmes maintenant percevoir, non pas dans ce que l’on veut vous faire croire, mais bien de Vous réorganiser pour Vous et pour l’Ensemble, et Nous y reviendrons.

Alors, que se passe t-il en ce moment ? Il y a beaucoup d’énergies différentielles qui amènent les Êtres à rentrer dans le jeu des peurs, et ce sont ces peurs qui font que de plus en plus d’Êtres sont affectés parce que la peur agit sur le dysfonctionnement des cellules, et tant que les Êtres joueront le jeu de ces peurs, il y a aura une vague d’Êtres contaminés. Tous Ceux qui lâcheront les peurs, les croyances, tout ce qui se dit, tout ce qui est émit comme une soi-disant réalité, alors que c’est une manipulation, manipulation que les Êtres subissent au point qu’Ils ne comprennent pas que ce qu’il se passe est de leur propre déséquilibre, alors tous Ceux qui lâcheront les peurs permettront le non-déploiement de cette affection.

Alors ce coronavirus n’est pas une réalité, et Je le dis, certains de vos Médecins éminents l’ont déjà proclamé, mais le jeu des peurs et des croyances de tout ce qui est dit amène une certaine réalité qui se confirme et qui est prouvée.

CORONAVIRUS SYMBOLE

Prouvée, pourquoi ? Parce que cette affection en réalité s’est déclenchée, non seulement parce qu’il y a eu une peur fulgurante suite à la propagation d’un germe dont on a voulu analyser son origine sans même se rendre compte qu’il activait une mutation qu’Ils ont alors étudiée sur des Malades, et la mutation a infecté Ceux qui étaient les plus fragiles à la suite du dispositif de la 5G.

Alors, bien de vos Médecins en cherchent son origine au travers de ce qu’Ils connaissant et constatent, sans même comprendre qu’en réalité il s’agit d’une mutation de votre grippe, une mutation infectieuse dont Ils pourraient très bien soigner s’Ils ne rentraient pas dans tous les jeux de peurs ne permettant pas alors à Ceux qui y sont affectés de pouvoir ressentir qu’Ils sont à même de se rééquilibrer en acceptant enfin de croire en Eux, à la vie et en ce Monde.

Certains Êtres ont déjà compris qu’il s’agissait de jeux de peurs et Ils ne seront jamais affectés, certains Êtres affectés l’ont aussi compris et se sont très vite rétablis.

Tant que cette peur perdurera il y aura une propagation et il y aura des retours. Les retours ne concernent que les Êtres, quel que soit leur âge, et ne rentrez pas dans tout ce qui se dit concernant les Jeunes qui Nous reviennent, Tous, et Je dis bien Tous, sont des Êtres en mal de vivre, Ils n’acceptent plus ce qui se passe, Ils n’acceptent pas cette vie, Ils n’acceptent plus ce Monde tel qu’il est, alors Ils Nous reviennent.

Mes Amis, les choses sont dites, à Vous de participer à ce que tout soit maintenant ressenti au-delà de ce que l’on veut Vous maintenir.

Et il en est ainsi.

Ceci est un Message de Yosuel du 22/03/2020

YOSUEL

 Extrait des Guidances de YOSUEL canalisé par Yawaeh

sur le site référence : http://medidetente.free.fr/spip.php?rubrique23

 

 

 

Interview sur la Médecine Cellulaire

 

DOCTEUR MATHIAS RATH

Vous êtes le fondateur d’un nouveau concept médical, la « Médecine Cellulaire ».

Pourriez-vous expliquer ce qu’est la Médecine Cellulaire et décrire les avantages de son utilisation ? Aujourd’hui, la médecine est divisée en différentes disciplines qui correspondent à des organes bien précis de notre corps. Le cardiologue s’occupe du cœur, le gastro-entérologue des intestins, l’orthopédiste des os et des hanches.

 Cette approche centrée sur les organes ignore le fait que la santé et la maladie ne sont pas déterminées au niveau des organes, mais au niveau des millions de cellules dont ils sont composés et qui constitue le corps humain. La seule et unique cause d’un dysfonctionnement des cellules et, de ce fait, de l’apparition de maladies est une carence en bioénergie au niveau de ces cellules. Les molécules de bioénergie les plus importantes, indispensables au bon fonctionnement des cellules sont des biocatalyseurs, des petites molécules qui activent les réactions chimiques dans ces cellules.

Les molécules naturelles essentielles sont les vitamines, les minéraux, les oligo-éléments et certains acides aminés. La Médecine Cellulaire est un nouveau domaine de la médecine qui utilise ces connaissances dans le cadre de la prévention et du traitement des maladies endémiques actuelles. Dans notre institut de recherche de Médecine Cellulaire nous continuons la recherche sur les exigences spécifiques qui font que ces micronutriments permettent de prévenir et de guérir certaines maladies telles que les maladies cardio-vasculaires, le cancer et les maladies infectieuses.

thérapie

La médecine du XXIe siècle tirera certainement profit de ces connaissances à l’échelle mondiale, ce qui permettra à l’humanité de ne plus être victime des maladies endémiques actuelles, y compris les maladies cardio-vasculaires et le cancer. Il n’y a plus de temps à perdre ; chaque personne sur Terre peut comprendre ce principe sans avoir fait d’études de médecine. Tous les professionnels de santé, tous les hommes politiques responsables de la santé de leur peuple devraient se mettre, le plus rapidement possible, au fait de ces découvertes scientifiques et développer au niveau national des programmes de santé sur la base de ce savoir.

Pourquoi pensez-vous qu’il est meilleur et plus efficace de soigner et d’enrayer les maladies par des traitements naturels que par une thérapie traditionnelle médicamenteuse ?

L’industrie pharmaceutique est une industrie d’investissements. En raison de sa nature particulière, elle ne peut et ne veut pas produire de médicaments qui pourraient prévenir ou éradiquer les maladies, car sans ces dernières, son commerce serait en péril. Cette réalité est difficile à comprendre et encore plus difficile à accepter. Ainsi, 80% des médicaments actuellement disponibles sur le marché n’ont pas prouvé leur efficacité. Ils traitent simplement les symptômes.

Conséquence directe de cette situation : les maladies aujourd’hui les plus répandues, telles que les maladies cardio-vasculaires, le cancer, le SIDA et bien d’autres encore, ne sont pas sous contrôle, mais continuent de se propager malgré le fait que des alternatives efficaces non brevetables existent.

Les étudiants en biologie et en biochimie du monde entier sont à peine mis au courant du rôle des micronutriments dans le fonctionnement optimal des cellules. Malheureusement, l’industrie pharmaceutique a une telle influence sur l’enseignement médical que ces connaissances scientifiques ne sont pas utilisées pour solutionner des problèmes médicaux. Le monde ne pourra tirer profit des thérapies naturelles qu’à deux conditions : la reconnaissance de l’efficacité de nouvelles données scientifiques et la suppression des barrières artificielles dressées par l’industrie pharmaceutique dans le domaine de la médecine, et ce pour pouvoir continuer son commerce avec la maladie.

Le Dr Linus Pauling, double prix Nobel aujourd’hui disparu, décrivait vos découvertes comme capitales. Pouvez-vous expliquer ce point de vue ? Linus Pauling est le seul scientifique à avoir reçu deux prix Nobel non partagés. Il a, d’abord, reçu le prix Nobel de chimie et ensuite celui de la paix suite à son engagement en 1963 pour la signature du premier accord de désarmement, l’interdiction partielle d’essais nucléaires.

Linus Pauling restera un géant de la science qui a marqué le XXe siècle. Il avait déterminé la structure moléculaire d’innombrables molécules organiques et inorganiques. Il fut le premier à découvrir les propriétés structurales des protéines (hélice alpha) et de la première maladie génétique (anémie des unicellulaires). J’ai fait la connaissance de Linus Pauling il y plus de vingt ans, lorsque j’étais porte-parole des étudiants en médecine en Allemagne et membre de l’association des étudiants de médecine de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Thérapie lumière

Cependant, notre relation n’avait, à cette époque, pas de fondements purement scientifiques, mais c’est, avant tout, notre intérêt commun pour la paix et le désarmement qui l’a favorisée. Des années plus tard, mes recherches personnelles dans le domaine de la santé cardiovasculaire m’ont fait découvrir le rôle des vitamines et je lui ai fait part de ces découvertes. Il a immédiatement reconnu leur importance et m’a proposé de devenir le premier directeur de son institut de recherche en matière de maladie cardiovasculaire en Californie. Linus Pauling et moi étions plus que des collègues scientifiques. Nous partagions la même vision d’un monde en meilleure santé et plus pacifique. Rien d’étonnant donc que, peu de temps avant de mourir, il déclara qu’il ne faisait aucun doute pour lui que j’étais son successeur.

Quelle a été la réaction de la communauté scientifique traditionnelle face à vos travaux et à vos recherches ?

Les nouvelles découvertes passent par trois étapes. Elles sont tout d’abord ridiculisées, puis sont violemment combattues pour être enfin considérées comme étant l’évidence même. Mes découvertes dans le domaine de la santé cardiovasculaire et du cancer n’échappent pas à cette règle. Dans un monde médical où les solutions mécaniques, telles que les pontages et les sondes à ballonnet(angioplastie) sont utilisées pour lutter contre l’épidémie cardio-vasculaire et où la radiothérapie et la chimiothérapie sont employées pour traiter les cancers, la possibilité de prévenir et de contrôler ces problèmes de santé de manière naturelle, sûre et abordable a été une véritable révolution.

Plus de 10 ans se sont écoulés entre la publication de mon essai scientifique-clé intitulé « Solution to the puzzle of human cardiovascular disease » (la solution à l’énigme des maladies cardiovasculaires) et la reconnaissance de cette percée dans le domaine de la santé cardio-vasculaire. Mais mes découvertes ont finalement été reconnues le 4 mai 2002. L’université de Stanford, l’une des facultés de médecine les plus renommées au monde, m’a proposé de venir présenter mes recherches lors de son symposium.

Cette invitation était déjà un signe d’une acceptation croissante par la communauté de notre nouvelle conception des maladies cardio-vasculaires comme étant une forme précoce du scorbut, la maladie des marins. Cet exposé a abordé, pour la première fois, devant l’une des plus importantes institutions médicales, manipulée depuis plus d’un siècle par le cartel pharmaceutique, des questions fondamentales non encore élucidées dans le domaine de la cardiologie :

« Pourquoi les animaux ne sont-ils pas victimes d’infarctus, mais les hommes si »; pourquoi parle-t-on d’infarctus du myocarde et pas d’infarctus du nez ; pourquoi les artères se durcissent-elles (artériosclérose) et pas les veines, autrement dit, pourquoi ne parle-t-on jamais de « vénosclérose »?

L’ensemble de cet exposé figure sur le site Web de notre fondation.

Ces informations sont si capitales qu’elles devraient être immédiatement diffusées dans le monde entier. Nous nous réjouissons de chaque journal, de chaque station de radio, de chaque chaîne de télévision ou de tout autre moyen médiatique qui comprend l’importance de ces affirmations et qui aide à leur propagation. Un des trois livres les plus connus est » Pourquoi les animaux n’ont pas d’attaque cardiaque, les hommes si ». Il livredécrit la percée réalisée dans le domaine des infarctus du myocarde, des attaques d’apoplexie, de l’hypertension, des défaillances cardiaques, des troubles du rythme cardiaque et d’autres problèmes cardio-vasculaires.

Le livre « Progrès de la Médecine Cellulaire« , traite des découvertes concernant le contrôle naturel du cancer. Ce livre est le premier à montrer que le cancer n’est plus une maladie mortelle. Le troisième ouvrage que j’ai rédigé retrace mes 10 années d’un long combat contre le cartel pharmaceutique et est intitulé « Au nom de l’humanité ».

Extrait de : LA MÉDECINE CELLULAIRE par LE DOCTEUR MATHIAS RATH SOURCE : Entretien réalisé par l’administrateur de http://www.amessi,asso.fr en avril 2003 et publiée sur le site http://www.amessi.asso.fr/article.php3?id_article=212

Fleches-7A LIRE EGALEMENT :

 FAIRE FACE à la douleur d’un Enfant

La transmission d’Energie de nos Parents

Naissance : Récit d’une incarnation

Cela est dû au sang que porte l’enfant Rainbow

 

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

Les cellules qui éveillent l’Immortalité

 

A notre époque, les plus grandes firmes du monde à la pointe de la technologie, se sont emparées du mot « immortalité ». Ainsi annoncent-elles la venue d’un homme rendu immortel dans son corps physique par d’innombrables manipulations génétiques et technologiques et par l’intelligence artificielle. Cet homme immortel, cet « homme augmenté », ce «  trans-humain » dont ils ont fait leur rêve, leur leitmotiv est au cœur de leur discours et s’affiche sur tous les médias.

vieillir

Pourtant, un tel homme sera-t-il encore capable d’évoluer véritablement ? De se relier à son âme ? De vivre avec les mondes supérieurs ? Que veulent-ils rendre immortel si ce n’est la mort elle-même ?

En revanche, l’Immortalité dont nous parle la tradition divine primordiale depuis l’aube des temps est une immortalité du cœur, de l’âme, qui éveille le souvenir de l’Être véritable que nous sommes de toute éternité. Elle puise sa source dans le grand réservoir de la Vie universelle et ouvre pour chacun le chemin de la floraison.

À l’origine, Dieu le Père avait décidé de manifester un homme de Lumière immortel et impersonnel qui devait vivre dans un corps sans frontières, dans l’unité de sa double origine terrestre et divine.

En raison d’une involution dans l’histoire de l’humanité, les Anges, les Archanges et les Dieux se sont retirés de la direction de la terre et l’homme fut laissé à lui-même. On parle ainsi d’une chute de l’humanité, qui s’est éloignée de plus en plus des mondes supérieurs pour chuter dans la matière. L’homme a alors voulu utiliser son potentiel divin dans le but de devenir immortel dans le monde de la mort. Il n’a pas compris que ce potentiel lui était donné pour la création d’un monde supérieur et pour retrouver sa source originelle, sa nature immortelle au-delà du corps, du temps et de l’espace.

Trois grands courants ont alors existé : l’un cherchant à maîtriser la matière ; un autre, l’esprit et les mondes spirituels ; et celui de l’équilibre entre la maîtrise de la matière et la maîtrise de l’esprit, appelé la tradition divine primordiale.

Les buts de la Tradition

La tradition divine primordiale cherche à retrouver le chemin fidèle à la volonté originelle du Père de mettre au monde l’homme de Lumière immortel et impersonnel. Elle soutient l’évolution harmonieuse des mondes et préserve la lumière divine dans la création. Elle enseigne à l’homme à voir au-delà des limites du corps et de la mort, elle indique le chemin de la plénitude, du bonheur, de la vie intense, belle, harmonieuse.

vieillisement

Elle ouvre le chemin de la sagesse, de l’amour, de la droiture, de la guérison.

Aujourd’hui la Nation Essénienne s’inscrit dans cette tradition comme le nouveau porteur du flambeau de l’alliance avec les mondes supérieurs et la nouvelle pousse sur l’arbre de la tradition primordiale. Elle vient raviver en l’homme la conscience de sa nature divine, de sa source originelle et réveiller en lui les cellules qui lui parlent d’éternité et d’immortalité.

Nous vivons aujourd’hui une époque déterminante pour l’évolution future de la terre et de l’humanité. La Nation Essénienne, par sa présence dans le monde, préserve la culture de la Lumière. Elle ravive l’enseignement de la tradition divine primordiale et permet à l’homme de retrouver le chemin de son âme immortelle. Accomplissant des œuvres et des réalisations concrètes guidées par les mondes supérieurs, elle est aussi la garante de la reconstitution du corps de Dieu sur la terre.

ECRIT Par Olivier Manitara EXTRAIT de l’article du magazine ESSENTIEL : – Entendre l’appel de l’Invisible sacré… La suite dans le n°45, en vente ici en version ebook

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site de Francesca  :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

 

 

Au théâtre de la guérison

Si je change en moi la constellation que représente ma famille, alors je change ma famille ; mais si je veux changer ma famille, alors je m’arc-boute sur ce qui ne dépend pas de moi… 

L’œuf ou la poule ?

Parmi les croyances inquestionnées de l’occidental contemporain, l’individualisme trône certainement en pole position. Avant d’être cette philosophie décomplexée qui affirme ouvertement que l’individu prime sur son entourage, l’individualisme philosophique consiste simplement à affirmer qu’il existe un individu AVANT qu’il y ait une relation. Il s’agit ici d’un postulat ontologique, métaphysique, un peu comme une pétition de principe, qui affirmerait que l’œuf est fondamentalement antérieur à la poule. Pas de relation sans individu, pas de molécule sans atomes. L’individu, celui qui est indivisible, est donc l’atome (en grec : ce que l’on ne peut pas couper) de la molécule relationnelle.

poule

Contre cette pétition de principe, les années 70 ont vu naître une myriade de conceptions systémiques : c’est-à-dire considérant que l’individu n’existe pas en dehors du système complexe de relations dans lesquelles il s’inscrit. Nous sommes « enfant de », puis « frère ou sœur de », à moins que nous soyons « enfant unique », nous définissant alors par le manque de cette relation de fratrie qui constitue bien souvent une famille. Notre individualité est, bien avant notre naissance – peut-être avant même notre conception – teintée de cette longue lignée généalogique qu’est notre héritage génétique et culturel. L’individu n’existe que par le fait d’une multitude de relations : c’est la poule AVANT l’œuf.

S’il apparaît évident aujourd’hui que ni l’œuf ni la poule ne s’expliquent l’un l’autre (véritable casse-tête chinois pour l’intellect), toujours est-il que nous devons bien prendre le problème relationnel par un bout ou par l’autre. Alors que certains courants psychologiques considèrent que tout travail thérapeutique doit partir de l’individu, les constellations familiales et systémiques, comme leur nom l’indique, partent du postulat inverse : il faut partir de la relation pour mieux comprendre la place que peut prendre un individu dans son système familial, professionnel, sociétal.

Partons donc de la famille, pour exemple, et voyons où cela peut bien nous mener…

La famille est une constellation…

Dans les années 1970, Stanislav Grof montre expérimentalement qu’un individu peut être porteur, bien qu’inconsciemment, de problématiques transgénérationnelles, qui dépassent de loin son histoire personnelle. Lors d’expériences de respiration holotropique, des individus découvrent que leurs problématiques actuelles sont un héritage de leur lignée familiale, ethnique, ou encore culturelle. Les ramifications semblent s’étendre bien plus loin que ce que l’imagination peut concevoir : Grof appellera « constellations » ces systèmes composés de planètes et de satellites gravitant autour d’un noyau central, le cœur de la problématique de l’individu. Grof est résolument pragmatique : peu importe que ses patients aient réellement vécu des vies antérieures ou des rencontres avec leurs aïeux. La seule chose qui importe est la libération émotionnelle qui accompagne ces séances, et qui modifie de manière profonde et durable la vie des personnes. Grof va multiplier les expériences durant 45 ans.

A peu près à la même époque, un ancien prêtre, Anton Hellinger, dit « Bert Hellinger » (diminutif de « Suitbert », son nom de religion), aboutit aux mêmes découvertes psychogénéalogiques en mettant en place une forme de psychodrame familial. Il s’agit de demander à une personne de choisir, dans le groupe de thérapie dont elle fait partie, des représentants pour « jouer » son personnage, celui de sa mère, son père, etc. En réalité il ne s’agit pas vraiment de jouer, au sens théâtral, mais de simplement se laisser traverser par la sensation d’être le personnage, sans chercher à comprendre ou à intellectualiser. Et de manière surprenante, les scènes qui se jouent dans ces groupes produisent les mêmes libérations émotionnelles, accompagnées des mêmes changements comportementaux que ceux vécus en état modifié de conscience. Des tensions familiales éclatent subitement, des lignées entières de problématiques identiques apparaissent en pleine lumière. Bert Hellinger affirme qu’il n’est pas utile que la famille « réelle » soit présente pour résoudre ces problématiques – ils pourraient même tous être morts – car il suffit que la relation se modifie dans cet espace-temps bien à part, pour que tout le système familial se recompose comme par « magie ».

De la magie, c’est bien la première critique que l’on fera à l’inventeur des constellations familiales. Rien ne nous assure que les informations sensorielles recueillies lors des séances correspondent à la réalité, ni que le constelleur ne fasse pas tout simplement de la suggestion, un peu comme en hypnothérapie. Les phrases qu’il prononce, pour ré-informer le corps ou la relation, ressemblent d’ailleurs à s’y méprendre aux phrases scandées en hypnose, dans le ton et dans le rythme. Il y aurait donc un risque d’ascendant du constelleur sur le groupe, voire un risque de dérive manipulatoire.

jodoroskyJodorowsky et le théâtre de la guérison

Toujours à la même époque, un artiste autodidacte et polyvalent franco-chilien, Alejandro Jodorowsky, surnommé « Jodo », commence à mettre en pratique ses expériences théâtrales, spirituelles et artistiques, pour créer un « théâtre de la guérison ». Dans ces constellations qui dépassent bien souvent le cadre de la famille, le constelleur laisse un grande place au « hasard » et à l’intuition du groupe. Les cartes de Tarot, que Jodo aime tant qu’il a créé son propre jeu (accompagné de tout un livre explicatif) sont utilisées pour aider au choix des personnes, et chaque représentant à la liberté d’exprimer tout ce qu’il ressent sans être censuré, pourvu qu’il ne passe pas à l’acte.eric

Reprise et développée par Eric Laudière (psychothérapeute français) dans les années 2000, cette manière de consteller les problématiques relationnelles place le constelleur en position de chef d’orchestre plutôt que de directeur : la constellation se joue devant lui, et il la scande pour mettre en lumière les lignes de force et les tensions qui pourraient passer inaperçues sinon. Le Verbe n’est plus le seul outil pour ré-informer les corps (cela peut être le tambour, ou d’autres instruments à portée rituelle) et le groupe joue un rôle central, que l’on soit représentant ou partie du public.

atomes

Il faut que l’histoire qui se joue soit vue, entendue, criée haut et fort, devant ses témoins de l’humanité que sont les personnes présentes. Le risque de suggestion s’efface devant la spontanéité d’un groupe qui se forme et se déforme, s’aime et se hait, assuré de la présence bienveillante et sécurisante du constelleur. Ce risque est toujours là certes, pour celui qui décide de prendre pour argent comptant tout ce qu’il entend ou ressent dans une constellation  ; mais Eric Laudière précise toujours que les informations reçues dans les constellations ne sont pas à prendre comme des vérités : elles sont plutôt des catalyseurs qui provoquent une réaction en chaîne dans le groupe, faisant bouger tout le système dans le sens d’une résolution de la tension initiale. Libre à chacun d’y voir une coïncidence totalement fortuite ou une synchronicité remarquable : à chacun ses croyances !

Et si l’atome était lui aussi une constellation  ?

La force d’Eric Laudière, après Jodorowsky, aura été d’utiliser la méthode des constellations familiales pour faire apparaître ces tensions familiales et ces lignes de force au sein même de l’individu, ce prétendu atome. Déjà Richard Schwarz, un psychothérapeute américain, avait découvert dans les années 2000 l’existence de multiples parts en chaque individu, sans qu’il soit pour autant atteint de schizophrénie. Alors qu’une partie de moi peut développer un courage proche de la témérité, presque inconscient, une autre part peut sans cesse réclamer des assurances avant d’agir, et parfois bloquer l’action par excès de prudence. Je ne suis ni l’une ni l’autre de ses parts : je suis le patchwork constitué d’elles. Schwarz avait appelé ce système interne IFS : « Internal Familial System ». Une véritable petite tribu intérieure, avec des désaccords, des blocages, des complexes de loyauté et des gardiens un peu trop oppressants…

Consteller son propre système familial interne, en faisant sortir les différentes parts de soi pour les mettre dans l’espace d’une pièce et les faire dialoguer, c’est toute la force de cette méthode qu’Eric Laudière a appelé RER : « Reconnaître, Embrasser, Relâcher ». Plus besoin de faire appel à des représentants extérieurs (même s’il est tout à fait possible de faire une constellation des différentes parts de soi en utilisant la force d’un groupe de représentants), il suffit de reconnaître l’énergie et la place que prend chacun de nos parts, de rendre hommage à la fonction qu’elle a servi  ; enfin de voir si cette fonction est encore utile aujourd’hui, ou bien si on peut accorder à cette part de soi quelques vacances bien méritées…

 

VIDEO

https://youtu.be/sbAp8OiAbf8

Conclusion : quand la poule mange l’œuf ?

En guise de conclusion, il convient de remarquer deux points importants, que nous offrent les différentes méthodes de constellations familiales et systémiques.

  • En premier lieu, un individu n’est jamais un atome, indépendant et insécable. Jamais indépendant, car il dépend, dans son existence même, de toute une série de relations qui étaient là bien avant sa naissance : il s’inscrit dans ces relations plutôt qu’il ne les crée. Imaginer l’individu comme un îlot isolé au beau milieu de la mer, c’est le fantasme fou de l’arbre qui ne voudrait pas voir ses racines. Certainement pas insécable ensuite, puisqu’il peut lui-même être représenté comme un constellation à part entière, constituée de nombreuses planètes tournant autour d’un noyau que l’on pourrait appeler le « Self », pour reprendre l’expression de Schwarz. Un individu est donc une relation, noyée dans des relations, de manière tout à fait fractale (des poupées russes, si l’on préfère…).
  • En second lieu, une tension relationnelle n’est jamais résolue ailleurs que dans un individu. Au lieu de vouloir changer tel ou tel membre de sa famille, telle ou telle relation, telle ou telle part de soi, mieux vaut commencer par investir réellement son individualité, ou encore son « Self », cette partie de soi qui joue au chef d’orchestre dans sa propre constellation. « Changer le monde commence par se changer soi-même », a dit Keny Arkana (une chanteuse marseillaise), à la suite de son maître Gandhi. Si je change en moi la constellation que représente ma famille, alors je change ma famille. Mais si je veux changer ma famille, alors je m’arc-boute sur ce qui ne dépend pas de moi, et je ne vois pas ce que je pourrais changer en moi. Tout part de moi, et tout reviendra à moi, au bout du chemin. Paradoxe ultime et jouissif à la fois.

Car lorsque je comprends ces deux parts d’une même réalité, alors je reprends toute la responsabilité de mes actes, et je réinvestis mon pouvoir personnel dans son entièreté. A tout moment, je peux tout changer.
En commençant par moi.
Toujours. 

Patrick Sorrel et Sophie AucourtSophie : Accordeuse familiale et systémique – Grenoble (Isère) France – Site web : www.sophieaucourt.com

Pour en savoir plusLa constellation familiale est un je
livre familled’Eric Laudière, – aux Éditions Quintessence

Rapides mais atypiques, pertinentes mais peu conventionnelles, les constellations émerveillent, les constellations surprennent, les constellations dérangent… S’appuyant sur le cerveau droit, sensoriel, intuitif et spatial, cette technique d’une grande simplicité est intrigante à plus d’un point de vue, ce qui s’y passe bouscule notre esprit rationnel. Les constellations systémiques complètent les outils traditionnels de diagnostic et de résolution de problèmes, qu’ils soient psychologiques ou organisationnels, ses résultats thérapeutiques sont en tout cas extrêmement prometteurs, de récentes études allemandes tendent à prouver son extraordinaire efficacité. La psychogénéalogie nous apprend que la mémoire de nos ancêtres forme une structure vivante qui habite chacun de nous. Cette structure est inconsciente et nous conditionne. Les constellations familiales ajoutent la dimension spatiale à cette dimension temporelle, nous apprenant que cette structure forme aussi des  » champs  » dans l’espace (en dehors de nous ?). Elles nous permettent de comprendre comment notre arbre généalogique structure notre psychisme.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/