Les 8 plus gros mensonges sur l’alimentation

C’est malheureux, mais les recommandations des nutritionnistes « officiels » sont souvent à mille lieues des enseignements de la science et du bon sens.

Pourquoi ? Parce que l’alimentation est au cœur d’intérêts politiques, industriels et financiers puissants !

Voyez plutôt les 8 énormes mensonges qu’on entend quotidiennement dans les grands médias… et qui nuisent gravement à votre santé.

univers

Mensonge n°1 : Buvez un bon jus d’orange le matin !

La plupart des gens s’imaginent que les jus de fruit sont bons pour la santé.

Et le très officiel Programme National Nutrition Santé (PNNS) les conforte dans cette erreur. Pour ces « experts », un verre de jus « compte » comme une portion de fruit.

Ce n’est pas seulement faux: c’est dangereux.

Car un verre de jus d’orange contient autant de sucre qu’un Coca Cola, avec les mêmes effets désastreux sur votre santé.

Pour les chercheurs de l’Université de Harvard, les boissons sucrées (sodas ET jus de fruits) sont responsables de 133 000 décès par diabète, 44 000 décès par maladie cardio-vasculaire et 6 000 décès par cancer .

Car le sucre est l’ennemi numéro 1 de votre santé.

Les Français consomment 17 fois plus de sucre aujourd’hui qu’au 19ème siècle. Et comme par hasard, cette nouveauté a coïncidé un peu partout avec une augmentation vertigineuse de l’obésité, du diabète et de la quasi-totalité des maladies modernes.

Le pire est le fructose ajouté, que l’on trouve dans les pâtisseries mais aussi la plupart des produits industriels, sous forme de « sirop de maïs » ou « sirop de fructose-glucose ».

Quant au sucre de table, composé à 50 % de fructose et à 50 % de glucose, il faut savoir qu’il est la nourriture privilégiée des… cellules cancéreuses ! Plus vous consommez de sucre, plus vous risquez de déclencher un cancer… et de l’alimenter.

Voilà pourquoi il est si important de réduire au maximum sa consommation de sucre, y compris celui des jus de fruit, même s’ils ont été soigneusement pressés par vos soins.

Et ne croyez surtout pas que manger un fruit entier équivaut à boire du jus de fruit.

D’abord parce que le jus empêche de vous rendre compte de la quantité de sucre que vous avalez. Saviez-vous qu’un seul verre de jus contenait le sucre de deux oranges ? Et que pour produire 1 seul litre de jus, il faut 2 à 3 kilos d’orange ?

Et surtout, les fibres du fruit ont l’avantage de « ralentir » le passage du sucre dans le sang. Lorsque le fruit est réduit en jus, sans les fibres, il augmente brutalement votre taux de sucre sanguin et force votre pancréas à injecter une dose massive d’insuline pour rétablir la situation.

Résultat : au bout de deux heures, c’est l’hypoglycémie. C’est la fameuse fringale de 10-11h, après un petit-déjeuner sucré. Au bout de quelques mois, c’est la prise de poids… Et au bout de quelques années, c’est l’ensemble de vos cellules que vous endommagez.

Voilà l’effet que les sucres « rapides » produisent sur votre organisme… Et le pain n’y fait pas exception :

pain

Mensonge n°2 : Le pain complet est la base d’une alimentation santé

Ah, le pain complet, les céréales complètes, voilà qui sonne « sain », n’est-ce pas ?

Malheureusement, les choses ne sont pas si simples.

Les nutritionnistes recommandent le pain complet car il contient une dose correcte de fibres et des vitamines (contrairement au pain blanc, très pauvre nutritionnellement).

Mais c’est loin d’être un aliment irreprochable.

Le pain complet contient beaucoup de gluten, de sel et de pesticides (lorsqu’il n’est pas bio).

Et contrairement à ce qu’on croit trop souvent, c’est un « sucre rapide ».

On le sait grâce à la mesure de son « index glycémique », qui reflète la rapidité avec laquelle les aliments augmentent votre taux de sucre sanguin.

Eh bien l’indice glycémique du pain (blanc ou complet) est très élevé (71), et même légèrement supérieur à celui du sucre de table (67)  !

Lorsque vous mangez du pain, votre taux de sucre dans votre sang augmente brutalement, et comme on l’a vu avec le jus d’orange, cela finit par dérégler votre appétit, favoriser le surpoids et accélérer le vieillissement de vos cellules.

Choisir des aliments à indice glycémique bas est donc un des gestes les plus importants que vous pouvez faire pour votre santé… et votre tour de taille.

Si vous tenez à votre pain quotidien, préférez le pain complet au levain (bio), qui a l’avantage d’avoir un indice glycémique un peu plus bas.

Mais ne croyez surtout pas que le pain complet, ou les céréales complètes en général, sont des aliments indispensables à une alimentation « santé ». Vous trouverez davantage de bonnes fibres et de vitamines dans les légumes

herbe animée

Mensonge n°3 : Il faut manger « un peu de tout »

Combien de fois ai-je dû supporter cette vieille rengaine ? « Manger équilibré » ce serait tout simplement « manger un peu de tout ».

Si l’on suit cette logique, cela voudrait dire qu’il faudrait manger « un peu de frites », « un peu de charcuterie », « un peu de viennoiseries industrielles », « un peu de pain blanc », « un peu d’huile de tournesol », « un peu de glace », boire « un peu de coca-cola ».

Vous voyez le problème…

Manger « de tout » était un bon conseil quand toutes ces cochonneries n’existaient pas. Il était alors utile de varier les plaisirs au sein du cercle des aliments bons pour la santé (fruits, légumes, viandes, poissons, œufs, noix).

Mais dans la jungle alimentaire que nous connaissons aujourd’hui, s’il y a une règle à suivre, c’est de manger le plus possible de bonnes choses, et le moins possible de mauvaises.

Manger « de tout » est d’autant plus inadapté qu’il existe des catégories d’aliments qui ne conviennent absolument pas à certaines personnes.

Par exemple, les féculents sont bons pour les sportifs… mais désastreux pour les diabétiques. Le lait et le blé peuvent être consommés avec modération par ceux qui les tolèrent, mais doivent être évités à tout prix par ceux qui les digèrent mal.

Ces derniers ne mangeront donc pas de « tout »… mais cela n’a aucune importance !

Car le lait ou les céréales ne contiennent aucun nutriment qu’on ne peut retrouver dans d’autres aliments (certaines variétés de choux contiennent plus de calcium que le lait).

Même les fruits peuvent être évités sans dommage pour la santé – du moment que vous consommez un maximum de légumes variés.

Quant au régime végétarien, sans viande ni poisson, il est plus compliqué à équilibrer, mais pas impossible si vous avez une excellente connaissance de la nutrition !

OEUFS

Mensonge n° 4 : Surtout pas plus de trois œufs par semaine !

« Les œufs sont pleins de cholestérol ! Limitez-les au maximum, pour le bien de votre cœur et de vos artères ! »

Et voilà comment un slogan sorti des années 1970 a privé inutilement des millions de personnes d’un des aliments les plus sains de la planète.

Car cela fait maintenant des années qu’on le sait : le cholestérol contenu dans les aliments n’a aucune influence négative sur votre cholestérol.

La raison est simple : c’est le foie qui produit l’essentiel du cholestérol de votre organisme.

Lorsque vous avalez du cholestérol contenu dans les aliments, le foie réduit d’autant sa propre « production ». C’est pourquoi vous pouvez avaler 3 œufs par jour sans que votre cholestérol (LDL) ne bouge d’un iota.

Aucun risque, donc, pour votre cœur.

Des études portant sur des centaines de milliers de personnes ont montré de façon répétée que ceux qui consomment beaucoup d’œufs n’ont pas plus de risque que les autres de développer une maladie cardiaque.

Face à cette avalanche de preuves, les autorités américaines ont fini par changer leur fusil d’épaule. Les nouvelles recommandations officielles, publiées en 2016, contiennent enfin, noir sur blanc, l’aveu qu’il est totalement inutile de réduire sa consommation d’aliments riches en cholestérol.

Et cela tombe bien, car ce sont souvent des aliments extrêmement sains, comme les fruits de mer, le foie de veau (et autres abats) ou les sardines. Quant à l’oeuf, c’est un véritable « super-aliment » qui mériterait être consommé tous les jours.

Le blanc d’œuf est composé à 100 % d’excellentes protéines, idéales pour le petit-déjeuner. Et le jaune est rempli de vitamines (A, B2, B5, B6, B9, B12, D, E et K), d’anti-oxydants ainsi que de « choline », un nutriment rare qui protège votre mémoire.

D’ailleurs, saviez-vous à quoi la doyenne de l’humanité actuelle, l’italienne Emma Morano (116 ans !), attribue son incroyable longévité ? Aux trois œufs qu’elle mange tous les jours, depuis l’âge de vingt ans !

Mensonge n°5 : Remplacez le beurre par l’huile de tournesol

HUILEPriver les citoyens d’un « super-aliment » est dommage. Mais il est beaucoup, beaucoup plus grave de leur conseiller d’avaler un aliment toxique.

C’est ce qui s’est produit dans les années 1970 (encore !), lorsque l’on a commencé à dire aux gens de remplacer les graisses animales, comme le beurre, par des huiles végétales, comme l’huile de tournesol ou de maïs.

Or on sait aujourd’hui que ces deux huiles font partie des aliments les plus nocifs qui existent.

Le problème est qu’elles sont bourrées d’omégas-6, dangereux lorsqu’ils sont consommés en excès : ils augmentent votre risque de surpoids, de diabète… et de crise cardiaque [4] !

Etait-il au moins justifié de recommander de réduire les graisses animales, pour éviter de boucher les artères ?

Même pas.

On s’est aperçu que le régime traditionnel des Eskimos (inuits) était composé presque exclusivement de viandes et poissons extrêmement gras comme le phoque, la baleine, le morse ou le renne…

…Et cela ne les empêchait pas d’avoir un des taux de maladie cardiaque les plus bas au monde !

En réalité, il n’existe aucun lien entre la consommation de graisses animales dites « saturées » et le risque de maladie cardiaque. C’est ce qu’a conclu le rapport de référence de 2010 sur le sujet, qui incluait 21 études et 347 000 personnes suivies.

Pour enfoncer le clou, deux chercheurs ont publié en avril 2016 les résultats d’une étude datant des années 1970, qui sont d’autant plus explosifs qu’ils ont été camouflés pendant près de 30 ans [5].

A l’époque, les chercheurs avaient sélectionné 9 000 personnes qui vivaient en établissement médicalisé, et dont ils pouvaient contrôler le régime alimentaire à 100 %.

Pendant des années, la moitié d’entre eux a suivi un régime alimentaire « classique », relativement riche en graisses saturées (beurre, fromage et viande). L’autre moitié s’est vu priver d’une bonne partie de ces graisses et, pour compenser, a consommé une dose importante d’huile de maïs.

Eh bien au bout de cinq ans, les pauvres cobayes du deuxième groupe ont eu deux fois plus de crise cardiaque que ceux du premier (41 % contre 21 %) !

Voilà ce qui arrive quand on demande aux gens de consommer massivement des produits industriels (huile de maïs ou de tournesol) qui n’ont jamais fait partie du régime traditionnel d’aucun peuple sur la planète ! (les huiles d’olive et de colza, elles, sont consommées depuis des millénaires et sont précieuses pour la santé).

Mensonge n°6 : les compléments alimentaires sont inutiles et dangereux

COMPLEMENTQuand on écoute les médias, les autorités ou les médecins, on a souvent l’impression que les compléments de vitamines, minéraux et autres micro-nutriments sont au mieux de la poudre de perlimpinpin, et au pire des poisons en puissance.

Il est vrai qu’il existe de véritables arnaques, particulièrement dans le domaine de la « minceur » : non, évidemment, vous ne perdrez jamais 5 kilos par mois en avalant des pilules !

Mais n’oublions pas que de nombreux médicaments ne valent pas mieux. D’après les Professeurs Even et Debré, plus de la moitié des médicaments vendus en pharmacie sont inutiles… avec des effets secondaires parfois effrayants.

Les compléments alimentaires, eux, sont inoffensifs dans l’immense majorité des cas. Et si vous les choisissez bien, ils peuvent faire une grande différence pour votre santé.

Car contrairement à une idée reçue, il ne suffit pas de « manger équilibré » pour ingérer toutes les vitamines et minéraux dont votre corps a besoin.

L’exemple le plus évident est la vitamine D. C’est une vitamine qui a la particularité d’être quasiment absente des aliments… et d’être synthétisée par notre organisme uniquement lorsque notre peau est exposée au soleil !

Et comme nous passons l’essentiel de notre temps entre quatre murs, il est très fréquent d’être en carence aujourd’hui. Selon une étude publiée en 2012, pas moins de 80 % des Français sont en déficit de vitamine D [6] !

C’est un chiffre dramatique quand on sait qu’une carence en vitamine D est associée à un risque plus élevé de mourir d’accident cardiaque, de cancer ou d’infection [7].

Voilà donc un premier complément alimentaire que presque tous les Français devraient prendre, tous les jours, la vitamine D !

Mais ce n’est pas le seul.

Un effet pervers du développement de l’agriculture intensive est que les fruits et légumes sont désormais beaucoup moins nutritifs qu’avant.

Des chercheurs ont calculé qu’une pomme d’aujourd’hui contient 100 fois moins de vitamine C qu’il y a 50 ans ! Et si vous voulez obtenir la même dose de vitamine A contenue dans une orange de la même époque, vous devez désormais en consommer 21 [8] !

Voilà pourquoi des nutritionnistes éminents, comme le professeur Willet de l’Université de Harvard, recommandent à tous, en plus d’une alimentation équilibrée, de prendre chaque jour un complément multivitamine de qualité.

ZUT

Mensonge n°7 : Le « sans-gluten » est une mode stupide

On présente souvent le « sans-gluten » comme un « effet de mode », un « nouveau snobisme », voire même « un régime risqué ».

Mon propre médecin m’a regardé avec pitié, il y a des années, lorsque je lui ai parlé d’arrêter le gluten.

Pour la médecine officielle, si vous ne faites pas partie des 1 % de la population intolérante au gluten (maladie coeliaque), vous n’avez aucune bonne raison de vous en priver.

Mais si vous écoutez les patients, vous entendez un tout autre son de cloche.

Ils sont de plus en plus nombreux à arrêter le gluten, et à témoigner du bien que cela leur a fait : fini les problèmes digestifs qu’ils traînaient depuis des années, fini les douleurs inexpliquées ou les fatigues anormales.

Et pourtant, Dieu sait qu’il est pénible de devoir manger sans gluten 365 jours par an. C’est une protéine contenue dans les céréales comme le blé ou l’orge, et que l’on trouve donc dans la plupart des pains, des pâtes, des sauces et des gâteaux.

Manger « sans gluten » est donc un parcours du combattant dès que l’on sort de chez soi et que l’on mange à la cantine, au restaurant ou chez des amis.

Ceux qui suivent ce régime ne le font pas par gaieté de cœur, et encore moins par effet de mode… mais bien parce qu’ils en constatent les effets sur leur santé !

Et la science leur donne raison.

Car le blé d’aujourd’hui n’est pas le même qu’au début du 20ème siècle. Par croisements génétiques, le blé moderne contient 42 chromosomes, là où le blé ancestral n’en avait que 14.

Et l’un des effets de ce blé « mutant »… est qu’il contient beaucoup plus de gluten qu’avant !

Or la gliadine du gluten produit un effet désastreux sur votre intestin : il le rend plus perméable, plus poreux [9].

C’est dangereux, car votre intestin risque alors de laisser passer dans le sang des fragments d’aliments, ce qui peut déclencher des réactions inflammatoires, des douleurs… et même des maladies auto-immunes.

Voilà pourquoi tout le monde gagnerait à réduire sa consommation de gluten, y compris ceux qui le supportent très bien.

Le seul « risque » que vous prenez, c’est de vous priver d’aliments peu recommandables comme le pain, les pâtes et la plupart des produits industriels… et de devoir compenser ce « manque » en mangeant plus de fruits, de légumes et de bonnes graisses !

LAIT

Mensonge n°8 : Les produits laitiers sont nos amis pour la vie

Tout le monde l’a entendu au moins une fois : il faudrait manger « au moins 3 produits laitiers par jour ».

C’est le conseil donné aux Français sans relâche depuis des dizaines d’années. Mais sur quoi repose-t-il vraiment… sinon sur l’influence du lobby laitier ?

On peut se poser la question quand on sait que les trois quarts de l’humanité ne possèdent pas l’enzyme permettant de digérer le lactose… et ne boivent donc pas la moindre goutte de lait à l’âge adulte.

Sont-ils pour autant en mauvaise santé ? Pas du tout. Les Japonais vivent même plus longtemps que les Européens, sans le moindre produit laitier.

Mais ne manquent-ils pas de calcium ? Leurs os ne sont-ils pas fragiles ?

Au contraire : ils subissent nettement moins de fractures que les scandinaves, qui sont pourtant les plus grands consommateurs de produits laitiers au monde !

En fait, la dose quotidienne de calcium indispensable à la santé de vos os est assez basse et très facile à atteindre sans la moindre goutte de lait.

Inutile, donc, de vous gaver de lait en croyant faire du bien à vos os. Et ce d’autant moins que les produits laitiers ont une face très sombre :

  • Le lait non bio contient de forts taux de pesticides ;
  • Le lait de vache est riche en hormones bovines (œstrogène, progestérone et insuline) utiles à la santé du veau, mais inadaptées à notre organisme ;
  • Et de nombreuses études ont établi que les gros consommateurs de lait ont plus de risque que les autres de contracter un cancer de la prostate [10].

Et je ne vous parle pas des dégâts digestifs que peut causer le lait chez ceux qui le digèrent mal. Or les intolérants au lactose sont beaucoup plus nombreux qu’on ne l’imagine : en France, ils représentent environ 41% de la population !

Bref, ne vous forcez surtout pas à manger le moindre produit laitier. Et si vous les appréciez, essayez de ne pas dépasser une portion par jour, de privilégier le lait de brebis ou de chèvre… et de les choisir bio !

J’ai besoin de votre aide !

J’ai essayé de rassembler pour vous les mensonges les plus criants, mais ce ne sont pas les seuls, hélas !

N’hésitez pas à compléter cette liste, en m’écrivant sur cette page.

Et si vous pensez que cette lettre peut être utile à d’autres, n’hésitez pas à la partager autour de vous !

Car ne trouvez-vous pas qu’il est important d’agir contre une telle désinformation ?

Le temps n’est-il pas venu de contrer la propagande d’industriels qui cherchent à nous vendre leur marchandise à tout prix, sans se soucier de notre santé ?

N’est-il pas urgent de former une immense chaîne de solidarité et de VERITE sur l’alimentation santé ?

Si la réponse est oui, aidez-moi à lancer ce grand mouvement en transmettant cette lettre autour de vous !

Si chacun d’entre nous transfère ce message à tous ses contacts, nous pouvons toucher et aider des centaines de milliers de personnes en quelques jours !

Je suis sûr que, comme moi, vous voyez autour de vous des gens persuadés de « bien faire » en alimentation, alors qu’ils sont en train de nuire à leur santé…

Alors allons-y, donnons-leur maintenant la possibilité de recevoir une information qu’ils n’ont peut-être jamais vue ailleurs !

Si nous nous y mettons tous ensemble, nous pouvons déplacer les montagnes, pour la santé de tous, corps et esprit !

Merci d’avance pour votre action !

SOURCE : Xavier Bazin

PS : si vous n’êtes pas encore inscrit et que vous souhaitez recevoir des messages, rendez-vous ici.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

Publicités

Un «aller-retour» au coeur de la Lumière

NDE, l’histoire de Mellen-Thomas Benedict

 En 1982, je mourais en phase terminale d’un cancer. Les conditions dans lesquelles j’étais, étaient intolérables, et toutes sortes de chimiothérapies aggravaient mon état végétatif. Les médecins m’avaient donné huit mois à vivre.

HistoireDans les années 1970, je travaillais dans l’information et les crises que traversait la planète m’abattaient (nucléaire, écologie, …). Parce que je n’avais aucune recherche spirituelle, j’ai cru que la nature avait fait une erreur et que nous étions le cancer de cette planète. Je ne voyais aucune issue à tous ces problèmes que nous avions créés. Pour moi, chaque humain était une souche cancérigène. C’est ce qui m’a tué. Prenez garde à votre façon de considérer votre monde. Cela peut se retourner contre vous et particulièrement si cela est négatif. Mon regard sur le monde était très noir. Ce regard m’a conduit tout droit à la mort. J’ai tenté toutes les méthodes de guérison, mais rien n’a marché.

Alors, j’en concluais que ceci était une affaire entre Dieu et moi. Avant cela, je n’avais jamais eu à affronter Dieu. Aucune spiritualité ne m’intéressait, mais malgré tout je commençais à m’informer sur cet univers et je m’orientais vers d’autres médecines. Je lisais tout ce que je pouvais à ce sujet. Je lisais tout sur les religions et les philosophies. Tout cela était fort intéressant et me donnait l’espoir qu’il y avait peut-être quelque chose de l’autre côté. J’entrais en soins intensifs. Je me souviens me réveiller chez moi à 4 heures trente du matin, et je savais alors ce qu’il en était. C’était le jour où j’allais mourir. J’ai appelé quelques amis afin de leur dire au revoir. J’ai réveillé l’infirmière afin de lui dire que c’était la fin. J’avais passé un accord avec elle et je lui avais demandé de ne pas me laisser seule pendant les six heures qui suivraient ma mort car j’avais lu que parfois, des choses étranges se déroulaient pendant ce laps de temps.

 Je me souviens alors d’un début de NDE (Near Death Experience). Soudain, je pris conscience que je me tenais debout et que mon corps était allongé sur le lit. Autour de moi, c’était sombre. Être en dehors de mon corps était une sensation bien vivante. J’étais si vivante que je pouvais voir toutes les pièces qui m’entouraient. Je pouvais voir le toit de la maison, autour de la maison et sous la maison. Il y avait une brillante lumière. Je me suis tournée vers elle. La lumière ressemblait vraiment à tout ce que d’autres personnes avaient décrit à propos des NDE. C’était si magnifique, si tangible qu’il était possible de la ressentir. Elle était envoûtante et attirante comme si vous vouliez vous blottir dans les bras de votre père idéal ou de votre mère idéale. Alors, que je me dirigeais vers la Lumière, intuitivement, je savais que si je continuais à avancer vers elle, je mourrais. Alors que je m’avançais vers elle, je lui demandais : « S’il te plait, attend ! Je veux m’imprégner de ceci et j’aimerais parler avec toi avant de partir.. » Puis, quelque chose se produisit car à ce moment précis, vous avez le contrôle de la vie après la mort. Ma demande a été honorée et j’ai eu une conversation avec la Lumière. La Lumière prenait plusieurs visages comme celui de Jésus, Bouddha, Krishna, mandalas, …

J’ai demandé à la Lumière : « que se passe-t-il ? S’il te plait Lumière éclaire-moi sur tout cela. Je veux vraiment connaître la vérité de ce qui Est ». La communication était télépathique. La Lumière a répondu. Pendant cette expérience, l’information qui m’était transmise était celle-ci : « la Lumière se manifeste en fonction de nos croyances et de nos attentes. Si tu étais bouddhiste, catholique ou fondamentaliste, tu expérimenterais ce en quoi tu as toujours cru. 

Alors que la Lumière se présentait à moi, je réalisais que ce que je voyais vraiment était la matrice de notre Soi Supérieur. Je n’appartenais à aucune religion en particulier. C’est donc ce qui m’était renvoyé pendant cette NDE. Alors que je demandais à la Lumière de m’en révéler davantage. Je comprenais ce que signifiait la matrice du Soi Supérieur. Il existe une « grille, un réseau » autour de la Planète où tous les Moi Supérieurs sont connectés. C’est comme une super compagnie, un autre niveau subtil qui nous entoure, on peut l’appeler : un niveau de l’esprit. Après quelques minutes, je demandais encore des explications. Je voulais vraiment savoir ce qu’était l’Univers. Mais au fond de moi j’étais prête à mourir. Puis la Lumière s’est transformée en la plus belle chose qui soit : un mandala fait d’âmes humaines. J’ai vu ce magnifique Mandala, et j’ai vu, Ô combien merveilleux nous sommes tous dans notre essence, au coeur de nos atomes. Nous sommes la plus belle des créations. L’âme humaine, la matrice humaine que nous formons tous est absolument fantastique, élégante, exotique, Tout. Je peux difficilement exprimer à quel point cela a changé mon regard sur les Êtres Humains. Je m’exclamais : « O mon Dieu que les Êtres Humains sont beaux ».

Qu’importe où vous en êtes, qu’importe la forme qui est la vôtre, vous êtes une des plus belles créations.

Les révélations qui venaient de la Lumière se déversaient encore et encore. Alors j’ai demandé à la Lumière : « Cela signifie-t-il que l’Humanité va être sauvée ? » Puis, tel le souffle d’une trompette accompagné de lumières qui tourbillonnent, la Grande Lumière a dit : « Souviens-toi de cela et n’oublie jamais : Vous vous sauvez vous-mêmes, vous vous rachetez vous-mêmes et vous vous guérissez vous-mêmes comme vous l’avez toujours fait. Et comme vous le ferez toujours. Vous avez été créés avec le pouvoir de le faire avant même la création du monde ». A ce moment-là, j’ouvrais davantage ma conscience. Je comprenais que nous avons DEJA ETE SAUVES et que nous nous sommes sauvés parce que nous avons été conçus ainsi comme l’est le reste de l’Univers Divin. Voilà ce que signifie la deuxième naissance. Du fond de mon coeur je remerciais la Lumière. Je déclarais : « O cher Dieu, Cher Grand Soi, J’aime ma vie ! »

spiritualité4

La Lumière semblait m’absorber encore plus profondément. La Lumière de L’Amour est indescriptible. J’entrais dans un autre royaume encore plus profond et je comprenais encore davantage. Je voyais un immense Courant de Lumière, large, et débordant, profond au coeur même de la Vie. Je demandais ce que cela était. « C’est la rivière de la Vie. Bois de cette eau sacrée autant que tu le souhaites » 

Alors je l’ai fait. Boire la Vie elle-même était une extase. Alors la Lumière a dit : « Tu as un désir ».

La Lumière savait tout de moi, le passé, le présent et le futur. « Oui », j’ai murmuré. J’ai demandé à voir le reste de l’Univers, au-delà de notre Système Solaire, au-delà de l’illusion des hommes. La Lumière m’a dit que je pouvais aller dans le Courant de la Vie. Ce que j’ai fait. J’ai été transportée par la Lumière jusqu’au bout du tunnel. J’ai senti et j’ai entendu une série d’explosions soniques. Une impressionnante accélération.

Soudain, portée par le Courant, je m’éloignais de la Planète. J’ai vu la terre disparaître. Le système solaire, dans toute sa splendeur, défiler à toute vitesse et disparaître. Aussi vite que la vitesse de la Lumière, je volais vers le centre de la Galaxie et j’absorbais au fur et à mesure, toute la connaissance. J’apprenais que cette Galaxie et tous les Univers bouillonnent d’une variété considérable de vies. J’ai vu de nombreux mondes. La bonne nouvelle est que nous ne sommes pas seuls. Alors que j’avançais sur ce Courant de Conscience au travers du centre de la Galaxie, le courant se fracturait en d’extraordinaires ondes d’énergies. Je contournais, le fantastique amas de Galaxies, chargé de toute sa Sagesse.

J’ai cru que j’allais quelque part, mais je réalisais alors, que le Courant s’élargissait, que ma propre conscience s’élargissait pour absorber tout de l’Univers. Toutes les créations défilaient à mes côtés.

C’était merveilleux au-delà des mots. J’étais vraiment un Super Enfant ; un bébé dans un Monde Enchanté.

L'UNPuis, à ce moment-là, je ne bougeais plus, immobilisée dans un profond silence. Je pouvais voir et percevoir POUR TOUJOURS au-delà de l’infini. J’étais dans le Vide. J’étais en phase de pré-création, avant le Big-bang. J’avais franchi le début des temps, j’étais allée au-delà de la première vibration, au-delà du premier mot. J’étais dans l’oeil de la Création. J’avais l’impression de toucher le Visage de Dieu. Cela n’avait rien à voir avec une sensation religieuse. Simplement, j’étais Un avec la Vie et la Conscience Absolue. Quand je dis que je pouvais voir et percevoir pour Toujours, cela signifie tout de la Création et sa propre création. Il n’y avait pas de début ni de fin. Les scientifiques pensent que le Big-bang est un événement isolé qui a crée l’Univers. Au cours de ma NDE, j’ai vu que le Big-bang est seulement l’un des infinis Big-Bangs qui ont créé d’innombrables Univers et de façon simultanée. Les seules images qui se rapprochent de tout cela sont celles crées par les ordinateurs en appliquant des   équations géométriques fractales. Les anciens savaient cela. Ils disaient que Dieu créait des Univers en expirant et en créait d’autres en inspirant.

Ils appelaient ces moments les Yugas. Tout cela n’était que pure conscience. Je voyais tous les Big-Bangs ou Yugas se créer et se créer encore. Je pénétrais au coeur d’eux et je réalisais que chaque particule de création a le pouvoir de créer. Difficile de l’expliquer. Il m’a fallu plus d’un an pour assimiler tout ce que contenait le Vide. Le Vide est Tout sauf rien et il est plus que tout. Le Vide est le zéro absolu, le chaos d’où tout est possible. C’est la Conscience Absolue, bien plus que toutes les intelligences Universelles. Le Vide est l’espace entre les atomes et ses composants. La science d’aujourd’hui l’appelle : le point zéro. Toutes les fois où ils tentent de le mesurer, les indicateurs sortent des mesures (vers l’infini). Il y a bien plus d’espaces zéro dans nos corps et dans l’Univers que tout autre chose. Ce que les mystiques appellent le Vide n’est pas un vide. Il est plein d’énergies, toutes sortes d’énergies qui ont créé tout ce que nous sommes. Tout depuis le Big-bang est vibration, du premier Mot, qui est la première vibration.

Le « Je suis » de la bible renvoie à cette question : Qu’est-ce que « Je suis » ? La création est Dieu qui s’explore lui-même et ce de toutes les façons possibles. C’est une exploration sans fin au travers de nous-mêmes. Pendant ma NDE, je commençais à comprendre que tout ce qui est, est Le Soi, Votre Soi, Mon Moi. Voilà pourquoi Dieu sait quand une feuille tombe. Cela est possible car où que vous soyez, vous êtes au centre de l’Univers. Où qu’un atome soit, il est le centre de l’Univers. Car Dieu est le Vide. Après avoir fait l’expérience du Vide, je voulais retourner au principe de la création. Puis, tout à coup, je suis retournée au Big-bang et j’entendais plusieurs explosions arrondies. Je me suis retrouvée sur le Courant de retour vers toute la Création. Quelle chevauchée ! Je traversais l’amas de Galaxies avec encore plus de clarté. Je franchissais le centre de notre Galaxie qui est un trou noir. Les trous noirs sont des grands processeurs de recyclage de l’Univers. Savez-vous ce qu’il y a de l’autre côté d’un trou noir ? La Lumière.

Nous sommes, notre Galaxie qui provient d’un autre Univers. Dans sa configuration globale, la Galaxie ressemble à une fantastique cité de Lumières. Toutes les énergies de ce coté du Big-bang sont Lumière. Tous les atomes, toutes les étoiles, toutes les planètes, la conscience elle-même est faite de Lumière ! La Lumière est vivante, tout est fait de Lumière même les pierres. Donc tout est vivant. Tout est conçu avec la Lumière Divine et tout est très intelligent. Alors que je poursuivais mon voyage, je vis une énorme Lumière s’approcher. Je savais que c’était la Lumière Initiale, La Lumière de la Matrice du Soi Supérieur de notre Système Solaire. Puis tout le Système Solaire s’est présenté comme une Lumière dans des explosions de velours. Je pouvais voir toutes les énergies que ce Système Solaire générait, c’est un vrai Festival de Lumière. !

Je pouvais entendre la musique des Sphères. Notre système Solaire, comme tous les corps de Lumière Célestes génèrent une matrice de lumière, de sons et de vibrations qui lui sont propres. Sachez que les Humains font un bruit incroyable à chaque instant, tel des enfants qui joueraient dans la cours de récréation de l’Univers.

LUMIERELa Lumière m’a bien expliqué que la Mort n’existait pas et que nous sommes immortels. Nous sommes vivants depuis toujours ; Nous faisons partie d’un système qui se recycle lui-même sans cesse. Il ne m’a pas été demandé de revenir, je savais que je le ferais. C’était naturel. J’ignore à l’échelle du temps humain combien de temps je suis restée dans la Lumière. Une fois mes réponses obtenues, je savais que le retour était proche. Chaque humain a une vie différente et des questions propres. Chacun de nous explore la vie d’une façon unique. Et ceci est fondamental. Parce que chacun contribue à la Vision d’ensemble, à la complétude de la Vie. Nous sommes des Dieux explorant le Dieu Moi dans la danse infinie de la Vie. Votre unicité embellit toutes vies.

Alors que je retournais dans le cycle de la vie, je n’avais pas pensé que je reviendrais dans le même corps et cela ne m’a pas été dit. Je l’ai fait. J’avais complètement confiance. J’ai demandais à me souvenir de tout ce que j’avais vu et de tout ce que j’avais appris. J’ai entendu un « OUI » comme un baiser à mon âme. Alors je suis retournée à la Lumière au cœur du royaume vibratoire. Le processus s’est inversé et plus d’informations m’étaient données. Je suis revenue chez moi et le processus de réincarnation m’était expliqué. J’obtenais des réponses à ces questions : Comment cela marche ?

La terre est un grand processeur d’énergie et la conscience individuelle évolue en dehors de cela mais au sein de chacun. Je me suis imaginé en tant qu’humain pour la première fois et j’étais heureuse. De tout ce que j’avais vu, j’étais heureuse  d’être un atome dans l’Univers. Etre une partie humaine de Dieu, quelle bénédiction ! C’est fantastique. C’est une bénédiction au-delà de ce que l’on peut imaginer. Pour chacun d’entre nous, faire partie de cette expérience humaine, c’est fabuleux et Grandiose. Chacun d’entre nous, qu’importe où nous sommes, malade ou pas, nous sommes une bénédiction pour cette planète. Même là où vous êtes.

J’expérimentais le processus de réincarnation pensant redevenir un bébé quelque part. Mais un autre enseignement sur l’identité m’était donné et comment évolue la conscience. J’étais si surprise quand j’ai ouvert mes yeux. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai été étonnée de me retrouver dans mon corps, dans ma chambre avec le visage de quelqu’un au-dessus du mien. Un visage qui pleurait. C’était mon infirmière.

Elle m’avait trouvé morte. Mon corps était raide et inflexible. Puis elle est allée dans l’autre pièce. Je me suis réveillée et j’ai vu la Lumière à l’extérieur. Je voulais me lever pour sortir mais je suis tombée du lit. Elle a entendu le bruit, s’est précipitait et m’a trouvée parterre. Une fois que j’allais mieux, j’étais très impressionnée sur ce qui c’était passé pendant ma NDE. Dans un premier temps, j’avais du mal à me souvenir de tout cela. Je me demandais : suis-je en vie ? Ce monde me semblait être un rêve bien plus que ce que j’avais découvert. Au bout de trois jours, je me sentais « normale » à nouveau, mais plus lucide et malgré tout différente de ce que j’avais toujours ressenti. La mémoire de cette NDE est revenue un peu plus tard. Je ne voyais plus rien de négatif dans les êtres humains. Avant cela, je jugeais beaucoup, et je pensais que beaucoup de gens étaient « dérangés ». En fait, je pensais que nous étions tous un peu « dérangés ».

Trois mois plus tard, j’ai fait des examens. Je me sentais bien. Le médecin m’a dit : « Il n’y a plus rien ! » Je répondais : « ce doit être un miracle ! » Il a répondu : « non, ces choses arrivent et nous les appelons : rémissions spontanées ! » Il n’avait pas l’air étonné. Mais pour moi cela était un miracle et j’étais impressionnée. Pendant ma NDE, j’ai visité ce que vous appelez l’enfer et j’ai été très surprise. Je n’ai pas vu Satan ou le diable. Ma descente aux enfers était une descente dans la misère, l’ignorance et la souffrance de nos limitations. 

Cela semblait être une éternité misérable. Mais chaque âme avait une étoile autour qui lui était accessible à chaque instant. Mais personne ne semblait y prêter attention. Ces êtres étaient si fatigués par leurs rancoeurs, leurs traumas et leur misère. Mais après ce qui m’a semblé être une éternité, j’ai appelé la Lumière comme un enfant appelle ses parents quand il se sent en danger. Puis la Lumière est apparu et a formé un tube qui s’est dirigé vers moi, m’isolant de toutes ces peurs et douleurs. Voilà ce qu’est vraiment l’enfer. Nous sommes en train d’apprendre à nous retrouver à nous unir. Les portes de l’enfer sont ouvertes et nous allons pouvoir nous relier afin que nous sortions de cette misère, main dans la main. La Lumière s’est transformé en un Ange immense. Je lui demandais : « Etes–vous l’Ange de la Mort ? » Il m’a précisé qu’il était ma Présence Divine, la Matrice de mon Moi Supérieur. Puis je suis retournée à la Lumière. Bientôt nos scientifiques vont quantifier l’esprit. Les physiciens « fracassent » les atomes pour comprendre de quoi ils sont faits. Ils sont allés jusqu’aux quarks et charms, … Un jour ils atteindront cette petite chose qui fait que tout se tient ensemble et ils devront l’appeler… Dieu ? Nous commençons à peine à comprendre que nous aussi nous créons.

NDE

Lors de ma NDE, j’ai franchi un point, celui où nous dépassons tout le savoir, comprenant que Nous avons le pouvoir de créer. Et c’est ainsi que Dieu s’expanse au travers de nous. Depuis cette expérience, je rencontre la Lumière dans chacune de mes méditations. Chacun de vous peut le faire. Il n’est pas nécessaire de mourir ou de vivre une NDE. C’est en vous comme un équipement auquel vous êtes déjà connecté. Le corps est le plus magnifique Être de Lumière qui soit. Le corps est un univers d’infinies Lumières. L’esprit ne nous pousse pas à détruire ce corps. Ce n’est pas ce qui se passe. Ne cherchez pas à devenir Dieu, Dieu devient vous. Ici !

Je demandais, quelle est la meilleure des religions ? Avec beaucoup d’Amour la réponse fut : « Cela m’est égal ». Incroyable. Quand j’ai entendu cela, j’ai immédiatement compris que ce qui était important c’était Nous. Pour Dieu, il n’est pas important que vous soyez protestant, catholique, bouddhiste ou autre, car tout est une facette du tout. Tout est important. Pendant ma NDE, j’ai exploré le coté noir des déchets toxiques, des missiles nucléaires, la déforestation, et le problème démographique, … Je suis revenue en aimant chacun des problèmes. C’est un mandala que nous avons créé pour nous propulser vers un autre niveau de conscience. Nous prenons ainsi conscience que nous sommes tous interconnectés. Chaque bombe nous a poussé à dire : « cela suffit, nous n’en avons plus besoin ». Nous

sommes aujourd’hui dans un monde bien plus sûr que nous ne l’avons jamais été. Et il va devenir de plus en plus sûr. Je suis donc revenue de ma NDE aimant les bombes nucléaires car elle nous ont unis davantage. Ceci est si immense. Et Peter Russel a dit : « ces problèmes sont maintenant du côté de l’âme. Donc nous aurons des réponses de l’âme ».

Le déboisement de la forêt amazonienne va ralentir, et dans moins de 50 ans, il y aura plus d’arbres que jamais. Engagez-vous là où vous entendez l’appel. Mais ne soyez pas dépressif, tout fait partie d’un plan bien plus vaste. La Terre est en train de se domestiquer. Elle ne sera pas sauvage comme elle l’a été. Mais il y aura de grands espaces sauvages, des réserves où la nature pourra prospérer. La population croissante permettra une bascule des consciences. Cette bascule transformera la politique, l’argent et l’énergie. Depuis je respecte la Vie et la Mort. Dans notre Adn, nous avons ouvert les portes d’un grand secret. Bientôt, il nous sera possible de vivre dans ce corps aussi longtemps que nous le souhaitons. Après plus de 150 ans de vie, nous saurons intuitivement si nous voulons changer de canal.

Vivre pour toujours dans le même corps n’est pas aussi créatif que de se réincarner. Nous allons enfin comprendre la sagesse de Tout cela, et l’apprécier. Nous sommes vivants depuis toujours.

Ce corps dans lequel vous êtes a toujours été en vie ! Il provient d’un courant de vie qui ne cesse jamais, retournant vers le Big-bang et bien au-delà !

Traduit par Dominique-Claire Germain de Vivre Sa Légende

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

Reconnaissance de la Puissance des mots

 

Extrait p.1 à […]

spirt enfantCe livre magnifique vous aidera à comprendre que les mots possèdent un véritable pouvoir, une force susceptible d’éclairer votre route et vos horizons. Si nous les utilisons correctement et positivement, ils sont les premiers facteurs de réussite et de paix intérieure, car ils nous procurent la vision et la focalisation nécessaires pour avancer sur le chemin de la croissance et de la contribution. Si, au contraire, nous les utilisons incorrectement et négativement, ils peuvent saper les meilleures intentions. Cela se vérifie dans le domaine des affaires comme dans celui des relations personnelles et dans tous les autres secteurs de la vie. Il existe un langage du succès et un langage de l’échec, un langage du progrès et un langage de la régression. Les mots attirent ou repoussent, ils stimulent ou entravent, ils guérissent ou tuent. Quand nous en comprenons le sens profond et pur, nous pouvons en extraire la valeur divine et créer ainsi un nouveau vocabulaire orienté vers le haut plutôt que vers le bas, un vocabulaire qui nous inspire, nous motive, nous élève et nous fait avancer. Quand les mots sont employés à bon escient, ils chantent dans le cœur des humains.

Des exemples….

Il peut s’avérer énormément émancipateur de comprendre le sens véritable d’un mot d’usage courant et d’en reconnaître l’essence profonde. En décomposant les mots couche par couche, en dévoilant leur sens pur originel et en étudiant leurs racines, nous jetons une lumière nouvelle sur des mots et des expressions que nous utilisons depuis toujours. Par exemple,  j’ai toujours enseigné que le premier devoir d’un dirigeant consistait à inspirer les autres. Quand on se rend compte que le mot inspirer signifie « insuffler la vie dans les rêves de quelqu’un » et que son contraire, expirer, signifie « cesser de respirer », ces mots prennent vie. En utilisant des mots qui inspirent, nous aidons les autres à réaliser leurs rêves. Inversement, en utilisant les mots qui « expirent » ou qui expulsent la vie, nous mutilons les espoirs et les aspirations des autres.

Le mot opportunité en offre un autre exemple. Je crois que les gens efficaces n’ont pas l’esprit centré sur les problèmes, mais sur les opportunités. La racine de ce vocable est le mot port, qui désigne l’accès maritime à une ville ou à un carrefour commercial. Autrefois, quand la marée et les vents se prêtaient à l’ouverture du port, celui-ci était ouvert aux commerçants, aux visiteurs et aux envahisseurs conquérants. Cependant, seuls ceux qui connaissaient l’existence du port pouvaient tirer profit de l’occasion qui se présentait. Je vous encourage fortement à tirer profit de l’occasion que vous offre ce livre regorgeant de trésors pour enrichir votre existence.

Outre des mots d’usage courant dans la vie quotidienne, ce livre examine des mots uniques et profonds appartenant à d’autres langues et à d’autres civilisations. Par exemple, le mot ollin est un vocable aztèque désignant un événement important, comme un séisme ou un ouragan qui ébranle la terre. Il exprime un mouvement intense et immédiat. Ollin veut donc dire « se déplacer et agir maintenant avec tout son coeur ». Des mots comme celui-ci ont le pouvoir d’unir les gens dans un langage commun partout dans le monde.

guérison

Extrait page. 5 – La disposition des chapitres

Ce livre est divisé en douze chapitres principaux – onze mots fondamentaux – que l’on peut relire plusieurs fois par année afin de consolider efficacement dans la permanence un changement comportemental.

La disposition des chapitres reflète l’expérience acquise par l’auteur en formation de croissance personnelle au  cours du dernier quart de siècle. Les cinq premiers chapitres sont liés au développement personnel ; on y apprend comment utiliser le pouvoir secret des mots pour trouver sa voie et son objectif. Le chapitre central est complet en lui-même, délibérément séparé des autres puisque son thème recouvre tout le livre. Son mot est l’humilité, qui est une qualité puissante que je considère comme « la mère de toutes les vertus » car elle constitue la clé de la croissance et de l’amélioration constante. Les cinq derniers chapitres portent sur le leadership, dont ils empruntent le langage : « Il ne s’agit pas de vous, mais des autres ». Comme une roue, les chapitres de ce livre reflètent l’expansion de votre sphère d’influence, qui, partant du moyeu interne, grossit de plus en plus avec le mouvement rotatoire. Le chapitre final sur l’intégrité – qui veut dire « entier » ou « complet » – complète la roue du développement.

Cet ouvrage inspirant peut se lire d’une seule traite. Vous pouvez aussi choisir un chapitre qui vous interpelle particulièrement et en explorer librement les profondeurs. Dans un cas comme dans l’autre, il vous révélera des clés essentielles pour réaliser votre véritable potentiel.

Quel que soit votre but, quelle que soit votre quête ou votre passion, je suis convaincu que ce livre libérera en vous une force universelle qui favorisera l’inspiration et la croissance personnelle.

Je vous conseille d’avoir à portée de la main un crayon ou un stylo chaque fois que vous relirez cet ouvrage merveilleux. C’est ce que je fais moi-même. (Stephan R. Covey)

Kevin hallLa Transformation intérieure et quête de vie par Kevin Hall aux Editions Ariane

L’auteur : KEVIN HALL est un consultant financier, un conférencier et un instructeur très recherché. Il a été partenaire de Franklin Quest, fabricant du Franklin Day Planner. Comme vice-président à la formation et aux ventes, il a grandement contribué à la croissance internationale de cette entreprise. Il est reconnu pour son approche innovatrice du dévoilement du sens caché, et souvent secret, des mots. Il a également créé le slogan officiel des jeux Olympiques d’hiver de 2002 : « Allumer la flamme intérieure ». Il a fait l’objet d’articles dans les magazines Forbes, Worth et Restaurant Business.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site de Francesca :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

Des âmes qui vibrent

âmesLes hypersensibles ne sont pas forcément des êtres à l’apparence fragile. De nombreux hypersensibles se cachent derrière un corps fort ou une personnalité affirmée. Bien souvent la majorité pense que les hypersensibles sont des êtres chétifs, fragiles à la larme facile. Mais il y a beaucoup d’hypersensibles qui se cachent. Ils ont des professions artistiques, des professions de relations d’aide ou des hobbies artistiques. Et si ce n’est pas le cas, ils seront sensibles à l’art, à l’humain, à l’humanisme, à la philosophie.

Les hypersensibles rêvent d’un monde meilleur, un monde harmonieux, un monde respectueux. Ils souffrent de voir des êtres s’entretuer, ils souffrent de voir des animaux subir l’ignorance des humains, ils souffrent de voir la nature saccagée.

Leur âme vibre face à la beauté, à l’harmonie, à l’élégance, à la noblesse, au mystère… Leur âme vibre à l’idée d’un monde meilleur, un monde juste, un monde réellement humain. Un monde hyper-humaniste comme le prophétise Joel de Rosnais¹ . Ce monde de demain où règnera la participation collective à la construction d’un monde juste totalement basé sur des valeurs humanistes.

Mais pour l’instant, afin de ne plus souffrir, les hyper-sensibles vont vouloir être comme tous les autres. Et au bout du compte la souffrance sera bien plus intense. Quand nous nions qui nous sommes, quand nous n’acceptons pas qui nous sommes, nous nous éloignons de nous-même et de nos valeurs fondamentales. Alors la souffrance est plus grande.

feel

Il y a plusieurs sortes d’hypersensibilités :

  • L’hypersensibilité de ceux qui n’ont pas fait un travail de thérapie, de ceux qui portent en eux une blessure à vif.
  • L’hypersensibilité de ceux qui ont déjà effectué le travail de psychothérapie et qui donc ont une meilleure connaissance d’eux-mêmes. La conscience de soi étant plus fine et les blessures à peu près guéries, ces hypersensibles sont donc en contact avec leurs émotions et entrent en résonnance avec le monde.
  • Les empathes
    Terme anglo-saxon désignant ces personnes empathiques, sensibles aux émotions des autres. Ces hyper-sensibles sont plutôt des hyper-conscients. Ils sont sensibles aux vibrations des personnes, à l’énergie des lieux, aux sons, aux images… La majeure partie du temps, les gens sont attirés par leur personnalité. Si on ne leur veut pas du mal, ils seront empathiques, généreux et compatissants.
    Ils ont une perception décuplée de l’environnement. Ils ont la capacité de percevoir ce que les autres ne perçoivent pas. Ils sentent très vite dans quel état d’être vous êtes et sans que vous n’ayez prononcé un mot ils auront compris que quelque chose ne va pas. Cette perception décuplée du monde leur permet de comprendre vite mais de ressentir beaucoup plus, aussi.

Ils ont une soif de comprendre, d’apprendre et d’être stimulés. Ils ont une connexion toute particulière avec les animaux. Ils éprouvent une irrépressive envie d’aider les autres afin de participer à la construction d’un monde meilleur. Ils ont un fort besoin de liberté et supportent difficilement d’être entravés dans leur aspiration.

Les empathes vont bien entendu préférer la compagnie des êtres hyper-sensibles et de la même sensibilité qu’eux. Ainsi ils ne connaitront pas les états de fatigue qu’ils peuvent connaître la plupart du temps. Captant plus d’informations que la moyenne, ils fatiguent vite.

sensible

Alors comment être hypersensible dans ce qui, parfois, ressemble à un monde de brute ?

En étant plus exigeant à propos des personnes de son entourage. A décider de qui nous entourent. En apprenant à prendre soin de soi et à ne surtout plus se forcer à être comme les autres. En acceptant d’être hypersensible, en acceptant sa différence. En comprenant que cette différence est la sagesse de demain. En comprenant que la sensibilité au monde est une force et une richesse car elle permet de voir ce que les autres ne voient pas. Elle permet de créer et d’être différent au monde.

En comprenant que l’hypersensibilité n’est pas synonyme de faiblesse mais d’une force cachée. D’une force bien plus grande qu’on ne pourrait le penser. La force des gens différents, de ceux qui savent s’émouvoir d’un coucher de soleil, de ceux qui se sentent frères des Hommes, qui se sentent cousins du monde animal, de ceux qui se sentent responsable du bien-être de la Terre. La force des êtres plus conscients que les autres. Car ce que l’on nomme hypersensibilité peut être aussi hyper-conscience.

© Géraldyne Prévot Gigant : Site web : www.geraldyneprevot.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site de Francesca :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

Le Reiki Animalier

Alors que le Reiki est en plein essor, il n’y avait qu’un pas à franchir pour en faire bénéficier nos amis les animaux. Arrêt sur image concernant cette méthode douce ouverte à tous, qu’Anne-Laure Dallet a sublimé pour le bien-être animal.

Poser ses mains, une méthode on ne peut plus simple !

Assimilé au magnétisme, le Reiki se pratique soit à distance sur photo, soit en posant ses mains sur le patient. Humain, animal, végétal, l’avantage est que tous peuvent prétendre à en recevoir.

« Après avoir canalisé un symbole supplémentaire, il m’a fallu environ deux ans avant d’en comprendre le fonctionnement et toute la portée des bénéfices qu’en reçoivent les animaux. Ma spécialisation dans ce domaine s’est faite naturellement, une voie tracée à l’avance, une évidence ! »

De la détente aux problèmes de santé graves, le Reiki est une aide précieuse.

“Je ne prétends pas guérir, j’aide uniquement à la guérison.”
Le Reiki sert en effet de fortifiant énergétique et réactive le processus d’auto-guérison que chacun de nous a. Les animaux étant plus sensibles, il est normal qu’ils y réagissent de manière plus spectaculaire.

« Pour les cas importants, j’oriente systématiquement les gardiens des animaux vers un vétérinaire en premier lieu mais parfois la médecine traditionnelle arrive à ses limites et je reste toujours émerveillée des résultats obtenus simplement par le Reiki.

Je me souviens d’un chat qui devait se faire amputer. Son gardien m’a demandé de lui prodiguer des soins à distance. En seulement quinze jours de soins et sous contrôle vétérinaire régulier, l’opération a pu être évitée. »

Un exemple parmi d’autres qui démontre aussi un sérieux du thérapeute dans sa prise en charge et son accompagnement car le Reiki est une médecine complémentaire qui ne remplace pas les traitements classiques.

détente

Légal mais non reconnu.

Si le Reiki n’est pas toujours admis comme médecine douce contrairement à certains de nos voisins européens (Angleterre, Suisse, Allemagne), de nombreux vétérinaires sont pourtant surpris de son efficacité. Certains vont même plus loin en se formant et pratiquant à leur tour !

L’apprentissage est enseigné sur un ou deux jours, selon le degré et la ville.

Anne-Laure propose, lors des premiers degrés, de s’attarder sur la pratique et spécifiquement sur celle des soins sur animaux.

  • Le degré 1 est le plus intense, on y apprend le déroulement d’un soin en direct et les gestes.
  • Le degré 2 comprend les symboles pour pratiquer à distance, ainsi que le symbole animalier.
  • Le degré 3, la maîtrise praticien
  • et le degré 4, la maîtrise enseignant,
    n’ont pas de modules animaliers, ils sont très approchants des autres cursus Reiki Usui Shiki Ryoho.

REIKI

Retrouvez l’ensemble des dates et des informations sur : www.reikihomanimal.fr

Contact : Anne-Laure DALLET anne-laure@reikihomanimal.fr

Comment ne pas se presser

 

“La nature ne se presse pas, pourtant tout est accompli.” ~ Lao Tseu 

Considérez cette citation de Lao Tseu, le (peut-être mythique) père du Taoïsme : comment cela peut-il être vrai ?

Est-il possible de ne jamais se presser, mais de tout accomplir ?

Cela semble contradictoire dans notre monde moderne, où tout est empressé, où nous essayons d’entasser autant que nous pouvons dans chaque minute de la journée, où quand nous ne sommes pas occupés, nous nous sentons improductifs et paresseux.

En fait, souvent nous sommes en compétition en essayant de montrer à quel point nous sommes occupés. J’ai un millier de projets à faire ! Ah oui ? J’en ai 10 000 ! Le gagnant est la personne qui a l’agenda le plus fou, qui se presse d’une chose à l’autre avec l’énergie d’un oiseau-mouche, parce qu’évidemment cela veut dire qu’il a du succès et qu’il est important.

Peut-être pas. Peut-être que nous jouons au mauvais jeu – nous avons été conditionnés pour croire que plus occupé est synonyme de meilleur, mais en fait la vitesse d’accomplissement est moins importante que la concentration sur ce que nous faisons. Peut-être que nous allons à la mauvaise vitesse. Peut-être que si nous nous pressons continuellement, nous raterons la vie elle-même. Abandonnons cette obsession de la vitesse, et à la place ralentissons, arrêtons de nous presser, et apprécions la vie. Et cependant accomplissons tout.

Voyons comment.

ZEN

Un changement d’état d’esprit – L’étape la plus importante est la réalisation que la vie est meilleure quand vous allez à un rythme plus lent, plus relaxé, au lieu de vous presser et vous dépêcher en essayant d’entasser trop de choses chaque jour. A la place, tirez le meilleur de chaque moment.

Est-ce qu’un livre est meilleur si vous vous dépêchez de le lire, ou si vous prenez votre temps et vous perdez dedans ?

Est-ce qu’une chanson est meilleure si vous la parcourez, ou si vous prenez votre temps et écoutez vraiment ?

Est-ce que la nourriture est meilleure si vous la précipitez dans votre gorge, ou si vous savourez chaque bouchée et appréciez réellement sa saveur ?

Est-ce que votre travail est meilleur si vous essayez de faire 10 choses à la fois, ou si vous mettez complètement dans une tâche importante ?

Est-ce que votre temps passé avec un ami ou une personne chère est meilleur si vous avez une réunion pressée interrompue avec vos emails et vos SMS, ou si vous pouvez vous relaxer et vous concentrer réellement sur la personne ?

La vie est bien meilleure si vous ralentissez, et prenez votre temps pour la savourer, pour apprécier chaque moment. C’est la raison la plus simple pour ralentir. Et donc, vous devrez changer votre état d’esprit (si vous étiez bloqué dans un état d’esprit pressé jusqu’à maintenant). Pour faire cela, admettez simplement que la vie est meilleure quand vous la savourez, que le travail est meilleur avec de la concentration. Ensuite engagez-vous à essayer, à faire quelques-unes des étapes ci-dessous.

Mais je ne peux pas changer !

Il y en aura parmi vous qui admettrons que ce serait bien de ralentir, mais que vous ne pouvez juste pas le faire… votre travail ne le permettrait pas, ou vous allez diminuer votre revenu si vous ne faites plus autant de projets, ou vous vivez dans une ville qui rend trop difficile le fait de ralentir. Ce serait un super idéal si vous viviez dans une île tropicale, ou à la campagne, ou si vous aviez un travail qui vous permette de contrôler votre agenda… mais ce n’est pas réaliste dans votre vie actuelle.

Je dis que c’est n’importe quoi.

Prenez la responsabilité de votre vie. Si votre travail vous oblige à vous presser, prenez-en le contrôle. Faites des changements dans ce que vous faites, dans la manière dont vous travaillez. Travaillez avec votre patron pour faire des changements si nécessaire. Et si c’est vraiment indispensable, vous pouvez éventuellement changer de travail. Vous êtes responsable de votre vie. Si vous vivez dans une ville où chacun se dépêche, réalisez que vous n’avez pas à être comme tout le monde. Vous pouvez être différent. Vous pouvez marcher au lieu de conduire pendant les heures d’embouteillages. Vous pouvez avoir moins de réunions. Vous pouvez travailler sur moins de choses, mais de plus importantes. Vous pouvez être moins sur votre iPhone ou votre Blackberry, et être déconnecté parfois. Votre environnement ne contrôle pas votre vie – vous le faites.

Je ne vais pas vous dire comment prendre la responsabilité de votre vie, mais une fois que vous avez pris la décision, le comment deviendra apparent avec le temps.

Astuces pour une vie plus lente

Je ne peux pas vous donner un guide étape par étape pour ralentir, mais voici quelques choses à considérer et peut-être adopter, si elles fonctionnent dans votre vie.

déconnexion

Quelques-unes d’entre elles peuvent nécessiter de grands changements, mais ils peuvent être faits avec le temps.

  1. Faites-en moins. Diminuez vos projets, dans votre liste de tâches, et combien vous essayez d’accomplir chaque jour. Concentrez-vous non pas sur la quantité, mais la qualité. Prenez 2-3 choses importantes – ou même juste une chose importante – et travaillez dessus d’abord. Faites les tâches plus petites, de routine, plus tard dans la journée, mais donnez-vous le temps de vous concentrer.
  1. Ayez moins de réunions. Les réunions sont généralement une grosse perte de temps. Et elles dévorent votre journée, vous obligeant à faire les choses que vous devez vraiment faire dans de petites périodes de temps, en vous faisant vous presser. Essayez d’avoir des blocs de temps sans interruptions, afin que vous n’ayez pas à courir d’une réunion à une autre.
  1. Pratiquez la déconnexion. Ayez des moments où vous coupez vos appareils et vos notifications emails et vos machins. Des moments sans appels, où vous créez, où vous passez du temps avec quelqu’un, où vous lisez juste un livre, où vous marchez, où vous mangez en pleine conscience. Vous pouvez même vous déconnecter (gasp!) pour une journée entière, et vous ne serez pas blessé. Je le promets.
  1. Donnez-vous du temps pour être prêt et pour y être. Si vous êtes constamment en train de courir vers vos rendez-vous ou d’autres endroits où vous devez être, c’est parce que vous ne vous donnez pas assez de temps dans votre agenda, pour vous préparer et voyager. Protégez votre agenda pour vous donner le temps pour ces choses. Si vous pensez qu’il vous faut simplement 10 minutes pour être prêt pour votre travail ou votre rendez-vous, donnez-vous peut-être 30 à 45 minutes afin que vous n’ayez pas à vous dépêcher, ou à faire votre maquillage dans la voiture. Si vous pensez que vous pouvez y être dans 10 minutes, donnez-vous peut-être 2 à 3 fois ce temps afin que vous puissiez y aller tranquillement et peut-être même arriver en avance.
  1. Entrainez-vous à être à l’aise en vous asseyant et ne faisant rien. Une chose que j’ai remarqué est que quand les gens doivent attendre, ils deviennent impatients ou mal à l’aise. Ils veulent leur appareil mobile ou au moins un magazine, parce qu’attendre est une perte du temps ou quelque chose qu’ils ne sont pas habitués à faire sans se sentir gênés. A la place, essayez juste de vous assoir, de regarder autour de vous, vous plongeant dans ce qui vous entoure. Essayez de faire la queue et de juste regarder et écouter les gens autour de vous. Cela demande de la pratique, mais après un certain temps, vous le ferez avec le sourire.
  1. Réalisez que si cela ne peut pas être fait, c’est OK. Il y aura toujours demain. Et oui, je sais que c’est une attitude frustrante pour ceux d’entre vous qui n’aiment pas la paresse ou la procrastination, ou ne peuvent pas vivre sans une date limite ferme, mais c’est aussi la réalité. Il est probable que le monde ne va pas se terminer si vous ne faites cette tâche aujourd’hui. Votre patron peut s’énerver, mais votre entreprise ne va pas s’effondrer et la vie va inévitablement continuer. Et les choses qui doivent être faites le seront.
  1. Commencer à éliminer ce qui n’est pas nécessaire. Quand vous faites les choses importantes avec de la concentration, sans vous presser, il y aura des choses qui seront repoussées, qui ne seront pas faites. Et vous devez vous demander : à quel point ces choses sont nécessaires ? Qu’est-ce qui se passerait si vous arrêtiez de les faire ? Comment je peux les éliminer, les déléguer, les automatiser ?
  1. Pratiquez la pleine conscience. Apprenez simplement à vivre dans le présent, au lieu de penser tellement à propos du futur ou du passé. Quand vous mangez, appréciez pleinement votre nourriture. Quand vous êtes avec quelqu’un, soyez pleinement avec eux. Quand vous marchez, appréciez votre environnement, où que vous soyez.
  1. Éliminez lentement les engagements. Nous avons trop d’engagements, ce qui explique pourquoi nous courons tellement. Je ne parle pas juste du travail – projets, réunions et tout cela. Les parents ont des tonnes de choses à faire avec et pour leurs enfants et nous engageons trop avec nos enfants aussi. Beaucoup d’entre nous ont des vies sociales bien remplies, ou des engagements civiques, ou jouent à des sports en équipe. Nous avons des classes, des groupes et des loisirs. Mais en essayant d’entasser autant dans nos vies, nous détériorons la qualité de nos vies. Eliminez lentement les engagements – prenez-en 4 ou 5 essentiels, et réalisez que le reste, bien que ce soit bien ou important, ne peut juste pas s’intégrer à votre vie maintenant. Informez poliment les gens, avec le temps, que vous n’avez pas besoin de tenir vos engagements.

ouverture

Essayez ces choses. La vie est meilleure quand elle n’est pas empressée. Et étant donné la nature fugace de la vie, pourquoi gâcher même un moment en se pressant ? Rappelez-vous de la citation ci-dessus : si la nature peut tout accomplir sans se  presser, vous aussi vous le pouvez.

Habitudes Zen de Olivier Roland

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

Bains curieux pratiqués au 20è siècle

BAINLa saison des bains recommencée, on organisait, sur la Seine, au début du XXe siècle, les établissements de bains, et l’on parlait, dans les familles, de la station balnéaire que l’on choisirait pour le mois des vacances. Tous les pères de famille étaient à la recherche du « petit trou pas cher ».

Je ne veux point vous parler des bains que l’on prend vulgairement dans une eau plus ou moins propre, écrit un chroniqueur du Magasin pittoresque en 1909 ; j’ai l’intention de vous entretenir de bains plus particuliers : bains de sable, bains de boue, bains de lait, bains de vin et même bains d’or.

On connaît les bains de sable, mis à la mode au cours des années dernières. Le baigneur, sous les chauds rayons du soleil, s’enterre dans le sable, de façon à être complètement recouvert par les bains dorés. Si nous en croyons les autorités médicales, le baigneur y trouve un regain de santé, une nouvelle vigueur.

Dès le XIVe siècle, un Italien du nom de Giacomo de Dondis recommandait les bains de boue ; de nos jours, nombreux sont les touristes rhumatisants qui se rendent à Saint-Amand-les-Eaux ou à Dax, pour se plonger pendant un laps de temps qui varie entre une demi-heure et cinq heures dans un bain boueux.

Des célébrités ont pris plaisir à prendre des bains de lait. Le fameux duc de Queensbery, joueur invétéré, en prenait un tous les matins. Le beau, l’élégant Brummel, alors qu’il était en prison pour dettes à Caen, se faisait apporter dans sa cellule une certaine quantité de lait qui servait à ses ablutions.

popée

Poppée, la femme de Néron, avait cinq cents ânesses qui fournissaient le lait dans lequel elle se lavait. Lorsqu’elle fut bannie, elle conserva cette habitude. Son seul regret fut d’abandonner sa merveilleuse baignoire de porphyre et d’être obligée de se contenter du lait de cinquante ânesses seulement. Isabelle de Bavière avait aussi la plus grande confiance dans les ablutions lactées, mais ses goûts étaient peu fixes, et elle variait souvent la composition de ses bains. Elle possédait notamment une recette dont elle ne dévoila jamais le secret, recette d’un spécifique qui adoucissait son teint, dit-on, d’une façon particulière. L’eau distillée, du miel pris à des ruches dont les abeilles ne se nourrissaient que de miel, le jus de melon, l’extrait laiteux de l’orge, différentes préparations à base d’amandes et de jaunes d’œuf étaient également tenues par elle en grande estime.

Voulez-vous savoir comment était composé le bain préféré de Marie-Antoinette ? Une décoction de serpolet, feuille de laurier, thym sauvage, à laquelle on ajoutait un peu de sel marin. Quant à Mme Tallien, elle affectionnait particulièrement les bains aux fraises écrasées, mélangées à des framboises très mûres. 20 livres de fraises et 2 livres de framboises lui rendaient la peau plus douce que du velours. Law, le fameux financier, avait coutume d’ajouter à son bain d’eau parfumée les jaunes de cent œufs ! Parfois, il se servait de bouillon de veau, et ce fut lui qui préconisa et lança la mode des minces tranches de veau appliquées sur la peau pour améliorer et adoucir le teint. Quelle coquetterie pour un financier !

Les bains de vin ont été fréquemment en usage. En France, pendant le XVIIIe siècle, les jolies femmes de la cour en firent usage, et l’on cite le cas d’un marchand de vin qui recommandait pour ces bains son fameux vin de Malvoisie. L’annonce ajoutait : Le même vin peut être employé au moins cent fois si l’on a soin de le remettre, après chaque bain, dans le tonneau. Les bains de soleil ont été recommandés par de nombreux médecins. Et, il y a quelques années, en Allemagne, se sont ouvertes des cliniques spéciales où les hommes et les femmes vivent complètement nus et s’exposent, à des heures prévues, aux rayons régénérateurs du soleil. Il y a – faut-il l’ajouter ? – la section des hommes et la section des femmes.

vinAussi invraisemblable que cela puisse paraître, il y eut des gens qui prirent des bains d’or ! il convient de dire tout aussitôt que la santé ou la coquetterie n’y furent pour rien. Paganini, le célèbre violoniste, reçut un jour d’une dame, chez qui il avait organisé un concert, une grosse somme en or, il se « lava » littéralement les mains « dans les pièces d’or ». Un Américain, qui possédait une mine d’argent très prospère, vendit un jour pour 150 000 francs d’actions. Il toucha la somme en pièces d’or. Il se rendit (à Londres) vite à l’hôtel où il était descendu, monta dans sa chambre, vida les sacs contenant cette fortune sur son lit et, jusqu’au lendemain matin, se vautra dans (ou sur) sa richesse.

Enfin, terminons ce curieux exposé par l’histoire du bain de pieds de Frédéric Soulié. Ayant reçu de son éditeur 10 000 francs en louis d’or pour le premier volume des Mémoires du Diable, revint chez lui, se fit préparer un bain de pieds, versa dans l’eau chaude les louis reçus, et pendant une demi-heure, il prit le plus étrange des bains de pieds.

D’après « Le Magasin pittoresque », paru en 1909

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/