Les médecins/médicaments ou les méthodes spirituelles

LE CHOIX d'une vieCher Kryeon, j’ai entendu dire qu’il faut rester naturel et ne pas utiliser la médecine d’aujourd’hui pour se guérir, car ce serait manquer de respect envers Dieu. Après tout, ne dites-vous pas que nous pouvons guérir par l’esprit ? Alors pourquoi devrions-nous aller voir un médecin si nous pouvons le faire nous-mêmes ? Et puis, mon médecin n’est pas sensible à mes croyances ; il n’a donc aucune idée de mon inné ni des besoins de mon corps spirituel. Que dois-je faire ?

D’abord humain, pourquoi voulez-vous mettre autant de choses dans des cases ? Vous vous obstinez à vouloir répondre par un oui ou par un non à des situations complexes, à cause de votre regard tridimensionnel et linéaire sur presque tout. Apprenez à innover hors des trois dimensions. Regardez le titre de la section. Il demande laquelle de deux choses vous devez faire. Il présuppose déjà que vous ne pouvez faire les deux, parce que cela semble dichotomique.

Utilisons un peu de logique spirituelle : voici une réponse hypothétique : «n’allez pas voir un médecin, car vous pouvez tout guérir par l’esprit ».

Alors je vais maintenant vous demander : combien d’entre vous peuvent le faire, tout de suite, dans cette salle ? Vous êtes tous de vieilles âmes, mais êtes-vous vraiment prêts à le faire ? Savez-vous comment ? Avez-vous vraiment de bons résultats ?

Pouvez-vous vous débarrasser maintenant, par votre esprit, de la maladie et du déséquilibre chimique ?

Je vais vous livrer une vérité, que vous vouliez ou non la voir. Vous n’êtes pas prêts. Vous n’êtes pas préparés à entreprendre une guérison complète au moyen de vos outils spirituels. Les Lémuriens le pouvaient, car les Pléiadiens le leur ont enseigné.

C’est l’une des promesses de Dieu : un jour viendra où votre ADN fonctionnera avec une telle efficacité que vous pourrez vous détourner à jamais des médicaments chimiques et de l’industrie médicale, car vous bénéficierez à fond de l’énergie du Créateur, comme vous l’avez vu chez les grands maîtres qui ont vécu sur la Terre. Ce sera possible sur la Terre ascensionnée que vous entrevoyez, chers amis. Avez-vous vu les actualités dernièrement ? Nous vous disons que l’énergie va dans cette direction, mais que vous n’y êtes pas encore. Que ceux qui ont la conviction de pouvoir se guérir eux-mêmes commencent à apprendre comment faire. Beaucoup apprécieront le fait d’avoir déjà certains dons. Que le processus commence mais ne vous croyez pas un moment arrivé au point où chaque problème de santé pourra être guéri par vous-mêmes. Vous étudiez un processus grandiose que vous finirez pas maîtriser si vous voulez vous lancer dans ce processus quantique qui consiste à parler à vos cellules.

Certains y excelleront, mais d’autres ne feront que commencer.

Alors, j’aimerais vous dire comment fonctionnent l’Esprit et les potentialités de ce qui va se dérouler au cours des prochaines années. Nous allons donner aux médecins de la planète de nouvelles inventions et une nouvelle science. Ce seront des découvertes majeures sur le corps humain et sur les attributs quantiques inhérents.

Regardez ce qui s’est déjà passé, car cette science vous a déjà été donnée en partie, et vous vous en servez vraiment. Imaginez une science qui permettrait une transplantation cardiaque en cas de défaillance. Mais oui. Cette opération à déjà lieu plusieurs fois par mois sur cette planète. Cette information est venue du Créateur, le saviez-vous ? Elle n’est pas tombée de quelque bibliothèque d’énergie noire pour être utilisée de façons maléfiques. Alors si vous avez besoin d’un nouveau cœur, Travailleur de lumière, devriez-vous aller voir le médecin, ou en créer un avec votre esprit ?

Jusqu’à ce que vous vous sentiez assez à l’aise pour pouvoir vous-même remplacer votre cœur par un nouveau, vous pourriez envisager le fait d’utiliser l’information divine qui se trouve entre les mains du chirurgien. Cela vous sauvera la vie et créera une situation dans laquelle vous pourrez rester, tout en continuant d’envoyer votre lumière à la Terre. Comprenez-vous ce que nous disons ?

arleth6Vous pouvez également modifier les médicaments et entamer un processus d’une conception spectaculaire, mais pas vraiment propre à la troisième dimension. Je vous mets au défi de commencer à utiliser ce que j’appellerais le principe homéopathique avec des médicaments d’importance majeure. Si certains d’entre vous prennent des médicaments importants pour modifier leur chimie de manière à pouvoir vivre mieux et plus longtemps, ils ont peut-être l’impression de n’avoir aucun choix. « Eh bien, ça me garde en vie, direz-vous.

Comme je n’ai pas encore la capacité de le faire avec ma conscience, je prends des médicaments. Dans cette nouvelle énergie, il y a autre chose à essayer si vous êtes dans cette catégorie. Faites-le dans la sécurité, l’intelligence, le bon sens et la logique. Voici le défi : selon le principe homéopathique, votre inné considère une teinture d’une substance quasi absente que vous ingérez. L’inné « voit » ce que vous essayez de faire, puis en réaction, ajuste la chimie du corps. Par conséquent, vous pouvez dire que vous envoyez au corps un « signal en vue d’atteindre l’équilibre ». La quantité de teinture véritable n’est pas suffisamment grande pour affecter quoi que ce soit d’un point de vue chimique – et pourtant, cela fonctionne.

Le corps (inné) voit ce que vous essayez de faire, puis coopère. En un sens, on peut dire que le corps se guérit de lui-même parce que vous l’avez informé de ce qu’il fallait faire au moyen de la substance homéopathique. Alors, pourquoi pas avec un médicament important ? Commencez à en réduire la dose et à parler à vos cellules, et voyez ce qui se passe. Si ça ne fonctionne pas, revenez à la dose de départ. A votre grand étonnement, vous réussirez peut-être mieux que vous ne le pensiez.

Vous pourriez réduire de trois quarts la dose à laquelle vous êtes habitué. C’est le principe homéopathique, et il vous permet de conserver l’usage du médicament, tout en le réduisant à une fraction d’une dose tridimensionnelle courante. Vous prenez encore cette dose, mais à présent, elle fonctionne au moyen d’un signal plutôt que seulement du point de vue chimique. Le signal est envoyé, le corps collabore, et vous réduisez le risque d’effets secondaires. Vous ne pouvez séparer les choses de façon binaire, par oui ou par non, lorsqu’il est question du grand système de l’Esprit. Utilisez plutôt la logique spirituelle et voyez ce que Dieu vous a donné parmi les inventions et les processus de la planète. Si vous subissez une opération qui sauve votre vie, levez-vous et dites : « Merci, Dieu, pour cela et pour le fait que je sois né dans un pays où ces choses sont possibles ». C’est un sujet compliqué, n’est-ce pas ? Chacun de vous est si différent. Vous savez quoi faire, chers amis. Ne vous troublez pas quant à cette décision, car si vous êtes prêts à écouter, votre inné vous dira ce qui vous convient.

Dieu ne change pas. Respectez la tradition.

kryeon message chez francesca

Maintenant, le dernier élément. Certains vous diront que Dieu était le même hier, qu’il  est le même aujourd’hui et qu’il sera le même à jamais. Ils diront que vous ne devez pas appartenir à un mouvement du nouvel âge, car Dieu ne changera jamais et Son énergie sera toujours la même. Par conséquent, vos idées quant au changement de l’énergie et de Dieu sont ridicules. Puis ils vous avertiront : « Méfiez-vous du nouvel âge, et allez plutôt du côté des traditions et des religions établies, qui ont une histoire et qui comptent des milliards d’adeptes sur la Terre ».

Tout cet argument est fondé sur un malentendu, chers amis. Voici ce que j’affirme : Dieu reste toujours le même. C’est magnifique, car Dieu le Créateur ne changera jamais. Ce qui change vraiment, cependant, c’est la relation de l’humain avec un Dieu immuable. Ce qui change, c’est la capacité de l’humain à dépasser une vieille énergie et à rencontrer le créateur intérieur dans la nouvelle compréhension. C’est l’humain qui change, non Dieu.

L’environnement même qui vous entoure [Gaïa] coopère afin de mieux comprendre un Dieu qui était le même hier, qui est le même aujourd’hui et qui sera le même à jamais. Le nouvel âge, ce sont des humains qui reconnaissent que leur relation à l’Esprit change et devient plus réelle dans leur vie. Cela signifie que les humains peuvent maintenant commencer à voir et à sentir le créateur en eux, d’une façon nouvelle et profonde. De nouveaux outils spirituels sont disponibles, et une conscience de soi commence lentement à se développer. Les humains sont en train de changer. Dieu reste le même.

Ecartez-vous de la tradition, car elle ne fera que vous garder prisonniers d’une cage que vous avez-vous-mêmes bâtie, dans laquelle vous vous attachez à la mythologie et ne voyez jamais la magnificence de votre âme.

Source : http://francesca1.unblog.fr/

Texte issu du Livre : « LE RECALIBRAGE DE L’HUMANITE – Le début d’un nouveau cycle évolutif » – TOME XI de KRYEON aux Editions Ariane 2014 

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

L’expérience de la douleur 

 

namasté 1Rappelons-nous que nous sommes les héritiers d’une mémoire raciale puisqu’il n’existe qu’une seule Intelligence. Toutes les expériences de la race humaine sont enfouies en cette Intelligence unique, car rien jamais ne se perd. La race humaine a une grande expérience de la douleur et de la maladie. Peu à peu la douleur s’associa à la peur dans notre conscience, parce que la douleur était un signe avant-coureur de la mort. Pour cette raison, douleur et angoisse sont susceptibles de nous secouer violemment, rendant difficiles nos efforts pour nous détacher de la peur.

L’individu qui développe cette nouvelle attitude envers la maladie, apprend comment agir vis-à-vis de ses diverses difficultés. Graduellement, à mesure que son conscient s’éclaire et que sa vision spirituelle se consacre à un seul but, il obtiendra une maîtrise croissante sur son esprit, ses peurs, ses différents états physiques. On ne doit pas se décourager quand on ne s’élève pas tout de suite à de grandes hauteurs. Bien des personnes font des progrès rapides les premiers jours et les premières semaines de leur recherche de cette nouvelle maîtrise mais, de temps en temps, il arrive qu’on éprouve quelque difficulté à ajuster sa pensée à ces nouvelles conceptions. On peut alors trouver un encouragement en pensant que d’habitude le progrès est beaucoup plus rapide qu’il ne paraît l’être.

L’intelligence subjective est tout à fait éducable et le processus de la rééducation progresse sous la surface à tout moment. Une seule pensée suffit pour changer toute une vie. Une idée claire, fermement poursuivie, est suffisante pour l’état physique d’un individu ; par conséquent, celui-ci devrait s’en tenir sans broncher à sa nouvelle croyance, car aussi sûrement que le jour suit la nuit, il croîtra lui-même en une connaissance qui le rendra capable de devenir le maître de sa pensée au lieu d’en rester l’esclave, et de même que sa pensée sera guérie, son corps le sera parce que la santé est un état physique aussi bien que mental.

La santé est un mode de vie 

En faisant ressortir les faits concernant l’activité spirituelle dans la guérison, nous pourrions aller plus loin et dire que l’état de santé implique un mode de vie aussi bien qu’une croyance. Beaucoup de gens se servent de cette croyance pour se débarrasser de quelque ennui, toutes les fois qu’ils se trouvent dans une situation difficile. La Loi de l’Intelligence opère d’une façon tellement neutre que chaque fois qu’elle est dirigée consciemment vers l’actions, elle tourne sa grande force créatrice dans la direction choisie par nous : aussi, les traitements sporadiques que ces gens se donnent à eux-mêmes – ou qu’ils se sont fait donner par d’autres – produisent-ils souvent de bons résultats.

Mais ce n’est qu’une manière d’agir de second ordre. La personne vivant de cette façon laisse échapper beaucoup de choses, parce qu’elle reçoit le don sans apprendre à connaître le donateur. Elle ne fait jamais l’expérience de ces rapports pleins de délices qui se nomment « Connaître Dieu« . Il se peut qu’elle ait sur Dieu des notions de toutes sortes, mais le Dieu impersonnel devient personnel pour celui qui jette son être entier dans cette recherche spirituelle de la présence de Dieu.

Tout en admettant comme vrai que l’on puisse se servir de cette croyance pour obtenir de temps en temps certaines choses, il faut reconnaître que ce contact occasionnel avec l’Esprit ne mène qu’à de rares accomplissements et à une absence de satisfactions plus profondes de la vie. Jésus le fit remarquer dans l’un de ses discours. Alors qu’il était entouré d’une foule soucieuse d’apprendre si elle pouvait se servir de cette Loi pour obtenir de la nourriture, des vêtements et un abri, il lui assura qu’il était tout à fait possible de le faire, mais il dirigea leurs regards plus haut en leur montrant que ces choses, fussent-elles désirables, n’étaient rien comparées à la vie plus élevée et plus satisfaisante vécue en la recherche consciente de la Vie de l’Esprit. Et il termina en leur rappelant que s’ils voulaient chercher d’abord le Royaume de Dieu et sa justice, toutes les autres choses seraient à eux automatiquement.

Il est nécessaire de nos jours de cultiver le mode de vie qui, en soi, produit logiquement la santé et le bonheur. Et de peur que le lecteur ne trouve à ces paroles un arrière-goût de sermon, qu’il nous soit permis de dire que nous ne nous en référons pas au vieux message évangélique résumé en ces mots : « Mettez-vous en ordre avec Dieu« . Cet appel signifiait généralement qu’il fallait tourner une page nouvelle, cesser de fumer, renoncer au jeu et à quelques autres prétendus péchés. Il exerçait une contrainte

Nous désirons affirmer qu’il n’existe nulle contrainte dans cette vie nouvelle plus large. Jésus discutait rarement de morale – il y eut, en son temps, des milliers de maîtres qui, eux, en discutaient. Il essaya de montrer une vie dans laquelle s’éclairait la vision mentale et spirituelle de l’individu, et qui en s’éclairant lui permettait, au cas où quelque chose devenait pour lui un obstacle, de s’en apercevoir et d’éloigner cet obstacle, non parce qu’il était contraint d’agir ainsi, mais parce qu’il avait reconnu que l’on trouvait les joies les plus profondes de la vie lorsqu’on rapprochait sa pensée de la pensée de l’Esprit. Tel est le mode vie qui garantit à l’homme qu’il sera libéré de la maladie.

médecine 2

L’un des principes fondamentaux d’un traitement couronné de succès est qu’il nous faut entourer de tout notre amour la personne que nous traitons. Nous ne pouvons jamais être l’instrument de la guérison d’un autre si nous ne l’aimons beaucoup. Et si nous laissons un petit coin de notre cœur habité par une haine particulière envers quelqu’un, nous ne pouvons saturer d’amour ceux que nous essayons d’aider, pas plus que nous ne pouvons mettre dans un seau d’eau une goutte de couleur noire, nous attendant à ce que celle-ci reste à la place où nous l’avons posée.

La haine empoisonne mais l’amour guérit. Voilà sans doute pourquoi Jésus, sachant que les membres d’un groupe son enclins à permettre à leurs irritations de grandir, employa une parole forte lorsqu’il dit : « Je vous commande de vous aimer les uns les autres ».

Lorsque nous entourons toute personne que nous traitons de notre amour spirituel, il ne s’agit pas d’un sentiment vain qui s’évapore, mais d’une force puissante parce qu’elle est une force de Dieu. Elle est aussi nettement définie qu’un flot d’eau orienté à travers un tuyau dans une direction précise et elle purifie son objet.

Docteur Frederick Bailes
sur le forum de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

Amaroli et Santé Globale

L’urine, en applications sur la peau, en boisson, en injections sous-cutanées ou en remède homéopathique (isopathie) est l’une des méthodes thérapeutiques les plus anciennes du monde pour guérir les maladies et développer l’immunité et la santé individuelle.

Amaroli

Amaroli (le nom indien de la thérapie par l’urine) est connue des médecines ancestrales de la Chine, du Tibet, de l’Inde, de l’Amérique du Nord et du Sud, de l’Europe (tradition celte), de la Polynésie, de la Sibérie, des pays du bassin amazonien, etc.

Des centaines d’études scientifiques ont été consacrées à cette thérapie jusqu’à ce que le développement rapide de l’industrie pharmaceutique après la seconde guerre mondiale ne vienne bloquer toutes les recherches sur une thérapie qui a le grand défaut, pour les marchands, d’être complètement gratuite ! Il n’existe, dans toute la littérature médicale mondiale, aucune étude montrant que cette thérapie par l’urine pourrait présenter le moindre danger, contrairement aux médicaments chimiques dont les effets secondaires sont nombreux et souvent dangereux. Les occidentaux modernes sont étonnants : ils font confiance en des médicaments chimiques très toxiques et ont peur d’un médicament naturel sans danger et connu depuis des millénaires !

Il y a de nombreuses manières d’utiliser l’urine : sur la peau, sur les cheveux, gouttes dans les yeux ou les oreilles, lavements intestinaux, douches vaginales, compresses humides, gargarismes ou boisson médicinale. On utilise de l’urine fraîche et, sauf dans quelques rares cas particuliers, on prend toujours son propre « élixir de vie ».Si vous buvez votre urine, commencez par de petites quantités (par exemple un demi-verre par jour) puis augmentez progressivement la dose. Amaroli, comme toutes les médecines énergétiques et naturelles, a un grand pouvoir de nettoyage et l’on veut éviter de déclencher des crises de détoxication trop intenses. Si on prend des médicaments chimiques, commencer par de petites doses (un demi à un verre) puis diminuer les médicaments chimiques au fur et à mesure qu’on augmente la quantité d’amaroli.

Pour aller vers la guérison, amaroli doit impérativement s’accompagner d’un mode de vie holistique, qui veille au bien-être des quatre corps de l’être humain :

  • Le corps physique : exercice régulier, repos, massages, alimentation végétale, vivante et variée. Super aliments comme les graines germées, les algues, le pollen, etc. Jeûne, lavements intestinaux, techniques de santé et médecines douces.
  • Le corps émotionnel : prendre des « moments d’enfance » pour défouler ses émotions par des gestes naturels, des cris, pleurs, rires, danses et chants, hors de la vue des adultes, comme le font si bien les petits-enfants !
  • Le corps mental : pensée positive, visualisation créatrice, voyages intérieurs, psychothérapies qui permettent une guérison des traumatismes psychiques du passé, avec l’idée qu’ « il n’est jamais trop tard pour avoir une enfance heureuse ! »
  • Le corps spirituel : yoga, méditation, prière et techniques pour se relier à la joie et à la sagesse des mondes de lumière, écoute de la voix intérieure (intuition). Elle nous relie à ce corps qui ne quitte jamais la lumière divine et nous guide constamment vers le bonheur et la plénitude.

amaroli image

Avec Amaroli, vous devenez votre propre médecin : l’odeur et le goût de votre urine vous permettent d’établir un diagnostic précis de votre état de santé et vous disposez aussitôt du remède parfait pour vous détoxiquer et vous régénérer.

Amaroli est une alchimie qui transforme le plomb en or et procure à ceux qui la connaissent tous les médicaments qu’ils achetaient en pharmacie, à cette différence près que toutes les substances contenues dans l’urine sont vivantes et parfaitement dosées par le corps lui-même. Sur le plan thérapeutique, elles sont donc bien supérieures à tous les produits chimiques fabriqués par l’homme. La question fondamentale que nous devons nous poser est : « Vaut-il mieux faire confiance à la sagesse de notre propre corps, créé il y a des millions d’années par Mère Nature, avec une intelligence qui dépasse les limites de notre imagination, ou faut-il obéir aveuglément à la science moderne, qui n’a qu’un siècle d’existence et qui est conduite par des apprentis sorciers encore très peu conscients ?

Pour se guérir, vaut-il mieux absorber les médicaments chimiques préparés par les multinationales ou les substances vivantes fabriquées par les corps lui-même ? »

Il n’existe aucune maladie qui n’ait pas été guérie au moins une fois par un mode de vie holistique incluant la prise d’Amaroli. Tout peut être guéri lorsque vous cessez de polluer votre corps et votre psychisme pour créer une vie nouvelle, positive et naturelle.

Amaroli est aussi une révolution, celle de l’ « écologie intérieure », qui touche des millions d’être humains dans le monde et permet d’apporter la santé aux pays du Tiers Monde. Pour tous les pays qui ne peuvent acquérir de médicaments chimiques en raison de leur coût élevé, Amaroli est une véritable bénédiction, un moyen merveilleux pour gérer sa santé sans devenir dépendant d’une aide extérieure. Pour les pays riches, intoxiqués d’une manière dramatique par le mode de vie industriel, Amaroli représente une voie royale vers la reconquête de santé.

En Allemagne fédérale, plus de dix millions de personnes connaissent et pratiquent Amaroli et la prise de conscience que notre santé dépend de nous et non des multinationales pharmaceutiques ne peut que croître dans le monde entier. Peu à peu on commence à en parler aussi en France… ainsi par exemple, Tal et Johanne ont été invités à présenter l’urinothérapie dans l’émission Se soigner autrement sur FR3 le 02 février 2009.

Comment peut-on expliquer les effets thérapeutiques exceptionnels d’Amaroli ? On peut tenter de les expliquer de diverses manières complémentaires :

  • Substances vivantes que l’urine contient (enzymes, hormones, neurotransmetteurs, vitamines, anticorps, antibiotiques et autres médicaments naturels).
  • Processus d’auto-vaccination et de transmutations biologiques.
  • Effets nettoyants et régénérateurs des sels minéraux urinaires.
  • Énergie vitale et information biologique que contient Amaroli.

L’urine, contrairement à ce que croient beaucoup de gens, n’est pas un déchet toxique mais du sang filtré. Elle constitue le médicament le plus extraordinaire qui soit. Les substances dont le corps n’a pas besoin restent dans le tube digestif et sont éliminées par les selles. On oublie trop souvent que le corps est intelligent et que l’absorption par les cellules intestinales est un processus subtil. L’argument « puisqu’il y a des déchets dans l’urine, c’est forcément mauvais ! « est un raisonnement simpliste qui ne tient pas compte de la sagesse du corps.

La caractéristique principale de ceux qui critiquent et rejettent Amaroli est qu’ils n’ont pas fait d’essai personnel de cette méthode. Ils se contentent de réactions émotionnelles sans étudier le sujet à fond. En fait, tout thérapeute devrait avoir pratiqué Amaroli sur lui-même avant de le conseiller à ses patients car, dans ce domaine, rien ne peut remplacer l’expérience personnelle !

amaroli santé

Les principaux livres en français sur le sujet sont Testez l’urinothérapie , et Urinothérapie (livre de poche qui résume le contenu de Testez l’urinothérapie) de CT Schaller et J. Razanamahay, et L’Élixir de Vie de Coen Van der Kroone, http://www.santeglobale.info/

 

 

Vivons-nous réellement plus longtemps

 

La médecine française est la meilleure et la plus enviée du monde. L’allongement de l’espérance de vie en est la preuve. Tel est le discours ambiant des instances de santé hexagonales.

Vraiment ? Dans ce cas, pourquoi y a –t-il de plus en plus de malades ?

Il y a longtemps que cette croyance est le cheval de bataille de la médecine allopathique.

Car ces affirmations sont d’autant plus ridicules que les nombreuses personnes âgées encore en vie ont eu très peu recours à la médecine chimique dans leur jeunesse, mangent sainement, et ont laissé les maladies infantiles forger leur système immunitaire sans vaccins.

Ainsi, la nouvelle doyenne de l’humanité, Eugénie Blanchard, âgée de 114 ans, succède à Jeanne Calment, morte à 122 ans.

France Info qui a diffusé l’information a bien précisé qu’Eugénie qui est entrée dans les ordres à 26 ans, n’a jamais pris de médicaments. Quant à Jeanne Calment, qui faisait toujours de la bicyclette à 100 ans, et a vécu seule jusqu’à son 110ème anniversaire, attribuait sa longévité à l’huile d’olive qu’elle utilisait pour se nourrir et dont elle s’enduisait la peau, ainsi qu’à un verre de porto et à un kilogramme de chocolat par semaine.

Quelques temps avant la disparition de Florries Baldwin, décédée en mai 2010 à l’âge de 114 ans, sa fille Maisie, âgée de 89 ans, a déclaré : « Elle est très, très en forme. Elle ne souffre de rien et ne prend pas de médicaments ».

La population née depuis la dernière guerre a peu de chance de vivre aussi longtemps. Le taux de mortalité précoce par maladie ne cesse de progresser à un rythme tout aussi rapide que l’envol des dépenses de santé qui financent les gigantesques bénéfices de l’industrie pharmaceutique.

longévité

Finalement, les autorités répètent, comme des perroquets, qu’avant l’ère pasteurienne personne n’atteignait un âge avancé, mais certains scientifiques, imbus de leur « autorité », osent aller encore plus loin. « Laissez faire la nature, c’est la sélection naturelle : l’espérant de vie à 35 ans et la moitié des enfants qui meurent avant 5 ans ». Tels sont les propos scandaleux relatés dans La Tribune de Genève des 20-21 décembre 2008 de la docteure Claire-Anne Siegrist qui détient, grâce au laboratoire Mérieux, la chaire de vaccinologie à l’université de Genève, comment peut-elle explique que l’humanité a survécu et même proliféré ? Qu’il a existé un grand nombre de vieillards très âgés qui « laissaient faire la nature » et qui ont terminé leur existence en pleine possession de leurs moyens, autant physique qu’intellectuels ?

Dans son ouvrage qui fit grand bruit en 1975 et qui reste plus que jamais d’actualité, Némésis médicale, Ivan Illic constate que, dès le début du XVIIIè siècle, l’enfant français avait une espérance de vie supérieure à celle de ses parents et que cet écart s’était accentué entre 1899 et 1920 : « Ce serait une erreur grave que d’expliquer ces transformations des taux de mortalité globaux par un progrès global de l’efficacité de l’acte médical. La différence entre l’espérance de vie des générations successives apparaît sous l’ancien Régime sans qu’il y ait eu pour autant de progrès thérapeutiques notoires à cette époque ».

Il est de la sorte très intéressant de consulter un dictionnaire biographique ou l’encyclopédia Britannica pour constater le nombre de vieux en excellente santé qui ont fait parler d’eux au cours des siècles, bien avant les « progrès » de la médecine.

Extrait de l’article de Sylvie Simon paru sur NEXUS N° 74

 

 

Science fiction ou réalité

 

croyancesScience fiction ou réalité vécue et constatée : la collaboration de nombreux hôpitaux avec des coupeurs de feu, que ce soit dans les services de prise en charge des brûlures ou les services de radiothérapie pour le traitement des cancers ?

Ces dernières années, le domaine médical intègre officiellement de plus en plus dans sa vision du soin des points de vue alternatifs ou non traditionnels.

Ceci était-il vrai dans les années 80, dans les années 90, c’est-à-dire il y a 40 ans, 30 ans, 20 ans ?
Ou bien, à cette époque, cela relevait-il uniquement d’un choix individuel, celui d’une personne décidant d’aller voir un rebouteux, un magnétiseur, un coupeur de feu, presque en cachette et au risque de passer pour un fou ou un illuminé ?

C’est bel et bien devenu aujourd’hui un choix et une décision collective avérée, la médecine dite traditionnelle intègre de plus en plus dans sa vision des médecines dites « alternatives », certains soins dits alternatifs sont même pris en charge et remboursés par la sécurité sociale et les mutuelles ;

Et, en effet, les médecines alternatives sont aujourd’hui visibles et accessibles à tous, et chacun est libre d’y recourir sans se faire traiter de fou ou d’illuminé ;

Alors, à nous de choisir, de décider, d’imaginer et de créer notre vie, tant sur le plan individuel que sur le plan collectif, tout est prêt et à notre disposition pour y parvenir :

Alors, que l’on parle de développement personnel, de foi et de prières, de spiritualité, de retour à soi, d’éveil, de chemin d’éveil, de coaching de vie, de thérapies du bien-être, de massages, de méditation, de tantrisme, de biodanza, de danse libre et créative, de yoga, de tambours chamaniques, etc … et bien, peu importe ;

Peu importe les mots, les noms, la méthode, les moyens, du moment que c’est votre choix et que ce mot, ce nom, cette méthode, ces moyens vous permettent de vous retrouver vous, de retrouver votre vraie nature, de retrouver votre essence.

Peu importe, du moment que cela vous permet d’exprimer pleinement celui ou celle que vous êtes, un être vivant réveillé, autonome et qui utilise pleinement et au quotidien son libre-arbitre, son consentement et son pouvoir de création 🙂

Cécile & Véronique
Accompagnatrices d’évolution chez 
GAHIA

 Véronique et cécile

Qui sont-elles ?

Véronique Alonso et Cécile Boucher, accompagnatrices d’évolution au sein de la société GAHIA, que nous avons créée en 2010.

Ancrées dans un quotidien concret et pragmatique où chacun utilise son libre-arbitre et son pouvoir de création, nous accompagnons les hommes, les femmes et les entreprises en leur apportant un nouveau regard sur la vie permettant à tous d’exprimer, de créer et de vivre en toute conscience une vie sereine et joyeuse.

Nous animons des ateliers, des stages, des retraites et des séminaires autour de thématiques du quotidien, concrètes et pragmatiques, permettant d’amener un nouveau regard sur soi, sur les autres, sur la vie et permettant ainsi à chacun de choisir et de décider, et de devenir ainsi le créateur de sa vie

Nous organisons également des formations autour des thèmes « ​Accompagner autrement​ » et « ​Travailler autrement​ », pour ouvrir toujours plus les possibles, et pour amener toujours plus de conscience et de lucidité sur soi et sur notre environnement de vie.

Enfin, nous recevons également en séance individuelle, pour celles et ceux qui le souhaitent :

En résumé : nous sommes des facilitatrices et nous vous accompagnons dans la concrétisation et la réalisation de vie que vous avez choisi et décidé ou que vous êtes en train de choisir et de décider, l’équivalent d’un GPS qui vous accompagne là où vous souhaitez aller ;  www.gahia.com

Cf . Christophe André, psychiatre, il exerce dans le Service Hospitalo-Universitaire de l’hôpital Sainte-Anne à Paris, au sein d’une Unité de Psychothérapie Comportementale et Cognitive, spécialisée dans le traitement et la prévention des troubles émotionnels, anxieux et dépressifs. Il a été parmi les premiers médecins à proposer à ses patients des approches de méditation laïque, dès 2004. Il a été lauréat en 2016 du Prix Jean Bernard, de la Fondation pour la Recherche Médicale (ce prix honore une personnalité du monde scientifique qui a enrichi par l’exposé de ses recherches, les connaissances du public dans le domaine de la santé).

médecin

 “L’information tenait encore de la légende urbaine il y a quelques années mais elle est désormais avérée. Au nom du pragmatisme, de nombreux hôpitaux collaborent avec des coupeurs de feu, que ce soit dans les services de prise en charge des brûlures ou les services de radiothérapie pour le traitement des cancers. Des soignants, médecins, infirmières et même chefs de service en parlent ouvertement dans les médias. Un jeune médecin, Nicolas Perret, a même consacré sa thèse il y a quelques années à « La place des coupeurs de feu dans la prise en charge ambulatoire et hospitalière des brûlures en Haute-Savoie ». Les mécanismes restent incompris par la science mais l’effet est démontré, au point que 63 % des soignants interrogés par Nicolas Perret en milieu hospitalier estiment que l’efficacité des coupeurs de feu est « forte », 7,5 % estiment qu’elle est « totale » et 21 % qu’elle est moyenne. En conséquence, ils sont 61 % à juger la collaboration avec des coupeurs de feu « souhaitable » et 20 %
« indispensable ».

Quant aux patients ainsi traités, ils sont 76 % à attribuer une note supérieure ou égale à 7 sur 10 à l’intervention des coupeurs de feu.” Pour lire l’article entier : ​cliquez ici 

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site de Francesca :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

Avant tout, il faut savoir ce que veut dire guérir

 

L’humanité a des maux. Guérir c’est justement soigner les maux de l’humanité. Mais que sont les maux de l’humanité ? Et si l’on répond à la question, que sont les maux de l’humanité, alors on répond à la question et à l’énigme , qu’est l’humanité ? Parce que selon ce que tu es, les maux sont équivalents. Si tu es par exemple de l’électricité, la seule maladie que tu puisses avoir, c’est un court-circuit. Si tu es par exemple de la terre, la seule maladie que tu puisses avoir, c’est l’inondation ou la sécheresse.

namasté 1Si tu es un nuage, la seule maladie que tu puisses avoir c’est de disparaître et de ne plus jamais renaître.Donc, ne vous éloignez jamais, tout en essayant de porter aide, dans la chair, dans l’esprit ou dans l’âme, dans tout ce que vous voudrez, quelle que soit votre motivation, lorsque vous voulez porter aide et soin à quelqu’un, ne vous éloignez jamais de la pierre primordiale, la connaissance de l’autre, la connaissance de vous-même, la connaissance exacte de votre situation.

Pourquoi ne peut-on pas dissocier la connaissance de l’acte de guérison ?

Parce que si l’on dissocie la connaissance de l’autre, c’est-à-dire de ce qu’il est dans sa nature, de ce que sont ses enveloppes, de ce qu’est son niveau d’évolution, où il en est dans son évolution, ce qu’est la terre, à quel niveau d’évolution est la terre, si l’on dissocie cette connaissance de l’acte de guérir, alors, l’acte de guérir n’est pas un acte de guérison. Il est un acte d’ignorance qui essaie, avec une certaine exaltation d’émotivité, de porter secours à un autre qui est encore plus aveugle. Donc, le seul qui puisse mener un aveugle, comme il a été dit, hors des ténèbres, ce n’est pas celui qui est bien intentionné mais qui est aveugle aussi qui pourra l’aider. C’est celui qui a une bougie, ou une lanterne, ou un phare, ou qui est la lumière lui-même.

C’est pour cela que j’ai dit : quelle que soit l’œuvre entreprise, il faut toujours faire l’œuvre en connexion avec la hiérarchie, ou le Maître que vous aimez et auquel vous vous dévouez. Parce que si au bout de votre entreprise il n’y a pas une source de lumière, une source d’énergie, vous ne ferez rien qui puisse être un bénéfice pour quelqu’un ou pour vous-même. Et selon votre état, vous deviendrez désespéré parce qu’il n’y aura pas de fruit.

Pourquoi n’y aura-t-il pas de fruit à cet arbre que vous essayez de faire pousser ?

Parce qu’il n’y aura pas eu d’eau. Quelle est la seule eau du ciel ? La Lumière, la bénédiction, l’énergie, qu’importent les mots, qu’importe l’image, qu’importe le principe même.

Ce qu’il faut, c’est donner la main aux plus grands, parce que c’est un problème énergétique. Cela n’a rien à voir avec le fait que le petit soit inférieur et que le grand soit supérieur. Ce n’est pas cela, ce n’est pas de l’esclavage qu’on vous demande. Ce que l’on vous demande, c’est que pendant encore un temps, pendant un moment de la vie de la planète, de nous donner la main comme vous l’avez fait depuis des milliers d’années. C’est un phénomène vibratoire et vous n’avez pas encore la potentialité énergétique d’effectuer toutes les matérialisations, toutes les concrétisations, tous les miracles qui vous ont été promis et que vous possédez à l’état potentiel.

médecine 6

Pourquoi ces choses-là ne peuvent-elles pas être manifestées, même si votre émotion ou votre foi sont exaltées pour secourir l’autre, pour sauver le monde ?

Parce que même, si votre cœur vous y poussait, votre sacrifice ne servirait à rien. C’est un problème vibratoire, un problème de circuit énergétique, un problème de préparation.

Comment cette préparation s’acquiert-elle, par quel système, par quelle ascèse presque ? Cette ascèse-là, n’est pas du monde physique, elle est du monde de l’esprit. C’est pour cela que j’ai toujours essayé d’éveiller la flamme dans votre esprit.

Vous venez ce soir et vous me dites : « Grand Frère on a bien réfléchi. On vient te proposer nos mains pour que tu guérisses. Tu n’as qu’à venir, tu n’as qu’à descendre, tu mets tes mains dans nos mains comme tu les mettrais dans des gants, tu n’as qu’à toucher les malades, tu n’as qu’à toucher les malheureux et tout le monde sera content. » Naturellement ce n’est pas exactement ce que vous avez pensé, mais dans vos espoirs, c’est l’image qui a jailli. Parce que c’est votre côté émotionnel qui a été suscité.

Lorsque vous voudrez guérir, la première des choses qu’il vous faudra avoir, c’est justement tout le contraire. Une forme de dureté, pour savoir accepter que l’autre doive souffrir s’il ne peut pas ou ne doit pas guérir. Alors, est-ce avec le cœur exalté que vous me présentez ce soir que vous pourrez endurer cette loi ? Non. Vous m’accuserez de ne pas avoir guéri celui-là et il en est mort. C’est ce que vous me direz, si je ne vous apprends pas d’abord, à vivre comme les Maîtres vivent et comme les Maîtres guérissent.

Parce que nous sommes là-haut, croyez-vous que nous soyons insensibles à vos souffrances ? On vous voit mourir, on vous voit pleurer, on voit pourrir certains corps alors que l’esprit est encore à l’intérieur. Croyez-vous que cela nous plaise ? Croyez-vous que cela nous procure une quelconque réjouissance de laisser les choses aller ainsi ? Non. Cela ne nous fait aucun plaisir et pourtant cela continue depuis des milliers d’années et cela durera encore. Parce qu’avant d’être un cœur plein de compassion, nous sommes la loi et qu’avant d’être un cœur plein d’émotions, plein d’amour émotif, plein d’humanité, nous sommes la vérité.

L’humain est un être merveilleux, mais l’humanité a fait de lui un objet difficile à manipuler. Lorsque l’on met le poids de l’humanité face au poids de la vérité, qui est toute lumière, toute légèreté, la vérité ne peut pas contrecarrer le poids de l’humanité de l’homme, qui est émotion, peur, crainte, douleur, ignorance. Il faut donc que l’homme devienne aussi léger que la lumière.

AS miroir

Alors la maladie, que vient-elle faire là ?

La maladie, pour beaucoup, je vous le dis, ce sont des scories que la vérité vient enlever autour de sa propre enveloppe pour redevenir ce qu’elle est. Certes, toutes les maladies n’ont pas cette origine. Cela, je le reconnais. Mais il ne faut pas oublier que dans la masse humaine, maladie veut dire aussi ignorance, karma, dette, paiement donc. Je ne veux pas dire que le karma ne doit pas être soulagé, écourté, enlevé. Les Maîtres sont là pour ça, pour que le karma devienne quelque chose d’utile, sans que ce soit une épreuve dure à supporter, mais qui serve comme un éclair de prise de conscience dans l’âme, dans l’esprit de l’individu. Les Maîtres sont là pour ça, et les guides aussi, Dieu est là pour ça et ceux qui le servent aussi, mais il ne faut jamais oublier que la vérité passe d’abord.

Source de cet article : http://www.conscienceuniverselle.fr /

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site de Francesca :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

Pour que l’homme et l’animal puissent s’informer à distance

 

Le scénario est classique : le chien se précipite à la fenêtre alors que le maître vient justement de quitter son bureau pour rentrer chez lui, à quelques kilomètres de là. L’heure est inhabituelle, mais le chien « sait », il a reçu le message « je rentre à la maison ».

Des milliers de maîtres à travers le monde témoignent de ce « sixième sens » particulier au chien. C’est d’ailleurs ce qu’à choisi d’étudier le biologiste anglais Rupert Sheldrake.

coeur-chien

Objectif : déterminer si ce comportement relève du hasard, de performances auditives et olfactives extraordinaire s, ou bien de ce qu’il préfère appeler un « septième sens » de nature télépathique. Le scientifique rassemble plus de 500 témoignages d’éleveurs, de propriétaires et de dresseurs de chiens en Europe et aux Etats-Unis. Le constat est clair. Ces observations peuvent être reproduites dans un contexte où il est impossible pour l’animal de percevoir rune odeur ou un son provenant de son propriétaire si celui-ci rentre à un moment inhabituel.

Les chiens vont jusqu’à ressentir à distance la mort de leur maître. Le phénomène inverse serait également valable pour le maître lorsque son chien meurt.

PROPOS de RUPERT SHELDRAKE

« Je crois que la télépathie et une aptitude naturelle des communautés d’animaux pour communiquer ensemble. Je pense que ça existe. Ma théorie […] est que les membres d’un groupe ont ce que j’appelle un sens morphique qui les relie entre eux… des flopées d’oiseaux, des bancs de poissons. Je crois à un phénomène de champ. Les membres d’une communauté animale, lorsqu’ils sont séparés, restent connectés entre eux par ce champ qui s’étire au lieu de se briser… et chacun peut communiquer avec l’autre télépathiquement. Je pense que c’est un mode normal de communication animale. Pour finir, la nature de ce champ est, en réalité, assez proche d’un phénomène bien connu en physique quantique appelé « non-localité » où des particules faisant partie du même système quand elles s’éloignent gardent une connexion non locale…. Un changement chez l’un affecte instantanément l’autre indépendamment de la distance. Peu importe leur éloignement« .

Un fort lien émotionnel est nécessaire pour que l’homme et son animal puissent s’informer à distance de leurs ressentis.

Si ces approches rejoignent la conception des chamanes et les témoignages de nombreux communicateurs animaliers, la communauté scientifique n’est toujours pas prête à les prendre au sérieux.

En effet, bien que de nombreux communicateurs se disent prêts à collaborer avec des scientifiques, les chercheurs ne se bousculent pas pour les étudier, faute d’intérêt peut-être, de financements surtout. Car, au fond, à qui profiteraient ces recherches ??

Pour y répondre on peut mettre avant que l’être humain se coupe de ses capacités télépathiques dès son enfance, mais que bien que cette capacité soit éteinte, elle peut être réveillée. Ce langage sacré de la communication avec les animaux et la nature existe depuis des milliers d’années chez les anciens peuples…

MONSIEUR ZEN1

Le franco-Américain d’origine basque, Manex Ibar pratique les techniques de guérison issues du chamanisme et notamment celles qu’il a apprises auprès des Sioux Lakotas. Il explique qu’il en apprend plus vite sur ses patients quand ils viennent accompagnés de leur chat ou de leur chien car ces animaux lui transmettent des informations liées au comportement de leur maître. Manex explique que chaque animal a un esprit relié à un esprit global qui constitue en quelque sorte le « totem » de l’animal. L’ANIMAL TOTEM  se retrouve dans notre subconscient et symbolise des pouvoirs ou des facultés psychiques. Par exemple, l’aigle symbolise la vision et son totem peut être invoqué par développer un talent de visionnaire.

Un autre praticien, Shed Lay, explique que l’animal manifeste une conscience collective. Il raconte que cela vaut pour les insectes, et qu’il lui est arrivé de communiquer avec les abeilles. Il est d’ailleurs connu que les anciens apiculteurs d’Europe communiquaient avec leurs abeilles et que lorsqu’ils mouraient, il était coutume de faire une cérémonie pour apprendre la nouvelle aux abeilles.

Shed affirme communiquer également avec les arbres. Il raconte avoir entendu, un jour qu’il marchait dans la nature, la voix d’un acacia l’incitant à poser les mains sur son tronc. Sentant une épine le piquer, il s’est d’abord mis en colère, puis a entendu l’acacia parler en lui : « Je t’ai guéri, tu ne tousses plus ». Il a constaté en effet que sa toux avait disparu et, en discutant avec un acupuncteur, il s’est rendu compte que l’endroit touché par la piqûre était un point d’acupuncture relié au poumon !

Certains communicateurs animaliers évoquent, tout comme les chamanes, une communication avec les insectes, les végétaux et la nature en général. Magique ? alors si c’est magique, c’est tout simplement que la vie en elle-même est magique ! mais le plus merveilleux est que nous sommes tous capables de vivre cette magie.

A l’heure où le monde, gouverné par le mental humain, tourne au cauchemar, imaginons qu’une masse critique d’individus entraîne l’humanité entière vers le langage du cœur… décidément, la communication animale fait rêver…..

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site de Francesca :  https://medecinehistorique.wordpress.com/