Les Fidèles Serviteurs que sont nos Cellules

L’Esprit divin a pénétré intensément depuis des millénaires dans toutes les cellules des organes de notre corps physique. Aussi le cerveau, le coeur, les poumons, les nerfs, les artères, les membres doivent-ils être l’objet de soins attentifs, d’un contrôle incessant et d’une éducation vigilante.

Dès le réveil, pensez à toutes ces cellules, à tous ces êtres vivants qui s’activent sans arrêt, dans tous vos organes. Encouragez-les dans leur labeur ininterrompu, exprimez-leur votre gratitude et votre reconnaissance par des pensées idéales et des sentiments purs afin qu’ils travaillent dans l’allégresse, stimulés par une force nouvelle.

N’oubliez jamais ces fidèles serviteurs ; s’ils ralentissaient le rythme de leur activité, les pulsations de votre coeur s’en ressentiraient, ainsi que l’ensemble de votre organisme. Réfléchissez aux conséquences néfastes de ce ralentissement. N’hésitez donc pas à animer vos cellules par de bienveillantes paroles : elles comprennent votre langage, car elles sont dirigées par une loi divine.

peter-deunov

Si vous vous sentez fatigué, reposez-vous un court instant ; si un membre ou un organe vous fait mal, passez légèrement votre main à l’endroit de la douleur en pensant avec affection à chaque cellule qui forme l’essence de la partie malade et la douleur disparaîtra ou, tout au moins, s’atténuera.

Chaque matin et chaque soir, envoyez une concentration de pensées positives à toutes vos cellules, vous vous sentirez alors frais et dispos pour remplir votre tâche journalière, pour servir avec amour Dieu et le prochain et vous augmenterez ainsi la durée de votre vie.

«Avez-vous le temps de penser à vos cellules, n’êtes-vous pas assailli par vos soucis quotidiens ?». C’est pourtant la bonne manière d’alléger et d’embellir les activités de votre vie terrestre. Votre corps ne doit-il pas être le temple de Dieu, dans lequel Il puisse se manifester et à qui vous devez rendre grâce chaque matin, afin que la journée soit bonne et féconde ?

Hommes ou femmes, les êtres aspirent en général à de grandes réalisations, à des oeuvres importantes. Chacun d’eux, par une disposition intérieure irréfléchie, dédaigne les petites choses.

En obéissant à nos désirs de grandeur, nous nous efforçons d’approcher des personnalités influentes, des rois, des présidents, des ministres, des savants, des philosophes… Les personnes de condition modeste, nous les considérons avec dédain, disant d’elles : «Ce sont de pauvres gens, insignifiants, des ignorants, des rustres… !». Dans tous les domaines de notre vie, nous pouvons constater notre mépris pour les petites choses et notre recherche des grandes.

Souvenons-nous donc de ne pas mépriser les petits. Pourquoi cette recommandation ? Parce qu’en méprisant les petits, nous offensons les Anges qui les assistent et les soutiennent dans les cieux.

Je peux dire que tous les malheurs présents qui frappent l’humanité, malheurs collectifs ou particuliers, sont dus au mépris dans lequel les humains ont tenu les petites choses dans le passé. De petites causes considérées comme sans importance engendrent bien souvent de grandes et graves conséquences. Et c’est pour cela que le Christ disait expressément à ses disciples de ne pas mépriser «ces petits». Mais que sont «ces petits» ? Certains pourront dire : ce sont nos enfants. Et il est vrai que le terme peut s’appliquer aux enfants, mais en étendant la signification de la parole du Christ, on voit que beaucoup d’autres choses doivent retenir notre vigilante attention.

«Ne méprisez pas ces petits !». Je veux vous expliquer le sens caché dans ces mots. Un Hindou donna une noix à son fils en lui recommandant de l’examiner ; mais le fils cassa la noix et la mangea. Un peu plus tard, le père demanda : «Qu’as-tu trouvé de spécial dans la noix que je t’ai donnée ?». «Rien», dit le fils. «Sache donc, reprit le père, qu’une grande force était cachée en elle et que si tu l’avais mise en terre plutôt que de la manger, un arbre aurait poussé et tu aurais alors compris la valeur de cette petite chose qui en contenait une grande en germe». Le Seigneur vous envoie une petite pensée, mais vous n’y attachez pas d’importance et vous l’oubliez. Le Seigneur peut alors vous demander : «Pourquoi ne pas avoir accordé d’attention à cette pensée ? Pourquoi ne pas l’avoir semée pour la voir croître et donner de beaux fruits ?». C’est justement à cause de ce mépris des petites choses que nous en sommes arrivés à l’état qui est le nôtre. Nous disons que le monde est mal fait ; demandons-nous plutôt qui manque d’intelligence ?

La parole du Christ nous enjoignant de ne pas mépriser les petites choses, mais d’apprendre à discerner la force qui se cache en elles, doit nous aider à comprendre la voie à suivre pour obtenir les grandes acquisitions. Votre maison n’est-elle construite qu’avec de petits éléments ? C’est sur ces petites choses, telles que le grain de blé, les fruits, etc. que repose notre vie quotidienne. Cela, pour notre corps physique ; mais en ce qui concerne l’esprit, ce sont aussi les petites pensées élevées, les petits élans positifs, qui nous procurent joie et allégresse. Souvent, nous nous moquons des enfants qui sont préoccupés par de petites pensées nous paraissant puériles ; mais le développement des grandes choses n’est-il pas engendré par l’accumulation d’humbles efforts ?

Arleth roger4

Pourquoi ne devons-nous pas mépriser les petits ? Pourquoi ne devons-nous pas transgresser la deuxième loi divine qui nous commande d’aimer notre prochain ? C’est qu’aucun être vivant, à qui un rôle est assigné dans la Création, ne doit être méprisé. Ce peut être une colombe, une poule, un mouton, un boeuf, un cheval, un âne ; pour chacun d’eux, un livre est ouvert dans lequel on inscrit ce qui lui est dû. Aujourd’hui, vous avez chargé votre âne de tant de kilos ; demain de tant… Tout est inscrit et lorsque le Seigneur comptabilisera tous les services que votre animal vous aura rendus durant sa vie, savez-vous de quelle dette vous serez redevable ? Vous pourrez vous trouver dans la situation de celui qui devait 10000 talents !

De même, les Anges supérieurs ne méprisent pas leurs frères moins avancés qui ont aussi travaillé pour eux.

Vous pouvez avoir un serviteur ignare et peu efficace, mais vous ne connaissez pas les rapports qu’il a pu avoir avec vous ; vous ne savez pas pourquoi le Seigneur l’a amené dans votre maison. Vos liens avec lui ne datent pas d’aujourd’hui et il vous a déjà servi plusieurs fois ; il vous a peut-être sauvé la vie ou rendu de grands services. Il vous faut donc beaucoup d’indulgence et d’amour pour lui.

Si nous comprenons bien les rapports des choses, nous verrons qu’il ne faut pas avoir honte de la pauvreté, car c’est un état par lequel il nous faut passer : nous devons être «petits», nous devons être pauvres pour devenir riches. Ce sont deux pôles opposés entre lesquels agit l’évolution.

Extrait du livre de Peter Deunov : Le Livre du Cœur 

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

Publicités

Yoga Sacré : car le corps et l’esprit son étroitement liés

Parce que mieux connaître son corps, c’est mieux se connaître soi-même

Le toucher réactive et consolide notre sécurité de base, il nous rassure.

Art thérapie à visée Analytique transpersonnelle – cela débouche sur une conscience profonde d’être à chaque instant les créateurs de notre univers.

Plantons le décor :
« Le corps et l’esprit sont intrinsèquement liés, dans un sens ils ne font qu’un »

Le fossé que beaucoup d’entre nous voient entre l’esprit et le corps serait illusoire et combien, au cœur de nos cellules, l’un ne va pas sans l’autre.

LA VIE DEVANT SOI 1

Nous vivons dans une société qui s’occupe majoritairement du corps comme on s’occupe d’une voiture. On y met du carburant, on répare ici et là, on change quelques pièces et on espère que notre véhicule nous mènera loin. De l’autre coté, notre psychologie est aborde surtout par la parole avec des amis ou un psy essayant de provoquer quelques prises de conscience qui régleraient nos problèmes.

Toutefois cette séparation n’est pas si évidente. Notre physiologie et notre psychologie seraient constamment en train de s’influencer. Beaucoup de scientifiques mettent en évidence aujourd’hui ce pont entre l’esprit et le corps. Loin d’être juste psychologiques, les émotions seraient aussi moléculaires et auraient un impact sur notre physiologie.

Nous oublions trop souvent que le corps, comme l’esprit, s’imprègne de nos sensations, de nos souvenirs, de nos traumatismes. Lorsque les émotions sont refoulées de façon répétée, que les conflits restent non résolus, cela affecte notre développement émotionnel, mental et corporel. « Le corps est un canal de communication en soi autant que la parole ». Et cela est d’autant plus juste lorsque cette parole se bloque, nous fige dans des schémas de pensées que nous avons du mal à briser, ou plus simplement lorsque la mémoire nous fait défaut. Notre corps, lui, peut se souvenir.

Par ailleurs les émotions mettent des couleurs à notre quotidien, nous montrent comment nous expérimentons le monde en agréable ou désagréable pour nous. Par là, elles conditionnent nos réactions physiologiques et psychiques à chaque chose que nous vivons. Et cela peut être très différent d’une personne à l’autre.

L’esprit créé de la matière, la matière crée de l’esprit. « Quand on est en état de stress, on a souvent des inflammations en tous genres : ulcère, eczéma, mal au dos, insomnies, allergies… Soignez votre stress et vous verrez vos inflammations s’apaiser ».

Il est donc primordiale de se Responsabiliser de notre mieux-être

La psychologie moderne a compris l’intérêt d’intégrer la dimension corporelle au traitement et faisant ainsi remonter des souvenirs ou des émotions enfouies dans le corps et qui bloquent la personne dans des schémas de comportement.

Voici les techniques psychocorporelles (en détails) avec So’Ham qui signifie « Je suis cela »

Je suis :
CCorps : lui seul me révèle et ma fait accepter mes limites mais aussi mes potentiels, il est mémoire et présence, là ou la parole est défaillante et absente.
Eémotion : elle est langage du corps, du cœur, de l’âme, souvent bloquée ou refoulée, source inexplorée. Comment la contacter et la laisser vivre ?
Llangage : cet outil spécifiquement humain, le plus percutant, le plus impliquant, lien pour communiquer avec autrui.
Aaction : je mets en mouvement mon corps, mon émotion, ma parole, ma vie, je m’accepte, je m’affirme, je me confronte, je me responsabilise et j’explore les moyens dont je dispose pour mener à bien ma dynamique de changement et « réaliser les projets essentiels de mon devenir ».

1) Je vous invite à découvrir le Yoga Sacré 
Le mot Yoga vient de la racine sanskrite YUG qui signifie « unir ».
C’est à l’origine un véritable Art de vivre générateur de bien-être.
Il invite à respirer, à ralentir, à s’arrêter afin que nous puissions retrouver la perception de la totalité que nous sommes et notre véritable nature.

C’est grâce aux exercices de détente profonde que les tensions physiques et mentales sont effacées du corps et de l’esprit et que les effets négatifs du stress (maux de tête, dépression, troubles digestifs, dépendances, insomnies, etc.) sont progressivement éliminés. Le Yoga Sacré propose de stabiliser le mental en lui évitant de repartir dans les pensées préoccupantes du moment grâce à la concentration et à la méditation. La concentration est la première étape vers la méditation et diverses visualisations.

Dans les étapes suivantes plus approfondies, le mental pourra se libérer de tensions plus profondes et développer ce cheminement intérieur alors plus spirituel qui mène à la notion de témoin ou de conscience pure, à la notion d’être essentiel dans « le moment présent » hors du temps.

BIEN ETRE

2) Je vous invite à découvrir le Sensitive Gestalt massage®, dit SGM  
Le SGM propose de faire l’expérience de soi-même par l’intermédiaire de son corps. En effet, il arrive souvent que ce dernier exprime des états ou des problèmes psychiques plus ou moins consciemment perçus.

Le Sensitive Gestalt Massage alliant parole et toucher fait remonter à la surface nos émotions enfouies et nous mettent dans une situation de vulnérabilité : du fait de la position d’abandon sur la table, le transfert est souvent plus massif, et demande à être accompagné. Le thérapeute sait accueillir les émotions et la souffrance.

Le SGM répond aussi bien à une recherche de pure détente qu’à un développement personnel, et un accompagnement dans l’émotionnel.

Le SGM augmente le bien-être à travers la détente physique et psychique. Il contribue à une meilleure acceptation et valorisation de soi-même et offre la possibilité de mieux vivre corps-esprit dans l’unité. Le SGM répond à un besoin essentiel : le besoin d’être « touché » pour réguler son équilibre relationnel et social.

Le corps est la mémoire de notre histoire. Les mains et le toucher sont une présence qui nous relie à notre vécu. Le massage SGM est une attention à l’autre. C’est un instant d’ouverture où nos besoins, nos manques, nos peurs, nos bonheurs peuvent s’exprimer sans censure. Les techniques du SGM permettent de personnaliser le massage et de l’adapter aux besoins et à la demande du receveur.

Des évènements, des principes, l’éducation, ont pu bâillonner l’expression du corps. Le mot « toucher » pour une personne dont la relation au corps est souffrance, peut être difficile. Un besoin d’être touché non satisfait entraîne des carences. Le SGM peut les combler et réparer les blessures de l’existence. Le SGM permet un travail récupérateur sur le plan corporel et émotionnel, peut cicatriser le passé, ouvrir vers l’avenir et permettre de sentir que le corps dans sa globalité peut procurer du bien-être. Le corps, unifié, est un compagnon qui nous réconcilie avec ce que nous sommes.

Les bienfaits du SGM
*Apporte la détente et le bien-être qui en découle, relâchement physique complet
*Libère les points de tensions, permet la décontraction musculaire
*Atténue les états d’anxiété, la nervosité. Méthode anti-stress.
*Améliore la circulation sanguine, assouplit la peau,
*Développe la respiration
*Favorise l’ancrage corps-esprit
*Redonne au corps l’intégralité de son schéma corporel
*Crée un éveil sensoriel et entraîne une meilleure perception de son corps
*Développe le retour à la confiance en soi et à l’autonomie psychique du receveur
*Massage doux, pénétrant, enveloppant, qui invite au lâcher-prise, ressource, ré- unifie, ré-énergétise psychiquement

Objectif : une restructuration positive au quotidien. En favorisant l’accès au corps, le thérapeute masseur permet au massé d’entrer en contact avec son potentiel et de dénouer ses blocages physiques et énergétiques.

Souvent utilisés en complément de thérapies classiques, le sensitive Gestalt Massage s’adresse à tous. Comme si, pour retrouver joie de vivre et équilibre, les mots seuls ne suffisaient pas, et que le corps avait forcément besoin d’être touché pour grandir.

art thérapie

3) Je vous invite à découvrir l’Art Thérapie à visée Analytique transpersonnelle 
Les 3 axes moteurs de l’art thérapie analytique sont de faire s’exprimer, faire prendre conscience et faire changer pour permettre l’évolution.

La pratique de l’art-thérapie permet l’extériorisation des tensions émotionnelles engendrées par la vie stressante. Lorsqu’un vécu douloureux ne peut être mis en mots, l’Art est un outil puissant avec les symboles et les métaphores

Elle permet d’énoncer de l’inconscient personnel dans une mise en activation de l’inconscient lors des jeux préparatoires au tableau. Ce psychisme concrétisé sur la toile constitue un drain salvateur aux émotions inconscientes refoulées.

C’est purement de la projection, car l’inconscient sélectionne le plus important à traiter dans l’instant pour remettre la personne dans le flot de sa vie ; dès que la personne exprime son inconscient personnel, elle pénètre dans son processus personnel d’individuation et se restructure de nouveau, renoue avec le jeu de la création et de la vie, en favorisant l’harmonisation de nos relations.

« Peindre, c’est un moyen de comprendre la vie. Il y a autant de solutions que d’êtres humains.  » George Tooker.

Prévention et globalité

Cet Accompagnement Psychocorporel Holistique nécessite la volonté consciente de la personne à s’engager sur « le chemin d’évolution » à l’écoute du corps et le yoga sacré comme le Sensitive Gestalt massage et l’art thérapie visent à rectifier les déséquilibres énergétiques. Cette approche par anticipation précédent les symptômes et se veut avant tout une méthode de santé préventive efficace. Cela peut aussi agir en amont de la maladie.

Un vrai besoin en Occident

L’approche psychocorporelle holiste connait un vrai succès chez nous parce qu’elle propose des vraies solutions dans un domaine où l’Occident n’a pas de réponse satisfaisante.

Les Occidentaux, parce qu’ils se sentent de plus en plus responsables de leur propre santé, prennent conscience que leurs maux tirent leur origine de divers déséquilibres et les détectent de manière plus précoce. Leur sensibilité s’affinant, ils tolèrent de moins en moins ces déséquilibres et ne souhaitent plus attendre que les symptômes se déclarent. Ils en viennent alors à utiliser ces méthodes de prévention pure, par souci d’hygiène de vie et de mieux-être.

pichon

Rappelez-vous !

Dans quel but entreprendre un Accompagnement psychocorporel 
holistique ?

Pour être soutenu dans l’épreuve, pour ressentir un mieux-être, un soulagement des tensions, se réconcilier avec la vie, panser les blessures, entamer un travail de connaissance de soi retrouver son pouvoir de créer sa vie

N’hésitez pas à m’appeler pour poser vos questions!

Nous pouvons nous rencontrer pour en parler et établir votre programme ! 
www.soham-biarritz.com – info@soham-biarritz.com

 

Recevoir de l’air des forces vitales -prâna et idées

 Dans les conditions actuelles de vie, le plus important élément dont l’homme doit s’occuper est l’air.

montagne

L’air est porteur des pensées pures, claires, divines. Ces pensées pénètrent ainsi dans l’homme par le système respiratoire et, de là, montent au cerveau. Celui-ci ne peut pas les recevoir directement à travers le crâne, sans l’intermédiaire de l’air, qui reste donc le principal conducteur de la pensée.

Je parle ici de l’essence de l’air et non de l’air que les chimistes définissent comme un mélange de quatre parties d’oxygène et d’une partie d’azote. Je vous parle de l’air comme élément primaire qui conditionne la vie de l’homme.

En dehors de l’oxygène, l’être humain reçoit de l’air des forces vitales -prâna et idées- en plus ou moins grande mesure, selon qu’il connaît et applique certaines règles ou ne les connaît pas. Tout d’abord, nous devons aimer l’air que nous respirons, nous réjouir de son goût, de sa fraîcheur, de la légèreté qu’il nous apporte. Grâce à cet état d’esprit, les forces contenues dans l’air pénètrent plus profondément en nous et en plus grande abondance.

Pendant l’expiration, on doit vider au maximum les poumons de l’air qu’ils contiennent, par une calme et profonde expiration. Beaucoup de maladies ont leur source en ceci qu’on laisse dans les poumons, pendant l’expiration, une grande quantité d’air désormais dépourvu de toute qualité. Je vous conseille de vous exercer à la respiration profonde. Dirigez vers Dieu votre intellect et votre amour et respirez rythmiquement, avec concentration. Durant l’inspiration et l’expiration, vous pouvez dire mentalement une formule constructive ou un fragment de prière ; ceci vous aidera à mieux recevoir les forces profondes et vitales que l’air recèle.

Chaque être qui veut bien utiliser la vie qui lui est donnée en partage doit étudier les lois sévères auxquelles il est soumis. Une respiration correcte est celle qui permet à l’homme de capter au maximum l’énergie de vie, de santé et de lumière intellectuelle contenue dans l’air. Ceux qui peuvent le faire se réjouissent d’avoir accompli un certain travail qui leur procure santé, bien-être et joie.

Plus sa conscience est éveillée et éclairée, mieux l’homme peut tirer profit des conditions d’existence que la nature lui donne. Celui qui apprend à respirer correctement se libère d’états physiques et psychiques morbides. Il harmonise graduellement sa vie, la renouvelle. Il acquiert un nouveau et constant équilibre intérieur grâce auquel aucune influence ou condition extérieure ne peut plus le faire dévier du chemin qu’il a choisi.

Celui qui respire à une cadence rapide meurt plus tôt. Les malades des poumons respirent 15 à 20 fois à la minute ; un homme sain doit faire en moyenne trois respirations dans la minute. Certains êtres ne font qu’une respiration dans la minute. Certains êtres ne font qu’une respiration complète en une minute et des adeptes entraînés accomplissent une seule respiration en 20 minutes et même en une heure !

Que ceux qui veulent acquérir la patience s’habituent à respirer calmement, profondément. Plus prolongé est le temps durant lequel l’air frais reste dans les poumons et plus grands sont la patience et le contrôle de soi que l’homme acquiert.

Remerciez Dieu des bienfaits que vous apporte l’air qu’Il vous a donné. Par lui, Dieu pénètre continuellement en vous et vous entrez en Lui. Quand j’inspire l’air, Dieu et Sa pensée se révèlent en moi et quand j’expire, c’est moi qui me découvre à Dieu.

Dès le début du printemps, allez vous promener chaque matin, si possible à l’air pur, loin des poussières et des fumées de la ville. Profitez au maximum des forces de la nature qui s’éveille aux premiers rayons solaires. Ensuite, vos tâches de la journée s’accompliront bien mieux que si vous restiez dans votre chambre.

Si vous voulez améliorer votre pensée, l’éclaircir, l’élever, si vous voulez développer votre entendement, votre raison et mieux résoudre vos problèmes, apprenez à respirer juste. Les maladies, les souffrances dans la vie de l’homme sont dues à la respiration irrégulière. La nourriture, la respiration et la pensée sont liées entre elles. Si l’on apprend à respirer correctement, à choisir aussi pour notre nourriture des aliments sains et bons, à les assimiler avec goût, avec concentration et reconnaissance, nous pouvons améliorer notre intellect, élargir notre intelligence et mieux contrôler nos pensées.

La pensée constructive vient des Etres intelligents, raisonnables, du monde spirituel. Elle remplit tout l’espace. Chacun reçoit les pensées qui sont en vibration avec son système intellectuel et en résonance avec son état de conscience. C’est ainsi que l’homme est réceptif à l’activité de la nature vivante, à la pensée divine des Etres avancés. Ces êtres peuvent vous éclairer sur les problèmes les plus compliqués ; ils peuvent vous aider à mieux accomplir vos tâches quotidiennes, à maintenir en bonne santé physique et mentale par vos pensées fortes et concentrées, si vous le leur demandez avec une entière confiance.

Les grandes pensées sont de provenance divine ; donc il y a quelqu’un qui en est la cause première. Quand vous recevrez de telles pensées, ouvrez-leur largement votre coeur et votre intellect, aidez-les à se manifester. Ne doutez pas de la façon dont elles se réaliseront. Même si vous quittez votre corps physique, elles continueront à pénétrer dans les cerveaux humains réceptifs qui seront prêts à les rendre fécondes. En facilitant le chemin à toute pensée bonne et élevée, vous effectuez la liaison avec le grand Principe dont elle découle.

Les pensées du monde remplissent l’air et si vous n’avez pas la conscience éveillée, elles pénètrent en vous, vous en subissez l’influence et commencez à penser comme le monde. Le monde est une vague qui entraîne celui qui n’est pas continuellement sur ses gardes.

Quand nous voulons recevoir une émission de radio qui nous intéresse, nous réglons notre récepteur sur l’onde correspondante et nous écoutons. Le même processus s’accomplit pendant la respiration consciente et profonde. Nous avons une idée précise de ce qu’on peut capter dans l’air et nous maintenons notre pensée dirigée vers ce but.

Nous savons que l’air ne contient pas seulement de l’oxygène et de l’azote, mais qu’il est aussi porteur de force vitale, appelée dans le langage mystique : vie divine. L’air est une forme de la pensée divine, comme toute chose dans la Création, et nous pouvons recevoir, par la respiration, ce vers quoi notre conscience est dirigée.

Les fidèles des diverses religions peuvent n’avoir qu’une idée vague des forces contenues dans la nourriture et dans l’air.

En tant qu’élèves de la nouvelle vie, il importe que vous possédiez une connaissance précise de ce que l’air recèle et que vous ayez le désir et la volonté de le capter. L’homme nouveau doit étudier et comprendre la qualité physique et psychique de toute manifestation de la nature vivante.

ELFS

Rappelez-vous continuellement de respirer consciemment et profondément : faites chaque jour, régulièrement mais sans violence, des exercices de respiration profonde. Pour cela, vous devrez vaincre l’inertie, la paresse atavique qui existe chez l’homme, qui le retient et le pousse à écarter l’effort nécessaire.

Mais si vous avez l’énergie suffisante pour triompher de cette tendance, vous en serez récompensé par un fonctionnement sans cesse amélioré de vos poumons, par une santé meilleure, par une pensée plus active et plus forte, et par une puissance de travail développée.

Avec l’air, nous respirons l’Amour de Dieu.

II est dit : «Dieu est partout et en tout ; nous vivons et nous nous mouvons en Lui». Puisque Dieu est partout, Il est aussi dans l’air. Or, Dieu est Amour ; c’est pour cela que l’air est pénétré de l’Amour divin.

Il est donc indispensable de prendre l’habitude, en respirant et en nous nourrissant, de diriger notre conscience vers l’Amour universel qui pénètre l’air et les aliments.

La prière peut aussi consister dans l’acte de la respiration, exécuté consciemment et avec un sentiment d’amour pour l’air et ses bienfaits, et de reconnaissance envers Dieu pour tout le bien qu’il nous dispense.

Ainsi les instructions données pour la bonne respiration doivent être expérimentées par des exercices coordonnés, méthodiques, progressifs.

La bonne respiration dépend de la quantité d’air inspiré et de la durée du temps de sa rétention. L’état d’esprit qui accompagne les trois phases de la respiration : inspiration, rétention et expiration, a aussi une importance capitale.

La différence entre la respiration superficielle et la respiration profonde réside en ce que l’air inspiré au cours de la première ne remplit qu’une partie des poumons – la supérieure. Cette respiration incomplète n’apporte pas d’éléments suffisants pour purifier le sang et lui donner de nouvelles énergies. Dans ce cas, le sang, à son tour, ne peut satisfaire aux besoins des cellules des différents organes du corps qui devient, par manque de vitalité, prédisposé à la maladie.

Par une inspiration profonde, la plus grande partie des poumons se remplit d’air, car le diaphragme s’abaisse et les poumons se dilatent librement. En même temps, les intestins sont soumis à un mouvement rythmique, de haut en bas et réciproquement, qui facilite leur activité.

Dans une inspiration profonde, c’est en premier le ventre qui se gonfle et ensuite le thorax ; dans l’expiration, le ventre se rétracte d’abord, puis le thorax. Au cours de la respiration profonde, on remarque l’abaissement et le relèvement du diaphragme ; et les organes de l’abdomen subissent une sorte de massage favorable à leur fonctionnement. Par une pratique journalière des exercices de respiration profonde, les poumons apprennent instinctivement à respirer plus profondément, plus pleinement et même en dehors des instants consacrés expressément aux exercices.

Le «prâna» contenu dans l’air est une force vitale de vie divine d’après le langage mystique. Toute la Création est une forme de la pensée divine, de l’Esprit de Dieu. Lorsque nous respirons consciemment profondément, nous recevons davantage de «Prâna» – pensée divine – qui crée, soutient et harmonise tout. La respiration profonde, pratiquée avec méthode et concentration, peut permettre de recevoir, outre l’abondance d’oxygène indispensable à la purification du sang, un surcroît de forces vitales, intellectuelles et spirituelles si nécessaires dans la phase actuelle de développement des hommes.

Le matin, au lever, par des exercices de respiration profonde en pensant que vous êtes uni à Dieu et en reconnaissant Ses qualités, Sa force, Sa bonté, vous entrerez dans l’harmonie de Sa présence et de Sa pensée toute puissante. Par cette «respiration-prière» du matin, l’homme, s’accordant avec la grande sagesse divine qui dirige tout, se sentira tout le jour mieux disposé et prêt à accomplir ardemment les tâches qui l’attendent.

grandeur

Prière matinale du disciple

Notre Seigneur Dieu, mon âme tressaille de joie

à la lumière du nouveau jour qui m’éclaire.

Je te remercie de m’avoir réveillé de bon matin,

lorsque te glorifient l’homme sage, les oiseaux et les fleurs.

Je te remercie de m’avoir encore fait don de ce jour,

de m’appeler à poursuivre mon travail en bonne disposition.

Je te remercie de me donner la possibilité d’accomplir ta bonne volonté, afin de la manifester avec amour et sagesse

en la mettant au service de mes Frères et Soeurs.

Je te prie de me donner la joie de sentir la présence de l’Esprit divin et d’écouter comme un fils dévoué tes instructions,

et de ne pas m’écarter de tes lois.

Donne-moi et donne à tous les hommes la force, la vigilance

et l’amour nécessaires à notre élévation

et à l’avènement de ton royaume sur la terre.

Que l’éternel soleil de ton amour illumine de sa lumière mon âme

et celle de tous mes Frères et Soeurs à la surface de la terre !

Que ton amour, ta sagesse, ta vérité, ta justice et tes vertus

règnent sur la vie de l’homme !

Que tous les hommes deviennent un avec le Christ et les anges lumineux, un avec toi et la grande Fraternité Blanche Universelle !

Qu’il en soit ainsi, Amen !

Exercice à faire en se levant le matin – Prononcez les formules :

J’ECOUTE

Mettre les mains près des oreilles en faisant le geste d’écouter.

JE ME LÈVE

Dressez les bras verticalement au-dessus de la tête, les paumes tournées vers l’intérieur.

JE SUIS SAIN

Abaissez les bras tendus de chaque côté à hauteur des épaules, les paumes des mains tournées vers le sol.

JE SUIS FORT

Repliez les bras de façon à amener les mains devant la poitrine.

JE SUIS EN PLEINE FORME

Abaissez les bras de chaque côté le long du corps, les mains ouvertes.

Poursuivre en élevant les mains vers le ciel et en les faisant descendre sur la tête et devant la poitrine, jusqu’à ce qu’elles reviennent le long du corps et dire :

«Que la paix de Dieu vive dans nos coeurs ;

que sa pure joie et sa sainte allégresse nous guident».

Extrait du livre de Peter Deunov : Le Livre du Cœur

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

 

SIX METHODES DE GUERISON A NOTRE PORTEE

LA GUERISON ENERGETIQUE. Il ne semblera guère surprenant que la première technique soit la guérison énergétique. Dans ce type de guérisons, on ne touche pas le patient. Les énergies sont utilisées de façon à coopérer avec la personne étendue sur la table de soins. Il y a tant de potentialité à ce moment-là. Si le seul vibratoire de ce patient est suffisamment élevé, si celui-ci connaît ces choses et qu’il a donné son autorisation afin d’être soigné, le guérisseur qui permet à cette énergie de fonctionner sera assuré d’obtenir de merveilleux miracles. Et le patient sera guéri grâce au travail énergétique où personne ne touche personne. Pensez-y.

Bien sûr, cela ne marchera pas aussi bien avec ceux dont la fréquence vibratoire est plus basse. Voilà pourquoi ceux d’entre vous qui sont engagés dans ce type de guérison énergétique constatent et enregistrent le fait que cette thérapie n’est pas destinée à tout le monde. Et ce sont les patients éclairés, qui savent ce que sont la permission et le choix, qui obtiennent les meilleurs résultats. Les autres repartent souvent sans être guéris.

autoguérison

LE TOUCHER THERAPEUTIQUE. Ce type de guérison nécessite que le guérisseur touche la partie du corps à guérir, lorsque le patient dispose d’une fréquence vibratoire plus basse que la sienne. Le toucher thérapeutique produira alors le même effet que la guérison énergétique. Ainsi, le toucher est un merveilleux outil à votre disposition. Cela a un effet réel, et vous pouvez grâce à cette technique, vous affranchir de l’obstacle d’une différence vibratoire de sorte que celui qui possède les vibrations les plus élevées peut travailler avec celui dont les vibrations sont plus basses.

Les patients peuvent exprimer leur choix et donner leur permission et le concept sera accepté. Ils peuvent alors être guéris et en effet, cela arrive tous les jours.

REMEDES A BASE D’ESSENCES VIVANTES. Vous saurez que la force vitale est puissante et qu’elle peut représenter une aide précieuse en lien avec les substances curatives. La force vitale d’une substance ne peut être altérée facilement si sa forme n’est pas modifiée. Les extraits d’essences vivantes rendent hommage à notre science car la science est spirituelle. La science physique est conscience et ceux qui travaillent sur l’infiniment petit et la physique quantique savent précisément de quoi il est question. Ils sont en train de découvrir que la réalité observée peut être affectée par nos pensées. Cela fait des années que nous en parlons. Pensez-vous un seul instant que si certaines maladies importantes de nos époques ont été vaincues par les essences vivantes cela est le fait du hasard et non de la synchronicité ? Nous entendons ici la tuberculose et la polio…. Vous voyez il existe une force vitale même dans les choses qui ne sont plus vivantes.

Recherchez de nouvelles thérapies fondées sur les essences vivantes et faites particulièrement attention à celles qui seront obtenues à partir de très anciennes énergies – semblant posséder la force vitale d’une autre époque – et trouvées dans les capsules temporelles de la Terre. Certaines de ces substances vivantes se contentent de faire passer leur énergie dans l’être humain, d’autres sont ingérées par l’organisme. Cependant, les essences vivantes produisent des effets qui dépassent de loin les réactions produites par les herbes et les plantes que nous connaissons. Elles sont d’origines tout à fait inattendues et sont capables de fournir une énergie vitale qui cocréera la guérison dans notre corps, en accord avec vous. Certaines sont contenues dans des rochers et possèdent une énergie vitale de plusieurs milliers d’années, lorsque l’énergie de la Terre était plus grande qu’aujourd’hui. D’autres se présentent sous des formes de vie extrêmement petites, prêtes à être récoltées, mais ont dissimulé jusqu’à présent leur grande valeur pour notre organisme. Et enfin, quelques-unes proviennent du domaine animal et nous seront d’une aide précieuse.

Loin de se limiter à soigner les individus malades, ces Essences Vivantes peuvent devenir le moyen reconnu et accepté par tous de rappeler la notion de bien-être au corps humain en le maintenant en contact avec sa mémoire cellulaire. Elles peuvent permettre d’apporte au corps les nutriments indispensables et de créer un équilibre qui permettre de lutte efficacement contre les nouveaux virus résistants qui font leur apparition.

LES AIMANTS. La technique suivante est la guérison par les aimants. Cette technique de guérison est honorée. Elle est merveilleuse. Elle s’adresse à la partie magnétique de l’être humain, à la partie magnétique de notre ADN et cela fonctionne. Ses effets sont plus importants aujourd’hui qu’à n’importe quelle autre époque sur cette planète. Grâce à l’intuition et au caractère sacré des dons de nos nouvelles connaissances, nous saurons placer ces aimant à l’endroit requis.

Le magnétisme externe, comme les essences vivantes, le toucher thérapeutique et la guérison énergétique n’est qu’une méthode temporaire de rééquilibrage des individus. Lors les gens ont choisi d’être rééquilibrés, pourquoi devraient-ils alors transporter en permanence tous leurs aimants avec eux ? Le corps s’équilibrera tout seul et se guérira.

LA VIE DEVANT SOI 1

ATTENTION. Quelques-unes de vos drogues dangereuses parviennent au même résultat ; elles peuvent vous permettre de vous sentir dans un état merveilleux. Cela signifie seulement que vous ressentez quelque chose. Equilibrez votre corps, puis arrêtez le stimulus lorsque vous avez terminé. Lorsque ce sera à nouveau nécessaire, réutilisez le stimulus. Ne le faites pas en permanence ni quotidiennement. Sur le plan du magnétisme, le danger est le suivant : L’ensemble des instructions cellulaires peut se modifier entièrement.  De nombreuses instructions peuvent être effacées. Cela dépasse largement le cadre de l’équilibre. Cela peut même s’avérer dangereux pour votre santé.

LES MEDICAMENTS PHARMACEUTIQUES. L’utilisation de produits chimiques est une méthode de guérison faisant appel à une énergie de basse fréquence. L’Esprit cependant le prend en considération car la chimie est utile et fonctionnera pour certains d’entre vous qui en auront besoin. Bien qu’encore une fois il s’agisse là d’une énergie de basse fréquence. Ceci est dû simplement au fait que nous n’avons encore rien découvert à un plan supérieur qui puise la remplacer. Si elle marche et qu’elle vous maintient en vie sur cette planète, cela seul est important. Efforcez-vous néanmoins d’évoluer vers les autres méthodes, le moment venu.

L’inconvénient avec les produits chimiques c’est que le corps est bien réglé de par lui-même et que, lorsque vous y introduisez des substances chimiques dans le but de provoquer un changement, il réagira sans que vous puissiez prévoir ni maîtriser exactement ses réactions. Parfois, ces produits provoquent des effets secondaires qui déséquilibrent l’organisme, et cela es t simplement dû aux caractéristiques d’une énergie de basse fréquence.

 LA CHIRURGIE. Cette méthode est peut-être la moins élevée des techniques de guérison mais elle représente actuellement la partie de notre science la plus pointue. Lorsque toutes les autres voies ont été explorées sans succès, certaines personnes s’en remettre à cette science et sont guéries. Il se peut que la chirurgie soit tout à fait appropriée à votre. Mais ceux d’entre vous qui travaillent avec les énergies, qui comprennent ce qui se passe et qui choisissent de donner à leur corps l’autorisation de guérir, ils n’agiront jamais ainsi !

Toutes ces méthodes ont leur utilité. La chirurgie est aussi sacrée et bénie car elle est le fruit de notre science. La tolérance en tout est nécessaire. Il y a beaucoup plus de choses que l’œil ne peut en percevoir, et tout cela fonctionne en synergie. Vous devriez connaître trois aspects concernant l’auto-guérison. Le premier est l’intégration, le second est l’intégration et le troisième et le plus important est l’intégration….. Vous parvenez à une meilleure compréhension spirituelle mais vous pensez en quelque sorte que vous traînez votre corps comme un boulet. Vous passez à côté de quelque chose !

Au lieu de penser que vous n’avez qu’un seul centre illuminé, pensez que vous en avez des millions. Pour que votre corps puisse vibrer harmonieusement, il doit vibrer entièrement et  non pas seulement la partie que vous avez considéré comme votre « Centre d’illumination ».  Il n’existe pas une seule cellule dans notre corps qui n’ait les attributs de la conscience.  Le « Nous » par ce fait représente la clé de l’auto-guérison. C’est l’intégration et l’intégration puis l’intégration ……seulement.  Le corps fait partie du système qui nous maintiendra ici et ce système que nous devons appliquer par son caractère sacré du corps dont nous avons besoin pour rester en vie afin de servir la planète ! Il n’y a pas un seul guérisseur homme ou femme qui ne possède les instructions cellulaires sacrées lui permettant de faire fonctionner tout cela. Même les éléments de la vie qui apparemment n’ont aucun rapport s’efforcent de vous parler. Toutes vos cellules sont au courant !

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

L’ADN de la guérison

 

Si notre ADN contient tout ce que nous sommes, il contient donc aussi un « dossier » sur toutes les possibilités de nos maladies, mais sûrement aussi toutes les possibilités de guérison. Or, pour l’instant, ce qui semble ressortir, c’est la maladie et non la façon de la guérir. D’après nos observations, lorsque l’on découvre une maladie, alors commence la course contre la montre. On se met à chercher de tous les côtés, une façon de se guérir. On essaie diverses méthodes, dont certaines sont efficaces et d’autres non ; le temps que l’on cherche et trouve « la » méthode de guérison, certaines maladies ont le temps de s’aggraver et même d’être mortelles. Je pose cette question parce que j’ai remarqué que certaines méthodes fonctionnent pour certaines personnes et non pour d’autres. J’en déduis que telle ou telle méthode peut convenir à tel ou tel individu, mais non aux autres. 

Je sais que la guérison est aussi un voyage spirituel en soi, mais je pense qu’elle ne le serait pas moins si nous connaissions la bonne façon d’en accélérer le processus. L’autoguérison n’est peut-être pas avantageuse au niveau commercial pour le domaine médical, mais elle vaut sûrement la peine pour la personne qui cherche une méthode alternative de guérison. N’y aurait-il pas un test ou un moyen quelconque qui pourrait aussi nous indiquer quelle méthode de guérison convient à notre énergie et à notre corps ? S’il n’y en a pas, pouvons-nous le créer nous-mêmes ? Comment puiser dans nos Archives akashiques ou génétiques pour trouver ce qui nous convient le mieux ? Est-ce aussi simple que d’ »écouter » notre corps. Verrons-nous jamais s’unir la médecine traditionnelle, la médecine énergétique et les médecines parallèles ?

ADN partie 1

Le test existe depuis longtemps… Votre « champ cellulaire quantique » sait tout de vous et constitue un puissant instrument de diagnostic, insoupçonné de la plupart des humains. Vous appelez cela la « kinésiologie ». C’est la capacité du corps de vous dire ce qui se passe en vous, ce à quoi vous êtes allergique, quel est le meilleur remède pour vous. Par exemple, « ne mangez pas de cacahuètes » ou « vous avez telle ou telle maladie ». Vous avez raison quant à la spécificité des méthodes à chaque corps. Ce qui fonctionne pour certains ne fonctionne pas pour d’autres. La guérison spirituelle pouvait convenir à 100 % à certains individus et à 0 % à d’autres. La seule explication réside dans votre aux vibratoire, ou, en d’autres termes, dans l’importance du champ quantique qui vous entoure. Plus il est élevé, plus l’utilisation ésotérique de cette énergie sera efficace pour vous. Votre corps sait tout de votre condition interne, et ce test impliquant les muscles est toujours valide.

Votre corps est construit de façon à combattre les bactéries et plusieurs autres types de maladie. Il le fait quotidiennement. Vous n’en êtes cependant pas informé, puisqu’il le fait automatiquement, sans vous causer d’anxiété à ce sujet. S’il vous informait de toute cette activité, vous seriez constamment inquiet et vous ne pourriez supporter de vivre ainsi. Vous avez donc l’esprit tranquille quant à votre fonctionnement biologique, et c’est une question de survie. Par contre, le cancer ne révèle sa présence que par la douleur et il est alors parfois trop tard.

Posez des questions à votre corps afin qu’il vous dise ce qui se passe dans votre propre véhicule. Puisque votre corps vous parle, ne trouvez-vous pas logique que vous lui parliez aussi. L’union des trois médecines : traditionnelle – énergétique et parallèle sera remplacée par une quatrième, une nouvelle méthode radicale de guérison. La connaissance des cycles de la vie terrestre en général et des mouvements de la nature facilitera le processus de guérison de tous.

Lorsque vous vous adressez à vos cellules, que ce soit par la pensée, par la parole ou par toute autre forme de communication, toutes savent déjà ce qu’il faut faire. Elles n’attendent que les directives de la personne qui les contrôle. La vérité est contenue dans cette question paradoxale ; si votre ADN est interdimensionnel par nature, pourquoi êtes-vous une créature tridimensionnelle ? Le moteur interdimensionnel est déjà en marche à l’intérieur de vous et demeurera invisible tant que vous ne serez pas sur le sentier de l’illumination.

En raison de la destruction de votre écosystème et de certaines autres conséquences de votre mauvais usage de la technologie, les bactéries et les virus mutent à un taux record, et de nouvelles formes apparaissent.

HOLON

Cet Holon, exercera un effet puissant sur votre système immunitaire. Il ne se substituera pas à l’entretien normal de votre personne, mais il s’y ajoutera ; si vous tombez malade, il pourra vous faire un bien immense.

Il s’agit essentiellement d’un cylindre qui vous entoure du dessus de la tête au dessous des pieds. A son sommet, la forme est courbe comme celle d’une banane dirigée vers l’avant. A sa base, elle va dans la direction opposée. Donc, si on la regardait de côté, elle ressemblerait beaucoup à une banane tordue. Certains l’appellent l’Holon dauphin. Il s’agit de sentir cette forme autour de votre corps en maintenant l’impression qu’elle est argentée, un peu comme un ballon de mylar argenté. Vous n’avez pas besoin de voir cette couleur, mais seulement de l’imaginer. Elle est spécifiquement liée aux propriétés antibactériennes et antivirales de l’argent colloïdal. Sentez cet Holon autour de vous et, quand votre esprit s’égare, ramenez-le à cette sensation. Cette forme géométrique particulière calme les énergies subtiles à l’intérieur de vous et en même temps les régénère de manière à renforcer le système immunitaire.

Il est suggérer d’ajouter cet Holon à votre « trousse de premiers soins »….

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

LA VUE : COMMENT GUERIR MES YEUX en passant de l’Intellect au Coeur

Voici, le langage de certaines maladies des yeux… Il suffit d’en prendre conscience et de méditer pour en guérir !

Vous retrouverez dans les textes ce symbole : ©¯ , il vous indique que : je fais descendre la représentation mentale ou émotionnelle de ma problématique liée à la situation lue, de ma tête vers mon cœur. Il s’y produit alors soit une guérison dans l’Amour, soit le renforcement d’une attitude positive.

Je conseille également de prendre le texte d’un malaise ou d’une maladie et de le lire syllabe par syllabe, en prenant au moins une seconde par syllabe afin qu’une partie des émotions soit guérie dans l’Amour.

Allons-y ! 

YEUX

L’ASTIGMATISME est un défaut de sphéricité de la cornée ou du cristallin. La courbure verticale de la cornée est plus importante que la courbure horizontale ou inversement. C’est comme si je regardais à travers un miroir déformant.

Cette malformation dénote généralement une peur de me regarder en face, tel que je suis. Une mauvaise coordination des yeux peut signifier que ma façon d‘agir et mes pensées sont en désaccord avec mon entourage, causant ainsi des conflits intérieurs. Je veux me créer une réalité différente et tenter de me dégager de l’influence de mes parents ou de toutes autres personnes que je considère abusives. Souvent confrontés à de la rage, à de la colère ou à des peurs durant ma jeunesse, mes yeux ont gardé cette expression de frayeur et les muscles entourant l’œil sont demeurés en constant état de choc.

Mes yeux deviennent irrités si ce que je vois extérieurement ou intérieurement m’irrite. Ma définition d’un monde idéal est très loin de la réalité et je préfère ne pas voir et connaître tous les détails. si par exemple, j’ai idéalisé mon père e je me rends compte que la réalité est tout autre, je refus de lui ressembler. J’ai alors une attitude de « je vais m’organiser tout seul ». Je vis du mépris face à moi-même et aux autres. J’accole facilement des étiquettes aux gens. Cela rend mes relations avec les autres difficiles, particulièrement avec mon partenaire car je garde une distance avec lui. Je me sens bafoué mais je veux tout garder pour moi, ne laissant pas paraître mes souffrances intérieures. Je préfère endurer mais ceci est très difficile et je dois déformer la réalité pour qu’elle soit supportable. Je veux passer sous silence les cicatrices émotives que je porte.

L’astigmatisme est aussi le résultat d’une grande curiosité. Mon besoin insatiable de tout voir à « usé » mes yeux. De cette façon, mon corps me dit de prendre le temps qu’il faut pour apprécier les choses. Cela peut aussi vouloir dire que j’ai intérêt à reconnaitre ma propre beauté, l’être magnifique que je suis.

©¯ J’accepte ici et maintenant de faire face à toutes mes peurs, mais aussi à tout mon potentiel. J’accepte ©¯ de sortir de mon rôle de victime et  j’accepte ©¯ de devenir créateur de ma vie. Je me regarde dans les yeux, tel que je suis. J’accepte ©¯ de naître à moi-même et non pas pour les autres. En devenant maître de ma vie et en acceptant ©¯ que le monde est ce qu’il est et que le seul pouvoir que j’ai est sur moi-même, les réalités extérieure et intérieure seront limpides et je peux recouvrer le vue. Et la personne à féliciter, c’est moi !

LA CATARACTE est une maladie où le cristallin (lentille de l’œil) devient graduellement opaque au point que la vision se voile et se déforme, ce qui entraîne la cécité à plus ou moins longue échéance.

Cette forme d’incapacité physique arrive dans ma vie au moment où je ne désire plus voir intérieurement ce qui se passe sous mes yeux, ce qui s’en vient ou ce qui risque d’influencer ma vie et les décisions que j’aurais à prendre. Ce que j’ai vu ou que je vois pour le futur m’amène à me dire : « Je n’en crois pas mes yeux ». « Je voudrais tellement que les choses restent telles qu’elles sont présentement ». Ma vision baisse car l’énergie ne va plus à cet endroit. Elle se ternit et s’assombrit, je vois l’avenir d’un œil obscur et voilé, sans joie ni gaieté de cœur. Il est possible que j’aie une attitude égocentrique et que je veuille voir la vie seulement à ma façon sans tenir compte de la réalité d’autrui. C’est une attitude égoïste qui peut même me faire croire que je suis supérieur aux autres. Je refuse de voir certains événements ou individus d’une façon transparente.

Cette cataracte m’éloigne du présent, me retire de l’univers qui m’entoure ; ça me déplaît à certains niveaux et je dois prendre conscience des aspects extérieure et intérieur des choses. Je vois le monde qui m’entoure comme une menace. Un danger constant est présent. Je me sens isolé, seul dans mon coin. J’ai besoin des autres, je voudrais être capable de vivre mes émotions en présence des autres, mais j’ai peur de leur réaction. En « voilant » leur visage, je mets une distance et ainsi, je me sens plus protégé.

Il est intéressant de noter que la cataracte est une membrane opaque qui empêche les rayons lumineux de venir jusqu’à ma rétine. Puisque le soleil symbolise le père, je peux me demander si j’ai peur de ce dernier et sens le besoin de me protéger. Où ai-je peur du regard u Père céleste, Dieu, qui est celui qui prononcera le jugement dernier ? La cataracte apparaît normalement vers la fin de la vie, au moment où la peur de vieillir et de devenir impotent ou impuissant s’installe. J’ai l’impression que les portes se ferment devant moi. J’utilise la cataracte comme protection car « je ne veux pas voir la future image de moi-même si elle n’est pas encore là, de peur qu’elle me déplaise trop ». Je refuse de voir ce qui arrive ou va arriver et parce qu’il me paraît inéluctable, je veux ralentir ou empêcher l’événement, l’ »agression » de m’approcher. si j’ai des enfants, je les trouve « ingrats » face à la situation. En étant rigide, cela m’empêche de voir « l’autre côté de la médaille »…

En n’étant pus capable de voir ce qui se passe aujourd’hui, je me force à me remémorer le passé que je considère être « le bon vieux temps » et dont je ne veux me défaire. Je perds ma souplesse d’esprit et d’action, je deviens moins tolérant et j’oublie souvent les événements qui viennent de m’arriver. Je n’ai donc pas intérêt à voir le futur qui peut me paraître très sombre (les cataractes sont fréquentes dans les pays en voie de développement). Je ne peux plus utiliser mon imagination pour visionner mon futur. C’est comme si mes yeux étaient constamment plein d’émotions et celles-ci voilent ma vision. Cependant, je peux lever ce voile qui m’empêche de voir ma vraie réalité en plaçant mon attention sur ma lumière intérieure. Ceci est particulièrement vrai su je suis plus jeune et que j’ai des cataractes ; j’ai à décider que la vie va s’occuper de m’apporter tout ce que j’ai besoin, autant au niveau physique, qu’émotif ou spirituel.

J’accepte ©¯ de faire l’effort de regarder à l’intérieur de moi et j’y vois toute la lumière et la beauté qui m’entourent. Je plonge dans la vie !

YEUX

LES YEUX CERNES 

Généralement, les yeux fortement marqués par des cernes sont le signe de fatigue, et souvent causés par une allergie, laquelle est le résultat d’une dépendance envers un produit. Il peut s’agir également d’une anémie, ce qui indique un manque de fer (faire …). Je me sens limité dans ma vie, celle-ci est terne. Je me sens épié, entouré, menacé même et je ne sais comment m’en sortir.

J’accepte ©¯ d’être plus indépendant et que mon bonheur doit dépendre de moi seul. L’approbation des autres devient alors un plus et non une condition à mon bien-être.

 CONJONCTIVITE

La conjonctivite est l’inflammation de la membrane transparente recouvrant l’intérieur de la paupière et le globe oculaire. Il existe un rapport direct entre la conjonctivite et ce que je vois. Inconsciemment, je refuse de voir une situation ou un événement avec lequel je suis en désaccord ou qui me blesse. Ma façon de voir est douloureuse car je refuse d’avoir une nouvelle compréhension d’une situation ou le point de vue des autres. Je ne suis pas capable de me mettre à la place de l’autre d’où une impossibilité à pardonner.

Cela m’amène à vivre de la frustration, de l’irritation et de la révolte. « Je ne peux pas supporter ce que je vois ! ça me brûle de voir une telle chose ». C’est comme si mes yeux voulaient laver sans cesse la saleté que je vois dans la situation qui me met en colère  Il peut s’agir de quelque chose de moche et il faut absolument « laver la famille » de tout jugement ou scandale. Le résultat entraîne un gonflement et un engourdissement mental aussi bien qu’un débordement émotionnel similaire à l’action de pleurer.

La vie, la joie et l’enthousiasme en moi sont absents. Mes souvenirs me font mal et je fuis dans un monde irréel, de rêve romantique. Je résiste à la vie, la réalité m’est insupportable. Ma tristesse et mon désespoir m’amènent à penser régulièrement à la mort car je veux en finir avec ma douleur. Je préfère être temporairement aveugle car ce que je vois me fait souffrir. Je veux me débarrasser du lien qui existe dans le regard de l’autre face à moi. Je vis une situation avec une personne où je voudrais utiliser mon regard pour me lier à elle. Une situation avec mon conjoint susceptible d’entraîne rune séparation peut faire apparaître une conjonctivite.

Je prends le temps de m’arrêter et j’accepte ©¯ de voir cette situation qui me dérange et je me demande pourquoi il en est ainsi. Je me donne la permission de pleurer et ainsi extérioriser ma peine, mon désespoir. Je demeure ouvert et réceptif ; ainsi je m’évite de revivre une conjonctivite. Je reprends contact avec ma réalité. Je laisse aller le passé. Je prends ma vie en mains. J’accepte ©¯ mon chagrin afin qu’il se transforme en paix intérieure. Je suis ainsi conscient de toutes les possibilités qui s’offrent à moi et je crée maintenant ma vie comme je le désire.

 DALTONISME (non perception des couleurs) 

Etre daltonien, c’es voir le monde sans ses couleurs, grisâtre et indifférenciés. Il peut arriver que ce soient des couleurs précises que je ne puise pas voir ou qu’il y ait confusion de couleurs (le plus souvent le rouge et le ver). Je dois donc me demander dans quelle situation de ma vie j’ai connu un stress immense et qui faisait référence à cette ou ces couleurs que je ne peux pas distinguer. Par exemple, si je ne peux voir le rouge, peut-être ai-je frôlé la mort quand j’étais jeune parce qu’un train rouge se dirigeait sur moi. Le rouge étant maintenant associé à un haut niveau de stresse et symbolisant la mort qui me guette, je ne voudrais plus, inconsciemment voir cette couleur. S’il s’agit de toutes les couleurs que je ne peux pas distinguer, le même principe peut s’appliquer. Il y a souvent beaucoup de violence dans ma vie, j’ai été traité d’une façon très dure étant plus jeune et je veux me couper du monde, ne faisant plus confiance aux autres. Mes structures de vie ne sont pas en harmonie avec mes valeurs. Je peux aussi avoir décidé un jour de ne plus « rêver en couleurs » afin d’éviter d’être déçu et de ne voir la vie qu’en gris. Puisque nos rêves d’aujourd’hui créent la réalité de demain, je vais cesser de voir les couleurs dans ma vie quotidienne. Je décide dès maintenant des couleurs, et de faire place à mon imagination. J’imagine le rose, le vert ou le bleu. Comme un artiste, je décide du mélange dès maintenant des couleurs, et de faire place à mon imagination. J’imagine le rose, le vert, le bleu. Comme un artiste, je décide du mélange des couleurs. Je m’imprègne de cette unité que m’offre le monde. Je laisse libre cours à ma fantaisie, j’exprime ma joie de vivre de mille et une façons.

J’accepte ©¯ de n’avoir du pouvoir que sur moi-même et j’ouvre mes horizons afin d‘avoir une nouvelle vision des choses. Cela me permet de voir ma vie sous un nouveau jour, ainsi que les leçons que j’avais à apprendre.

 DEGENERESCENCE DE LA RETININE (MACULAIRE) 

La dégénérescence maculaire est la forme la plus fréquente et la plus grave des dégénérescences de la rétine. Elle consiste en une destruction progressive de la macula (zone centrale de la rétine où l’acuité visuelle est maximale). Elle est plus fréquente chez les personnes de plus de 70 ans.

Je suis confronté à des situations où il y a un point de non-retour. C’est souvent le cas lorsque je vois une personne qui m’est chère transcender son corps physique. Je me sens impuissant face à ma douleur car je n’ai aucun pouvoir sur la mort, la mienne et celle des autres. Cette vision qui m’est difficile à supporter m’amène à me déconnecter du monde, je ne veux plus le voir. Je me demande même ce que je fais encore ici….

J’accepte ©¯ d’avoir encore un rôle à jouer sur cette terre. Par ma présence, je manifeste lumière et amour qui irradient sur mon entourage, spécialement sur les gens que j’aime. Je décide de réaliser mes rêves, laissant ainsi couler la vie en moi. Mon corps, particulièrement mes yeux, se régénérée et j’ai toute l’énergie nécessaire pour vivre ma vie au maximum.

 GLAUCOME 

Le glaucome implique un blocage du canal d’écoulement de l’œil, empêchant ainsi les liquides de se libérer et causant une augmentation de la pression interne.

Ces liquides représentent toutes les larmes qui auraient dû couler tout au long de ma vie et qui, s’étant accumulées, occasionnent une pression sur la rétine, causant ainsi la détérioration de la vue. Il atteint plus fréquemment les gens de plus de soixante ans, qui ont souvent le sentiment d’en avoir assez vu. Il peut être le signe de vieilles rancunes et d’un refus de pardonner. Je peux avoir l’impression d’être dépassé, submergé par la vie et j’ai peur de l’avenir. Me sentant facilement fatigué, la vie devient différente et plus difficile à accepter émotionnellement. Je refuse de me voir vieillir.  je ne peux voir les images du futur et cela me convient parfaitement.

Puisqu’un œil atteint de glaucome réagit comme une loupe, il y a quelque chose ou quelqu’un dans ma vie dont je voudrais me rapprocher le plus rapidement possible, vers qui je veux aller. Ce peut être en termes de temps ou d’espace. C’est comme si j’étais en retard. Le but est si près mais je sens un danger qui me poursuit. Le glaucome m’oblige à ne regarder que vers l’avant et non latéralement, comme si j’avais des œillères de cheval. J’ai l’impression d’avoir raté ou d’être passé à côté de certaines choses dans ma vie et j’éprouve du ressentiment envers elles.

C’est comme si des occasions me filaient entre les doigts juste quand je suis sur le point d’obtenir ou d’accomplir quelque chose. Je me sens comme étant dans un tunnel, la vie passe à toute allure ; il y a tellement de choses qui se passent à l’intérieur et à l’extérieur de moi que je me sens en quelque sorte dans le vide ; mes points de référence auparavant familiers changent et je suis très triste de voir que je perds ce à quoi je tenais tant. Ma vie est glauque, remplie de mélancolie et de misère. Je ne  vois pas de possibilités, d’issues pour pouvoir réussir ma vie. Des possibilités se présentent à moi, mais je les « loupe » constamment, je  brime ma liberté. Je voudrais tellement pouvoir retenir mon passé et que les choses restent telles qu’elles sont … Je vis une tension extrême et j’ai l’impression que je vais craquer.

J’accepte ©¯ d’ôter le voile, de voir amour et tendresse. Je cesse de m’accrocher aux autres et je vis intensément le moment présent. Je pardonne et j’accepte ©¯ de voir la vie avec plus de tolérance.

YEUX.png

 HYPERMETROPIE et PRESBYTIE 

Dans le cas d’hypermétropie et de presbytie, la vision de près est gênée. L’hypermétropie est plus fréquente chez les jeunes enfants et st dues à une anomalie de la réfraction oculaire. Quant à la presbytie, il y a diminution progressive d’accommodation de l’œil qui atteint en général des personnes de plus de 40 ans.

Toutes deux dénotent une peur du présent. Qu’y a-t-il dans ma vie, près de moi, que je refus de voir ? Il peut s’agir de mon incapacité à « mettre au point » et à voir clairement ce qui m’est accessible et près de moi. Je me laisse davantage intéresser par les autres, par mes relations personnelles et par les événements extérieurs, plutôt que de regarder en moi et de développer de plus en plus mon moi intérieur. Cet état peut avoir été causé par un choc ou par un traumatisme m’ayant fait croire que ce présent n’était pas pour moi.

En devenant extraverti et en regardant au loin, je choisis d’ignorer ce qui se passe près de moi, mes rêves sont tournés vers l’avenir. Mes yeux deviennent comme une vigie qui guette continuellement au loin ce qui se passe. Je veux prendre du recul face à certains aspects de ma vie présente, donc je regarde au loin pour voir quel avenir s’offre à moi. J’ai de la difficulté à être proche et intime avec les gens qui m’entourent. Je fuis qui je suis réellement. Je n’ose même pas me regarder en face. Je n’aime pas ce que je vois et j’évite d’être concerné de trop par des situations dérangeantes. Il y a quelque chose qui m’échappe. Je veux tout prévoir d’avance ; même le toit sous lequel je vis me paraît dangereux.

En ce qui a trait plus particulièrement à ma presbytie, je vis de l’inquiétude car ce que je vois présentement me rend inquiet ; je vieillis, les enfants quittent la maison, je deviens plus triste. Je suis plus sensible aux commérages et aux critiques. Ainsi, ma vision se transforme en fonction de ce que je veux et de ce que je ne veux pas voir. Je prends un certain recul donc je m’éloigne d e ma vie présente. Je suis plus conscient de la mort et je me sens vulnérable face à ce qui s’en vient pour moi et ma famille. Cette mort peut être symbolique du moment où je prends ma retraite. Je dois me préparer, avoir des projets et je me demande si j’aurai assez de ressources financières pour tout accomplir. La presbytie peut apparaître plus tôt dans la vie si, à un jeune âge, j’ai dû faire face à la mort. Je me sens déjà « vieux » malgré mon jeune âge. J’ai l’impression d‘avoir subit tellement d’épreuves dans ma vie que c’est comme si j’en avais écu deux à la fois. Je sens mon corps usé, meurtri. Dans le cas où seulement un des deux yeux est concerné, il est important que je considère les situations reliées au côté du corps affecté (gauche : intuitif, droit ! rationnel).

J’accepte ©¯ de voir la vie aujourd’hui, avec toutes ses beautés et je sais que je suis en sécurité ICI ET MAINTENANT. J’accepte ©¯ de regarder en face mon monde émotif et les situations dans lesquelles je me trouve et où je suis inconfortable. Je regarde mes angoisses, mes insécurités. Ce n’est qu’en acceptant de regarder le présent que je peux créer le futur car je dois prendre conscience de ce que je veux changer et mettre toute mon énergie à créer un nouveau monde adapté à mes besoins. J’accepte ©¯ d’écouter ma sagesse intérieure qui parle au travers de mon intuition.

 MYOPIE 

La myopie rend difficile ma vision au loin.

Mon insécurité face à l’avenir me fait voir les événements plus gros et plus inquiétants qu’ils ne le sont en réalité. Il semble que je ne sois pas prêt à les affronter. Je vois ce qui est très de moi alors que ma vision éloignée est embrouillée, en raison des muscles oculaires contractés et tendus. Il y a un brouillard qui m’empêche de voir le danger au loin. Je suis capable de traiter avec ma vie « au jour le jour » avec une grande facilité. Par contre, il m’est difficile de créer ma propre vision de l’avenir et de voir les possibilités devant moi, de faire face et d’aller au-delà de mes craintes et insécurités. Je peux aussi être profondément dérangé par un mystère qui ne pourra peut-être jamais être résolu, dont je ne pourrai jamais trouver la solution. Ma perception intérieure de la vérité est embrouillée. Il y a distorsion entre ce que je ressens et ce que je vois. Le fait de voir très bien de près sous-tend une difficulté à trouver ma marge de manœuvre dans certaines situations. Je me retrouve dans des situations où il s’en est fallu de peu pour que je sois par exemple impliqué dans un accident de voiture. Si je suis myope, j’ai tendance à être gêné et introverti, ce qui peut résulter d’expériences de mon enfance vécues comme effrayantes ou abusives (comme le regard hostile ou enragé d’un parant). Par exemple, si un professeur ou un oncle me battait, je suis devenu myope parce que j’avais peur de lui et ne voulais pas le voir car, seulement à sa vue, je devenais nerveux, inquiet, sachant ce qui m’attendait. J’avais l’impression qu’on me talonnait et j’aurais voulu que cela cesse. J’ai ressenti la nécessité de protéger mon monde, un peu comme l’autisme, par la myopie.

Habituellement, à moins d’avoir vécu un autre conflit, ma vision de près va être meilleure que la moyenne, car je sais, même inconsciemment, qu’il est i important que je voie bien ce qui se passe près de moi pour pouvoir me défendre ou pour poser les bons gestes quand cette menace sera près de moi et pour qu’elle ne me blesse pas. La myopie indique généralement une subjectivité excessive. L’expression « ne pas voir plus loin que le bout de son nez » décrit bien cet état d’être. Ne pas vouloir voir au moins par lassitude ou paresse ou, encore, à force de déceptions de la vie. « Je n’en crois pas mes yeux » illustre bien comment je me sens. M’apitoyer sur moi-même est parfois plus facile que d’agir. Est-ce que mon conjoint passe beaucoup de temps au loin ? Je peux m’interroger si l’adage « loin des yeux, loin du coeur » s’applique dans mon cas… Ou ce peut être que je manque de la présence de mon père … Je considère la réalité extérieure et mon futur d’une façon très méfiante car je ne vois pas ma propre force et sagesse intérieures. Me sentant blessé par les autres, je n’ai plus le goût d’interagir avec eux. Je me sens impuissant, sans soutien et cela m‘empêche d’avancer.

En acceptant ©¯ de voir le monde extérieur, cela me permet d’apprendre sur moi. Ma vision s’élargit en développant mon espace intérieur. Je choisis de nouvelles routes, je me fais confiance. J’accepte ©¯ que chaque personne est responsable de sa propre vie et qu’en voyant le futur d’une façon belle et positive, c’est exactement ce qui va se manifester dans ma vie.

oeil animé

NYSTAGMUS

Le nystagmus est une suite de mouvements saccadés et rapides des globes oculaires, indépendants de la volonté, souvent symptomatiques d’une affection du centre nerveux. Si mes yeux souffrent de nystagmus, c’est que ceux-ci sont constamment en mouvement de balayage.

Je dois me demander quand est apparu le nystagmus dans ma vie. Cela va habituellement concorder avec une période où je vivais une situation dans laquelle un danger existait et que j’ai cherché, sans arrêt, « balayant » toutes les possibilités qui s’offraient à moi pour pouvoir m’en sortir. J’ai l’impression que je ne peux m’en sortir qu’en surveillant constamment mon environnement à la recherche d’éléments qui vont me faire apprécier la vie. Je ne sais trop où donner des yeux. Il est important que je retrace cet événement pour prendre conscience de la source de cette maladie et ainsi la guérir. J’ai l’impression aussi qu’il y a des images qui défilent constamment, même dans ma tête, et cela m’étourdit. J’ai le goût de baisser les yeux et que tout cela s’arrête.

J’accepte ©¯ de prendre conscience que le danger pouvait être réel pour moi dans le passé, mais que maintenant, celui-ci n’existe plus et que je suis constamment guidé et protégé. 

STRABISME  (EN GENERAL)

Si je suis atteint de strabisme, on dit communément que je louche. Les axes visuels de mes yeux sont non parallèles.

Le strabisme dénote des contradictions, des dualités et des incertitudes face à mes relations avec mon entourage, un perpétuel combat entre un besoin de solitude et celui d’être admiré, un désir d’indépendance confronté à la peur d’être seul. La douceur du silence est constamment en contradiction avec ce besoin de questionner. J’ai de la difficulté à me concentrer sur un sujet à la fois. J’appréhende les personnes et les situations, je les trouve « louches ».

J’accepte ©¯ d’apprendre à cerner mes vrais besoins et à me sentir bien dans quelque situation que ce soit.

(STRABISME CONVERGENT) 

Le strabisme convergent (ou loucherie) est une déviation des yeux vers le nez. Il implique généralement que je refuse de voir les choses telles qu’elles sont réellement, souvent à cause de l’insécurité qu’elles représentent pour moi. Il se peut que, de cette façon, je souhaite échapper à des personnes que je considère menaçantes pour moi, que je vois comme prédateurs. Je préfère porter des œillères. Mes yeux surveillent donc constamment le voisinage en cas de danger possible. Je redoute ce qui peut ou va m’arriver. Selon l’œil qui louche, je peux découvrir certains aspects de ma personnalité.

S’il s’agit de mon œil gauche qui louche vers l’intérieur, je suis une personne craintive souffrant d’un fort complexe d’infériorité. Si, au contraire, c’est mon œil droit, je suis probablement très susceptible et rancunier. C’est une façon de centrer toute mon attention et mon intelligence sur moi-même ou sur une chose ou sur une personne que je me dois de surveiller constamment. L’œil gauche louchant à l’extrême vers le haut dénote que je suis rêveur, irrationnel et dépourvu de la notion du temps ; si c’est mon œil droit, je suis une personne indisciplinée et dotée d’une intelligence irrationnelle. Le strabisme a également pour effet de me faire voir les choses seulement en deux dimensions. Si je louche, j’ai de la difficulté avec les directions à prendre. Mon insécurité et mes angoisses m’amènent à rechercher une présence rassurante. Je ne peux « avoir d’yeux que pour cette personne ». Quand je suis jeune, il s’agit habituellement d’un ou des deux parents, mais ce peut être aussi un regroupement quelconque ou un enseignement. S’il s’agit d’une personne physique, c’est comme si un ou mes deux yeux recherchaient constamment la présence oculaire de cette personne qui représente la sécurité et aussi une certaine autorité. Mes yeux cherchent dans diverses directions.

Des yeux qui louchent peuvent me dire qu’il y a une situation dans laquelle je suis confus, seul. Je suis déchiré entre deux personnes et je ne sais pas comment me positionner. Afin d’unifier ma perception, j’ai intérêt à observer les choses sous tous les angles et à en accepter la réalité. Je deviens attentif à tous les messages que mon corps me transmet et je découvre les plaisirs d’une vision de la vie dans sa globalité.

Au lieu de trouver ma sécurité autour de moi, J’accepte ©¯ d’entrer à l’intérieur de moi. Je laisse tout ce qui a pu influencer ma vie et je me construis une vie à partir de mes besoins, mes aspirations, mes forces intérieures. Je trouve ainsi la stabilité à l’intérieur de moi. Plus je suis en harmonie, plus mes yeux vont reprendre leur position normale. Mes points de vue peuvent être différents des autres. L’important, c’est d’être fidèle à moi-même.

(STRABISME DIVERGENT) 

Comme pour le strabisme convergent, le strabisme divergent est aussi une déviation des yeux mais, cette fois-ci, vers l’extérieur. Il dénote également une peur de regarder le présent en face. Lorsque c’est l’œil droit qui est atteint, cela démontre qu’un effort intellectuel est mis en branle afin de faciliter la relation entre l’intelligence et la situation. J’ai l’impression que mon intelligence tourne en rond, ce qui peut faire de moi un candidat potentiel à la dépression. S’il s’agit de mon œil gauche, je suis une personne d’une grande sensibilité. Les actions que je pose le sont en fonction de cette sensibilité. Je me vois comme une proie facile car je me sens très fragile. Le strabisme divergent m’indique que je suis dans une position de victime et d’impuissance. J’ai besoin d‘une vue panoramique pour voir le plus de choses possible et ainsi me protéger. Ce peut être dans ma vie affective ou je vois venir des conjoints(es) potentiels et je veux ainsi éviter d’être à nouveau blessé.

 J’accepte ©¯ de vivre le moment présent et de regarder chaque situation en face. Ma sensibilité me permet désormais de prendre des décisions éclairées, en sachant que je suis constamment guidé et protégé.

D’après le livre de J.Martel : Gd. dictionnaire des malaises et maladies

 VOIR L’ARTICLE : LE SYMBOLISME : LES YEUX

VOIR L’ARTICLE : LE TEST DES YEUX

VOIR L’ARTICLE : L’IRIDOLOGIE : TOUT SUR LE COULEUR DE VOS YEUX

VOIR L’ARTICLE : UN EXERCICE AVEC LES YEUX POUR SE RECENTRER

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

Nos YEUX – Notre VISION : comprendre pour se guérir

LES YEUX EN GENERAL – Mes yeux sont le miroir de mon âme. Ils me permettent de voir à l’extérieur et par eux, j’exprime toutes les émotions et tous les sentiments que je vis intérieurement. Selon leur profondeur, il est possible de découvrir mes rapports avec le monde extérieur.

Le fonctionnement de mes yeux reflète la façon dont je vois la vie et ma relation avec celle-ci. Ils représentent aussi le fait de voir clair dans ma propre vie et à l’intérieur de moi. Ils reflètent le regard que j’ai sur les choses. Ils indiquent de quelle façon les données extérieures à moi sont transmises à l’intérieur de moi. S’il y a interférence, rejet, résistance face aux informations qui sont en contact avec mes yeux, ces derniers réagissent vivement.

Si j’ai de la difficulté à voir clair dans une situation, si la vérité me paraît cachée, mes yeux s’embrouillent. Si j’ai de la difficulté avec ce que je vois, ma compréhension est incomplète et mes yeux réagissent. Mes yeux sont affectés si j’ai une difficulté particulière à transiger avec la vérité, la réalité et l’avenir.

Chaque œil représente un aspect particulier de mon être.

LES YEUX chez francesca

L’œil gauche représente l’aspect intérieur, émotionnel et intuitif, mon côté féminin et la relation avec la mère. Il me sert de vigie, me permettant de rester aux aguets devant tout ce qui peut constituer un danger et de réagir promptement. Une difficulté à mon œil gauche montre combien je suis attachée à quelque chose ou  à quelqu’un. Je vis de la méfiance face à qui je suis réellement et je veux peut-être cacher ou voiler ce que je vois. Je veux me sentir en sécurité et je préfère m’appuyer sur les Autres. Je suis dépendant émotionnellement. J’ai l’impression de ne pas pouvoir contrôler mes émotions. Ces dernières ne demandent qu’à s’extérioriser !

L’œil droit quant à lui, traite rationnellement l’univers et les situations extérieures. C’est l’œil de la reconnaissance qui me permet de façonner mon identité. Il fait référence à mon côté masculin, ma relation avec le père. Si mon œil droit est affligé d’un certain malaise, cela m’indique je j’ai à m’enraciner fermement et à prendre contact avec ma propre autorité. Je dois être mon propre pilier. Je n’ai plus à m’accrocher à quiconque, à me sentir impuissante. Je trouve une façon de m’assumer, de prendre les rênes de ma vie. Le mensonge embrouille mon œil.

Des problèmes aux yeux sont l’indication qu’il existe des choses que je refuse de voir et qui remettent souvent en question mes principes fondamentaux et mes notions de justice. Il est très important de mentionner que la qualité des images qui sont envoyées au cerveau par la rétine dépend de la façon dont mon système nerveux réagit face à ces images qui sont envoyées par ces impulsions nerveuses ; en plus de ce que je vois physiquement et qui est réel, il y a aussi toute la « coloration » avec laquelle j’imprègne chaque image en tenant compte de toutes mes expériences passées vécues et tout mon bagage émotif, autant personnel que familial ou social. En plus d’avoir la vue comme sens mis à contribution, il y a un autre sens qui y est intimement relié et qui est ma perception intérieure.

Je peux développer un malaise aux yeux sans avoir l’impression d‘avoir vu ou vécu de gros traumatismes ou des situations stressantes ; il s’agit plus de voir jusqu’à quel point j’ai accepté ©¯ une situation que j’ai vue, autant extérieurement qu’intérieurement ; le stress vécu est donc plus relié à l’émotion que je vis face à ce que je vois qu’à l’événement lui-même.

©¯ J’accepte de vivre dans le rire et dans la joie. Je renforce mes structures en faisant confiance à ma sagesse intérieure. Ouvrir son 3è œil (Chakra)   permet d’avoir une vision juste de soi, des choses, des gens, des situations et me conduit au discernement. En tournant au fond de moi mon regard avant de le fixer vers le monde, je trouve ainsi une nouvelle vue d’ensemble et un regard neuf sur la route de mon existence. Mon regard est vrai et sans jugement.

LES YEUX chez francesca

DES PROBLEMES AUX YEUX

Des maux aux yeux, entre autres, la cécité, sont une façon de me fermer à ce que je vois. Je choisis d’ignorer ce qui se passe autour de moi, je renonce aux impressions visuelles qui me remettent en question. Plutôt que d’accepter ©¯ une réalité qui pourrait être douloureuse, répugnante ou confuse, je préfère ferme les yeux. Je déforme ma perception des gens, cela m’aidant à faire face à ma réalité de tous les jours. Par exemple, je peux « voir grandir mes enfants à vue d’œil » et dans ma tête, je m’imagine qu’ils restent jeunes. Je préfère entrevoir les choses que de voir tout clairement, car cela pourrait être très dérangeant. Il peut y avoir un secret non dévoilé ou le silence de la mère face à une situation qui m’affecte, même d’une façon consciente. Je décide consciemment de « fermer les yeux ». J’ai de la difficulté à repérer un danger que j’appréhende. La cécité peut être causée par le diabète ou encore, par l’accumulation de choses que je refuse d’accepter ©¯ m’apportant confusion et un sentiment de ne plus savoir où aller.

Souvent blessée par un choc, par un traumatisme ou une grande peur intérieure, ma vue se retire et l’énergie des organes visuels aussi. Je garde ainsi dans la noirceur des mémoires, souvenirs, émotions que je préfère cacher. Il peut notamment s’agir de la crainte de perdre quelqu’un ou quelque chose qui m’est cher. Je suis effrayé et je préfère ne pas voir ce qui s’en vient pour moi. Pourtant, la noirceur extérieure semble généralement apporter une ouverture intérieure, un univers privé, secret et coloré.

Je m’ouvre donc davantage à mon esprit intérieur. Je peux, par ma propre attitude négative, endommager mes yeux. Si je m’en sers pour abuser des autres, manipuler ou séduire dans un but égoïste et pour contrôler les autres, mes yeux laissent transparaître cette réalité et ils sont plus sombres, flous.

Des yeux rouges expriment ma fatigue intérieure à force de lutter contre mes émotions que je refoule. Mes yeux picotent lorsque je suis agacé face à ce que je vois et ce que je vis. Je suis constamment à chercher des yeux des choses ou des personnes que je veux « acquérir ».

Des yeux secs m’indiquent que je vis une situation où je perds ou ai perdu ma dignité et je veux rester impassible. C’est comme si mes yeux se figeaient, empêchant leur lubrification. Je m’empêche de pleurer devant les gens.

Des yeux pochés m’indiquent que je me retrouve dans une situation où soit j’ai pris quelqu’un en flagrant délit, soit je me suis fait prendre, à moins que j’aie peur que quelque choses éclate au grand jour… Ce peuvent être des actes, mais aussi des pensées secrètes que je ne veux pas voir divulguées. Une déformation de l’œil (astigmatisme, myopie, presbytie dont je parle plus loin….) indique que je cherche de façon démesurée à trouver des réponses à l’extérieur, plutôt qu’à l’intérieur de moi.

Plus je cherche  l’extérieur de moi-même, plus je m’éloigne de mon noyau intérieur. Une vision voilée (cataracte, glaucome dont je parle plus loin)  dénote que ma version de la réalité est contraire à celle que je vois. Cela m’indique que je mets difficilement mon attention sur l’essentiel, que je refuse ce que je vois. J’ai le regard furtif afin de ne pas être remarqué ou tout simplement pour ne pas voir clairement tout ce qui se passe autour de moi.

Je prends conscience que si j’ai besoin de lunettes pour corriger ma vue, celles-ci me donnent une façon de me protéger des agressions extérieures. En même temps que j’empêche les intrus d’entrer dans mon univers, je peux me cacher aussi derrière mes lunettes, évitant ainsi de montrer mes « vraies couleurs ». Si je développe une sensibilité excessive face à la lumière, je vois ma vie tout en noir et je ne vois que la partie sombre de mon être.

Un « œil au beurre noir » est l’extériorisation de ma violence intérieure. Mon attitude négative a attiré quelqu’un ou quelque chose à me frapper comme j’aurais moi-même le goût de le faire. Si mes globes oculaires sortent de leur orbite (exophtalmie), je suis constamment aux aguets. Il y a distorsion entre ce que je vois et la réalité ce qui me cause un stress énorme. Me sentant en danger avec une tendance à la paranoïa, mes globes sont avancés pour pouvoir mieux voir ce qui m’entoure.

©¯ J’accepte la beauté qui m’entoure et je me donne du temps pour regarder. Je porte mes yeux que sur ce qu’il y a de beau autour et à l’intérieur de moi.

LES YEUX chez francesca

ATTENTION AUX YEUX DE NOS ENFANTS 

Un problème aux yeux chez un jeune enfant laisse présager un stress par rapport à sa famille, un refus de voir ce qui s’y passe. Je vois ou ressens toute la tristesse de la douleur de mes parents et je préfère me cacher les yeux pour ne pas voir. Lorsqu’il se développe à l’école, cela démontre que je vis de l’anxiété face à l’inconnu, je ne sais trop quel chemin prendre. Je veux fuir le monde qui m’entoure. Un problème aux yeux qui survient à l’adolescence peut dénoter une peur de la sexualité. Il est important que moi, comme parent, j’amène mon enfant à communiquer ses peurs afin de les rassurer et de l’aider à dépasser celles-ci.

D’après le livre de J.Martel : Gd. dictionnaire des malaises et maladies

VOIR L’ARTICLE : LE SYMBOLISME : LES YEUX

VOIR L’ARTICLE : LE TEST DES YEUX

VOIR L’ARTICLE : L’IRIDOLOGIE : TOUT SUR LE COULEUR DE VOS YEUX

VOIR L’ARTICLE : UN EXERCICE AVEC LES YEUX POUR SE RECENTRER

 Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/