La déshumanisation de la médecine

 

Pair of Human Hands Checking the Blood Pressure of a PatientUne médecine humaine est une médecine qui se préoccupe du malade avant de se préoccuper de la maladie. Or, aujourd’hui, on traite les patients davantage comme des symptômes que comme des personnes. Ils ne sont pas écoutés. Cela va jusqu’à de véritables maltraitances. Plus les personnes sont vulnérables, plus c’est fréquent, par exemple avec les personnes âgées ou gravement malades.

Beaucoup de comportements envers les mères qui viennent d’accoucher manquent d’humanité et de connaissance de l’Etre Humain dans sa globalité.

J’en ai été témoin moi-même dernièrement lors de la naissance de ma 3ème petite fille : Une aiguille tournée, puis retournée lors de la péridurale a occasionné, un mois après l’accouchement, des douleurs dans les jambes. Et pour le bébé qui semblait fort agité depuis sa naissance : une prise de sang faite au pied avait touché un méridien …. Nous avons appris tout cela suite à une visite chez un Ostéopathe !

La maltraitance du nourrisson est un sujet qui suscite beaucoup de réactions et laisse souvent des marques profondes chez les victimes et leurs familles. Cependant, les soi-disant « professionnels de la santé » laissent partir leur petit monde de l’hôpital sans se poser plus de questions sur l’état de santé réel de leurs patients. Et après on s’étonne de voir fleurir les urgences de plus en plus d’activité. Moi ça ne m’étonne plus !

La maltraitance commence souvent aux premiers âges de la vie, à un moment où l’enfant rencontre régulièrement des professionnels de santé pour son suivi de la croissance, ses vaccins par exemple… la possibilité d’une maltraitance doit toujours être à l’esprit du médecin, mais sait-il réellement se remettre en question ?? connaît-il suffisamment l’être humain en sa globalité ?

D’abord, je dois mettre le doigt sur un élément capital qui fait défaut à la médecine traditionnelle …. La prise en compte de l’importance de la dimension spirituelle qui fait défaut dans le monde médical, et notre désir le plus profond est : que cette dimension soit considérée au plus vite dans la prise en charge médicale.

A cause de la spécialisation, chaque médecin s’occupe d’une maladie, sans se préoccuper de la personne dans son entier. Et il n’y a plus assez de soignants. A force de stress, ces derniers n’ont même plus cette capacité d’écoute et d’attention nécessaire aux malades. De plus, les médecins « font » avec ce qu’ils ont appris sans outre mesure. Leurs compétences sont techniques, scientifiques, mais ils n’ont pas été formés à la relation humaine et n’ont aucune notion de psychologie.

Une bonne médecine ne peut découler simplement d’une maîtrise des coûts et de la production de soins de qualité. Elle doit être bonne aussi par sa délicatesse, son respect de la diversité, son ouverture à l’altérité et à la différence. Lorsqu’on s’approche de l’intime de l’humain, lorsqu’on se donne comme objectif de l’aider à surmonter sa souffrance, le respecter représente un défi continuel. En est-il toujours le cas ? Non !

Le médecin qui désire soigner son patient dans une approche holistique sera amené à aborder la dimension spirituelle de ce dernier. Approcher cette dimension spirituelle avec son patient demande aussi que le médecin se soit questionné lui-même sur sa manière de considérer la dimension spirituelle dans sa propre vie. C’est un moment délicat et difficile que de communiquer sur la dimension spirituelle avec les malades. D’une part, on touche à la sphère intime de l’être et d’autre part, les études de médecine n’offrent guère de préparation. Mais l’expérience montre qu’aborder la dimension spirituelle, dans des situations médicales délicates, peut avoir un côté libérateur, être un soulagement pour les patients et avoir un impact favorable pour la relation médecin-malade et la prise en charge.

Dans le monde du soin, traduire la globalité de la personne au moyen d’un modèle multidimensionnel semble donc faire aujourd’hui poids sur l’essentiel … et tant mieux !

Il y a urgence à refondre la formation des médecins, en y ajoutant des cours de psychologie, d’éthique et de paramédical. Les pouvoirs publics doivent décréter officiellement que la relation humaine fait partie du soin. Y’a qu’à voir les médecins… ils sont en uniformes faits de blouses blanches et les malades eux, en chemises ouvertes, humiliantes, pour des motifs soi-disant « d’efficacité ».

Pensez au vocabulaire : les uns sont des fournisseurs de prestations, les autres décrits comme des « Cas ».

Dans certains cas justement, c’est en raison de leur pouvoir que les soignants pratiquent une médecine déshumanisante. Car tout pouvoir représente une forme de négation de l’autre. Mais le plus préoccupant ne relève pas du pouvoir médical, aussi puissant soit-il. Il vient de l’attitude contraire : de la crainte, de l’effacement face aux batailles de domination qui se jouent dans l’enceinte de la médecine. Ce qui est grave, c’est leur trop facile obéissance, leur conformisme, leur manière de renoncer à l’esprit critique qui fonde toute déontologie.

Nous sommes tous responsables. 

spiritualité2

A l’hôpital ou dans la communauté, la question cruciale pour prendre en compte valablement la dimension spirituelle semble bien être celle de l’interdisciplinarité, à savoir comment faire dialoguer et mettre en confrontation les savoirs des divers professionnels et spécialistes

Il est à relever que les rares expériences de ce type sont également très bénéfiques pour les soignants eux-mêmes, garantissant des images de soi meilleures et des alliances thérapeutiques dans lesquelles les signes de reconnaissance reçus de part et d’autre sont intelligents, bien ciblés et beaucoup plus sains.

La pertinence d’une prise en compte de la dimension spirituelle d’un patient tient à la capacité des membres de l’équipe de soins à travailler en interdisciplinarité. Equipes interdisciplinaires dans l’hôpital, réseaux de soins dans la communauté, les préoccupations autour de la spiritualité de la personne malade et/ou en crise devraient avoir deux bénéfices importants. Le premier est de renouveler la compréhension et le travail sur le dilemme bienfaisance des soins versus autonomie du patient. Le deuxième est d’enclencher un cercle vertueux qui restitue le soin et la médecine à la société et partant aux personnes les plus vulnérables, et ainsi d’éviter une médicalisation de la vie par la maîtrise complète du seul corps physique.

En effet, au côté des médecins, des infirmières, des assistantes sociales, des psychiatres et des psychologues, pourquoi ce réseau ne comprendrait-il pas des intervenants compétents en matière de spiritualité et de médecines parallèles ?

Nul doute que le temps investi à la construction de ces liens s’avèrera précieux dans les temps d’urgence !

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

Publicités

LES 4 PROCESSUS DE REGENERATION CELLULAIRE

La régénération cellulaire est un processus naturel géré par l’intelligence cellulaire. L’A.D.N d’une nouvelle cellule est identique à celui de la cellule mère, à moins d’avoir été reprogrammé par votre Intention. Examinons cela de plus près.

Le programme contenu dans l’ADN se constitue durant la période de croissance intra-utérine à partir de deux sources. Les annales akashiques individuelle s, que nous nommons Manika, représentent la première source. Manika est la bibliothèque mémorielle de l’individu. Lors du processus d’incarnation, les attributs correspondants à la nouvelle incarnation sont implantés dans la cellule maîtresse. La deuxième source est la mère. Celle-ci transmet une partie de ses propres codifications cellulaires génétiques, et véhicule aussi de l’information sur la société humaine dans les cellules de l’individu en croissance. Les codifications ou programmations de base sont reproduites dans chaque cellule. Lorsqu’une cellule se divise, la cellule mère reproduit une copie exacte de ses programmations de base dans la nouvelle cellule.

Cellules

Les programmations sont des codes inscrits au moyen d‘ondes électromagnétiques. L’aspect fascinant dans tout cela, c’est que par son Intention, formulée à un taux vibratoire élevé de conscience, l’individu peut modifier ses programmations cellulaires.

Les cellules souches sont des cellules libres de toute programmation spécifique. Elles circulent dans le sang et sont emmagasinées dans la moelle osseuse. Elles portent les programmations de base, mais n’ont pas encore de fonction spécifique précise. Toutes les cellules différenciées portent dans leur ADN les codes nécessaires pour redevenir des cellules souches indifférenciées. Ainsi l’intelligence cellulaire peut faire en sorte que des cellules affectées à une fonction précise s’en libèrent pour redevenir libres, c’est-à-dire des cellules souches pouvant contribuer à la régénération de tissus en difficulté ailleurs dans le corps. De même, toute cellule altérée ou en dégénérescences a la faculté de se libérer de ses altérations pour se renouveler. Par exemple, une cellule cancéreuse peut retrouver sa qualité de cellules saine.

En résumé, la régénération cellulaire se manifeste selon quatre processus distincts :

LA DIVISION CELLULAIRE.

LE REMPLACEMENT PAR UNE CELLULE SOUCHE EXISTANTE

LE REMPLACEMENT PAR UNE CELLULE PREALABLEMENT AFFECTEE A UNE FONCITON SPECIFIQUE ET REDEVENUE CELLULE SOUCHE.

LA RESTRUCTURATION D’UNE CELLULE ALTEREE EN UNE CELLULE SAINE DANS LE MEME TISSU OU LE MEME ORGANE.

Les particules praniques agissent en transmettant aux membranes cellulaires et nucléaires les codes par ondes électromagnétiques stimulant le processus de régénération nécessaire. Ce faisant, elles permettent une revitalisation et une amplification du champ électromagnétique de la cellule.

CB065581

Si le processus de régénération peut être stimulé par les particules praniques, les programmations cellulaires et leur processus de dégénérescence peuvent aussi être transformés par les intentions de l’individu, véhiculées par sa conscience et son état d’esprit. Les particules praniques ne peuvent empêcher par exemple la dégénérescence due à l’angoisse ou aux états de colère sous-jacents. Elles ne changent pas les scripts encodés dans la structure cellulaire ; Par contre, plus l’individu éveille sa conscience, et plus sa nourriture pranique est intensément vibrante de vitalité, plus ses intentions claires et pures agiront alors efficacement sur les scripts cellulaires.

Ainsi, le prana vous permet de maintenir la vie dans vos cellules, tant physiques qu’éthériques, leur permettant ainsi d’accomplir leur mission individuelle et collective. Les particules praniques entrent en interrelations avec les particules lumineuses des membranes cellulaires, de leur noyau et de l’ADN. Cette relation permet une activisation ou une stimulation du lien vibratoire entre la conscience et la matière.

Sanctus Hermanus canalisé par Pierre Lessard

Vous pouvez partager plus sur ce sujet en vous rendant sur mon autre blog : A l’ère de la Multidimensionnalité

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

Quelques valeurs qui nous sont chères

J’en retiendrais principalement 3 : La liberté, la qualité, la bienveillance 

La liberté, parce que chacun sait au plus profond de lui ce qui est bon.
Nous proposons près de 10 Yogas différents. Leur objectif est le même : le lien corps-esprit, la respiration, l’intériorité, le travail du corps, qui peut-être plus ou moins physique. Les yogas « modernes » permettent un accès plus facile à ces pratiques.

Laissons à chacun sa voie d’accès pour retrouver un certain bien-être.

La qualité. Aussi bien de nos intervenants, que de nos locaux,
Il est de la plus haute importance que nos intervenants soient d’une qualité irréprochable dans l’enseignement ou la pratique de leur discipline. Nous vérifions bien entendu leur diplôme mais au-delà de ce minimum, nous cherchons une qualité intérieure à nos intervenants.

Et la bienveillance. Le monde actuel, un peu difficile, manque souvent de bienveillance. C’est une valeur qui me tient particulièrement à cœur.
Et que l’on retrouve dans chaque espace Qee.

je m'investis

Je me rappelle encore des débuts avec le premier centre Qee dans le 9ème à Paris et depuis il y a eu trois nouveaux centres Qee, l’espace Qee Palais Royal et les centres Qee Levallois et Qee Boulogne. Où est-ce que vous allez vous arrêter ?   

Nous sommes très heureux de pouvoir nous rapprocher des gens. En effet, si l’on doit parcourir une longue distance pour aller faire un cours de Yoga ou de Pilates, on y va peut-être une fois ou 2 puis on abandonne. Or les bienfaits de ces pratiques viennent avec la régularité, d’où le besoin de leur faire des propositions près de chez eux ou bien de leur travail. Et depuis peu, dans leur entreprise.

Nous proposons effectivement le programme MBSR (Pleine conscience) en entreprise, ainsi que des cours de Yoga , de Pilates, un programme de Yoga coaching,… et bien d’autres offres qui constituent Qee-work. C’est une autre manière de se rapprocher des gens.

Vous proposez de nombreuses activités relaxantes et à la fois énergisantes dans les centres QEE : des cours de yoga variés, des séances de méditation, des cours de Pilates Ball, du Qi Qong, des ateliers de « Rolfing et Stretching postural » et de « Feldenkrais », cela permet vraiment à chaque personne de trouver la technique ou l’approche qui lui convienne et même d’en changer si elle le veut. Avez-vous une idée du nombre de personnes qui ont déjà passé les portes de Qee depuis leur création ? Comment expliquez-vous ce besoin grandissant ? Est-ce que nous sommes plus stressés qu’avant? 

Je pense que oui, nous sommes plus stressés qu’avant. La rapidité des modes de communication induit une accélération de nos tâches professionnelles.

Nous sommes de plus en plus dans le temps de la réactivité (et non de la proactivité) , et nous devons le faire de plus en plus vite. Le temps de la réflexion est moins de mise. Et cette réactivité nécessaire et permanente induit du stress.

Ce stress qui peut être positif de temps en temps, nécessite d’être capable de faire un pas de côté, de prendre le temps de respirer, du temps pour soi. Alors, oui, c’est dans des pratiques douces telles que le Yoga le Pilates, la méditation que l’on se retrouve soi-même.

Depuis 2008, environ 25.000 personnes sont venues chez nous, pour environ 335.000 visites. Je viens juste de calculer ces chiffres, et en les regardant, je me dis que nous comblons réellement un fort besoin. Et j’en suis très contente !

guérir

Vous proposez aussi différentes consultations individuelles autour du bien-être intérieur de la thérapie et du toucher, c’est vrai que parfois une séance peut débloquer quelque chose ou amener une nouvelle clarté, c’est complémentaire aux cours n’est-ce pas?

Tout à fait, selon notre état, la période que l’on traverse, on peut se faire aider par un psychothérapeute, un sophrologue, et à tout moment aussi, profiter d’un massage pour se détendre est très bienfaisant.

Ce n’est pas dans notre culture de le faire fréquemment mais dans certains pays, les mères massent leurs enfants quotidiennement et cette habitude transmise, donne un lien de la personne avec son propre corps, indispensable.

Un des programmes phares, c’est le programme MBSR avec la méditation pleine conscience (mindfulness). Est-ce que vous pensez que tout le monde peut méditer et suivre ce programme?

Oui tout le monde « peut » méditer (hormis certains cas psychiatriques où cela est déconseillé). Néanmoins, cela ne convient pas à tout le monde,

Ce qui est important, c’est de se connaître et de se comprendre. De prendre le temps d’être, et pas seulement de faire.

Le programme MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction) permet la réduction du stress, en amenant la conscience sur ses propres émotions et sentiments.

En effet, dans le monde professionnel, nous avons parfois l’impression d’être jugé, par un supérieur, un collègue, un client. Nous pouvons prendre un peu de recul et ressentir ce qu’il s’est passé dans notre corps et dans notre esprit.

A partir de là, nous nous trouvons moins dans le mode réactif. Nous pouvons choisir notre réaction, et gérer nos émotions négatives de manière moins directe ou colérique.

guérir

Vous proposez aussi des cours de yoga pour enfants et adolescents… est-ce que cela se développe bien ? Avez-vous ensuite des échos positifs de ces enfants ou de leurs parents?

Les cours de Yoga pour enfants ou adolescents, leur permettent de s’approprier très vite la gestion de leur corps, de leurs émotions. Et cela leur servira leur vie entière.

Nous proposons également depuis cette année de la méditation pour les enfants, en ateliers et sous forme de programme, à partir de 5 ans ;

Démarrer tôt ces pratiques permet de se les approprier et de les ancrer profondément. Ainsi les outils pour se concentrer, gérer ses émotions leur sont facilement accessibles.

Nous avons des échos très positifs des parents, car les enfants utilisent très vite chez eux ce qu’ils ont vu en cours.

Avez-vous des nouveaux projets pour les centres Qee pour 2017?

Oui, effectivement, nous avons de nouveaux projets, et nous serons ravis de vous les partager.

Lorsque l’on est porté par le sens de ce l’on fait, et par les nombreux témoignages reconnaissants de nos clients, alors oui, nous avons envie de nous développer encore pour pouvoir proposer nos services à un plus grand nombre de clients.

Pour prendre contact avec un centre Qee :
Site web : www.qee.fr

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

Les Fidèles Serviteurs que sont nos Cellules

L’Esprit divin a pénétré intensément depuis des millénaires dans toutes les cellules des organes de notre corps physique. Aussi le cerveau, le coeur, les poumons, les nerfs, les artères, les membres doivent-ils être l’objet de soins attentifs, d’un contrôle incessant et d’une éducation vigilante.

Dès le réveil, pensez à toutes ces cellules, à tous ces êtres vivants qui s’activent sans arrêt, dans tous vos organes. Encouragez-les dans leur labeur ininterrompu, exprimez-leur votre gratitude et votre reconnaissance par des pensées idéales et des sentiments purs afin qu’ils travaillent dans l’allégresse, stimulés par une force nouvelle.

N’oubliez jamais ces fidèles serviteurs ; s’ils ralentissaient le rythme de leur activité, les pulsations de votre coeur s’en ressentiraient, ainsi que l’ensemble de votre organisme. Réfléchissez aux conséquences néfastes de ce ralentissement. N’hésitez donc pas à animer vos cellules par de bienveillantes paroles : elles comprennent votre langage, car elles sont dirigées par une loi divine.

peter-deunov

Si vous vous sentez fatigué, reposez-vous un court instant ; si un membre ou un organe vous fait mal, passez légèrement votre main à l’endroit de la douleur en pensant avec affection à chaque cellule qui forme l’essence de la partie malade et la douleur disparaîtra ou, tout au moins, s’atténuera.

Chaque matin et chaque soir, envoyez une concentration de pensées positives à toutes vos cellules, vous vous sentirez alors frais et dispos pour remplir votre tâche journalière, pour servir avec amour Dieu et le prochain et vous augmenterez ainsi la durée de votre vie.

«Avez-vous le temps de penser à vos cellules, n’êtes-vous pas assailli par vos soucis quotidiens ?». C’est pourtant la bonne manière d’alléger et d’embellir les activités de votre vie terrestre. Votre corps ne doit-il pas être le temple de Dieu, dans lequel Il puisse se manifester et à qui vous devez rendre grâce chaque matin, afin que la journée soit bonne et féconde ?

Hommes ou femmes, les êtres aspirent en général à de grandes réalisations, à des oeuvres importantes. Chacun d’eux, par une disposition intérieure irréfléchie, dédaigne les petites choses.

En obéissant à nos désirs de grandeur, nous nous efforçons d’approcher des personnalités influentes, des rois, des présidents, des ministres, des savants, des philosophes… Les personnes de condition modeste, nous les considérons avec dédain, disant d’elles : «Ce sont de pauvres gens, insignifiants, des ignorants, des rustres… !». Dans tous les domaines de notre vie, nous pouvons constater notre mépris pour les petites choses et notre recherche des grandes.

Souvenons-nous donc de ne pas mépriser les petits. Pourquoi cette recommandation ? Parce qu’en méprisant les petits, nous offensons les Anges qui les assistent et les soutiennent dans les cieux.

Je peux dire que tous les malheurs présents qui frappent l’humanité, malheurs collectifs ou particuliers, sont dus au mépris dans lequel les humains ont tenu les petites choses dans le passé. De petites causes considérées comme sans importance engendrent bien souvent de grandes et graves conséquences. Et c’est pour cela que le Christ disait expressément à ses disciples de ne pas mépriser «ces petits». Mais que sont «ces petits» ? Certains pourront dire : ce sont nos enfants. Et il est vrai que le terme peut s’appliquer aux enfants, mais en étendant la signification de la parole du Christ, on voit que beaucoup d’autres choses doivent retenir notre vigilante attention.

«Ne méprisez pas ces petits !». Je veux vous expliquer le sens caché dans ces mots. Un Hindou donna une noix à son fils en lui recommandant de l’examiner ; mais le fils cassa la noix et la mangea. Un peu plus tard, le père demanda : «Qu’as-tu trouvé de spécial dans la noix que je t’ai donnée ?». «Rien», dit le fils. «Sache donc, reprit le père, qu’une grande force était cachée en elle et que si tu l’avais mise en terre plutôt que de la manger, un arbre aurait poussé et tu aurais alors compris la valeur de cette petite chose qui en contenait une grande en germe». Le Seigneur vous envoie une petite pensée, mais vous n’y attachez pas d’importance et vous l’oubliez. Le Seigneur peut alors vous demander : «Pourquoi ne pas avoir accordé d’attention à cette pensée ? Pourquoi ne pas l’avoir semée pour la voir croître et donner de beaux fruits ?». C’est justement à cause de ce mépris des petites choses que nous en sommes arrivés à l’état qui est le nôtre. Nous disons que le monde est mal fait ; demandons-nous plutôt qui manque d’intelligence ?

La parole du Christ nous enjoignant de ne pas mépriser les petites choses, mais d’apprendre à discerner la force qui se cache en elles, doit nous aider à comprendre la voie à suivre pour obtenir les grandes acquisitions. Votre maison n’est-elle construite qu’avec de petits éléments ? C’est sur ces petites choses, telles que le grain de blé, les fruits, etc. que repose notre vie quotidienne. Cela, pour notre corps physique ; mais en ce qui concerne l’esprit, ce sont aussi les petites pensées élevées, les petits élans positifs, qui nous procurent joie et allégresse. Souvent, nous nous moquons des enfants qui sont préoccupés par de petites pensées nous paraissant puériles ; mais le développement des grandes choses n’est-il pas engendré par l’accumulation d’humbles efforts ?

Arleth roger4

Pourquoi ne devons-nous pas mépriser les petits ? Pourquoi ne devons-nous pas transgresser la deuxième loi divine qui nous commande d’aimer notre prochain ? C’est qu’aucun être vivant, à qui un rôle est assigné dans la Création, ne doit être méprisé. Ce peut être une colombe, une poule, un mouton, un boeuf, un cheval, un âne ; pour chacun d’eux, un livre est ouvert dans lequel on inscrit ce qui lui est dû. Aujourd’hui, vous avez chargé votre âne de tant de kilos ; demain de tant… Tout est inscrit et lorsque le Seigneur comptabilisera tous les services que votre animal vous aura rendus durant sa vie, savez-vous de quelle dette vous serez redevable ? Vous pourrez vous trouver dans la situation de celui qui devait 10000 talents !

De même, les Anges supérieurs ne méprisent pas leurs frères moins avancés qui ont aussi travaillé pour eux.

Vous pouvez avoir un serviteur ignare et peu efficace, mais vous ne connaissez pas les rapports qu’il a pu avoir avec vous ; vous ne savez pas pourquoi le Seigneur l’a amené dans votre maison. Vos liens avec lui ne datent pas d’aujourd’hui et il vous a déjà servi plusieurs fois ; il vous a peut-être sauvé la vie ou rendu de grands services. Il vous faut donc beaucoup d’indulgence et d’amour pour lui.

Si nous comprenons bien les rapports des choses, nous verrons qu’il ne faut pas avoir honte de la pauvreté, car c’est un état par lequel il nous faut passer : nous devons être «petits», nous devons être pauvres pour devenir riches. Ce sont deux pôles opposés entre lesquels agit l’évolution.

Extrait du livre de Peter Deunov : Le Livre du Cœur 

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

Yoga Sacré : car le corps et l’esprit son étroitement liés

Parce que mieux connaître son corps, c’est mieux se connaître soi-même

Le toucher réactive et consolide notre sécurité de base, il nous rassure.

Art thérapie à visée Analytique transpersonnelle – cela débouche sur une conscience profonde d’être à chaque instant les créateurs de notre univers.

Plantons le décor :
« Le corps et l’esprit sont intrinsèquement liés, dans un sens ils ne font qu’un »

Le fossé que beaucoup d’entre nous voient entre l’esprit et le corps serait illusoire et combien, au cœur de nos cellules, l’un ne va pas sans l’autre.

LA VIE DEVANT SOI 1

Nous vivons dans une société qui s’occupe majoritairement du corps comme on s’occupe d’une voiture. On y met du carburant, on répare ici et là, on change quelques pièces et on espère que notre véhicule nous mènera loin. De l’autre coté, notre psychologie est aborde surtout par la parole avec des amis ou un psy essayant de provoquer quelques prises de conscience qui régleraient nos problèmes.

Toutefois cette séparation n’est pas si évidente. Notre physiologie et notre psychologie seraient constamment en train de s’influencer. Beaucoup de scientifiques mettent en évidence aujourd’hui ce pont entre l’esprit et le corps. Loin d’être juste psychologiques, les émotions seraient aussi moléculaires et auraient un impact sur notre physiologie.

Nous oublions trop souvent que le corps, comme l’esprit, s’imprègne de nos sensations, de nos souvenirs, de nos traumatismes. Lorsque les émotions sont refoulées de façon répétée, que les conflits restent non résolus, cela affecte notre développement émotionnel, mental et corporel. « Le corps est un canal de communication en soi autant que la parole ». Et cela est d’autant plus juste lorsque cette parole se bloque, nous fige dans des schémas de pensées que nous avons du mal à briser, ou plus simplement lorsque la mémoire nous fait défaut. Notre corps, lui, peut se souvenir.

Par ailleurs les émotions mettent des couleurs à notre quotidien, nous montrent comment nous expérimentons le monde en agréable ou désagréable pour nous. Par là, elles conditionnent nos réactions physiologiques et psychiques à chaque chose que nous vivons. Et cela peut être très différent d’une personne à l’autre.

L’esprit créé de la matière, la matière crée de l’esprit. « Quand on est en état de stress, on a souvent des inflammations en tous genres : ulcère, eczéma, mal au dos, insomnies, allergies… Soignez votre stress et vous verrez vos inflammations s’apaiser ».

Il est donc primordiale de se Responsabiliser de notre mieux-être

La psychologie moderne a compris l’intérêt d’intégrer la dimension corporelle au traitement et faisant ainsi remonter des souvenirs ou des émotions enfouies dans le corps et qui bloquent la personne dans des schémas de comportement.

Voici les techniques psychocorporelles (en détails) avec So’Ham qui signifie « Je suis cela »

Je suis :
CCorps : lui seul me révèle et ma fait accepter mes limites mais aussi mes potentiels, il est mémoire et présence, là ou la parole est défaillante et absente.
Eémotion : elle est langage du corps, du cœur, de l’âme, souvent bloquée ou refoulée, source inexplorée. Comment la contacter et la laisser vivre ?
Llangage : cet outil spécifiquement humain, le plus percutant, le plus impliquant, lien pour communiquer avec autrui.
Aaction : je mets en mouvement mon corps, mon émotion, ma parole, ma vie, je m’accepte, je m’affirme, je me confronte, je me responsabilise et j’explore les moyens dont je dispose pour mener à bien ma dynamique de changement et « réaliser les projets essentiels de mon devenir ».

1) Je vous invite à découvrir le Yoga Sacré 
Le mot Yoga vient de la racine sanskrite YUG qui signifie « unir ».
C’est à l’origine un véritable Art de vivre générateur de bien-être.
Il invite à respirer, à ralentir, à s’arrêter afin que nous puissions retrouver la perception de la totalité que nous sommes et notre véritable nature.

C’est grâce aux exercices de détente profonde que les tensions physiques et mentales sont effacées du corps et de l’esprit et que les effets négatifs du stress (maux de tête, dépression, troubles digestifs, dépendances, insomnies, etc.) sont progressivement éliminés. Le Yoga Sacré propose de stabiliser le mental en lui évitant de repartir dans les pensées préoccupantes du moment grâce à la concentration et à la méditation. La concentration est la première étape vers la méditation et diverses visualisations.

Dans les étapes suivantes plus approfondies, le mental pourra se libérer de tensions plus profondes et développer ce cheminement intérieur alors plus spirituel qui mène à la notion de témoin ou de conscience pure, à la notion d’être essentiel dans « le moment présent » hors du temps.

BIEN ETRE

2) Je vous invite à découvrir le Sensitive Gestalt massage®, dit SGM  
Le SGM propose de faire l’expérience de soi-même par l’intermédiaire de son corps. En effet, il arrive souvent que ce dernier exprime des états ou des problèmes psychiques plus ou moins consciemment perçus.

Le Sensitive Gestalt Massage alliant parole et toucher fait remonter à la surface nos émotions enfouies et nous mettent dans une situation de vulnérabilité : du fait de la position d’abandon sur la table, le transfert est souvent plus massif, et demande à être accompagné. Le thérapeute sait accueillir les émotions et la souffrance.

Le SGM répond aussi bien à une recherche de pure détente qu’à un développement personnel, et un accompagnement dans l’émotionnel.

Le SGM augmente le bien-être à travers la détente physique et psychique. Il contribue à une meilleure acceptation et valorisation de soi-même et offre la possibilité de mieux vivre corps-esprit dans l’unité. Le SGM répond à un besoin essentiel : le besoin d’être « touché » pour réguler son équilibre relationnel et social.

Le corps est la mémoire de notre histoire. Les mains et le toucher sont une présence qui nous relie à notre vécu. Le massage SGM est une attention à l’autre. C’est un instant d’ouverture où nos besoins, nos manques, nos peurs, nos bonheurs peuvent s’exprimer sans censure. Les techniques du SGM permettent de personnaliser le massage et de l’adapter aux besoins et à la demande du receveur.

Des évènements, des principes, l’éducation, ont pu bâillonner l’expression du corps. Le mot « toucher » pour une personne dont la relation au corps est souffrance, peut être difficile. Un besoin d’être touché non satisfait entraîne des carences. Le SGM peut les combler et réparer les blessures de l’existence. Le SGM permet un travail récupérateur sur le plan corporel et émotionnel, peut cicatriser le passé, ouvrir vers l’avenir et permettre de sentir que le corps dans sa globalité peut procurer du bien-être. Le corps, unifié, est un compagnon qui nous réconcilie avec ce que nous sommes.

Les bienfaits du SGM
*Apporte la détente et le bien-être qui en découle, relâchement physique complet
*Libère les points de tensions, permet la décontraction musculaire
*Atténue les états d’anxiété, la nervosité. Méthode anti-stress.
*Améliore la circulation sanguine, assouplit la peau,
*Développe la respiration
*Favorise l’ancrage corps-esprit
*Redonne au corps l’intégralité de son schéma corporel
*Crée un éveil sensoriel et entraîne une meilleure perception de son corps
*Développe le retour à la confiance en soi et à l’autonomie psychique du receveur
*Massage doux, pénétrant, enveloppant, qui invite au lâcher-prise, ressource, ré- unifie, ré-énergétise psychiquement

Objectif : une restructuration positive au quotidien. En favorisant l’accès au corps, le thérapeute masseur permet au massé d’entrer en contact avec son potentiel et de dénouer ses blocages physiques et énergétiques.

Souvent utilisés en complément de thérapies classiques, le sensitive Gestalt Massage s’adresse à tous. Comme si, pour retrouver joie de vivre et équilibre, les mots seuls ne suffisaient pas, et que le corps avait forcément besoin d’être touché pour grandir.

art thérapie

3) Je vous invite à découvrir l’Art Thérapie à visée Analytique transpersonnelle 
Les 3 axes moteurs de l’art thérapie analytique sont de faire s’exprimer, faire prendre conscience et faire changer pour permettre l’évolution.

La pratique de l’art-thérapie permet l’extériorisation des tensions émotionnelles engendrées par la vie stressante. Lorsqu’un vécu douloureux ne peut être mis en mots, l’Art est un outil puissant avec les symboles et les métaphores

Elle permet d’énoncer de l’inconscient personnel dans une mise en activation de l’inconscient lors des jeux préparatoires au tableau. Ce psychisme concrétisé sur la toile constitue un drain salvateur aux émotions inconscientes refoulées.

C’est purement de la projection, car l’inconscient sélectionne le plus important à traiter dans l’instant pour remettre la personne dans le flot de sa vie ; dès que la personne exprime son inconscient personnel, elle pénètre dans son processus personnel d’individuation et se restructure de nouveau, renoue avec le jeu de la création et de la vie, en favorisant l’harmonisation de nos relations.

« Peindre, c’est un moyen de comprendre la vie. Il y a autant de solutions que d’êtres humains.  » George Tooker.

Prévention et globalité

Cet Accompagnement Psychocorporel Holistique nécessite la volonté consciente de la personne à s’engager sur « le chemin d’évolution » à l’écoute du corps et le yoga sacré comme le Sensitive Gestalt massage et l’art thérapie visent à rectifier les déséquilibres énergétiques. Cette approche par anticipation précédent les symptômes et se veut avant tout une méthode de santé préventive efficace. Cela peut aussi agir en amont de la maladie.

Un vrai besoin en Occident

L’approche psychocorporelle holiste connait un vrai succès chez nous parce qu’elle propose des vraies solutions dans un domaine où l’Occident n’a pas de réponse satisfaisante.

Les Occidentaux, parce qu’ils se sentent de plus en plus responsables de leur propre santé, prennent conscience que leurs maux tirent leur origine de divers déséquilibres et les détectent de manière plus précoce. Leur sensibilité s’affinant, ils tolèrent de moins en moins ces déséquilibres et ne souhaitent plus attendre que les symptômes se déclarent. Ils en viennent alors à utiliser ces méthodes de prévention pure, par souci d’hygiène de vie et de mieux-être.

pichon

Rappelez-vous !

Dans quel but entreprendre un Accompagnement psychocorporel 
holistique ?

Pour être soutenu dans l’épreuve, pour ressentir un mieux-être, un soulagement des tensions, se réconcilier avec la vie, panser les blessures, entamer un travail de connaissance de soi retrouver son pouvoir de créer sa vie

N’hésitez pas à m’appeler pour poser vos questions!

Nous pouvons nous rencontrer pour en parler et établir votre programme ! 
www.soham-biarritz.com – info@soham-biarritz.com

 

Recevoir de l’air des forces vitales -prâna et idées

 Dans les conditions actuelles de vie, le plus important élément dont l’homme doit s’occuper est l’air.

montagne

L’air est porteur des pensées pures, claires, divines. Ces pensées pénètrent ainsi dans l’homme par le système respiratoire et, de là, montent au cerveau. Celui-ci ne peut pas les recevoir directement à travers le crâne, sans l’intermédiaire de l’air, qui reste donc le principal conducteur de la pensée.

Je parle ici de l’essence de l’air et non de l’air que les chimistes définissent comme un mélange de quatre parties d’oxygène et d’une partie d’azote. Je vous parle de l’air comme élément primaire qui conditionne la vie de l’homme.

En dehors de l’oxygène, l’être humain reçoit de l’air des forces vitales -prâna et idées- en plus ou moins grande mesure, selon qu’il connaît et applique certaines règles ou ne les connaît pas. Tout d’abord, nous devons aimer l’air que nous respirons, nous réjouir de son goût, de sa fraîcheur, de la légèreté qu’il nous apporte. Grâce à cet état d’esprit, les forces contenues dans l’air pénètrent plus profondément en nous et en plus grande abondance.

Pendant l’expiration, on doit vider au maximum les poumons de l’air qu’ils contiennent, par une calme et profonde expiration. Beaucoup de maladies ont leur source en ceci qu’on laisse dans les poumons, pendant l’expiration, une grande quantité d’air désormais dépourvu de toute qualité. Je vous conseille de vous exercer à la respiration profonde. Dirigez vers Dieu votre intellect et votre amour et respirez rythmiquement, avec concentration. Durant l’inspiration et l’expiration, vous pouvez dire mentalement une formule constructive ou un fragment de prière ; ceci vous aidera à mieux recevoir les forces profondes et vitales que l’air recèle.

Chaque être qui veut bien utiliser la vie qui lui est donnée en partage doit étudier les lois sévères auxquelles il est soumis. Une respiration correcte est celle qui permet à l’homme de capter au maximum l’énergie de vie, de santé et de lumière intellectuelle contenue dans l’air. Ceux qui peuvent le faire se réjouissent d’avoir accompli un certain travail qui leur procure santé, bien-être et joie.

Plus sa conscience est éveillée et éclairée, mieux l’homme peut tirer profit des conditions d’existence que la nature lui donne. Celui qui apprend à respirer correctement se libère d’états physiques et psychiques morbides. Il harmonise graduellement sa vie, la renouvelle. Il acquiert un nouveau et constant équilibre intérieur grâce auquel aucune influence ou condition extérieure ne peut plus le faire dévier du chemin qu’il a choisi.

Celui qui respire à une cadence rapide meurt plus tôt. Les malades des poumons respirent 15 à 20 fois à la minute ; un homme sain doit faire en moyenne trois respirations dans la minute. Certains êtres ne font qu’une respiration dans la minute. Certains êtres ne font qu’une respiration complète en une minute et des adeptes entraînés accomplissent une seule respiration en 20 minutes et même en une heure !

Que ceux qui veulent acquérir la patience s’habituent à respirer calmement, profondément. Plus prolongé est le temps durant lequel l’air frais reste dans les poumons et plus grands sont la patience et le contrôle de soi que l’homme acquiert.

Remerciez Dieu des bienfaits que vous apporte l’air qu’Il vous a donné. Par lui, Dieu pénètre continuellement en vous et vous entrez en Lui. Quand j’inspire l’air, Dieu et Sa pensée se révèlent en moi et quand j’expire, c’est moi qui me découvre à Dieu.

Dès le début du printemps, allez vous promener chaque matin, si possible à l’air pur, loin des poussières et des fumées de la ville. Profitez au maximum des forces de la nature qui s’éveille aux premiers rayons solaires. Ensuite, vos tâches de la journée s’accompliront bien mieux que si vous restiez dans votre chambre.

Si vous voulez améliorer votre pensée, l’éclaircir, l’élever, si vous voulez développer votre entendement, votre raison et mieux résoudre vos problèmes, apprenez à respirer juste. Les maladies, les souffrances dans la vie de l’homme sont dues à la respiration irrégulière. La nourriture, la respiration et la pensée sont liées entre elles. Si l’on apprend à respirer correctement, à choisir aussi pour notre nourriture des aliments sains et bons, à les assimiler avec goût, avec concentration et reconnaissance, nous pouvons améliorer notre intellect, élargir notre intelligence et mieux contrôler nos pensées.

La pensée constructive vient des Etres intelligents, raisonnables, du monde spirituel. Elle remplit tout l’espace. Chacun reçoit les pensées qui sont en vibration avec son système intellectuel et en résonance avec son état de conscience. C’est ainsi que l’homme est réceptif à l’activité de la nature vivante, à la pensée divine des Etres avancés. Ces êtres peuvent vous éclairer sur les problèmes les plus compliqués ; ils peuvent vous aider à mieux accomplir vos tâches quotidiennes, à maintenir en bonne santé physique et mentale par vos pensées fortes et concentrées, si vous le leur demandez avec une entière confiance.

Les grandes pensées sont de provenance divine ; donc il y a quelqu’un qui en est la cause première. Quand vous recevrez de telles pensées, ouvrez-leur largement votre coeur et votre intellect, aidez-les à se manifester. Ne doutez pas de la façon dont elles se réaliseront. Même si vous quittez votre corps physique, elles continueront à pénétrer dans les cerveaux humains réceptifs qui seront prêts à les rendre fécondes. En facilitant le chemin à toute pensée bonne et élevée, vous effectuez la liaison avec le grand Principe dont elle découle.

Les pensées du monde remplissent l’air et si vous n’avez pas la conscience éveillée, elles pénètrent en vous, vous en subissez l’influence et commencez à penser comme le monde. Le monde est une vague qui entraîne celui qui n’est pas continuellement sur ses gardes.

Quand nous voulons recevoir une émission de radio qui nous intéresse, nous réglons notre récepteur sur l’onde correspondante et nous écoutons. Le même processus s’accomplit pendant la respiration consciente et profonde. Nous avons une idée précise de ce qu’on peut capter dans l’air et nous maintenons notre pensée dirigée vers ce but.

Nous savons que l’air ne contient pas seulement de l’oxygène et de l’azote, mais qu’il est aussi porteur de force vitale, appelée dans le langage mystique : vie divine. L’air est une forme de la pensée divine, comme toute chose dans la Création, et nous pouvons recevoir, par la respiration, ce vers quoi notre conscience est dirigée.

Les fidèles des diverses religions peuvent n’avoir qu’une idée vague des forces contenues dans la nourriture et dans l’air.

En tant qu’élèves de la nouvelle vie, il importe que vous possédiez une connaissance précise de ce que l’air recèle et que vous ayez le désir et la volonté de le capter. L’homme nouveau doit étudier et comprendre la qualité physique et psychique de toute manifestation de la nature vivante.

ELFS

Rappelez-vous continuellement de respirer consciemment et profondément : faites chaque jour, régulièrement mais sans violence, des exercices de respiration profonde. Pour cela, vous devrez vaincre l’inertie, la paresse atavique qui existe chez l’homme, qui le retient et le pousse à écarter l’effort nécessaire.

Mais si vous avez l’énergie suffisante pour triompher de cette tendance, vous en serez récompensé par un fonctionnement sans cesse amélioré de vos poumons, par une santé meilleure, par une pensée plus active et plus forte, et par une puissance de travail développée.

Avec l’air, nous respirons l’Amour de Dieu.

II est dit : «Dieu est partout et en tout ; nous vivons et nous nous mouvons en Lui». Puisque Dieu est partout, Il est aussi dans l’air. Or, Dieu est Amour ; c’est pour cela que l’air est pénétré de l’Amour divin.

Il est donc indispensable de prendre l’habitude, en respirant et en nous nourrissant, de diriger notre conscience vers l’Amour universel qui pénètre l’air et les aliments.

La prière peut aussi consister dans l’acte de la respiration, exécuté consciemment et avec un sentiment d’amour pour l’air et ses bienfaits, et de reconnaissance envers Dieu pour tout le bien qu’il nous dispense.

Ainsi les instructions données pour la bonne respiration doivent être expérimentées par des exercices coordonnés, méthodiques, progressifs.

La bonne respiration dépend de la quantité d’air inspiré et de la durée du temps de sa rétention. L’état d’esprit qui accompagne les trois phases de la respiration : inspiration, rétention et expiration, a aussi une importance capitale.

La différence entre la respiration superficielle et la respiration profonde réside en ce que l’air inspiré au cours de la première ne remplit qu’une partie des poumons – la supérieure. Cette respiration incomplète n’apporte pas d’éléments suffisants pour purifier le sang et lui donner de nouvelles énergies. Dans ce cas, le sang, à son tour, ne peut satisfaire aux besoins des cellules des différents organes du corps qui devient, par manque de vitalité, prédisposé à la maladie.

Par une inspiration profonde, la plus grande partie des poumons se remplit d’air, car le diaphragme s’abaisse et les poumons se dilatent librement. En même temps, les intestins sont soumis à un mouvement rythmique, de haut en bas et réciproquement, qui facilite leur activité.

Dans une inspiration profonde, c’est en premier le ventre qui se gonfle et ensuite le thorax ; dans l’expiration, le ventre se rétracte d’abord, puis le thorax. Au cours de la respiration profonde, on remarque l’abaissement et le relèvement du diaphragme ; et les organes de l’abdomen subissent une sorte de massage favorable à leur fonctionnement. Par une pratique journalière des exercices de respiration profonde, les poumons apprennent instinctivement à respirer plus profondément, plus pleinement et même en dehors des instants consacrés expressément aux exercices.

Le «prâna» contenu dans l’air est une force vitale de vie divine d’après le langage mystique. Toute la Création est une forme de la pensée divine, de l’Esprit de Dieu. Lorsque nous respirons consciemment profondément, nous recevons davantage de «Prâna» – pensée divine – qui crée, soutient et harmonise tout. La respiration profonde, pratiquée avec méthode et concentration, peut permettre de recevoir, outre l’abondance d’oxygène indispensable à la purification du sang, un surcroît de forces vitales, intellectuelles et spirituelles si nécessaires dans la phase actuelle de développement des hommes.

Le matin, au lever, par des exercices de respiration profonde en pensant que vous êtes uni à Dieu et en reconnaissant Ses qualités, Sa force, Sa bonté, vous entrerez dans l’harmonie de Sa présence et de Sa pensée toute puissante. Par cette «respiration-prière» du matin, l’homme, s’accordant avec la grande sagesse divine qui dirige tout, se sentira tout le jour mieux disposé et prêt à accomplir ardemment les tâches qui l’attendent.

grandeur

Prière matinale du disciple

Notre Seigneur Dieu, mon âme tressaille de joie

à la lumière du nouveau jour qui m’éclaire.

Je te remercie de m’avoir réveillé de bon matin,

lorsque te glorifient l’homme sage, les oiseaux et les fleurs.

Je te remercie de m’avoir encore fait don de ce jour,

de m’appeler à poursuivre mon travail en bonne disposition.

Je te remercie de me donner la possibilité d’accomplir ta bonne volonté, afin de la manifester avec amour et sagesse

en la mettant au service de mes Frères et Soeurs.

Je te prie de me donner la joie de sentir la présence de l’Esprit divin et d’écouter comme un fils dévoué tes instructions,

et de ne pas m’écarter de tes lois.

Donne-moi et donne à tous les hommes la force, la vigilance

et l’amour nécessaires à notre élévation

et à l’avènement de ton royaume sur la terre.

Que l’éternel soleil de ton amour illumine de sa lumière mon âme

et celle de tous mes Frères et Soeurs à la surface de la terre !

Que ton amour, ta sagesse, ta vérité, ta justice et tes vertus

règnent sur la vie de l’homme !

Que tous les hommes deviennent un avec le Christ et les anges lumineux, un avec toi et la grande Fraternité Blanche Universelle !

Qu’il en soit ainsi, Amen !

Exercice à faire en se levant le matin – Prononcez les formules :

J’ECOUTE

Mettre les mains près des oreilles en faisant le geste d’écouter.

JE ME LÈVE

Dressez les bras verticalement au-dessus de la tête, les paumes tournées vers l’intérieur.

JE SUIS SAIN

Abaissez les bras tendus de chaque côté à hauteur des épaules, les paumes des mains tournées vers le sol.

JE SUIS FORT

Repliez les bras de façon à amener les mains devant la poitrine.

JE SUIS EN PLEINE FORME

Abaissez les bras de chaque côté le long du corps, les mains ouvertes.

Poursuivre en élevant les mains vers le ciel et en les faisant descendre sur la tête et devant la poitrine, jusqu’à ce qu’elles reviennent le long du corps et dire :

«Que la paix de Dieu vive dans nos coeurs ;

que sa pure joie et sa sainte allégresse nous guident».

Extrait du livre de Peter Deunov : Le Livre du Cœur

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

 

SIX METHODES DE GUERISON A NOTRE PORTEE

LA GUERISON ENERGETIQUE. Il ne semblera guère surprenant que la première technique soit la guérison énergétique. Dans ce type de guérisons, on ne touche pas le patient. Les énergies sont utilisées de façon à coopérer avec la personne étendue sur la table de soins. Il y a tant de potentialité à ce moment-là. Si le seul vibratoire de ce patient est suffisamment élevé, si celui-ci connaît ces choses et qu’il a donné son autorisation afin d’être soigné, le guérisseur qui permet à cette énergie de fonctionner sera assuré d’obtenir de merveilleux miracles. Et le patient sera guéri grâce au travail énergétique où personne ne touche personne. Pensez-y.

Bien sûr, cela ne marchera pas aussi bien avec ceux dont la fréquence vibratoire est plus basse. Voilà pourquoi ceux d’entre vous qui sont engagés dans ce type de guérison énergétique constatent et enregistrent le fait que cette thérapie n’est pas destinée à tout le monde. Et ce sont les patients éclairés, qui savent ce que sont la permission et le choix, qui obtiennent les meilleurs résultats. Les autres repartent souvent sans être guéris.

autoguérison

LE TOUCHER THERAPEUTIQUE. Ce type de guérison nécessite que le guérisseur touche la partie du corps à guérir, lorsque le patient dispose d’une fréquence vibratoire plus basse que la sienne. Le toucher thérapeutique produira alors le même effet que la guérison énergétique. Ainsi, le toucher est un merveilleux outil à votre disposition. Cela a un effet réel, et vous pouvez grâce à cette technique, vous affranchir de l’obstacle d’une différence vibratoire de sorte que celui qui possède les vibrations les plus élevées peut travailler avec celui dont les vibrations sont plus basses.

Les patients peuvent exprimer leur choix et donner leur permission et le concept sera accepté. Ils peuvent alors être guéris et en effet, cela arrive tous les jours.

REMEDES A BASE D’ESSENCES VIVANTES. Vous saurez que la force vitale est puissante et qu’elle peut représenter une aide précieuse en lien avec les substances curatives. La force vitale d’une substance ne peut être altérée facilement si sa forme n’est pas modifiée. Les extraits d’essences vivantes rendent hommage à notre science car la science est spirituelle. La science physique est conscience et ceux qui travaillent sur l’infiniment petit et la physique quantique savent précisément de quoi il est question. Ils sont en train de découvrir que la réalité observée peut être affectée par nos pensées. Cela fait des années que nous en parlons. Pensez-vous un seul instant que si certaines maladies importantes de nos époques ont été vaincues par les essences vivantes cela est le fait du hasard et non de la synchronicité ? Nous entendons ici la tuberculose et la polio…. Vous voyez il existe une force vitale même dans les choses qui ne sont plus vivantes.

Recherchez de nouvelles thérapies fondées sur les essences vivantes et faites particulièrement attention à celles qui seront obtenues à partir de très anciennes énergies – semblant posséder la force vitale d’une autre époque – et trouvées dans les capsules temporelles de la Terre. Certaines de ces substances vivantes se contentent de faire passer leur énergie dans l’être humain, d’autres sont ingérées par l’organisme. Cependant, les essences vivantes produisent des effets qui dépassent de loin les réactions produites par les herbes et les plantes que nous connaissons. Elles sont d’origines tout à fait inattendues et sont capables de fournir une énergie vitale qui cocréera la guérison dans notre corps, en accord avec vous. Certaines sont contenues dans des rochers et possèdent une énergie vitale de plusieurs milliers d’années, lorsque l’énergie de la Terre était plus grande qu’aujourd’hui. D’autres se présentent sous des formes de vie extrêmement petites, prêtes à être récoltées, mais ont dissimulé jusqu’à présent leur grande valeur pour notre organisme. Et enfin, quelques-unes proviennent du domaine animal et nous seront d’une aide précieuse.

Loin de se limiter à soigner les individus malades, ces Essences Vivantes peuvent devenir le moyen reconnu et accepté par tous de rappeler la notion de bien-être au corps humain en le maintenant en contact avec sa mémoire cellulaire. Elles peuvent permettre d’apporte au corps les nutriments indispensables et de créer un équilibre qui permettre de lutte efficacement contre les nouveaux virus résistants qui font leur apparition.

LES AIMANTS. La technique suivante est la guérison par les aimants. Cette technique de guérison est honorée. Elle est merveilleuse. Elle s’adresse à la partie magnétique de l’être humain, à la partie magnétique de notre ADN et cela fonctionne. Ses effets sont plus importants aujourd’hui qu’à n’importe quelle autre époque sur cette planète. Grâce à l’intuition et au caractère sacré des dons de nos nouvelles connaissances, nous saurons placer ces aimant à l’endroit requis.

Le magnétisme externe, comme les essences vivantes, le toucher thérapeutique et la guérison énergétique n’est qu’une méthode temporaire de rééquilibrage des individus. Lors les gens ont choisi d’être rééquilibrés, pourquoi devraient-ils alors transporter en permanence tous leurs aimants avec eux ? Le corps s’équilibrera tout seul et se guérira.

LA VIE DEVANT SOI 1

ATTENTION. Quelques-unes de vos drogues dangereuses parviennent au même résultat ; elles peuvent vous permettre de vous sentir dans un état merveilleux. Cela signifie seulement que vous ressentez quelque chose. Equilibrez votre corps, puis arrêtez le stimulus lorsque vous avez terminé. Lorsque ce sera à nouveau nécessaire, réutilisez le stimulus. Ne le faites pas en permanence ni quotidiennement. Sur le plan du magnétisme, le danger est le suivant : L’ensemble des instructions cellulaires peut se modifier entièrement.  De nombreuses instructions peuvent être effacées. Cela dépasse largement le cadre de l’équilibre. Cela peut même s’avérer dangereux pour votre santé.

LES MEDICAMENTS PHARMACEUTIQUES. L’utilisation de produits chimiques est une méthode de guérison faisant appel à une énergie de basse fréquence. L’Esprit cependant le prend en considération car la chimie est utile et fonctionnera pour certains d’entre vous qui en auront besoin. Bien qu’encore une fois il s’agisse là d’une énergie de basse fréquence. Ceci est dû simplement au fait que nous n’avons encore rien découvert à un plan supérieur qui puise la remplacer. Si elle marche et qu’elle vous maintient en vie sur cette planète, cela seul est important. Efforcez-vous néanmoins d’évoluer vers les autres méthodes, le moment venu.

L’inconvénient avec les produits chimiques c’est que le corps est bien réglé de par lui-même et que, lorsque vous y introduisez des substances chimiques dans le but de provoquer un changement, il réagira sans que vous puissiez prévoir ni maîtriser exactement ses réactions. Parfois, ces produits provoquent des effets secondaires qui déséquilibrent l’organisme, et cela es t simplement dû aux caractéristiques d’une énergie de basse fréquence.

 LA CHIRURGIE. Cette méthode est peut-être la moins élevée des techniques de guérison mais elle représente actuellement la partie de notre science la plus pointue. Lorsque toutes les autres voies ont été explorées sans succès, certaines personnes s’en remettre à cette science et sont guéries. Il se peut que la chirurgie soit tout à fait appropriée à votre. Mais ceux d’entre vous qui travaillent avec les énergies, qui comprennent ce qui se passe et qui choisissent de donner à leur corps l’autorisation de guérir, ils n’agiront jamais ainsi !

Toutes ces méthodes ont leur utilité. La chirurgie est aussi sacrée et bénie car elle est le fruit de notre science. La tolérance en tout est nécessaire. Il y a beaucoup plus de choses que l’œil ne peut en percevoir, et tout cela fonctionne en synergie. Vous devriez connaître trois aspects concernant l’auto-guérison. Le premier est l’intégration, le second est l’intégration et le troisième et le plus important est l’intégration….. Vous parvenez à une meilleure compréhension spirituelle mais vous pensez en quelque sorte que vous traînez votre corps comme un boulet. Vous passez à côté de quelque chose !

Au lieu de penser que vous n’avez qu’un seul centre illuminé, pensez que vous en avez des millions. Pour que votre corps puisse vibrer harmonieusement, il doit vibrer entièrement et  non pas seulement la partie que vous avez considéré comme votre « Centre d’illumination ».  Il n’existe pas une seule cellule dans notre corps qui n’ait les attributs de la conscience.  Le « Nous » par ce fait représente la clé de l’auto-guérison. C’est l’intégration et l’intégration puis l’intégration ……seulement.  Le corps fait partie du système qui nous maintiendra ici et ce système que nous devons appliquer par son caractère sacré du corps dont nous avons besoin pour rester en vie afin de servir la planète ! Il n’y a pas un seul guérisseur homme ou femme qui ne possède les instructions cellulaires sacrées lui permettant de faire fonctionner tout cela. Même les éléments de la vie qui apparemment n’ont aucun rapport s’efforcent de vous parler. Toutes vos cellules sont au courant !

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/