L’intelligence pourvoit à la réparation du corps

Le gardien du corps :  Beaucoup de gens sont frappés de maladie sans même en rien savoir, parce que l’Intelligence entre en activité rapidement et sans effort afin de pourvoir à la défense et à la restauration du corps. Par exemple, chez un grand nombre de personnes, une tuberculose se développe à une certaine période de leur vie, mais elles ignorent toujours qu’elles l’ont ou l’ont eue. La personne en qui traîne un rhume opiniâtre pendant deux longs mois a fort probablement une tuberculose naissante. Le poumon a été envahi par le bacille de la tuberculose qui a trouvé là un endroit où se fixer et commence à se multiplier. Si l’on n’a pas assez de calcium, de phosphore et d’autres matériaux de réparation dans le sang, le cas progressera sans doute en une tuberculose active. Si l’on a suffisamment de minéraux et de vitamine D, l’Intelligence fera appel aux forces réparatrices du corps afin qu’elles fassent affluer leurs réserves vers la région envahie du poumon.

animée.gif

Ces troupes réparatrices se mettent immédiatement à construire un mur de calcium autour du point affecté, le séparant sévèrement du reste du poumon et enfermant les bacilles à l’intérieur, ce qui équivaut pratiquement à une prison. Après la mort, des dissections révèlent très fréquemment ces cicatrices tuberculeuses chez des personnes ayant vécu jusqu’à un âge avancé et n’ayant jamais imaginé que seule fois en avoir souffert. Ce principe de guérison opérant en dehors de notre conscience devient une arme forte entre les mains de celui qui en a reconnu la vérité et qui apprend comment le mettre en mouvement.

Observons la façon dont l’Intelligence protège le corps en cas d’appendicite. Nous possédons tous une membrane séreuse appelée omentum, ou grand tablier, suspendue dans la cavité abdominale. Il est pareil, par sa dimension et sa forme, à ces minuscules tabliers portés par les serveuses dans les salons de thé. Quand l’appendice suit une inflammation grave et est sur le point d’être perforé, il n’est pas rare que ce tablier l’enveloppe et se plisse en un sac hermétiquement clos. De cette façon, si l’appendice se rompait, le pu ne pourrait s’échapper dans la cavité abdominale et provoquer une péritonite. Chaque chirurgien ayant une assez longue pratique a rencontré un ou plusieurs cas de ce genre, et lorsque cela lui arrive, il abandonne ce cas à lui-même avec une prière de reconnaissance, parce qu’il sait que cette matière purulente dans le sac sera absorbée en temps voulu et neutralisée par la nature.

On peut de même constater le merveilleux travail de l’Intelligence universelle lorsqu’on s’est fait une coupure au doigt. C’est pour nous une petite chose et nous ne la craignons pas, sachant que le sang s’arrêtera très vite de couler. Mais réalisons-nous qu’il y a là une intervention directe de l’Intelligence qu’il est tout à fait en dehors du pouvoir de l’homme de reproduire ? Cette coupure nous tuerait si, pour guérir, elle était abandonnée au seul art de l’homme. Aucun homme vivant ne sait comment faire croître une cellule nouvelle partie de rien pour guérir une blessure. Dans une opération chirurgicale le médecin peut accomplir la tâche mécanique d’enlever un organe. Ensuite il recoud le patient – autre tâche mécanique – et là s’arrête son travail, les cellules se réunissent à nouveau pour cicatriser. Seule l’Intelligence fait que ces cellules se reforment et se rejoignent en vue de la restauration cutanée.

Mais retournons à la guérison de la coupure au doigt. Certaines personnes hémophiles ont un sang qui ne veut pas se coaguler parce que différentes substances lui font défaut. Cela signifie qu’une coupure continue à saigner, ce qui est naturellement fort dangereux. Tout le savoir de la science a échoué jusqu’à présent dans ses efforts pour reproduire ces substances absentes, bien que certaines familles royales aient offert pour cela des fortunes fabuleuses. Cependant, journellement, pour tous les autres hommes, l’Intelligence pourvoit aisément à la réparation des coupures. Une certaine substance est maintenue en solution dans le sang aussi longtemps que celui-ci n’entre pas en contact avec l’air extérieur. Quand survient une coupure et que le sang commence à couler à l’extérieur, entrant ainsi en contact avec l’air, cette substance change de forme et produit des fils ou bâtonnets minuscules qui ressemblent quelque peu à des cheveux ébouriffés. Ces fils et bâtonnets forment un réseau dans la blessure et prennent au piège les globules blancs, qui graduellement, se constituent en caillot jusqu’à ce que soit formée une croûte qui isole efficacement la blessure, mise ainsi à l’abri de l’air. En même temps, d’autres globules blancs sont entraînés vers la coupure par le flux sanguin, quelques-uns pour s’engager dans les travaux de réparation et de reconstruction, d’autres pour dévorer toutes bactéries qui pourraient envahir la blessure. Des substances nutritives sont dirigées vers ce point et de nouvelles cellules sont construites afin de remplacer celles qui furent détruites par la coupure.

Les nouvelles cellules sont reformées du fond de la blessure, sous la protection de la croûte. Si l’on arrache la croûte avant que la reconstruction entière ne soit achevée, la coupure saigne à nouveau et le processus complet se répétera ; formation du caillot, de la croûte, et ainsi de suite de façon à ce que la réparation puisse être terminée selon le plan de l’Esprit placé devant l’Intelligence opérant dans le corps.

balance

Il n’y a pas de maladie incurable 

L’homme se glorifie de son savoir, et il en a le droit. C’est à grands pas qu’il a acquis la connaissance de son corps, mais il est loin de connaître la réponse au problème de la vie. Il ne sait pas comment former une nouvelle cellule dans cette coupure, mais une Intelligence plus grande le fait rapidement. Voici pourquoi, lorsque l’homme dit que tel ou tel état est incurable, il parle d’après son propre savoir limité.

Dans le traitement mental, nous sommes allés plus loin, nous reposant sur cette grande Intelligence cosmique dont nous arrivons à comprendre la Loi de guérison. Nous voyons ainsi des cas désespérés, condamnés par le médecin expérimenté, guéris complètement et définitivement par cette Intelligence lorsqu’elle est dirigée par la personne qui comprend la Loi selon laquelle elle opère. Nous disons donc qu’il n’y a pas de maladies incurables mais des gens incurables. Ceux qui insistent sur le fait « que les médecins ont tout essayé, qu’il est inutile de rien tenter d’autre », sont inguérissables. En revanche, ceux qui acceptent mentalement la vérité qu’avec Dieu (l’Intelligence) toutes choses sont possibles sont des gens guérissables.

L’Intelligence accomplit un prétendu miracle en réparant un os cassé. Tout ce que l’homme peut faire dans ce sas est d’accomplir certains actes mécaniques. Le savoir du médecin est inappréciable lorsqu’il s’agit de réduire une fracture et de soutenir l’os par une éclisse ou un plâtre, mais il lui faut s’arrêter là. Il sait – et il est très franc en le reconnaissant – qu’il n’a pas encore acquis la connaissance nécessaire dans l’art de réparer pour savoir comment faire pousser l’os de façon à rétablir son unité. Mais voyez comment l’Intelligence vient à son secours.

Lorsqu’un os est fracturé par un coup, la contusion des tissus attire le sang vers cet endroit, formant une enflure. Avec ce flux de sang, des substances nutritives et réparatrices sont portées rapidement au siège de la blessure. Pendant ce temps, les fibres périostales déchirées commencent à se transformer en un cartilage qui est le précurseur de l’os. L’Intelligence se prépare ainsi à accélérer, avec des matériaux qu’elle a à sa portée, le processus de construction de nouvelles cellules osseuses. Une espèce de ciment est déversé pour souder les pointes de l’os cassé après que le médecin les a remises en place. Ensuite, le patient gardant le membre au repos, l’Intelligence produit des substances toutes neuves là où il convient, et bientôt le membre va mieux qu’auparavant. Si l’Intelligence divine peut faire cela, elle peut faire tout ce que nous désirons la voir faire. En outre, elle exécute tout cela silencieusement, aisément, sans effort et sans agitation.

La force affluant en un corps malade peut guérir tout état pathologique. L’homme s’affole alors que l’Intelligence est toujours sûre d’elle-même. Elle sait comment réparer tout ce qui va mal dans le corps, comment construire n’importe quelle espèce de cellule, comment rétablir des fonctions perdues, comment arracher une personne du bord de la tombe… avec une dépense d’énergie ne dépassant pas celle déployée par un homme pour soulever un fétu de paille. En réalité, cette dépense est encore moindre, car l’Intelligence n’est jamais consciente d’effort ou de tension. Toutes ces activités variées mises en œuvre, toute cette Intelligence qui sait exactement que faire et comment faire furent employées à construire cet univers, à le maintenir et le régler, à y conserver la vie, à continuer à l’entretenir depuis des temps immémoriaux ; cependant, cette Force et cette Intelligence n’ont ni diminué ni faibli, nulle division ne les épuisa. Elles sont toutes autour de nous et en nous à ce moment même, prêtes à se mettre en mouvement silencieusement en notre faveur, dès que nous aurons cessé d’obstruer ce flux par nos propres barricades mentales.

Voyons comment travaille l’Intelligence dans les larges blessures accompagnées d’une perte de sang importante. La quantité totale du sang dans notre corps diminuant par suite du traumatisme, la tension dans les artères baisse automatiquement ; c’est pourquoi les vaisseaux sanguins se contractent afin de maintenir la tension artérielle normale. En même temps, les divers tissus du corps cèdent de l’eau qui se fraye rapidement un chemin jusque dans le système circulatoire, ramenant ainsi le volume total du sang à la normale. Le transfert d’eau des tissus dans le sang cause une soif extrême, raison pour laquelle un blessé demande à boire lorsqu’il y eut déperdition de sang. L’intelligence cherche ainsi à rétablir dans le corps l’état normal.

Mais dans un tel cas il y a également une perte considérable de globules rouges. L’eau restaure le volume, mais non la qualité de sang ; c’est pourquoi la moelle rouge des os et d’autres parties du corps, servant de réserves commencent à déverser des quantités supranormales de globules rouges jusqu’à ce que le sang ait été ramené à sa qualité normale. C’est ainsi que par une série de mesures promptes et sûres, l’Intelligence résidant dans le corps entre en activité afin de sauver ce dernier, aussi rapidement que possible. Une fois de plus, nous voyons une action intelligente, compétente, qui va bien au-delà de l’art et du savoir des esprits les mieux préparés. C’est l’Intelligence dont nous usons dans la guérison mentale et spirituelle.

Docteur Frederick Bailes

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

Le pouvoir régénérateur de la musique

La musique est une partie intégrante de l’aspect moral du caractère de l’être humain. La force morale de la musique repose sur les correspondances qui existent entre ses modèles toniques et ceux du monde idéal. Elle émet un ordre supérieur, elle sert à énoncer la loi la plus noble de l’humanité.

Pythagore soutenait que la nature humaine était purifiée par les chants solennels accompagnés de la lyre.

nouvelle guérison

En France, on a utilisé la musique dans le but de réduire la criminalité avec des résultats particulièrement satisfaisants. La réaction provoquée par la belle musique chez des jeunes, considérés jusque-là comme irrécupérables, a été si encourageante qu’on a engagé des artistes pour donner des concerts devant les jeunes délinquants de Paris et des environs. Les qualités curatives et constructives de la musique étaient largement mises à profit dans les Ecoles des mystères antiques. Les chants, mantras et invocations faisant partie des Services du temps étaient composés à la lumière de la science spirituelle. Ils possédaient donc un grand pouvoir occulte.

Dans les temples sacrés d’Egypte, on entonnait les toniques des sept esprits planétaires qui sont devant le trône de Dieu. En Grèce, les sept voyelles de la langue grecque servaient de canal à l’entrée des sons planétaires dont l’effet régénérateur était si puissant sur les néophytes du temple. Comme chaque être humain est en accord avec l’une des planètes, le prêtre du temple des Ecoles des mystères antiques pouvait déterminer la tonique d’un élève et lui enseigner comment se mettre en harmonie avec la planète correspondante, son parent stellaire, pour en tirer un pouvoir spirituel d’un haut degré. Cette connaissance, qu’on a laissé tomber dans l’oubli, faisait partie des mystères, et les prêtres d’aujourd’hui ne savent plus grand-chose de la sagesse profonde détenue par les templiers d’autrefois. Les Perses célébraient l’entrée du Soleil dans chaque signe zodiacal par une musique appropriée mettant l’accent sur la tonique vibratoire de la hiérarchie prévalant à ce moment. Les célébrants les plus avancés pouvaient se mettre en harmonie avec la musique de leur planète et de leur signe particulier, et ne recevoir les bénéfices en conséquence.

A certaines époques, dans le cours de l’histoire, un haut initié a apporté une « musique magique » sur la Terre. Les légendes sublimes de la Grèce racontent qu’Orphée était l’un de ces messagers et que son talent calmait les esprits troublés, faisait s’épanouir les fleurs, apaisait les flots et faisait tomber le vent. L’Ancien Testament transmet la même vérité dans le récit de David, le doux chantre illuminé d’Israël qui, par le pouvoir de sa harpe magique, apaisait la folie de Saül.

musique

Les rythmes de certaines musiques à caractère noble et élevé haussent la tonique et accélèrent le mouvement de tous les atomes du corps. Ils activent aussi le dynamisme de certains centres jusque-là aux limites du concret pour trouver la liberté dans l’abstrait.

Il y a sept centres, ou « lumières musicales », à éveiller dans le corps humain. Ces centres se trouvent le long de la colonne vertébrale et correspondent aux sept notes de l’octave. Leur nature n’est pas physique, mais éthérique, et ils servent à acheminer les essences vitales spécialisées vers les centres physiques. Les centres reçoivent cette force grâce aux plexus éthériques correspondants qui sont en intégration parfaite avec eux.

Le premier de ces points vitaux se trouve à la base de la colonne vertébrale, sa couleur est le rouge. C’est là que dort la Kundalini, représentée par le serpent. Quand ce feu endormi commence à s’éveiller, sa couleur sombre s’éclaircit, et à mesure que le processus régénérateur se poursuit par l’élévation progressive du feu spirituel, elle devient d’un rouge rubis pur et lumineux. La stimulation de ce centre marque le début des aptitudes psychiques.

Le centre suivant est le plexus solaire, aussi appelé plexus épigastrique. D’un orange rougeâtre, il correspond éthériquement au « soleil de l’estomac ». A mesure que le travail de transmutation se poursuit, ses couleurs sont modifiées par des rayons de lumière vert pâle. L’éveil de ce centre provoque les premières manifestations de clairvoyance.

Le troisième centre, ou plexus hypogastrique, est en relation avec la rate. Quand il devient actif, il irradie toute la splendeur d’un soleil en miniature. Ce centre, une fois éveillé, accord le don de guérison. Au premier stade de son développement, sa couleur est un mélange de lumière verte et or, tendant par la suite vers l’or pur.

Le quatrième centre, ou plexus cardiaque, est situé au-dessus du cœur. C’est un point vital d’une sensibilité particulière qui émet un rayonnement jaune lumineux et doux se teintant de bleu éthéré aux derniers stades de la transmutation. Le développement de ce centre ramène les souvenirs des vies antérieures. C’est le pouvoir auquel on fait allusion dans le langage occulte quand on parle de la « mémoire du coeur ».

Le cinquième centre, ou plexus pharyngique, est situé dans la gorge, juste au-dessus du larynx. Sa couleur est le bleu azur, et le processus de raffinement du corps le fait étinceler et briller de lumière argentée. Le développement de ce centre aide à retrouver le mot perdu. Le pouvoir créateur du verbe est sa fonction la plus élevée. « Les mots accompliront ce pourquoi ils sont prononcés », a proclamé le maitre des maîtres qui détenait le pouvoir lié à ce centre.

Le sixième centre, ou plexus caverneux, est situé dans la tête, entre les sourcils. Quand il a atteint son plein développement, des jeux de couleurs kaléidoscopiques d’une indescriptible beauté rayonnent de ce centre, dans les tons de rose, jaune, bleu et violet. Quand ce centre fonctionne parfaitement, la conscience est continue ; ni le sommeil ni la mort ne peuvent l’interrompre.

Le septième centre, ou plexus choroïde, se trouve au sommet de la tête. Quand le corps est complètement régénéré, ce centre émet une lumière blanche pure, bénéfique pour tout ce qui se trouve à portée de ses rayons. Son développement entraîne la libération de la roue des incarnations. « Le vainqueur, j’en ferai une colonne dans le temps de mon Dieu sans qu’il en puisse jamais sortir », fait allusion à celui qui a atteint cet état.

On constate que les sept centres éthériques du corps vital développent progressivement leurs pouvoirs, du plus bas au plus haut, à mesure qu’a lieu la régénération, et que les sept notes de la gamme musicale à laquelle ces centres correspondent sont émises en accord avec le développement de l’Homme. La monté du feu spirituel le long de la colonne vertébrale se fait à l’unisson des notes de la gamme. La conscience en expansion libère une note après l’autre dans une suite en ascension constante. Ainsi, le corps humains s’harmonise de plus en plus avec ce corps plus vaste du Grand Homme de l’Univers, tous les deux émettant la musique des sphères. Rudolf Steiner, l’occultiste rosicrucien réputé, fait allusion à ce développement comme à « la merveille de l’expérience de l’octave ».

chez francesca

Quand l’Homme a développé harmonieusement la double octave du physique et de l’éthérique, il possède lui aussi un instrument qui en  un habitant conscient de deux mondes à la fois. Emettre les notes supérieures ou céleste du monocorde signifie se libérer du cycle des naissances successives. Emettre les notes inférieures signifie l’établissement d’un accord de compréhension avec l’humanité en général qui ne s’est pas encore élevée au-dessus des labeurs abrutissants de l’existence physique transitoire. Pouvoir émettre les deux permet de « marcher avec les rois (Maîtres-Initiés), sans perdre le lien avec le commun des mortels).

Dans ses aspects spirituels les plus élevés, la musique, l’art de plus neuf et le plus noble, tend à redécouvrir beaucoup de ce qui a été perdu, ainsi qu’à un développement plus poussé. Au cours de cette phase, elle deviendra un facteur toujours plus important dans le travail des groupes consacrés à la guérison par le pouvoir du verbe et au travail nécessaire pour atteindre l’illumination spirituelle.

Ecrit par Corinne Heline

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

Le magnétisme – la polarisation des Energies

Il existe une grande loi cosmique qui dit :

Tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas,
et, tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut.

Si donc on trouve en bas le plus et le moins, c’est donc qu’ils existent en haut, donc en Dieu lui-même. On peut donc dire que Dieu est polarisé, qu’il a, en termes électriques, une énergie positive et une énergie négative. Si donc Dieu est constitué de ces deux forces, puisque Dieu a fait l’homme à sa ressemblance, l’homme se trouve donc aussi polarisé. Ces deux polarités sont en parfait équilibre lorsqu’elles sont Dieu, alors qu’elles ne le sont plus lorsqu’elles sont en l’homme. (En passant, comme ça, c’est ce que nous proposent toutes nos incarnations passées et futures, établir l’équilibre.)

Il y a aussi une seconde loi qui dit :

La pensée est une énergie et l’énergie suit la pensée.

C’est grâce à cette loi qu’il existe, entre autres, des magnétiseurs, des guérisseurs.
Il n’y a donc pas de secret. Venons-en à l’homme et au magnétisme : 

Je ne veux pas entrer dans les détails historiques du magnétisme, chacun pourra trouver ces informations sur les sites appropriés. À chaque époque de la vie sur terre l’homme a essayé de comprendre les énergies et se débrouiller avec ce qu’il a compris et cru. C’est ce que l’on appelle le magnétisme animal. Pour information,  en étudiant les ouvrages d’Hector Durville. Les deux images montrant les polarités sont extraites de ces ouvrages.

Magnétisme

Ces énergies, que nous avons tous en nous, peuvent être transmises d’homme à homme par le simple fait de la deuxième loi que je viens de citer. Si j’ai des pensées de compassion vis-à-vis d’un proche qui se trouve momentanément en déficience énergétique, je peux donc, par le simple fait des vases communicants en quelque sorte, lui donner l’excédent que je possède pour lui venir en aide. Mais, par le même phénomène, je peux, si je suis mal intentionné, lui envoyer des pensées négatives. Eh ! Oui, cela marche dans les deux sens !

Il ne faut pas croire que c’est de l’utopie. Il fut un temps où il fallait faire très attention lorsque nous étions dehors, les énergies négatives volaient dans tous les sens. Le mauvais sort était courant à l’époque que j’évoque qui n’est pas si loin que ça d’ailleurs, à des siècles où il y avait de fortes croyances, des idolâtries, le culte des faux Dieu, parce que les personnes de ce temps-là travaillaient plus avec les énergies basses que celles un peu plus positives. Leurs formes pensées ne leur permettaient pas de faire autrement. À notre époque, plus personne n’y croit et cela ne marcherait plus, le matérialisme a fait son travail, « Je ne crois que ce que je vois ».

Quelle énergie l’homme peut-il transmettre ? 

Dans ses premières incarnations, l’homme vit d’une façon plus animale qu’humaine, il vibre d’une façon très basse et les énergies qu’il dégage sont aussi très basses. Alors, pour faire un certain travail, l’homme faisait appel à des entités bonnes ou mauvaises, tout dépendait de l’homme en question. Il pouvait très bien travailler avec le bas astral, comme on dit, et cela pouvait marcher un certain temps. Vieillissant, n’étant plus maître du jeu, ces entités lui prenaient le peu d’énergie qu’il avait et il se retrouvait à l’état « de légume » si je peux m’exprimer ainsi.
Puis d’incarnation en incarnation, l’homme se modifie, sa conscience grandit, il peut ressentir les choses, les pressentir, son intelligence se développe, ses vibrations deviennent plus subtiles, plus rayonnantes, plus humaines, un peu plus divines. De ce fait son énergie « l’intelligence active peut entrer en action et agir en suivant la loi :
La pensée est une énergie et l’énergie suit la pensée.

C’est cette énergie qui se dégage de l’homme, qui peut être transmise aux autres. Lorsque nous sommes en groupe, l’énergie formée est celle du groupe, chacun prend l’énergie de l’autre sans s’en rendre compte et se trouve harmonisé à tous les éléments qui forment le groupe. C’est ce qui fait que suivant les rassemblements on peut se trouver vidé ou au contraire rempli d’une énergie invisible, mais qui est celle du groupe. Plus l’homme grandit en sagesse, en discernement, en connaissance, plus il devient fort, rayonnant. Le magnétisme il est là. Ce n’est pas un don que ma grand-mère m’aurait donné. Il n’y a rien de kabbalistique là-dedans. Cependant, si ma grand-mère me parle de son « pouvoir », cela va susciter en moi le besoin de savoir plus, de lire des livres et si je suis suffisamment ouvert et si dans mes vies passées j’ai élevé mes vibrations, je peux devenir guérisseur. Mais tout cela se travaille. Travail sur soi, sur ses motivations, reconnaître et contrôler ses émotions, ses qualités de cœur, du moment où l’homme a les deux pieds bien sur terre et l’esprit tourné vers le ciel, tout peut avoir lieu. Il est dit en Inde :

« Plus vous voulez vous élever plus il faut avoir les pieds sur terre, chaque arbre vous le dit ».

Tout le monde peut transmettre quelque chose, c’est certain, mais tout le monde ne sera pas forcément efficace même en utilisant une très bonne méthode. Nous avons tous un travail à faire, chaque travail est important pour l’humanité entière. Alors inutile de vouloir faire comme. À cette époque de la vie sur terre, pour celui qui veut se lancer dans l’aide, le soutien, la guérison, il est important qu’il ait la collaboration des anges guérisseurs où son Maître si celui-ci prend en charge ce travail. Il faut arrêter de travailler avec l’astral, ce qui fut fait autrefois.

Donc le corps humain est polarisé.

Il reçoit le plus du soleil par le haut de la tête et le moins de la terre par la plante des pieds. Ces deux énergies, passant par l’homme, deviennent transmissibles grâce à l’intelligence active de l’homme soit le chakra du cœur.

Qu’est-ce que l’intelligence active ?

Lorsque l’on parle de cœur, l’homme pense sentiments. L’intelligence active ce n’est pas du tout cela. Elle s’acquiert au fur et à mesure de nos expériences voulues par l’âme et faites par la personnalité dans la pensée juste. C’est le « je sais » de l’Âme et non pas le « je connais » de la personnalité. « Tu ne sauras ce qu’est la chaleur qui brûle que lorsque tu auras touché quelque chose de chaud ».

Le « Je connais » de la personnalité doit entrer en manifestation, en expériences humaines, pour devenir le « Je sais » de l’Âme. Pour sourire un peu, il me vient à l’esprit la chanson de Jean Gabin — Maintenant je sais — Je vous souhaite à tous, au moment où vous serez devant le Maître, d’arriver les bras pleins de « Je sais »……. « Je sais »……et si l’on vous dit c’est tout…………..vous pourrez répondre : « C’est tout ce que je sais, mais       ça,       je le sais ».

L’intention est simplement d’informer et non pas de former des guérisseurs. Parce que des méthodes, il y en a et je pourrais dire presque autant qu’il y a d’hommes. Il n’y aura que celle que tu sauras trouver, la tienne et qui repose sur des principes réels et universels qui sera la plus efficace dans tes travaux.

Tout le monde peut transmettre quelque chose à un proche ou un ami, mais dans le respect des lois cosmiques et du magnétisme. Évidemment, cela suppose d’être soi-même en bonne santé et en pleine forme.

Les lois du  magnétisme

Première Loi :

Le corps humain est polarisé.

Le côté droit est positif

Le côté gauche est négatif.

La ligne médiane avant est positive.

La ligne médiane arrière est négative.

Deuxième loi.

La polarité est inverse chez les gauchers

Troisième loi

Les pôles de même nom (plus + plus) excitent.

Les pôles de noms contraires (plus + moins) calment

POLARITES

Ce sont donc ces lois, qui sont aussi celles des aimants, que vous pourrez adapter à votre technique, à votre approche : la psychologie, le respir, les passes, les massages, les couleurs, les sons, les plantes, etc.

Voici quelques exemples :

Votre enfant a mal à la tête, en supposant bien sûr que ce ne soit pas son état permanent qui relève de la médecine, vous allez pouvoir le soulager, voire faire disparaître son mal de tête. On va admettre que c’est un mal passager, vous pouvez lui donner un antalgique, c’est sûr, mais suivez la méthode des aimants et vous aurez le même résultat. Dans ce cas-là, puisque c’est un excès d’énergie, il faut calmer. En principe la tête est très chaude.
Votre enfant est assis sur une chaise, faites de même en vous plaçant à sa gauche et lui faisant face. En suivant la loi qui dit que les pôles de noms contraires calment, posez votre main gauche (négative) sur le front qui lui est positif, les doigts orientés vers le haut en forme d’antenne et la main droite (positive) sur la nuque qui elle est négative, les doigts toujours orientés vers le haut pour former une antenne par laquelle excès d’énergie va s’échapper. Vous vous concentrez et vous visualisez une petite fumée qui sort au sommet de vos doigts. Petit à petit le mal de tête disparaît.

On va admettre que le mal de tête est dû à une mauvaise digestion, aux moments des fêtes,  exemple : trop de gâteaux. Il va falloir exciter l’estomac pour en activer la digestion et en même temps faire échapper le trop d’énergie au niveau de la tête. Votre enfant est assis sur une chaise, faites de même en vous plaçant à sa droite. Toujours en suivant les lois de la polarité, vous placez votre main droite (positive) sur l’estomac qui lui est aussi positif. Il va y avoir excitation au niveau de l’estomac, puisque la loi dit que les pôles de même nom excitent, d’où accélération de la digestion.

En même temps placez l’autre main, donc la gauche au niveau de la nuque pour servir d’antenne pour évacuer l’excès d’énergie. Bien sûr, cette main n’est pas en position pour calmer puisqu’il y a un moins plus moins, mais là c’est votre mental qui va agir et qui va faire sortir l’énergie, comme il est dit : la pensée est une énergie et l’énergie suit la pensée.

MAGNETISME

Ne soyez pas étonné si votre enfant renvoie son repas, le corps réagit aussi à sa manière. Donc soyez prévoyant, mais en principe tout se passe très bien.

Un de vos proches se foule la cheville, avant de courir à l’hôpital, prenez dans vos deux mains la cheville de votre proche et avec votre respir, votre pensée, faites circuler l’énergie puisqu’à ce moment-là les deux mains ensemble vont créer le neutre.

Votre mari se brûle en faisant le barbecue. Dans ce cas-là, vous n’allez surtout pas faire une application des mains sur sa peau, il souffre déjà tellement. Vous lui faites tendre le bras concerné par la brûlure par exemple et avec vos deux mains, vous faites des passes en partant du haut de l’épaule ou du coude vers les extrémités des doigts sans toucher la peau et en pensant qu’avec vos doigts légèrement repliés vous ramassez en quelque sorte l’énergie qui a provoqué la brûlure.

Votre passe doit largement dépasser le bout des doigts, 10, 20 cm. Finissez votre passe en secouant vos mains comme vous le feriez pour vous débarrasser de l’eau, de la boue ramassée dans votre jardin. Faites des passes comme cela pendant une dizaine de minutes. Même si après vous allez à l’hôpital, vous aurez contribué à ce que la brûlure ne fasse pas de bulle d’eau et pas de cicatrice.

Vous pouvez utiliser cette méthode sans danger, puisqu’elle est naturelle. Il vous faut simplement réfléchir un court instant à votre position, dois-je calmer ou dois-je exciter ?
On ne peut pas faire n’importe quoi en suivant les lois de la polarité, des aimants donc.
La loi des aimants existe oui, mais pas de fantaisies je vous en prie. Pour vous faire comprendre, je vais vous raconter ce qu’il m’est arrivé le jour où une amie m’appelle pour venir aider sa mère qui souffrait du cœur. Cela s’est passé il y a bien longtemps maintenant, j’étais dans mes débuts du magnétisme, et la leçon croyez-moi je m’en souviens !

La maman était donc allongée sur le lit, j’arrive et je m’assois à côté d’elle. C’est vrai qu’elle n’était pas bien. Impressionnant, je me demandais ce que je venais faire là.
La disposition de la chambre et la position du lit faisaient que je ne pouvais être assis que de son côté droit, ma main droite, la main la plus disponible, était donc du côté droit de la maman. Je pose donc ma main droite au niveau de son cœur. En quelques minutes je vois la maman changer de couleur, sa respiration devenait de plus en plus pénible. Je retire vite ma main et je réfléchis à la polarité.

Sachant que le cœur est positif, je ne pouvais pas calmer dans cette position, positif sur positif excite. Je change vite de main ce qui me donnait à moi une position très inconfortable, mais au bout de quelques instants, la maman me sourit, son visage reprenait des couleurs, et elle me dit, « ouf, ça va mieux ». Donc ne pas faire n’importe quoi.

Le magnétisme a été pour moi le point de départ. Plus tard je me suis intéressé au toucher subtil, le pouls des acuponcteurs, aux travaux de Jeanine Fontaine (*), puis du Dr Hamer (*). Ressentir si tous les corps sont bien en place est quelque chose qui m’a fasciné. Donc j’étudie Jeanine Fontaine et au fur et à mesure que j’avançais, mes perceptions changeaient. J’ai eu une phase pas très agréable où sans abandonner le magnétisme quelque chose d’autre s’installait. Déroutant mais combien enrichissant.
Sous mes mains je sentais quelque chose de vivant, une respiration, les énergies chaudes ou froides. Il m’a fallu du temps pour apprivoiser ce ressenti, ou plutôt me laisser apprivoiser par ces nouvelles énergies.

Au bout d’un certain temps, trop long à mon goût, j’ai pu ressentir le corps éthérique des personnes qui venaient me voir. Ce corps éthérique ne nous appartient pas, il a reçu l’autorisation de s’incarner en même temps que nous pour nous donner le mouvement, et toutes les fonctions que le corps a besoin. Pour bien fonctionner il doit se situer bien centré au corps physique. Avec un peu d’entraînement on peut voir ce corps éthérique, il se présente comme une petite lumière au contour du corps humain. Mais pour X raisons il peut se déplacer, soit parce que l’individu ne le respecte pas, il lui fait faire des choses que lui, corps éthérique, ne peut refuser, comme par exemple boire beaucoup d’alcool, manger trop de chocolat, et il doit digérer tout ça. Il trouve que dans ce corps il a beaucoup de boulot, alors il travaille à digérer, éliminer tout ce surplus. Quand il en a assez, fatigué, il se décale du corps physique et reste à quelques dizaines de centimètres pour le meilleur des cas, voire un, deux, trois, quatre mètres, au plafond, contre les murs, etc.

Il est donc important pour le guérisseur de savoir le recentrer au corps physique et c’est un vrai régal. C’est toujours les premières expériences qui marquent le plus.
Pastor dit : Quiconque entreprend la guérison, s’attaque à un édifice de taille, parce qu’il s’attaque à sa propre ignorance.

Le temps passe, ces nouveaux ressentis subtils s’installent progressivement, et j’avoue que c’est très enrichissant, et côté émotions…….. Bref, je n’étais pas au bout de mes découvertes. Je ne voudrais pas trop insister sur tout le travail qui est fait en amont, méditation quotidienne, pour moi c’était le rituel que vous pouvez trouver sur le site, travailler la lucidité, le bon sens, la connaissance du corps, la psychologie, sans oublier les maux de l’humanité, comprendre pourquoi ces maux viennent et s’installent (Dr Hamer) etc. mais c’est tout de même très important.

En même temps se développait aussi une relation avec le ciel, les anges guérisseurs ou un Maître, je ne sais pas trop. Cela n’est d’ailleurs pas très important de savoir qui vient, qui protège, qui guérit, il ne faut même pas se poser la question. Par contre ressentir la présence, ça oui, c’est important. Si j’ai un conseil à donner à celui qui veut se lancer dans cette aventure, je lui dirais ne cherche pas à savoir quel est le Maître ou l’Ange qui vient, évertue-toi à trouver la présence. Tu fais comme tu veux, mais pour avoir vécu ces expériences et mettre aussi beaucoup accroché à un Maître, à Pastor entre autres, je me suis rendu compte qu’ils devaient beaucoup secouer les mains lorsque je m’accrochais trop à lui, à eux.

Pastor dit : « Il n’y a que toi et la création, toi et ta création. »

Alors les émotions oui il y en a eu.

Un jour je reçois une maman qui m’amène sa fille atteinte d’anorexie. Je l’ai reçue plusieurs fois et un jour, alors que tout se passait bien, j’entends une voix intérieure me dire : « Paul, c’est bien gentil de me donner de l’énergie, mais laisse-moi vivre la vie que j’ai choisie.»
Je retire immédiatement mes mains, abasourdi et reste quelques petites secondes sans rien dire et je risque mentalement une question. « Est-ce pour une question d’évolution ? » La voix me répond, – Qui peut dire être évolué.
J’avais dû changer de couleur, la maman me regarde, me fixe du regard et je la mets au courant de ce qui venait de se passer. Nous en restons là.

Deux, trois ans plus tard, je revois la maman et lui demande des nouvelles. Elle me montre une photo de sa fille, une jeune fille splendide et en pleine santé.

Voir le message de Pastor « La Guérison » Une autre fois, je recevais un garçon atteint de mucoviscidose. À voir les difficultés qu’il avait pour respirer me mettait dans un état de souffrance et de compassion immense. J’avais de la peine à me concentrer. Au bout d’un moment, je m’adresse à la présence, Maître, Ange, je ne sais toujours pas, je laisse parler mon cœur (mon émotionnel) et lui dis :
– Prends de ma santé, prends de ma force et donne-lui.
La réponse n’a pas tardé, sèche et impérative :
– Est-ce que je dois vraiment ?
Éberlué, je ne réponds pas.

Ce n’est que quelques instants plus tard que j’ai compris la leçon. On a voulu me montrer que c’était mon émotionnel qui avait fait la demande et non mon intelligence active, le cœur. Je m’en suis terriblement voulu et j’ai pleuré.

LECON CHEZ FRANCESCA

La leçon était plus importante que le don.

De toute façon, je le dis pour ceux qui peuvent lire et réagir avec trop d’émotionnel, même si j’avais dit oui, prends, il ne se serait rien passé. Chacun vit sa vie, avec ses phases de bon et de moins bon, voire dramatiques. Lorsque l’on a en face de soi un tel patient, il faut savoir accepter la souffrance de l’autre, accepter ses propres limites, surtout si les maladies sont karmiques. Dans ce cas, on a en face de soi une Âme courageuse qui a décidé de nettoyer son astral, son corps éthérique.

Je ne veux pas qu’en lisant ces quelques lignes une quelconque émotion monte à la surface, ou que vous émettiez un quelconque jugement. Cela fait partie de mon histoire, et si en vous cela déclenche une prise de conscience, alors j’aurai bien travaillé. Il vous appartient d’écrire votre histoire, avec sans doute d’autres expériences.
C’est donc ce que je vous souhaite du plus profond de mon cœur.

Signé Paul 

Les références citées dans le texte

(*) Hector Durville – (1849-1923)- (fondateur de l’Ecole pratique de Massage et de Magnétisme, de La Société de magnétisme de France, il prit la direction du Journal du Magnétisme crée par le Baron du Potet en 1845).

(*) Dr Janine Fontaine – Médecin anesthésiste à l’hôpital parisien Broussais. À la mort de sa mère, elle  découvre d’autres médecines et se rend à Manille pour suivre l’enseignement d’un célèbre guérisseur, Tony Agpaoa. Auteur de  «Médecine des trois corps»

(*) Dr Ryke Geerd Hamer. En étudiant son propre cancer à la mort de son fils Dirk ainsi que 11000 malades, l’ont amené à dégager des constances et à formuler la loi d’airain du cancer. Il pose « les fondations de la nouvelle médecine.»

En savoir plus sur http://www.conscienceuniverselle.fr/magnetisme

 

L’alimentation et la Vie

 

« Se nourrir est un acte grave, duquel dépend quantité d’événements bons ou mauvais. Il importe donc de penser que chacun fait sa santé ou bien ouvre les portes aux maladies, par un choix judicieux ou défectueux des aliments qui constituent ses rations quotidiennes« . (L.Randoin). 

On ne saurait trouver meilleure définition pour faire comprendre l’importance de l’alimentation pour la santé et la vie de l’homme. Si l’obésité ne tue pas par elle-même, elle favorise l’apparition de maladies telles que les troubles cardio-vasculaires, le diabète, la lithiase, le cancer etc… d’où l’importance du poids, surtout vers l’âge de 40 ans, cap spécialement critique à franchir. On considère qu’à cette période les chances de survie diminuent en un rapport inversement proportionnel à l’augmentation du nombre des kilos. Du fait de son incidence sur la vie et sur la santé, l’alimentation acquiert une très grande importance sur le plan social.

alimentation et vie

 

L’alimentation joue également un rôle dans le caractère de la population. Par exemple, les tribus primitives qui tirent leurs principales ressources de la chasse, se montrent beaucoup plus belliqueuses que les peuplades vivant de la terre et du lait de leurs troupeaux.  Si la nourriture carnée a une influence sur le comportement de l’homme, elle en a aussi sur son aspect physique. On a constaté que chez les peuples ayant une alimentation hypo-protidique, les individus étaient dans l’ensemble assez petits : c’est le cas des italiens, Espagnols, Chinois. En revanche, lorsque ces mêmes individus s’installent dans un pays où la consommation de viande, ou de protides en général, est plus forte, ils donnent naissance à des enfants dont la taille sera plus élevée. Cette corrélation de cause à effet a d’ailleurs été prouvée par des expériences américaines tentées sur des femmes enceintes : celles que l’on soumettait durant la gestation à un régime alimentaire hyper-protidique, avaient des enfants plus forts que les autres.

Pourtant, vouloir établir un mode d’alimentation, avec ses tables et ses lois, valables pour l’humanité entière, apparaît du domaine de l’utopie car il faut tenir compte des climats, des coutumes, des facteurs psychiques, du tempérament et des besoins des différents types d’individus. Lutter contre la faim est une chose, imposer un régime alimentaire aussi parfait soit-il en est une autre. Cependant, les pays sous-développés ne sont pas les seuls à avoir des problèmes. La suralimentation, apanage des « société de consommation », rompant l’équilibre alimentaire, en pose presque autant.

Le corps humain fonctionne à la manière d’un moteur ; comme lui, il exige un certain carburant, dosé en fonction de l’effort qui lui est demandé, qui doit être un mélange équilibré permettant aux différents rouages de remplir leur fonction. Une trop forte giclée d’essence, une rentrée d’air intempestive, un peu d’eau, et le moteur s’étouffe, crache, s’arrête. Il en est de même pour notre organisme. Pour être rationnelle, l’alimentation doit donc lui apporter chaque jour des éléments nutritifs énergétiques (protides, lipides, glucides) et des principes nutritifs non énergétiques, mais tout aussi indispensables (eau, sels minéraux oligo-éléments) dont une grande partie permet la transformation et l’assimilation des éléments énergétiques par les cellules. Cette « ration » journalière, dosée en quantités adéquates et proportionnées les unes par rapport aux autres, varie suivant l’âge, l’activité du sujet et le climat.

Toutefois, même si le classement des principes alimentaires en protides, lipides, glucides, vitamines, etc est nécessaire, mais tout à fait subjectif, car la nature a en réalité composé des mélanges de substances qui souvent s’équilibrent ou se complètent, les unes appuyant l’action des autres ou permettant leur assimilation. Chaque catégorie est donc choisie en fonction de la prédominance des éléments qui entrent dans sa composition. La complexité de certains aliments est telle que chacun d’eux réunit presque tous les principes nécessaires à la ration quotidienne de l’homme. L’homme n’est pas seulement chair, il est aussi esprit et celui-ci doit participer à la restauration du corps. En général on entend par alimentation un processus d’assimilation des forces nouvelles dans la nature. Ce n’est pas seulement un processus physique, mais c’est aussi un processus spirituel. L’alimentation est la science de la transformation des énergies d’un état en un autre, de la transformation de l’énergie primitive en énergie spirituelle. Une Grande force Divine y est cachée. A l’aide de l’alimentation l’homme peut capter la vie, entrer en contact avec elle et se régénérer.

2 Alimentation et vie

La nature a créé toutes sortes de nourritures et chacun doit sélectionner des aliments convenables pour son organisme. Tout homme, tout peuple, toute société doit choisir la nourriture qui lui convient, celle qui donnera les meilleurs résultats. Les savants contemporains parlent de la viande en tant que nourriture fortifiante; mais elle est aussi plus nuisible. Elle contient plus de poisons, de toxines et rend l’homme brutal, cruel. Les animaux herbivores, étant végétariens, sont arrivés à un degré de conscience plus élevé que les animaux carnivores. Quand on saigne les animaux, ils éprouvent une peur particulière, qui provoque la formation de certaines substances toxiques dans leur organisme.

L’alimentation ou la nutrition est une science de la transformation des énergies d’un état dans un autre. L’alimentation c’est la transformation de l’énergie primitive en énergie mentale. Après s’être rassasié, on commence à chanter, de cette façon on transforme l’énergie mentale en énergie spirituelle. On doit mâcher calmement, énergiquement, la nourriture doit être transformée en bouillie avant d’être envoyée à l’estomac. Pendant qu’on mâche la nourriture, l’énergie vivifiante passe par la langue et s’accumule dans le système nerveux. Plus vous mâchez la nourriture, plus vous accumulez d’énergie dans le système nerveux. Par la langue, l’énergie est transmise au cerveau et de là au coeur. Il ne faut pas vous priver, si vous avez envie et ressentez le besoin de manger de la viande. Mais néanmoins, si vous voulez élever vos vibrations, il faut adopter un régime de nature végétarienne, voire végétalienne.

Alors il y a un certain nombre d’aliments qui sont présentés comme biologiques comme le soja, qui est la plante la plus anti-spirituelle qui soit parce qu’elle pousse non pas vers la Lumière mais vers la Terre. Il y a certaines céréales qui ont été polluées, en particulier le blé, qui est la céréale la plus nocive qui soit parce qu’enrichie en pesticides et en nitrates. Et vous avez aussi le lait. L’être humain n’est pas fait pour boire du lait de vache. Néanmoins, il faut trouver comme vous dites, des sources de calcium mais vous en avez dans d’autres aliments. Voilà les règles alimentaires. Tout état maladif surgit chez l’homme en résultat de deux pensées contraires, deux sentiments contraires ou deux actions de volonté opposées.

Toutes les maladies du monde comme le rhumatisme, la sciatique, les maux de tête et beaucoup d’autres sont le résultat d’un étouffement de sentiments. Donnez libre cours à l’Amour. Ne l’étouffez pas, ne l’arrêtez pas. Chaque étouffement des sentiments apporte une certaine irrégularité dans les fonctions du coeur et par conséquent le pouls varie.  Il n’y a de poison plus fort que les pensées, les sentiments et les états négatifs de l’homme. La peur, la haine, le doute, le soupçon – sont de tels poisons. Ce sont des résidus qui forment un dépôt dans le sang et l’empoisonnent.

3 alimentation et vie

Les pensées négatives du doute, de l’incroyance ont une influence nuisible sur tout l’organisme de l’homme – sur le cerveau, les poumons, le foie, le coeur, sur sa vitalité générale et par suite de cela le système nerveux s’affaiblit et s’épuise complètement. L’Amour doit entrer pour mettre en équilibre l’esprit et le coeur. Et la Pensée Divine doit faire apparition. Exemples d’états qui prouvent le manque d’harmonie entre le coeur et l’esprit : indisposition, irritabilité, découragement, appréhension, inquiétude, angoisse, mécontentement, haine etc. Il se produit alors un trouble dans les fonctions de respiration, de circulation du sang, de digestion et dans les fonctions du foie….

La santé dépend de quatre qualités principales que tout homme doit posséder: la force d’esprit, la bonté d’âme, la lumière de la pensée et la douceur du coeur. Ces qualités sont le résultat de la foi, la volonté, la pensée, le mouvement, la respiration, l’alimentation, l’attitude envers la musique, la méditation etc. Un grand nombre de gens résoudraient leurs problèmes de santé en lisant et en mettant en pratique les recommandations de maître Omraam sur mon autre blog ici : http://herosdelaterre.blogspot.fr/search?q=alimentation  et plus important encore – ils n’auraient pas du tout permis leur apparition. … La conscience est l’essence de la nourriture…

L’idée essentielle c’est d’être à l’écoute de son corps et de ressentir ce dont il a besoin. Que ne peut-on en revenir aux habitudes ancestrales et faire comme le paysan béarnais qui d’après Simin Palay, « semble accomplir un rite » quand il mange ? 

Travaux de recherche de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

sur le Blog   https://medecinehistorique.wordpress.com/

METHODE du Cercle de Grâce

 

Chacun d’entre vous est une expression de Dieu, complète et entière en soi. C’est une partie intégrante de la loi du libre arbitre qui gouverne votre coin de la création.

Vous avez été conçus originellement pour que Dieu fasse l’expérience directe de sa création physique à partir du domaine terrestre. Votre couche émotionnelle traduit les merveilles de votre plan d’existence, pour vous permettre d’apprécier et de trouver le bonheur dans la lumière du soleil, les fleurs, le rire d’un petit enfant. Et lorsque vous vous sentez triste ou que vous – ou l’un de vos proches – subissez un traumatisme physique, c’est par la voie des émotions que vous souffrez et guérissez.

cercle de grâce

Même alors, dans votre langage, on dit : « Il s’est vautré dans sa peine. » Qu’est-ce que cela signifie? Qu’il est resté « coincé » à ce stade du processus émotionnel. Vous stagnez émotionnellement lorsque vous consacrez toute votre énergie consciente à un passé auquel vous ne pouvez plus retourner pour le changer. Vous devez dépasser ce stade et trouver la compassion par le pardon, afin de tourner la page. C’est alors seulement que vous pourrez rassembler toute votre énergie dans le Présent.

La compassion, le pardon, une attitude positive, ce sont là des facettes du corps émotionnel. Il en est ainsi des émotions plus primaires, comme la colère, l’avidité, la convoitise, l’envie et la vengeance. Nous utilisons le mot  » primaires » au sens littéral, car les émotions s’expriment dans une gamme ascendante de fréquences, allant de la plus basse à la plus haute.

La colère vous rend malade ? Absolument. Le rire guérit ?

Oui, en effet ! La colère scie l’aura aussi sûrement qu’un couteau tranche la chair. Toutes les émotions de basse fréquence, fondées sur la peur, abîment l’aura, causant des blocages qui mènent à la maladie et au vieillissement. Les émotions plus hautes, fondées sur l’amour, rechargent vraiment votre corps et l’aident à guérir rapidement.

Lorsque vous comprendrez comment fonctionne ce processus, il deviendra un simple choix que vous ferez chaque fois que vous répondrez au lieu de réagir, que vous pardonnerez et tournerez la page, que vous embrasserez au lieu de vous battre. L’ascension exige une refonte totale, un changement d’attitude et de comportement. Lorsque vous apprendrez à aimer tous les humains, tout ce qui vit, vous passerez au Moi supérieur, et le Moi supérieur vivra en vous !

Chaque couche du corps énergétique humain est essentielle au changement total. Le corps émotionnel porte une grande part de la charge, car c’est l’émotion qui nourrit la méditation, la prière et la foi. Vous pourriez dire que tout cela relève plutôt du corps spirituel et vous auriez raison, mais on ne peut séparer les couches en fonctions distinctes. Chacune contribue à l’être énergétique total que vous êtes. Veuillez examiner la phrase suivante pendant un moment et déterminer ce qu’elle signifie pour vous : une prière dite avec la joie au cœur monte tout droit vers l’Esprit.

Maintenant, relisez-la avec notre point de vue plus élevé. Une prière (couche spirituelle) dite avec (couches mentale et physique) la joie au cœur (couche émotionnelle) monte tout droit vers l’Esprit. Ce sont là les étapes physiques, émotionnelles, mentales et spirituelles par lesquelles vous apprendrez à matérialiser ce que vous désirez. C’est le pouvoir de la Divine Création que vous portez en vous !

Vos pensées, portées par votre intention et alimentées par la gratitude de la foi totale, susciteront dans la réalité tout ce sur quoi vous aurez concentré votre attention. Chaque création commence sur un plan vibratoire élevé, où les pensées évoluent et forment des idées. À mesure que vous  » solidifiez » votre but, vous le faites descendre vers une fréquence plus basse. Vous créez votre propre réalité par des changements de fréquence vibratoire tout autour de vous. Tel est le pouvoir de l’Être humain!

cercle de grâce

Alors, gardez votre corps émotionnel pur et lumineux. Comment ? Focalisez-vous sur le bonheur. Ne le cherchez pas à l’extérieur, mais en vous. Agrémentez de joie votre journée, ayez des occupations utiles et fructueuses, et vous serez heureux. Il est beaucoup plus facile de cultiver une attitude positive qu’une attitude négative. Il faut beaucoup moins d’énergie et c’est beaucoup plus enrichissant.

L’attitude négative est un obstacle considérable sur la voie métaphysique. Si vous avez une telle attitude, vous devez d’abord le reconnaître, ce qui est difficile. Pourquoi ? Parce que vous passez alors au territoire de l’ego, qui n’est pas prêt à admettre qu’il fait (ou que vous faites) quelque chose de mal. Encore une fois, le bien, le mal, le bon ou le mauvais, tout cela fait partie d’un ensemble qui n’a pas besoin de ces catégories. Ne vous jugez pas et ne jugez pas les autres; ce mode de pensée porte une vibration négative. Il vaut bien mieux imaginer que chaque personne est en voie d’atteindre son potentiel le plus élevé, car c’est la plus belle vision que vous puissiez avoir d’elle. Ce qu’elle fait présentement n’est peut-être pas en harmonie avec son plus grand bien, mais ce n’est plus votre problème.

Le détachement est essentiel à l’abondance de la compassion. 

Ces courts rappels, vous les avez sans doute déjà entendus. Et voici une autre pensée : le détachement est un relâchement de l’ego, qui fait en sorte que vous n’attachez plus d’importance au résultat d’une situation. Lorsque vous lâchez tout attachement personnel à ce que vous avez à gagner, cette situation n’a plus aucune emprise sur vous. N’ayez que de la gratitude dans votre cœur et laissez tomber tout le reste.

Oui, la route vers l’ascension peut être aussi simple que cela!

Edna G. Frankel La fraternité de Lumière transcrit sur le blog de Francesca http://francesca1.unblog.fr/category/cercle-de-grace/

24 MOTS et PHRASES MAGIQUES – Midaho

Pour activer l’énergie de ces mots ou phrases, le procédé est simple : il s’agit de s’asseoir quelque part et d’associer en les prononçant son nom et le mot ou la phrase que l’on souhaite activer, puis de laisser son bras tourner dans le sens des aiguilles d’une montre aussi longtemps que ce mouvement se continue, c’est ainsi que l’énergie du mot ou de la phrase concernés sera activée et déclenchera dans l’invisible une série de réactions toutes positives pour permettre à l’homme de résoudre ses problèmes et de recevoir davantage de paix, de Lumière et d’amour.

midaho

Quelques  précisions …

Il est important que les sons des mots et phrases soient prononcés de façon exacte.

Le procédé à utiliser est expliqué dans les différents Enseignements mais je le reprends ici

S’asseoir sur un siège, laisser son bras droit aller le long de son corps sans tensions, se concentrer sur ce que l’on fait, ne penser à rien d’autre.

Prononcer son nom et son prénom, prononcer le mot ou la phrase magique de façon exacte à voix haute ou à voix basse ou murmurée et laisser son bras droit tourner de lui-même dans le sens qu’il va prendre.

Lorsqu’il tourne dans le sens des aiguilles d’une montre cela indique que l’énergie du mot ou de la phrase magique est activée.

Tout le temps qu’il tourne, le laisser tourner et répéter sans cesse son prénom et nom puis le mot ou la phrase magique que l’on visualise si possible en majuscules et en lettres de Lumière.

Le bras peut tourner à la verticale comme le ferait un pendule ou faire de grands moulinets devant soi, cela n’a pas d’importance. Le laisser agir de lui- même.

Puis le bras s’arrête de lui-même et reste immobile, mais il peut également amorcer un mouvement dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Dans les deux cas cela indique que le travail est terminé, que l’activation du mot ou de la phrase est terminée.

Si le bras dès le départ tourne dans le sens inverse des aiguilles d’une montre ou reste immobile cela nous indique que ce mot ou cette phrase ne peuvent être activé, soit parce que ce mot ou cette phrase ne nous correspond pas, soit parce qu’il ou elle est inutile dans le cas présent, soit parce que nous l’avons déjà activé peu de temps auparavant et que son énergie est toujours en activité, il est impossible alors d’en « faire plus ».

La foi est indispensable à l’homme pour que ces mots magiques qu’il prononcera soient efficaces.  (à dire à voix haute ou basse et les visualiser en même temps)

premier enseignement

Premier Enseignement : 

Alléger la Terre : SALTUS (se prononce usse)

il suffit de le répéter à voix haute ou murmurée comme un mantra pendant un quart d’heure, vingt minutes ou davantage par jour, alors les choses commenceront à changer autour de la personne qui le prononcera ainsi.

Deuxième  Enseignement : 

Se libérer de ses épreuves : SOLIBUS

ce mot est à répéter par l’homme en détresse, l’homme qui se sent un peu perdu, un peu dépassé par les événements, dépassé par les épreuves, qui a encore la force de s’adresser au Ciel mais qui est bien près de baisser les bras, qui ne sait plus en quoi il doit espérer, en quoi il doit croire. Que l’homme s’y connecte souvent, plusieurs fois dans la journée et plusieurs jours de suite jusqu’à ce que son épreuve ait disparu.

Troisième Enseignement : 

Améliorer sa santé dans le cas d’une maladie (physique) : SALAMBA (se prononce comme on prononce le am dans bambi ou bambin) Il faut le mettre dans tes cellules, le faire tien, l’intégrer en toi, le faire vivre, l’activer, activer son énergie, le visualiser en Lumière puis bouger ton bras, tu sais lorsque tu t’en sers comme d’un pendule et que tu fais tourner ton bras en prononçant ce mot.

Pour un enfant, la personne aura toujours l’autorisation car l’on a toujours l’autorisation d’aider un enfant à guérir. La personne n’a donc même pas à poser la question de savoir si elle a l’autorisation, c’est plutôt au niveau pratique que c’est un peu plus difficile. Il faut mentalement accoler le prénom et le nom de cet enfant en Lumière au mot magique, lui-même en Lumière et en lettres majuscules et activer le bras, en le faisant tourner dans le sens des aiguilles d’une montre comme un pendule jusqu’à ce qu’il ne tourne plus de lui-même.

Quatrième Enseignement : 

Se dépolluer des ondes électromagnétiques : SAVARAH

Il faut l’activer dans son aura, l’y inscrire en lettres de Lumière. L’on peut aussi le visualiser à l’intérieur de son corps toujours en lettres majuscules, à la verticale, du haut vers le bas et le long de son aura, devant soi, à gauche et à droite, au-dessus de soi à l’horizontale. On peut donc l’activer sur soi et en soi.

Quand je te dis de l’activer, il s’agit de dire ce mot, de le prononcer à voix haute ou basse en faisant tourner son bras le long de son corps ou devant son corps dans le sens des aiguilles d’une montre comme un pendule et tant que le bras tourne cela active le mot. Lorsque le bras cesse de tourner, cela signifie que le mot est assez activé dans le corps et dans l’aura.

Exceptionnellement une mère peut le faire pour ses enfants petits car ils ne sont pas en âge de comprendre ces choses et d’agir par eux- mêmes en conscience. Oui, qu’elle le fasse alors en répétant ce mot et en l’associant au prénom et au nom de son enfant, exceptionnellement elle en a l’autorisation car elle est responsable de ses enfants et donc de leur santé. C’est à chacun de choisir de se protéger ou non. Tu n’as donc pas à faire cela pour d’autres.

cinquième enseignement

Cinquième  Enseignement : 

Se libérer des mémoires négatives rapportées de ses vies antérieures : PINANS(se prononce pinance)

Sixième Ense ignement : 

Se libérer des mémoires négatives héritées de sa lignée maternelle ou de sa lignée paternelle :

TANYIA

Ce mot, comme les autres, doit être prononcé en Lumière de préférence, et visualisé sur la personne ou sur son identité, à savoir, son prénom et son nom de famille au moment où elle fait ce travail. La personne doit visualiser ce mot sur son nom comme si ce mot entrait dans son nom, imprégnait son nom, faisait un avec son nom et comme tu l’as appris la personne qui fait ce travail doit activer l’énergie de ce mot aussi longtemps qu’il est nécessaire, continuer cette visualisation, et prononcer ce mot suivi de son nom tant que son bras tourne, et son bras peut tourner longtemps, de longues, longues minutes si les mémoires de sa lignée sont importantes, Je précise si les mémoires négatives sont importantes, car Je suis formel, ce mot n’ôte que les mémoires négatives.

A ce propos, parlons des enfants : un enfant ne peut pas faire ce travail mais l’un de ses parents, son père ou sa mère a l’autorisation de le faire pour lui, sachant que cette autorisation est exceptionnelle. Un être humain dans tous les autres cas ne peut pas faire ce travail pour un autre mais pour son enfant il le peut. Il s’agit alors de faire exactement la même chose que pour lui, il doit répéter ce mot qu’il visualise en Lumière en l’associant au prénom et au nom de famille de son enfant, il répète ce mot et ce nom, inlassablement, tant que son bras tourne dans le sens des aiguilles d’une montre car tant que son bras tourne, l’énergie de ce mot est activée et travaille à la libération des mémoires négatives dont son enfant est porteur.

Lorsque le parent, la mère par exemple, fait ce travail pour son enfant, elle libère son enfant des mémoires de sa lignée à elle, mais également, de la lignée paternelle de l’enfant. Là encore, le processus est le même, il s’agit de répéter ce mot comme on répète un mantra associé à ses prénom et nom, prénom usuel et nom d’état civile tout en activant l’énergie de ce mot par le mouvement rotatif du bras droit. Du bras gauche pour un gaucher.

Septième Enseignement : 

Se libérer des mémoires négatives rapportées de sa gestation : SALAVOR

Se libérer des mémoires négatives de sa vie présente : PARCHIM 

La mère peut également libérer son jeune enfant des mémoires négatives de sa vie actuelle Il faut dire les mots avec le nom l’un après l’autre, c’est préférable.

Tu actives d’abord SALAVOR, ensuite dans un deuxième temps PARCHIM.

Huitième Enseignement : 

Se libérer des mauvais sorts, de tout occulte simple et des énergies négatives :

ZIZERA (prononcer Zizéra)

Le procédé consiste à activer l’énergie de ce mot en se servant de son bras droit comme d’un pendule, tant que le bras tourne dans les sens des aiguilles d’une montre, le mot est activé et libère l’être de toutes les énergies négatives qui l’encombrent, l’alourdissent et l’entravent. Lorsque cette libération est terminée, le bras cesse de tourner et la plupart du temps, il commence alors à tourner quelques instants dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. Que l’homme profite de ces quelques secondes pour remercier, un simple merci adressé à la Vie, à Dieu, c’est tout et tout est dit, l’homme alors est de nouveau purifié, libéré. On ne peut pas l’utiliser pour quelqu’un d’autre, le transmettre, oui et cette autre personne est libre dans son choix de se libérer ou non. (sauf ses enfants)

Neuvième Enseignement : Améliorer la santé des enfants

Maladies virales : VOXIMA

Maladies microbiennes : PAÜRINS (prononcer pa u rince)

Toutes autres maladies (y compris psychologiques) : TUYAN (yan de riant)

Tu actives l’énergie du mot en utilisant ton bras droit comme un pendule qui tourne dans le sens des aiguilles d’une montre, tu répètes le mot que tu visualises en lettres majuscules et en Lumière si possible, tu visualises en même temps accolé à ce mot, superposé à lui, le prénom et le nom de l’enfant concerné.

Les grands-parents, les proches, tous ceux qui aiment les enfants et souhaitent leur guérison peuvent utiliser ces mots, c’est une autorisation qui est donnée car un petit enfant ne peut pas se soigner seul.

Dixième Enseignement : 

Combattre l’état dépressif : LIVOR 

Prononcer le mot LIVOR en le visualisant en lettres majuscules par- dessus son prénom et nom comme si l’on voulait coller ce mot à son prénom et nom. Si d’emblée le bras tourne dans le sens inverse, cela signifie que l’être n’a pas besoin de l’énergie de ce mot, cette énergie lui serait inutile ou ne correspondrait pas à son problème.

Onzième Enseignement : 

Ouvrir son coeur à l’Amour divin : LIGUR (prononcer comme le mot figure)

Douzième Enseignement : 

Raffermir sa foi, demander l’aide divine : LAETAM (prononcer la étame)

Notre aide ne demande qu’à se donner mais il faut y croire et il faut la demander.

treizième enseignement

Treizième Enseignement : 

Recevoir un cadeau de la Vie, un cadeau du Ciel : TULUYAN (ne pas prononcer « tuluyane» mais tu l u y an )

La personne visualise son prénom et son nom, en lettres de Lumière si possible et ajoute ce mot sur son nom comme si elle l’appliquait dessus, tu vois comme si les deux mots étaient vraiment l’un sur l’autre ; elle prononce à voix haute ou basse ce mot suivi de son nom sans cesse tout en faisant tourner son bras.

Quatorzième  Enseignement : 

Rapprochement de deux personnes qui s’aiment et qui ont été séparées :

XIFIPAN (an comme dans le mot enfant)

Pour activer ce mot et le rendre effectif, lui donner toute sa puissance il faut visualiser en lettres majuscules de Lumière de préférence, si c’est possible mais ce n’est pas indispensable, le prénom et le nom de la personne concernée puis superposer à ce prénom et ce nom son propre prénom et son propre nom toujours en lettres majuscules et ensuite superposer en troisième position donc, ce mot magique lui aussi en lettres majuscules et faire en sorte ainsi que ces deux noms et ce mot s’interpénètrent.

Quinzième  Enseignement : 

Libérer les hommes, bêtes ou lieux de tous esprits mauvais et démons : ZAZIRI

Fermer les passages par lesquels passent les esprits mauvais et démons :

ZIZURARU 

Dans certains cas : ZIZERA, ZAZIRI…, l’immobilité du bras ou son mouvement en sens inverse nous indique qu’il n’y a rien à dégager, que l’harmonie est déjà présente. Une personne peut libérer un autre être humain, il doit même libérer ses enfants mineurs s’il soupçonne la présence de ces entités mais il a l’autorisation et dans le cas seulement de ces deux mots magiques, de libérer les êtres qui vivent sous son toit ou qui lui sont très proches : ses enfants majeurs en effet, son conjoint, voire un frère, une soeur, une mère, un père, un animal domestique.

Seizième  Enseignement : 

Se libérer de toutes malédictions, de tous mauvais sorts, de toutes ombres et de

toutes leurs réactivations : SURPE TAM SILTO PRAM (prononcer surpé tame silto prame)

Cette phrase est faite pour libérer un être vivant, bête ou homme. (y compris un enfant en gestation)  Elle libère l’ombre qui a été envoyée ou activée sur la personne dans sa vie présente et non des temps anciens (lignée familiale).

Dix- Septième Enseignement : 

Abattre les obstacles pour réaliser un projet : SOLNEM TARAM POL (prononcer OL comme dans bol)

Il est important d’activer cette phrase souvent, tous les jours ou régulièrement jusqu’à ce que le projet soit réalisé et bien préciser de quel projet il s’agit pour vous.

Dix- Huitième Enseignement : 

Améliorer sa santé physique ou morale : SULNEM PAL TORAM ET TUI (prononcer sulnem pal torame ette tui)

C’est une phrase qui peut guérir tout être humain ou tout animal. Si tu veux activer cette phrase magique pour guérir une bête domestique, tu formuleras ta phrase ainsi : pour guérir x, prononce le nom de l’animal, le chat ou le chien qui habite chez un tel et tu fais suivre ces mots de la phrase magique que tu visualises en lettres capitales et en Lumière de préférence. Tu répètes ces mots plusieurs fois tant que ton bras tourne dans le sens des aiguilles d’une montre car ainsi tu actives l’énergie de guérison que cette phrase véhicule au coeur même de l’animal et dans toute son aura.

Il faut activer la phrase chaque jour jusqu’à la guérison totale.

Dix- Neuvième Enseignement : 

Libérer tous lieux de toutes magies de l’ombre et de toutes mémoires négatives : TARUM SOL PLATIN (prononcer tar u me sol platine)

Pour libérer un lieu, il s’agit d’activer le bras et de l’utiliser comme un pendule que l’on fait tourner dans le sens des aiguilles d’une montre en associant la phrase magique avec le nom du lieu, si ce lieu a un nom ce qui est souvent le cas dans les exploitations agricoles par exemple, sinon il faut associer la phrase magique avec le nom du propriétaire des lieux ou du locataire des lieux. L’on peut formuler ainsi par exemple : la maison de ma fille untel et son jardin : Tarum Sol Platin.

Lorsque le lieu n’appartient à personne en particulier, oui l’autorisation est donnée.

Dans certains cas précis particuliers, la personne peut activer cette phrase pour un membre de sa famille proche, un père, une mère, un époux, une épouse, un enfant majeur, mais puisqu’il ignore à priori s’il a cette autorisation d’activer cette phrase pour cette autre personne, il lui suffira de prononcer les mots associés à cette personne et à son lieu en laissant son bras libres de tourner ou non. Si le bras s’active et tourne dans le sens des aiguilles d’une montre c’est bien entendu que cette autorisation est acceptée et que la personne peut travailler pour ce membre de sa famille. Si le bras reste immobile, inutile d’insister soit cela signifie que le lieu est sain soit que cette autorisation est refusée, et que c’est à la personne elle-même de se libérer.

Vingtième Enseignement : 

Débloquer une situation : SALVI TOM SERUEL (prononcer salvi tom séruel)

Il faut que la personne commence par prononcer à voix haute ou basse son prénom et son nom puis le motif qui concerne sa demande, la situation concernée en quelques mots.

midaho livre

Source : Blog de Francesca https://medecinehistorique.wordpress.com/

La loi du moindre effort

Pour comprendre cette maxime, il est important de comprendre que le cerveau apprend et fonctionne à son meilleur quand nous employons le moins d’effort possible pour faire quelque chose. Pendant des milliers d’années, les maîtres taoïstes ont mis l’accent sur ce principe en recommandant de ne pas utiliser plus de 60 à 70 % de notre capacité pour accomplir nos tâches physiques et spirituelles. La loi psychophysique de Weber-Fechner donne une raison précise pour laquelle ce principe est si important : « les sens sont organisés pour remarquer la différence entre deux stimuli plutôt que de remarquer l’intensité absolu d’un stimulus ».

moindre effort

Quand nous mettons tous nos efforts à faire quelque chose, quand nous accordons une force inutile à l’accomplissement de nos objectifs, notre corps tout entier finit en général par être tendu. Et cette tension fait que notre cerveau et notre système nerveux sentent plus difficilement les subtiles impressions sensorielles qui nous permettraient de réaliser nos intentions de la façon la plus créative possible. La loi du moindre effort n’est cependant pas une échappatoire vers la paresse. Notre santé, notre bien-être et notre croissance personnelle ont besoin d’un équilibre dynamique entre tension et relaxation, entre yang et yin. Ils dépendent aussi de notre capacité à savoir, par le truchement de notre senti intérieur et de nos sens extérieurs, ce qui est nécessaire ou pas dans nos efforts et nos actes. Pour sentir clairement, il faut que nous soyons capables de faire l’expérience d’une partie ou d’une dimension de nous qui est quiète, aisée et libre de toute tension. C’est la sensation d’impressions subtiles émanant de cet espace plus détendu qui nous permet d’observer et de laisser aller les tensions inutiles dans d’autres parties de nous. En bref, pour agir efficacement, il faut être détendu. Mais cette détente intérieure ne doit pas être un « effondrement » de notre corps ou de notre conscience. Il s’agit plutôt de la « relaxation vigilante » du chat. Ce genre de relaxation permet au degré approprié de contraction de se faire dans toute situation donnée. Il s’agit de la tension vitale que nous appelons « tonus ».

Le pouvoir de la liberté de perception
Il existe de nombreuses raisons évidentes pour lesquelles nous devons apprendre à laisser aller la tension inutile. Cependant, une raison qui est souvent passée sous silence est que la relaxation libère le cerveau et lui permet de remarquer un spectre plus vaste et plus subtil de données et d’impressions, ainsi que d’y réagir. Cette augmentation de liberté de perception s’avère une des contributions majeures à notre santé étant donné qu’elle permet au cerveau et aux autres systèmes du corps de faire un usage maximum de leurs pouvoirs pour cerner les problèmes et y réagir de façon appropriée. Les hormones, les enzymes, les endorphines, les lymphocytes T et les neuropeptides produits par le cerveau et le corps changent énormément si nous réussissons à voir les choses sous d’autres angles. En d’autres termes, cela veut dire que nos énergies ne sont pas verrouillées dans de vieux scénarios mais qu’elles sont libres de réagir aux possibilités et aux besoins réels du moment.

Il existe une merveilleuse histoire taoïste qui illustre à la perfection l’importance de la liberté de perception. Un homme marchait péniblement le long d’une route poussiéreuse, avec sur son épaule son long bâton au bout duquel était accroché toutes ses possessions. Le conducteur d’une charrette tirée par un cheval vit l’homme et lui offrit de monter à l’arrière de la charrette. L’homme accepta en remerciant le conducteur avec reconnaissance. Alors que l’attelage avançait cahin-caha sur la route, le conducteur entendit du bruit venant de l’arrière de sa charrette. En se retournant, il vit que, le bâton toujours sur son épaule, l’homme était brinquebalé d’un côté à l’autre de la charrette. « Pourquoi ne déposez-vous pas votre bâton et ne vous détendez-vous pas un peu? » lui suggéra le conducteur. « Je ne veux pas ajouter de poids à votre charrette déjà si chargée », lui répondit sincèrement l’homme qui essayait de toutes ses forces de garder son équilibre.

Quiconque a étudié un art martial, le taï chi, le chi kung, la danse, etc., sait que le corps est capable d’une intelligence, d’une sensibilité et d’une agilité remarquables quand nous réussissons à nous débarrasser des tensions inutiles. Il y a la légende qui raconte qu’un maître de taï chi était si détendu et si sensible aux forces l’entourant et l’habitant que tout son corps ondulait quand une mouche se posait sur son épaule. Et il y a la légende d’un autre maître sur la main duquel un oiseau venait souvent se poser. Chaque fois que le maître sentait l’oiseau se tendre pour prendre son envol, il détendait simplement sa main et l’oiseau n’avait plus rien de solide d’où s’élancer. Même si ces légendes semblent provenir du domaine fantastique, c’est la capacité à être intérieurement sensible en pleine action, à être suffisamment détendu et libre pour ressentir les variations subtiles dans nos sensations et émotions, qui est la clé de notre santé et de notre bien-être. Et c’est grâce à la respiration naturelle que nous pouvons connaître cette sensibilité et cette liberté.

Mettons cela en pratique avec la méditation-exercice qui suit! 

méditationMéditation de la perception

Assurez-vous de faire cet exercice dans un lieu où vous ne serez pas dérangé par des gens ou par le téléphone. Même si le moment le plus propice est le matin, vous pouvez faire cet exercice n’importe quand dans la journée ou en début de soirée, mais pas moins d’une heure après les repas. Portez peu de vêtements et le moins de bijoux possible. Assurez-vous que vos vêtements sont amples, surtout aux hanches et à la taille. Ne faites pas cet exercice s’il fait extrêmement froid ou venteux. Quand vous le faites, ayez l’esprit enjoué et ne vous préoccupez pas des résultats. Lorsque votre respiration arrive de plus en plus loin dans votre corps, les résultats se produiront d’eux-mêmes, habituellement quand vous vous y attendrez le moins.

1. Position debout de base
Les genoux légèrement déverrouillés, les pieds parallèles et distants de la largeur des épaules environ, laissez les bras pendre le long du corps sur les côtés. Basculez légèrement votre sacrum (cet os triangulaire qui constitue l’arrière de votre pelvis) vers l’avant afin que votre coccyx pointe plus ou moins vers le sol et que votre dos soit plat (pas cambré). Ouvrez légèrement les genoux de façon à ce qu’ils se trouvent au-dessus des pieds. Vous sentirez alors dans cette position que vos aines et votre périnée (la zone entre votre anus et vos organes génitaux) sont ouverts. Relaxez vos épaules et votre poitrine en les laissant tomber. Sentez en même temps que votre tête s’étire vers le haut comme si vous étiez tiré par la couronne et que, ce faisant, votre nuque s’étire et que le menton rentre légèrement.

2. Éveil de l’attention
Une fois que vous êtes installé dans cette position, sentez simultanément autant de parties de votre corps que vous le pouvez. Ensuite, laissez une partie de votre attention se concentrer sur vos pieds. Sentez les divers points de contact de vos pieds avec le sol – les cinq orteils, les coussinets sous le pied à la hauteur des gros et petits orteils, la talon et tout le côté externe de chaque pied. Quand vous sentez vos pieds relaxer, sentez votre poids s’enfoncer dans la terre et vous supporter. Une fois que cette sensation d’enfoncement est nette, faites délicatement passer votre corps de l’avant de vos pieds à vos talons. Continuez ce mouvement de léger balancier avant-arrière. Observez les divers muscles de vos pieds, jambes et pelvis se contracter et se détendre par alternance quand votre position change et en fonction de la force gravitationnelle. Voyez si vous sentez des ajustements musculaires ou autres dans votre dos, votre poitrine, votre cou. Maintenant, transférez le poids de votre corps d’un pied à l’autre. Voyez si vous réussissez simultanément à sentir une jambe se tendre pendant que l’autre relaxe. Laissez votre attention absorber autant de sensations associées à ces mouvements subtils que vous le pouvez. Faites cet exercice pendant un minimum de 5 minutes. Puis, restez debout immobile pendant une minute ou deux et sentez les changements en ce qui concerne la sensation globale que vous avez de vous.

3. Position assise de base
Maintenant, asseyez-vous confortablement sur une chaise ou en tailleur sur un coussin, par terre. Fermez les yeux et sentez-vous être assis. Assurez-vous que votre colonne vertébrale est détendue et droite, et que vous ne vous appuyez sur rien. Assurez-vous également que la chaise ou le coussin sur lequel vous êtes assis fait en sorte que vos hanches soient plus hautes que vos genoux. Faites un petit mouvement de balancier avant-arrière à partir de vos ischions jusqu’à ce que vous ayez trouvé un point d’équilibre où vous vous sentez à l’aise. Ne vous affaissez pas vers l’arrière sur votre coccyx. Cette zone, un des principaux centres énergétiques du corps, est pleine de terminaisons nerveuses. Un tel affaissement sera nuisible à votre état de conscience et à votre santé. Si vous sentez que votre colonne vertébrale se raidit pendant l’exercice, faites doucement le balancier sur vos ischions pour l’aider à se détendre.

mini arbre

  1. Approfondissement des sensations
    Maintenant, dans cette position assise, le dos bien droit et dans une position confortable, laissez vos pensées et vos émotions se calmer. Une façon efficace de le faire, c’est de sentir tout votre corps. Commencez par laisser venir à votre conscience des impressions sur votre poids et votre forme. Sentez vraiment tout votre poids sur la chaise ou sur le coussin. Quand vous le sentez bien clairement, déplacez votre attention vers votre peau et sentez-la le plus possible. Quand vous avez senti le picotement, la vibration de votre peau, sentez votre forme globale, la structure externe de votre corps, tensions y comprises. Sentez-vous être assis là et permettez à votre conscience kinesthésique et organique de s’aviver de plus en plus. À mesure que votre sensibilité interne augmente, vous noterez que la perception a la nature d’une substance ou d’une énergie à travers laquelle vous pouvez recevoir des impressions venant directement de l’atmosphère de votre vie intérieure.

    5. Faites place à vos pensées et à vos émotions
    Avec le temps et à mesure que votre capacité à sentir s’affine, vous en viendrez à observer vos pensées et vos émotions au moment où elles prennent naissance et avant qu’elles n’accaparent totalement votre attention. Laissez-les aller et venir autant qu’elles le veulent, mais ne vous y investissez pas, ne les analysez pas, ne les jugez pas. Accueillez-les simplement dans votre conscience, avec leur mouvement d’allées et venues, comme faisant partie de la réalité du moment.

    6. Amenez votre respiration dans l’observation
    Tout en poursuivant ainsi l’exercice et à mesure que votre attention intérieure s’affermit et se stabilise, amenez votre respiration dans le champ de votre conscience. Suivez-la. Sentez tous les mouvements et toutes les sensations qui lui sont associés. Permettez-vous réellement de sentir les mouvements d’inspiration et d’expiration, ainsi que leurs limites, par rapport à la sensation globale que vous avez de votre corps. Observez comment votre respiration influe sur la façon dont vous vous sentez de l’intérieur. N’essayez pas de changer quoi que ce soit. Faites cet exercice pendant 15 minutes, ou plus longtemps si vous le désirez. Peut-être voudrez-vous poursuivre cet exercice pendant une semaine.

    Observez l’espace qui se fait à l’intérieur !

VISITER ICI / http://chikungminceur.over-blog.com/