La guérison de notre relation avec nos parents

 

Pour former un couple vraiment spirituel, inspiré et dynamisé constamment par la Présence Divine qui nous habite et nous guide, nous avons besoin de nous libérer des blessures qui sont en nous en lien avec les difficultés que nous avons vécues avec nos parents.

Pourquoi ? Parce que tout ce que nous ressentons comme émotion négative en lien avec notre père ou notre mère, se projette aussi dans notre couple et dans l’ensemble de nos relations également, avec les hommes et les femmes que nous rencontrons, parfois aussi, avec nos enfants, si nous en avons un jour.

La majeure partie du temps, c’est inconscient, nous avons oublié une grande partie de nos difficultés lors de notre enfance ou de notre adolescence dans notre famille et nous pensons que nous pouvons maintenant créer une vie de couple sans lien direct avec nos expériences passées. Mais tout ce qui se trouve dans notre inconscient, dans la partie refoulée, étouffée et non guérie de notre être, se trouve à aimanter diverses relations et en vient à aimanter de nouvelles situations de vie qui sont le reflet direct ou indirect de ce que nous avons vécu dans notre famille.

pere

Certaines personnes ont connu davantage de situations difficiles avec leur mère, d’autres, avec leur père, et certaines personnes avec leurs deux parents. Chacune de ces situations qui a été difficile à certains niveaux, qui a provoqué en nous de la frustration, de la colère, de la tristesse, parfois même, de la rage ou de la dépression, aimantera des situations similaires pour notre couple.

Par exemple, un jeune garçon qui s’est senti mal aimé par sa mère, pourra aimanter une femme, une conjointe qui l’aimera mal également. Une jeune fille qui s’est sentie peu intéressante pour son père et qui a eu peu de communication avec lui, pourra aimanter un homme, un conjoint qui s’intéressera peu à elle et qui communiquera peu avec elle.

Prenez le temps de vous souvenir de ce que vous avez le sentiment de reprocher à vos parents…. et observez ensuite comment ces situations se reproduisent parfois dans votre couple ou dans certaines relations de votre vie.

En fait, ce phénomène se produit naturellement parce que la pensée crée, la pensée consciente ou inconsciente. Ainsi, ce qui se trouve dans notre champ mental, dans notre pensée, dans la partie consciente ou inconsciente, aimante des situations, des opportunités, des rencontres, des relations… Par conséquent, tout ce qui n’a pas été conscientisé, bien observé et guéri dans nos histoires de famille, et tout spécialement avec nos parents, se reproduira à divers niveaux dans notre vie de couple ou dans d’autres relations de notre vie.

Quand nos pensées et nos émotions sont guéries, remplies d’Amour, et que la Compréhension et le Pardon sont parfaitement présents en nous, il n’y a plus aucune souffrance, aucune négativité, aucune accusation, frustration, douleur intérieure, en pensant à nos parents, et par conséquent, toute l’énergie masculine ou féminine générée dans notre famille et transposée ensuite dans notre couple, est purifiée et attire uniquement des relations imprégnées d’Amour, de Respect, de Tendresse, de Bonheur !

En fait, c’est une situation bien difficile pour de nombreux adultes, de prendre conscience de ce fonctionnement énergétique naturel, au niveau des relations humaines, et d’accepter que nous avons des prises de conscience importantes à faire envers nos deux parents, qu’ils soient vivants ou désincarnés (décédés).

Certaines personnes qui ne parlent plus depuis des mois ou des années à leur père ou leur mère, à cause de conflits du passé, de blessures, d’accusations de toutes sortes… peuvent trouver très difficile de vivre ce processus de guérison intérieure et de pardon de leur père et/ou de leur mère.

mere

Il est utile de réaliser qu’en maintenant à l’intérieur de soi une charge de colère, d’accusation, de ressentiment, face à l’un de ses parents, ou face à ses deux parents, on ne fait pas que pénaliser le ou les parents, mais soi-même en tout premier lieu, car toute charge de colère que nous portons et que nous dirigeons vers un ou plusieurs êtres, est en premier lieu une charge émotionnelle négative, maladive, qui se trouve dans notre propre structure d’énergie, dans notre âme, et cela provoquera à court, moyen ou long terme, une baisse d’énergie, une dévitalisation, un affaiblissement, de la fatigue, de la maladie, et possiblement aussi, si la situation n’est jamais réglée, la mort du corps.

C’est donc en premier lieu pour nous-mêmes que nous avons besoin de faire la Paix avec nos parents ou avec l’un des deux parents, si le conflit est uniquement avec l’un des deux. Parfois, la situation a été assez difficile avec un des deux parents, et plus aisée avec l’autre parent, mais quand même non idéale avec ce parent. Alors il y a un travail de guérison, de pardon, de libération qui est à vivre avec le parent dont on se sent le plus proche, toutefois ce processus de guérison sera plus facile et plus bref que celui que nous avons à vivre avec l’autre parent avec lequel nous avons plus de blessures intérieures et pour lequel nous avons davantage de reproches ou d’accusations.

Il est intéressant aussi de remarquer que nos parents se sont conduits avec nous d’une façon qui correspond aux blessures qu’ils avaient déjà en eux, à cause de la relation avec leurs propres parents, eux aussi déjà blessés de la relation avec leurs propres parents également blessés. Vous voyez la séquence sans fin !

Tant que des adultes n’entreprennent pas le processus de Thérapie Divine pour se guérir en profondeur de toutes leurs blessures, aussitôt qu’ils ont des enfants, ils perpétuent la chaîne des blessures, en reproduisant avec leurs enfants, une partie de ce qu’ils ont eux-mêmes vécu. Et à leur tour, leurs enfants, une fois grands, reproduiront aussi ce schéma de blessures, de conflits, de souffrances, s’ils ne font pas non plus de Thérapie Divine, et ils transmettront à leurs enfants leurs blessures, dans de nouvelles relations en manque d’Amour et d’Intelligence Divine.

3 Francesca et grand mère

Un adulte qui accepte le parcours de Thérapie Divine vient couper cette longue chaîne souvent multimillénaire ou la souffrance et les blessures, la vengeance et les accusations, ont été le lot quotidien des familles, des parents et des enfants.

L’Amour Divin est l’agent guérisseur le plus puissant pour transformer toutes les relations. Il nous apprend que tout ce que nous reprochons aux autres, est en fait ce que nous nous reprochons profondément à nous-mêmes. Leur pardonner, c’est nous pardonner. Ou à l’inverse, nous pardonner nos manques d’Amour, c’est les pardonner aux autres.

Extrait des Carnets de Solari Harmonia

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

Les promesses de la cohérence Cœur-Cerveau

« Rétablir le dialogue cœur/cerveau va ouvrir un nouveau champs d’évolution ! » affirme Gregg Braden,

pour reprendre le fil d’une théorie de l’évolution, participative cette fois. La bonne question à se poser est la suivante : Que se passerait-il dans notre corps si on harmonisait cœur et cerveau ? Sa réponse : « l’activation de nouvelles connexions neuronales ! » Plus greggprécisément, environ 1300 réactions biochimiques, ont pu établir des études réalisées par les chercheurs de l’institut Heartmath, et plus intéressant encore, elles incluent l’activation d’une puissante réponse immunitaire, et également l’enzyme de la longévité. « Nous sommes tous sur le point de rajeunir », commente en riant le conférencier.

En d’autres termes, l’harmonisation cœur/cerveau serait une clé d’activation de notre système neuronal global, soit une porte d’entrée vers l’autorégulation de notre organisme. Par ailleurs : « la cohérence cœur/cerveau serait aussi un accès direct à notre intuition, permettant de poser des questions qui ne trouvent réponse nulle part ailleurs. » Une hotline, en quelque sorte pour accéder à nos vérités les plus profondes ! Comme l’ont déjà transmis les traditions. L’enthousiasme du conférencier est communicative : « Nous sommes l’unique forme de vie, capable de le faire sur demande ! Imaginez pouvoir activer cette connexion pour l’appliquer sur votre système immunitaire, guider votre vie ou l’apprentissage… »

Pour résumer : Si nous arrivons à faire cela, nous puiserions dans un potentiel extraordinaire dont personne ne nous a parlé jusqu’ici !

Si vous vous intéressez à la possibilité de prendre votre évolution en main, il est possible que d’autres théories vous semblent proches, toutefois, la cohérence cœur/cerveau présente une alternative réellement innovante, et à la fois ancestrale, tout comme la présence singulière de Gregg Braden.

Ainsi le plus important selon lui, résiderait dans cette extraordinaire hypothèse : « en procédant ainsi, nous envoyons un puissant message provenant du cœur à l’ensemble de notre corps : à savoir, une vibration d’amour, d’empathie, de bienveillance, dont il est le seul dépositaire… » Et, l’amour ne serait-il pas la fameuse clé d’évolution, que nous recherchons tous ?

OS

En pratique : les 3 étapes de la méthode Quick Cohérence, pour créer la cohérence cœur/cerveau, certifiée par l’institut HeartMath. 

Étape 1 : Focalisez votre attention sur le cœur.
Action : posez votre main sur votre cœur et portez votre attention à cet endroit. Un signal est envoyé à votre cœur. Vous vous détachez du monde extérieur pour plonger dans votre monde intérieur.

Étape 2 : Ralentissez votre respiration.
Action : Prenez environ 5 à 10 secondes pour inspirer, expirez en gardant le même rythme. La respiration profonde et lente permet la détente du système nerveux.

Étape 3 : Évoquez un sentiment agréable. 
Action : essayez de ressentir un profond sentiment de bienveillance, de gratitude de compassion, pour quelque chose ou quelqu’un. Un sentiment aussi profond et sincère que possible. La qualité de votre ressenti optimise la cohérence entre votre cœur et votre cerveau.

À cette étape la connexion reliant le cœur et le cerveau est établie, ils communiquent par le réseau neuronal qui les relie. Vous accédez à un état de conscience approfondie, vous pouvez accéder à l’intuition profonde de votre cœur, poser une question, et écouter la réponse.

 Au centre des traditions ancestrales

« La seule théorie d’une évolution aléatoire chère à Darwin issue d’une approche scientifique, nous fait nous sentir vide, insignifiant et surtout impuissant », commente Gregg Braden. Sa vision fondée sur l’intentionnalité sous-jacente à notre existence, nous placerait dans un contexte plus large où nous serions destinés à devenir les maîtres de notre biologie, comme le proposent déjà les traditions spirituelles ancestrales. Un nouveau paradigme qui ouvre un champ de questionnements : « Si nous voulons accueillir le changement dans le monde, le pré requis est de changer de vision sur qui nous sommes ! Si nous sommes prédisposés à vivre un potentiel extraordinaire, la question est comment éveiller ce potentiel ? »

Long medi

Sa proposition : « réveillons l’infini pouvoir du cœur, soit plutôt que demander l’aide divine, devenons l’intervention ! » Un retour aux traditions ancestrales montre que le cœur, plutôt que le cerveau, était déjà le centre d’une profonde sagesse, mais aussi des émotions, de la mémoire et qu’il servait de portail vers d’autres dimensions.

Par exemple, le cœur est cité 830 fois au fil des pages de la Bible. Dans la sagesse indigène du peuple Omaha d’Amérique du Nord, la tradition propose : « demandez avec le cœur et il vous sera répondu avec le cœur. » Le sutra du Lotus de la tradition bouddhique mahayana enseigne le grand trésor caché du cœur, « un trésor décrit dans les écritures comme étant aussi vaste que l’univers lui-même, et qui dissipe tout sentiment d’impuissance» cite le conférencier.

Une vision que partage le philosophe visionnaire suisse Rudolf Steiner (1861-1925), fondateur de l’anthroposophie, dont la pédagogie repose sur le triptyque Cœur/Esprit/Corps. Ainsi, pendant des milliers d’années, nos ancêtres ont considéré le cœur comme le véritable organe maître du corps, et les traditions ont transmises l’infinie puissance du cœur.

mede2

Un nouveau cerveau

Du côté de la science, le cœur fait son come back ! Si on demande quel est l’organe qui contrôle les fonctions vitales du corps, la première réponse qui jaillit spontanément est le cerveau.

« En Occident, la croyance que le cerveau est le chef d’orchestre qui dirige la symphonie des fonctions qui nous maintiennent en vie est universellement reconnue et acceptée », confirme Gregg Braden. Or, en 1991*, une équipe de scientifiques dirigée par le Dr J. Andrew Armour, de l’université de Montréal, a étudié le lien intime entre le cœur et le cerveau et révèle qu’environ 40 000 neurones, ou neurites sensoriels, forment un réseau de communication.

En d’autres termes, comme le déclarent dans leur rapport les scientifiques qui ont fait cette découverte, le cerveau du cœur est un réseau complexe de nerfs de neurotransmetteurs, de protéines, dont les cellules sont semblables à celles que l’on trouve dans le cerveau. Il aurait un rôle spécifique : « détecter les modifications hormonales et autres substances chimiques dans le corps, puis communiquer ces modifications au cerveau pour que celui-ci puise répondre à nos besoins », ajoute le conférencier.

Ainsi, il est apparu clairement qu’une communication bidirectionnelle se produit entre le cœur et le cerveau, chacun influençant la fonction de l’autre. Une découverte qui bouleverse les fondements de ce que nous avons cru être son rôle, et qui transforme la façon dont nous nous percevons nous-mêmes, en donnant un sens nouveau aux possibilités du corps. La question se pose : « Et si cette perspective n’était qu’une partie d’une vision plus large, et que la véritable histoire, notre histoire, se situait aussi dans le cœur ! »

Peut-être que la solution à la mutation du monde, est d’envisager notre propre cœur autrement ? L’auteur Gregg Braden présente une vision révolutionnaire et pourtant ancestrale de l’utilisation de notre organe majeur. Et s’il ne battait pas que mécaniquement ? La révolution du cœur est en marche…

Nous sommes face à une mutation sans précédent… « Si nous avons la sagesse de reconnaître les différents cycles de l’évolution, alors nous aurons la capacité d’y répondre », affirme Gregg Braden. Pour ce pionnier de la physique quantique, insatiable questeur des traditions ancestrales, il semblerait que s’ouvre à nous l’opportunité de passer d’une « évolution subie» à une « transformation choisie ».

cohérenceEn s’appuyant sur les récentes découvertes scientifiques et les secrets encodés dans les traditions ancestrales, le conférencier nous emmène dans un voyage extraordinaire à la rencontre d’un potentiel méconnu : L’infini pouvoir du cœur, clé de sagesse pour la mutation. Pour Gregg Braden, nous devons nous rendre à l’évidence : « le cœur est bien plus qu’une simple pompe physique ! »

Dans la langue Cherokee, qui fait partie de son patrimoine génétique, il existe un terme pour nommer cette intuition du cœur : « chante ishta », ou encore « l’œil unique du cœur».

Extrait d’un Article paru sur https://www.inrees.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

L’autre pilier de la santé oublié des naturopathes

La santé est un trépied. Elle est bancale si  elle repose seulement sur deux de ses trois pieds. Or beaucoup de naturopathes se focalisent sur l’hygiène alimentaire et l’hygiène physique en négligeant l’hygiène psycho-émotionnelle.  Celle-ci implique d’examiner la cause profonde des stress pathogènes. 

Vous connaissez sans doute comme moi des personnes qui menaient une vie des plus parfaites sur le plan de l’hygiène vitale et qui malgré tout sont « tombées malades ». J’ai connu une professeure de yoga qui vivait dans la campagne provençale à l’écart de toutes sources de pollution,  était végétarienne, pratiquait parfois le jeûne et ne mangeait que bio. Elle était active et pratiquait tous les jours du yoga ou des marches en montagne, ne fumait  pas et ne buvait pas d’alcool, ne consommait aucun produit industriel.

Nature sous-bois

Une vie idéale si l’on s’en tient à l’approche naturopathique de la santé.  Dans cette logique, elle aurait dû vivre centenaire, sauf qu’elle est morte d’un cancer du sein aux alentours de la quarantaine ! Pourtant elle n’a pas été irradiée ou empoisonnée par quelque polluant que ce soit (à part sans doute les traitements après la déclaration de sa maladie). Ce cas n’est hélas pas isolé, au grand étonnement de nombreux adeptes de la naturopathie ou de l’hygiénisme. On cherche alors des explications du côté de la génétique, sauf qu’en accusant les gènes, on se déresponsabilise vis-à-vis de sa santé. Si la santé est due à mes gènes, alors pourquoi essayer de la préserver par une hygiène de vie saine ?

Jamais deux sans trois

En réalité, la santé repose sur trois piliers principaux: on retrouve ces trois piliers dans de nombreuses traditions partout dans le monde. Mais comme nous allons le voir, la naturopathie moderne à tendance à en négliger deux sur les trois, devinez lesquels ?

  • L’hygiène alimentaire (diététique et nutrition)
  • L’hygiène physique (mouvement et respiration)
  • L’hygiène psycho-émotionnelle (gestion du  stress- développement personnel)

Les naturopathes misent essentiellement sur l’hygiène alimentaire. Suivant les courants et les différentes écoles, on met l’accent sur la qualité nutritionnelle, l’équilibre acido-basique, l’alimentation dissociée, le crudivorisme, le végétalisme …et l’on pense qu’en apportant un réglage alimentaire au patient, cela suffira à le guérir de tous ses maux. L’adage d’Hippocrate « Que ton aliment soit ton médicament » ne veut pas dire qu’il est le seul médicament.

Chemin1

Pour la Dr Kousmine, la santé repose sur un trépied. Si vous retirez un pied à une table, elle ne tient plus. Pour nous, c’est pareil. Bien manger tout en restant sédentaire ne suffit pas pour atteindre un niveau de santé optimal. Mais encore plus que le mouvement, c’est le 3ème pilier, l’axe psycho-émotionnel, qui n’est trop souvent abordé que de façon superficielle par les naturopathes. Ils pensent pour la plupart qu’en faisant  de la relaxation, de la visualisation créatrice ou même de la méditation, on parviendra à supprimer les sources de stress qui font le lit de nos maladies.

La naturopathie se doit d’être holistique

Je ne veux pas critiquer ces méthodes qui ont fait leurs preuves et que j’intègre même à mon mode de vie. Je ne dis pas non plus qu’il n’existe pas d’origine psycho-émotionnelle à nos maladies, c’est même de cela dont je vais vous parler par la suite. Je dis simplement que les techniques de gestion du stress, d’introspection, de visualisation… ne doivent pas nous faire oublier la cause profonde de nos soucis. Si comme moi, à la suite d’une séance de relaxation ou après un bon massage, vous vous sentez détendu et plus disposé à mieux vivre votre quotidien,  cela ne vous empêchera pas le lendemain d’être confronté à vos angoisses, conflits ou soucis habituels.

Vous continuerez de vous faire harceler par votre patron si c’est votre problématique du moment, vous ne supporterez pas mieux les remarques de votre belle-mère et vous ne comprendrez toujours pas pourquoi vous attirez à vous toujours les mêmes types de partenaires agressifs ou encore pourquoi vous acceptez de mener une vie qui ne vous convient pas.

Ce que je veux dire, c’est que la naturopathie « classique » ne propose pas d’approche causaliste sur le plan psycho-émotionnel. Elle ne propose pas une exploration et une compréhension pertinente de ce qui constitue les raisons profondes des stress majeurs de votre vie pourtant à l’origine de nombreux symptômes.  Cet aspect de la santé qui fait le lien entre la psyché, l’émotionnel (les ressentis) et le physique (soma) constitue pourtant une branche fondamentale de la naturopathie dite « holistique » (globale).

maladie franOn parle des origines psychosomatiques ou plutôt « psychobiologiques » de la « mal-à-dit » qui devient porteuse de sens. Nos symptômes deviennent alors l’expression de nos conflits psycho-émotionnels que nous n’arrivons pas à gérer.

La maladie comme adaptation

La revue Néosanté nous montre depuis longtemps que la maladie n’est pas un simple dérèglement ni même la marque d’une faiblesse ou d’une fatigue organique : elle est au contraire une réaction, une adaptation chargée de sens. Il faut même parfois être suffisamment en bonne santé pour « tomber malade ».  Comme le disait, CG Jung, « la maladie est l’effort que fait la nature pour guérir ».

Nos maladies sont sans doute essentielles pour passer certaines étapes de notre vie et pour évoluer. Les maladies d’autonomie de l’enfance (maladies de peau type rougeole, rubéole, varicelle…) en sont un exemple connu. Après certaines maladies, les enfants sont véritablement changés et gagnent en autonomie émotionnelle. La maladie peut donc s’avérer utile à condition de l’appréhender comme un moyen de remettre en cause certains aspects de sa vie.

Mais même si vous ajoutez à votre hygiène de vie la relaxation, des techniques respiratoires ou la sophrologie… cela ne vous empêchera pas d’être malade car la maladie est très souvent une étape nécessaire pour atteindre la santé. De quelle santé parle-t-on ? Être en bonne santé ne veut pas dire ne pas avoir de symptôme ou de maladie. Ce n’est que la vision physique de la santé.

D’autre part, la naturopathie nous apprend à reprendre le contrôle de notre santé, à devenir des individus responsables et lucides quant aux causes de nos maladies afin de les supprimer en changeant nos comportements.

Mais pouvons- nous vraiment tout contrôler ? La maladie ne prend-elle pas ses racines ailleurs que dans nos aliments, dans l’air que nous respirons, dans les cellules soi-disant sous-oxygénées ou même dans nos stress quotidiens ?

Psycho-bio-généalogie

Pour résumer, vous aurez beau vous alimenter de la meilleure des façons, vous complémenter en nutriments essentiels, faire du sport et des exercices respiratoires tous les jours, de la méditation ou de la relaxation tous les matins, vivre dans la nature et sous un climat idéal… certes, vous augmenterez vos chances d’atteindre un bon niveau de vitalité, un état de bien-être mais cela ne vous épargnera pas la maladie !

Santé nature

Toutes ces techniques ne pèseront pas grand-chose pour une personne qui porte des mémoires familiales très lourdes ou qui vit une situation de harcèlement insupportable au quotidien. En revanche, le changement de regard que je viens de vous proposer sur la maladie, associé à une hygiène de vie respectueuse des lois de la biologie, vous permettra d’encaisser plus facilement les désagréments (symptômes) associés à la maladie ou à un quotidien pénible. Une naturopathie véritablement holistique gagnerait à se tourner vers les approches psycho-bio-généalogiques qui font le lien entre le corps (soma), le cerveau, l’émotionnel (ressenti) et notre histoire familiale.

 Car la maladie n’est pas qu’une histoire « d’encrassement humoral » ou « d’équilibre acido-basique » ! Mais je prêche ici en terrain conquis !

Jean-Brice Thivent pour le journal NéoSanté

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

Dépendance, addiction, emprise

guerisseur d ela penséeDemander les services d’une personne qui « magnétise » est une démarche assez courante… On y reçoit un soulagement, souvent une écoute.

Certaines personnes finissent par y aller comme on va chez le médecin. N’oublions pas que la demande d’aide auprès d’un magnétiseur intervient dans une période d’épreuve et de vulnérabilité : problème de santé, de travail, d’argent, de relation conjugale, familiale…

Une relation de confiance s’établit. On partage des choses qu’on ne dirait pas forcément à d’autres. Pour peu que le magnétiseur ait de l’empathie, voire des capacités occultes de divination, un lien s’établit où l’affectivité pourra « résonner » de façon particulière. Mais il faudrait « raisonner » un peu plus, car le risque de dépendance est considérable.

Elle peut prendre des proportions inattendues, et devenir franchement malsaine et enfermante, provoquant une emprise, voire une addiction destructrice.

En voici quelques exemples. ◦ André a consulté pendant dix ans, tous les mois, quelquefois tous les deux mois, une « énergéticienne » qui lui a fait des massages d’huiles essentielles, qui lui a promis qu’il trouverait un autre travail sans que cela se réalise vraiment, qui l’a magnétisé… Son épouse y allait aussi. Les parents de son épouse y vont maintenant. Son couple a explosé. Quelle somme d’argent dilapidée, et quelle dépendance ! *

Tous les prénoms ont été changés, ici et dans l’ensemble de l’e-book. ◦ Yvette dit : « On a quelque chose sur nous… Tout va mal… On se pose beaucoup de questions… » D’origine rurale, elle travaille en ferme, et affirme aller voir un magnétiseur tous les 15 jours, ses enfants aussi… Au fil de la conversation elle dira aussi avoir vu des voyants : « des gens qui m’ont dit qui c’était… »

Guérisseu 2

Au vu de ses nombreux contacts avec des personnes ayant des pouvoirs occultes, elle fait elle-même son propre malheur. . ◦ Amélie est « suivie » chaque semaine par un magnétiseur depuis sept ans. Elle y va tous les mercredis pendant 3/4 h. Depuis un mois le magnétiseur s’est aperçu que son feu de cheminée « baissait » énormément (les flammes s’éteignaient à 90 %) lorsqu’elle était là; il lui a dit que c’était mauvais…! Elle souhaite donc savoir si on peut faire quelque chose pour elle…

Comment faire entendre à cette personne qu’elle est devenue totalement dépendante, ayant même aboli son esprit critique, et qu’il faut arrêter ? Elle dit qu’avant de le connaître, elle était très mal : dépression, boisson, etc. Elle a donc du mal à concevoir la nocivité du magnétisme…

Des photos, pour quoi faire ?

Les personnes préparent les photos à l’avance, pour pouvoir les donner… Et certains se mordent les doigts de les avoir laissées, une fois qu’elles ont compris ce qui pouvait se passer… Savez-vous ce que cela signifie?

Il est intéressant de lire ce qu’écrit un magnétiseur : « La visualisation (sur photo) agit comme un fil avec une flèche qui atteint sa cible (les deux sont reliés). Aucun magnétiseur à distance ne peut projeter son magnétisme (énergie) tant que la personne n’est pas visualisée. C’est bien évidemment là qu’intervient le pouvoir de concentration, et la puissance du magnétisme par un transfert d’énergie. Le magnétisme à distance sur support photo donne de très bons résultats.

Je pratique le magnétisme à distance pour les personnes en dehors de ma zone géographique d’intervention, les personnes hospitalisées … Ces séances ne se conçoivent qu’en complément d’une prise en charge médicale Les bénéfices sont identiques à une séance en présence à condition de faire confiance, de laisser faire les choses … »

guérir1

Un discernement difficile pour le chrétien

Le fait que Jésus donnait des signes de guérison, quelquefois en imposant les mains, le développement contemporain de la prière pour la guérison des malades dans les courants charismatiques, tout cela peut prêter à confusion entre la guérison divine et le magnétisme occulte.

Aux personnes qui souhaiteraient approfondir la question des signes de guérison donnés par Jésus, je propose de travailler un numéro de la Petite École Biblique, un autre site internet que j’anime, intitulé : Jésus face aux demandes de guérison http://petiteecolebiblique.fr/31-jesus-face-aux-demandes-de-guerison/

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

Santé Humaine et Spirituelle

 

EXTRAIT DU LIVRE p. 131 : VERS UN MONDE D’AMOUR

La santé passe par l’hygiène spirituelle. Sans hygiène spirituelle, il n’est pas de véritable santé. Santé physique, santé physiologique et santé biologique sont inséparables de la santé de l’âme parce que tout est lié.

Parlons maintenant de la santé spirituelle, parce qu’elle est indissociable de la santé matérielle. Nous entendons par là : notre corps composé de chair et d’os qu’une certaine médecine « humaine » voudrait rendre immortel. La médecine actuelle est dans une impasse, elle est soumise à la pression de patients qui attendent de sa part des miracles. Sous peu, elle s’écroulera et s’ouvrira sous la contrainte naturelle à de nouvelles thérapeutiques. Prise au piège de ses certitudes, elle sera condamnée au changement ou à sa disparition.

santé fragile

Ne souriez pas, médecins, rois de la science infuse, écraseurs de l’esprit humains, anéantisseurs d’espérance. Ne soyez plus ironiques à l’égard de nouvelles médecines qui sont de très loin supérieures à la vôtre. Ne vous croyez pas invincibles parce que vous détenez la connaissance. Vous ne détenez rien, tout juste quelques informations sur le corps humain. Vous devez savoir que certaines personnes n’ayant fait aucune étude de médecine sont beaucoup plus savants que vous sur ce plan terrestre.

Sortez de votre tour d’ivoire et devenez plus humbles. Certains d’entre vous commencent à le comprendre. Ils ne supportent plus ces maîtres ou ces gourous qui se prennent pour des Dieux. Ils ne supportent plus ce système financier, cette industrie de la pharmacie qui ne sait que produire ; produire toujours plus cher pour que les moins solvables ne puissent plus se soigner.

Nous sommes particulièrement sévères à votre égard parce que vous savez que la santé peut s’obtenir à moindre prix.

Mais tout n’est pas si simple. Les maîtres vous observent, vous abreuvent, et vous obéissez à leurs injonctions, à leurs ordres, à leur loi.

Prenez donc désormais connaissance de la suite du message, et soyez attentifs à vos méthodes de traitement. Le salut de votre profession passera inévitablement par un bouleversement profond de vos pratiques. Rome ne s’est pas faite en un jour. Mais vous, médecins orgueilleux, votre progrès doit se réaliser rapidement. Sachez prendre les décisions qui s’imposent à vous, et intégrez dans votre diagnostic l’existence de ce corps spirituel ou éthérique qui est … et restera le seul corps inaltérable et immortel.

Ne tentez pas de sauver à tout prix ce qui ne peut l’être, et sachez préférer la juste médication à la mauvaise.

Léa était handicapée, aujourd’hui, elle ne l’est plus. Pourquoi, nous direz-vous ? Pourquoi ce handicap, cette anormalité de naissance ?

Ce message sera dérangeant pour de nombreux lecteurs. Dérangeant… mais aussi rassurant. N’est-ce pas là l’essentiel ? Rassurant pour la mort … Rassurant pour l’Amour … Rassurant pour la Vie.

sante MAG

Le handicap est une épreuve choisie par l’être qui se réincarne. Parfois, il est lié à une dette ancienne. C’est-à-dire qu’un handicapeur peut dans une vie suivante se retrouver lui-même handicapé. C’est la loi de cause à effet qui ne souffre aucune espèce d’exception.

Personne ne peut échapper à cette loi de vie ou loi de Karma comme certains la désignent, parce qu’elle est incontournable. Même celui qui croit pouvoir s’en soustraire parce qu’il sera particulièrement attentif et vigilant dans sa vie au regard des actes négatifs qu’il aura commis, ne sera protégé indéfiniment, parce qu’un jour le destin le rattrapera. Prenez conscience que toutes vos pensées sont créatrices d’un futur.

Prenez conscience que toutes vos paroles produiront un effet très fort pour votre vie à venir ; prenez enfin conscience que tous vos actes, quelle que soit leur nature ou leur importance, permettront la réalisation d’un parcours qui sera conditionné par eux.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

 

La libération à chaque jour de notre vie pour faire place à la guérison

 

Nous avons besoin de faire un grand nettoyage dans notre vie en découvrant les zones de notre passé qui ont été troublées et de les comprendre, les pardonner, les libérer, … et si nous faisons ce travail intérieur, il vient un temps où il ne surgit presque jamais d’images troublantes de notre passé. Nous avons tellement bien transformé tout ce qui a été vécu difficilement autrefois, que nous sommes dans un état de bien-être de plus en plus grand, et ce qu’il nous reste en priorité à travailler, ce sont les nouvelles situations du quotidien qui se présentent.

animalAlors c’est à chaque jour que nous sommes invités à faire un travail intérieur sur les émotions troubles qui se sont présentées, mais ces émotions seront souvent bien moins chargées que celles que nous avions rencontrées x semaines, mois ou années plus tôt, alors que nous avions en nous de grandes charges d’énergie négatives d’accumulées, de cachées en nous, parce que nous avions tout étouffé, tout refoulé, au lieu d’apprendre à libérer et transformer ces émotions.

Idéalement, nous sommes invités à ne pas nous coucher le soir, sans avoir pris le temps de nous apaiser et d’avoir libéré les charges émotionnelles difficiles vécues pendant notre journée. C’est un peu comme une personne qui fait du ménage dans sa maison. S’il y a une activité dans la journée qui fait du désordre dans la maison et qu’on se couche sans avoir nettoyé, le lendemain, il nous faudra s’y mettre… Mais si le lendemain, nous décidons aussi de ne rien nettoyer et qu’il se produit une autre activité qui salit une partie de la maison, la charge de ménage à faire augmente pour la journée ou le lendemain ou le surlendemain.

Il y a des gens qui repoussent toujours la journée du ménage, du nettoyage, de leur monde intérieur. Ainsi, ils ont accumulé, un jour après l’autre, des charges négatives d’émotions troublées, ils ont mis un couvercle sur cela, ils ont essayé de fuir ou d’oublier tout cela en se distrayant par toutes sortes d’activités agréables ou parfois désagréables même. Car certains désagréments occupent tellement bien notre attention, qu’ils nous font oublier encore mieux certains autres désagréments encore plus grands de note monde intérieur auxquels nous ne voulons pas penser. Alors le positif comme le négatif peuvent nous servir à fuir…

Il y a des gens qui se rendent malades, qui se gardent malades car cela les distraient de d’autres problèmes émotionnels qu’ils ont qui sont bien plus désagréables pour eux à ressentir que cette maladie présente.

Chaque être humain est invité à choisir de nettoyer, de transformer, de libérer ses charges négatives intérieures en acceptant de prendre la responsabilité de sa vie, de son parcours d’éveil, de guérison, de métamorphose.

Certains êtres qui vivent dans des états ou des dimensions relativement sombres et qui voient arriver tout à coup des êtres très rayonnant, très lumineux, très heureux, se demandent comment cela peut être possible ? Il s’agit simplement d’un parcours graduel de transformation et de communion avec la Source qui nous a donné la vie, et qui peut constamment nous énergiser, nous régénérer, nous aider à nous relever et à modifier notre façon de nous comporter, de nous regarder et de nous investir dans le monde.

Aucune situation n’est impossible pour un être qui se relie à la Source Infinie.

Tous les problèmes, toutes les situations malsaines, toutes les maladies, tous les conflits, ont une cause, une origine, à partir d’un point où l’âme s’est détournée de la Source, à rejeté son Père Divin et sa Mère Divine, et à décider de faire les choses à sa façon sans tenir compte de toutes les Lois d’Harmonie qui sont en place dans l’Éternité.

En découvrant la cause, en se remettant en contact conscient avec la Source, en acceptant de modifier dans notre façon de vivre tout ce qui ne respecte pas l’Harmonie Universelle, l’Amour de soi, des autres et de la Source, nous pouvons rapidement recevoir de puissantes énergies de transformation, de régénération, qui vont complètement changer notre vie, notre vision, notre compréhension, et par conséquent, toute notre façon de nous exprimer et de créer dans ce monde, auprès des gens que nous Aimons.

guérir

Alors quand ça va mal, quand la souffrance est présente, quand le temps devient de plus en plus lourd et long, il suffit de vouloir apprendre, vouloir comprendre de nouvelles choses, vouloir s’ouvrir aux inspirations de la Source qu’Elle nous transmet directement ou qu’Elle transmet par des gens autour de nous, grandement reliés à la Source. Parfois, nous n’arrivons plus à décoder ce qui vient de l’intérieur, mais nous y arrivons par une information extérieure. À ce moment, des gens autour de nous deviennent nos guides ou nos messagers.

Nous découvrons sur notre chemin des outils qui nous aident à mieux vivre, à mieux comprendre notre nature humaine et Divine et à pouvoir créer plus librement, plus joyeusement. Il est bon de partager nos outils avec nos proches, avec nos frères et soeurs qui vivent tout près de nous ou un peu plus loin.

Grâce aux technologies modernes, il peut être facile de faire connaître ce qui nous a aidé, ce qui nous a éclairé, ce qui a été une forme de pilier dans notre vie pour nous détacher de ce qui nous faisait souffrir avant, et avancer sur une voie où il y a plus de Joie, plus de Compréhension, plus de Pardon et de Compassion.

Notre nature originelle d’Enfant de la Source fait de chacun de nous un Soleil. Quand notre âme se développe et grandit, le Soleil que nous sommes grandit également, et nous pouvons réchauffer, illuminer, aider à grandir… de plus en plus de gens autour de nous.

Il n’y a pas de limite à ce que nous pouvons apprendre, comprendre, intégrer comme nouvelles énergies de la Source afin de devenir des êtres dont le rayonnement se développe constamment. Certaines personnes pensent que tout a été fait, dit, créé, inventé. C’est complètement faux. Il reste une infinité de choses à faire, dire, créer, inventer pour transformer notre monde et tout l’Univers.

guérit

Il n’y a que les gens qui sont pessimistes, négatifs, découragés, parce qu’ils se sont détournés de la Source, pour penser que nous pouvons rester assis à rien faire et à simplement regarder les situations difficiles se dégrader.

Il suffit d’une personne ayant du leadership, ayant du coeur, ayant un dynamisme créateur… dans un village, une ville, un pays, pour enflammer tout à coup dans son Amour toute une partie de la population et faire en sorte que des idées nouvelles voient le jour, soient mises en place et transforment merveilleusement le contexte présent.

Ne sous-estimez pas qui vous êtes, qui est votre voisin, votre soeur, votre frère, votre père ou votre mère, votre enfant ou l’un de vos parents éloignés, votre collègue d’étude ou de travail… Car cette personne que vous connaissez très peu, un peu ou beaucoup, sera peut-être dans quelques temps un grand leader qui va apporter dans son milieu de vie des inspirations étonnantes qui vont transformer profondément la vie de milliers ou de millions de gens.

Chaque personne, peu importe son âge et son bagage, peut devenir un être formidable qui apporte dans ce monde une énergie nouvelle, un souffle rafraîchissant, une tendance différente, une façon d’avancer différente de tout ce que nous avions connu avant !

Cette personne, si elle est vraiment à l’écoute de ce qui l’habite, n’aura pas une once d’orgueil si elle devient un être qui en inspirera ou aidera des milliers ou des millions. Pourquoi ? Parce qu’elle sait très bien que tous les êtres ont cette même possibilité, et que c’est simplement en ayant la volonté de laisser passer les inspirations de la Source à travers nous, que tout à coup, des innovations surprenantes apparaissent…

Cette personne remettra alors tout le crédit à la Source et souhaitera simplement que de plus en plus de gens communiquent ou communient aussi avec cette même Source pour qu’une avalanche d’idées nouvelles merveilleuses viennent inonder notre monde !

Guérisseur 2

Un jour, nous serons tous baignés dans cette Puissante Énergie d’Amour, de Vérité, de Sagesse qui a créé ce monde et qui cherche à le rendre de plus en plus beau, dans la mesure où nous voulons devenir des êtres co-créateurs, collaborateurs, avec Elle.

Veux-tu co-créer le monde avec Elle ? Alors entre en union avec Elle XX minutes tous les jours, écoute-La, ressens sa Présence, son Intelligence, sa Force Créatrice, et laisse-toi simplement guider, à travers les choses joyeuses que tu te sens inspiré à faire…

Bienvenue sur la Terre de Lumière, celle qui est déjà là, celle qui existe dans le Ciel et que tous les inspirés contactent, ressentent, à travers l’Amour qui leur donne des ailes et les propulse à oeuvrer dans une Immense Harmonie Collective, pour que chaque espace qui est encore triste et sombre, malade ou souffrant, puisse devenir joyeux et illuminé, guéri et apaisé. Tout est possible, en nous unissant, d’abord à la Source de vie, et ensuite, entre nous tous, puisque nous appartenons tous à la même Grande Famille Solaire, Divine, Universelle !

Sur les bons conseils de Solari Harmonia

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site de Franesca :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

La résilience…. il existe un lien entre le présent et le passé

 

Dès que des souffrances humaines sont évoquées aujourd’hui, le concept de résilience surgit dans les propos. Victime d’une mode verbale, ce mot risque de piéger par un brouillard d’ambiguïté. Nous remarquerons que c’est encore le cas pour des notions aussi habituelles que « communication, affectivité, empathie »…

résilience

Des ressources à mettre en lien

En première approche, la définition de la résilience est la « capacité à bien vivre et à se reconstruire après un traumatisme ». Avec ces quelques mots, nous avons là une définition sommaire, évoquant la qualité du rapport entre le présent et un choc antérieur. La psychologie a depuis longtemps identifié qu’il existe un lien entre le présent et le passé. Pourtant, la nature de ce lien reste assez floue dans bien des esprits (même chez des professionnels). La manière dont un événement antérieur a pu fragiliser un individu, dans des circonstances ultérieures, nécessite de nouvelles précisions. « Être résilient » indique qu’un choc ou un traumatisme antérieur produit peu, ou pas, de fragilisations ultérieures.

Cette résilience peut être quasi spontanée ou, plus généralement, se construire progressivement, mécanisme qui se manifeste de différentes façons. Boris Cyrulnick, neuropsychiatre et spécialiste des comportements, a lui-même fait l’expérience douloureuse d’un choc traumatisant : la perte des siens pendant la guerre avec obligation de silence. Se reconstruire n’est pas pour lui une simple considération intellectuelle. Selon lui, la résilience est l’expression d’une force insoupçonnée que l’on a en soi. C’est aussi quelque chose qui s’élabore progressivement après un traumatisme, souvent à l’aide d’une tierce personne qui joue le rôle de tuteur. Ce tuteur de résilience peut offrir une référence, une écoute, une présence, un modèle, de l’amour…

borisNous trouvons ainsi des ressources extérieures venant s’ajouter à nos ressources intérieures (souvent insuffisantes). Boris Cyrulnick précise bien qu’un deuil ne se fait pas avec l’oubli, ce serait une sorte d’abandon ; or, l’apaisement ne peut se produire en abandonnant l’objet perdu. Le déni conduit à une amputation de soi. Il le dit et le répète. Quand une part de soi est morte, il faut faire revenir la vie. Pourtant, il parle du « murmure des fantômes » (souvenirs, réminiscences désagréables) et propose d’apprendre à se battre contre eux et à leur tordre le cou.

Ainsi, partagé entre la douceur et la violence, il tente de donner une explication du fait qu’on s’en sorte après un drame. Il explique aussi, avec beaucoup de respect et de pudeur, l’importance du pardon, tout en soulignant que celui-ci n’est pas toujours possible pour chacun. Ainsi, la notion de résilience est-elle très subtile et même parfois contradictoire. Un éclairage complémentaire sur le sujet n’est donc pas superflu. Chaque praticien se doit de rester en éveil et en recherche pour mieux aider ceux qui viennent le consulter.

résilience

Les symptômes, des opportunités potentielles

Nous trouvons assez normal de nous sentir perturbés lors d’un événement pénible. Lors d’un traumatisme, il s’est même généralement ajouté au choc lui-même un comportement écrasant et aggravant de la part de l’environnement social (déni, culpabilisation, obligation de silence). Dans de telles circonstances, il semble légitime de nous sentir affectés. C’est là que se posent les problèmes de résilience. En revanche, nous trouvons anormal de nous sentir perturbés quand le présent ne le justifie pas. Quand des impressions inconfortables ou douloureuses se produisent, sans que la situation présente en soit la cause, nous n’en comprenons pas le sens.

C’est par exemple le cas lors d’états d’angoisses, de phobies, de pulsions et divers maux psy… La sensation inconfortable ne vient plus alors de ce qui se passe maintenant mais plutôt d’un lien avec un choc antérieur. Ici, la circonstance présente n’a été que le réactivateur d’une ancienne douleur.

La dimension émotionnelle est proportionnelle à ce qui a été vécu autrefois et non à ce qui se passe aujourd’hui. Il est important aussi de savoir que la douleur de ce qui a été vécu (importance du choc) n’est pas forcément proportionnelle à la gravité objective des circonstances passées. Un enfant peut être plus choqué de la perte d’un jouet offert par sa grand-mère qu’il aimait tant, que par la mort d’un grand-père qu’il n’aimait pas. S’il est habituel de parler de « psychopathologie », il serait souvent préférable de parler d’opportunités.

Ce fameux « murmure des fantômes » est, en réalité, ici, une invitation à la délivrance. En effet, les symptômes sont la manifestation d’un lien avec une part de soi, autrefois blessée, qui attend une reconnaissance, une écoute ou un soin de notre part. Ce « fantôme » n’a rien de malfaisant, bien au contraire. Les symptômes sont des opportunités pour retrouver son intégrité, pour réhabiliter ces « bouts de soi », mis provisoirement entre parenthèses afin d’assurer sa survie, en attendant des jours meilleurs. Le symptôme présent se produit spécialement pour accomplir cette rencontre avec soi-même et non à cause du passé.

Comprendre que le symptôme se produit « spécialement pour » et non « à cause de » est d’une grande importance. Spécialement pour indique que l’on va vers quelque chose de précieux à réhabiliter, tandis que à cause de, au contraire, induit quelque chose de mauvais à éliminer.

Une fracture en attente de soin

 Entre mauvais et précieux, il importe de distinguer le fait historique de l’être qui le vit. Boris Cyrulnick nous met en garde : Il ne faut jamais réduire une personne à son trauma… Si, dans un traumatisme, nous choisissons de parler de bon et de mauvais, soyons attentifs : nous distinguerons d’une part les circonstances du choc (mauvaises) et d’autre part, l’être qui les a vécues (précieux).

résilience

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les circonstances, (même mauvaises) sont peu importantes. Elles sont loin en arrière dans le temps. Ce ne sont pas elles qui nous restent et qui nous gênent, même si on en a gardé un souvenir obsessionnel. Par contre, celui que nous avons été lors du choc reste, lui, très présent en nous à chaque instant de notre vie. Tous ceux que nous avons été nous constituent et nous habitent pour toujours.

Ils constituent notre tissu psychique au même titre que notre tête, nos membres et notre buste constituent notre corps. Ils continuent à « réclamer » l’aide et la reconnaissance qui ne leur ont pas été accordées. L’erreur consiste alors souvent à croire qu’en thérapie, il s’agit de revenir dans le passé pour éliminer un mal !

Or, les évènements néfastes sont passés et n’existent plus. Cependant, encore une fois, celui que nous avons été au cours de ces évènements est toujours là, présent en nous. Ce n’est pas le passé (ni les circonstances) vers lequel nous devons revenir, mais vers celui que nous avons été au cours de ces évènements antérieurs.

Le rétablissement psychologique ne se produira pas en revisitant le fait historique du choc. Tout ce qui compte, c’est celui que nous avons été au moment du traumatisme. Il nous constitue et reste victime, dans l’attente du soin qui ne lui a jamais été donné.

Une fracture en attente de soin.

Les scientifiques et les industriels utilisent depuis longtemps le mot « résilience ». Récemment, la psychologie se l’est également appropriée pour décrire la stabilité de l’esprit humain après un choc.

Article de Thierry Tournebise pour le Magazine Signe et Sens

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site de Francesca :  https://medecinehistorique.wordpress.com/