LES ÉMOTIONS parfois destructrices

 

Les émotions constituent le plus grand facteur qui entrave, sape et bloque la circulation de l’énergie du Foie. Dans leurs écrits, les anciens praticiens en Médecine T Chinoise précisent que les émotions sont la plus grande cause des maladies du sein. Dans le texte Fu Qing Zhu Nu Ke du XVIIe siècle, on peut lire ceci : « La dépression blesse le Foie, la pensée compulsive affecte la Rate, une accumulation se fait dans le Cœur, le Qi stagne et se matérialise sous forme de nodules ».

émotionsBeaucoup de problèmes familiaux-relationnels occasionnent des émotions, qui, si elles ne sont pas gérées ni intégrées, deviennent chroniques ou excessives. Elles peuvent par la suite endommager ou entraver le complexe de l’organe Foie. Si le Foie ne peut pas facilement faire bouger le Sang parce qu’il y a blocage du Qi, le Sang circulera au ralenti et stagnera dans les seins, zone par laquelle passent les canaux d’énergie du Foie. Par conséquent, le sentiment de bien-être joue un grand rôle dans la santé des seins.

Nous ne devrions pas réprimer nos émotions, pas plus que nous devrions les exprimer sans conscience ni retenue. La clé pour la santé, c’est de valider, d’exprimer avec justesse et d’accepter nos émotions et nos sentiments. Et aussi de prendre les décisions qui s’imposent quand rien ne va plus. Comme disait Eckhart Tolle (dont j’ai traduit plusieurs livres), face à une situation, il y a trois solutions : la changer, l’accepter ou la quitter.

Le nombre beaucoup plus bas de cancers du sein en Chine pourrait-il indiquer que les femmes chinoises savent mieux transformer leurs émotions? Ou bien les femmes occidentales connaissent-elles des stress émotionnels différents? Selon la réponse que donnerait typiquement un spécialiste en MTC, ce n’est ni l’un ni l’autre. Il s’agit plutôt d’un ensemble complexe de différents facteurs. En Occident, c’est le niveau de stress qui est plutôt fautif, alors qu’en Orient, c’est plutôt le conditionnement, disons philosophique, quant à la façon de (ne pas) composer avec les émotions.

Le stress est un facteur omniprésent dans la culture occidentale. Nous avons tous beaucoup de choix à faire, choix qui sont inévitablement accompagnés d’un grand stress chaque fois que nous prenons des décisions dans notre quotidien. En fait, avoir autant de choix, c’est comme ne pas en avoir. Nous bloquons parce que nous sommes dépassés par les événements et ne savons pas comment prendre de bonne décision.

La façon dont les Chinois expriment et abordent les émotions est déterminée par la culture. Le confucianisme, avec son code de conduite très strict, exerce encore une influence dominante sur le comportement chinois. L’harmonie sociale est de la plus haute importance et pour l’atteindre, on doit s’en tenir à des responsabilités et des rôles justes et bien compris envers la famille et les autres. Une autre façon de contribuer à l’harmonie, c’est la retenue des émotions, le conformisme, ainsi que l’obéissance et la sujétion aux personnes en position d’autorité. Le Taoïsme fait d’ailleurs écho aux idéaux confucéens de calme et de conformisme émotionnels, ainsi qu’aux éléments mystiques de la nature humaine. Un autre aspect déterminant est l’accent que la culture chinoise met sur le fait de perdre la face ou la dignité. Faire quelque chose de mal amène une grande honte sur le protagoniste ainsi que sur sa famille. Profondément ancré chez les Chinois, ce trait culturel a le pouvoir de sous-tendre toute parole et tout geste.

emotion chez francesca

Résultat : les Chinois répriment leurs émotions, sont préoccupés par l’harmonie dans le groupe et ont tendance à associer les problèmes émotionnels aux déséquilibres physiologiques. Pour les Chinois, il n’est pas très sensé d’avoir besoin d’émotions ni de travailler sur celles-ci vu qu’elles sont considérées comme des manifestations de problèmes corporels. De plus, les Chinois ne ressentent pas le besoin pressant de courir après ce qu’ils veulent ou dont ils ont besoin puisque, en premier lieu, le choix personnel ne fait pas partie de la culture chinoise et que, en second lieu, les besoins individuels passent après ceux de la famille, du groupe et de la société en général.

Ce trait culturel colore la façon dont les Chinois composent avec leurs émotions et vivent leur vie. Vu que les problèmes émotionnels sont la principale source de maladies des seins, ce conditionnement culturel, combiné avec le niveau relativement bas de stress des Chinois en raison de l’absence de choix, peut expliquer la raison pour laquelle les femmes chinoises ont le plus bas taux de cancer du sein dans le monde, alors que les femmes occidentales ont le plus haut taux. Ceci étant dit, cependant, les facteurs externes comme l’alimentation, le mode de vie, le milieu ambiant et d’autres facteurs sont autant de raisons supplémentaires pour lesquelles les femmes chinoises sont moins susceptibles d’avoir le cancer du sein. Bien que ces facteurs ne soient pas considérés comme aussi importants que l’équilibre émotionnel, ils permettent néanmoins de contribuer à une bonne santé.

Il s’agit du site de la très fiable compagnie Sinolux, www.sinolux.lu.

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

 

2 commentaires sur « LES ÉMOTIONS parfois destructrices »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s