Les promesses de la cohérence Cœur-Cerveau

« Rétablir le dialogue cœur/cerveau va ouvrir un nouveau champs d’évolution ! » affirme Gregg Braden,

pour reprendre le fil d’une théorie de l’évolution, participative cette fois. La bonne question à se poser est la suivante : Que se passerait-il dans notre corps si on harmonisait cœur et cerveau ? Sa réponse : « l’activation de nouvelles connexions neuronales ! » Plus greggprécisément, environ 1300 réactions biochimiques, ont pu établir des études réalisées par les chercheurs de l’institut Heartmath, et plus intéressant encore, elles incluent l’activation d’une puissante réponse immunitaire, et également l’enzyme de la longévité. « Nous sommes tous sur le point de rajeunir », commente en riant le conférencier.

En d’autres termes, l’harmonisation cœur/cerveau serait une clé d’activation de notre système neuronal global, soit une porte d’entrée vers l’autorégulation de notre organisme. Par ailleurs : « la cohérence cœur/cerveau serait aussi un accès direct à notre intuition, permettant de poser des questions qui ne trouvent réponse nulle part ailleurs. » Une hotline, en quelque sorte pour accéder à nos vérités les plus profondes ! Comme l’ont déjà transmis les traditions. L’enthousiasme du conférencier est communicative : « Nous sommes l’unique forme de vie, capable de le faire sur demande ! Imaginez pouvoir activer cette connexion pour l’appliquer sur votre système immunitaire, guider votre vie ou l’apprentissage… »

Pour résumer : Si nous arrivons à faire cela, nous puiserions dans un potentiel extraordinaire dont personne ne nous a parlé jusqu’ici !

Si vous vous intéressez à la possibilité de prendre votre évolution en main, il est possible que d’autres théories vous semblent proches, toutefois, la cohérence cœur/cerveau présente une alternative réellement innovante, et à la fois ancestrale, tout comme la présence singulière de Gregg Braden.

Ainsi le plus important selon lui, résiderait dans cette extraordinaire hypothèse : « en procédant ainsi, nous envoyons un puissant message provenant du cœur à l’ensemble de notre corps : à savoir, une vibration d’amour, d’empathie, de bienveillance, dont il est le seul dépositaire… » Et, l’amour ne serait-il pas la fameuse clé d’évolution, que nous recherchons tous ?

OS

En pratique : les 3 étapes de la méthode Quick Cohérence, pour créer la cohérence cœur/cerveau, certifiée par l’institut HeartMath. 

Étape 1 : Focalisez votre attention sur le cœur.
Action : posez votre main sur votre cœur et portez votre attention à cet endroit. Un signal est envoyé à votre cœur. Vous vous détachez du monde extérieur pour plonger dans votre monde intérieur.

Étape 2 : Ralentissez votre respiration.
Action : Prenez environ 5 à 10 secondes pour inspirer, expirez en gardant le même rythme. La respiration profonde et lente permet la détente du système nerveux.

Étape 3 : Évoquez un sentiment agréable. 
Action : essayez de ressentir un profond sentiment de bienveillance, de gratitude de compassion, pour quelque chose ou quelqu’un. Un sentiment aussi profond et sincère que possible. La qualité de votre ressenti optimise la cohérence entre votre cœur et votre cerveau.

À cette étape la connexion reliant le cœur et le cerveau est établie, ils communiquent par le réseau neuronal qui les relie. Vous accédez à un état de conscience approfondie, vous pouvez accéder à l’intuition profonde de votre cœur, poser une question, et écouter la réponse.

 Au centre des traditions ancestrales

« La seule théorie d’une évolution aléatoire chère à Darwin issue d’une approche scientifique, nous fait nous sentir vide, insignifiant et surtout impuissant », commente Gregg Braden. Sa vision fondée sur l’intentionnalité sous-jacente à notre existence, nous placerait dans un contexte plus large où nous serions destinés à devenir les maîtres de notre biologie, comme le proposent déjà les traditions spirituelles ancestrales. Un nouveau paradigme qui ouvre un champ de questionnements : « Si nous voulons accueillir le changement dans le monde, le pré requis est de changer de vision sur qui nous sommes ! Si nous sommes prédisposés à vivre un potentiel extraordinaire, la question est comment éveiller ce potentiel ? »

Long medi

Sa proposition : « réveillons l’infini pouvoir du cœur, soit plutôt que demander l’aide divine, devenons l’intervention ! » Un retour aux traditions ancestrales montre que le cœur, plutôt que le cerveau, était déjà le centre d’une profonde sagesse, mais aussi des émotions, de la mémoire et qu’il servait de portail vers d’autres dimensions.

Par exemple, le cœur est cité 830 fois au fil des pages de la Bible. Dans la sagesse indigène du peuple Omaha d’Amérique du Nord, la tradition propose : « demandez avec le cœur et il vous sera répondu avec le cœur. » Le sutra du Lotus de la tradition bouddhique mahayana enseigne le grand trésor caché du cœur, « un trésor décrit dans les écritures comme étant aussi vaste que l’univers lui-même, et qui dissipe tout sentiment d’impuissance» cite le conférencier.

Une vision que partage le philosophe visionnaire suisse Rudolf Steiner (1861-1925), fondateur de l’anthroposophie, dont la pédagogie repose sur le triptyque Cœur/Esprit/Corps. Ainsi, pendant des milliers d’années, nos ancêtres ont considéré le cœur comme le véritable organe maître du corps, et les traditions ont transmises l’infinie puissance du cœur.

mede2

Un nouveau cerveau

Du côté de la science, le cœur fait son come back ! Si on demande quel est l’organe qui contrôle les fonctions vitales du corps, la première réponse qui jaillit spontanément est le cerveau.

« En Occident, la croyance que le cerveau est le chef d’orchestre qui dirige la symphonie des fonctions qui nous maintiennent en vie est universellement reconnue et acceptée », confirme Gregg Braden. Or, en 1991*, une équipe de scientifiques dirigée par le Dr J. Andrew Armour, de l’université de Montréal, a étudié le lien intime entre le cœur et le cerveau et révèle qu’environ 40 000 neurones, ou neurites sensoriels, forment un réseau de communication.

En d’autres termes, comme le déclarent dans leur rapport les scientifiques qui ont fait cette découverte, le cerveau du cœur est un réseau complexe de nerfs de neurotransmetteurs, de protéines, dont les cellules sont semblables à celles que l’on trouve dans le cerveau. Il aurait un rôle spécifique : « détecter les modifications hormonales et autres substances chimiques dans le corps, puis communiquer ces modifications au cerveau pour que celui-ci puise répondre à nos besoins », ajoute le conférencier.

Ainsi, il est apparu clairement qu’une communication bidirectionnelle se produit entre le cœur et le cerveau, chacun influençant la fonction de l’autre. Une découverte qui bouleverse les fondements de ce que nous avons cru être son rôle, et qui transforme la façon dont nous nous percevons nous-mêmes, en donnant un sens nouveau aux possibilités du corps. La question se pose : « Et si cette perspective n’était qu’une partie d’une vision plus large, et que la véritable histoire, notre histoire, se situait aussi dans le cœur ! »

Peut-être que la solution à la mutation du monde, est d’envisager notre propre cœur autrement ? L’auteur Gregg Braden présente une vision révolutionnaire et pourtant ancestrale de l’utilisation de notre organe majeur. Et s’il ne battait pas que mécaniquement ? La révolution du cœur est en marche…

Nous sommes face à une mutation sans précédent… « Si nous avons la sagesse de reconnaître les différents cycles de l’évolution, alors nous aurons la capacité d’y répondre », affirme Gregg Braden. Pour ce pionnier de la physique quantique, insatiable questeur des traditions ancestrales, il semblerait que s’ouvre à nous l’opportunité de passer d’une « évolution subie» à une « transformation choisie ».

cohérenceEn s’appuyant sur les récentes découvertes scientifiques et les secrets encodés dans les traditions ancestrales, le conférencier nous emmène dans un voyage extraordinaire à la rencontre d’un potentiel méconnu : L’infini pouvoir du cœur, clé de sagesse pour la mutation. Pour Gregg Braden, nous devons nous rendre à l’évidence : « le cœur est bien plus qu’une simple pompe physique ! »

Dans la langue Cherokee, qui fait partie de son patrimoine génétique, il existe un terme pour nommer cette intuition du cœur : « chante ishta », ou encore « l’œil unique du cœur».

Extrait d’un Article paru sur https://www.inrees.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s