Les exercices physiques de Kum Nye : La joie d’être

Kum Nye est une voie pour détendre corps et esprit, réveiller les sens, nous nourrir nous-mêmes avec de la joie et créer un fondement riche à toutes les activités de la vie. Bien que les exercices présentés ci-après commencent simplement, avec une attention au corps, leurs bénéfices s’étendent à tous les aspects de notre vie. Quels que soient nos centres d’intérêt, occupations ou situations personnelles, Kum Nye développe notre capacité à guérir et à raviver la totalité de notre être. Il rafraîchit les sens et cultive leurs capacités les plus élevées, ouvrant des passerelles vers des expériences savourées par les yogis des temps anciens.

kum

L’expérience s’accumule, s’approfondit, déployant une signification exprimée dans un bonheur qui améliore la qualité de nos actions et de nos relations avec les autres. Développée à partir de ce fondement, la méditation révèle de nouvelles dimensions de la félicité, bien au-delà peut-être de ce que nous sommes capables d’imaginer. Ce type de connaissance manque dans la vie moderne, où les gens ont tendance à assimiler le bonheur avec abondance d’argent, de pouvoir, de possessions matérielles, ou avec un travail prestigieux, considéré important ou dont l’exercice procure un grand plaisir personnel. Ils ont peut-être pensé qu’ils vivaient le rêve américain en travaillant dur et en s’efforçant d’obtenir des objectifs matériels. Mais ils ont seulement découvert que ceux-ci ne peuvent pas en eux-mêmes produire de la satisfaction ou du sens. Même en travaillant dur, la route vers le succès peut être longue et semée de problèmes.

Ceux qui atteignent leurs objectifs matériels découvriront bientôt que leur temps est occupé par le travail et les responsabilités familiales, par le désir d’acquérir ou de maintenir des biens, et par une multitude d’obligations sociales et personnelles complexes. Bien qu’il devienne très facile de posséder la dernière technologie ou des luxes inconnus lors de la précédente génération, de nombreuses personnes ne sont pas réellement heureuses ou satisfaites.

Des insuffisances apparaissent dans chaque domaine de la vie moderne : insuffisance de ressources, insuffisance d’opportunités, insuffisance de joie et de satisfaction. Jour après jour, notre temps est complètement pris, chaque moment semble prédéterminé, chaque activité programmée. Même nos divertissements sont gouvernés par la pression des contraintes temporelles. Le temps semble nous gouverner, évinçant le jus de chaque expérience.

Simultanément, les distractions abondent. La soif de sensations, ou peut-être d’évasion, conduit beaucoup d’entre nous à malmener encore plus leur corps, en le livrant à des excès qui compliquent encore plus leur vie. Quelle que soit l’intensité de ces plaisirs, ils ont tendance à être de courte durée, et peut-être augmenteront-ils seulement la pressante intensité du désir. À un certain point, nous réaliserons peut-être que nous n’avons pas assez de plaisirs dans la vie.

Le réveil de la joie

Kum Nye réveille la joie et nous aide à faire l’expérience que la vie vaut la peine d’être vécue. Ses exercices physiques, de respiration, les massages et les exercices mentaux favorisent la santé du corps, de l’esprit et du cœur, nous donnant ainsi les capacités à créer un mode de vie positif et productif. Nous apprenons comment stimuler les nerfs et activer les centres du corps (chakras), par des postures et des mouvements simples. Les blocages se relâchent et les chakras s’ouvrent. Les courants d’énergie coulant à travers eux depuis et vers les sens sont vivifiés, et soutiennent la vitalité, la créativité et la plénitude qui expriment l’abondance de l’esprit humain.

En développant les capacités de nos sens, nous pouvons satisfaire les yeux affamés de beauté, l’esprit affamé de sens et le cœur affamé d’amour qui ne déçoit pas. Nous pouvons expérimenter la richesse des plaisirs que nos sens peuvent nous fournir. Ainsi, nous ne serons jamais anxieux ou souffrants de solitude, insatisfaits ou déprimés, languissants ou recherchant quelque chose pour combler le vide intérieur. Ensuite, il sera peut-être possible de manifester l’abondance inhérente à notre nature : abondance de vie, abondance de connaissance et abondance de félicité. Si nous sommes également incités à donner abondamment, nous expérimenterons peut-être la joie de la générosité libre d’obligation et d’intérêt personnel. À tous égards – physique, mental et spirituel –, la pratique de Kum Nye peut nous aider à manifester la promesse radieuse d’être humain.

La méditation peut élever les pratiques yogiques de Kum Nye vers des sources de félicité inconcevables, si rares qu’elles vont au-delà de la pensée et de tout sentiment de « soi » ou de temps et d’espace. Puisque nous pouvons devenir attachés à de telles expériences de ravissement, elles doivent également être un jour transcendées. Accomplir cela demandera les conseils d’un maître qualifié. Mais là où nous en sommes à présent, nous avons besoin du plaisir que Kum Nye peut donner pour soulager les insuffisances de nos vies, et briser les configurations qui nous lient à la frustration et à la peine.

En pratique :

Afin de créer un fondement pour la pratique, établissez une routine régulière que vous pouvez maintenir quotidiennement pendant plusieurs mois ou plus. Préparez le lendemain avec un dîner léger, de préférence végétarien, et détendez-vous pendant dix à vingt minutes avant d’aller vous coucher. En vous réveillant, pratiquez l’exercice de purification.

Exercice de purification

Asseyez-vous sur un coussin, avec les jambes en position du lotus ou du demi-lotus.

Si vous préférez, le genou d’une jambe peut être levé, avec le pied de cette jambe à plat sur le sol et tourné vers l’avant, ou vous pouvez vous asseoir sur une chaise. En gardant le dos droit, avec les paumes des mains posées sur vos genoux, pratiquez un ensemble d’expirations fortes : neuf au total, groupées en trois séries de trois. Laissez du temps entre chaque série pour vous reposer.

Inspirez normalement, puis expirez fortement par le nez et la bouche à la fois. Dans chaque série, faites les deux premières expirations lentement, et la troisième plus vite et plus profondément. Avec les trois expirations finales, expirez avec autant de force que possible, comme si vous vidiez votre ventre.

Assis dans la même posture, il est possible de pratiquer une variante de cet exercice : inspirez, puis expirez vigoureusement par le nez et la bouche à la fois, en propulsant vos deux bras horizontalement en face de vous et en prononçant la syllabe « Ah ! ». Répétez ces mouvements neuf fois.

Quand vous pratiquez cet exercice, pensez aux résidus qui sont expulsés de votre corps. Vous pouvez les visualiser comme des couleurs qui sont emportées vers l’extérieur par le souffle : rouge sombre, noir sombre et une couleur boueuse et terne. Ces résidus ont des tonalités de ressentis : le rouge sombre porte des tonalités de ressentis de colère et d’écœurement ; le noir sombre porte l’anxiété, la saisie et le manque ; et la couleur boueuse porte la léthargie, l’ennui et l’apathie. Tous ces résidus – que vous vous sentez contraint d’exprimer verbalement mais qui sont émotionnellement difficiles à soulager – peuvent être dissipés sur l’expiration. En ayant cela à l’esprit, expirez fortement et expulsez-les complètement avec la respiration…

Pour en savoir plus : article complet dans le magazine Essentiel n°39

yoga

le yoga tibétain Kum Nye par Tarthang Tulku

​​​​​​​Kum (sKu) fait référence au corps, au sens de l’être incarné. Sa signification va au-delà de notre forme physique, car il englobe tous les aspects de notre être, et les moyens que nous pouvons développer et nourrir en tant qu’incarnation d’existence authentique.

Nye (mNye) signifie « massage interne », ou « exercice qui guérit, intègre et tonifie ». Ensemble, les mots Kum Nye font référence aux massages, postures et exercices qui nous permettent d’être à l’aise en notre incarnation, et qui incitent à réveiller la totalité des capacités du corps et de l’esprit, des sens et du cœur.

Les exercices physiques de Kum Nye sont seulement des formes externes d’une vision holistique de l’être humain. Leur véritable valeur réside dans leur capacité à stimuler l’énergie qui unit corps et esprit dans un continuum de joie et d’appréciation.

Buts de la guérison 

 

En 1957, le docteur William Coda Martin a tenté de répondre à cette question: « quand un aliment est-il vraiment un aliment et quand est-il un poison ? « La définition du mot « poison » d’après laquelle il travaillait était : « d’un point de vue médical : toute substance à laquelle est exposé le corps, substance ingérée ou développée à l’intérieur du corps,provoquant ou pouvant provoquer une maladie. D’un point de vue physique :toute substance inhibant l’activité d’un catalyseur, un catalyseur étant une substance mineure, une substance chimique ou un enzyme qui active une réaction.»

Le dictionnaire donne une définition encore plus large du mot «empoisonner » : « exercer une influence nocive ou dénaturer »

 La guérison énergétique consiste à soigner/soulager divers maux physiques et/ou énergétiques d’un individu en manipulant les énergies. Une personne douée de capacités de guérison peut agir sur les énergies d’un individu grâce à des moyens subtils; magnétisme, canalisation d’énergies, appel à l’énergie universelle (reiki pour les connaisseurs)…

Il existe autant de pratiques de guérison que de guérisseurs en vérité. Et cet article n’a pas pour but d’énumérer tous les arts de guérison reliés à diverses croyances et théories, des principes ésotériques etc ou même expliquer des techniques de guérison. Ici, j’aimerais parler de ce qui m’apparaît comme les conditions d’un bon soin et les connaissances liées à cette pratique, bien sûr selon mon expérience personnelle.

Premièrement, je précise que la reliance spirituelle n’est pas un critère de guérisseur. Il est bien courant de penser que les guérisseurs sont ouverts à la Lumière et qu’ils n’en sont que des canaux que la Source utilise pour transmettre des énergies d’Amour. C’est vrai, mais pas seulement.

La manipulation énergétique ne requiert pas forcément de l’Amour ou le désintéressement puisqu’avec la Volonté, on peut poser l’intention qui nous permet de diriger les énergies qu’on manipule. Les guérisseurs peuvent donc être aussi liés à l’Ombre, à travers la Volonté de guérir, tout simplement. La magie de l’Ombre n’est pas forcément offensive, elle peut aussi guérir ou réaliser toute autre action bénéfique pour autrui.

Deuxièmement, la qualité du soin est déterminée par l’équilibre, la pureté et la puissance de nos propres énergies. Le chakra principal responsable des transmissions d’énergies est le Coeur, entre autres. Celui- ci doit être harmonieux et purifié afin que les énergies passent de soi à l’autre, surtout au niveau des bras si on veut guérir par imposition des mains (par exemple).

Entre deux vies

Mais ce même chakra se trouve être le point de rencontre des énergies terrestres (ancrage et connexion à la Terre) et célestes (qui viennent du coronal et de notre connexion à l’âme et la Source). Je pense qu’il faut comprendre que lorsque nous faisons un soin, même si on ne sert que de canal, on implique toute notre énergie dont le centre est le Coeur, là d’où elles sont diffusées vers l’extérieur (à condition que la circulation énergétique soit un minimum non parasitée et assez développée).

Il n’y a que le travail spirituel qui nous permet d’élever notre taux vibratoire et améliorer la qualité de nos énergies et donc de nos soins qu’on peut faire aussi bien à soi-même qu’à autrui. Cela est d’autant plus pertinent si on y réfléchit bien: si on veut soulager autrui d’un mal de tête par exemple, il faut que nos énergies soient suffisamment fortes et équilibrées afin d’aider le corps énergétique du patient à retrouver son propre équilibre.

Troisièmement, il est important d’avoir un minimum de sensibilité énergétique, c’est-à-dire de disposer d’une conscience de non seulement ses propres énergies, mais aussi celles de l’individu en question, histoire de voir ou sentir ce qui se passe. Quoi guérir, est ce que ça guérit bien, quand terminer, sentir ces fluides d’énergies etc.

Quatrièmement, il est urgent d’user de son discernement sur ce qu’on peut et doit soigner, et surtout, sur la nature des énergies qu’on manipule. Il est absurde par exemple de soulager le stress d’un individu et ses conséquences sur l’estomac par des moyens énergétiques si le stress émotionnel persiste en raison d’un manque d’initiative de l’individu en question. Un guérisseur peut soulager, mais ne guérit pas le stress. C’est à l’individu de déployer ses moyens personnels pour arriver à ses fins.

Ou soigner les symptômes physiques d’une dépendance au tabac est aussi peu intéressant. De même, avant de se lancer un soin, il faut prendre le temps de diagnostiquer clairement l’origine du mal physique et/ou énergétique (tout est relié) et de savoir si c’est réellement guérissable ou pas. Un mal de dos provoqué par un faux mouvement n’aura pas le même traitement qu’un dysfonctionnement du plexus déclenché par des émotions négatives non gérées.

Soigner ne veut pas dire guérir. On peut soigner un stress mais pas guérir profondément le problème émotionnel du patient, dont le stress et ses symptômes n’en sont que des manifestations physiques.

Cinquièmement, il est donc évident que la meilleure personne qui puisse nous soulager d’un mal d’ordre psychosomatique (ou un mal éthérique) est nous-mêmes. De plus, les guérisseurs trouvent rapidement leurs limites dans leurs soins. les cancers et autres maladies incurables médicalement sont bien sûr très difficilement et rarement réduites, voire guéries par de tels moyens.

Pour traiter des maux plus complexes, il faut initier des séances de soin régulières et progressives. Mais en respectant sa propre puissance énergétique et ses capacités réelles. Tout le monde n’est pas supposé posséder des capacités de guérison, même si on fait un travail sur soi.

Sixièmement, il existe une variété de moyens d’action de guérisseurs. Tout dépend sur quel niveau il agit. Certains sont capables de stimuler directement les énergies guérisseuses de la zone malade en question, d’autres peuvent aider un individu à se débarrasser d’entités vampiriques liées à un problème physique (grosse fatigue par ex), ce qu’on appelle dans ce cas des exorcistes, d’autres encore vont allier l’action physique et l’action énergétique (massage énergétique par ex)

Septièmement, les guérisseurs ne sont pas des médecins. Ils ne doivent pas garantir la véracité de leur diagnostics (si ils ont les connaissances adéquates…) ou exclure toute possibilité de traitement de médical. La guérison énergétique n’est pas là pour substituer à la médecine traditionnelle.

Bref, le but d’un guérisseur est de guérir et de soigner, mais comme le processus mis en place au cours d’un soin sont invisibles, il peut être difficile de saisir entièrement la complexité de ce qui se passe réellement et donc de donner une universalité aux techniques de guérison, d’autant plus que les guérisseurs peuvent être assistés par des entités assignés à cela.

connaissance et maitrise des energies