L’alimentation influence notre état mental et notre état mental influence nos choix d’aliments

 

 

Notre tendance à choisir notre alimentation est le reflet de notre état de conscience. 

« Derrière tout matériel, il y a du spirituel. Ainsi, derrière toute les substances matérielles que nous prenons en nous par l’alimentation, il y a du spirituel…Nous entrons, par la nourriture, en contact avec du spirituel qui se trouve derrière le matériel…Cela signifie qu’il y a un processus spirituel dans l’absorption et dans toute l’élaboration des aliments au sein de l’organisme humain » Rudolf Steiner Anthroposophe, Conférence sur l’alimentation du 17/12/1908.

alimentation

Comme le bord de mer recevant la vague qui le modèle inlassablement.

Comme le petit caillou lancé au milieu de la mare formant une spirale dans l’eau en façonnant subtilement la berge ; Comme une onde de satisfaction dans notre corps après avoir mangé un fruit mûr

Ce qui nous mangeons informe, s’imprime en nous et donne le ton et les formes sur notre véhicule terrestre :

Diverses approches philosophiques de la nutrition établissent des liens entre les aliments et le comportement qu’ils génèrent lorsque nous les métabolisons :

– les viandes rouges procureraient des énergies lourdes. Elles rendraient l’homme agressif, voire violent,

– Les viandes blanches donneraient de l’énergie plus rapide et moins lourde que les viandes rouges. Elles rendraient l’homme moins agressif,

– Les légumes et les céréales offriraient une énergie plus rapide encore et plus légère que les viandes blanches. Elles feraient l’homme flexible, plus sensible et moins dense,

– Les fruits et le miel présenteraient des énergies encore plus légères et plus rapides que les céréales. Il s’agirait que ces aliments rendent l’homme très sensible et avec une énergie très subtile.

Ainsi, plus les aliments fournissent des énergies légères, plus le développement spirituel est important, puisqu’il pénètre les niveaux profonds de l’être. Cette règle concerne tout le monde, y compris les personnes qui n’ont aucun intérêt à la spiritualité. En effet, une alimentation légère procure un état mental plus calme et harmonieux, avec un meilleur pouvoir de jugement, une clarté mentale, un meilleur pouvoir de créativité, une meilleure perception des choses de la vie, plus de réflexes, de sensibilité et d’équilibre.

Il y a fort longtemps, Hippocrate (400 ans av JC) a dit :

« Que ton aliment soit ton médicament et que ton médicament soit ton aliment »

Cet axiome est aussi l’un des premiers que j’ai entendu durant les premières heures de cours de ma formation de praticien de santé.

Ce travail de fin d’études est plus qu’un mémoire pour moi, le sujet du végétarisme est avant tout l’évidence même à traiter parce qu’être végétarienne fait partie intégrante de mon vécu au quotidien et de mes aspirations profondes.

Extrait du Mémoire de fin d’études de Praticien de Santé en Naturopathie – session 2003/2007. Présenté le 6 septembre 2008livre : INCANDELA Sandrine – intitulé :  LE VEGETARISME

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s