Des  comptes à rendre spirituels avec la vivisection

 

La race humaine qui maltraite actuellement les animaux aura alors à agir comme leur serviteur, les aidant à atteindre le maximum à l’école de l’évolution.

AMOUR

   Les Esprits des animaux domestiques dont les corps sont actuellement torturés dans les enfers de la vivisection, ou massacrés pour la nourriture, deviendront un jour nos élèves et il sera de notre devoir, étant leurs gardiens, de les aider à se développer et à propager la vie dont l’homme les prive actuellement. La vivisection est considérée par tous les étudiants en occultisme comme une abomination et parmi le plus sombre de tous les crimes. S’il était seulement possible à tous les vivisecteurs de se rendre compte de ce qui les attend après la mort, la vivisection serait abolie et les chambres de torture seraient vides. En tant que Chrétiens, nous croyons qu’il est de notre devoir d’éviter de sacrifier la vie des animaux, quel que soit le but. Nous considérons la vivisection comme diabolique et inhumaine.

   Il est évident que le progrès évolutionnaire est d’élever les règnes inférieurs aussi bien que l’humanité. Les animaux, particulièrement les espèces domestiques, sont proches de l’individualisation, et leur retrait de la manifestation a déjà commencé. Comme conséquence de cela, il viendra un moment où il sera impossible d’obtenir de la nourriture carnée. Le glas du « Roi Alcool » sonnera, car seuls les mangeurs de viande ont soif d’alcool.

La science a découvert que l’hémolyse, c’est-à-dire l’inoculation du sang d’un être vivant dans les veines d’un autre être appartenant à une espèce différente cause la mort de celui des deux qui est de race inférieure. Ainsi tout animal auquel on inocule le sang d’un homme meurt. Le sang d’un chien transfusé dans les veines d’un oiseau tue ce dernier, mais le chien ne souffrira pas si on lui inocule le sang d’un oiseau.

animaux francesca

   Quand le sang d’un animal supérieur est inoculé dans les veines d’un animal d’une espèce inférieure, l’Esprit qui se trouve dans le sang de l’animal supérieur est naturellement plus fort que l’Esprit de l’animal moins développé; dès qu’il cherche à affirmer sa présence, il tue la forme qui l’emprisonne et se libère. D’autre part, quand le sang d’une espèce inférieure est injecté dans les veines d’un animal supérieur, l’Esprit supérieur est capable d’expulser l’Esprit moins développé du sang étranger et d’assimiler le sang pour ses fins personnelles, par conséquent il ne s’ensuit pas de catastrophe visible.

   L’Esprit-Groupe cherche toujours à préserver l’intégrité de son domaine dans le sang de l’espèce dont il a la garde. Il ressent le croisement d’animaux qui produisent des hybrides. Le croisement d’un cheval et d’un âne produit un mulet; le mélange des sangs étran-gers détruit la faculté de reproduction, afin de ne pas perpétuer l’hybride qui en résulte et qui est une abomination du point de vue de l’Esprit-Groupe. Le mulet échappe en partie à la domination de l’Esprit-Groupe du cheval ainsi qu’à celui de l’ânesse, par contre il n’en est pas assez éloigné pour être entièrement soustrait à leur influence.

   Par conséquent, lorsque l’Esprit-Groupe des animaux envoie les Esprits distincts des animaux pour renaître, il retient simplement l’atome-germe fertilisateur quand des animaux d’espèces vraiment différentes s’accouplent. Il permet aux animaux dont il a la charge, de saisir une occasion de renaître quand deux animaux d’une nature analogue sont accouplés, mais il ne veut pas que les hybrides se perpétuent. Ainsi, nous voyons que l’introduction de sang étranger diminue le contrôle de l’Esprit-Groupe et que, par la suite, ce dernier détruit la forme ou la faculté de reproduction chaque fois que cela est possible.

Nous savons qu’il y a des animaux qui semblent penser; ce sont les animaux les mieux domestiqués car ils sont en étroit contact avec l’homme depuis des générations, et ils ont ainsi développé une faculté que ne possèdent pas les animaux qui n’ont pas eu cet avantage. Cette faculté repose sur un principe analogue à celui d’après lequel un fil électrique parcouru par un courant à haute tension donne naissance par induction à un courant électrique plus faible dans un autre fil placé à proximité. Nous rencontrons un phénomène semblable dans l’ordre moral: un homme d’une haute moralité éveillera une tendance analogue chez un être de nature plus faible. Tout ce que nous faisons, disons, tout ce que nous sommes se reflète dans tout ce qui nous entoure. C’est la raison pour laquelle les animaux domestiques supérieurs semblent penser. Ils sont les plus développés de leur espèce, presque sur le point de s’individualiser; et les vibrations de la pensée humaine ont « induit » en eux une activité mentale analogue, mais d’un ordre inférieur.

   Seul l’homme possède la chaîne complète des véhicules le reliant à toutes les divisions des trois Mondes. Il manque à l’animal un chaînon de cette chaine, l’intellect. Au cours de sa descente dans la matière l’Esprit de l’animal n’a encore atteint que le Monde du Désir. Cet Esprit n’a pas évolué au point de pouvoir « pénétrer » dans un corps physique dense. C’est pourquoi l’animal n’a pas d’Esprit individuel intérieur, mais un Esprit-Groupe qui le dirige de l’extérieur. Il possède les trois corps, dense, vital et du désir. Il y a un point entre les sourcils, environ à 1cm 1/2 sous la peau qui a un point correspondant dans le corps vital. Ces deux points étaient séparés chez les premiers Atlantéens, comme ils le sont aujourd’hui chez les animaux. Ils sont plus rapprochés chez le chien que chez les autres animaux, à l’exception, peut-être, de l’éléphant. Le corps vital et le corps du désir des animaux ne coïncident pas encore complètement avec le corps dense, particulièrement en ce qui concerne la tête. Par exemple, la tête éthérique du cheval s’étend considérablement au-delà de sa tête physique; et s’il arrive, chose exceptionnelle, que la tête éthérique coïncide avec la tête physique le cheval peut apprendre à lire, Esprit animauxcompter et à faire des opérations d’arithmétique élémentaire, etc. Parmi les animaux prodiges qui ont tant fait parler d’eux, il y avait les quatre chevaux d’Elberfeld en Prusse Occidentale, auxquels les scientifiques s’intéressèrent juste avant la Première Guerre Mondiale. Mais les quatre animaux périrent durant la guerre, avant qu’aucune explication n’ait été donnée. Aux Etats-Unis également il y avait la petite jument timide qu’on appelait Dame Magique. Sa maîtresse avait fait construire spécialement pour elle une machine à écrire sur laquelle elle tapait les réponses aux questions de ses nombreux visiteurs.

   C’est aussi à cette particularité que les chevaux, les chiens, les chats et autres animaux ressentent le Monde du Désir, bien qu’ils ne se rendent pas compte toujours de la différence entre ce monde et le Monde Physique. Un cheval se cabrera à la vue d’une forme invisible pour son cavalier; un chat essaiera de se frotter contre des jambes invisibles pour nous-qu’il voit cependant-sans réaliser que ce ne sont pas des jambes physiques. Le chien, plus intelligent que le chat ou le cheval, se rendra compte qu’il y a quelque chose d’incompréhensible dans l’apparition de son maître défunt dont il ne peut lécher les mains. Il aboiera d’une façon lugubre et ira se cacher dans un coin.

Si un animal est blessé, il souffre, mais pas au même degré que son Esprit-Groupe. Le doigt n’a pas de conscience individuelle, il se meut au gré de l’homme qui le dirige. Les animaux font de même selon les impulsions de l’Esprit-Groupe.

C’est l’Esprit-Groupe des oiseaux qui, à l’automne, les rassemble et les oblige à immigrer vers le sud, ni trop tôt, ni trop tard, pour échapper aux bises glacées de l’hiver; c’est lui qui, au printemps, dirige leur retour et leur long vol à une altitude convenable, différente pour chaque espèce.

L’Esprit-Groupe du castor lui apprend à construire sa digue à l’angle voulu à travers une rivière. Il sait tenir compte de la rapidité du cou-rant et de toutes les autres circonstances, exactement comme le ferait un ingénieur, prouvant ainsi qu’il connaît les moindres détails de son art aussi bien que le technicien le mieux instruit. C’est la sagesse de l’Esprit-Groupe qui dirige la construction des cellules hexagonales des abeil-les, avec une parfaite exactitude géométrique; c’est elle qui apprend à l’escargot à modeler sa demeure en une spirale très belle et très exacte et aux mollusques de l’océan à décorer leurs coquilles irisées. Partout la sagesse! Sagesse si grande, si sublime que celui qui l’observe en est rempli de stupéfaction et de vénération.

Les animaux sont nos « jeunes frères » et bien que, actuellement, ils ne soient pas aussi bien organisés que les humains, ils finiront par atteindre un stade aussi élevé que le nôtre. Nous en serons alors à un stade encore plus élevé. Dans la Cosmogonie Rosicrucienne, des raisons occultes expliquent pourquoi l’élevage des animaux doit être supervisé avec soin pour le bien-être et l’avancement du règne animal en entier. Les animaux sauvages sont exempts de maladie et de douleur, parce que leur propagation se fait par les soins et la direction d’Esprits-Groupes sages, seulement à certaines périodes de l’année qui sont propices à la reproduction.

Esprit animaux

  Les esprits éclairés savent que les animaux sont leurs « jeunes frères » et qu’ils doivent les aider comme nous sommes aidés le long du sentier, et pour l’aspirant aux idéaux élevés, tuer-soi-même ou par personne interposée-est hors de question.

   Au stade actuel de notre voyage évolutionnaire, chacun sait fondamentalement que c’est mal de tuer, et l’homme doit aimer et protéger les animaux dans tous les cas où ses intérêts avides et égoïstes ne l’aveuglent pas sur les droits de ceux-ci. La loi protège un chat ou un chien contre la cruauté gratuite. Excepté dans les « sports » qui sont la manifestation de nos cruautés gratuites contre la création animale, c’est toujours pour de l’argent que les animaux sont massacrés et nourris pour être massacrés. Des créatures impuissantes sont tirées et tuées par des adeptes de « sports, » sans aucun but que de donner une fausse idée des prouesses du chasseur. C’est difficile de comprendre comment des personnes qui paraissent saines et bienveillantes, peuvent bafouer leurs bons instincts et retourner à la sauvagerie, tuant pour la pure soif de sang et de la joie de détruire. C’est certainement un retour aux instincts animaux les plus sauvages et les plus bas, ce qui ne peut jamais être considéré comme quelque chose de « viril. »

   Après la mort, l’animal demeure durant un temps plus ou moins long, selon le niveau de son évolution, dans un corps du désir, fait de matériaux du Monde du Désir. Le mouton allongé sur la route peut être vu par le clairvoyant, marcher quelques mètres, puis s’effacer vers le néant. Il ne demeure que quelques instants dans sa forme avant que l’Esprit ne retourne à la source centrale qui est l’Esprit-Groupe. Chez le cheval, la vache ou tout autre animal supérieur, il y a un temps plus long et plus de conscience dans le Monde du Désir que pour les formes inférieures.

   L’esprit de l’animal envoyé par l’Esprit-Groupe pour renaître de temps à autre dans un corps animal de son espèce-un Esprit pour chaque corps-retourne, à la mort, à l’Esprit-Groupe, ayant acquis un degré plus élevé de conscience que celui avec lequel il est né. Ceci aide l’Esprit-Groupe à évoluer, et celui-ci, en retour, dirige les Esprits des animaux, séparés en espèce.

   Il est évident que l’amour et l’attention que nous avons prodigués aux animaux les aident à avancer grandement dans leur évolution. Alors que les animaux sauvages agissent sous les impulsions de l’Esprit-Groupe, ce que nous appelons instinct, les animaux domestiques montrent une capacité à penser complètement au-delà de leur évolution normale à l’époque actuelle. Puisque nous savons que les animaux domestiques apprennent de nous et que l’acte de bonté envers eux les aide dans leur progrès nous pouvons sans risque conclure que les animaux qui ont été domestiqués deviendront à un moment donné les instructeurs de leurs frères moins avancés.

Esprit animaux

Les Esprits des animaux domestiques dont les corps sont actuellement torturés dans les enfers de la vivisection, ou massacrés pour la nourriture, deviendront un jour nos élèves et il sera de notre devoir, étant leurs gardiens, de les aider à se développer et à propager la vie dont l’homme les prive actuellement. La vivisection est considérée par tous les étudiants en occultisme comme une abomination et parmi le plus sombre de tous les crimes. S’il était seulement possible à tous les vivisecteurs de se rendre compte de ce qui les attend après la mort, la vivisection serait abolie et les chambres de torture seraient vides. En tant que Chrétiens, nous croyons qu’il est de notre devoir d’éviter de sacrifier la vie des animaux, quel que soit le but. Nous considérons la vivisection comme diabolique et inhumaine.

Extrait d’un texte Rosicrucien

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s