Médecine des peuples Esséniens

Les Esséniens étaient Considérés comme les meilleurs thérapeutes du Moyen-Orient, les Esséniens étaient un petit groupement de juifs vivant en Judée il y a 2000 ans.

esseniens

Il y avait des monastères, comme à Qumrân, mais la plupart vivaient dans des petits villages. Tout était basé sur l’échange. Les enfants qui avaient des capacités de guérison étaient envoyés au Mont Carmel où les garçons suivaient un enseignement de 7 à 14 ans. Les filles, elles, étaient formées par un maître, un sage du village. Ils connaissaient l’anatomie physique et subtile de l’Homme. Grâce à un équilibre à la fois physique et spirituel, ils vivaient longtemps. Ils connaissaient bien les plantes. Les Esséniens avaient des coutumes et une philosophie de vie différentes concernant la nourriture, le jeûne, les soins et la façon de voir la vie. On en sait désormais un peu plus sur ces êtres à part grâce à des manuscrits – dits « de la mer Morte » – découverts par un Bédouin en 1947.

Au cours des quelques années qui précédèrent la naissance de Jésus, les Esséniens avaient établi un grand nombre de grottes, de maisons et de lieux de retraite retirés où les malades, les nécessiteux, les étrangers pouvaient y trouver soulagement et aide. Certains de ces lieux étaient petits, de peu d’importance, et se trouvaient le long de certaines routes afin que les pèlerins puissent s’arrêter la nuit pour se protéger des orages ou trouver des conseils et une main secourable. Cependant, quelques-uns de leurs établissements étaient vastes et ressemblaient presque à des hôpitaux. En fait, on les appelait hospices et ils fonctionnaient comme tels.

C’est dans cette forme de travail que nous trouvons l’origine des hospitaliers, ces hommes qui se consacrèrent à l’établissement d’hospices et qui formèrent un ordre de chevalerie et une organisation à part. Les Esséniens établirent un refuge juste à l’extérieur des enceintes de Jérusalem et de quelques autres grandes villes. Celui de Jérusalem, appelé la Porte des Esséniens, a été découvert, il y a quelques années, et en partie restauré comme un haut lieu historique.

esseniens

L’objectif dispensé par Anne Givaudan et son époux, est d’arriver à une médecine préventive et à une véritable guérison. Précisons qu’à l’époque, cette médecine était reconnue au même titre que la médecine chinoise ou ayurvédique. Il y avait d’ailleurs de nombreux échanges avec d’autres pays – d’où les termes de Chakras et Nadis (http://devantsoi.forumgratuit.org/t1570-les-chakras-de-a-a-z#12401 )  que nous utilisons.

 En conclusion, disons qu’être « ESSENIEN », cela signifie regarder avec le cœur, au-delà de l’apparence…»

Il est évident que la Fraternité Essénienne découvrit rapidement que l’un des plus grands besoins de la Palestine concernait une forme d’aide sociale en raison des masses de gens qui vivaient dans la pauvreté, la maladie et les coutumes primitives. Nous devons nous rappeler que la Palestine avait été un pays presque barbare jusqu’à l’arrivée de Moïse et des Enfants d’Israël et que, si les Juifs avaient une bonne éducation et une civilisation avancée, ils vivaient à l’intérieur de leur clan et ne faisaient pas grande chose pour aider ceux qui étaient païens ou étrangers à la foi juive.

Le résultat fut que Jérusalem devint une ville bien construite et presque exclusivement juive, une ville entourée de murailles et réservée à ceux qui avaient adopté les coutumes juives. En dehors des murs de Jérusalem, et dans toutes les petites localités de Palestine, il y avait beaucoup de pauvreté, de maladie et de souffrance. Pour cette raison, les Esséniens ne se consacrèrent pas exclusivement à l’organisation d’écoles pour répandre leurs principes, mais ils entreprirent aussi d’aider les pauvres et les nécessiteux, par l’application pratique de leurs principes mystiques.

Aujourd’hui, les soins esséniens sont une approche thérapeutique qui utilise le pouvoir guérisseur de la lumière et du son ainsi que le massage de  points énergétiques dans le but de maintenir ou rétablir un équilibre harmonieux entre le corps, l’âme et l’esprit. Ces soins agissent en rétablissant la circulation de l’énergie qui a été perturbée par le stress, la maladie, les formes-pensées négatives et les difficultés de la vie quotidienne.

Ces soins sont une forme très ancienne de guérison utilisée il y a plusieurs millénaires en Egypte puis ensuite par les Esséniens qui en ont été les héritiers. Jésus, ce grand guérisseur, était membre de la communauté essénienne. Ces soins sont à nouveau disponibles aujourd’hui  grâce à Anne Givaudan qui en a retrouvé la mémoire à travers les annales akashiques. Les annales akashiques sont comparables, en transposant les données sur un plan subtil, à un énorme ordinateur qui engrangerait le passé de la planète et de chacun de ses habitants.

  • Pour qui ?

Pour toute personne désireuse de prendre en main la santé de son âme autant que de son corps physique en s’ouvrant au processus de guérison généré par les soins. Il n’y a pas d’âge pour recevoir un soin, jeunes et moins jeunes peuvent en bénéficier tout autant que les malades et les bien-portants.

Un être qui souffre ne souffre pas par hasard. Il apprend à travers l’épreuve qu’il traverse et il grandit car, bien souvent les épreuves sont des cadeaux que nous nous faisons à nous-mêmes, pour aller plus loin en nous et au-delà de nous. La souffrance n’est pas une fatalité et certains mondes ne la connaissent plus. Un accident ou une maladie sont des signaux pour nous faire entendre qu’une partie de nous n’est pas en accord avec une autre. Ce sont des rendez-vous imposés par notre vie supra-consciente qui deviendront des tremplins, lorsque nous les aurons compris et résolus. Il arrive bien sûr qu’une trop grande souffrance nous fasse nous recroqueviller comme un cloporte sur nous-mêmes et ralentisse notre marche. Notre guérison nous appartient. Le thérapeute n’est qu’un outil par lequel l’énergie passe, il permet de prendre de l’altitude par rapport au nœud du problème. Il apporte également les briques ainsi que le ciment qui vont nous permettre de nous reconstruire, mais jamais il ne pourra construire à notre place, parcourir notre chemin, car cela, nous sommes seuls à pouvoir le faire. — (Extrait de Lecture d’auras et soins esséniens).

esseniens

  • Pour quoi ?

La maladie peut prendre sa source dans l’enfance, dans le moment présent ou dans une autre vie. Elle peut aussi avoir été générée par une façon erronée de comprendre un évènement, par un sentiment dévastateur, par une vieille culpabilité, peu importe, elle ne se trompe jamais de route et ira droit à l’organe ou à l’endroit qui lui correspond.

Elle mettra simplement quelques secondes à agir dans les cas d’un accident, quelques jours s’il s’agit d’un rhume ou quelques années pour un cancer. L’entité-maladie ne comptabilise pas son temps, cette notion lui est étrangère car elle se nourrit en permanence des pensées non évacuées que nous émettons quotidiennement. Les formes-pensées que nous émettons sont toutes à l’origine de nos maux actuels. Lorsque je conseille dans les soins, de couper les vivres ou de cesser d’alimenter une forme-pensée, il s’agit bien de cela. C’est aussi pour cette raison qu’il est important de retrouver nos vieux contentieux, nos nœuds non réglés et souvent oubliés car si notre conscient fait mine d’oublier, le travail de destruction ne cesse que lorsque tout est nettoyé.

Le pardon envers nous-mêmes, le pardon envers l’autre est le facteur le plus puissant de cette dissolution. Il éclaire la vie différemment, demande de la compassion pour accepter et comprendre ce que nous étions, ce que l’autre était….à ce moment-là. Pardonner en superficie, intellectuellement, mentalement, ne peut suffire à éradiquer une forme-pensée car celle-ci n’est pas dupe et vous ne pouvez la tromper. S’il reste au fond de votre cœur la moindre particule de grief, le nettoyage n’est pas fait et le résultât sera toujours en dessous de ce que à quoi vous vous attendiez. (Extrait de Lecture d’aura et soins esséniens)

Les soins Essénniens travaillent à la fois sur le corps physique et sur les corps subtils ce qui leur permet d’avoir un large registre et d’être aussi efficaces que ce soit pour un problème de santé précis ou pour un mal être profond. Cependant ils demandent la coopération des deux parties: le thérapeute et le patient. Le grand art du thérapeute essénien tient dans le fait « d’aider le patient à se guérir lui-même. » Ce qui est la Clé de toute Véritable GUERISON.

 Pour en savoir plus :

Venue de loin, la thérapie essénienne trace discrètement son chemin. En France, Anne Givaudan et son mari médecin contribuent à la faire connaître. Rencontre avec une thérapeute et un anesthésiste qui utilisent ces soins énergétiques avec succès…

RETROUVER LES OUVRAGES, clic ICI :

CHEMINS DE CE TEMPS-LA

DE MEMOIRE D’ESSENIEN

bienvenue c

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s