GUÉRIR ET SE SOIGNER SOI MEME

Je pense que les gens ont la capacité de se guérir eux-mêmes. Une fois qu’ils l’ont compris, ils peuvent explorer leur potentiel de bien-être. Il est important de faire la distinction entre guérir et soigner.

Guérir est un processus par lequel on devient entier et au cours duquel on trouve un sens à ce qui se produit dans notre vie. Guérir veut dire harmoniser tous les aspects de notre être : physique, émotionnel, mental et spirituel. L’idéogramme chinois qui renvoie à ces quatre plans est xin, qui veut dire « cœur-esprit ».

eau douce

Se soigner sert en général à éliminer ou à réduire des symptômes ou une maladie. Cela sous-entend habituellement une démarche impliquant le corps ou un processus corporel. Le traitement vise à arrêter, à contrôler ou à éliminer une situation particulière. En général, la responsabilité des soins est laissée à une autre personne, qui est habituellement un spécialiste de la santé.

La guérison est quelque chose que nous entreprenons nous-mêmes. Lorsque nous comprenons ce qu’est la guérison, nous savons qu’un problème physique ou physiologique particulier ne doit pas nécessairement amoindrir notre qualité de vie. Nous savons que la vie englobe beaucoup plus que la matérialité, que notre physique. La guérison nous aide à entrer en contact avec notre identité profonde, dans un contexte plus vaste, quel qu’il soit pour nous. La guérison est ce qui fait déboucher notre sentiment de solitude sur quelque chose de plus grand que nous. Nous entrons alors en harmonie avec nous-mêmes et avec notre environnement. Même si on ne peut pas se soigner, on peut guérir.

Ces quelques exercices de Qi Gong ont été utilisés par une personne qui s’est guérie du cancer. Le Qi Gong nourrit et soutient la Rate, le Foie et les Reins, organes qui sont affaiblis pendant les traitements anti-cancer. On encourage souvent les personnes en traitements anti-cancer à pratiquer cet ancien art martial chinois.

LE CHEVAL
Se tenir debout, les pieds rassemblés et les bras le long du corps. Le poids est sur l’avant des pieds, le dos droit. À l’inspiration, inspirer à partir de la plante des pieds jusqu’au Dan Tien, un point qui se trouve sous le nombril au centre du corps, et vers les poumons. Respirer ainsi profondément à quelques reprises. Déplacer le pied gauche sur le côté à une distance aisée. Les genoux sont déverrouillés. Lentement, amener les mains fermées en poing sur les os des hanches (l’intérieur des mains fait face au ciel). Détendre tout d’abord le bras droit en coup de poing tout en expirant. Pour bien des gens, l’exagération de l’expiration, combinée au mouvement de coup de poing, est une merveilleuse façon d’exprimer et de laisser sortir la frustration et la colère accumulées. Ramener la main sur la hanche. Faire la même chose avec le bras gauche. Commencer par trois coups de poing par bras, puis augmenter à cinq, et ensuite à sept. Ramener les bras le long du corps. Redresser les jambes et ramener la jambe gauche près de la droite.

Guérir chez francesca

POINTER LA LUNE DU DOIGT
Cet exercice est particulièrement bon pour le lymphœdème, qui est une enflure se produisant lorsque le liquide lymphatique se ramasse dans les tissus des bras et des jambes. Cette enflure peut survenir après une chirurgie ou une radiothérapie mammaire.

Se tenir debout (ou assise), les pieds rassemblés et les bras le long du corps. Le poids est sur l’avant des pieds, le dos droit et les genoux sont déverrouillés. À l’inspiration, inspirer à partir de la plante des pieds jusqu’au Dan Tien, un point qui se trouve sous le nombril au centre du corps, et vers les poumons. Déplacer le pied gauche sur le côté à une distance qui semble aisée. Le majeur de chaque main vient se coller contre le pouce. L’intérieur des mains fait face au ciel quand elles montent. Commencer le mouvement avec le bras droit. À l’expiration, faire le balancier avec ce bras, en diagonale devant la poitrine aussi haut que possible sur le côté gauche. Suivre les doigts des yeux. Laisser tomber le bras droit et faire le balancier avec le bras gauche. Un rythme naturel s’installera dans le mouvement. Ne pas oublier d’expirer en montant le bras. Commencer avec trois mouvements de balancier par côté, puis augmenter à cinq, puis à sept. Ramener les bras le long du corps. Redresser les genoux et rassembler les pieds.

LA GRUE
C’est l’exercice tout désigné pour nous faire voir si notre esprit est ailleurs pendant que nous le faisons. La concentration et la centration voulues pour faire cet exercice seront plus difficiles si nous nous mettons à penser à la préparation du souper ou à notre liste de choses à faire. Se tenir debout, les pieds rassemblés et les bras le long du corps. Le poids est sur l’avant des pieds, le dos droit et les genoux sont déverrouillés. À l’inspiration, inspirer à partir de la plante des pieds jusqu’au Dan Tien, un point qui se trouve sous le nombril au centre du corps, et vers les poumons. Les bras, les épaules et les poignets sont détendus. Déplacez le pied gauche sur le côté. Trouver un point à fixer sur le sol ou sur le mur en face de vous. En inspirant, transférer le poids du corps sur un de vos pieds (celui qui vous vient naturellement). Soulever le pied libre et en placer la plante sur le côté ou l’arrière du genou de l’autre jambe. Lentement, monter les bras jusqu’à la hauteur des épaules, paumes face au ciel. Tenir la position et retenir la respiration. En expirant, descendre lentement le pied vers le sol et ramener les bras le long du corps. Transférer ensuite le poids du corps sur l’autre pied et faire la même chose. Faire en sorte que tous les mouvements soient lents et harmonieux. Ramener les bras le long du corps. Redresser les genoux et ramener la jambe gauche près de la droite.

L’OURS
Se tenir debout, les pieds rassemblés et les bras le long du corps. Le poids est sur l’avant des pieds, le dos, droit et les genoux, déverrouillés. Déplacez le pied gauche sur le côté, à une distance aisée. Tout le corps doit être détendu et mou. À l’inspiration, arquer le dos et pousser la tête et les épaules vers l’arrière aussi loin que possible. Les bras montent légèrement, paumes ouvertes vers le ciel. Cet exercice est excellent pour ouvrir la poitrine. À l’expiration, se laisser tomber vers l’avant, les genoux légèrement pliés, les épaules voûtées. Laisser tout l’air sortir des poumons. Tout relâcher. Refaire une seconde fois lentement. Ramener les bras le long du corps. Redresser les genoux et ramener la jambe gauche près de la droite.

Proposé par Annie Ollivier

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, A la condition que vous  Respectiez le lien de l’auteur  Francesca : https://medecinehistorique.wordpress.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s