Harmoniser les émotions avec la méditation et les aliments

 

Harmonie alimentsLa médecine traditionnelle chinoise (MTC) a toujours reconnu le lien entre le corps et l’esprit, alors que la science occidentale commence  à peine de le faire. Des études montrent que des événements générateurs de stress, entre autres le décès d’un conjoint ou la perte d’un emploi, augmentent de façon marquée le risque de maladie. Les chercheurs ont découvert des voies neurologiques directes entre le cerveau et le système immunitaire. De nombreux hôpitaux et centres médicaux recommandent désormais des programmes de soins incluant la détente, la méditation et la visualisation. Cette branche de la médecine s’appelle «psychoneuroimmunologie».

En MTC, les symptômes de nature physique ne sont pas dissociés de ceux de nature émotionnelle ou mentale. Tendances suicidaires, psychose et schizophrénie sont considérées comme des problèmes physiques causés par un déséquilibre énergétique dans un complexe d’Organes.

En MTC, vu que les émotions sont considérées comme des expressions de notre Qi, les bloquer, ne pas les exprimer ou les exprimer de façon impropre peut susciter des problèmes. Nier ou refuser de reconnaître ou d’accepter nos émotions, c’est faire obstacle à leur expression. Pleurer pour plaire au lieu de se mettre en colère, ou encore reprocher aux gens de ne pas nous écouter alors que nous ne prenons pas notre place, c’est exprimer nos émotions de façon non appropriée. Ces tactiques nous empêchent parfois de composer avec des émotions qui sont encore plus menaçantes, entre autres les peurs.

Voici ce que le Nei Jing dit à cet effet : «Il est bien connu que toutes les maladies sont le résultat d’un déséquilibre du Qi : la colère fait monter le Qi, la joie ralentit le Qi, la tristesse disperse le Qi, la peur fait descendre le Qi, la terreur amène la confusion dans le Qi et l’anxiété fait stagner le Qi. La colère endommage le Foie, la haine endommage le Cœur, l’anxiété endommage la Rate, la tristesse endommage les Poumons et la peur endommage les Reins.» Bien des Occidentaux sont surpris d’entendre dire que la joie, en particulier, peut avoir des effets nocifs sur le corps. Trop de joie ressentie continuellement pendant une longue période impose un stress additionnel au Cœur. Souvent, le Cœur essaiera de compenser l’excès de bonheur ou de joie par des larmes. Il vous est déjà certainement arrivé de pleurer des larmes de joie, j’en suis sûre!

Chacun des complexes d’Organes est associé à une émotion précise et chacune de ces émotions peut affecter un complexe particulier d’Organes ou, au contraire, peut apparaître à cause d’un déséquilibre des Organes. Cela signifie que si vous avez éprouvé du chagrin pendant une longue période de temps et que cette tristesse n’est pas transformée, un déséquilibre peut survenir dans le Qi des Poumons, qui se manifestera sous forme de rhume, d’asthme ou même de psoriasis. (Le psoriasis est typiquement lié à un déséquilibre des Poumons, puisque la peau est le tissu qui est régi par les Poumons.) Par ailleurs, si vous avez une déficience du Qi des Poumons pendant une longue période, vous remarquerez que vous êtes sujet à des accès de mélancolie ou que les larmes vous viennent toutes seules à la moindre offense ou à entendre une histoire triste. Si vous vous inquiétez et pensez trop, cela peut bloquer le Qi de la Rate et vous aurez peut-être des problèmes de digestion ou saignerez à l’excès pendant vos menstruations.

C’est pour cette raison que le praticien en MTC diagnostique et traite les symptômes d’origine émotionnelle en fonction des symptômes physiques, cherchant à trouver le schème global qui les relie.

Le lien entre les entre plans physique, émotionnel et mental est particulièrement significatif dans le cas des problèmes gynécologiques, avec toutes sortes de symptômes qui ne sont pas de nature physique mais plutôt de nature «psychique», entre autres les crises de larmes ou les éclats de colère qui surviennent avant les menstruations. Toutes les parties du corps et de la psyché sont reliées les unes aux autres.

Il est certain que l’on peut retrouver l’équilibre énergétique, émotionnel et physique en faisant appel à l’acupuncture, au chi nei tsang (massage chinois), shiatsu, etc. Mais on peut aussi le faire en se servant de méditations (chi kung) qui visent les Organes (Poumons, Reins, Foie, Cœur, Rate) et s’appliquent à transformer le stress correspondant à ces organes en vitalité. Souvent, les émotions sont exacerbées parce qu’il y a un excès de chaleur dans les fascias les entourant. C’est ce qui fait que la colère monte avec le feu du Foie, la tristesse du Poumons nous accable, la haine du Cœur nous envahit, la peur des Reins nous habite, et l’anxiété de la Rate nous prend. Il existe des méditations ou exercices, ou méditations-exercices, qui permettent de libérer nos organes de cet excès de chaleur et de redonner aux organes l’équilibre.

Pour une raison ou une autre, vous vous sentez triste ou déprimé, avec peut-être en plus un bon rhume. Alors faites le son des Poumons : SSSSSSSSSS et mangez des aliments piquants qui viennent tonifier vos Poumons (ail, oignon, choux, cannelle, gingembre, etc.). Vous pouvez répéter le SON autant de fois que vous le désirez : il n’y a aucune contre-indication.méditation

Vous ressentez de la peur, de l’insécurité (pas difficile par les temps qui courent!), du stress, avec peut-être en plus un épuisement, de la fatigue. Alors faites le son des Reins : Tchhhhhhhhhhou (comme le vent dans les films d’horreur) et consommez davantage de poisson, de légumineuses et de noix de Grenoble entre autres. Vous pouvez répéter le SON autant de fois que vous le désirez : il n’y a aucune contre-indication.

Si la colère, la frustration ou l’agressivité vous habitent, faites le plus souvent que vous pouvez le son du Foie CHHHH (comme dans chut!) et consommez davantage d
’aliments acides, comme les agrumes entre autres. Vous pouvez répéter le son autant de fois que vous le désirez : il n’y a aucune contre-indication.

Quand vous ressentez de l’agitation, de l’intolérance, de l’impatience, que vous avez souvent chaud aussi, faites le son du Cœur, Haaaa (h expiré sans dire verbalement le A). Et mangez davantage des aliments amers, comme les endives, le thé, chicorée, roquette, etc.) Vous pouvez répéter le son autant de fois que vous le désirez : il n’y a aucune contre-indication.

Vous vous sentez anxieux, soucieux, obsédé par certaines pensées, l’esprit cahotique, avec en plus peut-être un peu de difficulté à digérer et une grande prédilection pour les sucreries. Alors faites le son de la Rate Groooo (gutural) et consommez beaucoup plus de légumes-racines et des dattes et des figues séchées.

trouver l'équilibre

Il y a un lien entre nos émotions et nos organes. Et la méditation des Six sons de guérison peut grandement aider à « neutraliser » ces émotions (On dit souvent que les Taoïstes sont froids : c’est parce que justement ils n’ont pas de montagnes russes émotionnelles!). J’ai dit 6 sons, même s’il y a 5 organes. Les Taoïstes ont devisé cette méditation (elle dure environ 30 minutes quand on la fait à fond, mais on peut faire les sons indépendamment selon le besoin du moment) en fonction des organes et n’ont pas oublié le 6e son qui est celui du Triple réchauffeur, HIIII (h expiré) dont la fonction est de répartir l’énergie dans les 3 Dan Tien et de débarrasser l’excès de chaleur au cas où il en resterait.

Alors, méditations et aliments, comme vous le voyez, nous aident à maintenir l’équilibre et l’harmonie dans notre vie.

Même si j’ai déjà fait figurer la méditation des 6 Sons de guérison, je la redonne (avec plus de précisions) car elle sera un complément fort utile à cet article. Elle figure aussi sur mon CD TAO (aussi téléchargeable), en même temps que la méditation du Sourire intérieur, qui a des fonctions semblables.

Il est recommandé de faire la méditation des 6 Sons de guérison le soir, justement pour retrouver cette forme de neutralité, d’équilibre, que confèrent les sons et pour pouvoir aller au lit en paix. Parfois, quand je les fais une fois couchée, je m’endors avant même de les avoir finis. Ça marche!!

Bonne pratique !

Annie Ollivier Site web : http://www.chikungminceur.com

Vous pouvez reproduire librement cet article et le retransmettre, à la condition que vous  Respectiez le lien de l’auteur  Francesca : https://medecinehistorique.wordpress.com/

 

Les animaux seraient-ils si différents de nous

 

Quelque part, parmi les étals d’un angle de la place du marché, des plumes volent dans la clarté des rayons du soleil… nous devinons quelques cages et leurs poules entassées sans ménagement. Cependant nous découvrons un chien apeuré, au milieu de sacs plastique, la plupart éventrés, qui semblent attendre pitoyablement les services de la voirie. Sans attendre, le chien  y avait fourré le museau persuadé d’y découvrir quelque délice mystérieusement oubliés par l’homme. Mais il n’était pourtant que paralysé par l’image de ce pied humain et ce pantalon trop sombre… sans doute ceux de l’homme qui l’a chassé, près des poules tout à l’heure. Pourquoi ? Il voulait juste leur demander… Et puis, il y a ce regard qui le hante. Il est doux et toujours il revient en lui avec le contour d’une maison dont la façade est blanche…. Mais ce temps est loin !

animal blog

Innombrables sont les animaux qui éprouvent ce que savent éprouver dans leur cœur, les humains. L’attachement, l’amour, tout cela n’est pas réservé à nos semblables. La fidélité, la parole donnée, le don de soi sont des réalités qui ne leurs sont pas non plus étrangères. Cela vous surprend peut-être….

Leurs concepts sont autres, cela est vrai. Leur vision de la vie, de l’univers, peut radicalement différer de la nôtre, cela est juste aussi puisque leur approche de l’espace, du temps et de cent autres choses se démarque de ce nous connaissons. Néanmoins, un sentiment demeure un sentiment. L’amour reste toujours l’amour et l’indifférence évoque toujours la même chose, dans quelque monde que ce soit. Sans doute y a-t-il des degrés dans la révélation, la manifestation d’un sentiment, mais la racine de celui-ci, sa flamme, reste identique à elle-même quel que soit l’univers. Il y a, à ce propos des niveaux de manifestation différents chez eux, tout comme chez les nôtres. L’amour animal est aussi vrai, aussi noble que l’amour humain. Peut-être même est-il souvent plus authentique en ce qu’il est absolu, en ce qu’il est cousin de la dévotion, en ce qu’il est parfaitement don, sans malice, et  sans calcul.

Chez la plupart de ceux du peuple animal, le sentiment d’amour n’est pas directement relié à l’acte physique, comme celui des humains, il en est même souvent totalement dissocié. L’acte demeure, pour une majorité d’entre eux  ce que l’Esprit de Vie imprime afin de perpétuer les corps dont ils ont besoin pour parfaire leur âme. Sans doute cela paraît-il bestial ou primaire, mais pour eux, cela correspond à une logique élémentaire qui n’a rien de répréhensible. Cela tient d’un rapport entre l’âme et le corps qui est très différent chez les peuples humains. Tous deux ont raison. Les civilisations respectives n’ont pas appris tout cela par hasard…. mais plutôt inculqué ce qui est bon pour la floraison de leur conscience. L’univers est amorale, seule la notion de morale est humaine et encore varie-t-elle d’une contrée à l’autre, d’une époque à l’autre. L’univers ne connaît que la nécessité lumineuse de grandir. Celle qui se situe au-delà même du Bien et du Mal. Celle qui est le Juste à l’état pur parce qu’avant tout génératrice de Félicité.

Les humains prêtent aisément à la Divinité des traits humanoïdes…. Si nous faisions l’effort d’y songer, nous la ressentirions volontiers sous l’aspect d’un animal. Pourtant, elle n’est rien de tout cela. Ni les uns ni les autres nous ne sommes dans la vérité absolue… Le Vrai rayonne au-delà de ces conceptions… nous  n’y avons pas encore accès… nous tentons seulement de le deviner… et c’est parce que notre conscience mentale s’éloigne du jeu qu’est la Devinette Suprême que notre être se tourmente en s’inventant des questions. N’est-ce pas ainsi que naissent nos dogmes ? On a besoin de règlements dès que l’on commence à marcher loin des Lois.

CHEZ FRANCESCA

Ainsi, la fidélité, le don de soi, sont pour le peuple animal une affaire d’âme. Elles ne concernent que l’âme et cela est juste pour eux car leurs civilisations ne connaissent pas d’interdits en rapport avec le corps physique. Les interdits, commencent à naître lorsque l’être prend conscience de lui en tant qu’individu isolé des autres et de la Création. Ils témoignent d’une phase nécessaire et obligatoire qui s’effacera néanmoins un jour pour laisser place à une merveilleuse logique dont nul n’a idée, aussi lumineuse qu’un soleil.  Il existe une multitude de niveaux de conscience. Toutes les formes du sentiment d’amour nous visitent et aucune ne les étonne.

Le peuple animal, lui, ignore la perversité et c’est cela qui le maintient dans sa pureté. Son âme ne s’est pas encore heurtée aux obstacles des élaborations mentales propres à l’humanité. Jusqu’au jour où elle devient par trop humaine à force de vivre en contact intime avec eux, elle est l’authenticité même, sans la moindre faille.

Passages du livre : Le peuple animal 

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer les sources et le site :  https://medecinehistorique.wordpress.com/