Le thé possède de nombreuses vertus pour la santé

 

Connaissez-vous celles-ci, rapportées lors du 5ème Symposium sur le thé et la santé qui s’est tenu le 19 septembre 2012 à Washington ?

champ de thé

Apparu en Chine vers l’an 600 et bu depuis des millénaires, le thé est devenu une boisson très populaire. Sa richesse en antioxydants est bien connue mais il possède d’autres vertus. Un symposium a été consacré au thé le 19 septembre 2012 à Washington (DC). En voici les principales conclusions.

Tous les thés, qu’ils soient blanc, vert, noir, oolong viennent d’une plante appelée Camellia Sinensis.

Les différences tiennent au degré de fermentation (oxydation enzymatique) des feuilles : dans le thé noir ce processus est totalement accompli, alors qu’il est interrompu très tôt dans le thé vert, en exposant les feuilles à la chaleur. Les thés blanc et oolong correspondent à des états intermédiaires. Tous les thés sont cependant riches en flavonoïdes, des composés appartenant à la grande famille des polyphénols. «

Le the est très riche en flavonoïdes

Les flavonoïdes représentent un tiers du poids de la feuille de thé, ce qui est très élevé, quand on considère que le thé n’amène pratiquement pas de calories,  » déclarait lors du symposium le Pr Jeffrey Blumberg (Tufts University, Boston). Pour les intervenants qui se sont succédé, la teneur en flavonoïdes et donc les bénéfices qui lui sont associés, varie considérablement selon les régions de production, les variétés, le traitement des feuilles et la manière dont le thé est infusé. Malgré tout, le thé peut être considéré comme une boisson favorable à la santé même s’il ne faut pas en attendre des miracles.

Il est favorable à la santé cardio vasculaire

Il contribue à la souplesse des artères et à la fluidité du sang. Les études épidémiologiques montrent que par rapport aux non buveurs, les buveurs de thé ont moins d’hypertension ; leur risque d’accident vasculaire est réduit. Dans une étude contrôlée en double aveugle, des volontaires souffrant d’hypertension ont bu une tasse de thé noir par jour ; leurs pressions diastolique et systolique s’est abaissée.

Ces bénéfices ont été maintenus, même en présence d’aliments gras et sucrés qui ont tendance à faire se contracter les vaisseaux sanguins. L’étude était conduite par le Dr Claudio Ferri (université de l’Aquila, Italie).

Il est bon pour la santé osseuse

Plusieurs études ont observé le lien entre la densité minérale osseuse (un marqueur de la santé de nos os) et la consommation de thé. En 2007 des chercheurs rapportaient que les femmes ménopausées qui boivent régulièrement du thé semblent conserver des os en bonne santé pendant plus longtemps.

Une étude beaucoup plus récente a suivi un groupe de 171 femmes ménopausées souffrant d’ostéopénie (qui précède l’ostéoporose) qui ont été assignées en double-aveugle et de manière aléatoire soit à prendre 500 mg de polyphénols de thé vert soit à effectuer 3 séances d’une heure par semaine de Tai Chi soit les deux en même temps soit à prendre un placebo, tout ceci pendant 6 mois. Au terme de l’étude les femmes qui ont pris le thé vert et/ou qui ont fait du Tai Chi ont vu leur densité minérale osseuse et leur force musculaire augmenter, deux paramètres qui pourraient protéger des fractures.

Le thé agirait en réduisant le stress oxydant et l’inflammation, à l’origine d’une perte de masse osseuse et de masse musculaire.

Après l’eau, c’est la boisson la plus consommée : plus de 10 000 tasses sont savourées chaque seconde dans le monde ! Ce précieux breuvage, dont les Anglo-Saxons raffolent plus particulièrement, a le goût du Soleil levant. L’Inde, la Chine, le Sri Lanka, le Japon, le Viêt Nam et l’Indonésie en sont les principaux producteurs, loin devant l’Amérique du Sud et l’Afrique de l’Est.

fleur de thé

Il y en a pour tous les goûts et de toutes les couleurs : blanc, jaune, rouge, noir, vert, fumé, parfumé, Oolongs… Des variations qui ne dépendent pas d’une diversité végétale mais bien d’un savoir-faire ancestral. Car le thé ne provient que d’un seul arbre : le Camellia sinensis. Originaire d’Extrême-Orient, ce membre des théacées se développe sous des climats chauds et humides. A l’état sauvage, il peut atteindre jusqu’à 15 mètres de haut. Mais à l’image de la vigne, l’homme le taille en arbuste afin d’en faciliter la cueillette. Une récolte qui s’effectue à la main, trois à quatre fois par an, car plus les feuilles sont jeunes, plus la boisson promet d’être raffinée.

Enjeu économique oblige, la fabrication des thés est jalousement tenue secrète. Le Gyokuro Asahi, le Lapsang Souchong, le Darjeeling d’Inde ou le Ceylan du Sri Lanka font des envieux et nombre de potions postulent au label alors qu’elles ne contiennent pas de thé. En France, par exemple, le thé d’Aubrac, cultivé dans les montagnes de Lozère et de l’Aveyron, est en réalité une infusion de calament. En général, le thé est subtilement amélioré par des additifs : des essences, des épices et surtout des fleurs. Grand rival du Earl-Grey à la bergamote, le thé au jasmin est le plus populaire et le plus ancien des thés parfumés. Le lys, la rose, l’œillet, le chrysanthème ou la fleur de souci participent aussi à ce mariage unique des saveurs, des odeurs et des couleurs.

Ainsi est née la fleur de thé, petite merveille de feuilles séchées qui va éclore au contact de l’eau frémissante. Si l’engouement des Occidentaux pour ce procédé est relativement récent, c’est un trésor qui a traversé les âges et qui invite à l’exception. Après un tri drastique des meilleurs ingrédients, la fleur de thé est confectionnée à la main selon des règles quasi militaires. C’est sans doute pour cela que les légendes chinoises la destinaient aux soldats les plus fidèles et qu’aujourd’hui encore, elle est considérée comme un élixir d’immortalité.

Trois questions à François-Xavier Delmas, globe-trotteur et président fondateur du Palais des thés

Il est devenu un nom incontournable dans le monde du thé. François-Xavier Delmas, le président fondateur du Palais des thés, est aussi un infatigable voyageur qui parcourt le monde depuis plus de 20 ans à la recherche des meilleurs crus. Entre une séance de dégustation à Taïwan et la visite d’une plantation au Sri Lanka, il a accepté de répondre à nos questions.

Le Mag de Flora : Au fil de vos voyages, le monde du thé a-t-il évolué ?
François-Xavier Delmas : Du monde du thé je ne vois que le meilleur, du fait que mes voyages me mènent exclusivement dans les plantations de thé qui produisent les thés les plus fins du monde. C’est un monde tourné à la fois vers la tradition et vers l’excellence. Il évolue peu. Parfois, on arrive à mettre au point un nouveau théier, mais cela ne constitue pas une rupture. Certes, les dérèglements climatiques perturbent les cultures. En revanche, les hommes et les femmes sont les mêmes. Ils ne changent pas. Et ceux qui rejoignent ce métier agissent en prenant exemple sur leurs aînés.

Sur quels critères sélectionnez-vous un thé ?
En ce qui concerne ma famille de thé favorite, à savoir les thés Rares et Ephémères, je choisis les lots selon mes coups de cœur. Bien sûr il y a des familles incontournables : les Darjeeling de Printemps, les thés verts Primeurs de Chine, les Ichibancha japonais, les magnifiques thés du Népal. Ou encore les incroyables Pu Er. En réalité, tout est affaire d’équilibre et d’harmonie. Entre la saveur d’un thé, sa texture et les parfums qu’il développe, il faut que l’on vive une expérience intense sur un plan gastronomique. Cela demande une grande exigence, car dans une même journée je peux goûter plus de 100 thés différents. Il faut rester vigilant, à l’écoute de l’excellence. Et de ne retenir que les thés qui offrent une expérience de plénitude.

travailler le thé

Ce métier me mène dans des contrées lointaines, j’en ramène plein de souvenirs et aussi de belles photos. J’essaye de partager cela au travers de mon blog : http://www.chercheurdethe.com.

Parmi les thés parfumés avec des fleurs, lequel a votre préférence ?
Parmi les thés fleuris, le Thé des Moines est sans conteste mon préféré. Son parfum me fait voyager. Lorsque je le déguste, je suis transporté quelque part dans l’Himalaya. Au pays des temples et des encens, des drapeaux de prières qui se balancent au gré du vent et des moines en robe rouge qui marchent en silence. Il m’apaise.

Le Palais des Thés nous ouvre ses portes

Fondé en 1986, le Palais des thés est une maison spécialisée dans la commercialisation de thés haut de gamme. L’enseigne est aujourd’hui présente dans les plus grandes villes de France ainsi qu’en Belgique, en Irlande, en Norvège, en Slovénie, mais aussi en Israël et au Japon. Pour le Mag de Flora, le Palais accepte aujourd’hui d’ouvrir ses portes.

Le Mag de Flora : Comment les meilleurs thés sont-ils sélectionnés ?
Le Palais des Thés : Chaque année, François-Xavier Delmas et les équipes du Palais des Thés parcourent les plantations de thé, asiatiques essentiellement. Le fait de voyager beaucoup, d’acheter et de déguster sur place nous offre la possibilité de découvrir des crus rares en sortant des circuits d’approvisionnements traditionnels, de goûter et de faire partager les récoltes de petites plantations, souvent confidentielles. Le Palais des Thés a ainsi pu développer une connaissance approfondie des jardins et des plantations, des terroirs et des techniques et surtout de celles et ceux qui quotidiennement dédient leur travail à la production des grands crus de thé. Ce savoir inestimable, acquis sur le terrain, s’illustre particulièrement à travers la sélection de Thés Rares et Ephémères proposés dans les boutiques du Palais des Thés. Ces thés ont des caractéristiques gustatives exceptionnelles : fraîcheur, richesse aromatique, texture, équilibre, longueur en bouche…

Votre enseigne s’inscrit dans une démarche éco-responsable ?
Soucieux de réduire l’impact de son activité sur l’environnement, Le Palais des Thés s’est engagé en 2008 dans une démarche générale éco-responsable. Cette approche globale amène à évaluer toutes les actions de l’entreprise, qu’elles concernent les pratiques de ses collaborateurs, le choix de ses fournisseurs ou les habitudes de ses clients. Le chantier est vaste, les projets nombreux. Quelques-uns de nos axes de travail sont une véritable éthique d’achat, une compensation des émissions de gaz à effet de serre pour le fret aérien et des thés bios certifiés.

saveur du thé

Quels thés parfumés avec des fleurs proposez-vous ?
Aromatiser un thé, riche de son propre parfum avec des fleurs, des fruits ou des huiles essentielles est une pratique exigeante qui demande talent et inspiration. Le Palais des Thés propose ainsi de nombreux thés parfumés agrémentés de fleurs. En voici une sélection :

– Le Thé du Hammam (sur base de thé vert ou de thé noir) : ce thé, qui évoque les aromates du Hammam (pulpe de datte verte, rose, fruits rouges) est agrémenté de pétales de rose, de tournesol et de mauve.

– Blue of London (sur base de thé noir) et Green of London (sur base de thé vert) : agrémentés de fleurs de mauve et de bleuet, ces deux thés mélangent avec finesse un très grand thé vert ou thé noir de Chine avec de la bergamote fraîche et délicate.

– Thé des Sources : ce thé vert à la menthe, rehaussé d’une pointe de bergamote, est agrémenté de pétales de rose et de bleuet.

– Thé des Moines : inspiré d’une recette ancestrale élaborée dans un monastère tibétain, le Thé des Moines est un mélange rare, dont la saveur fleurie est unique. Il est agrémenté de pétales de souci.

– Le Thé des Vahinés, sur base de thé vert ou de thé noir : mélange chaleureux sur base de thé vert ou de thé noir, ce thé marie les parfums gourmands de la vanille et de l’amande. Il est agrémenté de boutons de rose et de pétales de souci.

Attention toutefois à la fluorose

Le thé est une source importante de fluor. Une consommation trop importante est possible si vous êtes un amateur de thé, en particulier en conjonction avec les autres sources de fluor (dentifrices, eau du robinet, etc.). L’intoxication au fluor s’appelle la fluorose. Lorsque celle-ci touche le squelette, peuvent apparaître des douleurs articulaires et des fractures malgré une densité minérale osseuse élevée. Surveillez donc vos apports en fluor.

Plus d’informations sur palaisdesthes.com

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source :  https://medecinehistorique.wordpress.com/

Publicités

ALGUES, un TRESOR de SANTE

Extrêmement riches en minéraux et en vitamines, légères et savoureuses, les algues méritent vraiment de figurer à vos menus régulièrement, comme le font surtout les Asiatiques. Sur les plus de 20000 variétés existant, seulement une cinquantaine sont agréables à consommer ! Cultivées ou cueillies sauvages dans la mer, elles ont le goût d’iode, mais aussi, selon la variété, de champignon, de caramel, d’herbe, de coquillage…

Saupoudrées sur une salade, en papillote autour d’un poisson, en tartare ou frites en chips pour l’apéritif, les enfants s’en régalent. Véridique !

algues

Le point de vue de la médecine chinoise

Les algues sont de nature froid et de saveur salé, parfois amer.

Leurs propriétés les plus courantes sont de :

– ramollir les indurations,
– dégager les accumulations,
– rafraîchir la chaleur interne,
– réduire le goitre.

Elles sont indiquées dans les cas de : œdème, obésité, hypertension, goitre, hyperthyroïdie, constipation, mucosités-chaleur…

Précaution : La consommation d’algues ne doit pas être prolongée trop longtemps car elle risquerait d’introduire trop de « froid pervers » dans le corps.

Les algues selon la vision occidentale

Composition

Celle-ci dépend bien sûr du type d’algue. Très pauvres en calories, elles sont très riches en glucides. Les rouges ont en particulier une forte teneur en protéines (30 à 40%, comme le soja) ; la fameuse algue bleue des Andes, la spiruline, en contient 70% ! Elles contiennent aussi beaucoup de fibres. Les algues brunes ou rouges sont un peu plus riches en minéraux que les vertes. Mais elles contiennent toutes beaucoup d’iode, et de calcium. Et puis aussi du magnésium, du potassium, du phosphore, du fer, du zinc, du cuivre, du sélénium…

Du point de vue des vitamines, elles sont les seuls végétaux à contenir de la B12 (essentielle au bon métabolisme des tissus nerveux), ce qui les indique particulièrement dans le cadre d’un régime végétarien. Les brunes sont riches en C et E, les rouges en provitamine A, les vertes en C.

Propriétés

Les algues procurent de l’énergie, facilitent l’élimination, et sont un excellent coupe-faim. Elle sont recommandées aux femmes enceintes ou allaitantes aux personnes âgées et aux enfants pour leur teneur en calcium. Certaines sont considérées en Asie comme de véritables panacées (notamment le kombu). On dit qu’elles aident à prévenir l’hypertension, la constipation, l’hyperthyroïdie, les tumeurs, qu’elles sont antibactériennes et vermifuges.

Utilisation des algues

Il faut de toutes façons les laver pour enlever les éventuels grains de sable… On trouve souvent les algues séchées, en sachets. Il suffit de les réhydrater cinq à dix minutes dans de l’eau froide, avant de les utiliser, crues ou cuites. On peut aussi les acheter fraîches en saumure (dans du sel), il faut alors beaucoup les rincer.

Parfois aussi, elles entrent dans la composition de pâtes (à la spiruline), de purées prêtes à tartiner (tartare d’algues), de pâtés… On peut les utiliser comme des fines herbes (choisir des algues sous forme de paillettes), saupoudrées sur une salade verte ou des champignons crus arrosés d’un filet de crème de soja, ou encore mêlées à de la chapelure sur des tomates à la poêle.

Une feuille glissée dans un court-bouillon ou une soupe lui donnera un parfum très léger et surtout beaucoup d’éléments nutritifs. Les chips de kombu (tout simplement réhydraté, séché et frit) ou les morceaux de feuille de nori grillée sur la flamme du gaz sont délicieux pour l’apéritif…

algues variétés

LES PRINCIPALES VARIETES D’ALGUES

La laitue de mer

C’est une sorte de feuille verte qui, comme son nom l’indique, ressemble un peu à de la salade. Et c’est là (sur les salades) qu’elle fait le meilleur effet.

Le kombu

Le kombu (riche en iode, calcium, fer, potassium). Breton ou royal, c’est une sorte de grosse lanière marron et épaisse, qui accommode parfaitement les soupes et les bouillons. C’est le composant de base du bouillon japonais, le dashi. Le kombu ramollit les fibres des céréales complètes avec lesquelles on le fait cuire. Frit, il forme un bâtonnet craquant pour l’apéritif ou l’accompagnement original d’une soupe ou d’un poisson…

Le haricot de mer

il ressemble à des tagliatelles brun-vert. A la fois iodée et sucrée, c’est sans doute l’algue la plus facile à adopter. Froid en salade, ou revenu à la poêle pour accompagner un poisson ou une céréale, il surprendra agréablement tous vos convives.

Le wakamé

pour parfumer soupes et bouillons, attendrir les céréales et légumineuses. Elle peut être mangée crue, en salade, ou cuite.

La dulse

La dulse (riche en fer): rouge, ou plutôt violette, la dulse a une saveur très douce légèrement iodée qui se marie fort bien avec des crudités. On peut aussi la cuire dans toutes sortes de préparations (omelettes, quiches, poissons, potages…)

La nori

(Riche en vitamine A) : Cette algue violette au parfum délicat est cultivée au Japon, et se vend principalement sous forme de feuilles pour enrouler les sushis. Au Japon, on les fait aussi griller avant de les émietter dans les salades, les soupes, le pain, avec du tofu ou des légumes…

L’hijiki

L’hijiki (riche en fer, calcium, potassium): de petites brindilles cylindriques brunes qui augmentent cinq fois leur volume quand elles sont réhydratées ! Son goût est assez prononcé, elle doit être cuite au moins une vingtaine de minutes à la vapeur avant d’être sautée avec des légumes, ou mijotée .

La spiruline

La spiruline : c’est une algue minuscule qui pousse dans des lacs, en particulier au Mexique, dans les Andes, au Tchad. Elle existerait depuis trois milliards d’années. De très haute valeur nutritive, elle est incorporée dans certaines préparations (pâtes) mais sa couleur bleu-vert est déroutante… On la trouve plus souvent sous forme de comprimés ou dans des capsules. Parmi les nombreux nutriments qu’elle renferme, citons l’acide gamma-linoléique, présent uniquement dans le lait maternel ! On la dit très revitalisante.

Lire la recette de la soupe complète aux algues et des papillotes de poisson aux légumes

Voir aussi en lien le site THALADO http://www.thalado.fr/  , centre de découvertes des algues

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source :  https://medecinehistorique.wordpress.com/