L’hygiène corporelle

La propreté est un devoir social, et une habitude que la plupart des gens ont prise. Pourtant, dans les grandes villes, tous les appartements ne possèdent pas obligatoirement une baignoire ou une douche ; si l’hygiène a fait des progrès depuis le XIXè siècle, ou 2 % seulement de la population se servaient régulièrement d’une baignoire, elle n’est pas encore universelle. L’utilisation quotidienne de l’eau ne saurait se borner à une simple question de propreté ; se laver, prendre un bain, une douche, agit aussi dans le sens de la sauvegarde de l’équilibre et de l’énergie. On peut ainsi considérer l’eau comme « vitale », puisqu’elle constitue les ¾ en poids du corps humain et qu’elle est aussi une source de santé ; des toilettes complètes et régulières sont une arme utile pour lutter contre les microbes. Enfin, elle est essentielle à toute beauté du corps ou du visage ; on ne peut maquiller une peau sale…

hygiène

Celui qui veut entrer dans les secrets de la nature doit s’efforcer de comprendre l’importance de l’eau, méditer sur son origine, ses propriétés, sa puissance, tout ce qui est caché en elle. On se comporte si négligemment envers l’eau !… on ne la considère pas, on ne l’apprécie pas. C’est extraordinaire ! Comment ne pas s’émerveiller, comment ne pas tressaillir de joie devant cette matière tellement limpide, cette manifestation du principe féminin, de la Mère divine qui nous enveloppe de sa pureté, de sa clarté ?

Une autre caractéristique de l’eau est sa faculté d’imprégnation. Le soleil et les étoiles l’imprègnent de leurs rayons, la terre de ses substances ; et les pierres, les plantes, les animaux, les hommes, et même les esprits du monde invisible qui entrent en contact avec elle, lui communiquent leurs propriétés et leurs influences. C’est pourquoi, d’après certaines traditions, il est déconseillé de laisser des récipients d’eau sans couvercle pendant la nuit, car des esprits malfaisants qui rôdent autour des demeures déposent, en passant, des émanations capables de rendre malades ceux qui pourraient la boire. Et il est certain qu’une eau exposée à la lune ne produit pas les mêmes effets que l’eau exposée au soleil, parce que la lune et le soleil n’exercent pas du tout les mêmes influences. Il vaut mieux aussi ne pas boire de l’eau puisée près des lavoirs, des abattoirs ou des cimetières.

Et si une dispute éclate à côté d’un récipient d’eau, ne la prenez pas pour faire votre repas, car elle a absorbé les vibrations négatives produites par la violence qui s’est déchaînée auprès d’elle. Les créatures, les conditions modifient ce milieu universel qu’est l’eau, et c’est ainsi que l’homme peut lui communiquer ses maladies physiques et même psychiques qu’elle ira porter ailleurs. Vous comprendrez encore mieux ce pouvoir absorbant de l’eau si vous pensez à  la manière dont on utilise, par exemple, les plantes médicinales. Les plantes médicinales ont besoin d’eau pour libérer toutes leurs vertus. Vous les faites bouillir, infuser, macérer… et ensuite vous buvez l’eau. Pour bénéficier de ses propriétés vous ne mangez pas la plante, vous vous contentez de boire l’eau dans laquelle elle a trempé. C’est donc bien que l’eau est imprégnée de ses propriétés, elle lui a tout pris… ou presque. Alors pourquoi ne pas apprendre à utiliser ce pouvoir de l’eau pour influencer votre vie psychique ?

chez francesca

Les atouts d’un bain sont nombreux, bénéfiques au corps comme à l’esprit. D’une manière générale, le bain chaud se prend de préférence le soir, comme ses propriétés calmantes et relaxante s, tandis que le bain matinal tiède ou froid est excellent pour réveiller l’organisme et stimuler la circulation du sang.  Il est amusant de mettre soi-même dans sa baignoire des fruits ou des fleurs fraîchement cueillis. Le tilleul calme et favorise le sommeil, les fleurs de gardénia ont un effet calmant. Les peaux sèches apprécient la tomate, les peaux grasses préfèrent le concombre et le citron. L’orange fait merveille sur les peaux normales. Pour raffermir les tissus, verser dans l’eau du bain un verre de gros sel de mer ; si le but recherché est de perdre du poids, il est possible de mettre jusqu’à 1 kg de sel dans l’eau du bain élevée à la température maximale ; s’envelopper ensuite le corps dans des couvertures et transpirer, allongé sur son lit ou une chaise longue. Ce bain désintoxique, rend la peau lisse et douce, fait maigrir.

Nos aïeux ont longtemps gagné leur pain à la sueur de leur front. Mais aujourd’hui, dans notre monde sédentaire, tout ce qui n’est pas agréable, tout ce qui demande un effort 
« fait suer ». On fait donc tout pour ne pas suer. On a inventé par ailleurs toute une cosmétique pour limiter notre transpiration dont beaucoup de gens usent et abusent aujourd’hui. Pourtant, la transpiration est le produit d’un mécanisme essentiel à notre survie et à notre équilibre. Ne pas transpirer suffisamment, c’est perdre en santé.



La peau est en effet l’un de nos quatre principaux émonctoires, c’est même l’organe d’excrétion le plus étendu et le plus résistant dont nous disposons. Sous ce tissu sont parsemées 3 à 4 millions de glandes sudoripares que l’on trouve en plus forte concentration sous les aisselles, autour des parties génitales, dans les paumes de mains et de pieds.

La sueur est la sécrétion de ces glandes sudoripares et la transpiration, phénomène sous contrôle du système nerveux sympathique, permet de l’évacuer par les pores de la peau. Ce processus est permanent, même en l’absence d’effort physique soutenu. Par « perspiration insensible », on évacue ainsi entre 0,5 et 1 l de sueur par jour, sous la forme imperceptible de vapeur…

La transpiration a deux grandes fonctions :

1. Elle permet à notre organisme de réguler sa température (thermorégulation) en la maintenant à 37° : l’évaporation de l’eau à la surface du corps absorbe la chaleur de la peau à raison de 600 calories en moyenne par litre de sueur.

2. Elle permet à notre organisme d’éliminer les déchets organiques, les toxines et les toxiques. Pour ces derniers, c’est même la voie d’élimination la plus directe.

Si vous voulez faciliter le phénomène de transpiration, il y a les plantes sudorifiques (sureau, tilleul) et les diurétiques, les plus connues. Certaines plantes offrent une action plus subtile. La sauge officinale aide à réguler la chaleur interne donc la transpiration tout en ayant un effet détoxifiant (les Indiens d’Amérique l’utilisaient dans les huttes de sudation).

Il y a surtout les méthodes de sudation, autant de méthodes radicales pour accélérer l’évacuation des déchets, réguler la fonction de nos émonctoires (peau, rein…) tout en apaisant le système nerveux :

• Les bains hyperthermiques : ces bains chauds (jusqu’à 42/43°) indiqués pour faire face aux virus (grippe) ou bactéries, détoxifient et créent «une fièvre artificielle» qui aide le corps à incinérer les micro-organismes pathogènes et les résidus métaboliques.

  • Les bains d’air chaud :les saunas ou bains nordiques nettoient le corps en profondeur. A 80° (température létale pour les germes sous forme végétative, y compris les staphylocoques), 15 mn de sauna permettent d’évacuer près d’1 l d’eau et une quantité de métaux lourds équivalente à celle qu’éliminent les reins en 24 h.
  • Les bains de vapeur :les adeptes des hammams ou des bains russes vous diront mieux que moi l’intérêt de la vapeur pour enrayer un rhume, soulager des maux de tête, des rhumatismes ou dissiper une gueule de bois…

    Mais il y aussi les bains de survaporation, les bains alternés (chaud-froid) de Kneipp, les affusions, enveloppements et cataplasmes (à l’argile) et bien d’autres techniques encore.

    Outre des bénéfices de santé, la pratique régulière de ces méthodes de sudation donne une belle peau, affine le corps et augmente notre potentiel de séduction. On le sait depuis belle lurette. La sudation occupe une place de choix dans la médecine ayurvédique ou dans les thérapies hippocratiques. Dans la plupart des traditions, suer « sang et eau » est en outre un moyen de se purifier l’esprit : le succès New Age des « sweat lodges » (huttes de sudation) empruntées aux Amérindiens et aux Eskimos illustre cette dimension spirituelle dont nous sommes si friands (reprenez avec moi : « Ani couni chaouani » !).
Dans tous les cas, une séance de sauna ou de hammam est bonne à prendre : ça rend beau et ça rend zen… Dominique Vialard

    PS : Vous retrouverez le mode d’emploi des plantes citées dans ce message sur le siteplantes-et-sante.fr

La gymnastique dans le bain – Les exercices qui suivent peuvent être pratiqués plusieurs fois de suite, à condition d’avoir une baignoire suffisamment spacieuse :

  • Jambes fléchies, balancer lentement les genoux vers la gauche puis vers la droite : ce mouvement affine la taille
  • Accomplir de légers mouvements de rotation des épaules d’avant en arrière, puis en sens inverse
  • Exécuter de petits battements des pieds pour affiner et assouplir les chevilles
  • Allongé sur le ventre, accomplir des ciseaux pour muscler les fesses
  • Essayer d’attraper une petite balle de mousse avec les pieds
  • Etirer les doigts des mains et des pieds dans le sens de la largeur, puis d’avant en arrière et d’arrière en avant.

Il est possible aussi d’exécuter des mouvements respiratoires, de relaxation, de faire jouer chaque articulation ou de faire des battements de crawl.

Le savon a été longtemps accusé de tous les méfaits. Pourtant, il commet souvent moins de dégâts que certains produits de beauté, à condition de savoir le choisir. Il est naturellement déconseillé d’utiliser des savons trop bon marché, parfumés, mais souvent de basse qualité. Ces savons sont de véritables détergents et détériorent vraiment la peau. Il n’existe pas, comme on le prétend souvent, de « peaux qui ne supportent pas le savon ». A chaque épiderme, gras, sec, acnéique ou couperosé correspond le savon approprié. Il suffit de se renseigner en pharmacie ou auprès d’un dermatologue pour le découvrir.

rester sain

Ainsi, une peau normalement acide qui possède une bonne hydratation et une résistance normale aux microbes ne supportera pas un savon alcalin (la plupart des savons bon marché sont alcalins) ; celui-ci détruit la couche protectrice naturelle de la peau et la rend trop vulnérable. La peau réagit parfois à cette alcalinité qu’elle rejette par divers phénomènes cutanés : rougeurs, irritations, dartres. Par contre, ces savons conviennent très bien aux peaux grasses avec boutons et points noirs. Les peaux  sensibles ou très fragiles sont nettoyées avec des savons se situant entre les savons acides et les savons alcalins.

Travaux de recherche de Francesca http://devantsoi.forumgratuit.org/

sur le Blog   https://medecinehistorique.wordpress.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s