La constitution de L’énergie de guérison 

 

L’énergie est présente partout autour de nous et en nous. Dans les traditions anciennes, les guérisseurs savaient, de façon innée, la capter et la restituer. Aujourd’hui, les médecines énergétiques s’appuient sur ce passé qu’elles ont théorisé scientifiquement et modernisé. En réharmonisant l’énergie jusqu’au niveau cellulaire, elles résolvent des troubles aussi bien physique que psychique. 

La médecine énergétique est pratiquée depuis la nuit des temps dans tous les pays du monde. Elle fut appelée dons, magnétisme, acupuncture, qi gong, ayurvéda,  chamanisme… Toutes les grandes civilisations, sumérienne, égyptienne, grecque,  tibétaine, chinoise, indienne, maya… considérèrent le magnétisme comme un des piliers de leur médecine. La médecine énergétique d’aujourd’hui s’inscrit dans cette filiation et, sous des formes diverses, elle est largement utilisée par de nombreux thérapeutes, guérisseurs, magnétiseurs, acupuncteurs… Ses résultats sont aussi nombreux que variés, mais on peut dire qu’il est judicieux d’y recourir pour de nombreuses pathologies, aussi bien celles liées à des problèmes rhumatologiques, digestifs, qu’à des douleurs ou des troubles psychologiques, comme l’anxiété, la dépression légère… Par ailleurs, elle peut tout à fait être utilisée en première intention ou combinée avec un traitement de médecine conventionnelle.

energie guérison

Mais celle-ci refuse toujours de la reconnaître, alors que, dans le même temps, les découvertes de la physique quantique ont apporté la preuve que l’être humain est d’abord énergétique avant d’être chimique. Et qu’en négligeant les ressources de son énergie, il ne met pas de son côté toutes les chances de guérison. Notre corps est animé par l’énergie. Selon les civilisations, celle-ci prend différents noms. C’est le Tchi (ou Qi) des Chinois, le Prana des Indous, le Ki des Japonais, la Baraka des soufis, le Yesod des kabbalistes, le Mana des Polynésiens, la Grâce ou l’Esprit-Saint des chrétiens, mais aussi l’orgone, le fluide vital, le don, l’énergie universelle, l’énergie vitale… plus récemment. Cette énergie doit être fournie en permanence à chaque être humain pour qu’il puisse vivre.

Mais plus précisément qu’est-ce que l’énergie? Qu’est-ce que cette entité qui est différente du corps physique, de l’esprit, des nerfs, du sang… mais qui semble parfaitement s’articuler avec eux?

En regardant dans les dictionnaires, on en apprend plus sur ce qu’elle fait que sur ce qu’elle est… Alors, il faut essayer de la comprendre autrement. Si nous reprenons son étymologie, nous constatons qu’il vient du grec en ergon qui signifie «en action». Un mot qui fait référence à une notion essentielle de l’énergie: celle du mouvement. De plus, si l’on évoque à propos d’elle, la «force» ou la «vitalité», la compréhension devient plus aisée. Ainsi l’énergie est une force qui donne la vitalité. Il s’agit d’une force qui permet l’action et la réalisation.

Une vibration

Il est possible de comparer l’énergie à l’air que nous respirons: on ne la voit pas, on ne la sent pas, mais elle est présente partout dans le monde et nous l’utilisons à chaque instant de notre vie. Car sans cette énergie, nous mourrions immédiatement. Dans l’univers, il est possible de discerner d’une part l’information qui sert de programme et qui donne l’orientation de l’énergie vers la matière et la vie. D’autre part, la matière qui représente le physique, le concret et la réalisation. Elle a besoin de l’énergie pour son entretien et son fonctionnement. Enfin, l’énergie qui permet le mouvement. Elle transporte l’information qui lui donne ses caractéristiques. C’est aussi le constituant de la matière, dont elle est l’autre aspect. Nous retrouvons ces trois aspects chez l’être humain sous des appellations différentes. Ce sont le psychisme, le corps (physique) et l’énergie (avec les corps énergétiques).

plexus

L’homme est ainsi l’hologramme de l’univers…

La médecine actuelle a également démontré que l’être humain utilisait des courants électriques pour son fonctionnement : l’influx nerveux et la contraction musculaire en sont deux exemples. Ce sont ces courants qui sont enregistrés sur les  électrocardiogrammes, les électroencéphalogrammes, les électromyogrammes…

Mais aussi chaque cellule du corps possède une double polarité (charge électrique): positive à l’extérieur et négative à l’intérieur créant ainsi une différence de potentielle (de 100 millivolts en moyenne) au niveau de la membrane cellulaire. Celle-ci est produite par une différence de concentration ionique (sodium et potassium surtout) des milieux intra et extracellulaires. L’ingénieur russe Georges Lakhovsky a également établi en 1925 que les cellules vivantes étaient des circuits oscillants capables d’émettre et de capter des informations comme le font les appareils radio. Ce phénomène serait réalisé par l’ADN qui entrerait en résonance avec les ondes électromagnétiques de l’environnement. La cellule est donc en liaison permanente avec le monde qui nous entoure, au sens large. Elle capte les informations qui lui sont envoyées comme c’est le cas de celle portée par un remède homéopathique. La cellule va ensuite utiliser cette information si elle la juge utile… ce qui rejoint aussi les travaux sur la mémoire de l’eau du professeur Jacques Benveniste.

Lakhovsky explique également qu’une cellule ou un organe malades n’émettent plus sur les mêmes fréquences que lorsqu’ils étaient en bonne santé. Nous pouvons déjà entrevoir là une action du traitement énergétique qui va réharmoniser la cellule malade (ou l’organe) en la reconnectant avec les énergies cosmiques et telluriques qui la nourrissent habituellement.

La constitution énergétique du corps

L’être humain est constitué d’un corps physique que nous connaissons et d’une aura formée de plusieurs corps énergétiques que nous ne voyons pas. Cependant, le technicien russe Semyon Kirlian changea les choses en découvrant la présence d’un halo lumineux autour de tous les objets observés sur les photos effectuées avec une technique particulière. Il permit ainsi de visualiser le premier corps énergétique de l’être humain, celui qui est le plus proche du corps physique: le corps éthérique. Sa forme et sa couleur permettent aux thérapeutes expérimentés d’avoir des indications sur l’état de santé de la personne. C’est le chercheur français Georges Hadjo qui a le plus développé cette technique jusqu’à nos jours.

Pour résumer le concept de la  constitution énergétique de l’être humain, ce sont les terminologies de Pierre Valentin Marchesseau que nous reprenons parce qu’elles collent le mieux à la réalité. Nous pouvons ainsi distinguer les différents corps énergétiques qui s’emboîtent les uns dans les autres.

_ Le corps vital

Il assure la pénétration de l’énergie universelle dans le corps physique. C’est sur ce corps que se fixent les pensées émises par la personne elle-même ainsi que celles envoyées par les autres à son égard. Le corps vital est formé de deux sous-couches:

_ Le corps éthérique, qui assure le stockage de l’énergie et moule le corps physique ainsi que les organes. Il constitue le «champ morphogénique » qui conditionne la forme et le fonctionnement des organes.

_ Le corps astral, souvent appelé corps psychique ou corps des émotions, qui correspond au corps rayonnant représenté sur les images de saints, de Bouddha ou des divinités indoues. Il fabrique les émotions et les sensations à partir des informations reçues avant de les transmettre à tous les corps, énergétiques et physique.

_ Le corps mental

C’est le siège de la pensée, mais aussi de la raison et de l’intelligence. Il est en relation avec le cerveau qui, lui, n’est qu’un émetteur- récepteur entre le corps physique et le corps mental. C’est là qu’agissent les mauvaises pensées, les états de stress, les angoisses et les peurs… Le corps mental comprend :

_ Le corps du raisonnement, ou bas mental, qui est le siège de la joie de vivre et de la sensibilité. Il est en relation avec l’inconscient.

_ Le corps intuitif, ou haut mental, qui est le siège de la raison et de l’intelligence, mais aussi de l’intuition lorsqu’il est en relation avec le corps spirituel.

nadis guérison

_ Le corps spirituel

Il est constitué du corps spirituel proprement dit (le super-conscient) et de l’âme.

À cet ensemble s’ajoutent les chakras, qui sont des portes d’entrée et de sortie de l’énergie vitale entre le corps physique et le monde extérieur. Le mot chakra signifie roue ou tourbillon… d’énergie. Chaque chakra est en relation avec les 72 000 nadis, qui sont les canaux énergétiques décrits par la médecine indienne, les méridiens d’acupuncture, un plexus nerveux, une glande hormonale.

C’est ainsi que l’énergie vitale se transforme dans l’organisme en influx nerveux et en hormones qui va induire la vitalité de la personne. Il y a de nombreux chakras dans le corps humain, mais sept d’entre eux sont particulièrement importants:

_ Le chakra racine, situé entre les organes génitaux et l’anus, qui permet de capter l’énergie tellurique. Il gère l’instinct de survie. La glande en rapport est la surrénale.

_ Le chakra sacré, situé au-dessous du nombril, qui apporte l’équilibre émotionnel. Il gère la sexualité. Les glandes en rapport sont les ovaires ou les testicules.

_ Le chakra du plexus solaire, situé entre le nombril et la pointe du sternum, qui gère le libre arbitre. La glande en rapport est le pancréas.

_ Le chakra cardiaque, situé au centre de la poitrine, qui gère la vie relationnelle. La glande en rapport est le thymus.

_ Le chakra laryngé, situé au niveau de la gorge, qui permet d’émettre la pensée.

C’est le centre de la parole et de la communication. La glande en rapport est la thyroïde.

_ Le chakra frontal (ou troisième oeil), situé entre les sourcils, qui apporte l’intuition, la sagesse et la clairvoyance. La glande en rapport est l’hypophyse.

_ Le chakra coronal, situé au sommet de la tête, qui ouvre à la spiritualité. La glande en rapport est l’épiphyse.

Ces sept chakras sont reliés par la kundalini, ce qui permet de suppléer aux chakras fonctionnant moins bien. Enfin, la corde d’argent part du bas-ventre (corps physique) et relie les corps (physique et énergétique) entre eux.

À l’origine des maladies

Beaucoup de choses peuvent venir interférer sur la quantité et la bonne circulation énergétique dans notre corps et être ainsi à l’origine de maladies. Les mauvaises habitudes de vie (déséquilibre alimentaire, manque de sommeil…), les pensées inadaptées entraînant des attitudes déplacées (jalousie, rancoeur, contrariété…), des attaques extérieures (germes, polluants…) conduisent à des problèmes ou à des fuites énergétiques. D’autant qu’ayant perdu l’habitude de la capter, les êtres humains sont souvent en manque d’énergie… Parfois, quand cela survient, on se met à voler l’énergie des autres. Combien de fois ne vous êtes-vous pas senti très fatigué après avoir discuté avec une personne?

Nous pouvons ainsi identifier plusieurs conséquences à ces variations d’énergie :

_ Une baisse du niveau énergétique de la personne. Normalement un être humain

vibre entre 7000 et 9 000 UB (unité Bovis). La maladie commence en dessous de

6 000 UB. Chaque maladie correspond à un niveau vibratoire particulier.

_ Une accumulation d’énergies usagées qui n’ont pas été correctement évacuées  et qui s’accumulent dans l’organisme.

_ Un dérèglement énergétique souvent secondaire à un blocage sur le circuit énergétique général qui induit des excès énergétiques à certains endroits du corps et des manques à d’autres…

_ Un déplacement des corps énergétiques par rapport au corps physique.

_ Des chakras qui fonctionnent plus ou moins bien.

Attitude

Cette énergie, vitale pour l’être humain, peut être apportée par de nombreuses sources. Fort de ce constat, les médecines énergétiques visent par différentes techniques à relancer l’énergie qui est présente en nous et à nous aider à mieux capter celle qui nous entoure. Grâce à sa simplicité d’utilisation, la médecine énergétique devrait être utilisée en première intention en cas de troubles ou de maladies. Les indications sont nombreuses, aussi bien physiques (douleur, spasme, trouble digestif, problème rhumatologique…), que psychologiques (anxiété, fatigue, trouble de la concentration, dépression…). Mais la médecine énergétique présente également des effets indéniables sur les maladies graves comme les cancers, les leucémies, les maladies auto-immunes, etc., où elle constitue un outil performant qui s’ajoutera aux autres approches, conventionnelle ou non.

Magazine : PRATIQUES DE SANTE sept 2010

Source : Blog de Francesca https://medecinehistorique.wordpress.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s