Les remèdes se situent dans nos assiettes

 

Un large public s’oriente vers des comportements alimentaires nouveaux à la fois écologiques et plus scientifiques. Il se rend bien compte que toutes les publicités qui promotionnent tant de produits alimentaires sont à moitié fausses et à moitié vraies. Elles le poussent à consommer en lui faisant croire que c’est bon pour sa santé, même quand c’est l’inverse. Peu importe, semblent dire les concepteurs de toutes ces publicités.

≪ Faisons consommer le plus possible et s’il y a maladie, la médecine s’en occupera. ≫ Le nombre de nouveaux malades ne cesse d’augmenter : obésité, diabète, cancer chez des personnes de plus en plus jeunes et toute la série des maladies auto-immunes avec leurs multiples symptômes qui touchent de la tête aux pieds.

Le remède dans notre assiette

L’alimentation est devenue la ≪ première médecine ≫ rejoignant les conseils du père de la médecine, Hippocrate, 500 ans avant notre ère. Nous devons donc promouvoir des comportements plus écologiques individuels et collectifs. Ainsi nous consommerons moins de médicaments.

D’ailleurs consommer plus de 3 médicaments est rarement justifié, tant les interactions entre eux sont nombreuses. On n’a jamais vu autant d’hospitalisations pour des raisons « iatrogènes » (130000 hospitalisations par an), ce qui veut dire par erreur de prescription et de consommation médicamenteuse. Cela n’empêche pas l’industrie pharmaceutique de mettre au point différentes méthodes pour convaincre les bien-portants qu’ils ne vont pas bien, quitte à fabriquer de nouvelles maladies (enquête santé de 60 millions de consommateurs, INC septembre 2007) : attaque de panique, prévention de la dépression précoce qui accompagnent la promotion de nouvelles molécules. Tout cela n’est pas étonnant puisque l’industrie contrôle directement ou indirectement la majorité des communications scientifiques.

La ≪ cohérence ≫ du fonctionnement de notre organisme fait que les nouveaux comportements alimentaires éviteront d’abord le surpoids, l’obésité, le diabète. Ils préviendront ou amélioreront en plus de l’ostéoporose bien d’autres maladies souvent chroniques et handicapantes qui remplissent les consultations d’un grand nombre de spécialités médicales, nombre de cancers et de maladies dites ≪ auto-immunes ≫.

C’est pour ces raisons que tous les médecins, quelle que soit leur spécialité, devraient avoir une formation en nutrition avec des mises à jour régulières. Aujourd’hui, je remarque souvent que les patients en savent plus que leur médecin. Au-delà de l’alimentation, ce sont des changements d’habitude qui s’imposent. Il y a urgence.

Je résumerai en parlant des ≪ comportements méditerranéens ≫ : alimentation variée, soleil, activité physique au grand air, une véritable ≪ philosophie de vie méditerranéenne ≫. Un peuple est en meilleure santé quand il consomme moins de médicaments, moins d’hospitalisations et qu’il peut réduire ses budgets santé. Le vieillissement de la population ne devrait pas être synonyme de dépenses de santé dans l’avenir. On peut avancer en âge, vieillir en restant en bonne santé. Cela dépend surtout de nos comportements, encore faut-il que le grand public soit averti.

olives

Les vertus de l’huile d’olive

On a observé une augmentation de 4 % de la consommation d’huile d’olive entre 2006 et 2007. La France en consomme 100000 tonnes et en produit moins de 6000 par an. L’huile d’olive contient de l’hydroxytyrosol qui est un antioxydant majeur. C’est un polyphénol qui protège la vitamine E contre l’oxydation.

De plus, l’acide oléique de l’huile d’olive est fort utile pour transporter et fixer le calcium sur l’os. Il joue donc un rôle essentiel dans la prévention de l’ostéoporose. L’huile d’olive, riche en acide oléique, est la principale graisse présente dans le régime méditerranéen dont la teneur élevée en acides gras mono-insaturés est le garant de son succès diététique.

La consommation de polyphénols a été associée à une moindre incidence des cancers et à une moindre mortalité par maladie coronaire. Les phénols jouent un rôle dans son profil ≪ thérapeutique ≫. Dans cette optique, l’huile d’olive vierge est encore plus riche en phénols que la forme raffinée. Les polyphénols alimentaires ont des vertus antioxydantes et anti-inflammatoires. Ils sont en outre capables d’améliorer le dysfonctionnement cellulaire et le profil lipidique.

L’effet anti-inflammatoire de l’huile d’olive a été publié dans Nature en septembre 2005, en la comparant avec l’anti-inflammatoire nommé Ibuprofène. Cinquante grammes d’huile d’olive vierge fraichement pressée, équivalent à environ 10 % de la dose d’Ibuprofène recommandée pour calmer les douleurs chez l’adulte.

produit-de-la-ruche

Les produits de la ruche

Nous avons eu la chance de connaître le plus grand spécialiste européen de tout ce que fabriquent les abeilles pour l’homme. Il s’agit de Patrice Percie du Sert, ingénieur agronome qui a su valoriser toutes les qualités nutritionnelles de ce que les abeilles font pour nous. Il est le créateur d’une merveilleuse structure près d’Agen dénommée ≪ Pollenergie ≫, à La Grabère (47450 Saint-Hilaire-de-Lusignan).

Voir son site très bien conçu : www.pollenergie.fr.

C’est à lui que nous empruntons les données qui suivent ainsi qu’à son excellent livre : Ces pollens qui nous soignent, Ed. Tredaniel, 2006.

– La gelée royale : nommée aussi lait d’abeille, secrétée par les abeilles, destinée à l’alimentation des larves au premier stade de leur développement, elle constitue l’alimentation exclusive de la reine durant toute son existence. Dans la Chine antique, elle assurait longévité et vigueur sexuelle. Elle contient des acides aminés, des minéraux, oligoéléments et vitamines du groupe B, indispensables pour le système nerveux. Efficace de 0,5 g à 1 g par jour, elle peut être prise toute l’année et surtout dans les périodes d’épidémie de grippe ou de baisse de vitalité.

– Le pollen : né de l’abeille et de la fleur, le pollen est un aliment fragile, plein de substances antioxydantes. Il peut jouer le rôle de probiotiques protégeant notre tube digestif de la flore pathogène. Le pollen contient 1 a 10 millions de ferments lactiques par gramme. Cette flore est parfaitement conservée par la congélation et détruite si on sèche le pollen. Ce système microbien empêche tout germe de putréfaction de s’établir dans le pollen. L’INRA de Toulouse a pu montrer que le pollen peut inhiber 7 germes pathogènes : les proteus vulgaris et mirabilis, souvent responsables d’infections urinaires ; le staphylococcus aureus, responsable d’intoxication alimentaire jusqu’à la septicémie ; la yersiniaente rocolitica, responsable de gastro-entérites, et les salmonelles, responsables de la typhoide et autres salmonelloses.

– La propolis : il s’agit de la résine que les abeilles vont chercher sur les bourgeons de peupliers de mai à septembre. Les abeilles en enduisent tout l’intérieur de la ruche pour maintenir une asepsie absolue dans la ruche, digne d’une salle d’opération. La propolis stimule l’activité des cellules impliquées dans notre immunité naturelle. Hippocrate déjà, 500 ans avant J.-C., la prescrivait pour réduire toute la gamme des maux de gorge jusqu’aux ulcères. Elle est riche de 300 composés, essentiellement des bioflavonoides, des acides aromatiques et leurs esters. Elle est connue pour ses propriétés antiseptiques, notamment antifungiques et elle est aussi un puissant modulateur de l’immunité. La propolis est plus efficace si elle est récoltée fraiche, avec des grilles dans les ruches pour la récolter.

propolis

Les vertus anti-cancer de la propolis

Chez les petits animaux auxquels on greffe des tumeurs malignes d’origine humaine, la propolis a un rôle immunostimulant sensibilisant, facilitant l’efficacité de la chimiothérapie pour la destruction tumorale. Les Japonais en consomment 500 tonnes par an dans le domaine de la santé.

De même a été démontré un effet préventif des métastases du cancer de la mamelle chez la souris par les pollens de colza et de châtaignier : baisse de 38,66 % du nombre de métastases induites, avec le pollen de colza et de 23,52 % avec le pollen de châtaignier (Orsolic N., Basic L., Faculty of Science, University of Zagreb – Croatia – publie dans le livre Ces pollens qui nous soignent, de Percie du Sert). Comme sur les souris, la propolis, en protégeant l’immunité, devrait démontrer sur l’homme une augmentation de l’efficacité des chimiothérapies, tout en diminuant les effets délétères de celles-ci. C’est sans danger.

De tels résultats permettent d’imaginer une étude clinique en double aveugle chez des patients soumis à des chimiothérapies a visée curative ou palliative.

vegetarien

Le régime végétarien

Il admet les œufs, les laitages et les fromages. Des troubles digestifs, en particulier coliques (sigmoidites diverticulaires), peuvent résulter de la consommation exclusive d’aliments crus.

Beaucoup de végétariens consomment des ≪ produits de l’agriculture biologique ≫: c’est ce logo AB qu’il faut exiger pour ces produits. Cette homologation officielle, dont la France a pour l’instant l’exclusivité, permet de chasser le faussaire. Les appellations ≪ naturel ≫, ≪ sans conservateur ≫, ≪ sans nitrate ≫, ≪ rustique ≫, ≪ traditionnel ≫, ≪ grand-père ≫, ≪ mamy, papy ≫ n’ont aucune signification. Même l’étiquette ≪ bio ≫ des produits allemands ou anglais qui envahissent nos rayons diététiques est sans signification. Le régime à tendance ≪ végétarienne ≫ est certainement le plus logique et le meilleur pour la santé que l’on puisse conseiller…

Par le Pr Henri Joyeux pour le Magazine Essentiel

 

 

 

Publicités

3 commentaires sur « Les remèdes se situent dans nos assiettes »

  1. excellent article que j’aimerais publier, avec un lien vers votre site et votre permission bien entendue, sur mon site labelleetsabete.com. Il en revient à vous de décider et peu importe votre décision, elle sera appréciée et respectée.

    Merci et continuez votre excellent travail ici bas; vous faites une différence.

    Jacynthe Bondu, La Belle et sa Bête

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s