LES POINTS DE REFLEXION

Les corps subtils, astral, mental, spirituels, émettent des énergies vers le corps matériel pour l’animer, pour le faire vivre, un peu comme les rayons du soleil qui agissent sur le corps d’un individu, et sur la terre. Et ces énergies agissent au niveau de ce corps physique, comme l’interpénétration d’une substance sur ce corps physique, comme une coloration sur ce corps physique.

Nous rappelons que le corps physique représente le moule, la trame dans laquelle s’intègre la matière, le corps matériel. Le corps physique préexiste au corps matériel. C’est à partir des caractéristiques du corps physique que s’élabore le corps matériel dès le début de la conception.

a_miroirs

Ce corps « de réflexion » réfléchit toute une gamme d’énergies correspondant, notamment, à nos pensées, à nos émotions, à nos désirs physiques ou émotionnels, mais aussi aux informations génétiques, au karma lié au corps, à la qualité de nos sens physiques, mais encore il réfléchit toutes les ondes que nous captons, tous les liens avec les proches, tous les liens avec les antécédents familiaux et les ancêtres.

En résumé, ce corps de réflexion, représente l’empreinte des corps subtils sur le corps physique, cette trame à l’intérieure de laquelle les énergies matérielles s’imbriquent. Ce corps « de réflexion », possède des points particuliers au niveau desquels s’expriment diverses réflexions des corps subtils. Les énergies qui gravitent au niveau de ces points représentent l’interprétation des énergies subtiles vers le corps matériel. Les points de réflexion représentent la réflexion des corps subtils sur le corps physique attaché au corps matériel de l’individu. Les dimensions des points de réflexion sont de quelques dizaines de centimètres tout au plus. Tout dépend de la vitalité de ce corps.

Une personne qui a énormément de vitalité physique aura des points de réflexion très importants donc son rayonnement se dégagera plus loin. Alors qu’un individu qui utilise très peu son corps physique connaîtra un rayonnement moindre. Cela peut aller de 10 à 30 cm de moyenne.

Ces points tournent dans le sens des aiguilles d’une montre. Plus le corps physique sera épais plus ces points seront gros. En épaisseur et en largeur. Si le corps physique est mince, les points seront plus petits. Tous ces points ne sont pas précis au millimètre près. Ils bougent légèrement, ils oscillent légèrement à quelques centimètres prés.

Les points de réflexion correspondent à des points d’équilibre entre le corps matériel et l’utilisation de celui-ci. Les émissions d’énergie sont très proches du corps matériel. Les points de réflexion sont un peu le miroir de ce qui se passe sur les autres corps. Ils émettent ce qui se passe.

Le nombre de points de réflexions est de 14. Ils sont répartis comme il suit:

Devant :

– 2 au niveau des genoux, des rotules.

– 1 au dessus du pubis.

– 1 autre au niveau du foie

– 1 autre au niveau de la clavicule gauche

– 2 au niveau de la tempe et au-dessus de l’oeil gauche.

Derrière :

– 1 au niveau de la nuque.

– 2 sur les trapèzes de chaque côté des épaules.

– 1 au niveau des lombaires.

– 1 au niveau du coccyx.

– 2 au niveau de la pliure des genoux.

CONCLUSION

L’homme est donc constitué d’un certain nombre de corps qui sont des véhicules des divers états de la conscience, pour que ceux-ci puissent s’intégrer sur les différents plans cosmiques et planétaires. Tout part de la Grande Conscience, qui représente l’état global de l’être humain et qui, de part son libre arbitre et ses choix de types d’évolution, décide d’évoluer sur les plans, sur les sphères cosmiques, qui sont à sa disposition, et qui lui sont accessibles dans telles circonstances de sa progression.

Suivant les décisions qu’elle a prise, pour s’intégrer sur tels plans, elle se dote de véhicules-corps empruntés à ces divers plans, pour que des parties d’elle-même puissent s’y intégrer durant un temps.

Ces corps sont des prolongements de la Grande Conscience qui lui permettent d’être active, d’apprendre et se développer dans le vaste cosmos. Le plus dense d’entre eux est celui qui s’intègre dans un plan matériel. On dit alors qu’il s’incarne, c’est-à-dire que la conscience se dote d’un corps de chair, durant un temps très court sur terre (quelques dizaines d’années au plus). Lorsque ce corps n’est plus en mesure d’effectuer son rôle de véhicule support de la conscience, celui-ci retourne aux éléments de la Terre, la conscience migre alors sur des plans non matériels (astral généralement) jusqu’à une prochaine incarnation dont l’ensemble fait partie d’un cycle d’évolution. Sur les sphères planétaires où la vie n’est pas possible sur le plan matériel, les consciences s’intègrent sur les plans des états et les plans de l’analyse de ces sphères pour leur évolution. Il n’y a pas bien sur d’incarnation dans ce cas.

La vie est avant toute chose, conscience. Ce que nous percevons du cosmos, ce sont les parties matérielles de ces consciences existantes. La vie, l’univers, et tout ce qu’il contient est en perpétuelle évolution. De même, en ce qui concerne les êtres humains, nous sommes avant tout des consciences habitant des corps matériels intégrés dans un plan matériel d’une planète tellurique. Et nos consciences ont pour but d’évoluer.

Ce que nous appelons application de la conscience représente l’état d’être. Et la manifestation de l’état d’être, c’est le comportement.

C’est pourquoi, pour bien comprendre ce qu’est une conscience humaine dans son évolution sur un plan terrestre, il faut comprendre comment elle se comporte dans les différentes circonstances que la vie lui soumet. Il lui appartient alors de vivre ces circonstances au mieux de ses possibilités. Donc, lorsque nous parlons d’évolution, nous parlons de comportement. Si nous voulons analyser la notion de comportement, nous pouvons distinguer « le comportement humain courant » des êtres en incarnation sur cette planète, et le comportement plus abouti que l’on nomme « le comportement spirituel ».

ere-multid

Nous allons ici survoler les deux aspects.

Une étude plus complète du comportement humain demanderait d’approfondir les aspects suivants :

Bases et analyse des comportements.

Les comportements caractéristiques.

L’amélioration du comportement.

Nous nous tiendrons aux généralités.

Mais il faut bien garder à l’esprit que cette notion de comportement représente la finalité de l’évolution. En effet, tout ce que nous vivons depuis la naissance de notre Grande Conscience » dans le vaste cosmos, tout ce que nous vivons, nous pousse à devenir conscient de ce que nous sommes, de ce que nous représentons dans l’univers, de ce qui existe au-delà de nous-mêmes, et nous pousse à appliquer nos connaissances acquises spontanément et en toute circonstance, dans notre état d’être, c’est-à-dire dans notre comportement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s