Grâce à la microscopie clinique

L’outil essentiel de ce progrès a été le microscope qui permet l’étude de troubles organiques à une échelle infra-clinique. Cet appareil a déjà une longue histoire, mais son utilisation est de date récente. Jusqu’à la seconde moitié du XIXè siècle, il n’avait rendu à la médecine qu’un seul service, mais un service capital : l’examen à l’échelle cellulaire des lésions des divers organes dans les diverses maladies. On a vu comment cette histologie pathologique, en portant à un plus haut degré de pénétration les constatations macroscopiques des premiers « ouvreurs de cadavres », a permis de mener à terme l’immense travail d’identification des maladies, travail dont l’essentiel s’est achevé vers le milieu du siècle. Cette grande tâche une fois terminée, une nouvelle carrière s’ouvre pour le microscope, carrière clinique cette fois et qui s’exercera non plus sur le mort, mais sur le vivant.

microscopie

L’histologie pathologique est essentiellement un outil de connaissance théorique ; la microscopie clinique va devenir un outil de pratique médicale de plus en plus indispensable au diagnostic et au traitement des maladies.

LES GLOBULES DU SANG

La première application clinique du microscope eut pour objet l’étude du sang. On sait que le sang est composé d’une partie liquide, le plasma, et d’éléments cellulaires, les globules rouges et les globules blancs ; il existe, en outre, des éléments plus petits qu’on nomma d’abord petits globules ou globulins et qu’on désigne maintenant sous le nom de plaquettes ou encore d’hématoblastes.

LES GLOBULES ROUGES OU HEMATIES

Ces globules ont été observés pour la première fois dans le sang de la grenouille en 1658 par Swammerdam qui d’ailleurs ne publia pas sa découverte. Mais tant de savants exploraient alors avec le microscope les tissus animaux les plus divers que les éléments figurés du sang ne pouvaient échapper longtemps à leur observation. La priorité bibliographique appartient à Malpighi qui vit en 1661 circuler dans les capillaires de l’épiploon du hérisson des files d’éléments arrondis et rouge qu’il prit à tort pour des globules de graisse.

Leur véritable signification ne fut comprise que par Antoni van Leeuwenhoek à qui il est juste de faire revenir l’honneur de cette grande découverte.

antoni

Dans son mémoire de 1674, intitulé : Microscopical observations on the blood, il étudia le sang d’un grand nombre d’animaux ; il constata que les nouveaux éléments colorés existaient chez tous, se présentant seulement sous des aspects un peu différents, puisqu’ils sont circulaires chez l’homme et les mammifères, et elliptiques chez les oiseaux, les grenouilles et les poissons. Il leur donna le nom de globules rouges, nom qui consacre d’ailleurs une légère erreur car ces éléments ne sont pas sphériques, mais aplatis comme le montre Sénac au siècle suivant. La dénomination reste cependant couramment employée et le terme hématie, proposé par Ch.Robin est de plus en plus utilisé.

LES GLOBULES BLANCS OU LEUCOCYTES

Ces éléments ont d’abord été constatés dans le pus et dans la lymphe où ils sont beaucoup plus nombreux que dans le sang. Leur première dénomination, au début du XVIIIè siècle, fut Corpusculi rotundi pituitae. Sénac, dans son traité du cœur de 1749, les baptisa globules blancs du pus, et Hewson, un peu plus tard, globules de la lymphe. C’est Spallanzani qui les vit pour la première fois dans le sang en 1777, les différencia des globules rouges et reconnut leur identité avec les globules de la lymphe et du pus. Le nom de leucocytes, par lequel ils sont généralement désignés, leur fut donné par Ch.Robin qui les avait d’abord appelés pycocytes (1855).

LES PLAQUETTES

Ces très petits éléments furent entrevus par divers auteurs du cours du XIXè siècle, notamment par Donné qui leur donna en 1864 le nom de globulins, par Schultze en 1865 et par Vulpian en 1873. Les techniques employées alors étaient imparfaites et les éléments correspondaient souvent à des artefacts. La première étude complète de ces petits globules fut faite en 1878 par G.Hayem qui constate leur présence dans le sang de tous les vertébrés, les décrivit avec beaucoup de précision, reconnut le rôle qu’ils jouent dans la coagulation du sang et proposa pour eux le nom d’hématoblastes ; c’est là d’ailleurs la seule erreur de ce travail remarquable, car ces élément ne sont pas à l’origine des hématites comme le pensait Hayem.

plaquettes

La connaissance des globules du sang resta longtemps rudimentaire. C’est seulement depuis la fin du XIXè siècle que l’on sait que les globules rouges se forment dans la moelle osseuse, à partir d’éléments non colorés et pourvus d’un noyau ; et que les globules blancs doivent être répartis en deux classes distinctes ; les leucocytes polynucléaires à noyau multilobé et à protoplasme granuleux se formant, comme les globules rouges, dans la moelle osseuse ; et les leucocytes mononucléaires, à noyau rond et à protoplasme non granuleux, qui se forment dans la rate et les ganglions lymphatiques.

Pour apprécier le rôle des éléments du sang dans divers états morbides, il fallait pouvoir les compter chez l’homme vivant. Aucune étude clinique du sang n’était jusque-là valable et Virchow faisait tout au plus figure de prophète lorsqu’il prédisait en 1850 l’importance que pourrait prendre un jour le leucocyte dans l’étude des maladies. Le premier appareil de numération, l’hématimètre, dû au médecin hollandais Cramer, date de 1855. Cette date marque bien la division du XIXè siècle en deux versants et, après l’œuvre clinique du premier, l’entrée, dès le début du versant descendant, du laboratoire dans la pratique médicale. Perfectionné entre 1874 et 1876 par Malassez, puis par Hayem il reste encore un outil de travail quotidien. Grâce aux numérations, grâce aussi à l’examen microscopique sur lames colorées des différents globules sanguins, on a pu, à partir du deuxième tiers du XIXè siècle, et surtout pendant ces cinquante dernières années identifier les diverses maladies du sang et commencer à envisager leur traitement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s