D’où viennent les Addictions

 

 Les addictions correspondent à des fuites de l’incarnation, à des fuites de son programme évolutif, fuite de la vie en tant que telle. L’être a en lui un certain manque de respect de la vie et un manque de conscience des corps que Gaïa a mis à sa disposition.

L’anorexie mentale :

Correspond à la fuite de son corps. L’être perd son identité. L’anorexie est caractérisée par un non-goût à la vie qui se traduit par un non-goût pour la nourriture qui est symbole de vie. L’anorexique se rejette et rejette la vie, il vit un profond découragement généralement inaperçu de son entourage.

addictions

La boulimie :

L’être cherche à combler un vide à l’intérieur de lui et ne sait pas comment s’y prendre. Il cherche à l’extérieur ce qu’il a à l’intérieur, et cela passe par la nourriture matérielle, alors qu’il lui faudrait une nourriture spirituelle.

L’alcoolisme :

L’être cherche un moyen de se déconnecter de la réalité de sa vie. Il se crée un plan de fuite où il veut retourner. C’est la fuite du plan de la matière, c’est la fuite des épreuves, de tout ce qui comporte une évolution. C’est aussi la fuite devant les responsabilités et devant le programme à accomplir. Cela peut être aussi un karma lié à des erreurs commises dans des vies antérieures dans lesquelles l’être a provoqué des souffrances et des maladies à autrui.

La toxicomanie :

Mêmes causes que l’alcoolisme. Notons qu’en ce qui concerne le tabagisme, l’être souffre du manque de soutient du père et/ou de la mère qu’il cherche à combler.

jeux

Le jeu (les cartes, jeu de casino, etc. ) :

Mêmes causes que l’alcoolisme, avec en plus un attrait du risque.

L’addiction à un être :

Mot clé, manque d’individualité, de personnalité. L’être a perdu complètement sa personnalité, il se perd dans un autre, il n’a pas le courage de se prendre en charge en se comportant comme un enfant.

Toutes les maladies addictives citées ci-dessus correspondent à un défaut de narcissisme de l’être. L’être n’a pas pu construire une bonne image de soi, et pour se sentir bien, la seule chose qu’il ait trouvé c’est de se remplir de quelque chose d’extérieur à lui, (nourriture, alcool, drogue, jeu, personne ou idée qu’il s’en fait).

En ce qui concerne l’anorexique, l’être se remplit de toute puissance, (je fais de mon corps ce que je veux, je ne veux pas, par exemple, devenir une femme, je n’ai ni seins, ni règles, je suis plus forte que la vie).

La médecine trouve la plupart du temps des causes physiques aux maladies psychiques. Tel virus, telle bactérie, provoque tel problème dans tel endroit du corps. Telle maladie est due à telle modification de l’ADN, tel élément chimique est responsable de telle transformation physiologique qui induit telle maladie, etc. Ce n’est pas faux, bien sûr, mais il faut inverser le processus de cause à effet : Tout ne part pas du cerveau, comme le pense la médecine traditionnelle. Tout part de la conscience, et c’est la conscience qui influence le cerveau, cette merveilleuse mécanique qui gère le véhicule-corps de la conscience.

Lorsque la conscience n’a pas de problème, elle envoie des informations correctes pour gérer le corps matériel, mais lorsqu’elle a des problèmes, les informations ne sont plus alignées avec l’équilibre universel, et ce sont ces mauvaises informations qui sont dirigées vers le cerveau qui, comme un ordinateur, répercute les ordres vers le corps matériel.

Tel problème de conscience, qu’il vienne de la vie présente, ou qu’il vienne d’une vie antérieure, va induire des désordres dans le corps matériel via les circuits des chakras du haut (revoir l’étude sur le fonctionnement des chakras, notamment le coronal, le frontal et le laryngé). Ces chakras, qui agissent sur les glandes endocrines, les plexus nerveux, et les organes associés par l’intermédiaire des méridiens, vont provoquer des transformations au niveau physiologique, car les énergies cosmiques d’évolution ne peuvent plus passer correctement. Et c’est ce sont ces désordres que nous constatons lors des analyses médicales, comme des conséquences et non comme des causes (mis à part les problèmes créés par les pollutions).

N’oublions pas que c’est notre conscience qui, pour évoluer, vient s’incarner dans un corps matériel pour naviguer sur ce plan terrestre. Lorsque cette conscience, pour quelque raison que ce soit (karmique ou évolutive) a un ou plusieurs problèmes importants, ses énergies provoquent des perturbations, des corps subtils vers la matière, et ces perturbations se répercutent dans le corps incarné (ou dans l’ambiance extérieure d’ailleurs). Nous retrouvons le schéma déjà exprimé : La maladie représente une sonnette d’alarme, une concrétisation, des perturbations subtiles préexistantes. Et, parfois, c’est à travers le vécu de la maladie, que la conscience rétablit son équilibre.

Il faut reconnaître que ces maladies psychiques sont difficiles à guérir car la cause, le problème, se situe à un niveau particulièrement subtil de la conscience, et il est difficile d’atteindre ces niveaux de conscience directement. En soignant le corps, on peut aider la conscience, mais ce n’est pas évident.

Blog de Francesca https://medecinehistorique.wordpress.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s