DE GALIEN A HARVEY

Galien va dominer la médecine presque jusqu’aux temps modernes. D’après cette théorie, il y a chez l’homme quatre humeurs fondamentales ayant chacune une des qualités premières de l’univers.

gallien-a-harvey

Galien meurt au moment où s’ouvre le IIIè siècle. A partir de cette date, la glorieuse civilisation antique, comme la puissance invincible de Rome, vont s’engager sur la pente tragique d’une décadence que rien n’arrêtera plus.  Il y aura bien encore des moments de répit et quelques règnes brillants, mais la civilisation, vidée peu à peu de son âme, occupée de plus en plus uniquement à se défendre et à vivre, ne va plus produire, dans aucun domaine, d’œuvres qui comptent.

Les quelques médecins de ces tristes époques dont l’histoire a conservé le nom, Oribase de Pergame (IVè siècle), Alexandre de Tralles (VIè siècle), Paul d’Egine (VIIè siècle) n’ont guère ajouté à ce qu’on savait au temps de Galien. Et derrière ces quelques noms on devine une sombre épaisseur d’ignorance et, comme presque toujours aux époques de grande misère, une floraison de pratiques superstitieuses et magiques qui font oublier le peu de connaissances scientifiques que les siècles précédents avaient péniblement acquises. Il faudra 10 siècles à l’Occident pour qu’on y voie surgir une nouvelle civilisation. En songeant à cet immense naufrage on se prend à murmurer avec ferveur la phrase terminale de l’histoire romaine de Michelet, où l’auteur, imaginant que notre civilisation pourrait elle aussi connaître un pareil désastre, demande : « Puisse Dieu nous tenir moins longtemps suspendus entre le monde qui finit et celui qui n’a pas commencé ».

L’ensemble des connaissances ainsi acquises pendant sept siècles est connu par le traité De Arte Medical de Celse, qui vécut sous Auguste et Tibère et surtout par les ouvrages de Galien ….. Galien était un esprit encyclopédique. Lettré, mathématicien et philosophe, il s’occupa d’histoire naturelle avant de se consacrer à la médecine ; il a été non seulement clinicien, mais anatomiste et physiologiste, ayant disséqué, à défaut de cadavres humains, divers animaux dont peut-être des singes.

La découverte du mécanisme de la circulation du sang, une des plus importantes du xviie siècle, bouleversa les notions héritées de Galien, et nombre de bons esprits (dont Riolan et Guy Patin, entre autres) la nièrent violemment, tandis que d’autres (dont Descartes) s’y rallièrent d’emblée. Harvey devint célèbre et eut une clientèle très nombreuse.

Publicités

3 commentaires sur « DE GALIEN A HARVEY »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s