Un catalogue anatomo-clinique

Un ouvrage paru en 1679, le Sepulchretum de T.Bonet est comme un catalogue des faits amassés par les médecins pathologistes du XVIIè siècle ; c’est seulement un répertoire où la description des lésions prend le pas sur leur confrontation aux symptômes de la maladie. Cette confrontation qui sous l’impulsion géniale de Laennec, deviendra la féconde méthode anatomo-clinique, débute au XVIIIè siècle ; son histoire est dominée par le grand nom de Morgagni, professeur à Bologne, puis à Padoue.

catalogue.png

Ses soixante-dix lettres, De sedibus et causis morborum per antomen indigatis, parues en 1761, constituent, par l’abondance des faits, leur classement logique, les conclusions qui en sont tirées, le premier vrai traité d’anatomie pathologique ; il est bien incomplet encore et un immense travail reste à accomplir, mais du moins la voie est tracée pour ce travail futur et Morgagni doit être compté comme un des grands pionniers de la médecine. Auprès de lui, on n’ose guère citer d’autres noms, à peine celui de François Sénac, premier médecin du roi, dont le traité des maladies du cœur contient des descriptions remarquables des lésions cardiaques.

On voit ainsi le XVIIè et surtout le XVIIIè siècle édifier les premières assises de ce que nous appelons aujourd’hui les sciences annexes de la médecine. La médecine elle-même n’a guère profité de ce grand mouvement. A vrai dire les vieilles théories scolastiques de l’antiquité et du Moyen Age n’ont pas résisté au souffle nouveau et ne garderont plus qu’un intérêt historique. Mais les méthodes par lesquelles on espère comprendre la nature des maladies n’ont pas beaucoup changé et les systèmes au sujet desquels discutent les médecins sont toujours des constructions de l’esprit. Tant d’écrits dépensés en pure perte paraissent aujourd’hui bien fastidieux, et ces théories ne gardent un certain intérêt que dans la mesure où elles reflètent le mouvement général des idées.

catalogue1

Un des plus beaux livres d’anatomie du XVIIIè siècle fut le « Cours complet d’anatomie » de Jadelot, dont les illustrations sont dues à Arnauld Gauthier d’Agoty.

 D’une façon générale, et pour ne prendre de toute cette évolution qu’une vue d’ensemble, deux grands faits ont influencé à partir du XVIIè siècle les conceptions médicales ; le mécanisme cartésien et newtonien, lié lui-même aux progrès des mathématiques, et la naissance de la chimie. Les médecins vont, pendant deux siècles, se diviser en iatro-mécaniciens et iatro-chimistes, ces deux écoles s’appelleront parfois aussi le solidisme et l’humorisme parce que les mécaniciens considèrent davantage les parties solides du corps, tandis que les chimistes sont plus intéressés par les changements des humeurs. Au XVIIIè siècle, une réaction contre ces théories matérialistes fera intervenir comme facteur essentiel un élément spirituel, l’âme, donnant naissance à la théorie dite de l’animisme.

En un sens, on peut trouver un certain avenir à ces conceptions qui contenaient toutes en puissance une parcelle de vérité. Un exemple curieux peut en être fourni par le fonctionnement du système neuro-musculaire : l’influx nerveux et la contraction musculaire ont été longtemps considérés comme le type même des réactions mécanistes et solidiennes ; et pourtant nous savons maintenant que le contact nerf-muscle n’est possible que grâce à une réaction chimique, d’origine humorale, et liée au métabolisme et l’acétyle-choline.

Nous savons bien aujourdh’ui que solidisme et humorisme sont intimement liés et que l’être vivant possède à la fois une charpente et un milieu intérieur qui baigne cette charpente et qui la nourrit. De celui-ci, comme de celle-là peuvent venir nos diverses maladies. L’animisme lui-même pourrait réclamer notre médecine psycho-somatique comme son descendant légitime. Mais tous ces systèmes, prétendant chacun à la vérité exclusive sans appuyer cette prétention sur aucune base scientifique, apparaissent à juste titre comme des rêveries qui ne méritent pas qu’on s’y arrête trop longtemps dans ce registre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s