Le premier microscope

Le premier microscope avait été construit vers 1609 par l’opticien hollandais Jansen et perfectionné par Galilée. Cependant, c’est seulement dans la seconde moitié du XVIIè siècle que certains anatomistes l’utilisèrent d’une façon systématique pour pénétrer plus avant dans la connaissance des organes et des tissus, fondant ainsi une science nouvelle qui deviendra l’histologie.

L’homme le plus représentatif de cette nouvelle discipline est le Bolonais Malpighi qui, à partir de 1661, non seulement décrit dans le rein les glomérules qui portent son nom, mais établit la véritable structure des bronches avec leurs alvéoles terminaux entourés de capillaires sanguins, découvre les glandes sudoripares et sébacées, les organes du tact et étudie le tissu graisseux. Il décrit également les capillaires et y voit circuler le sang, apportant ainsi une démonstration directe et décisive de la théorie d’Harvey qui rencontrait encore des contradicteurs. A côté de ce grand fondateur de l’histologie, il faut citer Bellini qui décrivit à dix-neuf ans, en 1662, les tubes excréteurs du rein qui portent son nom ; et surtout Leeuwenhoek, né en 1632, qui vécut quatre-vingts dix ans et en consacra plus de cinquante à examiner sous un microscope qu’il avait perfectionné lui-même les tissus et organes les plus variés, les animalcules les plus divers, des liquides de toute espèces ; on lui doit notamment la découverte des spermatozoïdes – qu’il appelait les animalcules spermatiques – et dont on ignora longtemps la signification puisque, en 1787, Spallanzani écrivait : « On n’a pas encore trouvé le véritable usage des petits vers spermatiques« . Ce n’est qu’en 1824 que Prévost et Dumas y virent le principe fécondant.

premier-microscope

Réplique du 1er microscope de Van Leeuwenhoek

On doit mentionner aussi Ruysch pour avoir, sinon inventé, du moins extraordinairement perfectionné la méthode des injections intra-artérielles, faisant ainsi connaître dans son plus grand détail la circulation intérieure des divers parenchymes.

L’usage du microscope connut d’ailleurs à cette époque une grande vogue chez bien des savants et même des amateurs dont l’histoire a presque oublié les noms. Une mention doit être accordée à Hartsoker, un physicien hollandais, qui fabriquait lui-même ses microscopes et qui semble bien avoir vu les spermatozoïdes avant Leeuwenhoek.

Publicités

Un commentaire sur « Le premier microscope »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s