La Médecine Européenne

La civilisation arabe, si brillante à l’époque où l’Europe est encore dans la nuit, commence à décliner au moment où la civilisation occidentale ouvre ses premières fleurs. Cette évolution débute à la fin du XIè siècle et se développe pendant tout le cours du XIIè siècle. Elle est marquée politiquement par les Croisades et par la reconquête progressive de l’Espagne au profit des royaumes d’Aragon et de Castille.

medecine-europeenne

Cette décadence politique est liée à une décadence spirituelle dépendant elle-même de mouvements démographiques. La race arabe, fine et ouverte aux choses de l’esprit, va être remplacée dans la direction du monde islamique, en Asie par les Turcs, en Afrique et en Espagne par les populations autochtones d’où sont issues les dynasties des Almoravides et des Almohades.

Comme il arrive souvent en pareil cas, ces hommes primitifs tiraient leur force d’un violent fanatisme religieux. Le premier conquérant almoravide, Abdallah-ibn-Yasin, était le chef d’un petit groupe de marabouts (Almoravides est une déformation de Al Mourabitoum) vivant en ascètes dans un couvent du Sénégal. Le premier chef almohade était un maldi, c’est à dire un homme appelé et guidé par Dieu pour ramener la société à une stricte observance de la religion.

Ces chefs avaient pour troupes les peuplades nomades et incultes de ces régions ; leur absence de culture était bien connue et l’on raconte qu’Averroës fut disgracié pour avoir, dans un de ses livres, nommé le sultan Almansour « roi des Berbères » ce qui fut considéré comme un outrage. Aussi, voit-on, sous ces deux dynasties, à quelques exceptions près, disparaître l’appui donné par les Califes de la grande époque au développement intellectuel. Ce qui règne le plus souvent, c’est l’intolérance et le mépris de la science, et surtout de la philosophie. A diverses reprises on persécute les philosophes et on brûle leurs livres.

A ce régime, le rayonnement intellectuel de la civilisation arabe s’éteignit rapidement et le monde musulman rentra dans la nuit au moment où l’Europe occidentale, après de longues ténèbres, naissait enfin au jour. Même dans une Europe submergée par les invasions barbares il y a eu des médecins qui, à leur façon, soignaient les malades.

theodoric-le-grand

Une curieuse ordonnance de Théodoric le Grand, roi des Ostrogoths, datant probablement de la fin du Vè ou du début du VIè siècle, définit les droits et les devoirs du médecin ; on peut y trouver comme un reflet du serment d’Hippocrate : « Promettez de haïr l’iniquité et d’aimer l’honnêteté… Souvenez-vous que pécher contre la santé d’un homme, c’est un homicide…  Qu’il vous soit permis de prescrire des jeûnes, de dire des choses qu’on ne désirerait pas entendre dire et de nous prescrire même des cures pénibles dans l’intérêt de notre santé« .

On trouve dans les histoires de Grégoire de Tours quelques renseignements épars sur la pauvre médecine de son temps, notamment sur les épidémies de peste. Sous Charlemagne, dans les écoles du Palais fondées par Alcuin, on donnait un enseignement médical ; il en était de même dans certains monastères, notamment chez les bénédictins du mont Cassin

benedictins

Tout cela est bien peu de chose et le travail médical ne reprendra réellement qu’avec le réveil intellectuel de l’Europe et la création de ses grandes universités. Ce mouvement se développe au Xè siècle et connaît une première apogée au milieu du XIIIè. Après avoir quelque peu langui pendant les longues périodes de troubles politiques des XIVè et XVè siècle, la Renaissance lui imprimera un mouvement décisif qui ne s’arrêtera plus. Ce réveil ne s’est pas produit partout en même temps en Europe ; il a été plus précoce dans certaines régions favorisées pour des raisons géographiques ou politiques. C’est ainsi que Salerne et Montpellier peuvent revendiquer l’honneur d’avoir été les premiers représentants de la médecine européenne. Salerne, où l’on trouve des traces d’un mouvement médical dès la fin du IXè siècle, a ensuite bénéficié de son union au royaume normand de Sicile et des nombreux contacts de ce royaume avec le monde grec et le monde musulman.

Montpellier, dans le monde méridional, a subi de bonne heure l’influence de l’Espagne arabe. Il y eut en outre très tôt à Montpellier une importante colonie juive où se développa le goût de la médecine.

chez-francesca

Les Juifs avaient pris part en Espagne au développement de la médecine islamique. Ils eurent des écoles médicales florissantes à Cordoue et à Grenade et transmirent de très bonne heure à l’Occident une partie de leur culture arabe. Charlemagne eut plusieurs médecins juifs et au Xè siècle, les médecins juifs étaient considérés comme les meilleurs de l’Europe. Leur rôle commença à décliner lorsque l’Eglise, devenue toute-puissante, les mit en interdit, en défendant à tous les chrétiens d’être soignés par des Juifs.

A partir du XIIè et surtout du XIIIè siècle, des universités se développent un peu partout. La plus célèbre est celle de Paris « la lampe resplendissante dans la maison du Seigneur » comme l’appelle le pape Alexandre IV. Mais il s’en crée de nombreuses en Italie, surtout à Bologne et à Padoue.

reception-dun-docteur

Séance de réception d’un docteur dans une faculté de médecine, au XVIè siècle. Devant le collège des professeurs, le futur médecin recevra la barrette des mains du doyen de la faculté.

Le mouvement s’étend ensuite à toute l’Europe : l’université d’Oxford date du XIIIè siècle ; celle de Heidelberg, la plus ancienne d’Allemagne, est née dans la deuxième moitié du XIVè siècle. L’université de Louvain a été fondée en 1942.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s